Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La conversion

 | 
Didier Boisson
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Troisième partie. Expériences collectives

Latinisation de l’Église d’Occident : regard sur la conversion d’une langue

Laure Carrion

Texte intégral

Introduction

1C’est sous un angle essentiellement lexical que nous aborderons la thématique de la conversion. Remontant le cours de la langue et de la pensée d’une communauté pour nous arrêter au moment où s’y articule un changement de représentation, nous prendrons le texte moins comme outil que comme témoin de la conversion.

  • 1 Gaffiot F., Dictionnaire Latin français ; Blaise, A. Dictionnaire latin-français des auteurs chrét (...)
  • 2 Tusculanes, 1, 62, texte établi par Fohlen G. et traduit par Humbert J., éd. Les Belles lettres, Pa (...)
  • 3 De statu animae, 1, 21, p. 72, l. 19, CSEL, vol. 11, Engelbrecht A. On y lit, parlant du changemen (...)
  • 4 Hieremias liber ab Hieronymo ex hebraico translatu in Biblia sacra iuxta Uulgatam uersionem (Uetus (...)

2Mais d’abord de quoi s’agit-il1 ? Pour rappel, conuersio désigne d’abord concrètement « l’action de se tourner », un « mouvement circulaire », une « révolution » : Cicéron2 utilise le terme conversiones, pour évoquer les « révolutions des astres », mais on le trouve aussi chez des auteurs chrétiens comme Claudianus Mamertus3 ou Jérôme, lequel, traduisant en latin le Livre de Jérémie, exprimera l’idée de retour dans le polyptote « conuertam conuersionem populi mei », « je procurerai le retour de mon peuple4 » (il emploiera le terme à plusieurs autres occasions dans ce même texte).

  • 5 Commentarius in Matthaeum 4, 10, Doignon J. Sources Chrétiennes, 254, éd. du Cerf, Paris, 1978/79.
  • 6 De institutione oratoria, livre 10, chap. 5, § 4, Livres X et XI, Texte établi et traduit par Jean (...)
  • 7 Mais on a pu le rencontrer dans un sens péjoratif, chez Augustin d’Hippone par exemple qui, dans D (...)
  • 8 Jérôme, Epistulae 107, 2, I. Hilberg, CSEL, 54 ; 55 ; 56, 1910-1918.

3Outre ce sens concret, dans la langue classique comme dans le latin plus tardif, le mot peut désigner aussi un « changement, une métamorphose » ; Hilaire de Poitiers écrira ainsi « conuersioni homo subiacet5 ». Quintilien de son côté l’emploie même au sens de « traduction6 ». Enfin conversio revêt, spécialement chez les chrétiens, le sens que l’on sait de « conversion morale » (ordinairement dans le sens positif de « retour à la vraie foi, à une vie meilleure7 ») ainsi Jérôme écrira-t-il : « Nunquam est sera conversio. » « Il n’est jamais trop tard pour se convertir8. »

4Ces quelques exemples de variations sémantiques du mot latin situent un peu notre problématique. Nous nous intéresserons ici en effet aux débuts du christianisme latin (entre les IIe et Ve siècles) : l’Église est alors en pleine évolution tant sur le plan externe que sur le plan interne et l’on assiste à une évolution conjointe de la pensée antique et du langage car le Christianisme qui, en soi, imprime une conversion à l’âme autant qu’une conversion culturelle, s’accompagne nécessairement d’une conversion linguistique. Pour commencer nous dessinerons à grands traits le contexte dans lequel, pour les chrétiens, se pose la question de la langue. Puis nous montrerons suivant quelles étapes et par quels moyens cette « conversion » de la pensée a su exprimer son caractère nouveau, particulièrement en Occident, avant de terminer par un exemple précis.

À peuple nouveau, langue nouvelle

Chrétiens et non chrétiens

  • 9 Pour Flavius Josèphe, les chrétiens n’appartiennent plus au judaïsme. cf Baslez, M.-F. « Qui sont (...)
  • 10 Vies des douze Césars, Claude-Néron, traduit par Ailloud H., relu par Maurin J., préface et commen (...)
  • 11 Epistulae livre x, 96 et 97 citées par Faivre A. Chrétiens et Églises. Des identités en constructi (...)
  • 12 Annales, XV, 44. Trad. de Lavency M. dans Faivre A. op. cit.
  • 13 De Labriolle P., La réaction païenne : étude sur la polémique antichrétienne du Ier au VIe siècle (...)
  • 14 Il use de périphrases. Ainsi dans Galates 1, 22, il parle des « églises de Judée qui étaient dans (...)
  • 15 Actes des apôtres 11, 26. L’épisode mentionné aurait eu lieu vers 39-41. Le texte original de Luc (...)

5Né du judaïsme au sein de l’empire romain, le mouvement chrétien se revendique différent par rapport aux juifs d’abord (Paul par exemple affirmant, dès 40, qu’il n’est pas nécessaire d’être juif pour devenir chrétien9), aux yeux des Romains ensuite. Les écrits qui nous sont parvenus montrent que si dans un premier temps les chrétiens ne sont pas distingués des autres juifs, au début du IIe siècle ils sont bien différenciés et les témoignages à peu près contemporains de Suétone10, Pline le jeune11 ou Tacite12 vont dans ce sens13. Le mot de chrétien même, que Paul n’utilise jamais14, serait apparu avant les années 50. Pour Luc, « c’est à Antioche que pour la première fois les disciples reçurent le nom de chrétiens15 ».

  • 16 Matthieu, 1, 16 : « Ἰησοῦς, ὁ λεγόμενος χριστός » en latin « Iesus, qui vocatur Christus » ; Luc 2 (...)

6Deux homophones existaient d’abord en grec qui, par l’effet de l’iotacisme, ont pu se confondre. χρηστός, « utile, bienfaisant », appartient au vocabulaire profane bien avant l’époque qui nous concerne. χριστός lui, s’il a le sens matériel de « graissé, enduit », ne figure ensuite que dans la Septante pour traduire l’hébreu messiah soit celui « qui a reçu l’onction sainte ». Les Romains ont pu prendre χρηστός pour le nom du fondateur de ce nouveau courant religieux puis, Jésus devenant de plus en plus clairement pour ses disciples le Messie (χριστός) annoncé par les Écritures juives16, la forme χριστιανός a pu s’imposer pour prévaloir enfin, latinisée cette fois en christianus.

  • 17 Apologie, I, 4, 5 et I, 4,1, intr., texte crit., trad. et notes Munier, Ch., Sources Chrétiennes, (...)
  • 18 Apologétique III, 5, texte établi et traduit par Waltzing J. P., intro. et notes par Dauzat P.-E., (...)

