Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Compagnie des Compteurs

 | 
Paulette Giguel

Conclusion

Texte intégral

1La longévité centenaire de la CdC confirme de facto sa qualité de témoin des mutations industrielles survenues dans la conjoncture politique, économique, sociale agitée qui a caractérisé le XXe siècle. Son rôle d’acteur s’esquisse, se dessine puis se précise dans le droit fil des mœurs et coutumes artisanales, patronales et entrepreneuriales de l’époque. Élevées au rang de concepts par les augures philosophiques et économico-politiques, elles ont suggéré un synoptique (page suivante) destiné à constituer le canevas conclusif des stratégies de la CdC.

2La CdC est née de l’esprit d’entreprise de Gabriel Chamon animé du désir de recouvrer le statut social ancestral de sa famille. Imprégné de culture protestante et des concepts inhérents, devenu contremaitre ferblantier par suite des revers de fortune paternels, il envisage de créer sa propre entreprise. Il concrétise son projet en 1872 à 26 ans, avec l’achat, à tempérament faute d’un capital de départ, d’un petit atelier artisanal de ferblanterie. La création qui s’ensuit, avec un associé, de la société en commandite simple « Nicolas et G. Chamon » employeur d’une quinzaine de compagnons, est symbolique de la hiérarchisation « artisanat-compagnonnage ». Les concepts de capital, marché, travail, métier sont bien représentés en 1877 dans la structure de la société à commandite par actions « M. Nicolas, G. Chamon, Foiret & Cie ». Il s’agit alors de l’insérer dans la filière du comptage du gaz en se préservant des visées d’entreprises implantées depuis une quarantaine d’années dans les arrondissements de l’Est parisien.

3L’insertion de la société « M. Nicolas, G. Chamon, Foiret & Cie », dans la filière du comptage du gaz s’affirme avec l’acquisition d’une entreprise belge en 1881. L’opportunité de prises de participations dans des « maisons » parisiennes se révèle plus efficace. Dirigées par des patrons, en voie de passer la main, les différentes associations réalisées permettent la création d’une nouvelle raison sociale significative :

SYNOPTIQUE DES CONCEPTS ECONOMIQUES DETERMINANTS DANS LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPAGNIE DES COMPTEURS 1872/1970

SYNOPTIQUE DES CONCEPTS ECONOMIQUES DETERMINANTS DANS LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPAGNIE DES COMPTEURS 1872/1970

Compagnie pour la Fabrications des Compteurs et Matériels d’Usines à gaz,
réunion des maisons
M. Nicolas, G. Chamon, Foiret et Cie, Siry-Lizars, Williams, Michel & Cie
29-33 rue Claude Vellefaux à Paris Xe
Société anonyme au capital 6 000 000 F

4Les Maisons M. Nicolas, G. Chamon, Foiret et Cie, Siry-Lizars, Williams sont regroupées dans un bâtiment triangulaire, formé par les rues Claude Vellefaux, la Grange-aux Belles et Vicq d’Azir dans le 9e arrondissement, tandis que la Maison Michel & Cie demeure indépendante et autonome sous une raison sociale personnalisée :

Ancienne Maison Michel & Cie
Compagnie pour la Fabrication des Compteurs et Matériels d’Usines à gaz.
16 & 18 Boulevard de Vaugirard à Paris XVe
Société anonyme au capital de 7 000 000 F

5La double raison sociale, la localisation duale et le capital social des deux établissements sont révélateurs de l’importance des notions de capital, et d’implantation urbaine largement ancrées dans la conscience des dirigeants de ces entreprises de la fin du XIXe siècle. Avec un effectif en hausse des personnels exerçant les différents métiers dans ces maisons associées le duo artisanat-compagnonnage devient patron-salarié, notamment du fait de la Maison Siry Lizars.

  • 1 Ibid. Conseil d’administration 25 mars 1890.

« Adepte d’une politique de hauts salaires et de gestion serrée, elle avait la réputation de payer ses ouvriers plus cher mais d’exiger d’eux plus de soins dans la fabrication, politique qui se traduisait par une plus longue durée des compteurs, une diminution des défectuosités, une plus grande sécurité dans le mesurage du gaz, avantages appréciés des clients utilisateurs1. »

6La hiérarchie socio-professionnelle de ces personnels est associée à leurs compétences techniques symbolisées par quatorze panoplies armoriées des différents métiers. Ils sont honorés le 20 juin 1896 à l’occasion de l’inauguration, avec dîner et concert, des nouveaux ateliers de l’Impasse du Maine sous la présidence d’Anatole Foiret.

