Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La conversion

 | 
Didier Boisson
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Troisième partie. Expériences collectives

« Contrains-les d’entrer » : protestants et conversions forcées (1685-1686)

Luc Daireaux

Texte intégral

  • 1 Luc, XIV, 23.
  • 2 Bayle P., De la tolérance. Commentaire philosophique sur ces paroles de Jésus-Christ « Contrains-l (...)
  • 3 Ibid., p. 49.
  • 4 Voir, à ce sujet, l’analyse de Bost H., Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006, p. 288 sq.
  • 5 Bayle P., De la tolérance, op. cit., p. 216 et 217 (2e partie).

1« Et le maître dit au serviteur : Va dans les chemins et le long des haies et ceux que tu trouveras, contrains-les d’entrer, afin que ma maison soit remplie. » Ce verset de l’Évangile de Luc1, qui pose avec une acuité particulière le problème de la contrainte en matière de conversion, constitue la principale matière de réflexion du fameux Commentaire philosophique rédigé par Pierre Bayle et paru de manière anonyme en 1686 et en 16872, soit quelques mois après la promulgation de la révocation de l’édit de Nantes. Le « discours préliminaire » de cet ouvrage comprend un saisissant portrait du convertisseur, « un monstre moitié prêtre et moitié dragon, et qui, comme le centaure de la fable réunissait en une même personne l’homme et le cheval, confond en un seul suppôt les personnages différents de missionnaire qui dispute et de soldat qui bourrelle un pauvre corps et qui pille une maison3 ». Sans se laisser enfermer dans l’actualité4, le philosophe ariègeois, réfugié à Rotterdam depuis 1681, analyse un phénomène qu’il nomme les « croisades dragonnes » ou les « dragonneries de France5 », du nom de ces soldats se déplaçant à cheval et combattant à pied, autorisés par le pouvoir royal à s’installer chez les habitants de confession réformée et à y commettre les pires violences.

  • 6 Cette problématique rejoint la démarche initiée par Krumenacker Y., « Les dragonnades du Poitou : (...)

2Il s’agit ici de montrer que les conversions forcées, initiées en 1681 avec les événements du Poitou, amplifiées en 1685-1686, sont pour l’historien un objet particulièrement complexe d’analyse, dans la mesure où elles ont fait l’objet, immédiatement ou presque, de récits, d’images, de commentaires divers et variés, discours imprimés pour la plupart. Toute cette mémoire a recouvert d’un voile, plus ou moins épais, la réalité historique de ce vaste mouvement d’abjurations6. Afin de mieux comprendre les mécanismes qui président aux dragonnades des années 1680, j’adopterai donc ici une démarche régressive, de la mise en image et de la mise en texte à la réalité, de l’imprimé à l’archive.

Comment dire les conversions forcées

  • 7 Nouvelles de la République des lettres, novembre 1685 [2e édition, Amsterdam, Henry Desbordes, 1685 (...)
  • 8 On peut consulter notamment [Huet G.], Lettre écritte de Suisse en Hollande, pour suppléer au défa (...)
  • 9 Saurin É., Réflexions sur les droits de la conscience, où l’on fait voir la différence entre les d (...)
  • 10 Richelet P., Nouveau dictionnaire françois, contenant généralement tous les mots, les matières, et (...)
  • 11 Furetière A. et Basnage H., Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois, (...)

3C’est depuis les milieux du Refuge protestant (Provinces-Unies, Saint-Empire romain germanique ou Royaume-Uni) que se construit une première mémoire des conversions forcées, dès la seconde moitié des années 1680. Au prix de quelques tâtonnements, un nouveau vocabulaire est inventé par les réformés pour dire les persécutions dont ils sont les victimes ou les témoins. Dès le numéro de novembre 1685 des Nouvelles de la République des lettres, une revue dirigée et largement rédigée par Pierre Bayle, apparaissent les expressions de « croisade dragonne », de « conversions » et de « convertis à la dragonne ». « Un converti à la dragonne est ce qu’on appelloit anciennement un libellatique », est-il précisé dans le compte rendu d’un ouvrage de Pierre Jurieu7. Durant la décennie suivante, l’usage du mot de dragonnade(s), au singulier comme au pluriel, se diffuse dans la littérature protestante8. Le terme est employé au moins à quatre reprises dans l’ouvrage du pasteur Élie Saurin, Les Droits de la conscience, texte paru en 16979. En 1694, le Dictionnaire de Pierre Richelet signalait le « mot [...] nouveau » de « dragonner », soit « contraindre par la violence des dragons à changer de religion10 ». En 1701, le Dictionnaire d’Antoine Furetière, revu par l’avocat et journaliste réformé Henri II Basnage, définit les termes suivants : « dragonnade », « à la dragonne » et « dragonner ». La dragonnade est vue comme une « nouvelle espèce de croisade », un « mot qui s’est introduit dans la langue depuis quelques années, à l’occasion de la manière dont la France s’est pris[e] à faire des conversions ». Et l’auteur d’ajouter : « dragonnade se dit donc de l’action de dragonner, de l’expédition des soldats, ou dragons, pour obliger les réformez de France à changer de religion ». L’article se termine par un jugement sans appel : « La dragonnade sera l’horreur des honnêtes gens de toutes les nations et de toutes les religions11. » La définition de « dragonner » est encore plus longue et détaille le processus :

« On s’est servi de soldats, ou de dragons, pour contraindre les protestans à embrasser la religion romaine ; on envoyoit chez eux une garnison de soldats ou de dragons pour vivre à discrétion et y commettre toutes sortes de désordres, mangeant, dissipant et tourmentant jusqu’à ce qu’accablé de fatigue et ruiné entièrement, on promit de se faire catholique romain. »

4Le mot a déjà un sens figuré, ajoute Henri Basnage :

  • 12 Furetière A. et Basnage H., Dictionnaire universel, op. cit., s. v. « dragonner ».