7Justin et Tertullien mentionneront par la suite cet état antérieur du mot dans un but apologétique. Justin écrit ainsi : « Χριστιανοὶ γὰρ εἶναι κατηγορούμεθα τὸ δὲ χρηστὸν μισεῖσθαι οὐ δίκαιον », « On nous accuse d’être chrétien, or il n’est pas juste de haïr ce qui est chrestos » et, plus haut dans le texte « Ὀνοματος μὲν οὖν προσωνυμία οὔτε ἀγαθὸν οὔτε ἡμῶν ὀνόματος, χρηστότατοι ὑπάρχομεν », « le seul énoncé d’un nom n’autorise aucun jugement ni en bien ni en mal, si l’on fait abstraction des actions qui tombent sous le coup de ce nom ; or si l’on s’en tient au nom dont on nous fait grief, il se trouve que nous sommes chrestotatoi (c’est-à-dire les meilleurs des citoyens, les plus utiles)17. » Quant à Tertullien, on lit sous sa plume : « Christianus vero, quantum interpetatio est, de unctione deducitur. Sed et cum perperam Chrestianus pronuntiatur a vobis (nam nec nominis certa est notitia penes vos) de suavitate vel benignitate compositum est », autrement dit : « Le mot christianus, au contraire, à considérer son étymologie, dérive du mot onction. Même quand vous le prononcez de travers Chrestianus – car vous n’avez pas même une exacte connaissance de ce nom – il signifie à la fois douceur et bonté18. »

Les chrétiens, « troisième peuple », peuple « nouveau »

  • 19 Tertullien en particulier reprend l’expression à plusieurs reprises dans Ad nationes (par exemple (...)
  • 20 Morhmann, Ch. Latin vulgaire, latin des chrétiens, latin médiéval, Revue des études Latines, t. 29 (...)
  • 21 Éphésiens 2, 11 à 17 et partic. 14. Texte grec tiré du Nouveau Testament interlinéaire grec/frança (...)
  • 22 Éphésiens, 2, 14 soit en latin « Ipse enim [...] qui fecit utraque unum ».
  • 23 I Corinthiens, 10, 32, « Ἁπρόσκοποι γίνεσθε καὶ Ἰουδαίοις καὶ Ἕλλησιν καὶ τῇ ἐκκλησίᾳ τοῦ θεοῦ » a (...)
  • 24 Apologie, 2, par Pouderon, B., Pierre M. J., Sources Chrétiennes no 470, Paris, 2003 : « ὅ [...] τ (...)
  • 25 Lettre de l’Église de Smyrne au sujet du Martyre de Saint Polycarpe, III, 2, in Lettres, Ignace d’ (...)

8Dans les textes revient ensuite plusieurs fois la notion de tertium genus c’est-à-dire « troisième peuple », un concept fondamental pour nous. La formule prend ici une signification nouvelle proprement religieuse19 : en désignant les chrétiens20 elle prend acte, de fait, de leur situation particulière. L’idée est perceptible dans la Lettre de Paul aux Éphésiens21 où, s’agissant du Christ on peut lire « ὁ ποιήσας τὰ ἀμϕότερα ἕν », « lui qui des deux peuples n’en a fait qu’un22 ». Elle est exprimée ensuite dans la première Épitre aux Corinthiens23 : « Ne soyez en scandale ni aux Juifs, ni aux Grecs, ni à l’Église de Dieu », autre manière de dire ce qu’Aristide écrit dans son Apologie24 : « Il y a trois races d’hommes dans ce monde à savoir les adorateurs de ceux que vous appelez des dieux, les Juifs et les Chrétiens. » Il semble que Le Martyre de Polycarpe25, dans la deuxième moitié du IIe siècle, en constitue la dernière occurrence. On y voit, tandis qu’elle attend l’arrivée de l’évêque promis au martyre, « la foule tout entière pleine d’admiration devant la force d’âme de la pieuse et sainte race des Chrétiens » ce qui donne en grec : « Ἐκ τούτου οὗν πᾶν τὸ πλῆθος, θαυμάσαν τὴν γενναιότητα τοῦ θεοϕιλοῦς καὶ θεοσεβοῦς γένους τῶν Χριστιανῶν. » On peut supposer que, pertinent au moment où éclot le Christianisme, ce concept a peut-être cessé de l’être par la suite, la nouvelle religion ayant désormais acquis, d’une certaine manière, visibilité et légitimité.

  • 26 Éphésiens, 2, 15-16 : « ut duos condat in semetipso in unum novum hominem » c’est-à-dire « pour cr (...)
  • 27 Apologie XVI, 3 « Et c’est vraiment un nouveau peuple, dans lequel se mêle quelque chose de divin. (...)
  • 28 Les Stromates 6, 5, 41, Descourtieux P., éd. du Cerf, Paris, 1999. En 41, 4 on peut aussi lire : « (...)
  • 29 Le pédagogue 1, 5, 15, introduction Marrou H. I., trad. de Harl M., Sources Chrétiennes 70, Paris (...)
  • 30 Épître aux Galates, 6, 15 : il s’agit d’être « une créature nouvelle », « καινὴ κτίσις », en latin (...)
  • 31 Auteur, date et origine obscurs, sans doute vers 190-200 selon Marrou dans l’introduction de l’édi (...)
  • 32 De Dominica oratione 9, Oeuvres de Cyprien, Schantz III, 345-365, Stegmuller, 2020 CSEL p. 265-294 (...)
  • 33 Perrin, M. – Y., Histoire générale du Christianisme, « Chrétiens juifs païens », dir. Armogathe, J (...)
  • 34 Cf. Tertullien dans Apologétique, XIX, trad. J. P. Waltzing, éd. Les Belles Lettres, 1998 : « Auct (...)
  • 35 Morhmann Ch., « “Tertium genus”, Les relations judaïsme, antiquité, christianisme reflétées dans l (...)
  • 36 Inglebert, H., Les Romains chrétiens face à l’histoire de Rome : histoire, christianisme et romani (...)
  • 37 Par exemple Tertullien op. cit. ou l’auteur de la Lettre à Diognète (§ 5).

9À l’expression est en outre associée parfois l’idée de nouveauté : « [...] ἵνα τοὺς δύο κτίσῃ ἐν ἑαυτῳ εἰς ἕνα καινὸν ἄνθρωπον » lit-on dans la Lettre aux Éphésiens à la suite du passage cité plus haut26. On la trouve encore dans la version syriaque de l’Apologie d’Aristide27 et, à plusieurs reprises, en grec, chez Clément d’Alexandrie (dans les Stromates28 comme dans le Pédagogue29). C’est que la conversion exige et opère un renouvellement de l’homme comme en témoignent explicitement Paul30 et, plus tard, l’auteur de la Lettre à Diognète31 ou Cyprien32. Or la revendication de nouveauté qu’exprime le latin novus (en grec νέος) a, dans l’Antiquité33, quelque chose de subversif. Les Romains respectent toute institution qui s’inscrit dans une tradition antique, ce qui est novus leur est donc suspect et des formules comme res novae (qu’on peut traduire par « changement politique » ou « révolution ») ou homo novus comportent une connotation négative. Il n’est qu’à voir le soin que Cicéron, « homme nouveau » s’il en est, prend à employer cette dernière pour lui donner justement un caractère positif. C’est aussi pourquoi les apologistes voudront montrer que le christianisme s’enracine dans une tradition plus ancienne allant jusqu’à en trouver l’annonce chez les prophètes juifs34. Si l’expression tertium genus marque donc la continuité dans le passage de l’Ancienne Alliance à la Nouvelle Alliance, elle exprime en même temps la nouveauté du message : l’introduction des chrétiens dans le monde antique, quelle que soit la langue, comportera toujours cette double tendance : Accomplissement et Innovation35. Néanmoins, comme le souligne Hervé Inglebert, il ne s’agit pas d’opposer romanitas et christianitas36, c’est pourquoi les apologistes auront aussi à cœur de montrer qu’être chrétien ne signifie pas être incivique37.

