Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Compagnie des Compteurs

 | 
Paulette Giguel

Troisième partie. L’après seconde guerre mondiale 1945-1970 (vers l’entreprise managériale)

Chapitre VII. À l’heure de la reconstruction de l’Europe

Texte intégral

1Dès la reprise de l’activité à Montrouge aux lendemains de la Libération, la CdC devait sortir de l’isolement de quatre années d’occupation afin d’apporter sa contribution à la reconstruction de l’Europe dévastée, dont le sort se régla lors de la Conférence de Yalta (4-11 février 1945). Les représentants de la troisième génération au pouvoir et leurs collaborateurs, ainsi que les actionnaires, ambitionnaient de participer au rebond de l’activité industrielle française dans le cadre de la reconstruction de l’Europe soutenue par le Plan Marshall.

Sortir de l’isolement

2La hiérarchie opérationnelle de l’entreprise, représentée par Pierre Heeley et Marcel Boyer, Jean Le Duc et René Barthélémy, responsable du secteur de la Télévision, était prête à reprendre des contacts interrompus par le conflit.

Des contacts renoués outre-Atlantique

3Dès les premiers mois de 1945, Pierre Heeley, Jean Le Duc et René Barthélémy s’ingénièrent à sortir la CdC de l’isolement.

  • 1 Ibid. Conseils d’administration des 8 octobre 1947 et du 13 janvier 1948.

4Les voyages de prospection de Pierre Heeley aux États-Unis, entre 1945 et 1947, visaient à s’informer sur les progrès techniques réalisés aux États-Unis, consécutifs à leur politique d’effort de guerre mise en place après l’attaque japonaise de la flotte américaine à Pearl Harbor. Pierre Heeley était surtout intéressé par les matériels nouveaux développés et les méthodes de travail, susceptibles d’être appliquées pour moderniser les ateliers et produire des appareils innovants à un moindre coût, avec une faible proportion de salaires improductifs, compensée par une main-d’œuvre plus réduite mais plus performante1.

  • 2 Ibid. Conseil d’administration 7 mai et 4 juin 1946 et assemblée générale 6 juillet 1948.

5Au Brésil, à la tête d’une délégation d’ingénieurs de la CdC, Pierre Heeley négocia la fourniture de compteurs d’eau et de gaz à la ville de Sao Paulo qui conduisit à la constitution, à Rio de Janeiro, de la société brésilienne Empreza Brasileira de Aguas SA. Inaugurée le 22 septembre 1947, l’usine était destinée à fabriquer des compteurs d’eau à partir de pièces fabriquées dans les usines françaises. Les débuts de cette nouvelle filiale se révélaient prometteurs avec la perspective de commandes importantes2.

  • 3 Id. 6 mars, 2 octobre 1945 et 12 novembre 1947.

6La délégation poursuivit, pour le compte du ministère de la Production industrielle, son voyage en Argentine pour tenter de décrocher des contrats. La visite ultérieure, en France d’ingénieurs argentins, laissait entrevoir des commandes à destination du laboratoire d’électronique, qui avait été installé à Montrouge3.

7Jean Le Duc et René Barthélemy œuvrèrent, de leur côté, dans le domaine particulier de la télévision, alors qu’une sorte de scission de cette activité était exigée par les autorités gouvernementales françaises.

  • 4 Id. 2 avril 1946.

8Tandis que René Barthélemy4 multipliait les voyages en Amérique du Sud, à des fins principalement techniques, Jean Le Duc établissait des contacts à New-York, Chicago et Los Angeles avec l’ambition de faire, avec diverses personnalités, le point de la situation de l’industrie de la télévision aux États-Unis. Ces contacts se traduisirent par le renouvellement, pour un an, du contrat concédant la cession des licences de Radio Corporation of America (RCA) à la CdC, basé sur la réciprocité des échanges de techniques et de brevets et, pour tenir compte de l’avance technique de la CdC, le paiement d’une soulte.

  • 5 Id. 8 janvier, 5 mars et 3 décembre 1946.
  • 6 Id. 26 février 1947.

