Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La conversion

 | 
Didier Boisson
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Troisième partie. Expériences collectives

La conversion des pasteurs luthériens aux frontières de l’Empire : Henri Winsheimer et la recatholicisation à l’époque des réunions

Laurent Jalabert

Texto completo

  • 1 Sur le sujet, voir Duhamelle C., « La conversion princière au catholicisme dans le Saint-Empire : (...)
  • 2 Jalabert L., « La politique territoriale française sur la rive gauche du Rhin (1679-1697) : des «  (...)
  • 3 Nous n’incluons pas ici le cas de la plaine d’Alsace, pour lequel nous renvoyons aux travaux de G. (...)

1Dans le Saint-Empire, la conversion au catholicisme de membres de l’élite sociale et intellectuelle n’est pas rare en cette seconde moitié du XVIIe siècle. Nobles et bourgeois instruits n’hésitent pas à quitter le calvinisme ou le luthéranisme pour la religion romaine, motivés par des raisons plus ou moins avouables quand elles ne sont pas a priori des démarches de cœur1. Sur les marches occidentales de l’Empire, soumis aux pressions françaises, on assiste également à des conversions, mais d’un autre ordre et dans un contexte différent, celui des réunions françaises et de la révocation de l’Édit de Nantes2. Dans une partie des terres d’Empire occupées3, la législation française s’impose et met à mal le protestantisme : temples fermés ou détruits, pasteurs convertis ou chassés, population contrainte au catholicisme. Parmi les conversions recherchées, il y a celle des pasteurs, dont on espère un écho des plus importants. Malgré les sirènes françaises, ce choix délicat est peu suivi Johann Heinrich Winsheimer, pasteur luthérien de l’actuelle Alsace Bossue, est de ceux-là.

2De ce dernier, on ne sait pas grand-chose : il n’a rien de l’illustre pasteur et n’a pas laissé d’archives de ses sermons ou de ses activités, en-dehors des registres paroissiaux. Il était pourtant considéré, par les Français, comme une personnalité locale essentielle pour influencer une population protestante en situation marginale, au contact d’une maison jésuite. De Winsheimer, nous possédons un « témoignage », un ouvrage relatant sa conversion, texte qui permet de découvrir quelques éléments supposés clefs l’ayant incité à embrasser la religion romaine. C’est donc de la conversion de ce modeste pasteur dont nous allons parler, pour tenter de comprendre sa démarche, de voir quelle argumentation a été employée et quelles ont été les incidences de ce changement de confession.

Johann Heinrich Winsheimer

  • 4 Archives départementales du Bas-Rhin (A.D. 67), 3 E 434/38.
  • 5 À la suite d’un arrêt de la chambre impériale de justice (1629), les Lorrains occupent Bouquenom e (...)
  • 6 La situation est bien entendu exceptionnelle au regard de l’Église luthérienne du Nassau-Sarrebrüc (...)

3Johann Heinrich est né le 23 avril 1636 à Darmstadt, en Hesse. Dès le lendemain, il est baptisé et reçoit le prénom de son parrain, Johann Heinrich Blum, membre du Conseil de Ville et cordonnier à la cour. De sa jeunesse, on ne sait rien. Sa courte biographie, établie le 21 avril 1668 sur un peu plus de deux pages dans les registres paroissiaux de Bouquenom4, n’évoque pas cette période et ne donne que de rares informations à compter de 1660. Pourtant, il se rapproche progressivement de l’espace rhénan. On le retrouve inscrit dans le matricule de l’université de Strasbourg le 6 juin 1657. Par la suite, et pour huit années, il exerce ses premières fonctions pastorales dans le comté de Hanau-Lichtenberg, dans les paroisses de Imbstein et d’Hattmatt. En 1667, à la suite du décès du pasteur Jost Holler de Bouquenom, Winsheimer a dû être approché par des représentants de la communauté luthérienne du comté de Sarrewerden, certainement pas par les autorités comtales du Nassau en raison de l’occupation lorraine dudit comté5. Il prend conseil auprès de son autorité de tutelle, le gouvernement de Bischwiller, et après accord de celui-ci, il a pu quitter le comté de Hanau pour aller se présenter devant M. de Rommécourt, gouverneur à Bitche pour le comté de Sarrewerden6.

  • 7 A.D. 67, 3 E 434/38.
  • 8 A.D. 67, 3 E 434/38.
  • 9 « Auch baldt darauffden 27. Febr. meinen würcklig auffzug anhero nach Bockenheim genommen » (A.D. (...)

4Au nom de M. le Prince de Vaudémont, comte de Bitche et de Sarrewerden, Rommécourt reçoit Heinrich Winsheimer en vue de remplacer le pasteur Holler. Les sujets de la confession d’Augsbourg ont adressé des suppliques en ce sens auprès du Prince de Vaudémont, auquel il « plaist de les permettre de se pourvoir d’un autre ministre pour faire les mesmes fonctions que faisoit ledit Sieur Holler ». L’accord concernant la perpétuation de la charge date de début août 1667 (ordres du 2 et 5 août) et de vérifier les « vie, mœurs et capacité de la personne du Sieur Henry Winsheimer » du 9 novembre. Le 30 décembre, le Prince de Vaudémont fait savoir à Rommécourt son intention définitive de recevoir Winsheimer comme nouveau pasteur. Le 26 janvier 1668, il reçoit en mains propres sa lettre de reconnaissance – « durch ein offentliger schrifftlige Establissement mit eÿgener Handt » – comme pasteur ordinaire pour la ville de Bouquenom et l’ensemble du comté de Sarrewerden. Il lui est permis de s’établir à Bouquenom pour y faire « toutes les fonctions requises au fait de la Religion, pour l’assistance et consolation desdits subjects, leur administrant les sortes des sacrements, qu’ils sont accoustumé de faire7 ». En contrepartie de son installation, le nouveau pasteur ne doit rien dire ni faire contre la religion catholique, ni en public ni en privé, notamment contre la Vierge et les saints ; de même, il doit reconnaître pleinement l’autorité du Prince de Vaudémont en se montrant fidèle : pour se faire, il a prêté serment entre les mains du sieur de Rommecourt. Le dimanche 29 janvier, il est déjà à Bouquenom où il tient son prêche inaugural « beÿ grossen undt Volkreicher Versammlung gehalt8 ». Un mois plus tard, le 27 février, il est définitivement installé comme pasteur9, la confirmation des mains de Rommécourt datant du 26 juillet 1668.

