Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Compagnie des Compteurs

 | 
Paulette Giguel

Deuxième partie. L’expansion sous l’influence de la conjoncture de trois décennies tumultueuses 1912-1944

Chapitre V. Le second conflit mondial et l’occupation allemande

Texte intégral

1Le 30 juin 1939, le président de la CdC déclarait aux actionnaires réunis en assemblée générale que la France était confrontée à des événements politiques qui ne pouvaient qu’être dommageables pour l’activité de l’entreprise. Le président émettait l’hypothèse de l’imminence d’un conflit qui mettrait la CdC dans l’obligation de mettre son potentiel industriel à la disposition des autorités militaires françaises et à prendre des dispositions de nature à mettre en sommeil, voire à remettre en question, ses stratégies développement au détriment l’entreprise et de son personnel.

La CdC dans la mobilisation industrielle

2La première manifestation de l’engagement de l’entreprise est attestée par l’engagement de membres de la famille Chamon et du personnel de l’entreprise de servir le pays.

3Ernest Chamon, âgé de 62 ans en 1939, n’était plus mobilisable et son neveu Marcel Boyer, père de quatre enfants, dégagé de ses obligations militaires, était affecté spécial à l’usine de Montrouge.

  • 1 Archives CdC Montrouge et informations de Bernard Heeley (2 septembre 2008).

4En revanche, le second neveu présent dans l’entreprise, Pierre Heeley, était mobilisé, dès la déclaration du conflit, en raison de ses états de service militaires dans la Marine Nationale, antérieurs à son entrée à la CdC1. Avec ce passé, il ne pouvait échapper, et ne le souhaitait pas, à sa mobilisation en août 1939, comme lieutenant de vaisseau sur le Colmar, puis sur l’Alcyon II, deux navires dragueurs basés à Toulon et à Marseille.

  • 2 Ibid. Conseil d’administration 2 avril 1940.

5Nombre d’autres membres du personnel, ingénieurs, techniciens et ouvriers étaient mobilisés tandis que certains bénéficiaient du statut d’affectés spéciaux2 dans les usines du Groupe. Ils contribuaient ainsi à la réalisation des marchés confiés à l’entreprise par la direction de l’Armement, situation qui exigea la prise de dispositions financières et l’organisation des activités industrielles en conséquence.

Les premières dispositions financières dans l’urgence

6Afin de faire face aux premiers engagements financiers consécutifs au conflit, la CdC demanda à la Banque de France, en décembre 1939, une extension de crédit à hauteur de deux millions, et l’obtention d’un compte courant d’avances, sur ses 1 900 obligations 5 % 1921, Chemins de fer de l’État et sur 1 900 obligations 5 % 1921 Chemins de fer PLM.

  • 3 Ibid. Conseil d’administration. 5 décembre 1939.

7Le Comptoir national d’escompte de Paris (CNEP) avait été sollicité par le biais d’une avance d’un peu plus de 26 000 F d’actions cotées au Parquet des agents de change, principalement des valeurs ressortant des filières du gaz et de l’eau, du Canal maritime de Suez, de la CPDE, de l’Union de l’électricité et du Crédit foncier de France3.

L’activité industrielle de guerre

8Les fabrications pour l’armement intégraient, comme lors de la Grande Guerre, différents modèles et plans de bombes à réaliser à la Fonderie de Marquise ou dans la filiale de Nantes La Madeleine. En matière d’horlogerie, l’usine de Fougères devait permettre de pallier l’éventuelle défaillance de l’usine de Besançon. Les capacités de l’établissement nantais se révélèrent, en définitive, déterminantes pour l’obtention de marchés de la Défense nationale, grâce notamment à la mise au point d’un nouveau procédé de bombes d’avion de grande dimension en acier.

  • 4 Id. 2 avril 1940.

9Cette activité de l’entreprise, bien connue de la direction de l’Armement, lui valut la visite du ministre de l’Armement, Raoul Dautry et de son chef de cabinet le 29 février 1940. Une seconde visite eut lieu le dimanche 10 mars 1940, le ministre étant alors accompagné de 25 personnes des services de l’Armement, de la télégraphie militaire et des diverses organisations scientifiques intéressées par les activités de la CdC en général, et télévisuelle en particulier4.