« Ainsi, on dit dans la conversation dragonner quelcun, pour dire le harceler, l’importuner, pour l’obliger à faire ce qu’on veut exiger de lui12. »

  • 13 On retrouve cette expression dans un pamphlet de 1688, revu l’année suivante, L’Esprit de la Franc (...)
  • 14 Voir en particulier une scène de dragonnade à Orange, gravure de Jan Luiken, dans Benoist É., Hist (...)
  • 15 « Tirannien tegen de Gereformeerden in Vrankryk », gravure attribuée à Romeyn de Hooghe, [Leyde], (...)
  • 16 Voir la légende en français de la gravure, texte reproduit dans le Bulletin de la Société de l’His (...)
  • 17 Plusieurs scènes du « Miroir des tourments », notamment celle de la dragonnade, figurent dans un p (...)

5Entre les hésitations lexicales des débuts et la définition aboutie de 1701, un long chemin a été parcouru. Il faut dire que les dragonnades ont été au cœur de nombreux récits et de plusieurs images qui ont circulé et contribué à asseoir ce thème dans l’Europe lettrée du tournant des XVIIe et XVIIIe siècles. Les « missionnaires bottés13 » font l’objet de quelques gravures. À côté de celles de Jan et Casper Luiken, reproduites notamment dans l’édition néerlandaise de l’Histoire de l’édit de Nantes du pasteur Élie Benoist14, il faut citer une œuvre attribuée à Romeyn de Hooghe, intitulée « Tyrannies contre les réformés en France15 ». Au centre, on voit Guillaume, prince d’Orange, et son épouse Marie accueillir les réfugiés huguenots aux Provinces-Unies. L’épisode est daté de 1686. Les douze autres scènes détaillent les mesures répressives dont furent victimes les protestants. La politique du Roi-Soleil avant 1685 est d’abord dénoncée (A) ; la fermeture et la destruction des temples sont rappelées (B et C) ; la lutte contre les assemblées clandestines est évoquée avec emphase (D), de même que le terrible châtiment des galères, où sont envoyés des centaines d’« opiniâtres » (E). Se succèdent sept scènes de violences (F à M). La première nous intéresse tout particulièrement, puisqu’elle évoque les conversions forcées. Le regard est d’emblée attiré par un dragon monté sur un cheval et brandissant une épée. La légende donne le détail des divers supplices mentionnés. À la droite de la gravure, un homme et une femme sont attachés. Au centre, deux hommes, dont un ecclésiastique, forcent un autre à boire un liquide, de « l’urine » dit la légende. Au premier plan, trois enfants gisent abandonnés, à côté d’une hache et d’un couteau. À gauche, un homme se voit appliquer des « thuilles chaudes », et « cette invention diabolique », affirme-t-on, est réitérée « tant de fois, jusqu’à consumer entièrement l’humidité du cerveau et des yeux ». Enfin, on va jusqu’à « pendre les martyrs dans la cheminée, y faisants un feu des bibles et des testaments ». Les corps pendants sont visibles aux trois-quarts16. Même s’il demeure difficile de mesurer la diffusion de cette œuvre17, on peut penser qu’elle a contribué à façonner la mémoire des conversions forcées.

  • 18 Sur ces textes, il faut consulter le travail de Stelegowska A., La Formation de la mémoire de la r (...)
  • 19 Lettre escrite de France, touchant les violentes persécutions qu’on y fait à ceux de la Religion r (...)

6Dès 1685 circulent des récits imprimés de conversions forcées18. Ils sont de tailles et de formes très variables. La Lettre écrite de France touchant les violentes persécutions qu’on y fait à ceux de la religion réformée, datée du 5 septembre 1685, publiée en français et en néerlandais, reparue aussitôt dans le recueil de Pierre Jurieu, Réflexions sur la cruelle persécution..., relate les dragonnades prérévocatoires dans le Sud-Ouest19. En Béarn, dit l’auteur anonyme d’un texte qui relève autant du témoignage que du pamphlet, les soldats, sous l’autorité de l’intendant Foucault,

  • 20 Lettre escrite de France, op. cit., p. 2.

« démolissoient les maisons, ils mettoient en pièces les plus beaux meubles, ils meurtrissoient et ils assomoient de coups les vénérables vieillards, ils traînoient sans pitié aux Églises des femmes honorables ; ils garretoient personnes innocentes comme d’infâmes scélérats, ils les pendoient par les pieds jusques à ce qu’ils se vissent aux abois, ils leur approchoient de la teste nue, ils leur appliqoient en d’autres endroits des palles ardentes ; ils les enfermoient entre quatre murailles, où ils les laissoient périr de faim et de soif... ; ils ne cessèrent jamais jusque à ce que leur inhumanité eust enfin triomphé de la patience et de la foy de ces misérables20 ».