  • 38 Colossiens, 3, 11 Cf. aussi Galates, 3, 26-28.
  • 39 Actes, 2, 1 à 12.

10Cosmopolite enfin, ce peuple nouveau est constitué d’éléments d’origines diverses. Paul l’exprime bien lorsqu’il écrit « ὅπου οὐκ ἔνι Ἔλλην καὶ Ἰουδαῖος, περιτομὴ καὶ ἀκροβuστία, βάρβαρος, Σκύθης, δοῦλος, ἐλεύθερος38 », « il n’y aura plus ni Juifs ni Gentils, ni circoncis, ni incirconcis, ni barbares, ni Scythes, ni esclaves ni homme libre ». Or comment annoncer un message unique à des peuples de langues différentes sinon par la création d’un langage commun ? Et si cette nécessité semble avoir été sensible dès l’origine – en témoigne l’épisode des langues de feu des Actes des Apôtres39 – on comprend bien qu’elle va s’amplifier dès lors que l’Église rayonnera plus largement. Il fallait donc trouver un langage nouveau pour dire des idées nouvelles tout en faisant entendre un message unique à un peuple divers.

Le latin des chrétiens, une langue spécifique

  • 40 Morhmann dans Latin vulgaire, latin des chrétiens, latin médiéval, Revue des études Latines, T. 29 (...)

11Chaque mot porte en lui l’histoire de sa langue et de ses locuteurs ; c’est particulièrement visible dans les premiers temps quand la signification des mots est encore infixée. Leur étude peut donc éclairer l’histoire de la pensée chrétienne à ses débuts. À la révolution spirituelle que constitua la naissance du christianisme correspond donc une révolution – une conversion – linguistique40 qui s’est exprimée sous la forme d’un renouvellement partiel du vocabulaire et de l’introduction d’emprunts, de déplacements de sens, de polysémies ; elle est enfin colorée par la langue parlée des catégories sociales les premières touchées par lui.

Les étapes de l’élaboration du latin des chrétiens

Quelques repères chronologiques et textuels41

  • 41 Pour les éléments de chronologie voir Morhmann, Ch. « Le latin, langue de la chrétienté occidental (...)
  • 42 Harl, M., La bible en Sorbonne ou La revanche d’Érasme, Paris, éd. du Cerf, 2004. La Septante fera (...)

12La question linguistique se pose, disions-nous, dès l’origine car, si l’hébreu est la langue dominante de l’Ancien Testament, les juifs de la diaspora cessent, au fil du temps, de le comprendre. Il convient donc de le leur traduire (ce qui sera fait entre 250 et 150 avant J. C.) : pour les premières communautés chrétiennes, issues de ce terreau juif, l’Ancien Testament c’est cette version grecque42, la Septante, et c’est en grec qu’est rédigé par la suite le Nouveau Testament. Le christianisme est donc d’abord prêché dans cette langue ou plutôt dans la κοινὴ, langue « commune » aux différentes communautés venues s’installer dans les grandes villes orientales de l’Empire romain et même de l’Occident. La langue des premiers chrétiens sera influencée à la fois par le grec des Écritures et celui de la κοινὴ.

13Pourtant si, au début, ce dernier constitue la langue de la communauté des fidèles, celle officielle de l’Église et celle de la Bible et des textes pastoraux, la communauté chrétienne de Rome se latinise parce qu’elle intègre de plus en plus de latins autochtones. Voici comment.

La latinisation de l’Église d’Occident : modalités chronologiques

  • 43 Gaudemet J. L’église dans l’empire romain (IVe-Ve siècles), t. III, Paris, 1958, p. 5. À la même é (...)

14D’abord le latin devient la langue courante des communautés chrétiennes : si à Lyon ou à Rome, au IIe siècle, les auteurs chrétiens parlent et écrivent le grec, en Afrique du Nord – même si certains, comme Tertullien, le savent – ils ne le pratiquent pas ce qui expliquerait que l’église d’Afrique ait été « latine » sinon dès le début du moins très tôt43.

  • 44 Mohrmann, Ch., « Linguistic problems of the early Christian church », Études sur le latin des Chré (...)
  • 45 Mohrmann Ch., op. cit.
  • 46 Pietri Ch., « Histoire, culture et “réforme liturgique”. L’exemple de l’antiquité tardive (IVe-VIe(...)
  • 47 Mohrmann op. cit.

15Au cours du IIe siècle on commence donc à transposer les documents chrétiens anciens écrits en grec comme, par exemple, la lettre du pape Clément aux Corinthiens. Les premières traductions de la Bible, attestées dès le milieu de ce siècle44, influenceront la langue courante des chrétiens désormais tout imprégnée « d’éléments bibliques » qui, pour certains, perdent ainsi leur caractère populaire ou exotique. Or ces traductions surviennent déjà à la fin d’une évolution. De cette époque encore on date les premiers Actes des Martyrs et les récits de Passions rédigés en latin. Vers la fin du IIe siècle et le début du IIIe siècle, Tertullien45 est le premier à exprimer en latin des idées théologiques ou morales46. Puis le latin prend progressivement le pas sur le grec comme langue officielle de l’Église. Dès le milieu du IIIe siècle il apparaît dans les lettres des évêques de Rome qui écriront désormais dans la langue maternelle de leur interlocuteur (le grec pour leur collègue d’Orient, le latin pour leur collègue d’Occident). Les inscriptions officielles n’enregistreront que plus tard cette évolution (les inscriptions funéraire des papes seront ainsi rédigées en grec jusqu’à la fin IIIe). La liturgie romaine enfin se latinise. Totalement grecque au début du IIIe, elle sera totalement latine à la fin du IVe avec les mesures prises sous Damase47. Sa commande à Jérôme, en 382, d’une traduction latine de la Bible, ne signe-t-elle pas officiellement la latinisation définitive de l’Église d’Occident ?

16Aux IVe et Ve siècles, latin chrétien et langue commune semblent se rapprocher ; de plus en plus de gens cultivés et formés dans la tradition classique s’étant convertis, l’influence de l’école de tradition païenne se fait sentir : Augustin, Jérôme ou Ambroise en témoignent dans leurs œuvres.

17Or latin et grec chrétiens se sont constitués selon des modalités différentes.

  • 48 Corpus Hermeticum, I, xii, Nock, A. D., Festugière A., les Belles Lettres, Paris, 1983.