9Le renouvellement de ce contrat fut considéré par la CdC comme le symbole de la reconnaissance de l’équivalence des techniques françaises et américaines, d’autant plus opportune que, lors d’une visite à Montrouge, le ministre de l’Armement, M. Tillon, le Général de Lattre de Tassigny et le Général Vallin, avaient manifesté leur intérêt pour les travaux du service Télévision de Montrouge5. La visite de celui-ci par le vice-ministre des Télécommunications de l’URSS, affirmant n’avoir jamais vu d’image aussi nette et, formulant le souhait d’engager des pourparlers dans le cadre du développement envisagé de la télévision en Russie6, confirma les espoirs de Jean Le Duc quant à la poursuite de l’activité de la télévision au sein de la CdC.

10Dans le domaine annexe des radars de René Barthelémy, Jean Le Duc avait eu l’opportunité de constater, lors d’une visite du porte-avions prêté par les Anglais, le Colossus, la supériorité des appareils de la CdC sur les radars anglais et américains.

À la recherche de matériels performants

11La réussite de la reprise de l’activité de comptage et d’instrumentation était conditionnée à un remplacement urgent de machines et d’équipements divers. Leur obsolescence avait été constatée dès la réouverture des ateliers de Montrouge simultanément à leur usure prématurée, résultat d’une utilisation sans lubrifiants durant les années d’occupation.

  • 7 La loi « prêt bail », du 11 mars 1941, autorisait le président des États-Unis à fournir les pays a (...)

12Une première tentative d’acquisition de machines américaines, dans le cadre de la loi « prêt-bail7 », tentée dès les premiers mois de 1945, n’avait pas abouti pour des questions administratives, alors que l’importation de machines et de matières premières en provenance des USA était tout à fait possible.

13En revanche, les mesures gouvernementales permettant l’utilisation, dès 1945, d’une partie des devises produites par les exportations à l’achat de machines-outils étrangères susceptibles d’améliorer les fabrications, eurent un effet d’aubaine pour la CdC. L’opération fut, de plus, facilitée par des démarches effectuées par les syndicats professionnels de la construction électrique et de la construction mécanique, dans le cadre des différents plans financiers de reconstruction de l’Europe.

14Ces démarches et mesures s’inséraient dans les plans de reconstruction de l’Europe, élaborés à l’initiative des États-Unis, qui interagirent avec les stratégies et les plans de développement envisagés par les représentants de la troisième génération des Chamon.

L’interaction des plans de reconstruction du vieux continent

15Les dispositions politiques et économiques prises aux États-Unis dans le cadre de la Conférence de Bretton Woods, tenue entre le 1er et le 22 juillet 1944, la création du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) (qui marquèrent l’instauration du dollar comme monnaie de référence et sa valeur définie sur l’or) et surtout le Plan Marshall European Recovory Program (ERPI) du 3 avril 1948, intéressèrent vivement la nouvelle direction de la CdC.

  • 8 Extrait du discours de Chaillot du Général de Gaulle.

16Cependant, ce sont les dispositions du Plan Monnet qui retinrent l’attention des dirigeants de la CdC car elles laissaient entrevoir des retombées positives pour l’industrie française, dans le sens des promesses du Général de Gaulle d’assurer le « retour à la nation des grands moyens de production monopolisés et l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale […] et d’intensifier la production nationale selon les lignes d’un plan arrêté par l’État8… »

Le plan français de Jean Monnet

17Jean Monnet, haut fonctionnaire, qui s’était engagé auprès du Général de Gaulle à Londres, avait occupé diverses fonctions au sein du gouvernement français et à la Société des nations. Commissaire au Plan en 1945, il élabora le premier plan (1947-1953) de modernisation de l’équipement des industries françaises avec, pour objectif, de les faire redémarrer avec une productivité accrue afin de satisfaire les besoins essentiels de la population.

18Le premier plan de Jean Monnet prévoyait d’atteindre en 1950, un niveau de production de 125 % de celui de 1929, grâce à un programme d’investissements en faveur des secteurs de base. Etendu à la reconstitution des outillages et des équipements, publics et privés endommagés ou détruits du fait des événements de guerre, les opportunités qu’il offrait n’échappèrent pas non plus à la CdC, comme le montre leur mention ponctuelle lors de conseils d’administration.