  • 21 Ibid., p. 3. Pour le contexte, voir Valette J., « Les cantonnements de troupe et les dragonnades à (...)
  • 22 Lettre escrite de France, op. cit., p. 4.
  • 23 Lettre d’un protestant de France réfugié à Londres à un autre protestant de ses amis, réfugié à Da (...)
  • 24 Ibid., p. 5-6 : « Je vais commencer à satisfaire votre curiosité, après vous avoir averti que tous (...)
  • 25 Ibid., p. 7-8. Les dragons ont « mis en usage, pour le [M. Liège] vaincre, mille moiens barbares e (...)
  • 26 Ibid., p. 16 sq.

7Et la Lettre d’évoquer le « déluge épouvantable » qui s’abat sur les communautés réformées de Montauban, de Guyenne, du Périgord, tout particulièrement à Bergerac dont l’auteur semble bien connaître la situation21. La fin du texte oscille entre des perspectives apocalyptiques, annonciatrices de « supplices » et de « massacres », et une espérance : « [que Dieu] convertisse ceux qui croyent luy faire service en nous [les protestants] faisant mourir22 ». En 1686 paraît la Lettre d’un protestant de France réfugié à Londres à un autre protestant de ses amis, réfugié à Dantzig23. Le récit, très imagé comme le précédent, est articulé en deux moments nettement identifiables. L’auteur, qui feint de se placer sur un terrain privé et qui revendique la véracité des divers témoignages glanés, présente d’abord une quinzaine d’exemples de violences subies par les réformés poitevins, exemples non datés mais concernant les dragonnades antérieures et postérieures à la Révocation24. Il signale ainsi le cas de M. Liège, maître-apothicaire et ancien du consistoire de Saint-Maixent, contraint de loger « plus de trois cens dragons à diverses fois, tant officiers que simples soldats » et qui finit par « succomber [abjurer] » après avoir été victime de divers sévices25. La deuxième partie du récit fait le portrait de trois « convertisseurs », « instigateurs [des] barbaries26 ».

Ill. 1. – Tirannien tegen de Gereformeerden in Vrankryk, après 1686, vue d’ensemble.

Ill. 2. – Tirannien tegen de Gereformeerden in Vrankryk, apres 1686, vue particuliere.

  • 27 Voir [Laizement D.-H. de], Histoire des réformez de La Rochelle, depuis l’année 1660 jusqu’à l’ann (...)
  • 28 Claude J., Les plaintes des protestans cruellement opprimez dans le royaume de France, Cologne, Pi (...)
  • 29 Jurieu P., La Politique du clergé de France, avec les derniers efforts de l’innocence affligée, ou (...)
  • 30 Je me réfère ici à [Jurieu P.], Réflexions sur la cruelle persécution que souffre l’Église réformé (...)
  • 31 [Jurieu P.], Réflexions, op. cit., préface non paginée. On peut confronter ce texte avec Le Dragon (...)
  • 32 [Jurieu P.], Réflexions, op. cit., 1re partie, p. 18.
  • 33 Voir les analyses, parfois divergentes, de Labrousse É., « Les idées politiques du Refuge : Bayle (...)
  • 34 [Jurieu P.], Réflexions sur la cruelle persécution, op. cit., 1re partie, respectivement p. 8 et 9

8Les violences des conversions ont également été mises en relief dans d’autres types de récits, des monographies27 ou des textes à vocation plus générale28, en particulier ceux de Jean Claude, d’Élie Benoist ou encore de Pierre Jurieu. Les conversions forcées constituent un thème récurrent dans l’œuvre prolifique de ce dernier, pasteur, professeur de théologie à Sedan puis à Rotterdam. Les premiers « logements » de soldats chez les protestants poitevins sont signalés dès 168229. Les Réflexions sur la cruelle persécution que souffre l’Église réformée de France, publiées en 1685 puis en 1686, marquent une nouvelle étape30. Dès la préface, Jurieu fait le lien entre le dragon de l’Apocalypse et les officiers de Louis XIV : « Autrefois, le dragon donna sa puissance à la beste, mais aujourd’huy la beste, le furieux Antéchrist romain, emprunte les dragons des roys de la terre, pour exercer sa puissance31. » L’ouvrage est conçu comme un recueil de divers textes où les « réflexions » se mêlent à divers témoignages, inédits ou non, des violences subies par les réformés. Sont également publiées des lettres de consolation adressées par les pasteurs réfugiés à leurs troupeaux restés en France. Ainsi, après le récit des dragonnades survenues à La Rochelle, à Montauban et dans le Sud-Ouest avant 1685, est évoquée la période postérieure à la promulgation de l’édit de Fontainebleau, de manière générale ou à l’occasion de divers épisodes attestés en Poitou, en Angoumois, en Saintonge ou encore dans le Vivarais. L’ouvrage dénonce ainsi, de manière multiforme, ces « fort belles conversions [...] faites à coups de barre et de baston32 ». Ce faisant, Pierre Jurieu pose les premiers jalons d’une pensée politique qu’il n’aura de cesse de développer par la suite, une forme de contractualisme où la souveraineté populaire peut s’opposer à la monarchie absolue lorsque celle-ci bascule dans la tyrannie33. Comment comprendre qu’il soit « permis d’arracher aux gens leur bien, de les priver de privilèges fondés sur des arrests, des édits et des déclarations royales, sur des promesses et des serments réitérés, de leur oster des libertés dont ils jouissent depuis cent ans » ? Agir ainsi, c’est bien « exposer un peuple aux fureurs et aux caprices d’un tyran34 ». Avec Jurieu comme avec Bayle, les conversions forcées deviennent ainsi le point de départ de réflexions plus amples. Cette instrumentalisation conceptuelle des dragonnades en a façonné la mémoire.