18En Orient d’abord, outre qu’il n’y a pas de pouvoir centralisé, existe une ancienne tradition de traduction – particulièrement à Alexandrie. « Ὁ λόγος ἑις ἐστι καὶ μεθερμηνεὺεται καὶ ὁ αὐτὸς ἐυρίσκεται καὶ ἐν Αἰγύπτω καὶ ἐν Περσίδι καὶ ἐν Ἑλλαδί » lit-on dans le Corpus hermeticum48 ce qu’on pourrait traduire par « Le mot est un et il peut être traduit d’une langue à l’autre et on trouve que c’est le même en Égypte, en Perse et en Grèce » ; dès lors il devient inutile d’adopter un seul langage. Il n’en va cependant pas de même en Occident où le pouvoir impose une langue commune qui constitue à son tour un élément centralisateur.

19Le latin devra ensuite fournir plus d’effort de création linguistique car son premier contact avec la Bible s’est fait en grec non en latin. Les premiers traducteurs de la Septante, conscients d’avoir affaire à un texte sacré dont chaque mot voire l’ordre même des mots faisait sens, ont eu à cœur de rester proches de l’original. La Septante est donc l’une des bases de l’élaboration du latin chrétien, tant au niveau du vocabulaire, de la syntaxe parfois calquée du grec, que de la méthode (pour la création de nouveaux mots). Ces premières traductions influenceront le développement du latin chrétien et lui imprimeront ses caractéristiques.

Les modalités linguistiques de la conversion du latin chrétien d’Occident

20Que dire enfin de la manière dont cette « conversion » s’est opérée ?

  • 49 Mohrmann Ch., op. cit., t. i, Le latin des chrétiens (1961).
  • 50 Braun, R. « L’influence de la Bible sur la langue latine », Le Monde latin antique et la Bible, Fo (...)
  • 51 Morhmann, Ch. Latin vulgaire, latin des chrétiens, latin médiéval, Revue des études Latines, t. 29 (...)

21D’abord les romains se sont toujours méfiés des cultes orientaux ; ensuite et jusqu’à fin IVe début Ve l’Occident chrétien se méfie aussi de la culture profane. Ces deux particularités vont influencer la formation du latin des chrétiens dans la mesure où, d’emblée, on exclura tout mot en relation avec les cultes orientaux évitant par exemple ceux qui ont un sens technique dans le vocabulaire des Mystères même s’ils ont un sens général dans la langue commune. Ainsi a-t-on choisi, pour traduire le grec µνστήριον et bien qu’il n’en soit pas l’exact synonyme, le mot sacramentum49 pour éviter mysterium et ses équivalents sacra et arcana. Cette tendance à l’exclusion permet aussi, jusqu’au IVe où elle s’atténue, la création de néologismes50. On préfèrera choisir un mot complètement nouveau ou un mot emprunté plutôt que de donner un sens nouveau à un mot existant. Donc, tandis que le grec empruntait fort peu de mots étrangers mais produisait, lui, des néologismes sémantiques en développant le sens de mots existants, le latin emprunte beaucoup (surtout au grec) mais presque uniquement des mots désignant des realia comme apostolus, ecclesia, evangelium, episcopus, etc.51.

22Or, plus une langue est complexe et développée, plus elle est riche d’un arrière plan culturel et plus il lui sera difficile de se plier à l’expression d’idées nouvelles. C’est pourquoi, pour les idées abstraites et pour la doctrine chrétienne, conformément à la pratique traditionnelle latine, on forge des néologismes lexicaux en évitant les mots appartenant déjà aux domaines religieux païens afin d’éviter une contamination de l’idée nouvelle par l’ancienne. Voilà pourquoi le latin a volontiers créé ou récupéré des vocables anciens pour leur affecter un sens nouveau et a plus facilement adopté des mots issus de la vie civile et politique.

  • 52 Ibidem.

23On procède enfin à des déplacements de sens : tel mot latin profane comme fides, « confiance » prendra le sens proprement chrétien de « foi ». Rares au début ils deviendront de plus en plus fréquents au IVe et Ve siècles, signe d’une « émancipation52 » de la langue qui désormais ne craindra plus de se nourrir d’apports issus de la langue profane. Certains termes seront ainsi dotés d’un sens dans la langue commune et d’un autre dans la langue des chrétiens.

24La conversion spirituelle a donc rendu nécessaire une conversion linguistique. Comme la Grèce, des siècles auparavant, le christianisme a conduit le latin, langue d’une population rurale, à créer des mots abstraits et c’est ainsi qu’avec la victoire de ce dernier on passe, selon les termes de René Braun, de la κοινὴ à la « consuetudo christiana ».

Un exemple de mot : Papa

25à titre d’exemple et pour finir j’évoquerai quelques traits de la « conversion » d’un mot : papa connu en français sous la forme « pape », et que nous avons choisi parce que son évolution reflète celle, plus générale, de l’Église.

Étymologie

26Deux voies étymologiques expliquent l’origine du mot latin pappa.

  • 53 Cf Gaffiot F., Dictionnaire Latin Français ; Ernout A. et Meillet A., Dictionnaire étymologique de (...)

27 Pappa, ae f (avec un ou deux p) est un mot enfantin désignant la nourriture53.

  • 54 « Mon cher papa, ne voudrais-tu pas me faire armer la voiture à roues hautes ? » cf Labriolle, « U (...)
  • 55 Aristophane, La paix, éd. Coulon V., trad. Van Daele, les Belles Lettres, Paris, 1995.
  • 56 Satire 6, vers 633, texte établi par de Labriolle P. et Villeneuve F., présenté et traduit par Ser (...)

28 Pappa, m est aussi la forme familière, enfantine de « père » et d’origine grecque : ὁ πάππας. On la trouve par exemple chez Homère54 ou Aristophane55. Ainsi Nausicaa au chant vi de l’Odyssée s’adresse-t-elle en ces termes à son père : « Πάππα ϕίλ’οὐκ δὴ μοι ἐϕοπλισσείας ἀπήνην ὑψηλὴν εὔκυκλον ». Dans les deux langues on trouvera aussi le mot ὁ πάππος, ου qui signifie en première occurrence « grand père, aïeul » et, au pluriel, « ancêtres ». En latin on aura : pappus, i, m qui signifie d’abord « vieillard, grand père ». Il semble qu’en latin ce mot, avec un seul « p » et sans connotation familière, apparaisse plus tard chez Juvénal dans le sens de « père nourricier, gouverneur d’enfant » ou « pédagogue56 ».

  • 57 Gerard A. M., Dictionnaire de la Bible, Éd. Robert Laffont, 1989 et, pour approfondir la question, (...)
  • 58 Marc, 14, 36 ; Romains 8, 15 ; Galates, 4, 6.
  • 59 « abba pater », Thesaurus Linguae Latinae (TLL), Berlin, De Gruyter, vol. I, p. 48, lin. 71 et lin (...)
  • 60 Ibidem.
  • 61 Ad Galatas 4, 6.
  • 62 Matthieu, XXIII : « pour vous ne vous faites pas appeler Rabbi [« mon maître »] : car vous n’avez q (...)
  • 63 Jérôme, Commentarii in epistulam Pauli ad Galatas, lib. secundus, cap. 4, vers. 6, P. L. Migne, t.  (...)
  • 64 « Abbās » TLL, vol. I, p. 49, lin. 1 et lin. 22.

