Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La conversion

 | 
Didier Boisson
, 
Élisabeth Pinto-Mathieu

Première partie. Discours sur la conversion

L’exemplarité des sermons sur la conversion de saint Paul dans l’Espagne moderne (XVIe-XVIIe siècles)

Alexandra Testino-Zafiropoulos

Texto completo

  • 1 Actes, 22, 17-21, La Bible, Nouveau Testament, Traduction œcuménique, Paris, Le livre de poche, 19 (...)

1L’événement inscrit dans les Actes des Apôtres (chapitre 9) évoquant la conversion du juif Saul sur le chemin de Damas est parfaitement connu. De persécuteur de l’Église de Dieu il devint, grâce à la révélation divine, messager de la parole du Christ, obéissant ainsi aux mots du Très Haut : « Va, c’est au loin, vers les nations païennes, que je vais, moi, t’envoyer1. » Paul est donc un converti mais il deviendra lui-même un missionnaire de la conversion. L’expérience et le retournement de Saul, le cheminement interne qu’il vécut, son devenir, sa prédication constituent autant de thèmes considérés très tôt comme des modèles dont les auteurs anciens et modernes se servent pour illustrer au mieux leurs discours. Les sermons prêchés en Espagne à l’occasion de la date anniversaire de la conversion paulinienne (le 25 janvier), mais aussi ceux qui prennent simplement cet événement comme exemple pour établir des parallélismes pouvant paraître au premier abord saugrenus, constituent un corpus dont l’étude permet d’isoler ce qu’il en est du paradigme de la conversion en tant que telle. Pour mieux comprendre les enjeux de ce corpus, il nous faut rappeler brièvement certains aspects de la conjoncture historique et religieuse de l’Espagne classique.

2À partir de l’arrivée des Rois Catholiques à la tête de la couronne hispanique en 1474, le désir d’unification religieuse du territoire où se côtoyaient musulmans, juifs et catholiques, devint une préoccupation constante (sinon une obsession) pour Isabelle et Ferdinand. Dès lors beaucoup de juifs se convertirent au catholicisme plus pour éviter d’être inquiétés que par véritable conviction. On parlera dorénavant des « conversos » (les convers) ; or l’histoire démontre que, bien que convertis, ces « nouveaux chrétiens » comme on les appelait, seront souvent considérés comme des « faux-chrétiens » soupçonnés de judaïser, c’est-à-dire de continuer secrètement à pratiquer leur ancienne croyance. En 1478, les monarques obtinrent la bulle Exigit sincerae devotionis du Pape Sixte IV par laquelle il autorisait les Rois Catholiques à nommer des inquisiteurs dans leur territoire. C’est ainsi que le redoutable Tribunal de l’Inquisition s’appuyant sur un appareil particulièrement répressif s’établit dans le royaume et commença à s’occuper de très près de ces convers dont la sincérité était mise en doute.

3Au-delà de la conversion des juifs, d’autres conversions laissèrent leur empreinte dans l’histoire de l’Espagne : celle des musulmans habitant dans la péninsule bien sûr, mais aussi celle des Indiens d’Amérique qui furent au centre d’un vaste programme d’évangélisation, souvent par la force, dont les échos se laissent entendre aujourd’hui encore dans la société hispano-américaine. L’Espagne du siècle d’or vivait ainsi au quotidien avec « la conversión » qui faisait partie intrinsèque de cette société ; le mot « conversión » dans toutes ses variantes, ainsi que le verbe « convertir », étaient particulièrement lourds de sens et l’emploi de ces termes n’était donc pas anodin. Compte tenu de ce contexte historique, il n’est pas étonnant de retrouver, dans la péninsule, des écrits louant la conversion de Paul et se servant de l’exemple paradigmatique de cette mutation spirituelle vécue par l’Apôtre pour mieux convaincre les infidèles de renoncer à leurs erreurs et d’emprunter la voie chrétienne.

  • 2 Requena Aragon A. de, Venida del apóstol San Pablo a España y predicación en ella y cómo estuvo en (...)

4La figure de Paul semble en outre participer de manière privilégiée aux enjeux symboliques de l’histoire religieuse de l’Espagne puisque la légende veut que ce soit dans les terres de ce royaume que le saint ait personnellement prêché vers la fin de sa vie. Cette affirmation est en effet soutenue de façon véhémente par les auteurs espagnols. Nous en voulons pour preuve, par exemple, le texte d’Alonso de Requena Aragón, originaire de la ville de Lezuza, (ville dans laquelle Paul aurait séjourné lors de sa venue dans la péninsule) et dont le titre est très explicite : Venue de l’Apôtre Saint Paul en Espagne et prédication qu’il fit dans ses terres et comment il séjourna à Libisosa (aujourd’hui Lezuza), sa fondation et ses antiquités2. Dans cet ouvrage, plusieurs chapitres sont consacrés à la narration de cet événement considéré comme décisif pour l’Église espagnole ; pour donner plus d’autorité à ses affirmations, l’auteur n’hésite pas à rappeler tous les écrits, « anciens et modernes », soutenant la théorie de la présence du saint en terres ibériques, en commençant tout d’abord par rappeler les écrits de Paul lui-même. En effet, dans le chapitre 15 de l’Épître aux Romains, nous pouvons lire sous l’intitulé « Projets de Paul » :

  • 3 Épître aux Romains, 15, 24, p. 261-262. La phrase ici reste inachevée. La Bible, Nouveau Testament (...)
  • 4 Épître aux Romains, 15, 28, p. 261-262, La Bible, ibid.