Retour au réel : quelles dragonnades ?

  • 35 Cet aspect apparaît très nettement dans le récit de [Legendre P.], Histoire de la persécution fait (...)
  • 36 Journal de Jean Migault, ou malheurs d’une famille protestante du Poitou (1682-1689), éd. Krumenac (...)

9Les images et les textes analysés ci-dessus donnent évidemment une idée de l’ampleur des dragonnades pré et postrévocatoires. Il convient toutefois de prendre garde à l’effet accumulatif des anecdotes rapportées ou au choix très souvent fait d’insister sur ceux qui résistent (les « opiniâtres »), aux dépens des convertis, ces « révoltés » qui abandonnent la foi de Calvin35. Ces caractéristiques se retrouvent dans divers récits restés manuscrits avant d’être publiés à l’époque contemporaine. Le souci de « faire mémoire » a modelé tous ces textes. On pourrait ici citer de multiples exemples, du précieux Journal du Poitevin Jean Migault aux Mémoires de Jean Valat, jeune notable du Vigan, en passant par le récit du Cauchois Isaac Dumont de Bostaquet36.

  • 37 Pour plus de détails, je me permets de renvoyer à mon livre, « Réduire les huguenots ». Protestant (...)
  • 38 Lettre de Louis XIV au marquis de Beuvron, Fontainebleau, 21 octobre 1685, Bibliothèque nationale (...)
  • 39 Lettre du ministre Louvois à l’intendant Marillac, Fontainebleau, 21 octobre 1685, Service histori (...)
  • 40 Cf. les registres secrets du parlement de Normandie, 13 novembre 1685, Archives départementales de (...)
  • 41 Discours du marquis de Beuvron, 31 octobre 1685, reproduit dans le registre des délibérations de l (...)
  • 42 Voir les registres secrets du parlement de Rouen, 13 novembre 1685, Archives départementales de la (...)
  • 43 Les témoignages directs sont peu nombreux, du fait de la disparition des archives locales. Voir ce (...)
  • 44 Cf. le registre des délibérations de la ville, 5-14 novembre 1685, Archives départementales du Cal (...)
  • 45 Voir le récit complaisant du Mercure galant, janvier 1686, p. 224-240.
  • 46 On peut consulter notamment les travaux de Krumenacker Y., « Les dragonnades », art. cit., p. 410- (...)

10Comment les dragonnades apparaissent-elles dans les sources qui enregistrent au plus près les événements ? Examinons la situation à Rouen et en Normandie aux lendemains de la promulgation de l’édit de révocation37. Le 21 octobre 1685, Louis XIV annonce au marquis de Beuvron, lieutenant du roi en haute Normandie, l’arrivée imminente de troupes dirigées par Jacques-François de Choiseul, marquis de Beaupré, lieutenant général du gouvernement de Champagne38. Le secrétaire d’État de la guerre, le marquis de Louvois, le dit clairement à l’intendant de la généralité de Rouen, René de Marillac : Louis XIV souhaite des conversions rapides ; en cas de résistance, la « cavalerie sera logée chez les religionnaires », qui payeront « 20 sols par place d’ustensille et [fourniront] encore un prix pour le fourrage et la nourriture aux cavaliers ». Le roi veut cependant éviter les excès et recommande de « mesnager [...] les plus gros marchands et ceux des manufacturiers dont le travail est utile à la province39 ». Douze compagnies de cavaliers des régiments du roi et du royal-étranger, soit un effectif théorique de 540 hommes, arrivent dans la capitale normande entre le 27 et le 31 octobre 168540. Ce dernier jour, les chefs de famille sont convoqués à l’hôtel de ville. Ceux qui refusent de se convertir s’exposent au « logement » des cuirassiers41. Environ 500 familles abjurent dans les jours qui suivent42. D’autres résistent, malgré la soldatesque. Les dragonnades, commencées dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre 1685, se terminent au tout début de l’année suivante. Le succès semble au rendez-vous. En recoupant les divers documents disponibles, il apparaît que la stratégie des autorités est fondée sur trois piliers : l’annonce de l’arrivée des troupes qui instille un climat ; l’entrée des militaires et la menace des « logements » ; les dragonnades réservées à quelques dizaines de familles, parmi les plus convaincues. Le processus est plus ou moins complet selon les localités de la province. À Dieppe, les dragonnades, initiées le 12 novembre 1685, sont d’une rare violence ; elles mobilisent autorités civiles et ecclésiastiques43. En basse Normandie, des dragonnades sont attestées, notamment à Caen44. Plus au sud, en Alençon, les protestants abjurent massivement ; ils craignent un débarquement de soldats qui n’a finalement pas lieu45. En Normandie comme dans l’ensemble du royaume de France, c’est ce type de conversions, motivées par la peur, nourries par les récits des violences, qui domine largement46.

  • 47 Je me permets de renvoyer à mon article, « “Abjurer l’hérésie” dans l’ancien diocèse de Coutances (...)