29Le grec s’approprie par ailleurs à l’époque de la rédaction du Nouveau Testament un mot araméen, transcrit en ὁ ἀββᾶ, dérivé du mot ab, « père », auquel il ajoute une note plus familière, affectueuse et qu’on pourrait traduire par « mon père57 ». On en a une première occurrence dans l’Évangile de Marc quand Jésus prie à Gethsémani et s’adresse ainsi à Dieu ; on le trouve aussi dans Romains ou Galates58, sous la forme ἀββᾶ ὁ πατήρ, en latin abba pater59, et par laquelle « Iesus et christiani deum patrem appellare consuerant60 ». À ce propos Jérôme61 selon qui abba pater est un pléonasme, le grec ayant juxtaposé le mot hébreu et sa traduction, préconise de n’utiliser ce terme que pour Dieu et, citant Matthieuxxiii62 dont il reprend l’argument, il écrit : « Je ne sais par quelle liberté excessive dans les monastères on nomme ainsi d’autres que Dieu ou l’on consent à être appelé ainsi63. » Le terme abbas ou abba64 semble en tout cas venir d’Égypte où l’on donnait le nom d’abba pater à des hommes vénérables comme les moines. Ainsi l’hébreu abba est-il récupéré pour donner un néologisme latinisé plus tard en « abbeus » afin de désigner le chef d’une communauté de moines, tandis que l’« abba pater » du Nouveau Testament, transcrit et perdant un « p » au passage, est à l’origine du nom papa.

Apparition et évolution du mot dans les écrits chrétiens

  • 65 Il en existe deux versions, grecque et latine. Au § xiii Saturus a une vision dans laquelle il se (...)
  • 66 De Pudicitia, 13.
  • 67 Levillain, Ph. Dictionnaire historique de la papauté, Paris, 1994.

30La Passion de Sainte Félicité et Perpétue, texte anonyme d’origine inconnue, l’un des plus anciens textes latins d’Afrique du Nord que cite Tertullien65 ou le De Pudicitia66 du même Tertullien, constituent les premiers exemples de l’emploi de papa au sens de « père » mais comme un titre d’honneur donné à un évêque. Nous sommes alors à la fin du IIe siècle. Il faudra attendre la fin du IIIe siècle pour que le nom de « pape » apparaisse officiellement67 dans les inscriptions où figurent les évêques de Rome. La première occurrence figure dans celle de Severus à saint Callixte à propos de Marcellinus : « Jussu papae sui Marcellinus ».

31Cependant, plus fréquente, plus officielle et technique est la dénomination episcopus, papa comportant quant à lui une dimension de « paternité spirituelle » (sans doute en rapport avec son origine étymologique).

32Voici quelques-unes des nombreuses occurrences qu’on trouve ensuite.

  • 68 Eutychii Alexandrini patr. Annales in P.G. CXI 982. L’Histoire universelle de ce patriarche du Xe, (...)
  • 69 Schmidt, C. Texte und Unters., V, 4 (1901) p. 42 cf. Labriolle,op. cit.

33En 231, l’évêque d’Alexandrie, Héraclas, semble être le premier à porter ce titre, du moins c’est ce que donne le texte d’Eutychius68 dont la traduction latine de l’Histoire universelle indique : « Depuis l’époque d’Héraclas, on appelle le patriarche d’Alexandrie Pape, c’est-à-dire « grand-père. » Le rapprochement que le texte fait entre avus et papa montre qu’on est bien toujours dans l’idée de paternité. De manière plus générale il semble que l’évêque d’Égypte ait été régulièrement nommé ὁ πάπας par les chrétiens d’Égypte69.

  • 70 Epistula 30, 1 et 31, 1 P. L. t. 4 [Col. 0307B] Epistola XXXI (Erasm., II, 7. Pamel., Rigalt., Bal (...)
  • 71 Epistula 31, 8.
  • 72 Acta Cypr. 3 : « Galerius Maximus proconsul dixit : tu papam te sacrilegae mentis hominibus praebui (...)

34Mais le mot est aussi, entre autres, attesté chez Cyprien à qui il est souvent décerné par ses correspondants. Ainsi trouve-t-on : « Cypriano papae presbyteri et diaconi Romae consistentes salutem », « Au pape Cyprien les prêtres et les diacres habitant Rome, salut70 » et plus loin « Optamus te, beatissime ac gloriosissime papa, in Domino semper bene valere et nostri meminisse », « Nous souhaitons pape bienheureux et très glorieux que vous vous portiez toujours bien dans le Seigneur et que vous vous souveniez de nous71 ». Les païens eux-mêmes le connaissent, j’en veux pour preuve les Actes de l’interrogatoire de Cyprien par le proconsul Galerius Maximus : « Tu t’es fait le pape de ces hommes à l’âme sacrilège ? » dit ce dernier s’adressant à Cyprien, à quoi l’évêque répond : « Oui72. »

  • 73 Theresia Hainthaler a souligné lors du colloque de Bose de juillet 2012 que si le champ d’attribut (...)
  • 74 « Arius qui a été poursuivi injustement par le pape Alexandre ».
  • 75 Routh, Reliquiae sacrae, 2e édition, t. iii, p. 256, cité par Labriolle,op. cit.
  • 76 Levillain, Ph., op. cit.

35Aux IVe et Ve siècles de nombreux exemples – chez Saint Jérôme, Épiphane, Athanase, Sidoine Apollinaire – dans lesquels les évêques concernés sont tantôt d’Alexandrie73, tantôt de Salamis, tantôt d’Aquilée, de Rome, de Carthage ou de Gaule, témoignent de cet usage. Ainsi Arius appelle « pape » Alexandre, l’évêque d’Alexandrie : « Ἄρειος ὁ διωκόμενος ὑπὸ Ἀλεξάνδρου τοῦ πάπα ἀδίκως74 » et, en 253, dans une épître canonique (canon 1er), Grégoire le Thaumaturge adresse à un évêque du Pont ces mots « ἱερὲ πάπα75 ». On peut conclure de ces observations que le mot papa n’est pas un terme proprement romain et qu’il n’est alors pas encore appliqué au seul évêque de Rome ni même aux seuls évêques des métropoles76.

  • 77 Ibidem, article « papa ».
  • 78 Dans « Un unicum nel Codice Teodosiano il Venerabilis papa di XVI, 5, 62 », Antiquité Tardive 18, (...)
  • 79 « Papae nomen uni Romano pontifici tanquam proprium et peculiare primus ut videtur, asservit Ennodi (...)

36Cependant à la fin du IVe siècle et au cours du Ve on voit une inflexion dans les habitudes sémantiques et l’instauration progressive d’une règle : des tournures telles que urbis papa ou encore romanus papa relevées par Ph. Levillain77 révèlent qu’il est encore nécessaire de préciser de quel évêque il est question78. Au VIe siècle la chancellerie impériale désigne ainsi l’évêque de Rome, et dans son édition d’Ennodius en 1616, Sirmond remarque que cet auteur du VIe réserve le nom de pape à l’évêque de Rome79.

  • 80 Riedinger, R. Acta conciliorum oecumenicorum sub auspiciis Academiae scientiarum Bavaricae edita. S (...)
  • 81 Levillain Ph.,op. cit.
  • 82 Dans Epit. Ad Episco. Regni Francorum (P.L. CIV, 297) Grégoire blâme les évêques francs de l’avoir (...)
  • 83 Maassen Mon. Germ. Histor. Concilia, II, p. 984. cité par de Labriolle P.,op. cit.