« Mais maintenant, comme je n’ai plus de champ d’action dans ces contrées [...] j’ai un vif désir d’aller chez vous, quand j’irai en Espagne3... Quand donc j’aurai terminé cette affaire et leur aurai remis officiellement le produit de cette collecte, j’irai en Espagne en passant chez vous4. »

  • 5 Requena A. de, op. cit., p. 56.
  • 6 Requena A. de, op. cit., p. 71.

5Pour Alonso de Requena, rien ne semble pouvoir contredire ce fait annoncé par le saint dans les lignes écrites par sa propre plume. Son discours fait donc autorité et on ne saurait le mettre en doute. L’auteur poursuit son argument en donnant une longue liste de savants érudits qui ont attesté également de la présence de Paul en Espagne comme des bienfaits de sa prédication (saint Gérôme, saint Grégoire, saint Chrysostome, les historiens Zamora, Martinez, Morales, Mariana, Garibay...) ; et Alonso de Requena de conclure : « Qui oserait après tant de doctes témoignages nier ou contredire la venue de saint Paul en Espagne si ce n’est l’envieux de la gloire octroyée par la faveur de notre Seigneur l’honorant [l’Espagne] de la présence d’un si grand Apôtre5 ? » L’auteur consacre également un chapitre de son ouvrage au récit de la conversion miraculeuse que Paul réalisa dans la ville de Lezuza lorsqu’elle était encore appelée Libisosa, colonie romaine, où siégeait Probo, gouverneur, et son épouse Xantippe. Cette dernière, intriguée par les propos et la teneur des harangues de Paul dans la ville, demanda à son mari de l’inviter chez eux pour mieux le connaître. Le soir, lorsque le saint franchit le seuil de la porte de la maison de Probo, sa femme crut lire sur son front, marqué en lettres d’or, Paul, Apôtre, prédicateur du Christ. À la vue de ce prodige, Xantippe « se jeta à ses pieds en pleurant, demandant de la convertir en chrétienne, et son mari demanda la même chose pour lui et pour toute sa famille [...] et de cette façon eux et beaucoup d’autres gens encore, ont été baptisés par ses soins6 ».

  • 7 Segal A. F., Paul le converti, Apôtre ou apostat, Paris, Bayard, 2003, p. 118-119. Voir particuliè (...)

6L’Espagne doit ses premières conversions aux bons soins de la rhétorique paulinienne. Dès lors, l’engagement des convertis du territoire ibérique devint décisif, ils eurent à cœur de diffuser et transmettre la parole prêchée par le saint. « Alors qu’on la considère souvent comme le point culminant de l’engagement à l’égard du groupe, la conversion ne représente en fait que le premier pas dans ce processus d’engagement », dit Alan F. Segal7. Pour commémorer cet épisode sacré arrivé à Lezuza, le chapitre XII du livre de Requena rappelle que cette ville décida d’instaurer officiellement la célébration de la fête de la conversion de l’Apôtre, le 25 janvier. D’autres villes espagnoles fêtèrent également l’anniversaire de la conversion de Paul, comme le démontrent les sermons « de circonstance » prêchés à cette occasion et que nous analysons ici.

7Tout se passe comme si l’espace géographique ibérique fut d’emblée particulièrement propre à accueillir la parole apostolique et, de ce fait, propice aussi à propager cette parole à travers le temps. Nous verrons comment dans les sermons prononcés en souvenir de la date symbolique du 25 janvier ou ceux qui rappellent plus généralement la conversion de l’apôtre, se tisse souvent un rapport plus ou moins évident avec le lieu où ces sermons furent formulés : Barcelone, Saragosse ou Palma de Majorque.

Les sermons « de circonstance » : un instrument précieux au service de l’art oratoire

  • 8 Canavaggio J., Darbord B. et alii, Histoire de la littérature espagnole, t. 1, Paris, Fayard, 1993 (...)

8Pour cette étude, nous n’avons pas analysé les recueils de sermons concernant les saints (los sermonarios), mais nous nous sommes attachée à étudier les sermons appelés « sueltos » (ou sermons isolés), qui étaient individuellement édités pour une célébration précise. Par leur nature même, ces sermons que l’ont peut dire aussi « de circonstance », s’adressaient moins à un public érudit qu’à un auditoire populaire. Une fois publiés, les fidèles pouvaient se procurer le sermon, le lire et le relire, et de cette façon mieux s’imprégner du message transmis. Il ne faut pas en effet oublier qu’avant leur publication, ces sermons étaient prononcés en chaire par un prédicateur lors de la messe et que très souvent la rhétorique sacrée, de par sa structure, demeurait difficile à saisir du premier coup pour les fidèles. Leur lecture permettait donc un temps de réflexion et laissait la possibilité de revenir sur la rhétorique et les images les plus éloquentes du discours ce qui était supposé les rendre plus expressif à leurs yeux. C’est aussi la raison pour laquelle ces sermons étaient tous dits et écrits en castillan et non pas en latin ; le latin fut en effet à cette époque écarté petit à petit au profit de la langue parlée et connue de tous, dans une volonté de transmission plus large et de meilleure compréhension pour un public qui n’était pas nécessairement lettré. « L’Église fut en réalité la promotrice d’une littérature en langue vernaculaire : en Espagne comme ailleurs, l’éducation de base dut se faire en langue populaire. Le sermon en fut un instrument privilégié », écrit ainsi justement Bernard Darbord8.

