Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La conversion

 | 
Didier Boisson
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Deuxième partie. Expériences individuelles

Du calvinisme au jansénisme : des convertis du Grand Siècle

Thomas Guillemin

Texte intégral

  • 1 Groteste Des Mahis M., La Vérité de la religion catholique prouvée par l’Écriture Sainte, Paris, A (...)
  • 2 Voici la liste de ces rééditions (lieu, Imprimeur, année) : Lille, Jean Baptiste Brovellio, 1708 ; (...)
  • 3 Voici la liste de ces traductions : De waerheyt van het catholyk geloove, betoont uyt de H. Schrif (...)
  • 4 [Papin I.], La foy réduite à ses véritables principes et renfermée dans ses justes bornes, par P.P (...)
  • 5 Figure idéale car non identifiée par Desmahis dans son texte, mais il ne faut pas oublier que son (...)

1Marin Groteste Desmahis (1649-1694) et Isaac Papin (1657-1709) sont deux figures peu connues de la théologie du Grand Siècle. Pourtant, l’ouvrage posthume1 du premier connaît, tout au long du XVIIIe siècle, un nombre notable de réimpressions2 et de traductions3 ; quant au second, en plus d’être le cousin germain de Denis Papin, un court texte écrit avant la Révocation de l’Édit de Nantes et paru en 1687 fait de lui un des penseurs de la tolérance4. Par leurs itinéraires spirituels, tous les deux incarnent les grands thèmes de la trajectoire religieuse du Grand Siècle : les rapports foi-raison, le calvinisme résistant, le Refuge, le catholicisme triomphant, le jansénisme et, point nodal de ces thématiques, la conversion. Au fur et à mesure de la progression de ma thèse sur Papin, la figure de Desmahis surgissait en arrière-plan de tous les moments importants. Établir la biographie de Desmahis s’est donc avéré être une nécessité. Grâce à de nombreux documents jamais étudiés, j’ai découvert que les destins des deux hommes sont intimement liés. Tous les deux sont originaires de la province synodale d’Orléanais-Berry, naissent calvinistes, deviennent pasteurs, l’un dans le Royaume, l’autre au Refuge, tous les deux se convertissent, avant la Révocation pour Desmahis, après pour Papin. Hasard du destin, l’un et l’autre, durant leur vie de catholique, ne publient qu’un seul livre sous leur nom, deux ans après leur conversion respective. Enfin, quelques sources laissent deviner qu’ils sont liés au jansénisme. Autant de points communs qui conduisent à réfléchir sur leurs destins croisés. Les ouvrages que Desmahis et Papin publient après leur conversion n’ont pas à proprement parler la forme du récit de conversion classique : pour l’un comme pour l’autre, il s’agit d’un ouvrage de controverse. Desmahis s’adresse à la figure idéale de l’ancien5 et Papin, poursuivi par son passé calviniste, à Pierre Jurieu. Leurs trajectoires respectives imposent, au-delà des textes, d’éclairer la réalité de leur vie de nouveau catholique et ainsi : mieux cerner deux profils de pasteurs calvinistes convertis. Dans un premier temps nous aborderons la période calviniste des vies des deux hommes, pour ensuite présenter les nouveaux catholiques Desmahis et Papin et terminer en éclairant leurs liens avec le jansénisme.

Entre pastorat et République des Lettres

  • 6 Préface à Claude Groteste de La Mothe, Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte, Amsterdam, (...)
  • 7 Livre du Recteur de l’Académie de Genève (1559-1878), Stelling-Michaud S. (éd.), Genève, Droz, 195 (...)
  • 8 Id.
  • 9 Id.

2Marin et Isaac ont sept ans d’écart. Tous les deux sont originaires du colloque de l’Orléanais : Desmahis, s’il naît à Paris, est issu d’une famille orléanaise6 et passe la majeure partie de sa vie à Orléans. Il effectue ses études d’abord au collège protestant de Saumur7, puis à l’académie de Genève, où il demeure entre juin 1666 et novembre 16678 et enfin à Oxford9, sans que l’on sache précisément la durée de son séjour en Angleterre.

  • 10 Ibid., t. 5, notice 4305, « Isaac Papin ».
  • 11 Sur cette période et les sources dont nous disposons, Zuber R., « Papiers de jeunesse d’Isaac Papi (...)
  • 12 Sur cet épisode, je me permets de renvoyer à mon article « Un novateur parmi les orthodoxes : Isaa (...)
  • 13 Laplanche F., L’Écriture, le sacré et l’Histoire : érudits et politiques protestants devant la Bib (...)

3Le parcours estudiantin de Papin passe par deux des trois étapes empruntées par le Parisien : d’abord Genève, entre 1676 et 167910, puis Orléans11, de 1679 à 1682, et enfin l’académie de Saumur en 168312. À Orléans, Papin vit auprès de son oncle Claude Pajon, dernier représentant de l’École théologique dite de Saumur13 à avoir enseigner dans cette académie. Auprès de son oncle, premier pasteur de la communauté, Papin acquiert l’héritage doctrinal de cette école, notamment sur la question de la grâce. En 1683, il se rend à Saumur pour terminer son cursus : il espère obtenir le bon témoignage de l’académie, sésame nécessaire pour ensuite devenir pasteur. Sans tomber dans une lecture téléologique, on peut dire que l’intrigue de notre récit se noue en cette année 1683.

  • 14 Archives départementales d’Eure-et-Loir, I4, Authon-du-Perche, Religion réformée, BMS (1668-1684) (...)

4Revenons à Desmahis : après avoir terminé ses études, il devient pasteur de la communauté d’Authon-du-Perche, entre 1673 à 167614. Appelé par la communauté orléanaise, Desmahis quitte le Perche et devient ainsi le collègue de Claude Pajon. Il ne fait aucun doute que Desmahis et Papin se fréquentent quasi quotidiennement entre 1679 et fin 1682.

  • 15 Le 19 février 1684, Papin écrit à Jean Le Clerc : « Il y a un an présentement que je quittai M. Pa (...)

5Pour Papin comme Desmahis, l’année 1683 est donc déterminante. À cette date, les deux hommes ne se fréquentent plus : en effet, vers février, le premier se rend à Saumur15. Une lettre de Claude Pajon nous renseigne sur l’événement concernant son collègue :

  • 16 Genève, Bibliothèque Publique Universitaire, Archives Tronchin, vol. 53, fol. 105 ro-107 vo et fol (...)

« Nous avons u icy de l’affliction par la révolte de M. des Mahis qui abjura notre religion à Paris il y a huit jours. Il n’y a jamais u d’aveuglement comme le sien. Il est pris par les préjugez que j’ay réfutez, et il croit qu’il me peut réfuter moy même démonstrativement. S’il le fait solidement il me trompera ou me détrompera beaucoup. Car je suis bien éloigné de croire qu’il en puisse venir à bout16. »

  • 17 Solé J., Les origines intellectuelles de la Révocation de l’Édit de Nantes, Saint-Étienne, Presses (...)

6Pajon note que Desmahis est « pris par les préjugez [qu’il a] réfuté ». L’oncle de Papin est en effet l’auteur d’un ouvrage intitulé Examen du livre qui porte pour titre Préjugez légitimes contres les calvinistes qui paraît en 1673 et qui répond au volume, paru deux ans auparavant, de Pierre Nicole Préjugez légitimes contre les calvinistes. Ce moment de la controverse entre deux célèbres représentants des deux camps est l’un des plus fameux duels de la controverse entre catholiques et protestants du second XVIIe siècle17.