10Cette nouvelle reconversion aux fabrications de guerre entraîna une réorganisation des différents services.

L’adaptation des structures fonctionnelles et opérationnelles

11Le conseil d’administration, avait évolué, notamment avec la disparition de Gabriel Chamon et d’Albert Petsche, en 1934 et 1935, et la cooptation de nouveaux membres mais restait, en 1939, dans la tradition.

Tableau XXVIII – Organisation de la CdC en 1939

Tableau XXVIII – Organisation de la CdC en 1939

(*) Établissements au 12, place des États-Unis à Montrouge.

  • 5 Organigramme fourni lors d’une interview de Jean Tessera, (Ingénieur AM (1931), ESE (1935), entré à (...)

12La CdC fonctionnait, en 1938-1939, selon une structure qui répartissait les fonctions administratives avec un président-directeur général, un directeur général et un secrétaire général, un directeur financier. Les fonctions opérationnelles étaient assurées par des directeurs commerciaux, de production et des services études qui exerçaient leur autorité sur les services gaz, eau, essence, électricité, télécommande centralisée, étude et protection des réseaux électriques, mécanique, mécanoplastique, télévision5.

Tableau XXIX – Organigramme opérationnel de la CdC en 1938

Tableau XXIX – Organigramme opérationnel de la CdC en 1938

(*) Établissements au 12, place des États-Unis à Montrouge.

  • 6 Ibid. Conseil d’administration 3 octobre 1939.

13Dès le début des hostilités, une structure opérationnelle resserrée à trois services : Intérieur, Extérieur, Fabrications, avait été mise en place afin d’assurer une coordination dans l’exécution des commandes des matériels traditionnels mais surtout celles émanant de la Défense nationale. Ces commandes furent réparties entre les usines de Montrouge, Marquise, Besançon, Nantes et Fougères, équipées en machines-outils et aménagées selon les exigences de la défense passive6.

  • 7 Id. 5 décembre 1939, 6 février et 5 mars 1940.

14Les conditions de travail dans les usines furent adaptées à l’ampleur des marchés avec des négociations spécifiques pour les fabrications de guerre. Elles conduisirent à adopter à un horaire de 60 heures et à organiser une équipe de nuit, dans les ateliers de Montrouge. Cette situation posa des problèmes en raison de la difficulté de recruter du personnel pour remplacer les cadres mobilisés. Pour certaines fonctions ou certains postes, elle mena à demander aux autorités militaires, des mesures d’affectations spéciales7.

15L’approvisionnement en matières premières, momentanément résolu par le rapatriement, vers Montrouge, d’un stock inutilisé de matières premières par la filiale belge EGEA de Bruxelles (dont l’activité avait été entravée par un incendie intervenu le 11 janvier 1938), exigea la recherche des solutions de substitution pour pallier une situation devenue problématique.

  • 8 Bulletin CdC, article de Joseph Dano, ingénieur (AM Lille 1930), entré à CdC en 1934.

16L’inventivité coopérative du personnel d’encadrement est attestée en matière de protection des appareils par étamage ou plombage au trempé au moyen de métaux réputés nobles impossibles à approvisionner. M. Leroy, contremaître, imagina avec la collaboration des fabricants de peinture, d’assurer la protection des éléments internes des compteurs Gamma par un procédé de phosphatation et de peinture. Quant à la fixation des tubulures internes des compteurs, elle fut résolue par le soudage circulaire électrique des raccords, procédé en usage aux États-Unis, appelé « soudure par bossage8 ».

17Dans le domaine commercial, les relations étaient rompues avec les filiales autrichiennes et tchécoslovaques. Quant aux exportations vers l’Allemagne, irréalisables en raison du blocus, elles furent heureusement compensées, au départ de Montrouge, par les exportations vers le Portugal, l’Espagne et la République Argentine.

  • 9 Ibid. Conseils d’administration 3 octobre, 7 novembre, 5 décembre 1939, 9 janvier, 6 février, 5 mar (...)