  • 9 Sermón de la admirable conversión del apóstol San Pablo que predicó el reverendísimo padre Fray Jos (...)

9Certains auteurs de sermons se servent néanmoins parfois de quelques citations en latin, qu’ils insèrent ici et là, méthode qui répondait plus à la structure classique de l’éloquence sacrée qu’à une manifestation volontaire d’un cultisme acharné. Ainsi lorsque Miguel Estevant, maître de philosophie à l’université de Valence et docteur en théologie de l’université de Zaragoza, fit la présentation du Sermon de l’admirable conversion de l’apôtre Paul prononcé par le Frère Joseph de Jésus, il se servit de quelques phrases en latin pour souligner les qualités du texte exposé : Vivus est enim sermo dei et efficax et penetrabilior omni gladio ancipiti ; et pour s’assurer d’être bien compris, il traduisit immédiatement ces mots en castillan : « Un sermón para ser divino debe ser vivo, eficaz y penetrante » : autrement dit en français : « un sermon, pour être divin, se doit d’être vif, efficace, et tranchant », trois qualités qui, selon l’auteur, anoblissent l’homélie9. Le terme « efficacité » apparaît d’ailleurs souvent dans ce sermon pour mieux rappeler que la palme de la rhétorique productive dans le domaine revient au « phénix des prédicateurs », c’est-à-dire saint Paul.

  • 10 Terrones Aguilar del Caño F., Arte y breve tratado que dice las partes que ha de tener el Predicad (...)

10Ainsi était-il d’usage, lorsque le prêcheur se référait précisément aux écrits des pères de l’Église ou d’un saint, de reprendre la phrase source en latin et de la faire suivre de sa traduction castillane. Ce même sermon de Joseph de Jésus par exemple reprend en latin les quelques mots de Jean Chrysostome présentant Paul comme le pilier de l’Église et comme une statue de la vertu : Paulus fuit statua virtutis. L’autorité de l’auteur de référence (Jean Chrysostome) exigeait de le citer dans la langue érudite, même si pour s’assurer de la bonne réception de la parole sacrée on avait immédiatement recours à la traduction. Mis à part ces quelques références ponctuelles, tout le reste du discours était écrit en langue vernaculaire. Francisco Terrones Aguilar del Caño10 indique très précisément dans le traité qu’il rédigea pour le « prêcheur évangelique » (1617) qu’un des atouts essentiels du prêcheur est celui de la clarté et pour ce faire il recommande de ne jamais citer « ni mot, ni texte en latin, ni petit ni grand, sans que l’un ou l’autre soit immédiatement traduit en langue castillane, car ceux qui parlent le latin sont une minorité ».

  • 11 Gominas L., Historia de una metamorfosis : del manuscrito al impreso en la tradición de los sermon (...)

11Pour revenir à la question concernant l’édition des sermons, en Espagne, depuis le Moyen Âge, autant la poésie que les « comedias », connaissaient déjà ce type d’édition individualisée, sous forme de fascicules, et ces œuvres, dont le succès ne se démentait pas, étaient imprimés sur quelques feuillets pliés, leur garantissant une forte accessibilité auprès du grand public. La forme de publication du sermon « isolé » n’était donc pas une exception, elle s’insère dans une technique de diffusion des œuvres écrites à cette époque. Dernière remarque à ce propos, le fait d’imprimer les sermons séparément concourait à la célébrité du prédicateur dont le nom figurait sur la couverture, mais cela permettait aussi de faire connaître les personnes, voire les institutions, qui avaient participé à la production et à l’impression du sermon, faisant ainsi de cette couverture une véritable « vitrine » publicitaire, comme le remarque bien Laurette Godinas11. Ainsi, par exemple, parmi les textes consultés, un est adressé « aux très excellents conseillers de la ville de Barcelone » dont les noms sont cités un par un. Après cette liste détaillée de conseillers, suit le nom du prédicateur accompagné de tous ses titres :

« Maître en philosophie, docteur en Théologie des très insignes universités de Barcelone et Valence, et dans cette dernière président de la chaire des écritures saintes, examinateur synodal de l’archevêché de Valence, et des évêchés de Barcelone, Tortosa, y Solsona, prieur du royal couvent de Sainte Catherine martyre de Barcelone, et très digne provincial de la très vénérable religion des prédicateurs dans la Couronne d’Aragon. »

12Ce paratexte de présentation, qui pouvait parfois être suivi d’une lettre d’approbation ou d’une préface, met en relief le statut de l’auteur et le rang du destinataire ; les fonctions et les noms donnaient une autorité supplémentaire au sermon, ce qui au premier abord pourrait sembler contraster avec la simplicité du format ; mais tout au contraire, ce paratexte revendique l’érudition et le sérieux des propos imprimés. Nous sommes donc loin d’une simple formalité éditoriale.