  • 18 Voir note 14.
  • 19 Sur Popple, voir Robbins C., « Absolute Liberty : The life and thought of William Popple, (1638-17 (...)
  • 20 [Papin I.], Essais de théologie sur la providence et la grâce, où l’on tâche de délivrer Mr Jurieu (...)
  • 21 Élisabeth Labrousse, Inventaire critique de la correspondance de Pierre Bayle, Paris, Vrin, 1961, (...)

7Ainsi s’arrête la vie protestante de Desmahis. Toutefois, l’année 1683 n’est pas terminée. Quelques semaines après cette conversion, Papin échoue à Saumur car il refuse de condamner la doctrine de son oncle, préalable nécessaire pour valider la fin de son cursus18. Commencent alors six années d’exil. Une première étape le conduit à Bordeaux, où le Blésois devient précepteur des filles d’un négociant en vin d’origine anglaise, William Popple qui, en plus d’être marchand, est un lettré, philosophe, ami de John Locke dont il traduit l’Epistola de Tolerantia19 en anglais. Durant ses deux années passées à Bordeaux, Papin devient citoyen de la République des Lettres par sa correspondance avec Jean Le Clerc. C’est également lors de son exil bordelais qu’il écrit ses principaux livres calvinistes : un court Traité de la liberté chrétienne et deux autres textes, plus longs, sur la grâce. L’ensemble de ces écrits paraît en 1687, le premier sous le titre La foy réduite à ses véritables principes et renfermées dans ses jutes bornes, les autres sous le titre général d’Essais de théologie sur la providence la grâce20, les deux étant préfacés par Pierre Bayle, dont Papin a été le correspondant. Malheureusement, aucune lettre échangée entre les deux hommes n’est parvenue jusqu’à nous21.

  • 22 Cambridge University Library, EDR, A/5/3 : Subscription Book (1674-1706) [http://eagle.cch.kcl.ac. (...)
  • 23 Roussard E., L’Église réformée française de Hambourg-Altona à travers les registres de son consist (...)
  • 24 Bibliothèque de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, Autographes Schickler, 7593, (...)

8Papin traverse la Manche au début de 1686. Durant cette étape britannique, le principal événement est son ordination22, comme prêtre de l’Église anglicane, fait important qui lui ouvre les portes du refuge wallon. Ultime étape de son exil : l’est de l’Europe, entre 1687 et 1689, phase de sa vie durant laquelle il est traqué par Pierre Jurieu. Il débarque d’abord aux Provinces-Unies, mais il obtient un premier poste de pasteur dans une Église wallonne d’Allemagne, celle de la communauté d’Hambourg23. Les attaques de Jurieu à son endroit obligent Isaac à fuir : il trouve un autre poste de pasteur à Dantzig24, où Jurieu le pourchasse encore. C’est dans cette ville, au courant du second semestre 1688, que le Blésois décide de se convertir au catholicisme.

Le convertisseur zélé et le controversiste discret

  • 25 Les dates de la conversion de Desmahis divergent d’une référence bibliographique à l’autre : parfo (...)

9Revenons quelques années en arrière pour reprendre le cours de la vie de Desmahis. Il se convertit le 27 mai 168325, à Paris, entre les mains du cardinal de Coislin, évêque d’Orléans. Pour ce dernier, la prise est de choix, puisqu’il accueille dans le giron de l’Église catholique l’un des anciens pasteurs de la ville. Après sa conversion, Desmahis devient un acteur du combat catholique. Une lettre du janséniste Pasquier Quesnel, alors en exil chez les oratoriens d’Orléans, à Raymond Fromentin, vicaire général d’Orléans, lève le voile sur les premiers pas du nouveau converti :

  • 26 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5782 : Correspondance de Pasquier Quesnel, dont lettres à Fromentin, (...)

« Nous avons ici M. Desmahis qui me paroit un fort honneste homme. Il étoit hier au sermon du P. Rubin dans notre Église fort attentif et je croy que la manière luy avoit plus aussi bien que la matière26. »

10Sans doute peu de temps après cette date, Quesnel devient le directeur de conscience du nouveau converti :

  • 27 Quesnel P., Lettre apologétique du Père Quesnel à Monseigneur l’Évêque et comte de Beauvais, pair (...)

« M. Desmahis, qui étoit Ministre Protestant dans son Diocèse, aiant fait à Paris, entre [l] es mains [de M. de Coislin], abjuration du Calvinisme et profession de la Foi catholique, ce sage Prélat voulut bien me donner cette marque de sa confiance, de m’adresser à ce pieux Prosélyte, pour avoir soin de sa conscience. Ce dépôt fut pour moi un grand sujet de consolation et d’édification, par la connoissance que j’eus du fond de son cœur et de la sincérité de sa conduite dans le changement qu’il avoit fait avec grande connaissance de cause, et après un sérieux examen27. »

  • 28 Cazanave C., Le dialogue à l’âge classique Études de la littérature dialogique en France au XVIIe (...)

11L’engagement catholique de Desmahis se révèle d’abord par l’imprimé : en 1685, paraissent les Deux lettres de M. Des Mahis cy devant ministre de la R. P. R. à Orléans. Dans son étude sur le dialogue à l’âge classique, Claire Cazenave souligne que ce petit livre participe du « courant pacificateur » inauguré par Bossuet28. Or, les huguenots convertis par l’ancien pasteur sont nombreux et l’on a la chance de disposer de plusieurs témoignages de ces protestants, convaincus ou non par les arguments de Desmahis. Le trait commun de ces récits rejoint l’analyse de C. Cazenave : s’il est zélé convertisseur, le nouveau catholique est d’une gentillesse exemplaire auprès de ses anciens coreligionnaires. Mademoiselle du Noyer, l’une des converties, note dans ses Mémoires :

  • 29 Anne-Marguerite Petit, dite Mme Du Noyer, Mémoires de Madame Des N***, écrits par elle-même conten (...)

« M. Des Mahis, que je ne connoissois pas tant, et que mon oncle considéroit beaucoup [...] il falloit l’écouter lorsqu’il me parloit de religion ; mais il le faisoit avec tant de douceur que l’on ne s’apercevoit pas que l’on disputoit. C’étoit un homme tout rempli de charité, ennemi des violences et d’un caractère à dire comme saint Jean : Mes petits enfants, aimez-vous les uns les autres29. »

  • 30 Pour l’été 1687, voir lettres de Desmahis à Quesnel, 22 avril et 13 juin 1687, citées dans Éloge.. (...)
  • 31 Cette présence à la Bastille est en réalité le prolongement des missions de Desmahis dans le Poito (...)
  • 32 Cuissard C., « Origine, formation et développement de la Bibliothèque Publique d’Orléans », Mémoir (...)
  • 33 D’autant que des sources non orléanaises et donc non consultées par Cuissard semblent aller dans c (...)
  • 34 Urbain C. et Levêque E., Correspondance de Bossuet, t. VII, Paris, Hachette, 1913, p. 530. Ce manu (...)