  • 10 A.D. 67, 3 E 434/38.
  • 11 Les deux mentions figurent à la suite du recensement des confirmés et des communiants, à une vingt (...)
  • 12 Au moins deux de ses trois filles effectuent des mariages avec des conjoints catholiques, lesquels (...)

5La charge de Winsheimer est lourde dans ce comté qui compte un peu moins d’une trentaine de villages, dont le tissu paroissial est totalement déstructuré à la suite de la guerre de Trente Ans. À ses débuts, Winsheimer se retrouve bien seul pour pourvoir aux besoins des luthériens des lieux, avant l’arrivée de quelques collègues. Quoi qu’il en soit, son activité débute dès le 29 janvier 1668, date à laquelle il inaugure le nouveau registre. D’ailleurs, il entreprend le comptage de ses auditeurs de Bouquenom qu’il évalue au nombre de 267 lors de sa prise de fonction. On peut ainsi suivre son activité au gré des registres, jusqu’à l’année 1685 qui marque une rupture, celle de la révocation de l’édit de Nantes et de son application dans ledit comté, pourtant terre d’Empire. Winsheimer écrit le 2 décembre : « Quo die proh dolor nostrum templum bockenheimense suit disruptum et ego de officis a rege remotus 2. Xbr. 1685. JHW10. » Juste après, il ajoute en latin qu’ainsi s’achève son office de dix-huit années à Bouquenom. J. H. Winsheimer n’écrit alors plus dans le registre qui s’interrompt à ce moment ; c’est une autre main qui écrit que jusqu’à la paix de Ryswick, le culte protestant est interdit. Nous n’avons alors pas le sentiment intime de ce pasteur qui, cependant, indique à deux endroits différents du registre que le « temple », sa communauté, a été dispersé11. C’est donc un homme marqué par cette rupture qui prend cependant rapidement le chemin de la conversion, entraînant avec lui son épouse et ses enfants12.

La conversion de J. H. Winsheimer

  • 13 Paul Pellisson est lui-même un ancien calviniste chargé de la caisse des nouveaux convertis du roy (...)
  • 14 Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT), A1 775. Le même indique également dans une autre le (...)

6Une question se pose d’emblée : de quand date vraiment cette conversion ? On ne possède pas le billet ou l’acte d’abjuration qui répondrait à cette simple question. Le 11 décembre 1685, Louvois indique à l’intendant des Trois-Évêchés, Jacques Charuel, que « lorsque le ministre de Bouquenom aura fait son abjuration, il n’aura qu’à s’adresser à M. Pellisson13 pour la pension que Sa Majesté trouvera bon de lui donner14 ». Le 13 décembre, Louvois écrit que

  • 15 SHAT A1 758.

« le nommé Jean Henry Weinsheim ministre de Bouquenom, ayant résolu de se convertir, je vous prie de prendre l’ordre du roi pour lui faire payer une demye année d’avance de la pension que S. M. veut bien luy faire donner pour l’ayder à subsister avec sa famille15 ».

  • 16 SHAT A1 758.
  • 17 SHAT A1 758 : « J’ay receu la lettre que vous avez pris la peine de m’escrire le 19e de ce mois av (...)
  • 18 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (A.D. 54), B 924 no 7. Au passage, soulignons le re (...)

7On peut supposer que l’abjuration a alors eu lieu ou est en passe de l’être immédiatement. Or, une autre lettre de Louvois, adressée à M. de Bissy, toujours le 13 décembre, indique : « J’ay receu la lettre que vous avez pris la peine de m’escrire le 6 de ce mois, par la quelle le Roy a esté bien ayse d’apprendre la conversion du ministre de Bouquenom, et de sa famille16. » Enfin, Louvois reçoit le 19 décembre une lettre de l’évêque de Metz qui indique que le pasteur a abjuré entre ses mains17. Un texte de 1698, émanant des luthériens du lieu, indiquant les peines subies lors de l’occupation française, raconte que le grand prévôt de Nancy, le sieur Simon, chargé de la destruction de temples dans la région, est venu à Bouquenom, et « le ministre est allé avec luÿ à Metz, ÿ a fait son abjuration18 ». En effet, l’archiprêtre de Fénétrange, accompagnant le grand prévôt, relate que le 2 décembre :

  • 19 Bibliothèque Nationale de France (BNF), Collection Lorraine, no 939.

« L’esglise paroissiale de Bouquenom fut rendue libre aux catholiques [...] audit Bouquenom et le mesme jour le ministre dud. lieu nous bailla sa déclaration par escript à Mr le grand Prévot de Nancy et à moy qu’il feroit abjuration ou entre mes mains ou qu’il iroit à Metz pour la faire entre celles de Mond. Seign[neu]r l’Archevsq[ue], ce qu’il a fait et est présentement catholique avec toutte sa famille19. »

  • 20 Aux archives départementales de Moselle, ni le fonds de la Propagation de la foi de Metz (G 1282-1 (...)

8À confronter les dates et les propos, on voit que la conversion a eu lieu au cours des trois premières semaines de décembre 1685 et à Metz. Quant au lieu précis, le pasteur Matthis, à la fin du XIXe siècle, évoque la Maison de la Propagation de la Foi de Metz, mais les archives restent muettes20. Quoi qu’il en soit, au-delà de la date même de l’abjuration, ce qui est intéressant c’est la déclaration d’intention, qui date du jour même de la disparation de la communauté et paroisse protestante de Bouquenom.

  • 21 En revanche, il y a Jacques Séverin, ministre calviniste à Burbach, qui est mené en prison à Phals (...)
  • 22 Mentions dans Schauroth E. C. von, Vollständige Sammlung aller Conclusorum, Schreiben und anderer (...)
  • 23 BNF, Collection Lorraine, no 939, lettre du curé de Fénétrange du 7 juin 1680.
  • 24 BNF, Collection Lorraine, no 939, ibid.