La conversion de Paul : un modèle édifiant pour les fidèles

13Dans tous les textes consultés, on retrouve d’abord et dans un souci pédagogique, une description de la conversion de l’apôtre plus ou moins détaillée selon la finalité du discours. Si les auteurs commentent peu dans les sermons isolés le récit biblique proprement dit, en revanche ils y font souvent référence en mettant de préférence en relief certains aspects des faits vécus par Paul sur le chemin de Damas. De ce point de vue, la structure est relativement simple : on évoque d’abord le Saul persécuteur de chrétiens avant sa rencontre divine avec le Christ pour mieux mettre ensuite l’accent sur sa transformation. La figure de l’hyperbole est volontiers utilisée pour souligner l’aspect dramatique de la scène racontée. Dans le passage concernant le départ de Saul vers Damas, le Frère Joseph de Jésus n’hésite pas, par exemple, à forger par ces termes des images fort éloquentes semblant appartenir à une pièce de théâtre ou à quelque tableau ténébriste :

  • 12 Sermón de la admirable conversión, op. cit., « expuesto a ensangrentar el acero en los inocentes h (...)

« Prêt à ensanglanter l’acier (de son arme) qu’il plongeait (dans les corps) des innocents fils de l’Église, Saul part tel un Néron [...] chevauchant une monture sauvage et effrénée, ses yeux jetant des éclairs fulminants, il allait déchaîné contre le Christ [...] il part pour le chemin vers Damas, plein de furie, Saul chevauchant dans les airs12. »

14Cette image d’un Saul enragé, par ailleurs déjà évoquée dans les Actes des Apôtres (Saul respirant encore menace et meurtre contre les disciples du Seigneur..., 9,1), est ici portée jusqu’à la caricature. Ce procédé hyperbolique s’insère bien sûr dans la pratique de la captatio désireuse de forcer l’attention des fidèles puisque, comme nous le savons, il est fréquemment conseillé dans les traités pour les prédicateurs d’user d’images saisissantes pour s’assurer de l’écoute du public tout en adaptant le récit en fonction des récepteurs du sermon.

  • 13 Ibid., p. 25.

15Le père Joseph de Jésus oppose tout au long de son récit la violence de Saul et la modération de Paul pour mieux mettre en valeur l’acte de la conversion. Celui qui chevauchant une bête persécutait les fils de l’Église, une fois converti en Paul « se rendit compte que la couronne du ciel n’est pas portée par celui accompagné d’une brute, mais par celui qui va seul en marchant par le chemin de la perfection ». C’est donc à pied et non pas à cheval que Paul va parcourir le monde anéantissant non plus avec son épée mais avec sa parole les « hérétiques, les juifs, et tout genre d’ennemis de Christ13 ». La rhétorique est ici très adaptée à la description du retournement du personnage, littéralement touché par la lumière divine. Il y a dans ce discours une ferme volonté de dramatiser l’événement dans le but d’émouvoir l’auditoire. Et pour rendre plus familier à son public le lieu même où Paul vécut sa « transformation », le frère Joseph de Jésus opère un rapprochement systématique entre la ville de Saragosse où il prêcha son sermon, et la ville de Damas où le miracle s’accomplit :

  • 14 Ibid., p. 35.

« La ville couronnée de Damas fut le théâtre où a eu lieu la représentation de la conversion de Paul ; parmi toutes les villes, aucune n’est plus impériale que Saragosse que Dieu fit si semblable à celle de Damas ; Parmi ses atouts Damas a deux fleuves navigables, Abana et Farfar [...] de la même manière que Saragosse a deux fleuves navigables aussi, le Gallego et l’Ebre ; Damas fut la métropole du royaume de Syrie ; Saragosse est la métropole du Royaume d’Aragon ; Pour perpétrer la mémoire de cette conversion la ville de Damas éleva un temple de la Conversion de Paul et la ville de Saragosse [...] bâtit un si grand temple, si Magnifique, si somptueux en honneur à la conversion de Saint Paul que d’autres temples ou de magnifiques cathédrales sont peu de chose au regard de la très célèbre Paroisse de Saint Paul à Saragosse ; Peut-on alors appeler Damas Saragosse ou Saragosse Damas14 ? »

  • 15 Quinta esencia de mutación en la mudanza y traslación de casa que han hecho las mujeres arrepentida (...)

16Le procédé est méritoire bien que quelque peu artificiel. Cependant ce n’est pas un procédé isolé car un autre sermon, prêché cette fois à Barcelone, contient également ce genre d’identification avec la ville emblématique de la conversion paulinienne. Raymond Costa, maître en philosophie, docteur en théologie de l’université de Barcelone et Valence, évoque dans son discours la ville de Damas en ces termes : « [Damas était] tête de la Syrie et Métropole de cette Province, située au bord d’un Mont... Toutes des caractéristiques semblables et particulières à Barcelone15. »

17Tout se passe comme s’il fallait donc, pour marquer plus profondément encore les esprits, déplacer symboliquement le lieu de la conversion emblématique au plus près du lieu de vie des fidèles, comme pour leur signifier que l’événement extraordinaire aurait pu avoir lieu dans leur propre ville. La distance géographique brutalement raccourcie dans l’imaginaire collectif rendait alors plus familière la conversion et entraînait du même coup le mimétisme pour un acte sacré devenu plausible et exemplaire.