12Desmahis participe, entre 1687 et 1688, à plusieurs missions en Poitou30 et, en 1690, il est l’un des convertisseurs de la Bastille31. Dès 1685, il intervient dans le fonctionnement de la la maison des Nouvelles Catholiques d’Orléans : nombreux sont les témoignages qui affirment que Desmahis transfère sa pension de ministre converti à l’institution pour assurer son bon fonctionnement. Parmi ces sources, plusieurs précisent que Desmahis a lui-même fondé l’institution des Nouvelles Catholiques d’Orléans. Pourtant, Charles Cuissard, bibliothécaire et historien d’Orléans, signale que cette institution existe depuis 164832. Même s’il ne cite pas de sources, sa connaissance des archives orléanaises – dont certaines ont depuis disparu – permet de lui faire confiance et donc de pencher plutôt pour une reprise en main par Desmahis de la maison des Nouvelles Catholiques33. On sait enfin qu’il a composé un Catéchisme de controverse pour les protestants en voie de conversion34.

  • 35 Utrecht, Rijksarchief, Collection Port-Royal, 1234, premier cahier.
  • 36 Parmi ces documents concordants, citons la correspondance échangée durant la controverse entre 168 (...)

13Nous voici en 1689-1690, et nous retrouvons Papin. Alors qu’il est à Dantzig, le Blésois entre en correspondance avec Bossuet, mais aucune lettre de cet échange n’est connue. Cette perte est évidemment dramatique pour notre connaissance de l’évolution spirituelle de Papin, qu’il est seulement possible de renseigner par les passages autobiographiques de son livre de controverse contre Jurieu, intitulé La tolérance des protestans. Si les motivations de la conversion sont toujours délicates à appréhender, il faut toutefois évoquer ici le titre originel de ce livre, que l’on connaît grâce au manuscrit, conservé dans la collection Port-Royal d’Utrecht. Papin avait envisagé d’intituler sa réponse Le vray protestant converti par M. Jurieu35. Titre évidemment polémique mais qui révèle l’une des causes certaines de cette conversion, l’obstination de Jurieu à son encontre, ainsi que d’autres sources permettent de le déterminer36.

14La seconde moitié de l’année 1689 est celle du retour de Papin dans le royaume de France, accompagné de sa femme, épousée à Hambourg. Cette union est sans doute l’un des autres éléments explicatifs de la conversion de Papin : empêché par Jurieu de s’installer et de faire sa vie dans le Refuge, Papin doit trouver une solution pragmatique pour vivre. Dans la biographie de son défunt mari qu’elle compose en 1723, Anne Viard raconte leur retour à Paris :

  • 37 Viard-Papin A., Histoire de la vie, de la conversion et de la mort de feu M. Papin. Donnée par Mme(...)

« Nous y fûmes reçus par M. Des Mahis, intime ami de M. Papin, [...] qui nous procura un logement chez M. de la Buffière, son père... Nous passâmes chez deux tout le mois de janvier pendant lequel nous nous disposâmes par plusieurs réunions que nous fîmes entre les mains de [Bossuet], le quinzième de ce même mois en l’année 1690 dans l’Église des pères de l’Oratoire de la rue Saint-Honoré37. »

15Évidemment, l’expression « intime ami » décrit la nature des relations entre les deux hommes après la conversion du Blésois. Entre 1683 et 1689, on ne dispose d’aucune preuve de l’existence de relations entre Papin et Desmahis. Sans doute n’y en a-t-il pas eu : le fait qu’il connaisse l’aspirant catholique, son rôle de convertisseur et ses liens avec Bossuet, autant d’éléments qui expliquent que Desmahis décide de prendre en charge les aspects pratiques du retour – au pays et à la vraie foi – de Papin.

  • 38 Cf. Moureau F. (dir.), Répertoire des nouvelles à la main : dictionnaire de la presse manuscrite c (...)
  • 39 BnF, f. fr., 23500, f. 37 et f. 56-61.

16Un document connu depuis le début du XXe siècle mérite d’être évoqué ici : Les Nouvelles Ecclésiastiques, journal manuscrit clandestin tenu par les jansénistes38. L’exemplaire de l’année 1690, conservé sous la cote 23500 du Fonds Français39, comporte deux articles consacrés à Papin : l’un daté de janvier, court, évoque son retour en France et l’autre, daté de février, plus long, discute de la validité de son mariage après son ordination comme prêtre de l’Église anglicane. Dans ce dernier article, un passage retient l’attention : l’informateur copie les lettres d’ordination du Blésois. Qui a pour double qualité d’être janséniste et en contact assez étroit avec Isaac pour accéder à ces documents ? Il s’agit bien sûr de Marin et même si aucun élément actuellement connu ne prouve l’implication de Desmahis dans ce journal janséniste, la présence de ces documents dans les Nouvelles ecclésiastiques autorise à avancer l’hypothèse que Desmahis fut l’informateur, voire le rédacteur de ces articles sur Papin.

  • 40 Archives municipales de Blois, GG, 244, 28 mars 1691.

17Après leur conversion, le couple se rend ensuite à Blois, où naît rapidement un premier enfant, puis un second en mars 1691, dont le parrain n’est autre que Desmahis40.

  • 41 Voir la lettre de Papin à l’abbé Ledieu, citée note 26.
  • 42 Ledieu F., Mémoires et journal sur la vie et les ouvrages de Bossuet, Paris, Didier, 1856, t. I, p (...)
  • 43 Archives départementales de Seine-et-Marne, H. 805, pièce no 11, f. 1 ro : « Démission donné par M(...)
  • 44 Bibliothèque d’Orléans, ms 1503, no 160, lettre autographe signée de Desmahis à Bossuet, datée de (...)
  • 45 Sur Thoynard, voir les travaux de Christian de Valence, parmi lesquels son mémoire de master : Nic (...)
  • 46 Preyat F., Le Petit Concile de Bossuet et la christianisation des mœurs et des pratiques littérair (...)

18Le trio Bossuet-Papin-Desmahis est proche durant cette période : Desmahis, accompagné de Papin41, vient prêcher l’octave du Saint-Sacrement à Meaux en 169142. Les deux convertis séjournent plus d’une semaine auprès de Bossuet43. À cette date, Desmahis tient également le rôle de conseiller théologique auprès de l’évêque au sujet du protestantisme44 et il doit peut-être cette fonction à un autre Orléanais, membre de son réseau de sociabilité, Nicolas Thoynard45, qui travaille également pour Bossuet dès la décennie 1670, mais sur des questions de chronologie biblique46.

Ill. 1. – Acte de baptême d’Anne Papin, portant la signature de Desmahis son parrain.

  • 47 « Je voudrois que vous pussiez assister aux expériences qu’on fait actuellement chez M. des Mahis (...)
  • 48 Signalons tout de même l’acquisition d’un banc dans la cathédrale de Blois (archives départemental (...)
  • 49 Archives nationales, G8 241, dossier « Papin Isaac ».

19En 1694, la correspondance de ce même hoynard nous apprend que Papin séjourne à Orléans chez Desmahis pour réaliser des expériences scientifiques inspirées des modèles de machines inventées par son cousin Denis47. D’ailleurs, excepté les événements consécutifs à sa conversion, donc jusqu’à la parution de son ouvrage La tolérance des protestans en 1692, cet épisode de 1694 est le seul moment remarquable de vie sociale du Papin catholique que l’on connaisse. Les archives départementales du Loir-et-Cher conservent bien quelques actes notariés, mais ils ne nous apprennent rien de marquant48, pas plus que son dossier de pensionné de l’agence générale du Clergé49. Certes, Papin n’est pas sans occupation à Blois. Sa veuve signale d’ailleurs que sa principale occupation a été l’éducation de ses enfants – le couple en eut onze en tout. Papin écrit également des textes de controverse et d’apologétique. Toutefois, aucun ne paraît avant sa mort en 1709. Ainsi, à l’inverse de Desmahis, le Papin catholique ne se fait pas remarquer.