  • 2 Ibid. Assemblées générales ordinaires 29 septembre 1908 et 29 septembre 1909.

7À la fin du XIXe siècle, la CdC accède au statut convoité d’entreprise jouissant d’une place honorable au sein des différentes structures industrielles qui composent sa filière : usines à gaz, stations d’électricité, compagnies de distribution du gaz, de l’eau, de l’électricité. À sa qualité de fournisseur d’appareils et de systèmes, l’entreprise ajoute, opportunément, sa qualité de constructeur d’usines2. La CdC s’honore également de son potentiel industriel et immobilier, renforcé par l’apport des succursales et des filiales des différentes maisons, localisées en France : Lille, Lyon, Marseille, Saint-Étienne, et en Europe Strasbourg (alors allemande), Barcelone, Bruxelles, Dordrecht, Genève, Leipzig et Milan. L’annonce, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900 d’un effectif parisien de 500 ouvriers et de 700 à l’usine de Marquise, qui atteint, à la veille de la première guerre mondiale 3 000 employés et ouvriers, conforte la hiérarchisation patron-ouvrier, à l’heure ou des sociologues économistes instillent leurs théories dans le monde des entreprises.

  • 3 Hau M., Regards sur la société contemporaine, trois familles industrielles d’Alsace, les Bussières, (...)

8Signe et œuvre des temps, Gabriel Chamon devenu président de la CdC, s’était soucié d’adopter le standard of living représentatif de sa position d’industriel et symbole de sa reconquête d’un statut social ancestral empreint du protestantisme de François Guizot. L’acquisition, en 1895, du château d’Annet (Seine-et-Marne) lui permettait d’assurer le bien-être de sa famille, en voie de constituer une dynastie familiale naissante. À l’image des familles industrielles d’Alsace3, la dynastie familiale des Chamon devait devenir industrielle avec l’entrée au sein de la CdC, en 1900, de George Heeley époux de Pauline Chamon, accueilli dans la famille dans le cadre de l’accord conclu avec la Maison Heeley & Cie. Le seul représentant de la deuxième génération, Ernest Chamon fils de Gabriel, diplômé de l’École des Hautes Études Commerciales, entre à 26 ans, en 1903, à la CdC après avoir fait ses premières armes dans la filière bancaire. Sans descendance, la troisième génération de la dynastie industrielle sera représentée par deux de ses neveux, petits-fils de Gabriel Chamon, Marcel Boyer, fils de Pauline Chamon, et Pierre Heeley, fils de Marguerite Chamon.

  • 4 Article de Robert Louzon no 6 du 20 décembre 1909 de la Vie Ouvrière, Le trust du matériel des usi (...)

9Le jubilé de Gabriel Chamon en 1912, symbolisé par la médaille du travail qui lui a été décernée pour cinquante années de travail et sa nomination au grade de chevalier de la Légion d’Honneur, marquent la fin du premier cycle de développement de la CdC. Son fondateur fait, désormais, pour son entourage familial et professionnel immédiat, figure de personnage mythique. Dans ce climat honorifique, un nouveau venu dans le monde ouvrier s’était manifesté en 1909 par une critique de la présence de Gabriel Chamon au sein de la société Électricité, chauffage et force motrice. Dans un article du journal de la Confédération Générale du Travail (CGT), la Vie Ouvrière, le journaliste Robert Louzon dénonçait l’action de Gabriel Chamon, président de la CdC, devenue « le trust du matériel des usines à gaz4 ».