18Mais encore fallait-il dans cette Espagne marquée par les conversions, bien s’assurer de l’authenticité des faits. Or, comme nous l’avons évoqué plus haut, le soupçon sur les convertis était latent dans cette société hispanique ; les prédicateurs eurent de ce point de vue fréquemment recours à une sorte de mise en garde très explicite. Frère Joseph de Jésus assure par exemple dans son texte que, puisque le Christ vint personnellement convertir l’apôtre, puisqu’il n’envoya pas pour cette première rencontre de messager, puisqu’il choisit de se présenter lui-même et de demander directement à Saul pourquoi le persécutait-il ainsi, cette conversion ne pouvait qu’être sincère. Le prêtre écrit : « C’est (de cette manière) nous dire à tous avec cette conversion de Paul que les véritables conversions sont les seules qui plaisent à Dieu. » Utilisant ensuite la métaphore renversée de l’eau que Jésus convertit en vin lors de noces de Cana, le prêtre ajoute :

  • 16 Sermón de la admirable conversión..., op. cit., p. 33.

« Il ne s’agit pas des conversions qui plaisent aux yeux et aux goûts des hommes [...] qui apprécient un vin généreux alors que dedans il n’y a que de l’eau tiède, froide ou gelée. Les hommes peuvent penser qu’il s’agit d’une véritable conversion mais Dieu, qui regarde les cœurs, connaît ceux qui se font passer pour d’autres [...] Les mal convertis (mal convertidos) peuvent tromper les hommes, mais ils ne peuvent pas tromper Dieu16. »

19Le sermon semble ici élever un couperet prêt à s’abattre sur tous ceux qui, sournoisement, se feraient passer pour ce qu’ils ne sont pas. Mais le Christ et l’Église (et peut être aussi le Saint Office ?) sont là pour dévoiler la vérité et le mensonge pour ensuite mieux châtier le fautif.

Des ténèbres de l’ignorance à la lumière de la grâce

20Suivant la logique proche des événements vécus par l’apôtre, le thème de la lumière divine éblouissant Saul apparaît également fréquemment dans les sermons. L’intensité du rayon qui aveugla Paul de Tarse et le jeta à terre constitue sans doute un des points forts du récit de sa conversion. La plongée dans les ténèbres et la cécité qui suivirent l’illumination céleste puis la récupération de la vue, sont là pour témoigner de la transformation spirituelle de celui qui ne voyait pas le Christ et qui finit par le reconnaître une fois que les « sortes de membranes » (Actes des apôtres, 9, 18) ou les « écailles » (comme le dit Jean Chrysostome dans son homélie) furent tombées de ses yeux.

  • 17 Sermón panegírico del iluminado doctor y mártir insigne el B. Raimundo Lulio predicado en el templo (...)
  • 18 Pring-Mil R., Le microcosme lullien, Vita Cœtanea, Paris, Cerf, 2008, p. 177.
  • 19 Courcelles D. de, La parole risquée de Raymond Lulle : entre le judaïsme, le christianisme et l’is (...)
  • 20 Sermón del Iluminado doctor y glorísimo mártir el B. Raymundo Lulio, predicado el 25 de Enero en la (...)
  • 21 Ibid., p. 24.
  • 22 Ibid., p. 24.

21« Il était vrai que Paul, par son ignorance, était doté d’un esprit aveugle et plein de ténèbres17 », écrit le père Antonio Ferrando, jésuite et professeur de théologie à l’université de Majorque. Ce prêtre fait dans son sermon panégyrique de Raymond Lulle une nouvelle comparaison entre la conversion de l’apôtre et la conversion du savant majorquin parce que, dit-il, les deux conversions furent « si semblables, qu’avec aisance on confond l’une avec l’autre ». En quoi la conversion de Raymond Lulle était-elle analogue à celle de Paul ? Le point commun semble être l’illumination. Raymond Lulle, après avoir eu en effet des visions très frappantes du Christ crucifié, était monté sur la montagne de Randa pour méditer et « pour être plus libre d’y contempler Dieu18 ». Ce fut à cet endroit qu’il reçut lui aussi, à l’instar de Paul, une illumination qui sera décisive dans sa vie. À partir de cet épisode divin, il décida d’écrire un livre « contre les erreurs des infidèles » et de se dévouer à la conversion des Sarrasins. « Illuminer un être, lui communiquer la lumière, c’est par le fait même lui donner sa forme et l’appeler à l’existence19 », écrit Dominique de Courcelles. Par la lumière du Très Haut, Raymond Lulle reçut aussi le don de la sagesse, de l’érudition et du savoir. On l’appela dorénavant le « docteur illuminé » ; il transforma sa vie, abandonnant femme et enfants, pour se dédier entièrement à la transmission de la parole du Seigneur et à la conversion des infidèles. La lumière a frappé son être et l’a changé, il n’est plus celui qui fut aveuglé par le pêché. D’ailleurs dans un autre sermon lullien très semblable, écrit par Francisco Doms quelques années auparavant, en 1688, l’auteur explique ainsi l’étymologie du prénom Raymond (Raymundo en espagnol) : « Que veut dire Raymundo ? Raymundus, radius mundi, Raymundo rayon du monde20. » Et ce « rayon du monde » dut à son tour éclairer tous ceux qui vivaient dans l’erreur, spécialement « les infidèles et les païens qui n’admettent pas les livres sacrées21 ». Cette phrase vise particulièrement les Sarrasins qui représentaient une véritable menace pour l’île de Majorque qui est la patrie de Raymond Lulle (appelée souvent dans ce récit « l’île de Raymond ») et la patrie des prédicateurs de deux derniers sermons évoqués : le père Doms et le père Ferrando. Depuis la prise de Majorque par le roi Jacques le Conquérant en 1230, la préoccupation concernant la conversion de la population musulmane fut constante dans cette île, les attaques sans répit qui venaient de la Berbería incitaient à faire de la conversion une véritable arme de guerre. « Éclairé par le père des lumières », Raymond Lulle apprit ainsi la langue arabe pour mieux convertir le peuple ennemi. Grâce à la science (sabiduría) transmise par Dieu, il put composer le livre « le plus efficace du monde contre les erreurs des infidèles22 ». La conversion constitua l’ultime finalité de la vie de R. Lulle. À l’image de Paul, il fut un converti qui devint lui-même un maître de la conversion.