18Un traité conclu avec l’Espagne, autorisant la France à exporter vingt millions de matériel vers ses filiales, offrit l’opportunité d’acheminer des capteurs vers la succursale de Barcelone pour un montant de neuf millions de francs9.

19Dans ce contexte de réorganisation, l’activité au sein du secteur de la télévision prit un caractère particulier qui exige d’en rappeler la spécificité.

L’activité de la télévision dans la guerre

  • 10 Bulletin CdC, no 10 1954.

20René Barthélemy, inapte au service militaire, conservait à ses côtés à Montrouge Dimitri Strelkoff, ingénieur de l’École nationale supérieure d’électro technique, d’hydraulique, de radioélectricité, section électrotechnique (IEG 1927), et de l’École supérieure d’électricité (ESE 1928), entré à la CdC en septembre 1929, Marius Lamblot, diplômé de l’École centrale de TSF, à la CdC depuis en août 1928, l’ingénieur Grassot et les techniciens Paumier, Bonvallet, Mandel et Marotte10.

21En marge de leurs travaux sur la télévision, qualifiée de nos jours « grand public », ces spécialistes avaient mené, au centre expérimental de Montrouge, des études ressortant du domaine de la télévision haute fréquence, de la téléphonie, de la télégraphie, de la mécanique, de l’électrotechnique, des moteurs à explosion, de l’acoustique, de la topographie, de la navigation et de la médecine.

  • 11 Archives de la Société Meterfabriek à Dordrecht. Cette coopération entrait dans le cadre des travau (...)

22À propos de la diversité télévisuelle, une archive CdC a révélé l’existence de contacts avec de l’aviateur écrivain, Antoine de Saint-Exupéry, à propos de son « dispositif d’atterrissage des avions », basé sur « le repérage électromagnétique par un signal émis en vol par l’avion et répercuté par une balise sur la piste d’envol, qui permettait au pilote de connaître sa distance depuis le départ », objet du brevet le no 795308 du 15 décembre 1934. Dans la continuation de ce brevet, Antoine de Saint-Exupéry contacta, durant le printemps 1940, René Barthélemy pour lui exposer sa « nouvelle méthode de repérage par ondes électromagnétiques », dont il avait déposé le brevet, no 924903, le 29 février 194011.

  • 12 Amoudry M., op. cit., p. 185.

23Dans le contexte militaro-politique de 1939-1940, l’initiative de trois grandes sociétés LTM-France, SFR-CSF et de la CdC est à signaler. Elles décidèrent d’unir leurs efforts pour mettre en œuvre la détection électromagnétique des avions et des navires ennemis, technologie qui devait se développer plus tard sous le nom de radio detection and ranging, en français « radar12 ».

24Dans ce même créneau, René Barthélemy avait repris son idée de « détecteur lumineux, mi-télévision, mi-radar » pour la chasse de nuit. À la fin de l’année 1939, un appareil, placé au Cap Sicié près de Toulon, contrôlait le passage des avions depuis la Corse jusqu’à Marignane, tandis que des techniciens installaient un émetteur pour la conduite de tir au camp de Brécy-Orléans.

  • 13 Id.

25L’ingénieur Grassot avait, de son côté au service télévision de la CdC, conçu un transmetteur électronique d’angle, tandis que René Barthélemy projetait la construction d’un grand tube de guet à coordonnées polaires. Ce dispositif permettait de localiser en permanence, sur une carte, la position exacte d’avions volant jusqu’à 150 km autour d’un point d’observation. Un prototype de défense contre avion (DCA) avait été installé au Fort de Châtillon en mai 1940. Trois appareils qui avaient été envoyés à Dunkerque furent détruits avant l’arrivée des Allemands13.

26L’aggravation de la situation militaire en mai 1940, compromit les activités et l’organisation des différents établissements instituée pour le temps de la guerre et contraignit à élaborer une opération de transfert des activités dans des zones géographiques jugées plus sûres.

Les établissements de repli des usines

  • 14 Ibid. Conseils d’administration 21 mai et 4 juin 1940.