10Le second cycle de développement, circonscrit à trois décennies, (1914-1944) est caractérisé par l’existence des deux conflits mondiaux qui l’encadrent, en début et en fin de période. Durant le premier conflit le potentiel industriel de la CdC est mis au service du ministère des Armées tandis que, durant le second, ce sont les autorités allemandes qui s’en emparent tout au long des années d’occupation. Les années intermédiaires (1918-1940), à l’aune de l’interaction des différents concepts, sont caractérisées par la reconversion et la résorption des séquelles du conflit dans un premier temps puis, et surtout, par la relocalisation des ateliers parisiens à Montrouge, sur des terres dévolues au maraîchage, tombées en déshérence. Le projet initial concernait le transfert de la Maison Michel & Cie. Abandonné durant le conflit, il est remis à l’ordre du jour dès la signature de l’armistice. L’incendie, survenu dans cette usine en 1922, accéléra les opérations de transfert en 1923 de l’ensemble des fabrications parisiennes à Montrouge, dans un immeuble industriel flambant neuf. Inauguré en grande pompe, il devient une vitrine publicitaire pour la CdC et l’illustration de l’urbanisme industriel des années 1920.

11L’introduction dans les ateliers montrougiens de nouvelles méthodes de fabrication, de rationalisation des tâches et de travail à la chaîne portant plus ou moins l’empreinte des théories tayloriennes, fordistes et keynésiennes, place la CdC parmi les grands établissements industriels capitalistes mais provoque un changement de la mentalité ouvrière. Conscient de cette évolution provoquée par une plus grande concentration de personnel dans un même lieu, Ernest Chamon s’emploie à développer un paternalisme social avec la création, au sein de l’entreprise, du « Groupe des Trentenaires » et de « L’école d’apprentissage ». Dans la décennie 1920, la CdC est riche d’un patrimoine immobilier et industriel conséquent en France et à l’étranger, d’un capital augmenté régulièrement par des actionnaires fidèles. Son conseil d’administration est composé d’un nombre croissant d’ingénieurs, son marché est en expansion et ses métiers divers et variés sont exercés par un personnel qualifié.

12L’expansion de l’activité, voire une diversification n’est pas exclue. Un premier pas est franchi avec l’intérêt, à titre privé, d’Ernest Chamon en 1928 pour les expériences de l’anglais John Logie Baird, inventeur d’un système de reproduction de l’image. La signature d’un contrat conduit à la création d’un Service télévision à Montrouge, sous la conduite de deux spécialistes, Jean Le Duc et René Barthélemy. Dans le domaine voisin du cinéma et de la télévision commerciale, ce sont des opportunités financières qui amènent la CdC à s’y intéresser. Parallèlement, l’activité du comptage s’enrichit avec le développement de systèmes innovants et une introduction dans les filières connexes.

13Dans le contexte politico-social des premières années de 1930, le couple patron-ouvrier est remis en cause par les remous politiques et sociaux internes illustrés par l’émergence, au sein de la CdC, d’une action syndicaliste cégétiste souterraine illicite, puis apparue au grand jour, après la grève et l’occupation de l’usine en juin 1936. Ernest Chamon, à la tête de l’entreprise depuis le décès de son père en 1934, est un patron perçu comme « un œil qui écoute » lors de son incursion aux abords de l’usine occupée. Les effets de cette période, dépassés sans être effacés, la CdC, à la veille de la seconde guerre mondiale, a conservé, voire renforcé, sa position « d’acteur et de témoin » de l’évolution de l’industrie française. Elle est confirmée lorsque l’entreprise se rallie à la recommandation du Groupement des Industries Métallurgiques de pratiquer une stratégie d’accommodement au regard des exigences des autorités d’occupation et de l’État Français. Source d’agitations ouvrières, cet accommodement, assorti d’un double jeu, sera fatal à Ernest Chamon. Il lui vaudra d’être arrêté par la Gestapo et incarcéré à Fresnes le 24 juin 1944 « sous la double inculpation de résistance et de sabotage économique ». Libéré en août, de santé fragile, il ne revient quasiment pas à la tête de l’entreprise. Il décédera dans une maison de santé à Leysin en Suisse, le 27 février 1947.

14La direction de la CdC est entre les mains des représentants de la troisième génération, deux petits-fils de Gabriel Chamon, Pierre Heeley et Marcel Boyer, bientôt assistés d’ingénieurs « frères d’armes ou de corps » et soutenus par un conseil d’administration renouvelé. Les désagréments engendrés par les investigations des autorités françaises résolus, ils s’engagent à reprendre l’activité traditionnelle de l’entreprise avec la ferme intention de rattraper le retard technologique accumulé durant le conflit. Les fondamentaux « travail », « métier » demeurent mais le partenariat « patron-ouvrier » vacille sous la pression d’agitations ouvrières, voire insurrectionnelles à l’heure où l’interaction des contingences économiques et politiques handicape un « marché » dans une situation d’urgence, eu égard aux réparations des dommages de la guerre et de l’occupation.