  • 23 Sermón predicado en el cabildo de la Iglesia Mayor de la ciudad de Sevilla entre sus dos coros en l (...)

22Lumière divine, lumière aveuglante, lumière de grâce, lumière du savoir, le père Geronimo Zapata de l’ordre de Saint-François évoque lui aussi, dans son sermon prêché à Séville, la figure du Christ comme un conquérant porteur de lumière, éclairant de sa grâce « la rebelle obscurité » dans laquelle vivait Saul. Rebelle obscurité parce que longtemps tenace, ce qui fit de Paul « celui qui répondit tard aux appels de Dieu », celui qui « répondit en dernier dans l’école de Christ », mais qui « arriva pourtant le premier à être comblé de mérites23 ». Le message que le prédicateur veut transmettre est dans ce sens très clair : il n’est jamais trop tard pour se convertir, il faut suivre l’exemple du saint et répondre à l’appel divin. Le franciscain justifie en outre, dans son sermon, la violence et l’intensité de l’épisode aveuglant vécu par Saul puisqu’il considère que la force de cet éblouissement divin fût beaucoup plus efficace qu’on long discours qui aurait demandé, d’après lui, nettement plus de temps pour le convaincre. Or Saul n’avait plus de temps à perdre (selon ses propres termes) ; il fallait qu’il reçût un choc propre à le sortir des ténèbres et l’engager pour éclairer les fidèles du monde d’une puissante lumière rédemptrice.

  • 24 Covarrubias Horozco Sebastián de, Tesoro de la lengua Castellana o Española, 1611 ; édition consul (...)

23Un dernier exemple emprunté à un autre sermon nous permettra d’aborder un aspect singulier de l’exemplarité de la conversion de Paul. Lors du déménagement (retenons le terme en espagnol « mudanza ») de la maison des femmes repenties de Barcelone, le prêtre Raimundo Costa profère pour l’occasion un sermon. Le déplacement de l’institution se fait depuis son ancienne demeure de la rue des Égyptiennes vers la nouvelle maison de la rue de Saint-Paul. L’événement semble au prédicateur parfaitement prédestiné : les femmes repenties de leur vie de débauche, vivant dans la rue des Égyptiennes (Egipciacas en espagnol), dont le nom rappelle sainte Marie l’Égyptienne, la pécheresse qui se convertit et abandonna tous les plaisirs mondains pour se retirer dans le désert, allaient s’installer dans la rue qui porte le nom de Paul. Le signe céleste envoyé par le divin ne pouvait être plus explicite. Le mot espagnol « mudanza » veut dire, rappelons-le, déménagement mais aussi « mutation » « translation » « transformation » et saint Paul fut l’apôtre qui subit une véritable mutation spirituelle lors de sa conversion. Il n’est donc pas étonnant pour le prêtre Raimundo Costa que ces femmes reniant le péché, converties à la vie pure, et qui avaient elles-mêmes vécu une transformation interne radicale, trouvent enfin domicile dans la rue qui porte le nom de l’apôtre car la « mudanza » de Paul est « le modèle de toutes les mutations qui accompagnent le repentir des péchés », écrit le prédicateur dans son sermon. Le saint s’érige comme le ministre exemplaire incarnant l’image édifiante du chemin qui mène vers salut, il est « le maître souverain des mutations et des repentirs », il est lui-même la figure de l’ancien pécheur qui reçut la grâce et se convertit. Conversion/repentance : ce parallélisme apparaît déjà dans le dictionnaire de Covarrubias au XVIIe siècle24, où nous trouvons une phrase très éloquente à ce propos dans la définition de « convertir » :

« “Convertir : se repentir”/“Convertie” [mot attesté seulement au féminin] : la femme égarée qui se repentit de sa mauvaise vie et se recueille. Concernant celles-ci, il existe des maisons appelées : maisons de repenties [arrepentidas en espagnol]. »

  • 25 Clairvaux B. de, « Sermon pour la conversion de Paul », Cahiers Évangile, supplément, no 154, Pari (...)