20Mais au-delà de ces parcours de catholiques, si divergents dans leur forme, les deux amis s’orientent vers une même spiritualité, le jansénisme.

Deux proches de Pasquier Quesnel : Papin et Desmahis jansénistes

  • 50 Voir note 28.

21Pour présenter le jansénisme de Desmahis et Papin, je limiterai mon propos à deux approches : les réseaux et les livres. Nous avons déjà évoqué le cœur du réseau janséniste de Desmahis, à savoir sa relation avec Quesnel, perceptible à la lecture des extraits de lettres publiés par ce dernier, ainsi que dans les missives du janséniste à Fromentin50. Dans la correspondance de Quesnel, une autre lettre confirme cette proximité. Le 5 février 1685, il écrit :

  • 51 Quesnel P., Recueil de lettres spirituelles sur divers sujets de morale et de piété, Paris, Franço (...)

« J’ai appris par les nouvelles, que M. Desmahis a eû la consolation de voir M. son père et Me. Sa mère bien convertis ? Je lui veux un peu de mal de ne me l’avoir pas fait sçavoir, sçachant que j’y prenois beaucoup de part. Je n’ai point ouï dire que M. son frere qui étoit Ministre, ait suivi leur exemple et le sien. Vous aurez la bonté de me le dire la première fois, si vous en sçavez quelque chose51. »

  • 52 Paris, BnF, Fonds français, 12988, « Recueil de Mlle Perrier tom. I », f. 425-426 : no 253 : lettr (...)
  • 53 Lettre d’Antoine Arnaud à Mme de Fontpertuis, 30 juin 1694 : « Comme [...] le nouvel Évêque à la l (...)

22Mais les liens de Desmahis avec le réseau janséniste ne s’arrêtent pas à la figure de Quesnel. Fin 1693 et début 1694, Marin adresse deux lettres à Mademoiselle Perrier, cousine de Pascal, dans le but d’obtenir des soutiens financiers pour le fonctionnement de la maison des Nouvelles Catholiques qu’il a fondée52. Le 30 juin 1694, il est cité par Antoine Arnauld comme candidat potentiel pour prendre la tête d’une abbaye53. Mais l’ancien pasteur d’Orléans meurt le 22 octobre de la même année. Après sa mort, parmi les jansénistes, seul Quesnel évoque son ancien protégé. Le 5 novembre, il écrit à Du Vaucel :

  • 54 Lettre de Pasquier Quesnel à Louis-Paul du Vaucel, datée du 5 novembre 1694, Quesnel P., Correspon (...)

« Il est mort un chanoine d’Orléans avec qui j’avais grand rapport, nommé M. Desmahis, qui était ministre à Orléans et qui se convertit pendant que j’y étais54. »

23Presque deux ans plus tard, le premier ouvrage posthume de Desmahis est sur le point de paraître. Le même Quesnel écrit à Van Erckel :

  • 55 Lettre de Pasquier Quesnel à Jean Van Erckel, lettre du 16 juillet 1696, Tans J. A., Pasquier Ques (...)

« Je t’envoie [...] le livre que le sieur Desmahis, que la mort nous a prématurément enlevée, composa pour l’instruction des acatholiques et des nouveaux convertis... J’ai composé un abrégé de la vie de mon cher homme, en préface du volume, que j’ai établi à partir des lettres qu’il m’avait envoyées et que j’ai recueillies, pensant ne rien montrer d’autre que ce qui consolerait ses deux parents encore en vie55. »

24Quesnel confirme publiquement cette publication en 1716 :

  • 56 Quesnel P., Lettre apologétique du..., op. cit., p. 6-7.

« [Desmahis] continua après ma retraite d’avoir commerce de lettres avec moi, et c’est par ce moyen que j’ai eu lieu de faire connoître quelques-unes de ses saintes dispositions, et d’en rendre témoignage dans le discours qui est à la tête de son ouvrage, De la vérité de la Religion Catholique56. »

25On le voit, bien après sa disparition, le souvenir de Desmahis reste présent dans la mémoire de Quesnel.

  • 57 Sur cet épisode, je me permets de renvoyer à mon article « Le destin des manuscrits catholiques d’ (...)

26Concernant Papin, une lettre de sa veuve à Quesnel révèle que le Blésois était en correspondance avec le janséniste et que ce dernier est, en 1713, le maître d’œuvre de la première édition posthume des textes de Papin, qui paraissent sous le titre Les deux voies opposées en matière de religion57.

  • 58 Conservé à la BnF sous la cote YE-20129.

27Après les réseaux, les livres, ceux rédigés par les deux amis mais aussi ceux qui leur ont appartenu. Arrêtons-nous un instant sur un petit recueil paru anonymement en 1693 et intitulé Hymnes et proses de l’Église, nouvellement mises en vers français qui se peuvent chanter sur les chants des latines. Le seul exemplaire connu58 porte sur sa page de titre une note manuscrite anonyme précisant : « Par Mr Des Mahis, Ministre converti et depuis Chanoine d’Orléans ». Cette main inconnue tire-t-elle cette attribution de l’Éloge historique de Quesnel ? En effet, le janséniste remarque :

  • 59 Quesnel P.] Éloge historique..., op. cit., t. I, p. lxxj.

« Il fit encore imprimer les Hymnes de l’Église et plusieurs Cantiques spirituels pour l’édification des fidèles59. »

  • 60 Herluison H. T., Recherches sur les imprimeurs & libraires d’Orléans, Orléans, Herluisson, 1868, p (...)
  • 61 Arbour R., Dictionnaire des femmes libraires en France (1470-1870), Genève, Droz, 2003, p. 283.
  • 62 Pourtant protestant, son beau-père Antoine Cellier avait été suspecté de sympathie pour les amis d (...)
  • 63 Gouzi C. et Luez P., Port-Royal ou l’abbaye de papier, Madeleine Horthemels 1686-1767, Montigny-le (...)
  • 64 Les Pseaumes en forme de prières : Paraphrase, Horthemels, 1690, rééditions en 1692, 1700, 1712, 1 (...)
  • 65 Jovy E., Guillaume Prousteau, fondateur..., op. cit., lettres des 5 décembre 1680 et 23 septembre (...)

28L’histoire matérielle de ce petit volume est fort instructive. Il est imprimé « à Orléans », mais la page de titre ne précise pas le nom de l’imprimeur : Herluisson identifie ce livre comme sortant des presses des Boyer60, imprimeurs des Deux lettres... de Desmahis parues en 1685. Associé à l’adresse d’impression, figure la mention suivante : « et se vend chez la veuve de Daniel Horthemels ». Il s’agit d’Anne Horthemels, fille d’Antoine Cellier, fameux imprimeur protestant. En 1678, elle épouse Daniel Horthemels, calviniste d’origine néerlandaise et membre d’une dynastie d’imprimeurs61. Pour s’établir Paris, Daniel doit se convertir, ce qu’il fait avec Anne, peu après leur mariage. Or, après sa conversion, Horthemels est réputé proche des jansénistes62. Mais il a sans doute plus que des sympathies pour Port-Royal puisque l’une de ses filles, Madeleine, graveur de profession, réalise, au moment de la destruction de l’abbaye, une série de 15 gravures représentant la vie à Port-Royal promise à un fabuleux succès63. La reconstitution d’une partie du catalogue du couple permet de confirmer leur philo-jansénisme. En se basant sur les statistiques du Worldcat, les époux impriment, entre 1678 et 1719, un peu plus de 60 titres. Sur l’ensemble, 17 – Hymes et proses inclus – sont au moins jansénisants voire, pour certains, de véritables best-sellers port-royalistes, puisque figurent au catalogue du couple trois titres du fameux diacre Pâris64. Les Hymnes de Desmahis, vendus à Paris par la veuve de Daniel Horthemels, sont donc proposés entre des titres jansénistes par un imprimeur ancien protestant, converti et devenu janséniste. Dans quelle mesure Desmahis a-t-il pu avoir une influence sur le fait que son volume soit vendu à Paris, précisément chez la veuve Horthemels ? Rien ne permet de répondre à cette question. Signalons toutefois que Guillaume Prousteau, proche ami de Desmahis et membre de son réseau à Orléans, est très lié avec de nombreux imprimeurs, dont Daniel Horthemels, qu’il connaît depuis au moins 168165.