11L’abjuration est le symbole même de la conversion forcée. L’abjurant déclare en général ses intentions devant les autorités civiles avant de s’exécuter devant l’évêque ou l’un de ses délégués. Au dernier trimestre de 1685 et au début de l’année suivante, les abjurations collectives se multiplient. Des familles entières, parfois avec leur domesticité, renoncent aux « erreurs de Calvin ». Les procès-verbaux insistent sur la lourdeur du rituel, lequel passe par la récitation d’une profession de foi et est sanctionné par l’autorisation de participer aux sacrements d’eucharistie et de pénitence. Les textes insistent toujours sur l’absence de contrainte et le « bon gré » des abjurants47. Le contraste entre les circonstances qui président à ces abjurations et le discours qu’en donne la documentation demeure saisissant. Pour les autorités ecclésiastiques, une véritable conversion passe par la présence à la messe et par la communion. Dès 1686, des membres du clergé se plaignent du peu d’enthousiasme des néo-catholiques. Ainsi, le 25 février de cette année, Armand-Jean de Rancé, abbé de La Trappe, confie son désarroi à l’un de ses correspondants :

  • 48 Lettre de l’abbé Armand-Jean de Rancé au maréchal de Bellefonds, 25 février 1686, texte publié par (...)

« Les convertis de ce pays-ci [aux confins du Perche et de la Normandie] sont extrêmement durs... Je ne puis croire que Dieu ait fait une chose si grande [la Révocation] pour la laisser imparfaite et pour n’y pas mettre la dernière main48. »

12Malgré tout, Rancé se refuse à imposer la communion à ses nouveaux coreligionnaires :

  • 49 Lettre de Rancé à la duchesse de Guise, 11 juin 1686, dans ibid., p. 367.

« Il me semble qu’après l’abjuration, il eût été beaucoup plus utile de les instruire et de les disposer avec beaucoup de douceur à approcher de la sainte Table que non pas de leur en faire une nécessité49. »

  • 50 Voir en particulier [Lepage A.], L’Impiété des communions forcées, avec quelques réflexions sur le (...)

13En cela, l’abbé de La Trappe s’oppose à des pratiques attestées dans certaines provinces, tout particulièrement le Midi, et dénoncées par des protestants comme par des catholiques50. Si la méthode de la « douceur » est défendue par la plupart des membres du clergé, les réalités locales sont contrastées. Le processus de conversion, qui s’inscrit dans le temps long, est tributaire des intentions, souvent changeantes, du pouvoir politique.

14De ce rapide panorama émergent deux idées majeures. Il faut d’abord rappeler que les conversions forcées désignent une réalité qui a concerné la grande majorité des quelque 800 000 protestants vivant dans le royaume de France au milieu du règne de Louis XIV. Il convient cependant de distinguer les conversions obtenues à la suite de dragonnades, d’intensité et de durée variables, et les abjurations résultant d’autres formes de pression, en particulier la menace des « logements ». L’histoire de cette immixtion du politique dans la sphère religieuse reste d’autant plus difficile à conduire que le travail de mémoire a fait son œuvre de manière quasi immédiate. La réalité des conversions contraintes n’émerge que par l’exhumation des différentes strates de discours qui ont à la fois occulté ses significations premières et contribué à la façonner.

Notes

1 Luc, XIV, 23.

2 Bayle P., De la tolérance. Commentaire philosophique sur ces paroles de Jésus-Christ « Contrains-les d’entrer », éd. Gros J.-M., Paris, Presses Pocket, 1992.

3 Ibid., p. 49.

4 Voir, à ce sujet, l’analyse de Bost H., Pierre Bayle, Paris, Fayard, 2006, p. 288 sq.

5 Bayle P., De la tolérance, op. cit., p. 216 et 217 (2e partie).

6 Cette problématique rejoint la démarche initiée par Krumenacker Y., « Les dragonnades du Poitou : leur écho dans les mémoires », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 131, p. 405-422. Contrairement à ce dernier auteur, je limite mon analyse au point de vue protestant. Le regard catholique sur les dragonnades n’est pas traité ici.

7 Nouvelles de la République des lettres, novembre 1685 [2e édition, Amsterdam, Henry Desbordes, 1685], p. 1228 (compte rendu des Réflexions sur la cruelle persécution que souffre l’Église réformée de France..., 1685). Voir aussi le rare opuscule paru en 1685 ou en 1686, Le Dragon missionaire, ou conférence d’un dragon avec un gentilhomme protestant, qui porte l’adresse suivante : « À Oxfort, en l’année des conversions à la dragone ». Le débat théologique entre un gentilhomme de la « Religion prétendue réformée » et un dragon néocatholique cède bientôt la place à la violence. Le protestant, dont on « brûle [les pieds] à petit feu », cède et déclare : « Faîtes de mon corps ce qu’il vous plaira » (p. 32-33). Ce dernier texte est traduit et publié en anglais, accompagné d’une lettre de Pierre Jurieu, Le Dragon missionaire, or The dragoon turn’d apostle being a dialogue between a French Protestant Gentleman, and a French dragoon, wherein the new way of converting hereticks by dragoons is very lively and truly represented, to which is annexed a letter of Monsieur Jurieu to a French gentleman of quality, upon his dragonary conversion [1686?].

