Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La conversion

 | 
Didier Boisson
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Conclusion

Carole Auroy

Texte intégral

1La conversion porte le regard vers l’avant. Retournons tout de même le nôtre, brièvement, vers l’ample voyage qui vient de s’accomplir à travers les siècles, les pays et une multitude de textes aux formes et aux statuts variés, puisque tout a intéressé les contributeurs de cet ouvrage, des documents d’archives aux œuvres littéraires, du témoignage à la fiction, du sermon au drame joué ou illustré, du discours convertisseur au récit de conversion.

2Les difficultés épistémologiques que pose l’appréhension du phénomène sont immédiatement apparues. L’interprétation des données chiffrées est le premier point délicat : l’importance numérique des conversions à certaines époques n’autorise pas nécessairement à leur attribuer une dimension collective ; il importe de distinguer la concomitance de multiples démarches fortement individualisées et les conversions nationales qui ont rattaché à l’Église des peuples entiers. Un autre problème est posé par les documents et leur rapport au réel : certains portent les traces d’investissements idéologiques qui transforment les proportions des faits ou instrumentalisent les conversions ; plus subtilement, les événements relatés peuvent passer au filtre de conceptions théologiques unificatrices qui les inscrivent dans un plan divin de salut, de modèles hagiographiques qui se superposent à la réalité vécue, de modèles littéraires qui structurent les récits.

3Les questions des historiens rejoignent, dans une confluence évidente, celles des historiens de la littérature, des praticiens de l’analyse littéraire, des théoriciens des genres, autobiographiques ou fictionnels notamment. La réflexion ne peut esquiver la perplexité devant le rapport des mots et des constructions narratives à la réalité. La psychanalyse a apporté ses ressources. Les philosophes ont été aussi invités au détour des travaux ici rassemblés – les références à Michel Foucault ou à Ricœur n’étaient pas anodines, puisque le second a œuvré à retisser, contre une certaine doxa structuraliste et au cœur de débats encore violents il y a quelques décennies, le lien entre les configurations narratives et la préfiguration que constitue l’expérience vive du réel.

4Or ces interrogations sur le rapport du discours au réel sont aussi, souvent, celle de l’auteur lui-même du récit de conversion, dans la mesure où il se fait l’historien de sa propre aventure intérieure. Comment traduire l’expérience vécue dans le bouleversement intime ? Comment retrouver les mots dans lesquels elle s’est exprimée sur le moment ? Comment restituer la réalité de la conversion alors que la mémoire en a perdu les détails, que la conscience immédiate était submergée par l’émotion, que les références théologiques dont le converti dispose au moment de l’écriture n’étaient pas encore suffisamment intériorisées pour donner forme à son expérience ? Un certain figuier, qui a fait quelques apparitions récurrentes au fil des pages, a attiré notre attention sur les profondeurs du récit augustinien en lequel exactitude référentielle et vérité symbolique ne sont pas exclusives l’une de l’autre ; et ce récit donne parfois explicitement à la référence scripturaire la double fonction de colmater les vides laissés par la fuite de la réalité factuelle, qui n’en reste pas moins à l’horizon de l’acte de parole, et de dégager le sens profond de cette réalité.

5La présence du réel à l’horizon des mots se laisse ressentir comme impérative pour un récit de conversion, plus qu’en toute autre forme de récit autobiographique, puisqu’il se place sous le regard d’un Dieu qui non seulement sonde les cœurs, mais est la vérité même. Ici, l’exigence du chercheur rejoint celle de son objet, à savoir le converti : plus exactement, ce qui est pour le premier exigence intellectuelle de justesse dans l’approche de la réalité trouve un certaine correspondance dans ce qui est, pour le second, exigence spirituelle de vérité. C’est pourquoi bien souvent les objets d’étude ont tendu un miroir à l’enquête des chercheurs, tantôt empathique, disposée à intérioriser pour le comprendre l’état d’esprit des convertis, tantôt soupçonneuse et prolongeant alors, quoique sur un autre plan et avec d’autres visées, l’effort des responsables religieux soucieux de déterminer les motifs et d’évaluer l’authenticité des démarches des néophytes, lorsqu’il fallait conjurer opportunisme et abjurations.

6De fait, pour parvenir à la réalité vers laquelle font signe les textes observés, deux grandes options méthodologiques s’offraient, démarche critique, démarche phénoménologique.

7La posture critique a conduit certains à sonder les motivations des évêques, à expliquer les réactions des souverains barbares, à décrypter les intentions des enlumineurs, à analyser les stratégies des prédicateurs. Ils ont démêlé les contradictions affrontées par les guides spirituels des communautés religieuses, selon les époques et les contextes, entre le zèle convertisseur et la circonspection, dans la conscience de l’illégitimité et des dangers des conversions opportunistes ou imposées. Il a fallu démêler ce qui relevait du religieux et ce qui relevait du politique. Ce temps critique a aidé à mesurer les écarts entre le réel et ses représentations, à comprendre l’élaboration des représentations en question. Une telle démarche ne peut être éludée face à cette histoire de bruit et de fureur qu’est parfois celle de la conversion : il importait d’évaluer avec justesse la proportion, la violence, l’efficacité des conversions forcées ; de comprendre les phénomènes collectifs transférant sur des boucs émissaires les peurs des fidèles quant à leur propre salut ; d’analyser avec précision le mécanisme de glissement de l’antijudaïsme à l’antisémitisme – et l’on ne pouvait se dispenser de scruter les discours postulant une différence essentielle du Juif, même converti. Ces contributions ont donné à voir l’efficacité de méthodes traversant les strates de textes accumulées pour atteindre l’objet qu’elles recouvrent : leur double bénéfice est de rectifier l’appréhension de cette réalité et d’analyser le travail d’interprétation du réel qui se déploie en ces textes. Sous la démarche critique, on rangera toutes les analyses qui ont mis leur objet à distance, pour expliquer le phénomène de conversion, en analyser le processus, dessiner autour de lui le paysage d’une époque. Les trajets de conversion ont éclairé la question des rapports entre calvinisme et jansénisme. Ce n’est pas seulement l’événement intérieur qui a été analysé mais l’acte d’écriture de son récit et la décision de le rendre public. De la médiatisation des sermons à la production sur la scène publique des témoignages d’intellectuels, une vaste évolution des mentalités s’est rendue sensible.