9Pourquoi cette conversion, très isolée dans le corps pastoral de la région, et alors que Winsheimer n’est pas issu de la région ? En effet, parmi les pasteurs luthériens du comté de Sarrewerden (Lorenzen, Drulingen, Herbitzheim, Wolfskirchen) et de la baronnie de Fénétrange, Winsheimer est le seul à se convertir21, les autres choisissant l’exil à Wiesbaden, Idstein et d’autres lieux du Nassau de la rive droite du Rhin22. Comme les autres, il a subi des pressions. En premier lieu, le contact avec la religion romaine s’est accentué, physiquement, avec la mise en place du culte alterné ou simultaneum dans son temple à compter de la venue de l’évêque de Metz, lors de sa grande visite pastorale en 1680. Une paroi d’une planche de hauteur sépare les catholiques des luthériens23, palissade que détruit le grand prévôt de Nancy le 2 décembre 168524, comme l’a noté Winsheimer dans le registre paroissial. Ensuite, fin novembre 1685, Winsheimer et les autres pasteurs ont été menés sous bonne garde en forteresse pour y réfléchir sur leur refus, à l’exemple du pasteur Arnoldi de Lorenzen qui a fermement rejeté l’idée d’abjurer :

  • 25 SHAT A1 757, lettre à M. de Bissy du 26 novembre 1685.

« S. M. a aprouvé que vous ayez envoyé à Phalsbourg et à Bitche les ministres de Sarverden, Bouquenom, Lorents, Bourback, Alveiller, Hertzhem, fenestrange et Creitzwald pour faire veiller à leur conduite jusque à ce que vous ayez apris l’intention du Roy à leur esgard, qui est que Vous leur donniez des passeports pour se retirer hors du Royaume, jugeant que ces gens là ne peuvent être trop esloignez des nouveaux convertys25. »

  • 26 Il n’existe pas de version imprimée de cet écrit.

10Est-ce l’éloignement et la crainte pour sa famille qui entraînent Winsheimer à changer de religion ? En tous les cas, il n’a pas dû rester longtemps à Bitche, étant à Bouquenom au plus tard le 2 décembre. Cette libération rapide était-elle due à sa promesse de conversion, au regard de l’opiniâtreté des autres pasteurs ? Nous n’avons pas la réponse, mais seulement un écrit qui nous éclaire sur son désir ou sa décision de changer de confession : 50 Motiva, warum unter so vielen Religionen, der alleinige, römisch = katholische Glauben zur erwählen und allen andern Glaubensbekenntnissen vorzuziehen sei26.

  • 27 Levy J., Der Konvertit Joh. Heinrich Winsheimer gewesener evang. Pfarrer in Bockenheim und die Bew (...)
  • 28 Ibid., p. 49.

11Si on suit Winsheimer dans les premières lignes de son texte, c’est bien entendu un homme soucieux de son salut et de vérité qui s’interroge sur la confession qui lui apporterait la voie utile en cela. Un premier point à noter est la question de ses convictions que l’on peut supposer comme peu assise pour un pasteur. Si l’on se réfère à la théologie luthérienne, le salut n’est certes pas soumis à la prédestination mais la foi sauve ; or, il ne semble guère en être persuadé, tout au moins dans la trace écrite qu’il nous a laissée. En effet, un second point apparaît nettement. Les doutes de Winsheimer seraient anciens : « C’est pourquoi, avec des sentiments mêlés, chancelants en moi depuis longtemps, je [me demandais] quelle confession parmi tant de différentes je devais embrasser ou soutenir. » De fait, dans le corps du texte, il indique que dans sa jeunesse, il a assisté à une dispute avec un calviniste dont les arguments lui seraient apparus fallacieux, l’auraient « très agacé » ; tout cela lui « aurait rendu la nouvelle religion suspecte et douteuse27 ». Toujours dans sa jeunesse, il a lu consciencieusement le Petit Catéchisme de Luther, lequel n’est alors en usage qu’en Hongrie pour sa version originelle, et l’a confronté à l’édition de Wittenberg de 1561 : il ne comprend pas comment « un tel grand changement a pu se produire28 ». Angoissé par le doute, il recherche quelle est la religion luthérienne « originelle » ; pour cela, il s’est rendu à la bibliothèque impériale à Vienne, où le bibliothécaire lui aurait montré l’original de la Confessio Augustana de Melanchthon, présentée à Augsbourg en 1530. C’est alors qu’il se rendit compte que la confession luthérienne actuelle n’avait rien à voir avec la confession d’Augsbourg, laquelle était aussi pleine de « mensonges » ce qui le renforça dans sa quête de vérité.

  • 29 Levy J., op. cit., p. 24.

12Afin d’accentuer l’idée d’un cheminement, l’auteur nous indique dès le préambule que pour tenter de répondre à ses interrogations, il a fréquenté des universités – il utilise le pluriel –, de nombreuses bibliothèques, lu des controversistes du temps, tant catholiques que protestants, interrogé des docteurs des diverses confessions à la suite de disputes auxquelles Winsheimer aurait assisté ; il revient sur ce point à la 41e réflexion, indiquant qu’il a lu des auteurs de diverses nationalités et provinces, des thomistes, des jésuites et d’autres. Afin de compléter ces lectures, il a lu les écrits des anciens saints Pères ; a contrario, s’étant également plongé dans les livres protestants, il n’y a trouvé que désunion et incohérences. De même, il se serait entretenu avec les plus éminents hommes de qualité de chaque confession pour mieux trouver le chemin de la vérité. Ensuite, après une période d’intense réflexion sur son salut éternel, il choisit la religion romaine et d’en porter témoignage au travers d’un écrit. Enfin, Winsheimer prend à témoin un grand converti, saint Augustin, passé du manichéisme « à la foi catholique et romaine29 ».

13Ces quelques lignes indiquent des topoï connus des récits de conversion. Cette introduction pose bien entendu des questions. En effet, on ne voit pas très bien de quelles universités il parle : celles de ses années d’études ou celles à proximité lors de son ministère ? Dans ce cas, il n’y avait guère que Strasbourg et Pont-à-Mousson, qui n’en était plus à ses grandes heures. Lorsqu’il parle de bibliothèques, on ne peut guère qu’envisager, du côté catholique, celle du collège jésuite de Bouquenom ou celle du couvent des Tiercelins de Lixheim, cette dernière ayant certes des ouvrages pouvant l’intéresser, mais l’on ne voit pas bien comment il y aurait eu accès sans scandale. De celle du collège de Bouquenom, qui apparaît comme la plus accessible, on ne sait pas si Winsheimer l’a fréquentée ou bien s’il a été en rapport avec les pères jésuites. De plus, sa quête intérieure suppose des absences hors de sa paroisse, en un temps pour le moins agité, avec l’occupation française.