19La même attention était portée à des organisations à vocation économique et financière susceptibles d’avoir un impact sur la politique de l’entreprise.

Les organisations et les administrations collatérales

20L’Organisation européenne de coopération économique (OECE), instituée le 16 avril 1948, avait pour mission d’établir un programme de relèvement commun de l’Europe et de superviser l’utilisation de l’aide américaine. C’est l’un de ses comités techniques, spécifique à l’industrie, la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), qui intéressa particulièrement la CdC par les perspectives de débouchés qu’il laissait entrevoir.

21Par contre, les discussions politiques menées par Robert Schuman (chef du gouvernement en novembre 1947, ministre des Affaires étrangères de juillet 1948 à janvier 1953) qui aboutirent à la signature, le 18 avril 1951, par l’Allemagne, la France, l’Italie et les trois pays du Benelux, d’un traité officialisant le principe de la libre concurrence, de la libre circulation des produits et la fixation des prix au plus bas, ne manquèrent pas d’inquiéter la CdC. Elle en subodorait des effets pervers, de nature à entraîner des problèmes de trésorerie, adjacents à ceux créés par les mesures gouvernementales françaises.

Les effets pervers des mesures financières gouvernementales

  • 9 Ibid. Assemblée générale ordinaire du 15 octobre 1946.

22Le contrôle des prix et des changes, instaurés par l’ordonnance du 30 juin 1945 de René Pleven, ministre des Finances, bientôt suivis du blocage des prix commerciaux et des métaux non ferreux, apparurent comme des mesures génératrices, elles aussi, de difficultés de trésorerie, tout comme les contraintes des marchés d’État, les hausses imposées de salaires et les prélèvements du fisc9.

23La première dévaluation, le 4 juin 1945, du franc métropolitain par rapport à la livre anglaise et au dollar américain ainsi que le retrait des billets de banque sur la base d’un échange au pair, entre le 4 et le 15 juin 1945, apparurent comme autant de facteurs aggravants de la situation de trésorerie. L’insuffisance de celle-ci est mentionnée entre 1945 et 1948, lors des très fréquents conseils d’administration.

  • 10 Ibid. Conseil d’administration 28 juin 1949.

24La CdC affichait, en 1945, un déficit mensuel de 5 à 6 millions, imputé à des prix de vente insuffisants et à des livraisons aux clients ralenties par les problèmes récurrents de transport. Le déficit est accentué par la seconde dévaluation de la monnaie française opérée en décembre 1945, estimée particulièrement pénalisante, car elle mettait la CdC dans l’obligation d’opter pour un échelonnement de l’achat des machines destinées à rénover son parc10.

25Ce n’est qu’en 1949 que la CdC annonça avoir engagé, dans le cadre du premier Plan Monnet, des investissements supérieurs à 300 millions et être dans l’attente de la livraison de machines nouvelles françaises et étrangères pour un montant d’environ 100 millions.

  • 11 Id. 26 février 1947.
  • 12 Id. 12 novembre 1947, 13 janvier, 11 février, 14 avril 1948.

26Durant les premiers mois du deuxième semestre de 1946, avec une production en hausse et un carnet de commandes consistant, l’excédent des dépenses était attribué à l’augmentation des matières premières et au ralentissement des expéditions de compteurs de gaz et d’eau. Le déficit atteignit en septembre 2020 millions de francs environ et chuta encore de 800 000 F fin octobre, malgré une rentrée de 19 millions de francs, provenant d’avoirs à l’étranger mis à la disposition de l’Office des changes11. L’insuffisance de la trésorerie persista en 1947 ainsi qu’en 1948, à hauteur de 142 millions. Elle s’améliora en 194912.

27Des mesures adéquates de rebond s’imposaient afin de remédier à une situation inévitablement préjudiciable aux projets d’expansion toujours à l’ordre du jour.