8 On peut consulter notamment [Huet G.], Lettre écritte de Suisse en Hollande, pour suppléer au défaut de la réponse que l’on avoit promis de donner à un certain ouvrage que Monsr Pellisson a publié sous le nom d’un nouveau converti, touchant les récriminations qui y sont faittes aux réformez des violences que les catholiques employent pour la conversion de ceux qu’ils appellent héritiques [sic], Dordrecht, Théodore Goris, 1690, p. 41 (mot employé au pluriel ; ce texte, de la main de Gédéon Huet, proche de Pierre Bayle, réfute un ouvrage, attribué à Paul Pellisson, en réalité rédigé par le philosophe de Rotterdam lui-même, ce qui est particulièrement cocasse). Voir aussi [Bayle P.], La Chimère de la cabale de Rotterdam démontrée par les prétendues convictions que le sr Jurieu a publiées contre Mr Bayle, Amsterdam, Henry Desbordes, 1691, p. CLXXIV (préface, terme utilisé au singulier), et, du même auteur, Dictionnaire historique et critique, Rotterdam, Reinier Leers, 1697, t. 1er, 2e partie, p. 1150 (article « Ferrier (Jérémie) », remarque D, au singulier), et t. 2, 2e partie, p. 769 (article « Pellisson (Paul) », « ces dragonnades qui seront éternellement l’horreur des honnêtes gens, de quelque nation et de quelque religion qu’ils soient »). Enfin, voir Basnage J., Traité de la conscience, dans lequel on examine sa nature, ses illusions, ses craintes, ses doutes, ses scrupules, sa paix et divers cas de conscience, avec des réflexions sur le Commentaire philosophique, Amsterdam, Pierre Brunel, 1696, t. 2, p. 273 (au singulier).

9 Saurin É., Réflexions sur les droits de la conscience, où l’on fait voir la différence entre les droits de la conscience éclairée et ceux de la conscience errante, on réfute le Commentaire philosophique et le livre intitulé Droits des deux souverains, et on marque les justes bornes de la tolérance civile en matière de religion, Utrecht, Antoine Schouten, 1697, p. 90, 439, 522 et 660 (à chaque fois au pluriel).

10 Richelet P., Nouveau dictionnaire françois, contenant généralement tous les mots, les matières, et plusieurs nouvelles remarques sur la langue françoise..., Cologne, Jean-François Gaillard, 1694, t. 1er, p. 342.

11 Furetière A. et Basnage H., Dictionnaire universel, contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, et les termes des sciences et des arts..., La Haye et Rotterdam, Arnoud et Reinier Leers, 1701, t. 1, s. v. « dragonnade ». La dernière citation rappelle [Bayle P.], Dictionnaire historique et critique, op. cit., t. 2, 2nde partie, p. 769.

12 Furetière A. et Basnage H., Dictionnaire universel, op. cit., s. v. « dragonner ».

13 On retrouve cette expression dans un pamphlet de 1688, revu l’année suivante, L’Esprit de la France et les maximes de Louis XIV découvertes à l’Europe, Cologne, Pierre Marteau, 1689, p. 17.

14 Voir en particulier une scène de dragonnade à Orange, gravure de Jan Luiken, dans Benoist É., Historie der Gereformeerde Kerken van Vrankryk..., Amsterdam, Jan ten Hoorn, 1696, t. 2, 4e partie, entre les p. 502 et 503.

15 « Tirannien tegen de Gereformeerden in Vrankryk », gravure attribuée à Romeyn de Hooghe, [Leyde], J. Tangena. Sur certains exemplaires (Bibliothèque nationale de France, Rés. QB 201 (170, 6)-FT 4 ; Bibliothèque royale des Pays-Bas, 1056 E 1 [28] et Pflt 12460) figure une légende en néerlandais (« Verklaringe van de bovenstaande grouwelijke Vervolgingen tegen de Gereformeerde in Vrankrijk, 1685 en 1686 ») et en français (« Miroir des tourments exercés contre ceux de la religion réformée en France ») explicitant les scènes reproduites. Sur d’autres (Bibliothèque de la Société de l’histoire du protestantisme français, Chrono. XVIIe siècle, 71 ; Bibliothèque royale des Pays-Bas, 1056 E 1 [29]), la légende est uniquement en néerlandais, sous la forme d’un poème signé Johannis Harberding et intitulé « Verklaaring van dese bovenstaande Prent, over de wreede Vervolging der Gereformeerde in Vrankrijk, begonnen 1685 en nog gedurende 1699 ». Voir également les Négociations de M. le comte d’Avaux en Hollande, depuis 1685 jusqu’en 1688, t. 5, Paris, Durand et Pissot, 1753, p. 231 (rapport du 31 janvier 1686, « On fit graver en Hollande des tailles douces, représentant les différentes sortes de tourmens que l’on faisoit souffrir en France aux gens de la R. P. R. avec un imprimé françois et flamand, qui contient l’explication de ces tailles douces »). Enfin, on peut lire Cillessen W., Krieg der Bilder. Druckgraphik als Medium politischer Auseinandersetzung im Europa des Absolutismus, Berlin, Deutsches Historisches Museum, 1997, p. 218-219.

16 Voir la légende en français de la gravure, texte reproduit dans le Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, t. 51, 1902, p. 406-409, ici p. 407.

17 Plusieurs scènes du « Miroir des tourments », notamment celle de la dragonnade, figurent dans un pamphlet intitulé Spiegel der frantzösichen Tyranney, das ist ausführlich-umständliche Erzehlung der unmenschlichen Grausamkeit welche die frantzösische Nation wider die so genannte Reformirte im Königreich Franckreich, sie zur catholischen Religion zu zwingen, das verwichene 1685 te Jahr mit Sengen, Brennen, Schmäuchen und dergleichen abscheulicher Marter unerhörter Weise verübet, mit hierzu dienlichen Kupffern zum Druck befördert, 1686, spécialement entre les p. 86 et 87.

18 Sur ces textes, il faut consulter le travail de Stelegowska A., La Formation de la mémoire de la révocation de l’édit de Nantes : les écrits des réformés rédigés entre 1680 et 1700, thèse tapuscrite, Paris, École pratique des hautes études, 2004, passim.