15Les stratégies de rebond de la CdC visent, en priorité, à rétablir les relations avec ses filiales et ses « Maisons Correspondantes Étrangères », représentatives des transferts de technologies opérées au fil de leurs implantations notamment en Amérique du Sud. Des voyages outre-Atlantique sont voués à l’importation des technologies développées aux États-Unis durant la seconde guerre mondiale, notamment l’électronique, susceptible d’être introduite dans les différents appareils et instruments relevant du comptage et de la mesure. L’introduction de méthodes et moyens adéquats de production, la réorganisation fonctionnelle et opérationnelle, la restructuration des différents sites et la recapitalisation actionnariale permettent à la CdC de reprendre sa place dans le concert des grandes entreprises qui ont participé à la reconstruction du pays.

16À l’heure où les grands programmes de l’État français offraient des débouchés dans l’informatique, la conclusion en 1956 d’un accord avec la Société d’électronique appliquée à l’informatique (SEA), introduit la CdC au sein des grands groupes français de construction électrique et électronique CSF, CGE, SACM-Alcatel, Thomson. La CdC s’y insère avec la création de la Société européenne de traitement de l’information (SETI) installée dans de nouveaux locaux, construits dans la zone industrielle de Massy, où elle développe une machine dénommée Pallas. Son espoir déçu d’entrer dans le club des bénéficiaires du Plan Calcul suite à la préférence pour un système concurrent, conduit la CdC à renoncer à poursuivre son investissement dans l’informatique. L’espoir de devenir un témoin actif de cette technologie reposait désormais dans son inclusion dans les installations d’usines qu’elle réalisait.

17Aux lendemains de la Libération, la CdC fondait également des espoirs sur le développement de la télévision, antérieurement introduite en France par ses soins. Elle compte alors sur la reprise de ses relations avec la Radio Corporation of America (RCA). L’annulation des crédits, décidée par la Radiodiffusion française et par le Comité national d’études des télécommunications (CENT), met fin à son ambition de reconquérir sa place dans le domaine de la « télévision grand public ». L’espoir, ranimé en 1947, avec l’accueil d’ingénieurs apatrides d’origine allemande souhaitant poursuivre leurs travaux dans le domaine de la télévision, sous la houlette de René Barthélémy, fit long feu. Dans un climat concurrentiel agressif, ils ne purent poursuivre leurs travaux au-delà de 1953 et la CdC était amenée à céder le 30 juillet 1954 à la Société Française Radioélectrique (SFR), les parts qu’elle possédait dans cette structure. Ultime consolation, elle était, contractuellement, habilitée à poursuivre l’activité de la « télévision en circuit fermé » à Montrouge sous la conduite de René Barthélémy. Acteur du développement de la télévision grand public, elle en devenait là aussi, un témoin actif restreint à ce domaine industriel privé de la « télévision en circuit fermé » installée dans des entreprises ou embarquée à bord de véhicules divers.

18En dépit de ces avatars industriels, la CdC, dans les années 1950-1960, se plaçait dans la droite ligne de la politique gouvernementale de la restructuration de l’industrie française. La concrétisation intervient avec la délocalisation de ses services techniques et d’études en Seine-et-Oise, la décentralisation d’activités traditionnelles en province (Reims, Poitiers, Châteauroux et Saint-Étienne), et la réorganisation du site de Montrouge. L’ambition simultanée de constituer un groupe industriel amène la CdC à réunir sous sa coupe nombre d’entreprises relevant des secteurs, alors naissants, de l’instrumentation et de l’engineering. Leur rachat et l’acquisition de participations dans leur capital confèrent alors le caractère d’un conglomérat au « Groupe CdC », avec des entreprises qui poursuivent généralement leur activité dans leurs localisations respectives, préservant ainsi leur identité et leur personnel.

  • 5 Cf. Tableau XXXVI.