29Passons aux livres qui ont appartenu à Desmahis et Papin. Notre connaissance de leurs bibliothèques respectives n’est pas comparable. Celle de Papin est la mieux renseignée : en effet, son inventaire après décès contient un catalogue partiel de sa bibliothèque qui aurait compté près de 700 volumes. Dans cet inventaire, seuls 105 livres sont désignés par un titre, plus ou moins précis. J’en ai identifié 63 avec certitude, dont 20 ont un lien avec Port-Royal. Pour ce qui est des 19 titres à l’identification incertaine, 3 peuvent être reliés au jansénisme. Ainsi, la proportion d’ouvrages jansénistes est donc notable, puisqu’ils constituent près d’un quart des livres identifiés.

  • 66 D’après son testament, vraisemblablement perdu corps et bien et toujours évoqué sans référence (ni (...)
  • 67 Cuissard C., « Origine, formation... », art. cit., p. 209.
  • 68 Ibid., p. 218, 222 et p. 236-237.
  • 69 Ibid., p. 252, note 1 et p. 253.
  • 70 Ibid., p. 239-240 et 247-253.
  • 71 Ibid., p. 259.
  • 72 L’ex-libris manuscrit de Desmahis et un ex-dono imprimé, collé lors de l’intégration de ses livres (...)
  • 73 Menées avec la complicité de C. de Valence et l’active collaboration des bibliothécaires et du con (...)
  • 74 Médiathèque d’Orléans, A4760, Jansenius C., Cornelii Jansenii... Peutateuchus sive Commentarius in (...)
  • 75 Médiathèque d’Orléans, A4876, Arnauld A., La Perpétuité de la foy de l’église catholique touchant (...)
  • 76 Tous les titres et auteurs phares du jansénisme dans le fonds ancien ont par ailleurs été dépouill (...)

30Se prononcer sur la bibliothèque de Desmahis est beaucoup plus délicat. En effet, nous ne disposons pas d’inventaire de ses livres, dont il fit don au chapitre de la cathédrale d’Orléans66. À la Révolution, la bibliothèque du chapitre, saisie comme toutes celles des institutions religieuses, s’est retrouvée stockée dans le dépôt littéraire67. Des vols68, plusieurs ventes publiques69 ainsi que les prélèvements effectués sur ordre des autorités centrales de la République70 ont entraîné la dispersion d’une partie des volumes du chapitre, donc des anciens titres ayant appartenu à Desmahis. Cependant, grâce à Guillaume Prousteau, l’ami de Desmahis, la ville dispose depuis 1713 d’une bibliothèque publique, dont le fonds originel n’est autre que la bibliothèque personnelle de Prousteau. Ce contexte particulier a permis de sauver une partie du dépôt littéraire – 20 000 titres – finalement rétrocédé par les autorités71. Ainsi, des livres ayant appartenu à Desmahis ont finalement intégré la bibliothèque municipale. Grâce à deux marques de possessions72, mes recherches en cours73 ont permis de retrouver plus de 100 titres lui ayant appartenu. Seuls deux sont en lien avec le jansénisme : un ouvrage de Jansénius74 et un volume de La perpétuité de la foy catholique75 d’Arnauld. L’imprégnation du jansénisme en Orléanais amène à penser que les autres titres jansénistes que Desmahis possédait ont été dispersés76 au tournant des XVIIIe et XIXe siècles.

  • 77 L’ex-dono collé lors de l’intégration de la bibliothèque figure sur le verso du premier plat, l’ex (...)

Ill. 2. – Exemplaire de La perpétuité de la foy... d’Antoine Arnauld ayant appartenu à Desmahis77.

  • 78 Pour l’évocation de sources témoignant de cet état de fait, voir par exemple Couton G., Écritures (...)

31Nous avons donc pu découvrir deux trajectoires différentes d’engagement après une conversion au catholicisme de deux pasteurs calvinistes : Desmahis prosélyte, Papin presque retiré du monde – la mort prématuré du Blésois accentuant cette impression. Mais au-delà, émerge une même orientation spirituelle, celle du jansénisme et il est évident que Desmahis est à l’origine de la direction port-royaliste prise par Papin. Derrière le parcours de ces deux individus apparaît en filigrane l’un des topoi de la controverse anti-janséniste, l’accusation, pour employer une expression de l’époque, de « calvinisme rebouilli78 ». en poursuivant l’identification et l’étude de ces convertis un peu particuliers, passés de Calvin à Jansen, l’on pourra sans doute, par cette analyse croisée des textes et de la réalité de leur parcours de croyants que j’ai tenté d’esquisser ici, apporter de nouveaux éléments de réflexions autour de ce serpent de mer de l’historiographie religieuse du Grand Siècle.

Notes

1 Groteste Des Mahis M., La Vérité de la religion catholique prouvée par l’Écriture Sainte, Paris, A. Leguerrier, 1696, 2 t., in-12. Quesnel est l’auteur de l’éloge posthume de Desmahis, qui paraît de manière anonyme en tête de ce volume ([Quesnel P.] Éloge historique de M. Des Mahis, chanoine d’Orléans, Marin Groteste Des Mahis, La vérité de..., op. cit., t. I, p. j-lxxxiij). Une lettre de Quesnel à Van Erckel (cf. infra) révèle, outre la paternité du texte, que les lettres de Desmahis citées par Quesnel dans son éloge lui sont adressées. Comme ces extraits sont fondamentaux pour préciser la biographie de Desmahis, nous y renverrons souvent en identifiant ces lettres ainsi : « Lettre de Desmahis à Quesnel, date, Éloge, p. nn. » Signalons que ces lettres ne sont pas identifiées dans l’inventaire de la correspondance de Quesnel (Tans J. A. et Schmitz Du Moulin H., La correspondance de Pasquier Quesnel : inventaire et index analytique, t. I, Inventaire, Bruxelles, Nauwelaerts, 1989).

2 Voici la liste de ces rééditions (lieu, Imprimeur, année) : Lille, Jean Baptiste Brovellio, 1708 ; Lille, J. Fiévet et L. Danel, 1709 ; Liège, François Broncart, 1709 ; Paris et « se vend à Bruxelles chez Jean Van Vlaenderen », 1710 ; Liège, J.-F. de Milst, 1710 ; Lille, J. Fiévet et L. Danel, 1711 ; Paris, Florent Delaulne, 1713.