  • 30 Sur le sujet, voir Jalabert L. « Le récit de conversion au catholicisme dans le Saint-Empire : rel (...)

14Au-delà de l’évocation du cheminement personnel vers la conversion, présentation courante dans le cadre de ce type d’écrit30, les 50 Motiva, warum unter so vielen Religionen... sont aussi un plaidoyer antiprotestant.

Une dénonciation des protestantismes

  • 31 Cité d’après Levy J., op. cit., p. 13.
  • 32 Ibid., p. 17.

15Certes, rien n’indique que ce texte soit de la main même de l’ancien pasteur. Très certainement, il a été incité et aidé à la rédaction de ce qui devait donner un livre, mais nous n’en avons pas de traces. Concrètement, les 50 Motiva, warum unter so vielen Religionen... n’ont pas été éditées et se trouvaient à la fin du XIXe siècle dans les archives de la paroisse de Sarre-Union, réunissant celles de Bouquenom et Neu-Sarrewerden. L’ensemble devait contenir, d’après le titre, 50 sous-sections mais nous n’en possédons que 45 dans le manuscrit, retranscrit par le prêtre Joseph Levy. Avant d’entrer dans le corps de ces 45 motifs, il y a un long préambule indiquant un pêcheur en quête de la vraie voie, recherchant la lumière, la sagesse, le tout argumenté par des passages de l’Ancien Testament. Winsheimer dit s’être dépouillé de toute idée sur l’une ou l’autre confession pour se présenter devant son Seigneur et laisser l’Esprit-Saint le guider. S’exprime un homme inquiet de son salut et tourmenté de se présenter devant Dieu le jour de son jugement sans savoir pourquoi il a choisi cette confession (« Dass ich mir am letzten meinem Sterbstündlein un dam jüngsten Gerichtstag wünschen könnte, solche wolhl verrichtet zu haben und Rechenschaft von Gott begehren, warum ich diese Religion vor jener und nicht eine andere auserwählt habe31 ? »). Ayant senti les erreurs de son ancienne confession, il s’est aperçu que seule « l’Église du Dieu vivant est une colonne et un fondement de la vérité » car elle ne peut contenir d’erreurs. Après avoir établi ce constat, il considère encore que le Christ ne peut mentir et qu’il n’y a qu’un Dieu unique, tout puissant, constant, fidèle, sage, miséricordieux, louant les bons et punissant les mauvais. À cela, il oppose la « Religion » qui tient pour vrais de faux articles de foi et il en vient aux points d’opposition avec le protestantisme : l’homme n’a qu’une seule âme qui n’est pas condamnée à la damnation ou élue pour l’éternité ; il y a une éternité sans fin, dont le cours ne peut se compter en années parce qu’éternel et n’être réduite au seul accueil des « élus ». Sans la vraie foi, il est impossible d’atteindre la félicité éternelle. On devine derrière ces propos la justification par les œuvres. Winsheimer évoque en effet l’idée que l’homme, le croyant, a un rôle à jouer dans son Salut. Pour cela, guidé par la raison (« Vernunft ») et un choix libre (« in einer jeden freien und willkürlichen Auswahl ist das Bessere dem vorzuziehen32... »), l’individu choisit ou non de faire le bien, s’inspirant de modèles dont on sait qu’ils ont atteint cette félicité en se comportant pieusement et avec vertu, en se détachant de la chair qui n’est rien.

  • 33 Ibid., p. 18.
  • 34 Ibid., p. 48. D’ailleurs, s’appuyant sur Matthieu (18,17), il rappelle que celui qui n’écoute pas (...)
  • 35 Ibid., p. 26 (9e réflexion).
  • 36 Ibid., p. 49. C’est bien entendu une dénonciation des Églises protestantes territoriales qui est s (...)

16Après ce préambule, à la fin duquel il dit avoir ouvert les yeux, il propose dans les réflexions organisées en cinquante points de montrer en quoi le catholicisme est la seule vraie confession, en opposition à « toutes autres sectes et confessions33 ». Winsheimer oppose ainsi catholicisme et protestantismes, évoquant en effet les luthériens et les calvinistes. Le protestantisme est incompatible avec la Sainte Écriture, en raison des divisions doctrinales qui existent entre ces deux confessions ; d’ailleurs, les doctrines calviniste ou luthérienne ne peuvent être qualifiées d’évangéliques. Celles-ci sont même assimilées aux « anabaptistes et ariens », qui parleraient d’une façon identique ! Autre point important, la mise en avant de la Tradition, par fidélité à la religion du père. Pour ce faire, l’auteur fait appel aux Pères de l’Église, saint Augustin, saint Jérôme, Grégoire de Nazianze, mais aussi Tertullien qui n’en est pas un et qui a même rejoint l’hérésie montaniste à la fin de sa vie. Winsheimer, dans sa quête, interroge même les saints sur la confession qui leur a apporté le salut éternel. La réponse, sans équivoque, tombe : « Ils m’ont répondu qu’ils ont vécu dans la religion romaine et, par celle-ci, ils sont devenus bienheureux ». Qui lui a répondu ? De saints évêques (Martin, Nicolas, Athanase et « beaucoup d’autres ») mais aussi des moines – et pas des moindres ! –, saint Dominique, saint François, et de saintes femmes (Agathe, Catherine, Lucie, etc). Il interroge même les martyrs qui lui confirment que la vérité est dans l’Église romaine. Bien entendu, c’est le panthéon du catholicisme qui se met au service de la conversion et de la bonne voie à suivre, tout en indiquant l’erreur des protestants de ne pas y adhérer. C’est pourquoi il faut accepter la Bible, l’ensemble des écrits des saints Pères et des commentaires accumulés depuis treize siècles dans l’Église34, soit la Tradition. Ainsi, la religion romaine constitue « le meilleur et le plus sûr chemin vers le Ciel » et Winsheimer résolut de ne plus en chercher d’autres35. En contrepoint, il questionne les condamnés aux peines éternelles dans l’Enfer : Simon, Nestor, Mahomet et d’autres – mais pas les réformateurs – lui répondent qu’ils sont là parce qu’ils ont nié l’unicité de la religion romaine et se sont égarés dans d’autres croyances. À l’unité romaine, Winsheimer oppose les autres confessions (luthérienne, calviniste, anabaptiste) qui sont « vides » et surtout en conflits les unes entre les autres, et qui suivent parfois, au sein de la même confession, des idées différentes selon les territoires36.