19 Lettre escrite de France, touchant les violentes persécutions qu’on y fait à ceux de la Religion réformée. Een Brief gescheven uit Vrankryk, wegens de wreede vervolgingen der Gereformeerde, [1685 ?], texte dont les derniers mots sont ainsi formulés : « à Périgort, le 5 septembre 1685 ». Voir aussi l’édition proposée par Weiss N., « La mission bottée en Béarn, haut Languedoc et Gu[y]enne : lettre d’un témoin, du 5 septembre 1685 », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 34, 1885, p. 440-449.

20 Lettre escrite de France, op. cit., p. 2.

21 Ibid., p. 3. Pour le contexte, voir Valette J., « Les cantonnements de troupe et les dragonnades à Bergerac de 1680 à 1685 », Actes du 103e congrès national des sociétés savantes, Nancy-Metz, 1978. Section d’histoire moderne et contemporaine, t. 1er, Paris, CTHS, 1979, p. 463-476.

22 Lettre escrite de France, op. cit., p. 4.

23 Lettre d’un protestant de France réfugié à Londres à un autre protestant de ses amis, réfugié à Dantsic, où l’on voit des actes d’une cruauté inouïe que l’on a exercez dans la province de Poitou contre divers particuliers pour les forcer à changer de religion. Avec les noms et les qualitez des principaux convertisseurs de cette province, 1686.

24 Ibid., p. 5-6 : « Je vais commencer à satisfaire votre curiosité, après vous avoir averti que tous les faits dont je vous parleray sont très constants et très véritables. Je les ay appris tant par moy-mesme que par des personnes qui se son[t] échapées de France après moy, de la bonne foy desquelles je suis très persuadé. Je me renfermeray dans le Poitou, parce qu’outre que vous prenez plus d’intérest dans cette province que dans les autres, c’est qu’on peut assurer qu’il n’y en a point d’autre dans la France où la cruauté ait plus éclatté que dans celle-là. Je n’observeray point l’ordre des temps auxquels tout cela s’est fait. Ce n’est pas un livre que je fais pour le public, c’est une lettre seulement que j’écris à un amy. J’exposeray les faits selon que ma mémoire me les fournira. »

25 Ibid., p. 7-8. Les dragons ont « mis en usage, pour le [M. Liège] vaincre, mille moiens barbares et inouïs : ils le pendirent sous les aissèles au plancher, et sa femme auprez de lui, et durant un long temps, ils les faisoient heurter l’un contre l’autre. Après quoy, voians qu’ils n’avançoient rien sur leur constance, ils nouèrent une serviette fine autour du cou de ce pauvre homme, et attachèrent un seau plein d’eau à chaque bout de la serviette, ce qui lui serrant extraordinairement la gorge, le contraignoit à tirer la langue, laquelle ils pointilloient avec des canivets [couteaux] fort aigus ».

26 Ibid., p. 16 sq.

27 Voir [Laizement D.-H. de], Histoire des réformez de La Rochelle, depuis l’année 1660 jusqu’à l’année 1685, en laquelle l’édit de Nantes a été révoqué, Amsterdam, veuve de Pierre Savouret, 1689, ici p. 276 sq (sur les violences de 1685), ou encore [Legendre P.], Histoire de la persécution faite à l’Église de Rouen sur la fin du dernier siècle, Rotterdam, Jean Malherbe, 1704, p. 73 sq.

28 Claude J., Les plaintes des protestans cruellement opprimez dans le royaume de France, Cologne, Pierre Marteau, 1686, p. 66-85 surtout ; Benoist É., Histoire de l’édit de Nantes contenant les choses les plus remarquables qui se sont passées en France avant et après sa publication..., Delft, Adrian Beman, 1693-1695, t. 3 (3e partie), notamment p. 844-845 (sur le terme générique de « dragons ») et passim. Voir aussi l’analyse proposée dans un cadre régional par Krumenacker Y., « Les dragonnades du Poitou », art. cit.

29 Jurieu P., La Politique du clergé de France, avec les derniers efforts de l’innocence affligée, ou entretiens curieux de deux catholiques romains, l’un Parisien et l’autre provincial, sur les moyens dont on se sert aujourd’huy pour détruire la religion protestante dans ce royaume. Dernière édition, revue et augmentée..., Amsterdam, Daniel Du Fresne, 1682, p. 78 sq.

30 Je me réfère ici à [Jurieu P.], Réflexions sur la cruelle persécution que souffre l’Église réformée de France et sur la conduitte et les actes de la dernière assemblée du clergé de ce royaume. Avec un examen des prétendues calomnies dont le clergé se plaint au roy dans sa profession de foy à deux colonnes que les réformés ont répandues dans leurs ou[v]rages contre l’Église romaine. Divisé en deux parties. Seconde édition, corrigée et augmentée de divers faits considérables..., 1686, soit l’édition III b telle qu’elle est identifiée par Kappler É., Bibliographie critique de l’œuvre imprimée de Pierre Jurieu, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 261-268, ici p. 264-265.

31 [Jurieu P.], Réflexions, op. cit., préface non paginée. On peut confronter ce texte avec Le Dragon missionaire, op. cit., p. 18, où est évoqué « le dragon roux ». Les soldats du Roi-Soleil tiennent de ce dernier leur « mission » ; ils sont « les fleuves qui poursuivent la femme de l’Apocalipse qui s’enfuit au désert. » Voir Apocalypse, XII.