37L’affectation exclusive du terme papa à ce dernier se fait donc progressivement avec d’un côté des tendances, de plus en plus dispersées, à l’attribuer à d’autres (au Concile de Constantinople de 680 par exemple, où on appelle Honorius et Cyrus – qui seront excommuniés – « papa antiquae Romae » et « papa Alexandriae80 » et même encore bien après la période qui nous occupe81) et d’un autre côté celle des évêques de Rome qui se décernent ce titre et veulent qu’on leur donne82. Le mot devient ainsi courant chez les derniers papes du VIIIe siècle qui se l’attribuent sans autre précision. Dans les conciles, à partir de cette époque, on l’utilise tout le temps pour désigner l’évêque de Rome83.

Conclusion

  • 84 C’est l’expression même de Braun, op. cit.

38On peut donc bien parler de « conversion » de la langue latine84 : le nom de chrétien, la caractérisation de tertium genus, puis l’élaboration d’un langage spécifique en sont des exemples qui nous paraissent toujours révéler la volonté de s’inscrire dans l’existant tout en soulignant la nouveauté spécifique du message et de la vision chrétienne.

39Cette rapide approche doit être cependant approfondie : nous n’y donnons en effet qu’un exemple de conversion mais d’autres comme episcopus, princeps apostolorum ou pontifex, mériteraient qu’on s’y attarde et permettraient d’ouvrir une réflexion plus large sur la manière dont l’autorité religieuse a pu être désignée dans le Christianisme romain, tant sur le plan du vocabulaire que sur celui des représentations.

Notes

1 Gaffiot F., Dictionnaire Latin français ; Blaise, A. Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, notice Conversio.

2 Tusculanes, 1, 62, texte établi par Fohlen G. et traduit par Humbert J., éd. Les Belles lettres, Paris, 1970 : « astra [...] quorum conversiones ».

3 De statu animae, 1, 21, p. 72, l. 19, CSEL, vol. 11, Engelbrecht A. On y lit, parlant du changement des saisons, la formule « per conuersionem caeli ».

4 Hieremias liber ab Hieronymo ex hebraico translatu in Biblia sacra iuxta Uulgatam uersionem (Uetus Testamentum), 30, 3. En français Livre de Jérémie, éd. Fischer B., Gribomont J., Sparks H. F. D., Thiele W. et Weber R., 1975, p. 1166-1248.

5 Commentarius in Matthaeum 4, 10, Doignon J. Sources Chrétiennes, 254, éd. du Cerf, Paris, 1978/79.

6 De institutione oratoria, livre 10, chap. 5, § 4, Livres X et XI, Texte établi et traduit par Jean Cousin, éd. Les Belles Lettres, Paris, 2003 : « Sed et illa ex Latinis conversio multum et ipsa contulerit. »

7 Mais on a pu le rencontrer dans un sens péjoratif, chez Augustin d’Hippone par exemple qui, dans De diuersis quaestionibus ad Simplicianum, 1, 2, 18, CPL 0290, CC SL, 44 (A. Mutzenbecher, 1970) évoque « le fait de se détourner du Créateur d’en haut, pour se retourner vers les créatures d’en bas » ce qu’il formule ainsi « a praestantiore creatore auersio, ad condita inferiora conversio ».

8 Jérôme, Epistulae 107, 2, I. Hilberg, CSEL, 54 ; 55 ; 56, 1910-1918.

9 Pour Flavius Josèphe, les chrétiens n’appartiennent plus au judaïsme. cf Baslez, M.-F. « Qui sont les chrétiens ? Le point de vue des Romains », Les premiers temps de l’Église, Gall. 2004.

10 Vies des douze Césars, Claude-Néron, traduit par Ailloud H., relu par Maurin J., préface et commentaire de Maurin J., édition Les Belles Lettres, Paris, 1996. Vie de Claude, chap. XXV, 11 ; Vie de Néron, chap. XVI, 3.

11 Epistulae livre x, 96 et 97 citées par Faivre A. Chrétiens et Églises. Des identités en construction : acteurs, structures, frontières du champ religieux chrétien Paris, éd. du Cerf, 2011.

12 Annales, XV, 44. Trad. de Lavency M. dans Faivre A. op. cit.

13 De Labriolle P., La réaction païenne : étude sur la polémique antichrétienne du Ier au VIe siècle préface par Fredouille, J.-Cl., Paris1934, éd. du Cerf, rééd. 2005 ; Faivre A., op. cit.

14 Il use de périphrases. Ainsi dans Galates 1, 22, il parle des « églises de Judée qui étaient dans le Christ », « ecclesiis Iudaeae quae erant in Christo », Nova Vulgata (dans la suite de l’article, toutes les versions latines d’extraits bibliques seront tirées de la Nova Vulgata).

15 Actes des apôtres 11, 26. L’épisode mentionné aurait eu lieu vers 39-41. Le texte original de Luc est « χρηματίσαι τε πρώτως ἐν ’Αντιοχείᾳ τοὺς μαθητὰς Χριστιανοὺς » (en latin « cognominarentur primum Antiochiae discipuli Christiani »), The Greek New Testament, Deutsche Biblegesellschaft United Bible societies, Stuttgart, 6° éd. 2002. Cf aussi Actes 26, 28 où Agrippa dit à Paul « Ἐν ὀλίγῳ με πείθεις Χριστιανὰνον γενέσθαι » (« Encore un peu et, par tes raisons, tu vas faire de moi un chrétien ! ») ainsi que Première Épître de Pierre, 4, 16.

16 Matthieu, 1, 16 : « Ἰησοῦς, ὁ λεγόμενος χριστός » en latin « Iesus, qui vocatur Christus » ; Luc 2, 26 « τὸν χριστὸν κυρίου », en latin « Christum Domini », « l’oint du Seigneur ».

17 Apologie, I, 4, 5 et I, 4,1, intr., texte crit., trad. et notes Munier, Ch., Sources Chrétiennes, 2006.

18 Apologétique III, 5, texte établi et traduit par Waltzing J. P., intro. et notes par Dauzat P.-E., Les Belles Lettres, Paris, 1998. Tertullien ne paraît plus distinguer la nuance étymologique.

19 Tertullien en particulier reprend l’expression à plusieurs reprises dans Ad nationes (par exemple I, 8, l. 26).

20 Morhmann, Ch. Latin vulgaire, latin des chrétiens, latin médiéval, Revue des études Latines, t. 29, 1952, Paris, Librairie, klincksiek C. 1955, p. 19.

21 Éphésiens 2, 11 à 17 et partic. 14. Texte grec tiré du Nouveau Testament interlinéaire grec/français par Carrez M., The British and Foreign Bible Society, Swindon, Angleterre, 1993.

22 Éphésiens, 2, 14 soit en latin « Ipse enim [...] qui fecit utraque unum ».