24Le prédicateur poursuit son sermon par un long discours qui construit une série de rapprochements avec la vie paulinienne, rapprochements qui tantôt peuvent sembler évidents, tantôt douteux, voire un peu trop complexes et recherchés ; ainsi par exemple le prêtre établit-il un parallèle entre la rue où se retira Paul dans les faubourgs de Damas, « la rue Droite », comme le signale les Actes des Apôtres, (« le seigneur dit à Ananias : tu vas te rendre dans la rue appelée Droite et demander dans la maison de Judas un nommé Saul de Tarse ») et la rue où vont demeurer les femmes repenties : « car la rue de notre translation est droite, publique et elle se trouve aussi dans les faubourgs de Barcelone », écrit encore le prêtre comme pour encore forcer la familiarité et l’identification entre la ville de Barcelone et celle de Damas. Mais en faisant allusion à l’adjectif « droit/droite », le prêtre veut aussi insister sur la notion de « droit chemin », seul et unique chemin que les femmes repenties et tous les pécheurs doivent emprunter s’ils veulent sauver leur âme. Tout semble donc concourir ici à établir un jeu de miroirs entre la conversion de Paul et la conversion des « Égyptiennes ». Ce signe, issu de la providence, demandait à être lu comme une marque impliquant la rupture radicale avec le passé. C’est aussi une manière de bien signifier que les fautes du pécheur sont pardonnées s’il choisit de se convertir. Ce thème apparaît déjà dans le Sermon pour la conversion de saint Paul de Bernard de Clairvaux25 :

« Qui pourrait désormais désespérer de l’énormité de ses fautes, quelles qu’elles soient, en entendant que Saul, qui ne respirait encore que menaces et massacres contre les disciples du Seigneur, fut subitement transformé en instrument choisi ? Qui pourrait dire, accablé sous le poids de son injustice : Je n’ai pas la force de m’élever jusqu’à une conduite meilleure. »

Conclusion : les enjeux de la prédication et ceux du prédicateur

25Les multiples exemples de la vie de Paul donnés dans ce sermon du père Costa concourent tous à faire apparaître au fil du texte le dessein du prédicateur qui n’a d’autre enjeu que de conduire le lecteur ou l’auditoire vers une compréhension, voire une proximité, avec l’acte qui eut lieu sur le chemin de Damas, acte qu’il ne reste plus qu’à imiter pour aspirer au salut, l’apôtre Paul devenant du même coup le modèle paradigmatique du converti. En multipliant les exemples, les auteurs de sermons produisent une série d’images subtilement organisées en modèles de comportement.

26Double enjeu que celui du prédicateur dans ce contexte : il doit se servir de la vie et de la conversion de Saul pour mieux orienter ses ouailles lorsqu’elles risquent de s’égarer ; mais aussi, et comme sa fonction même le demande, il doit convertir les âmes de ceux qui l’écoutent (ou le lisent) et c’est de cette fonction qu’il tient sa valeur :

  • 26 Rodriguez de León J., El predicador de las gentes, San Pablo. Ciencia, preceptos, avisos y obligac (...)

« Que le prédicateur évangélique ouvre les yeux (dit Gabriel de Santa Maria), qu’il considère très attentivement combien est grande, précieuse et admirable la conversion et la justification d’une âme... la finalité de son ministère étant celle de convertir beaucoup d’âmes à Dieu et les libérer des horribles peines de l’enfer. En faisant cela, le prédicateur connaîtra combien le don qu’on lui a donné est haut et digne de la plus grande estimation » ; et Juan Rodriguez de Léon d’ajouter : “Celle-ci sera la finalité qui motive le prédicateur, avec l’exemple de Paul il doit augmenter les enfants du Christ... Il doit construire la maison de Dieu avec tous ceux qu’il convertit, en augmentant le lignage avec tous ceux qu’il redresse, car donner des enfants (à Dieu) représente réduire les pécheurs [...] convertir les âmes c’est comme les faire grandir”26. »

27En multipliant les conversions le prédicateur n’augmente pas seulement la puissance de l’Église, il augmente d’autant sa propre valeur dans l’église et en se référant sans cesse à l’extraordinaire conversion de Saul, nul doute qu’il la constitue comme une sorte de trésor apte à enclencher le désir mimétique chez les infidèles, chez les pécheurs ou pécheresses égarés, tout en travaillant à sa propre gloire ou « fama » d’orateur.

Notas

1 Actes, 22, 17-21, La Bible, Nouveau Testament, Traduction œcuménique, Paris, Le livre de poche, 1979.

2 Requena Aragon A. de, Venida del apóstol San Pablo a España y predicación en ella y cómo estuvo en Libisosa (hoy Lezuza), su fundación y antigüedad y martirio de San Vicente y Leto hermanos patrones de ella y naturales de Toledo, Madrid, Imprenta de María de Quiñones, 1647. C’est nous qui traduisons tous les textes espagnols.

3 Épître aux Romains, 15, 24, p. 261-262. La phrase ici reste inachevée. La Bible, Nouveau Testament, op. cit.