Les stratégies traditionnelles de rebond

28La CdC recourut à ses méthodes traditionnelles, essentiellement la recapitalisation et le recours à l’emprunt, moyens généralement adoptés par toutes les entreprises à l’époque.

La recapitalisation

  • 13 Ibid. Assemblées générales extraordinaires 23 juillet et 18 novembre 1941.

29L’augmentation de capital réalisée par l’émission d’actions en numéraire, à concurrence de 110 400 000 F, avait permis en 1941 de porter le capital à 220 800 000 F13.

30La recapitalisation, qui s’imposait en 1945, était financée par l’émission d’obligations qui firent rentrer dans les caisses un montant net de 139 050 000 F. En 1946, le conseil d’administration demanda l’autorisation d’augmenter le capital social, en une ou plusieurs fois, à concurrence d’un montant maximum de 250 millions par l’émission d’actions de la catégorie « O », réservée de préférence aux actionnaires. Le financement devait en être assuré par le prélèvement d’une partie de la Réserve spéciale de réévaluation figurant au bilan pour 536 709 219,16 F.

  • 14 Id. 6 août, extraordinaire 15 octobre 1946.

31En 1946, le capital de la CdC était, à travers ces opérations, augmenté de 11 618 000 F par la création de 116 180 actions au nominal de 100 F. Grâce à cet apport d’argent frais, le capital social passait de 220 800 000 F à 232 418 000 F à raison de 2 324 180 actions de 100 F14.

  • 15 Ibid. Conseils d’administration 15 octobre, 5 novembre 1946 et assemblée générale ordinaire 18 juin (...)

32En 1947, alors que le projet d’augmenter de capital, dans la limite de 250 millions demeurait d’actualité, un nouveau doublement était réalisé avec le concours du CNEP. La banque acceptait de recevoir les souscriptions et d’effectuer les opérations nécessaires, moyennant une commission de 4 % sur le prix effectif des actions nouvelles, assortie de l’octroi de 700 000 F pour la publicité financière. Le capital passait ainsi de 232 418 000 F à 464 836 000 F15.

  • 16 Ibid. Assemblée générale extraordinaire 9 février 1948.

33La décision, prise alors, de distribuer des actions gratuites, au nominal de 100 F, financées par un nouveau prélèvement sur la Réserve spéciale de réévaluation de 229 050 000 F permettait, début 1948, de porter le capital de 464 836 000 F à 693 886 000 F, divisé en 1 387 772 actions de 500 F16.

34Simultanément et comme par le passé, la CdC avait eu recours à l’emprunt pour renflouer sa trésorerie.

Le recours opportuniste à l’emprunt

  • 17 Ibid. Conseils d’administrations 2 avril, 7 mai, 28 juin, 3 décembre 1946, assemblée générale ordin (...)
  • 18 Ibid. Assemblée générale ordinaire 15 octobre 1946.

35En 1945, un emprunt obligataire à moyen terme était sollicité soit à la Caisse des dépôts et consignations, soit au Crédit National, à hauteur d’environ 250 millions17. Le Comptoir national d’escompte, préféré, prêta son concours pour le lancement par la CdC, en février 1945, d’un emprunt de 150 millions par l’émission de 30 000 obligations de 5 000 F, au taux de 3,75 %, amortissables en 30 ans à compter du 1er mars 194518.

36Le souci de renflouer sa trésorerie n’empêcha pas la CdC d’augmenter opportunément son portefeuille de participations.

Une constante : les prises de participation

  • 19 Ibid. Conseil d’administration 5 février 1946.
  • 20 Id. 9 juillet 1947.

37La CdC souscrivit pour 13 186 200 F à l’augmentation de capital de la Compagnie générale de constructions de fours (CGCF), dont la création par Anatole Foiret remontait à 190819. Dans ses propres locaux de la place des États-Unis à Montrouge, elle participa à la constitution d’une société de maintenance, la Société d’entreprise et de montage, grâce à un apport de 306 000 F20.

  • 21 Id. 13 janvier 1948.

38La Compagnie continentale Edison et la CdC, en souscrivant en proportion de leur participation respective, s’entendirent pour garantir la bonne fin de l’augmentation de capital de la Compagnie continentale des compteurs21.