19À la fin des années 1960, le Groupe CdC s’honore d’avoir sauvegardé sa culture d’entreprise. Représentatif du couple « Entrepreneur-Salariés », industrie de main-d’œuvre, il emploie près de 20 000 personnes, d’où sa répartie à des actionnaires, banquiers et journalistes économistes, déplorant une certaine faiblesse des bénéfices et du rendement des actions : « si la CdC ne gagne pas beaucoup d’argent, elle fait vivre un grand nombre de personnes5 ». Cette conception de la rentabilité va être mise en pièces par la reconfiguration, sous les fourches caudines bancaires, du panorama industriel du pays initiée par le gouvernement français.

20La Banque de Paris et des Pays-Bas (BPPB) est, en 1961, présente au conseil d’administration de la CdC avec Louis Bricard, administrateur. Devenu président en 1965, il cède la place à Raymond-Maurice Doumenc en 1968, à l’heure où la BPPB est devenue le principal actionnaire de la CdC. Pour le président banquier, imprégné des stratégies gouvernementales et bancaires de Mergers & acquisitions, la CdC présentait les caractères requis pour figurer parmi les firmes susceptibles de constituer, après des fusions ou des absorptions, des groupes industriels de taille européenne capables de rivaliser avec la concurrence internationale. La stratégie bancaire mise en œuvre entraînait l’éclipse de la troisième génération de la dynastie industrielle des Chamon ; Pierre Heeley renonçait, le 2 juillet 1968, jour de ses 70 ans, à ses fonctions de Président directeur général pour devenir président d’honneur. Son cousin, Marcel Boyer, demeurait directeur général adjoint sans pouvoir décisionnel.

  • 6 Procès-verbal de l’assemblée générale ordinaire du 30 juin 1969.

21Les grandes lignes du destin de la CdC étaient tracées, dès le mois de juin 1969, dans l’éditorial d’un bulletin interne de l’entreprise, signé par Raymond-Maurice Doumenc. Il concluait qu’il s’agissait de « profiter de toute opportunité de procéder au sein du groupe à des concentrations, à des coordinations d’activité et à la conclusion d’accords d’orientation permettant d’éviter les dépenses inutiles6 ». L’annonce, en décembre 1969, de Schlumberger Limited de lancer une opération publique d’échanges de titres (OPE) avec la CdC, agréée par la Commission des opérations de bourse le 16 février 1970, confirme que les dés étaient jetés. Les formalités juridiques inhérentes à l’OPE réalisées, la CdC était désormais une société de holding et ses activités industrielles recentrées sur ses fondamentaux du comptage et de la mesure. Assorties d’opérations de restructurations, de délocalisations, d’externalisation de ses services centraux, de l’expurgation de ses domaines connexes, le conglomérat de la CdC s’évanouissait. L’usine de Montrouge devenait le siège social de Compteurs Schlumberger, filiale de Schlumberger Limited, destinée à évoluer de concert avec la Société d’Instrumentation Schlumberger (SIS), localisée à Clamart.

22L’inquiétude des personnels de la CdC était manifeste après l’information, en décembre 1970, du Président-directeur général de Schlumberger, Jean Riboud :

« le but essentiel du regroupement de la CdC et de Schlumberger était, et restait, de créer en Europe un ensemble industriel d’unités homogènes à vocation précise, capables de faire face à la concurrence, de développer la recherche et de prendre une part croissante du marché en développement ».

23Ces personnels devenaient les premiers « acteurs & témoins » de la mutation industrielle des années 1970. Trois opérations illustrent les péripéties d’opérations de recentrage des activités de Compteurs Schlumberger : Ramona avec la réaffectation des ateliers de Montrouge, Colomba avec le transfert à Colombes de fabrications antérieurement réalisées à Montrouge et Martel pour celles délocalisées à Poitiers. La mutation industrielle immobilière était concrétisée en 1985 avec la transformation de l’usine de Montrouge en hôtel industriel comportant essentiellement des laboratoires et des services administratifs. La mutation statutaire intervint en 1987 avec René Mitieus, no 2 de Schlumberger Limited, qui décida de réunir sous la raison sociale Schlumberger Industries les deux entités : Compteurs Schlumberger et Société d’Instrumentation Schlumberger qui devaient de bénéficier de la notoriété et de la réputation pleine et entière de la firme multinationale.