8De la prise de distance critique se distingue une approche plus empathique, plutôt phénoménologique : celle qui consiste à décrire les mouvements de conscience du converti, à épouser leur visée. Si toute conscience est conscience de quelque chose, quel est ce quelque chose qui se manifeste dans le grand bouleversement de la conversion ? Des traits communs émergent-ils, par-delà la singularité des expériences individuelles ? On notera que cette démarche se reconnaît dans la posture des écrivains qui relisent et réécrivent l’histoire des grands convertis en revendiquant leur propre indépendance de toute confession religieuse : à l’instar de l’épochè déontologique pratiquée par le chercheur, on les voit mettre en suspension tout jugement quant à la validité absolue de la foi qui a embrasé les modèles de leurs hagiographies, tout en intériorisant le mouvement de cette foi pour l’interroger.

9De la description des mouvements psychologiques de la conversion se sont dégagés des traits récurrents : opacité et certitude que quelque chose a eu lieu ; caractère émotionnel de l’événement vécu ; sème fondamental du retournement, inscrit dans l’étymon du mot de conversion ; basculement de la règle naturelle à la caritas, et du charnel dans le spirituel – mais ce basculement n’extirpe pas forcément les racines charnelles de la sainteté – ; unification intérieure, mais aussi arrachement non irénique, piétinant parfois ce pour quoi le converti se croyait fait. Une tendance récente minore la rupture avec la vie passée au profit d’une rupture des limites de l’être, et valorise l’abandon à l’autre. Quant au rapport à la communauté, il se décrit comme intégration, passage d’une parenté à une autre.

10Décrire le mouvement intérieur de la conversion conduit aussi à en considérer l’envers, les figures inversées. Il fallait entendre Camus, opposant la révolte, vue comme un acte de liberté, à une conversion aliénante qui fragmente et isole l’individu. Pour Daudet, c’est le passage au scepticisme qui prend la valeur d’une conversion : elle se veut, comme ses sœurs, acte de volonté, de liberté et don d’une unité intérieure, mais se retourne contre une religion perçue comme inauthentique. Chez Tournier, le schéma de conversion est appliqué à l’itinéraire d’accès à une sagesse dionysiaque. Traditionnellement, la conversion est présentée comme l’acte paradoxal d’une liberté qui s’affirme en acceptant l’hétéronomie ; on ne s’étonne pas de voir au XXe siècle les écrivains rejeter ce qu’il entre de soumission dans ce mouvement ou, quand ils y consentent, le désigner comme accomplissement héroïque de soi et en transformer le récit en acte d’affirmation et de construction de soi.

11L’effort d’explication et de compréhension du phénomène de la conversion est indissociable d’une étude de la poétique du discours et du récit de conversion. En fait partie le rôle de l’image à la fois comme figure de discours et comme accompagnement iconique du texte ; enluminure, gravure, tableau, elle se fait support de la prédication et de la dénonciation des conversions abusives. à été soulignée aussi la puissance des spectacles qui prennent leur public dans un processus cathartique de participation religieuse. Autour de la conversion, discours et spectacles médiévaux activent les mécanismes de la terreur, du comique féroce, mais aussi de l’humour joyeux. Dans le climat tout autre des récits de conversion congrégationalistes, l’esthétique rejoint l’éthique en dessinant un idéal de sobriété expressive, qui authentifie l’événement intérieur par l’expression mesurée de l’émotion. Sous les cieux espagnols, le symbolisme parfois intempestif des prédicateurs peut porter le lecteur moderne à sourire ; mais son examen a mis en évidence la profondeur d’une métaphysique de la présence, qui actualise dans le cœur des croyants l’aventure des grands modèles.

12Et d’une terre à l’autre, d’un siècle à l’autre, nous avons vu Marie-Madeleine et Paul traverser le temps et l’espace en compagnie du bon larron, de Constantin et d’Augustin, de Polyeucte, et même de Don Juan. Leur permanence interroge notre actualité : la prédilection qui s’attache à eux ou la désaffection qui les frappe sont révélatrices de l’imaginaire et des préoccupations de l’époque qui recueille le souvenir de leurs conversions.

Auteur

Professeur de littérature française du XXe siècle à l’université d’Angers. Spécialiste du roman, elle mène des recherches au confluent entre littérature et philosophie et elle a travaillé, notamment, sur les œuvres d’Albert Cohen, d’André Malraux, d’Albert Camus. Julien Green, objet d’un article dans le présent volume, fait partie de ses auteurs de prédilection ; elle a consacré un ouvrage à son autobiographie (Le Miroir en éclats, Éd. du Cerf, 2000) et publié, en collaboration avec Alain Schaffner, les actes du colloque Julien Green et alii. Rencontres, parentés, influences (Éditions universitaires de Dijon, 2011).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540