  • 37 Winsheimer indique qu’il a lu « Der Wegweiser ». Peut-être s’agit-il de Wegweiser Für alle die jen (...)
  • 38 Peter Pazmany (1570-1637), issu d’une famille calviniste, s’est convertir à l’âge de 12 ou 13 ans  (...)

17En fait, la dénonciation plus précise des erreurs protestantes débutent à compter de la 14e réflexion : la prédestination calviniste y est dénoncée et les œuvres sont à nouveau justifiées (15e-18e réflexions). L’assimilation des protestantismes aux sectes est clairement effectuée dans la 19e réflexion. Il dénonce ainsi les fausses justifications d’ancienneté des idées protestantes en réfutant un livre qu’il a lu dans sa jeunesse, Der Wegweiser37 (le guide), indiquant qu’il en a trouvé un bien meilleur dans le monde catholique, notamment en lisant le cardinal Pazmany38 :

  • 39 Levy J., op. cit., p. 37.

« Les religions calviniennes et luthériennes ne sont qu’une de toute ces hérésies formant une secte faite de bric et de broc, lesquelles ont déjà été condamnées depuis longtemps par l’Église chrétienne catholique39. »

  • 40 « Ich habe aber keines dieser Zeichen gefunden in den neuen Reformierten oder vielmehr Deformierten (...)
  • 41 36e réflexion.

18Winsheimer joue même sur les mots pour dénoncer l’imposture religieuse : parlant de l’unité, de l’apostolicité et de la sainteté de la religion romaine, il dit : « Mais je n’ai trouvé aucun de ces signes dans les nouvelles religions réformées ou bien plus déformées des calvinistes ou des luthériens40. » Ce qui est entre autres reproché aux confessions protestantes, c’est de n’être pas diffusées et prêchées dans le monde entier, donc de ne pas être universelles car non apostoliques (22e réflexion et suiv.), et de rappeler que ce sont des moines envoyés par le pape qui ont christianisé l’Angleterre, la Germanie, la Moravie, etc. Il met aussi en exergue un idéal de pauvreté, indiquant que nombre de rejetons de la noblesse ont quitté les faveurs du monde pour suivre la voie de Dieu alors que bien peu de nobles souhaitent devenir prédicants ou pasteurs. Il dénonce les mensonges sur les catholiques et la faiblesse de l’argumentation de théologiens calvinistes (30e et 31e réflexions), ainsi que les incohérences en prenant un exemple issu de sa jeunesse (du moins le prétend-il). Encore jeune, il entendit deux pasteurs luthériens de son entourage dire que la chasteté et la pureté étaient des dons de Dieu..., mais lui constatait déjà qu’aucun d’entre eux ne suivait cette voie ! La sacramentalité du mariage est rappelée (29e réflexion). Il revient sur la question du salut et des erreurs des protestants à ce propos. S’appuyant sur Matthieu (7, 13-14), il dénonce l’idée de la prédestination calviniste et la conception même du chemin du salut des luthériens en y opposant Matthieu 19, 16 et suivants ; c’est bien entendu le recours aux œuvres qui est mis en exergue (35e réflexion). La justification par la foi est déniée parce qu’elle s’appuie sur une fausse justification, une falsification des paroles de saint Paul (Romains, 3, 28) : « Nous tenons ceci, que l’homme est justifié par la foi, sans les œuvres de la loi » a été transformée en « l’homme n’est justifié que par la foi seule » ; cette tromperie conduit Winsheimer à chercher d’autres falsifications41. Le salut de l’homme passe par l’Église car elle a été instituée par le Christ, commencée par Pierre et Paul et améliorée depuis par la succession des papes (37e réflexion). On retrouve alors la question de l’unicité de l’Église romaine à laquelle on oppose des « sectes ou religions » divisées et en conflits entre elles. Le thème de la présence réelle du Christ lors de l’Eucharistie n’apparaît que rapidement, à la réflexion 40, mais peut-être était-elle davantage détaillée dans les derniers points qui nous manquent.

19Le vocabulaire employé ne suit pas de progression. Il est des récits de conversion qui emploient peu de termes polémiques alors qu’ici, l’auteur met en place un jeu d’opposition : à la « vraie religion », il affronte les termes de « Religion », « Glaubensbekenntnis » (confession), de luthériens ou de calvinistes, soit des termes neutres, mais il emploie surtout d’emblée un vocable péjoratif, tel « secte » (à la fin du préambule), d’« hérétique » ou « Ketzer » (7e réflexion). Au terme de « Glaube », auquel sont associés deux de « vraie » ou simplement de « romaine-catholique », Winsheimer place en miroir l’expression de « Lehre » : il oppose ainsi l’idée de foi à celle de doctrine, soit une construction humaine, théorique et bien entendu ici, erronée.

Conséquences et implications de la conversion

  • 42 SHAT A1 758, lettre du 13 décembre à Pellisson.
  • 43 BNF, Collection Lorraine, no 939.

20L’objectif recherché de cette conversion est assez clair pour que l’on ne s’y attarde pas. Dans une lettre du 13 décembre 1685, Louvois écrit à propos de Winsheimer : « S. M. aprendra avec plaisir qu’il porte les habitants de ce lieu là, qui sont de la Religion, à suivre son exemple42. » Le sieur Pierron, archiprêtre de Fénétrange, indique quant à lui que l’ancien pasteur « est présentement catholique avec toutte sa famille fréquentans nos esglises avec beaucoup d’édification43 ». C’est bien entendu l’image du nouveau converti, modèle de piété, que nous laisse deviner ici Pierron.

21Les Français pensent avoir avec eux un allié de poids, l’ancien pasteur de Bouquenom, Johann Heinrich Winsheimer, nouveau converti qui est revenu avec le titre de lieutenant du bailli. Les autorités comptent bien que Winsheimer saura agir sur les esprits de ses anciens coreligionnaires pour les inciter à se convertir. À ses côtés, le doyen de Fénétrange, l’archiprêtre Pierron, et les jésuites de la ville prêchent et catéchisent chaque jour. Les pères du collège de Bouquenom ne sont pas alors assez nombreux pour s’occuper des villages du comté. L’intendant de la Sarre en charge les capucins :

  • 44 Cité d’après Matthis G., Bilder aus der Kirchen-und Dörfergeschichte der Grafschaft Saarwerden, St (...)