4 Épître aux Romains, 15, 28, p. 261-262, La Bible, ibid.

5 Requena A. de, op. cit., p. 56.

6 Requena A. de, op. cit., p. 71.

7 Segal A. F., Paul le converti, Apôtre ou apostat, Paris, Bayard, 2003, p. 118-119. Voir particulièrement dans ce texte les théories de Kanter sur l’engagement (instrumental, affectif, moral).

8 Canavaggio J., Darbord B. et alii, Histoire de la littérature espagnole, t. 1, Paris, Fayard, 1993, p. 22.

9 Sermón de la admirable conversión del apóstol San Pablo que predicó el reverendísimo padre Fray Joseph de Jesús, lector de Teología y Cronista en la provincia de San Juan Bautista de Religiosos Franciscos descalzos de la esclarecida reforma de San Pedro Alcántara en el reino de Valencia, Zaragoza, Pascual Bueno, 1700, Aprobación de D D Miguel Estevant Maestro en Filosofía de la Universidad de Valencia, doctor en Teología en la de Zaragoza.

10 Terrones Aguilar del Caño F., Arte y breve tratado que dice las partes que ha de tener el Predicador Evangélico, Granada, 1617. Tratado Cuarto “De la elocución”, Cap. II : “De la claridad que necesariamente ha de tener el predicador”, Biblioteca Virtual Cervantes, s. n. (phrase traduite par nos soins).

11 Gominas L., Historia de una metamorfosis : del manuscrito al impreso en la tradición de los sermones de San Vicente Ferrer, Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), 2008.

12 Sermón de la admirable conversión, op. cit., « expuesto a ensangrentar el acero en los inocentes hijos de la Iglesia, sale Saulo hecho un Neron... », p. 3.

13 Ibid., p. 25.

14 Ibid., p. 35.

15 Quinta esencia de mutación en la mudanza y traslación de casa que han hecho las mujeres arrepentidas de la ciudad de Barcelona de la calle de las Egypciacas, a la que se les ha fabricado de nuevo en la calle de San Pablo. Predicole el reverendisimo P M Fr Raimundo Costa, Barcelona, Tomas Loriente Impresor, 1699, fol. 12.

16 Sermón de la admirable conversión..., op. cit., p. 33.

17 Sermón panegírico del iluminado doctor y mártir insigne el B. Raimundo Lulio predicado en el templo del real convento de San Francisco de Asís de la Ciudad de Mallorca en la célebre fiesta que le consagró como su Patrón la Universidad Luliana a los 25 de enero de 1695, día de la Conversión de San Pablo. Díjole el padre Ivan Antonio Ferrando de la compañía de Jesús, Dr. Teólogo, Maestro que fue de filosofía en el Colegio de San Martín de Girona y ahora Catedrático de Teología escolástica en la Universidad de Mallorca, en Mallorca, por Miguel Capó, 1695.

18 Pring-Mil R., Le microcosme lullien, Vita Cœtanea, Paris, Cerf, 2008, p. 177.

19 Courcelles D. de, La parole risquée de Raymond Lulle : entre le judaïsme, le christianisme et l’islam, Paris, Vrin, 1992.

20 Sermón del Iluminado doctor y glorísimo mártir el B. Raymundo Lulio, predicado el 25 de Enero en la fiesta de la Conversión de San Pablo que como a su patrón le consagró la Universidad, Estudio General, y Colegio de la Sapiencia en el Real Convento de San Francisco de la Ciudad de Mallorca, Por el Padre Francisco Doms de la compañía de Jesús, Mallorca, 1688, p. 32.

21 Ibid., p. 24.

22 Ibid., p. 24.

23 Sermón predicado en el cabildo de la Iglesia Mayor de la ciudad de Sevilla entre sus dos coros en la insigne fiesta que celebró a la milagrosa conversión del Apóstol San Pablo, a 25 de Enero de 1622 por el padre Fray Gerónimo Zapata de la Orden de San Francisco, lector de Teología del Convento de San Antonio de Padua, Sevilla, 1622, p. 1.

24 Covarrubias Horozco Sebastián de, Tesoro de la lengua Castellana o Española, 1611 ; édition consultée : Ignacio Arellano-Rafael Zafra, Biblioteca Aurea Hispánica, Universidad de Navarra, Editorial Iberoamericana, 2006.

25 Clairvaux B. de, « Sermon pour la conversion de Paul », Cahiers Évangile, supplément, no 154, Paris, 2010.

26 Rodriguez de León J., El predicador de las gentes, San Pablo. Ciencia, preceptos, avisos y obligaciones de los predicadores evangélicos con doctrina del apóstol, Mexico, 1638, p. 237.

Autor

Docteur en Langues romanes (espagnol) de l’université de la Sorbonne Paris IV ; Elle est actuellement Maître de Conférences à l’université de Caen (UCBN) ; Après sa thèse intitulée Représentations de l’Espagne en France au XVIIe siècle, du savoir encyclopédique aux récits de voyage, elle a publié plusieurs articles parus en Espagne et en France. Son domaine de recherche porte sur la civilisation et la littérature de l’Espagne du siècle d’or dans la perspective de l’histoire des mentalités.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540