3 Voici la liste de ces traductions : De waerheyt van het catholyk geloove, betoont uyt de H. Schrifture, Gent, Cornelis Meyer, 1712 ; Religionis catholicae veritas per sacram scripturam evicta, Liège, Typis Joannis Francisci de Milst, Typographi Jurati, 1714 ; La verita della religione cattolica provata colla Santa Scrittura, Venezia, G. Pasquali, 1738 ; Die aus der heiligen Schrift erwiesene Wahrheit der Katholischen Religion, s. l., Bernhard, 1762 ; Die aus der heiligen Schrift erwiesene Wahrheit der Katholischen Religion, Wien, Friedrich Vernhardischen, 1768 ; The Truth of the Catholic Religion proved from the Holy Scriptures... Translated from the French, Newcastle, Edward Walker, 1799.

4 [Papin I.], La foy réduite à ses véritables principes et renfermée dans ses justes bornes, par P.P.D.L.A., Rotterdam, Reinier Leers, 1687, 116 p., in-12.

5 Figure idéale car non identifiée par Desmahis dans son texte, mais il ne faut pas oublier que son père fut ancien de la communauté de Charenton et, au moment où parait ce texte, il n’a pas encore suivi l’exemple de son fils.

6 Préface à Claude Groteste de La Mothe, Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte, Amsterdam, L’Honoré et Chatelain, 1725, n. p. Claude (1647-1713) est le frère de Marin (sur Claude, coll. The Aufrère papers : calendar and selection, Publications of the Huguenot society of London, xl (1940) et P. et W. Bultmann, « Claude Groteste de la Mothe and the Church of England, 1685 to 1713 », Publications of the Huguenot society of London, xx-i (1958-1959), p. 89-101).

7 Livre du Recteur de l’Académie de Genève (1559-1878), Stelling-Michaud S. (éd.), Genève, Droz, 1959-1980, 6 vol. Notice consacrée à Desmahis : t. 3, p. 544.

8 Id.

9 Id.

10 Ibid., t. 5, notice 4305, « Isaac Papin ».

11 Sur cette période et les sources dont nous disposons, Zuber R., « Papiers de jeunesse d’Isaac Papin », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 120 (janvier-mars 1974), p. 107-143 et Sina M., « Metafisica e teologia in alcune lettere inedite di Isaac Papin : Il rapporto tra fede religiosa et conoscenza metafisica », Rivista di filosofica neoscolastica, (janvier-mars 2002), no 1, p. 89-134 et « Metafisica e teologia in alcune lettere inedite di Isaac Papin. 2 : l’ordine della sapienza divina », Rivista di filosofica neoscolastica, (juillet-septembre 2002), no 3, p. 491-556 et mon article dans le Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 2013 (no 2), à paraître.

12 Sur cet épisode, je me permets de renvoyer à mon article « Un novateur parmi les orthodoxes : Isaac Papin à Saumur (1683) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 155 (3), p. 605-625.

13 Laplanche F., L’Écriture, le sacré et l’Histoire : érudits et politiques protestants devant la Bible au XVIIe siècle, Amsterdam-Lille, Academic Publisher Associated-Diffusion Presses Universitaires de Lille, 1986, p. 18.

14 Archives départementales d’Eure-et-Loir, I4, Authon-du-Perche, Religion réformée, BMS (1668-1684) (voir également Duchemin A., « La communauté protestante d’Authon-du-Perche au XVIIe siècle : de l’apogée à la résistance », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 113-2 (2006), p. 65, mis en ligne le 30 juin 2008, consulté le 11 avril 2012. URL: http://abpo.revues.org/827).

15 Le 19 février 1684, Papin écrit à Jean Le Clerc : « Il y a un an présentement que je quittai M. Pajon, pour voir l’académie de Saumur » (Erich Haase, « Isaac Papin à l’époque de la Révocation (trois lettres inédites) », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, t. 98 (1952), p. 102).

16 Genève, Bibliothèque Publique Universitaire, Archives Tronchin, vol. 53, fol. 105 ro-107 vo et fol. 22 ro-v°, lettre de Claude Pajon à [Jacques Lenfant à Genève] (mai-juin 1683), extrait aimablement communiqué par Albert Gootjes.

17 Solé J., Les origines intellectuelles de la Révocation de l’Édit de Nantes, Saint-Étienne, Presses Universitaires de Saint-Étienne, 1997, notamment p. 20, 35, 72, 78, 113, 149, 159 et 169.

18 Voir note 14.

19 Sur Popple, voir Robbins C., « Absolute Liberty : The life and thought of William Popple, (1638-1708) », William and Mary Quarterly, 3e Série, vol. 24 (avril 1967), no 2, p 190-223 et Simonutti L., « Un acteur et témoin du débat sur la tolérance : William Popple, marchand, écrivain et poète de la liberté », QWERTY, 8 (octobre 1998), p. 267-272.

20 [Papin I.], Essais de théologie sur la providence et la grâce, où l’on tâche de délivrer Mr Jurieu de toutes les difficultés accablantes qu’il rencontre dans son système, en deux tomes : Le I. contre son livre intitulé : Jugement sur les méthodes rigides et relâchées, etc. ; Le II. contre son Traité de la grâce immédiate, Francfort, F. Arnaud [en réalité Rotterdam, Reinier Leers], 1687, 562 p.

21 Élisabeth Labrousse, Inventaire critique de la correspondance de Pierre Bayle, Paris, Vrin, 1961, 413 p. Ni mes recherches ni les travaux de l’équipe responsable de la publication intégrale de la correspondance de Bayle n’ont permis de nouvelles découvertes depuis les travaux d’E. Labrousse.

22 Cambridge University Library, EDR, A/5/3 : Subscription Book (1674-1706) [http://eagle.cch.kcl.ac.uk:8080/cce/index.html].

23 Roussard E., L’Église réformée française de Hambourg-Altona à travers les registres de son consistoire (1686-1693), mémoire de maîtrise de l’université de Paris I, sous la direction de Nicole Lemaître et Michelle Magdelaine, 1994, 283 p.

24 Bibliothèque de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, Autographes Schickler, 7593, pièce 285, lettre autographe signée d’Isaac Papin à l’abbé Ledieu (?), datée de Blois le 23 mars 1700, incomplète (découpée).

25 Les dates de la conversion de Desmahis divergent d’une référence bibliographique à l’autre : parfois 1681, parfois 1683. Deux sources permettent d’assurer que cette conversion remonte bien à l’année 1683 : la lettre de Pajon à Lenfant précédemment citée (puisque Pajon y précise ailleurs qu’Isaac est parti à Saumur depuis quelques semaines, nous sommes bien en 1683) et le récit de la conversion de deux autres pasteurs de l’Anjou, devenus également jansénistes après leur apostasie et qui rencontrèrent Desmahis avant leur conversion. Voici un extrait de ce texte anonyme : « Je n’ay rien à adjoûter à ce que vous ay déjà écrit de Mr Desmahy [dans une lettre de juin 1683], dont M. l’evêque d’Orléans receut icy l’Abjuration dans sa Chapelle, le 27 de May, Feste de l’Ascension. Il est évident qu’ayant concerté avec Mr Gilly, et Mr Courdil, le dessein de se réünir à l’Église... », ([s. n.], Conversion de Mr Gilly, ministre de Baugé en Anjou, et de Mr Courdil, Ministre de Chasteau du Loir, avec les Discours qu’ils ont faits dans le synode de la Religion prétenduë Réformée, assemblé à Sorge proche d’Angers, par permission du Roy touchant les raisons qu’ils ont euës de se réunir à l’Église Catholique, Paris, G. de Luynes, C. Blageart et T. Girard, 1683, p. 2-4).