« Le révérend Père Gardien et un religieux du couvent de ce lieu [ ?], allant pour prêcher la Parole de Dieu dans le comté de Sarrewerden, aux lieux où il n’y a point de pasteur, il est ordonné aux officiers et maires des lieux, marguilliers ou maîtres d’École, de leur faire ouverture des Églises et d’avertir les habitants de les aller entendre et au surplus les loger et recevoir partout où besoin sera, nous engageant à payer les dépenses, en cas qu’ils en fassent. Fait à Homburg le 3 janvier 168644. »

22Texte évocateur sur le rôle de la monarchie pour les conversions mais ô combien subtil ! L’intendant ordonne aux représentants des communautés de contribuer matériellement à l’apostolat des révérends pères mais il désarme par avance les récriminations financières en indiquant que l’intendance pourvoira aux dépenses « extraordinaires ». Les capucins parcourent ainsi les « lieux où il n’y a point de pasteur » de l’Alsace bossue, autant dire la plupart, étant donné les carences de l’encadrement spirituel.

  • 45 A.D. 54, G 969.
  • 46 « Es ist Herr Intendant von Homburg nacher Bockenheim kommen und angefangen die Bürger von Stadt u (...)
  • 47 A.D. 54, Layette B 924 no 7 : rapport du sieur Merlin, officier du duc de Lorraine, sans date (XVI (...)
  • 48 Le 10 février, deux femmes abjurent, suivies de 2 autres les 19 et 22 février. Les hommes se conve (...)
  • 49 Peu après son intervention début février, La Goupillière écrit à von Steincallenfels, un protestan (...)
  • 50 Le doyen de Fénétrange écrit à Mme de Vaudémont (date ?) que « Mr l’Intendant a envoyé des archers (...)
  • 51 Le 17 octobre 1686, Louvois ordonne à La Goupillière « de placer une compagnie de dragons à Fénétr (...)
  • 52 A.D. 54, Layette B 924 no 7.

23Pourtant, les conversions paraissent trop lentes au regard des attentes de l’intendance. Il y bien ici et là des abjurations : à Kerprich (Kirrberg), deux hommes se font catholiques le 16 janvier, exemple suivi le 4 février par Daniel Laurent à Burbach45. Au cours du mois de février 1686, La Goupillière se rend lui-même à Bouquenom46 et le converti Winsheimer entre en scène. Il exhorte, par l’intermédiaire de l’ancien pasteur qui fait office de traducteur, « lesdit habitans à se faire catholiques et ordonne qu’on tienne le catéchisme et le sermon tous les jours pendant un mois ; ce qui a esté executé par les peres jesuites et plusieurs se sont rendus catholiques47 ». Le mois de délai écoulé, la conversion massive souhaitée n’a pas eu lieu, même si des progrès sont à noter à Keskastel où, sur les vingt-deux adultes du village, quinze ont abjuré entre le 10 février et le 22 mars48. Les promesses d’argent et d’affranchissement de taxes ne paraissent avoir l’effet escompté. Winsheimer reçoit alors ordre de « leur en demander raison » : il obtient pour réponse de la plupart « qu’ils fairons comme les autres ». La Goupillière est ainsi confronté à une résistance passive qu’il ne laisse guère s’établir : « un mois ou six semaines après M. l’Intendant serait venu audit Bockenheim et ne trouvant qu’un petit nombre d’obstinés il employa le grand prevost et les archers, il y en eust quelques-uns uns qui furent mis en prison49 ». Les habitants du comté sont appelés à prendre part au culte catholique ou d’en rendre compte à Homburg. Le 1er avril, Winsheimer sillonne le comté pour ordonner la participation aux célébrations de Pâques, sans grand succès. Après une courte période d’action psychologique, l’intendance emploie alors des méthodes musclées qui ont fait leurs preuves dans le reste du royaume : l’utilisation des soldats pour la reconquête des âmes50. Ceux-ci sont déjà actifs aux côtés des jésuites. S’ils ne logent pas chez l’habitant, ils procèdent tout de même à la fouille des maisons afin d’en retirer bibles et livres de dévotion pour les brûler dans la rue. À la mi-mai 1686, La Goupillière ordonne au lieutenant du bailli, Henri Winsheimer, de faire savoir aux protestants du comté que s’ils ne se convertissent pas sous 24 heures, il fera appel à des dragons. Un régiment d’Auvergne arrive à Metz en août51 mais, entre-temps, l’intendant a eu recours à la persuasion du grand prévôt et des archers de Bitche. Tous ne cèdent pas pour autant. Parmi les obstinés, il y a Henri Karcher, de Bouquenom : « Henry Karcher, un de ceux qui ne voulurent pas se rendre, dit que sa femme seroit morte des coups qu’Elle auroit receu desdits archers52. » La présence de ces archers, les violences exercées, sont suffisamment persuasives pour que la plupart des habitants endossent les habits d’un catholicisme tiède qui ne tarde guère à se refroidir en peu d’années. À ce moment, Winsheimer est sorti de la scène de l’histoire.

  • 53 A.D. 67, 4 E 434/2/1.
  • 54 Description de la Lorraine et du Barrois, t. 2, La Veuve Leclerc, Nancy, 1779, p. 248.

24Le 11 octobre 1689, Henri Winsheimer s’éteint, sans renier sa nouvelle confession, « après avoir reçu tous les sacrements, comme un bon chrétien53 ». Le dernier honneur accordé par les catholiques à cet ancien pasteur devenu lieutenant du bailli est de l’ensevelir dans l’église de Bouquenom, ce dont se charge le curé Jean-Pierre Hock. Bien des décennies plus tard, l’acte de sa conversion n’est cependant pas oublié : dans sa Description de la Lorraine et du Barrois, Durival écrit laconiquement : « Charles IV avoit toléré la confession d’Augsbourg à Bouquenom & Sarwerden ; le dernier ministre lutherien abjura à Metz en 168554. » Du côté des luthériens de Bouquenom, la mémoire de Winsheimer est effacée. Son successeur, le pasteur Herrenschmidt, qui s’occupe de Bouquenom à partir de Pisdorf (1698-1710) puis s’y installe, ne fait nullement mention, dans ses commentaires, à Winsheimer. Au XIXe siècle, lorsque ses anciens coreligionnaires parlent de lui, c’est avec mépris.