  • 22 Id. 1er octobre 1949.
  • 23 Ibid. Conseil d’administration 22 décembre 1959.

39Dans le secteur de la radio, domaine réservé comme la télévision à Jean Le Duc, des négociations étaient engagées, sous les auspices de la Banque de Paris et des Pays-Bas (BPPB). Elles visaient, avec l’approbation du ministre des Finances, à autoriser la CdC à souscrire 8 415 actions de la Compagnie luxembourgeoise de radiodiffusion à l’occasion de la décision de cette société, prise le 27 août 1949, de porter son capital de 25 000 200 F à 40 500 500 F. La souscription de la CdC, considérée comme le chef de file du groupe, correspondait à la faculté de souscription accordée à tout actionnaire22. En revanche, Jean Le Duc engagea plus tard la CdC, détentrice de 40 % du capital de 28 millions de la Société Emiradio, à céder ses dix parts au prix de 5 409 F pour 5 000 F nominal, suite de la transformation d’Emiradio en société anonyme23.

  • 24 Id. 8 janvier 1946.
  • 25 Id. 11 février et 10 mars 1948.

40Toujours sous l’égide de Jean Le Duc, un accord était conclu avec la société anglaise Cinéma-Télévision, du groupe Gaumont-British24 et la CdC participait à l’augmentation de capital de la Société nouvelles des établissements Gaumont à Paris, à hauteur de 30 millions25.

  • 26 Id. 12 mars 1947.

41Dans le domaine traditionnel du comptage, c’est un contrat, en forme de simple traité d’amitié, prenant effet au 1er janvier 1947, qui maintint des relations contractuelles avec la firme anglaise Parkinson. Il permettait à la CdC de conserver le bénéfice des licences relatives à certains appareils pour l’électricité, l’eau et le gaz26.

42En miroir négatif de ces stratégies expansionnistes, la CdC, comme toutes les entreprises françaises, subit les contrecoups de l’antagonisme suscité entre les États-Unis et l’URSS par le Plan Marshall, à l’origine de la « guerre froide », et du regroupement des démocraties populaires de l’Est dans le bloc soviétique. Dommageable pour une reprise des échanges commerciaux internationaux, cette situation engendra des problèmes politiques et sociaux dans les entreprises françaises où le syndicalisme s’était renforcé.

Les revers politico-sociaux français

43En France, la détérioration du climat politique, intervenu avec le départ du gouvernement, le 4 avril 1947, des députés communistes qui mit fin au tripartisme (SFIO-MRP-PC), fut douloureusement ressentie dans le monde ouvrier. La scission de la tendance réformiste de la CGT aboutit à la formation de la Confédération générale du travail, force ouvrière (CGT-FO). Elle contribua à créer un climat social délétère, alimenté par des revendications insatisfaites dans nombre d’entreprises, y compris à la CdC.

Les grandes grèves insurrectionnelles de 1947

44Une vague de grèves gagna d’abord les grandes villes puis le pays tout entier. Effective à Marseille le 12 novembre 1946, elle s’étendit à la totalité du département des Bouches-du-Rhône. Dans le Nord, les mineurs arrêtèrent le travail le 15.

  • 27 Mencherini R., Les grèves insurrectionnelles de 1947-1948, Paris, Éditions Syllepse.

45Le 19 novembre, après la démission du gouvernement Ramadier, remplacé par Robert Schuman, le comité de grève, présidé par Benoît Frachon, annonçait deux millions de grévistes, ce qui conduisit le gouvernement à rappeler le 29 novembre un demi-contingent de la classe 1943, soit 80 000 réservistes27.

46Le mouvement de grève gagna les usines Renault à Boulogne-Billancourt puis les gaziers de la région parisienne et, par contagion, les ouvriers de la CdC.

Le mouvement à la CdC

  • 28 Ibid. Conseil d’administration 12 février 1947.