32 [Jurieu P.], Réflexions, op. cit., 1re partie, p. 18.

33 Voir les analyses, parfois divergentes, de Labrousse É., « Les idées politiques du Refuge : Bayle et Jurieu », Conscience et Conviction. Études sur le XVIIe siècle, Paris et Oxford, Universitas et Voltaire Foundation, 1996, p. 159-191, et de Piqué N., « Du loyalisme monarchique à la souveraineté populaire : l’évolution théologico-politique de Pierre Jurieu », Bost H. et Lauriol C. (dir.), Refuge et Désert. L’évolution théologique des huguenots de la Révocation à la Révolution française. Actes du colloque du Centre d’étude du XVIIIe siècle, Montpellier, 18-19-2 janvier 2001, Paris, Honoré Champion, 2003, p. 55-66. On peut lire également Hubac J., « Tyrannie et tyrannicide selon Pierre Jurieu », Bulletin de la Société de l’histoire du Protestantisme Français, t. 152, octobre-décembre 2006, p. 583-609.

34 [Jurieu P.], Réflexions sur la cruelle persécution, op. cit., 1re partie, respectivement p. 8 et 9.

35 Cet aspect apparaît très nettement dans le récit de [Legendre P.], Histoire de la persécution faite à l’Église de Rouen, op. cit.

36 Journal de Jean Migault, ou malheurs d’une famille protestante du Poitou (1682-1689), éd. Krumenacker Y., Paris, Les éditions de Paris, 2011, p. 27-45 (dragonnade de 1681) et 59-67 (1685) ; Valat J., Mémoires d’un protestant du Vigan, des dragonnades au Refuge (1683-1686), éd. Birnstiel E. et Chanson V., Paris, Les éditions de Paris, 2011, p. 37-94 en particulier ; Mémoires d’Isaac Dumont de Bostaquet, gentilhomme normand, sur les temps qui ont précédé la révocation de l’édit de Nantes, sur le Refuge et les expéditions de Guillaume III en Angleterre et en Irlande, éd. Richard M.-E., Paris, Mercure de France, 2002, p. 122 sq.

37 Pour plus de détails, je me permets de renvoyer à mon livre, « Réduire les huguenots ». Protestants et pouvoirs en Normandie au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2010, p. 677 sq.

38 Lettre de Louis XIV au marquis de Beuvron, Fontainebleau, 21 octobre 1685, Bibliothèque nationale de France, ms. nv. acq. fr. 1206, fol. 2.

39 Lettre du ministre Louvois à l’intendant Marillac, Fontainebleau, 21 octobre 1685, Service historique de la Défense, Terre, AG, A750, fol. 588.

40 Cf. les registres secrets du parlement de Normandie, 13 novembre 1685, Archives départementales de la Seine-Maritime, 1 B 210, fol. 280 vo.

41 Discours du marquis de Beuvron, 31 octobre 1685, reproduit dans le registre des délibérations de la ville de Rouen, Archives communales de Rouen, A 28, fol. 283 vo.

42 Voir les registres secrets du parlement de Rouen, 13 novembre 1685, Archives départementales de la Seine-Maritime, 1 B 210, fol. 281 ro.

43 Les témoignages directs sont peu nombreux, du fait de la disparition des archives locales. Voir cependant la correspondance de Louvois conservée au Service historique de la défense, Terre, AG, A1757, passim.

44 Cf. le registre des délibérations de la ville, 5-14 novembre 1685, Archives départementales du Calvados, 615 E Dépôt 80, fol. 81-85.

45 Voir le récit complaisant du Mercure galant, janvier 1686, p. 224-240.

46 On peut consulter notamment les travaux de Krumenacker Y., « Les dragonnades », art. cit., p. 410-413 surtout, et Les Protestants du Poitou au XVIIIe siècle (1681-1789), Paris, Honoré Champion, 1998, p. 62-83, 100 sq.

47 Je me permets de renvoyer à mon article, « “Abjurer l’hérésie” dans l’ancien diocèse de Coutances à la fin du XVIIe siècle », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 147, juillet-septembre 2001, p. 435-473.

48 Lettre de l’abbé Armand-Jean de Rancé au maréchal de Bellefonds, 25 février 1686, texte publié par Alban John Krailsheimer, Abbé de Rancé. Correspondance. Édition originale, t. 3, Paris et Cîteaux, Cerf et abbaye de Cîteaux, 1993, p. 347.

49 Lettre de Rancé à la duchesse de Guise, 11 juin 1686, dans ibid., p. 367.

50 Voir en particulier [Lepage A.], L’Impiété des communions forcées, avec quelques réflexions sur les peines qu’on inflige à ceux qui refusent d’y participer, en particulier sur les outrages faits aux cadavres, Deventer, 1689.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. – Tirannien tegen de Gereformeerden in Vrankryk, après 1686, vue d’ensemble.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50019/img-1.jpg
Fichier image/, 315k
Légende Ill. 2. – Tirannien tegen de Gereformeerden in Vrankryk, apres 1686, vue particuliere.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50019/img-2.jpg
Fichier image/, 285k

Auteur

Luc Daireaux , agrégé et docteur en histoire, chercheur associé au Centre de recherche d’histoire quantitative, à l’université de Caen-Basse-Normandie, a notamment publié « Réduire les huguenots ». Protestants et pouvoirs en Normandie au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2010, et « Le feu de la rébellion ». Les imprimés de l’affaire de Bretagne (1764-1769), Paris, Honoré Champion, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540