25De cette conversion, la monarchie n’a pu tirer de réels profits ; peut-être est-ce d’ailleurs au regard des maigres échos de celle-ci que l’on ne prit même pas la peine de publier « son » récit de conversion. En revanche, le texte qui nous reste constitue un témoignage d’une conversion d’un pasteur luthérien, aux marges de la France et de l’Empire, témoignage de la politique religieuse de Louis XIV, mais qui ouvre aussi la comparaison sur deux modalités de récits à étudier, à la croisée des mondes calvinistes et luthériens.

Notas

1 Sur le sujet, voir Duhamelle C., « La conversion princière au catholicisme dans le Saint-Empire : conséquence ou remise en cause de la paix de Westphalie ? », J.-P. Kintz et G. Livet (dir.), 350e anniversaire des Traités de Westphalie. Une genèse de l’Europe, une société à reconstruire, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1999, p. 299-310 ; Christ G., « Fürst, Dynastie, Territorium und Konfession. Beobachtung zu Fürstenkonversionen des ausgehenden 17. und beginnenden 18. Jahrhunderts », Saeculum, 24, 1973, p. 367-387; Deventer J., « Konversionen und Konvertiten im Zeitalter der Reformation und Konfessionalisierung. Stand und Perspektiven der Forshung », Aschkenaz, 15, 2005, p. 257-270.

2 Jalabert L., « La politique territoriale française sur la rive gauche du Rhin (1679-1697) : des « Réunions » à la Province de la Sarre », Revue historique, 657, janvier 2011, CCCXIII/1, p. 61-91.

3 Nous n’incluons pas ici le cas de la plaine d’Alsace, pour lequel nous renvoyons aux travaux de G. Livet, L. Châtellier et B. Vogler.

4 Archives départementales du Bas-Rhin (A.D. 67), 3 E 434/38.

5 À la suite d’un arrêt de la chambre impériale de justice (1629), les Lorrains occupent Bouquenom et Sarrewerden, qui constituent dès lors une enclave lorraine, mais en profitent pour occuper l’ensemble du comté, lui-même en situation d’enclave à l’est du duché de Lorraine. Cette situation n’est réglée qu’en 1670.

6 La situation est bien entendu exceptionnelle au regard de l’Église luthérienne du Nassau-Sarrebrück-Sarrewerden ; le comte détient normalement l’autorité ecclésiastique supérieure. En 1710, dans le comté de Sarrewerden, c’est le pasteur Gustav Herrenschmidt qui est nommé et approuvé par les deux comtes Ludwig Crato et Friedrich Ludwig (A.D. 67, 3 E 434/40/2).

7 A.D. 67, 3 E 434/38.

8 A.D. 67, 3 E 434/38.

9 « Auch baldt darauffden 27. Febr. meinen würcklig auffzug anhero nach Bockenheim genommen » (A.D. 67, 3 E 434/38).

10 A.D. 67, 3 E 434/38.

11 Les deux mentions figurent à la suite du recensement des confirmés et des communiants, à une vingtaine de pages de différence, mais il ne semble pas qu’il s’agisse d’une écriture a posteriori, en raison des pages blanches entre les deux parties. Nous sommes vraisemblablement ici face à une écriture immédiate.

12 Au moins deux de ses trois filles effectuent des mariages avec des conjoints catholiques, lesquels seront également maires de Bouquenom en 1695 et 1710. Du mariage de Maria Dorothée avec François Turbert (notaire royal, substitut du procureur général), naît entre autres Jean (28/02/1697), qui devient prêtre et recteur du collège jésuite de Bouquenom de 1748 à 1751.

13 Paul Pellisson est lui-même un ancien calviniste chargé de la caisse des nouveaux convertis du royaume.

14 Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT), A1 775. Le même indique également dans une autre lettre datée du même jour que « des que le ministre de Bouquenom aura fait son abjuration, il n’aura qu’a l’adresser à M. D’obusson qui prendra l’ordre du Roy sur la pension que Sa Ma trouvera bon de luy accorder » (SHAT A1 752).

15 SHAT A1 758.

16 SHAT A1 758.

17 SHAT A1 758 : « J’ay receu la lettre que vous avez pris la peine de m’escrire le 19e de ce mois avec les papiers qui y étaient joints. La demande du ministre de Bouquenom qui a fait abjuration entre vos mains est juste, et il n’a qu’à s’adresser à Mr Pelisson par les soins duquel il recevra la pension qu’il a lieu d’espérer par sa conversion. »

18 Archives départementales de Meurthe-et-Moselle (A.D. 54), B 924 no 7. Au passage, soulignons le rejet de la mémoire collective de l’ancien pasteur dont on n’emploie plus le nom.

19 Bibliothèque Nationale de France (BNF), Collection Lorraine, no 939.

20 Aux archives départementales de Moselle, ni le fonds de la Propagation de la foi de Metz (G 1282-1283 et 1286-1291), ni ceux de l’évêché de Metz (19J et 29J) n’indiquent la moindre trace de cette conversion.

21 En revanche, il y a Jacques Séverin, ministre calviniste à Burbach, qui est mené en prison à Phalsbourg, et qui abjure entre les mains du recteur jésuite Dez de Strasbourg. Son vicaire, Barthélemy de Marolles, est quant à lui emprisonné à Bitche puis à Châlons-sur-Marne où toutes les tentatives pour le convertir échouent ; en 1688, il est banni du royaume (Adam J., Evangelische Kirchengeschichte der elsässischen Territorien bis zur Französischen Revolution, Strasbourg, 1928, p. 258).

22 Mentions dans Schauroth E. C. von, Vollständige Sammlung aller Conclusorum, Schreiben und anderer übrigen Verhandlungen des Hochpreislichen Corporis Evangelicorum, 3 tomes, Ratisbonne, 1751-1752, t. 2, p. 672 sq.

23 BNF, Collection Lorraine, no 939, lettre du curé de Fénétrange du 7 juin 1680.

24 BNF, Collection Lorraine, no 939, ibid.

25 SHAT A1 757, lettre à M. de Bissy du 26 novembre 1685.

26 Il n’existe pas de version imprimée de cet écrit.

27 Levy J., Der Konvertit Joh. Heinrich Winsheimer gewesener evang. Pfarrer in Bockenheim und die Beweggründe seines Uebretritts zur kath. Mutterkirche, Colmar, 1923, p. 48.