26 Bibliothèque de l’Arsenal, ms 5782 : Correspondance de Pasquier Quesnel, dont lettres à Fromentin, f. 18, lettre du 20 mars 1684.

27 Quesnel P., Lettre apologétique du Père Quesnel à Monseigneur l’Évêque et comte de Beauvais, pair de France. Au sujet de son ordonnance du 14. juin 1714 & du Discours fait aux Curés de son Diocèse. Cette lettre peut aussi servir de réponse à diverses accusations répandues dans plusieurs Mandemens de quelques-uns de Nosseigneurs les Évêques, [s. l. n. n.], 1716, p. 6-7.

28 Cazanave C., Le dialogue à l’âge classique Études de la littérature dialogique en France au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 446-447.

29 Anne-Marguerite Petit, dite Mme Du Noyer, Mémoires de Madame Des N***, écrits par elle-même contenant la suite des Lettres galantes [t. viii], Londres, [non identifié], 1757, p. 271.

30 Pour l’été 1687, voir lettres de Desmahis à Quesnel, 22 avril et 13 juin 1687, citées dans Éloge..., op. cit., p. xlij et xlvj ; pour début 1688, voir de La Fontenelle de Vaudoré A., Histoire du monastère et des évêques de Luçon, 2e partie, Fontenay-le-Comte, Gaudin, 1847, p. 616 ; pour l’été 1688 (de mai à octobre ?), voir « Histoire de M. de Barillon, évêque de Luçon, 1671-1699, écrite par lui-même », Revue de Bretagne et de Vendée, 6e année, deuxième série, t. II, année 1862, 2e semestre, vol. 12, p. 142 et BnF, f. fr. 23499, Nouvelles ecclésiastiques de février 1689 : « L’illustre Monsr Demahis cy devant ministre fort bien converti et maintenant chanoine d’Orléans a esté payé à Paris de sa rescription de mille escus pour le voyage et mission qu’il a fait en poitou sur [mot rayé] dans le diocèse de Luçon par ordre du Roy » (fol. 57 vo).

31 Cette présence à la Bastille est en réalité le prolongement des missions de Desmahis dans le Poitou, comme le laisse deviner cet extrait de la lettre du 25 avril 1690 adressée par Louvois au gouverneur de Besmaus : « Je vous ai ci-devant mandé que le Roi trouvait bon que vous laissassiez visiter par M. des Mahis, chanoine d’Orléans, les quatre prisonniers du diocèse de Luçon qui sont à la Bastille pour le fait de la religion » (Ravaisson F. (éd.), Archives de la Bastille : 1687-1692, vol. 9, Paris, A. Durand et Pedone-Lauriel, 1877, p. 176).

32 Cuissard C., « Origine, formation et développement de la Bibliothèque Publique d’Orléans », Mémoires de la Société Archéologique et Historique de l’Orléanais, t. xxv (1895), p. 127.

33 D’autant que des sources non orléanaises et donc non consultées par Cuissard semblent aller dans ce sens : dans les dossiers de versements des pensions conservées dans la série G8 des Archives Nationales, un double constat s’impose : dans les quittances de versement effectuées auprès de Desmahis, la maison des Nouvelles Catholiques n’est jamais évoquée. Et parmi les quittances de la maison des Nouvelles Catholiques – certes conservées de manière incomplète – jamais le nom de Desmahis n’apparaît (Archives Nationales, G8, 232 (Desmahis) et 251 (N. C. d’Orléans). Ainsi, s’il a eu un rôle en interne, Desmahis n’apparaît pas comme le responsable de l’institution.

34 Urbain C. et Levêque E., Correspondance de Bossuet, t. VII, Paris, Hachette, 1913, p. 530. Ce manuscrit a apparemment été consulté par Urbain et Lévêque aux Archives de Saint-Sulpice. Nous espérons pouvoir le retrouver dans nos futures recherches parmi ces archives dispersées depuis entre trois centres d’archives parisiens.

35 Utrecht, Rijksarchief, Collection Port-Royal, 1234, premier cahier.

36 Parmi ces documents concordants, citons la correspondance échangée durant la controverse entre 1687 et 1689, dont les originaux sont actuellement inconnus (vraisemblablement perdus) mais publiés par Chauffepié dans son Nouveau dictionnaire historique et critique (de Chauffepié J.-G., Nouveau dictionnaire historique et critique, pour servir de supplément ou de continuation au dictionnaire historique et critique de Bayle, Amsterdam, Chatelain, 1750, t. 3, articles « Jurieu Pierre » et « Papin Isaac ».

37 Viard-Papin A., Histoire de la vie, de la conversion et de la mort de feu M. Papin. Donnée par MmePapin, sa veuve, Papin I., Recueil des ouvrages composés par feu M. Papin, en faveur de la religion... Nouvelle édition donnée par sa veuve, augmentée de plusieurs manuscrits posthumes,... avec six lettres écrites par feue Mademoiselle de Royère à Mme Rouph, sa sœur, Paris, Vve L. Guérin et H.-L. Guérin, 1723, t. I, p. cj.

38 Cf. Moureau F. (dir.), Répertoire des nouvelles à la main : dictionnaire de la presse manuscrite clandestine (XVIe-XVIIIe siècles), Oxford, Voltaire Foundation, 1999, p. 58.

39 BnF, f. fr., 23500, f. 37 et f. 56-61.

40 Archives municipales de Blois, GG, 244, 28 mars 1691.

41 Voir la lettre de Papin à l’abbé Ledieu, citée note 26.

42 Ledieu F., Mémoires et journal sur la vie et les ouvrages de Bossuet, Paris, Didier, 1856, t. I, p. 192.

43 Archives départementales de Seine-et-Marne, H. 805, pièce no 11, f. 1 ro : « Démission donné par Me Charles Inger, curé de Chambry, des fonctions d’administrateur de l’hôtel-Dieu de Varreddes » et Jovy E., Études et recherches sur Jacques-Bénigne Bossuet, Évêque de Meaux, Vitry-le-François, P. Tavernier, 1908, p. 214.

44 Bibliothèque d’Orléans, ms 1503, no 160, lettre autographe signée de Desmahis à Bossuet, datée de Paris, le 27 juillet 1691, publiée dans Bossuet J.-B., Correspondance, op. cit., t. IV, p. 259 et sq.

45 Sur Thoynard, voir les travaux de Christian de Valence, parmi lesquels son mémoire de master : Nicolas Thoynard (Orléans 1629-Paris 1706) : biographie, correspondance et sociabilité d’un savant, sous la direction J.-P. Vittu, université d’Orléans, 2007, 225 p.

46 Preyat F., Le Petit Concile de Bossuet et la christianisation des mœurs et des pratiques littéraires sous Louis XIV, Münster, LIT Verlag, 2007, p. 28 et 108.

47 « Je voudrois que vous pussiez assister aux expériences qu’on fait actuellement chez M. des Mahis pour le soulagement des pauvres. M. Papin, son ami, nous est venu voir de Blois et nous a apporté une machine qu’il y a fait faire sur l’idée de M. Papin, son cousin, en donna au public il y a quelques années pour amollir les os et en tirer de bons bouillons » (Jovy E., Guillaume Prousteau, fondateur de la bibliothèque publique d’orléans, et ses lettres inédites à nicolas hoynard, Paris, Librairie d’érudition, 1888, p. 39-40, lettre du 19 février 1694).

48 Signalons tout de même l’acquisition d’un banc dans la cathédrale de Blois (archives départementales du Loir-et-Cher, 3e 19, 1210, acte du 30 décembre 1693).