23 I Corinthiens, 10, 32, « Ἁπρόσκοποι γίνεσθε καὶ Ἰουδαίοις καὶ Ἕλλησιν καὶ τῇ ἐκκλησίᾳ τοῦ θεοῦ » autrement dit « Sine offensione estote Judaei et Gentibus et Ecclesiae Dei ». Texte grec tiré du Nouveau Testament interlinéaire grec/français par Carrez M., The British and Foreign Bible Society, Swindon, Angleterre, 1993.

24 Apologie, 2, par Pouderon, B., Pierre M. J., Sources Chrétiennes no 470, Paris, 2003 : « ὅ [...] τρία γένη ἐισιν <ἀνθρώπων> ἐν τῷδε τῷ κόσμω· ὧν εἰσὶν οἱ τῶν παρ’ὑμῖν λεγομένων θεῶν προσκυνηταὶ καὶ Ἰουδαῖοι καὶ Χριστιανοὶ. »

25 Lettre de l’Église de Smyrne au sujet du Martyre de Saint Polycarpe, III, 2, in Lettres, Ignace d’Antioche, Polycarpe de Smyrne. Martyre de Polycarpe, texte grec, intro., trad. et notes Camelot, P.-T., éd. du Cerf, Paris, 2007. On notera l’emploi d’un champ lexical valorisant : θεοϕιλῆς, θεοσεβῆς. Par la suite le superlatif θεοϕιλέστατος sera utilisé pour l’empereur, les évêques (Cf. Bailly, op. cit.).

26 Éphésiens, 2, 15-16 : « ut duos condat in semetipso in unum novum hominem » c’est-à-dire « pour créer en sa personne les deux en un seul Homme Nouveau », traduction Bible de Jérusalem, éd. du Cerf, Paris, 1991.

27 Apologie XVI, 3 « Et c’est vraiment un nouveau peuple, dans lequel se mêle quelque chose de divin. » (op. cit.), cf Mt 13, 44. Cette phrase semble absente des différents manuscrits de la version grecque conservée.

28 Les Stromates 6, 5, 41, Descourtieux P., éd. du Cerf, Paris, 1999. En 41, 4 on peut aussi lire : « ϕυλάσσεσθε, καινῶς τὸν θεὸν διὰ τοῦ Χριστοῦ σεβόμενοι » autrement dit « servez Dieu d’une manière nouvelle en honorant le Christ. » « ; Dans Les Stromates 5, 41, 6, Le Boulluec, A., Voulet, P., Sources Chrétiennes 278, Paris, 2006, Clément cite la Prédication de Pierre (frag. 5), apologie perdue au début du II° siècle et que nous connaissons par les fragments qui en ont été conservés.

29 Le pédagogue 1, 5, 15, introduction Marrou H. I., trad. de Harl M., Sources Chrétiennes 70, Paris 1983 : « τὴν ἐν Χριστῷ νεολαίαν τῆς ἀνθρωπόπητος ». On notera le mot νεολαίαν, de νέος, « jeune » et λαός, « peuple » : « nouveau peuple de l’humanité dans le Christ » ou « jeunesse de l’humanité dans le Christ ».

30 Épître aux Galates, 6, 15 : il s’agit d’être « une créature nouvelle », « καινὴ κτίσις », en latin « nova creatura ».

31 Auteur, date et origine obscurs, sans doute vers 190-200 selon Marrou dans l’introduction de l’édition Sources Chrétiennes de 1997. Le texte dit : « καινὸν τοῦτο γένος » « ce peuple nouveau » complété par « ἢ ἐπιτήδευμά » « ce nouveau mode de vie ».

32 De Dominica oratione 9, Oeuvres de Cyprien, Schantz III, 345-365, Stegmuller, 2020 CSEL p. 265-294 : « homo novus, renatus », « homme nouveau, régénéré ».

33 Perrin, M. – Y., Histoire générale du Christianisme, « Chrétiens juifs païens », dir. Armogathe, J.-R ; Paris, PUF, DL 2010, p. 84.

34 Cf. Tertullien dans Apologétique, XIX, trad. J. P. Waltzing, éd. Les Belles Lettres, 1998 : « Auctoritatem litteris praestat antiquitas summa » (« Ce qui donne l’autorité aux Écritures, c’est leur antiquité très haute. »)

35 Morhmann Ch., « “Tertium genus”, Les relations judaïsme, antiquité, christianisme reflétées dans la langue des chrétiens », 1969, Études sur le latin des Chrétiens, Rome, t. IV, Latin chrétien et latin médiéval, 1977, p. 195-210.

36 Inglebert, H., Les Romains chrétiens face à l’histoire de Rome : histoire, christianisme et romanités en Occident dans l’Antiquité tardive : IIIe-Ve siècles, Institut d’Études Augustiniennes, Paris, 1996.

37 Par exemple Tertullien op. cit. ou l’auteur de la Lettre à Diognète (§ 5).

38 Colossiens, 3, 11 Cf. aussi Galates, 3, 26-28.

39 Actes, 2, 1 à 12.

40 Morhmann dans Latin vulgaire, latin des chrétiens, latin médiéval, Revue des études Latines, T. 29, 1952, Paris, Librairie klincksiek C. 1955, p. 19 définit le latin des chrétiens comme une « langue spéciale » (c’est la théorie de l’école de Nimègue).

41 Pour les éléments de chronologie voir Morhmann, Ch. « Le latin, langue de la chrétienté occidentale » p. 51-81, Étude sur le latin des Chrétiens, t. i, Le latin des chrétiens (1961) et « Les origines de la latinité chrétienne à Rome », op. cit., t. iii, Latin chrétien et liturgique (1965), p. 67 à 125.

42 Harl, M., La bible en Sorbonne ou La revanche d’Érasme, Paris, éd. du Cerf, 2004. La Septante fera au début de l’ère chrétienne l’objet d’autres traductions à partir du texte original afin de rendre ce dernier avec plus de justesse que ne l’avait fait la première version.

43 Gaudemet J. L’église dans l’empire romain (IVe-Ve siècles), t. III, Paris, 1958, p. 5. À la même époque que Tertullien, à Rome, Hippolyte écrit en grec.

44 Mohrmann, Ch., « Linguistic problems of the early Christian church », Études sur le latin des Chrétiens, t. iii, Latin chrétien et liturgique, 1965, p. 103-111.

45 Mohrmann Ch., op. cit.

46 Pietri Ch., « Histoire, culture et “réforme liturgique”. L’exemple de l’antiquité tardive (IVe-VIe siècles) », Charles Pietri Historien et chrétien, Beauchesne, Paris, 1988, p. 143.

47 Mohrmann op. cit.

48 Corpus Hermeticum, I, xii, Nock, A. D., Festugière A., les Belles Lettres, Paris, 1983.

49 Mohrmann Ch., op. cit., t. i, Le latin des chrétiens (1961).

50 Braun, R. « L’influence de la Bible sur la langue latine », Le Monde latin antique et la Bible, Fontaine J. et Pietri Ch. (dir.), Paris, Beauchesne, 1985.

51 Morhmann, Ch. Latin vulgaire, latin des chrétiens, latin médiéval, Revue des études Latines, t. 29, 1952, Paris, Librairie, Klincksieck, C. 1955, p. 19.