28 Ibid., p. 49.

29 Levy J., op. cit., p. 24.

30 Sur le sujet, voir Jalabert L. « Le récit de conversion au catholicisme dans le Saint-Empire : relations, discours et normes », J. El Gammal, Jalabert L. (dir.), Récit et histoire. Formes et épistémologie d’un outil historique, no spécial des Annales de L’Est (à paraître 2012). Ces récits sont en partie rassemblés dans Räss A., Die Convertiten seit der Reformation, nach ihrem Leben und aus ihren Schriften, 13 vol., Fribourg-en-Brisgau, 1866-1880.

31 Cité d’après Levy J., op. cit., p. 13.

32 Ibid., p. 17.

33 Ibid., p. 18.

34 Ibid., p. 48. D’ailleurs, s’appuyant sur Matthieu (18,17), il rappelle que celui qui n’écoute pas l’Église est tenu pour publicain ou païen (« S’il refuse de les écouter, dis-le à l’Église ; et s’il refuse aussi d’écouter l’Église, qu’il soit pour toi comme un païen et un publicain »).

35 Ibid., p. 26 (9e réflexion).

36 Ibid., p. 49. C’est bien entendu une dénonciation des Églises protestantes territoriales qui est sous-jacente, renforcée par le fait que Winsheimer ne comprend pas que des luthériens puissent se servir de versions différentes du Petit catéchisme de Luther (33e réflexion).

37 Winsheimer indique qu’il a lu « Der Wegweiser ». Peut-être s’agit-il de Wegweiser Für alle die jenige jetzt nützlich zu lesen/welche dieser Zeit vorwenden/sie können sich in den grossen Zwyspalt von der Religion nicht schicken/noch wissen/welcher Glaub recht oder nicht recht seye/weil sie ungelehrte Layen sindt, d’Abraham Scultetus, (Franckfurt am Mayn : Ammonius, 1629), qui était prédicateur réformé à la cour en Silésie.

38 Peter Pazmany (1570-1637), issu d’une famille calviniste, s’est convertir à l’âge de 12 ou 13 ans ; il devient l’une des grandes figures de la contre-réforme en Hongrie, dans la partie située actuellement en Slovaquie. Il a écrit Wegweiser zur göttlichen wahrheit..., ouvrage lu par Winsheimer (34e réflexion).

39 Levy J., op. cit., p. 37.

40 « Ich habe aber keines dieser Zeichen gefunden in den neuen Reformierten oder vielmehr Deformierten Religionen der Kalvinisten oder Lutheraner » (cité d’après Levy J., op. cit., p. 37).

41 36e réflexion.

42 SHAT A1 758, lettre du 13 décembre à Pellisson.

43 BNF, Collection Lorraine, no 939.

44 Cité d’après Matthis G., Bilder aus der Kirchen-und Dörfergeschichte der Grafschaft Saarwerden, Strasbourg, 1894, p. 15.

45 A.D. 54, G 969.

46 « Es ist Herr Intendant von Homburg nacher Bockenheim kommen und angefangen die Bürger von Stadt und Land lassen vor sich kommen, ob sie wollen catholisch werden? Er hatt ihnen alle Freyheiten versprochen, Geld angeboten, worauffEtliche Geringe sich dazu verstanden, weilen als aber die Vornehmsten sich keineswegs, weder mit Geld oder freyheiten sich haben vollen dazu verstehn, hatt man angefangen mit Musquetieren auf Discretion dazu anzuhalten. Etliche hatt man zu Bockenheim in Thurn gestekt, die Einen hatt man nacher Pfalzburg, dieAndern nacher, Homburg geführt, bis sie sich erklärt haben catholisch zu werden und so baldt Einer sich erklärt, hatt man alle Beschwerungen von ihm genommen und auf einen andern gelegt », d’après un mémoire certainement écrit vers 1694 à Strasbourg (cité d’après Matthis G., op. cit., p. 15-16).

47 A.D. 54, Layette B 924 no 7 : rapport du sieur Merlin, officier du duc de Lorraine, sans date (XVIIIe siècle).

48 Le 10 février, deux femmes abjurent, suivies de 2 autres les 19 et 22 février. Les hommes se convertissent les 18, 19 et 22 mars, à la réserve d’un seul qui franchit le pas en septembre. Le 3 mai 1686, 7 autres femmes se convertissent. Il ne reste alors qu’une seule luthérienne, Elisabeth Reeb (A.D. 67, 5 mi 232/2).

49 Peu après son intervention début février, La Goupillière écrit à von Steincallenfels, un protestant, « dass, als einige sich opponirt, hat er selbige in’s Gefängniss werfen lassen, da dann etliche nachdem sie 2 Stunden, etliche nachdem 2 Tage im Gefängniss gewesen abgefallen, viele aber noch darinnen sich befinden » (Landesarchive Wiesbaden, Saarw. Generalia XJ, fo 110).

50 Le doyen de Fénétrange écrit à Mme de Vaudémont (date ?) que « Mr l’Intendant a envoyé des archers dans tous les villages dudit comté [pour] que les ha[bita] ns ayent a se declarer pour la foy catholique et d’assister a tous nous prédication, catéchismes et ceremonies de l’Esglise a peine dy estre constrainct par voye de faict » (BNF, Collection Lorraine ms 939, fo 247-248).

51 Le 17 octobre 1686, Louvois ordonne à La Goupillière « de placer une compagnie de dragons à Fénétrange, Lixheim et Dimering [...] et qu’elles y vivent de manière à ce qu’on en aie aucune plainte de la part des habitants » (SHAT A1 775). Il n’est plus ici question de « dragonnades » mais seulement de persuader, par une présence militaire affirmée, les nouveaux convertis à accomplir leurs devoirs religieux.

52 A.D. 54, Layette B 924 no 7.

53 A.D. 67, 4 E 434/2/1.

54 Description de la Lorraine et du Barrois, t. 2, La Veuve Leclerc, Nancy, 1779, p. 248.

Autor

Maître de conférences à l’université de Lorraine (site de Nancy), membre du CRUHL, l’auteur travaille sur les frontières confessionnelles dans une aire germano-française, en s’intéressant aux espaces de cultes et aux espaces du quotidien afin de tester l’idée de coexistence religieuse. Un nouvel axe de travail a été ouvert avec des recherches sur l’armée à l’époque moderne, plus particulièrement l’aumônerie militaire.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540