Version classiqueVersion mobile

La méritocratie républicaine

 | 
Jérôme Krop

Préface

Jean-François Chanet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis les années 1980, la nostalgie pour l’école de la IIIe République est l’un des traits qui accompagnent dans notre pays la prise de conscience collective de l’échec des idéaux égalitaires de l’après-guerre. Comme l’a écrit l’un des meilleurs analystes de la démocratisation scolaire et de ses limites, « la génération des “Trente Glorieuses” assignait à l’école pour fonction de produire de l’égalité sociale. Elle n’y est pas parvenue, sauf indirectement, en élevant massivement le niveau de formation de la population1 ». Le sentiment douloureux de l’impuissance observable de l’école contemporaine à corriger les inégalités nourrit l’idéalisation nostalgique de celle d’avant la démocratisation. Comment expliquer ce paradoxe ? Le caractère structurellement inégalitaire du système scolaire français sous la IIIe République est connu ; mais, de Charles Péguy à Albert Camus, les exceptions qu’il permettait, les boursiers auxquels il rendait possible l’accès aux études secondaires et supé...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search