24La référence historique à l’origine de la CdC ne disparaît pas pour autant au-delà de 1987. Elle perdure lors des restructurations, des fusions, des cessions, au fil de l’introduction des nouvelles technologies dans les activités de la mesure et du comptage. Elle demeure encore d’actualité chez leurs acquéreurs, durant les dernières décennies du XXe et la première du siècle suivant, à l’heure où Schlumberger s’en était séparé pour se recentrer sur ses activités parapétrolières. Ainsi, on remarque le souci d’avoir la CdC pour ancêtre chez les acquéreurs de l’activité originelle de l’entreprise, le comptage du gaz, de l’eau et de l’énergie thermique. La Société ACTARIS, créée en 2001 par trois ingénieurs du secteur Resource Management Services de Schlumberger, fait référence, par sa dénomination sociale, à un compteur ACTADIS (action à distance) créé en 1927. ACTARIS acquise en 2007 par la firme américaine ITRON, poursuit son activité sous la raison sociale ACTARIS ITRON puis sous celle de ITRON en 2009. La référence ancestrale y persiste dans des documents à vocation publicitaire au sein d’ex-usines de la CdC comme Reims, Besançon, Chasseneuil du Poitou.

25Le même souci d’appartenance à l’histoire de la CdC est prégnant chez nombre d’internautes, membres de plusieurs sites « copains d’avant » attachés à perpétuer une forme de solidarité professionnelle. Autre artisan efficace de la préservation de l’histoire de la CdC, l’Amicale groupe Schlumberger qui s’est montrée attentive à la préservation du patrimoine historique de la CdC. Nombre de ses membres ont apporté leur contribution à la sauvegarde d’archives qui se sont révélées précieuses pour la réalisation de ma thèse, à l’origine du présent ouvrage. Elle est à la fois source et artisan d’une fraternelle convivialité grâce à l’organisation d’activités diverses et variées. Une exposition « Gaz à tous les étages » à la Bibliothèque Forney à Paris, tenue en 2011 avec le concours de l’association Apegaz (Conservation du patrimoine gazier), a témoigné de la renommée historique de la CdC avec l’exposition d’un grand nombre d’appareils et d’installations domestiques et industrielles.

  • 7 Cf. p. 7.

26Enfin, Crédit Agricole SA, acquéreur du site de Montrouge de la Compagnie des Compteurs, devenue Compteurs-Schlumberger puis Schlumberger Industrie, a apporté une contribution notoire à la perpétuation de la mémoire centenaire des « Compteurs ». La Banque Verte s’est aussi inscrite dans l’histoire du XXIe siècle avec la restauration du bassin d’emploi d’une « société de services », substitutive à la « société industrielle » d’antan et, conjointement, s’est investie dans l’aménagement, aux normes écologiques, des bâtiments entourant un parc, sa flore et sa faune recensés à l’inventaire général du patrimoine culturel. Ainsi, le slogan du Crédit Agricole « le bon sens a de l’avenir », présent sous son logo sur l’une des façades du Campus Evergreen de Montrouge, paraît faire écho, en filigrane, à la devise des années 1990 de Jean Gandois : « Une entreprise est une personne vivante. L’obsession d’un créateur d’entreprise est qu’elle puisse survivre à elle-même dans un monde où tout évolue7. »

Notes

1 Ibid. Conseil d’administration 25 mars 1890.

2 Ibid. Assemblées générales ordinaires 29 septembre 1908 et 29 septembre 1909.

3 Hau M., Regards sur la société contemporaine, trois familles industrielles d’Alsace, les Bussières, les Saglio, les Schlumberger, Éditions Oberlin, Strasbourg, 1989.

4 Article de Robert Louzon no 6 du 20 décembre 1909 de la Vie Ouvrière, Le trust du matériel des usines à gaz.

5 Cf. Tableau XXXVI.

6 Procès-verbal de l’assemblée générale ordinaire du 30 juin 1969.

7 Cf. p. 7.

Table des illustrations

Titre SYNOPTIQUE DES CONCEPTS ECONOMIQUES DETERMINANTS DANS LE DEVELOPPEMENT DE LA COMPAGNIE DES COMPTEURS 1872/1970
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540