49 Archives nationales, G8 241, dossier « Papin Isaac ».

50 Voir note 28.

51 Quesnel P., Recueil de lettres spirituelles sur divers sujets de morale et de piété, Paris, François Barois, t. II, 1722, p. 224-225.

52 Paris, BnF, Fonds français, 12988, « Recueil de Mlle Perrier tom. I », f. 425-426 : no 253 : lettre de Desmahis à Mademoiselle du Périer, « à Orléans, ce 18 novembre 1693 » (copie) et f. 426-427 : no 254 : lettre de Desmahis à Mademoiselle du Périer, « à Orléans, ce 6 février 1694 » (copie). Ce volume est référencé dans les études pascaliennes sous le titre de Recueil Théméricourt (Pascal B., Œuvres complètes, t. I, texte établi, présenté et annoté par Jean Mesnard, Paris, Desclée de Brouwer, 1964, p. 335).

53 Lettre d’Antoine Arnaud à Mme de Fontpertuis, 30 juin 1694 : « Comme [...] le nouvel Évêque à la liberté de donner à qui il voudra l’Abbaye qu’il ne veut point retenir, je vous dirai la pensée qui m’est venue sur cela. C’est que son diocèse étant plein de Huguenots, bien ou mal convertis, il ne pourroit mieux faire que de la donner à M. Bruzeau de S. Gervais : parce que s’associant M. Pilon son bon ami, ils pourroient tous deux ensemble travailler utilement à l’affermissement de ces Prosélytes ; si ce n’est qu’il aimât mieux la donner à M. des Mahis, ci-devant Ministre d’Orléans, qui s’est converti avant la révocation de l’Édit de Nantes d’une manière très édifiante. M. d’Orléans l’a fait depuis chanoine de son Église » (Arnauld A., Œuvres de Messire Antoine Arnaud, Docteur de la maison et société de Sorbonne – Lettres, t. IV, Paris, Sigismond d’Arnay et Compagnie, 1791, p. 56).

54 Lettre de Pasquier Quesnel à Louis-Paul du Vaucel, datée du 5 novembre 1694, Quesnel P., Correspondance de Pasquier Quesnel, prêtre de l’Oratoire sur les affaires politiques et religieuses de son temps, éd. par Mme A. Le Roy, t. 1, Paris, Perrin, 1900, p. 330.

55 Lettre de Pasquier Quesnel à Jean Van Erckel, lettre du 16 juillet 1696, Tans J. A., Pasquier Quesnel et les Pays-Bas, Paris-Groningue, J. Vrin, J.-B. Wolters, 1960, p. 119 (en latin, je traduis).

56 Quesnel P., Lettre apologétique du..., op. cit., p. 6-7.

57 Sur cet épisode, je me permets de renvoyer à mon article « Le destin des manuscrits catholiques d’Isaac Papin après sa mort : convoitise et mystère autour de la dépouille intellectuel d’un sympathisant janséniste », de Franceschi S. et Mathis R. (dir.), Ruine et survie de Port-Royal, Paris, Nolin, 2012, p. 243-263.

58 Conservé à la BnF sous la cote YE-20129.

59 Quesnel P.] Éloge historique..., op. cit., t. I, p. lxxj.

60 Herluison H. T., Recherches sur les imprimeurs & libraires d’Orléans, Orléans, Herluisson, 1868, p. 89, no 320.

61 Arbour R., Dictionnaire des femmes libraires en France (1470-1870), Genève, Droz, 2003, p. 283.

62 Pourtant protestant, son beau-père Antoine Cellier avait été suspecté de sympathie pour les amis de Port-Royal. (Amiel C. et Lima A., « Dellon dans le siècle », L’Inquisition de Goa : la relation de Charles Dellon (1687), Paris, Éditions Chandeigne, 1997, p. 56-57). Faut-il voir là l’une des origines du jansénisme du couple Horthemels et de leurs filles ?

63 Gouzi C. et Luez P., Port-Royal ou l’abbaye de papier, Madeleine Horthemels 1686-1767, Montigny-le-Bretonneux, Yvelinedition, 2011, 143 p.

64 Les Pseaumes en forme de prières : Paraphrase, Horthemels, 1690, rééditions en 1692, 1700, 1712, 1719 ; Prières formée sur tout ce qu’il y a de moral dans l’ancien et le nouveau testament, Daniel Hortemels, 1691 ; Martyrologe ou Idée generale de la vie des saints, de leurs vertus, et de leurs principales actions, Daniel Horthemels, 1691.

65 Jovy E., Guillaume Prousteau, fondateur..., op. cit., lettres des 5 décembre 1680 et 23 septembre 1681.

66 D’après son testament, vraisemblablement perdu corps et bien et toujours évoqué sans référence (ni citations précises) dans les quelques références bibliographiques existantes.

67 Cuissard C., « Origine, formation... », art. cit., p. 209.

68 Ibid., p. 218, 222 et p. 236-237.

69 Ibid., p. 252, note 1 et p. 253.

70 Ibid., p. 239-240 et 247-253.

71 Ibid., p. 259.

72 L’ex-libris manuscrit de Desmahis et un ex-dono imprimé, collé lors de l’intégration de ses livres dans la bibliothèque du chapitre de Sainte-Croix.

73 Menées avec la complicité de C. de Valence et l’active collaboration des bibliothécaires et du conservateur du fonds ancien de la Médiathèque d’Orléans. Qu’ils trouvent tous ici l’expression de ma reconnaissance.

74 Médiathèque d’Orléans, A4760, Jansenius C., Cornelii Jansenii... Peutateuchus sive Commentarius in quinque libros Moysis, Parisiis, J. Jost, 1649, in-4.

75 Médiathèque d’Orléans, A4876, Arnauld A., La Perpétuité de la foy de l’église catholique touchant l’Eucharistie deffendue contre le livre du Sieur Claude, Ministre de Charenton, Paris, Charles Savreux, 1670-1672, 6 t., in-4. Seul le tome 2 a appartenu à Desmahis : les autres ne portent aucune marque de possessions et n’ont pas la même reliure.

76 Tous les titres et auteurs phares du jansénisme dans le fonds ancien ont par ailleurs été dépouillés, sans succès.

77 L’ex-dono collé lors de l’intégration de la bibliothèque figure sur le verso du premier plat, l’ex-libris manuscrit de Desmahis en haut de la page de garde (Bibliothèque municipale d’Orléans, A4876).

78 Pour l’évocation de sources témoignant de cet état de fait, voir par exemple Couton G., Écritures codées : essais sur l’allégorie au XVIIe siècle, Paris, aux amateurs de livres, 1990, p. 86. Sur les différences et les points communs entre calvinisme et jansénisme, on consultera le volume Port-Royal et les protestants, Paris, Bibliothèque Mazarine, 1998.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. – Acte de baptême d’Anne Papin, portant la signature de Desmahis son parrain.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Ill. 2. – Exemplaire de La perpétuité de la foy... d’Antoine Arnauld ayant appartenu à Desmahis77.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/50004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

Auteur

Doctorant en histoire moderne à l’université d’Angers. Sa thèse est consacrée à la biographie intellectuelle d’Isaac Papin (1657-1709). Ses recherches portent sur l’histoire des idées, la République des Lettres et les hétérodoxies (École de Saumur, jansénisme) au second XVIIe siècle. Il travaille par ailleurs à une biographie du cousin germain d’Isaac, le physicien et inventeur Denis Papin.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540