Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La liberté d’expression en Révolution

 | 
Charles Walton

Remerciements

Texte intégral

1Si cette étude parvient à éclairer quelque peu le sujet de la liberté d’expression durant la Révolution française, c’est grâce aux collègues qui ont généreusement partagé leurs idées et leurs critiques avec moi au fil des années. Je remercie en premier lieu Robert Darnton, mon directeur de thèse, dont les commentaires pénétrants ont représenté une aide considérable. Je tiens à remercier ensuite Olivier Grenouilleau et Pierre Corbel, grâce à qui ce livre est publié en français, et Jacqueline Odin et Benjamin Hoffmann pour la traduction. David Bell et Jean-Clément Martin, qui ont lu plusieurs versions de cette étude, m’ont fait à chaque fois des observations utiles.

2Plusieurs amis et collègues ont lu et commenté des versions antérieures de cet ouvrage, et j’aimerais témoigner ma gratitude à chacun : Julia Abramson, David Andress, Mihaela Bacou, Ariane Chebel d’Appollonia, Steven Clay, Paul Cohen, Charly Coleman, Alan Forrest, Dena Goodman, Jennifer Heuer, Russell Jacoby, Andrew Jainchill, Lucien Jaume, Colin Jones, Nina Kushner, Thomas Kaiser, Peter Lake, Jean-Clément Martin, Laura Mason, Anne McCall, John Merriman, Joel Migdal, Cristina Nehring, Phil Nord, Jeremy Popkin, Robert Post, Allan Potofsky, Jeffrey Ravel, Neil Safier, Jennifer Sessions, Todd Shepard, Francesca Trivellato et David Troyanski. J’aimerais aussi remercier tous ceux qui m’ont prodigué leurs avis et leurs conseils au cours des ans : Hilary Bernstein, Gregory Brown, James Cane-Carrasco, Jonathan Cole, Danielle Haase-Dubosc, Annie Duprat, Carlos Eire, Arlette Farge, Susan Ferber, Joanne Freeman, Amy Freund, Bernard Gainot, Bryan Garsten, Glenda Gilmore, Lillian Guerra, Carla Hesse, Jeremy Jennings, Jeff Horne, Steve Kaplan, Ben Kiernan, Michael Kwass, Herman (Gene) Lebovics, Antoine Lilti, James Livesey, Kenneth Loiselle, Jill Maciak Walshaw, Guillaume Mazeau, Anne McCall, Renaud Morieux, Samuel Moyn, Cristina Nehring, Gerald Neuman, Brian Ogilvie, Guillaume Piketty, Munro Price, Thierry Rigogne, CliffRosenberg, Anne Simonin, Melissa Stockdale, Adam Tooze, Terry Whiteside, Pierre Serna, Stéphane Van Damme, Patrick Weil, James Whitman, Isser Woloch et Keith Wrightson. J’ai en outre beaucoup appris des étudiants inscrits à mon séminaire sur l’histoire de la liberté d’expression dans le monde atlantique, donné à Sciences Po et à Yale. Leur intérêt passionné m’a rappelé celui qui m’animait lorsque j’ai commencé à étudier cette période, intérêt que les années de recherche n’ont fait que renforcer.

3Plusieurs événements discutés au chapitre 6 sont venus à ma connaissance grâce aux conversations que j’ai eues avec Edna Lemay, aujourd’hui décédée, qui m’a fait partager son savoir sur les assemblées nationales du début de la Révolution. Daniel Roche m’a fourni ses transcriptions des parties non publiées du journal de Jacques Ménétra, et je lui en sais gré. Je dois remercier Philippe de Carbonnières pour tout le temps qu’il a consacré à m’aider dans la recherche d’illustrations appropriées. Merci à Daniel Laberthonnière, pour les nombreuses heures – et même les journées – à m’assister dans le formatage de mes données sur les cahiers de doléances.

4Les recherches nécessaires pour ce livre ont été généreusement financées par le Social Sciences Research Council, le Center for International Studies et le Council on Regional Studies de l’Université de Princeton, le Hilles Fund et le European Studies Council de l’Université de Yale, l’Oklahoma Humanities Council et la Fondation Gould. Je suis reconnaissant pour leur soutien sans lequel ce projet n’aurait pu aboutir.

5Enfin, je voudrais exprimer ma reconnaissance à ma famille et à mes amis qui m’ont apporté leur aide et ont empêché ma motivation de faiblir : Geno Chou, Jean-Marc Commun, Joseph Gonzalez, Soria Hafed, Barbara Walton, Kelly D’Ortone, Rebecca Walton et Jean-Christophe Giron, Lee Ann Walton, Smain Benouahlima, la famille Gineste et Michael Montgomery m’ont prêté une oreille attentive et m’ont fait bénéficier de leurs subtiles réflexions. Et pour conclure, une pensée particulière pour George Walton et Mohammed (Yacine) Khezzari, qui n’auront pas eu l’opportunité de lire ce livre.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540