52 Ibidem.

53 Cf Gaffiot F., Dictionnaire Latin Français ; Ernout A. et Meillet A., Dictionnaire étymologique de la langue latine p. 480.

54 « Mon cher papa, ne voudrais-tu pas me faire armer la voiture à roues hautes ? » cf Labriolle, « Une esquisse de l’histoire du mot papa », in BALAC, p. 215 à 220 [1922], Paris, [s. n.], 1911-1914.

55 Aristophane, La paix, éd. Coulon V., trad. Van Daele, les Belles Lettres, Paris, 1995.

56 Satire 6, vers 633, texte établi par de Labriolle P. et Villeneuve F., présenté et traduit par Sers O., Les Belles Lettres, Paris 1995.

57 Gerard A. M., Dictionnaire de la Bible, Éd. Robert Laffont, 1989 et, pour approfondir la question, article de Barr J. « Abba isn’t Daddy », Journal of Theological studies, avril 1988, p. 28-47.

58 Marc, 14, 36 ; Romains 8, 15 ; Galates, 4, 6.

59 « abba pater », Thesaurus Linguae Latinae (TLL), Berlin, De Gruyter, vol. I, p. 48, lin. 71 et lin. 80.

60 Ibidem.

61 Ad Galatas 4, 6.

62 Matthieu, XXIII : « pour vous ne vous faites pas appeler Rabbi [« mon maître »] : car vous n’avez qu’un maître, et tous vous êtes des frères. N’appelez personne votre « Père » [abba] sur la terre : car vous n’en avez qu’un, le père céleste. »

63 Jérôme, Commentarii in epistulam Pauli ad Galatas, lib. secundus, cap. 4, vers. 6, P. L. Migne, t. 26 [Col. 0374B].

64 « Abbās » TLL, vol. I, p. 49, lin. 1 et lin. 22.

65 Il en existe deux versions, grecque et latine. Au § xiii Saturus a une vision dans laquelle il se voit avec Perpétue dans un jardin délicieux près duquel ils rencontrent Optatus, évêque de Carthage, et le prêtre Aspasius. Ces derniers implorent leur médiation dans la querelle qui les divise ; on peut alors lire « et diximus illis : non tu es papa noster et tu presbyter ? » « Et nous leur avons dit : n’es-tu pas notre pape et toi notre prêtre ? »

66 De Pudicitia, 13.

67 Levillain, Ph. Dictionnaire historique de la papauté, Paris, 1994.

68 Eutychii Alexandrini patr. Annales in P.G. CXI 982. L’Histoire universelle de ce patriarche du Xe, originellement écrite en arabe sous le titre Nazm al-Jawhar, fera l’objet de traductions latines. On lit dans l’une d’elles : « A tempore Heraclae, patriarcha Alexandrinus dictus est papa id est avus. » L’édition de J. Selden (P.G.) propose, elle : « quod autem quaerunt [non nulli] quare patriarcha Alexandrinus vocetur Papa (cujus nominis significatu est avus) ? » mais la traduction de Selden (1642) avait pour but de prouver que l’Église d’Alexandrie ne distinguait pas entre « évêque » et « prêtre ». Seize ans plus tard Denys d’Alexandrie, parlant d’Héraclas, écrit : « τοῦ μακαρίου πάπα ἡμῶν Ἡρακλᾶ », « notre bienheureux pape Heraclas ».

69 Schmidt, C. Texte und Unters., V, 4 (1901) p. 42 cf. Labriolle,op. cit.

70 Epistula 30, 1 et 31, 1 P. L. t. 4 [Col. 0307B] Epistola XXXI (Erasm., II, 7. Pamel., Rigalt., Baluz., XXXI. Paris., XXX, Oxon., Lips., XXX; Novatian. opp. edit. Jackson. p. 277. Galland., Biblioth. Vett. PP. III, p. 291).

71 Epistula 31, 8.

72 Acta Cypr. 3 : « Galerius Maximus proconsul dixit : tu papam te sacrilegae mentis hominibus praebuisti ? Cyprianus episcopus respondit : ego ».

73 Theresia Hainthaler a souligné lors du colloque de Bose de juillet 2012 que si le champ d’attribution du titre de « pape » se réduit progressivement à un seul personnage, l’évêque de Rome partagera cette prérogative avec celui d’Alexandrie jusque vers le VIIe siècle (peut-être est-ce en partie pour des raisons géopolitiques).

74 « Arius qui a été poursuivi injustement par le pape Alexandre ».

75 Routh, Reliquiae sacrae, 2e édition, t. iii, p. 256, cité par Labriolle,op. cit.

76 Levillain, Ph., op. cit.

77 Ibidem, article « papa ».

78 Dans « Un unicum nel Codice Teodosiano il Venerabilis papa di XVI, 5, 62 », Antiquité Tardive 18, 2010, p. 225-230, Elio Dovere relève et commente une occurrence de l’expression « venerabilis papa ».

79 « Papae nomen uni Romano pontifici tanquam proprium et peculiare primus ut videtur, asservit Ennodius. Nam cum episcopos omnes papas ceteri fere, qui eius aevo proximi fuerunt, apellare soleant ut Sidonius Faustus Ruricius, ipse perpetuo discrimine antistites reliquarum ecclesiarum episcopos vocat, papam solum Romanae sedis pontificem », « Le nom de pape à ce qu’il semble [s’applique] proprement et en particulier au seul pontife romain affirme Ennodius. En effet alors que presque tous, parmi ses contemporains, avaient coutume d’appeler papes tous les évêques comme Sidonius, Faustus, Ruricius, lui-même pratiquait toujours la distinction en appelant évêques les prêtres des autres églises et pape le seul pontife de Rome ». à une exception près (Épiphane, évêque de Pavie : « facio ergo, veneranda papa, quae poscis »), Ennodius n’appliquera en effet le mot qu’au pape Symmaque utilisant « episcopos » pour les évêques. Cf de Labriolle P., op. cit.

80 Riedinger, R. Acta conciliorum oecumenicorum sub auspiciis Academiae scientiarum Bavaricae edita. Series secunda. Volumen secundum, Concilium universale Constantinopolitanum tertium, Berolini, in aedibus W. de Gruyter, 1990-1992.

81 Levillain Ph.,op. cit.

82 Dans Epit. Ad Episco. Regni Francorum (P.L. CIV, 297) Grégoire blâme les évêques francs de l’avoir appelé « frater » et non « papa » : « Romano pontifici scribentes, contrariis eum in praefatione nominibus appellastis, fratrem videlicet et papam ; dum congruentius esset solam ei paternam reverentiam exhibere », de Labriolle P., op. cit.

83 Maassen Mon. Germ. Histor. Concilia, II, p. 984. cité par de Labriolle P.,op. cit.

84 C’est l’expression même de Braun, op. cit.

Auteur

Professeur certifiée de lettres classiques et doctorante en Histoire Ancienne. Poursuivant en parallèle son activité professionnelle elle travaille actuellement, sous la direction de Philippe Blaudeau de l’université d’Angers, à une thèse sur la désignation de l’autorité religieuse dans le christianisme romain (IIIe-Ve siècle).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540