47Dès le mois de février 1947, devant le mécontentement causé par l’augmentation du coût de la vie, particulièrement ressenti par les bas salaires, une délégation du comité d’entreprise avait demandé une augmentation sous forme d’acompte, à valoir sur un salaire minimum vital en cours d’études par les Pouvoirs publics. Dans l’attente de directives gouvernementales, une augmentation de salaires fut accordée, par la CdC, à ses salariés dont l’insuffisance de la rémunération avait été signalée28.

48En revanche, à propos d’une demande de prime à la production formulée en juin, une grève perlée de trois semaines était déclenchée suite à la réponse négative de la direction qui s’était bornée à mentionner que le gouvernement était saisi de la question et qu’aucune solution ne pouvait être arrêtée sur le plan de l’usine.

  • 29 Id. 13 janvier 1948. Le mouvement de grève de trois semaines a été confirmé par le témoignage oral (...)

49Cependant, c’est la grève avec occupation de l’usine et des bureaux à Montrouge, du 20 novembre au 10 décembre 1947, qui s’inscrivit dans le cadre des grèves politiques de cet automne 1947, jugées préjudiciables à la production29.

50Dans le contexte de reconstruction de l’Europe, les nouveaux dirigeants de la CdC s’étaient délibérément démenés pour participer au rebond industriel de la France, et à cet effet, avaient multiplié les contacts commerciaux et techniques outre-Atlantique. Ils affichaient alors l’ambition d’intégrer, dans les différentes usines de la société, les nouvelles techniques et méthodes de travail développées aux États-Unis et d’assurer leur financement selon la stratégie traditionnelle de recapitalisation et de recours à l’emprunt de leurs prédécesseurs. En dépit de l’adhésion du personnel, bénéficiaire alors du plein-emploi, ils eurent à faire face à ses revendications exprimées lors des mouvements de grèves déclenchés durant l’année 1947.

Notes

1 Ibid. Conseils d’administration des 8 octobre 1947 et du 13 janvier 1948.

2 Ibid. Conseil d’administration 7 mai et 4 juin 1946 et assemblée générale 6 juillet 1948.

3 Id. 6 mars, 2 octobre 1945 et 12 novembre 1947.

4 Id. 2 avril 1946.

5 Id. 8 janvier, 5 mars et 3 décembre 1946.

6 Id. 26 février 1947.

7 La loi « prêt bail », du 11 mars 1941, autorisait le président des États-Unis à fournir les pays amis en matériel de guerre sans intervenir directement dans le conflit. Procès-verbal du conseil d’administration du 6 mars 1945.

8 Extrait du discours de Chaillot du Général de Gaulle.

9 Ibid. Assemblée générale ordinaire du 15 octobre 1946.

10 Ibid. Conseil d’administration 28 juin 1949.

11 Id. 26 février 1947.

12 Id. 12 novembre 1947, 13 janvier, 11 février, 14 avril 1948.

13 Ibid. Assemblées générales extraordinaires 23 juillet et 18 novembre 1941.

14 Id. 6 août, extraordinaire 15 octobre 1946.

15 Ibid. Conseils d’administration 15 octobre, 5 novembre 1946 et assemblée générale ordinaire 18 juin 1947.

16 Ibid. Assemblée générale extraordinaire 9 février 1948.

17 Ibid. Conseils d’administrations 2 avril, 7 mai, 28 juin, 3 décembre 1946, assemblée générale ordinaire 6 août 1946 et Archives des Finances de Savigny-le-Temple, cote BOO 24108.

18 Ibid. Assemblée générale ordinaire 15 octobre 1946.

19 Ibid. Conseil d’administration 5 février 1946.

20 Id. 9 juillet 1947.

21 Id. 13 janvier 1948.

22 Id. 1er octobre 1949.

23 Ibid. Conseil d’administration 22 décembre 1959.

24 Id. 8 janvier 1946.

25 Id. 11 février et 10 mars 1948.

26 Id. 12 mars 1947.

27 Mencherini R., Les grèves insurrectionnelles de 1947-1948, Paris, Éditions Syllepse.

28 Ibid. Conseil d’administration 12 février 1947.

29 Id. 13 janvier 1948. Le mouvement de grève de trois semaines a été confirmé par le témoignage oral d’un syndicaliste en juin 2008.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540