27L’attaque de la Belgique et des Pays-bas, le 10 mai, la traversée des Ardennes, la prise de Sedan par les armées allemandes le 13, présentant de graves menaces pour les établissements du Nord et de l’Est de la France, la CdC s’engagea dans des acquisitions d’urgence14.

28Après la réquisition à Fougères, rue Cordier, d’un terrain avec hangar destiné à recevoir un certain nombre de matières et de documents évacués de Marquise et de Montrouge, la CdC investit dans des locaux dans le sud-ouest de la France :

29Une usine à Bordeaux de 6 000 m2, appartenant à la SARL Ch. Teyssonneau, au prix de 1 200 000 F, et un immeuble acheté au même propriétaire pour 1 600 000 F, d’une surface de 1 600 m2, afin d’assurer la réalisation d’un certain nombre de fabrications de Montrouge.

30Une autre usine à Libourne, appartenant à M. Coty, réquisitionnée par le ministère de l’Armement, dans laquelle d’autres fabrications, relevant aussi de la première urgence, comme la télévision, furent repliées.

  • 15 Id. 3 février 1942.

31Un terrain à Bédarieux, dans l’Hérault, avec les constructions qui s’y trouvaient, d’une contenance totale de 70 ares, acquis au prix de 230 000 F ainsi qu’une pièce de terre, en vigne et en prairie, achetée au prix de 60 000 F (Elles devaient être cédées en février 1942 pour 520 000 F à la Société de recherches et d’entreprises industrielles et chimiques, société au capital de 400 000 F, dont le siège social était à Paris, 6 rue La Rochefoucauld15).

32Un terrain appartenant à la Société Byrrh, réquisitionné à Nantes, qui devait permettre une extension de l’usine des Aciéries de Nantes-La Madeleine.

  • 16 Id. 4 juin et 16 août 1940.
  • 17 Archives CdC Montrouge : Information fournie par un comptable employé à la CdC en 1940.

33La poursuite de l’avancée des troupes allemandes, qui atteignirent Abbeville et l’estuaire de la Somme le 20 mai 1940, provoqua l’arrêt de l’usine de Marquise et la fermeture de celle de Besançon. L’arrêt de l’usine de Montrouge, décidé dans les premiers jours de juin, fut assorti d’un ordre de repli le 12 juin 1940 sur les usines de Fougères, Nantes, Bordeaux, pour les services comptables, et de Libourne pour la télévision, sous les directives de René Barthélemy16 tandis que, par ses propres moyens, le personnel prenait la route de l’exode en direction de l’ouest et du sud-ouest17.

  • 18 Marseille J., op. cit., p. 319.

34Deux jours après, le 14 juin, les Allemands entraient dans Paris, un mois avant la signature de l’armistice à Rethondes le 22 juin, qui mit fin à la « Blitzkrieg, la guerre éclair lancée le 10 mai 1940, qui maria l’avion et le blindé, pariant sur le moteur et sur l’audace des guerriers nazifiés18 ».

Sous le coup de l’armistice du 22 juin 1940

35Dans le climat particulier de la fin de l’été 1940 où le pays, sidéré devant l’envahissement d’une grande partie de la France, avec des millions de personnes de tous âges sur les routes de l’exode, les dirigeants et le personnel de Montrouge, qui avaient échoué dans leur tentative de rejoindre les établissements de repli, rattrapés par les troupes allemandes, rebroussèrent chemin.

36Préoccupés de sauvegarder l’outil de travail, d’éviter les pillages et les détériorations, ces personnalités réintégrèrent progressivement l’usine de Montrouge. Sa réouverture leur paraissait s’imposer afin de répondre à la demande des membres du personnel, rentrés eux aussi et pressés de reprendre le travail pour assurer la subsistance de leurs familles.

La reprise sectorielle de l’activité à Montrouge

  • 19 De Rochebrune R., Hazera J.-C., Les patrons sous l’occupation, Paris, Éditions Odile Jacob, 1975, p (...)

37La décision de rouvrir le plus rapidement possible l’usine de Montrouge est à rapprocher de celle adoptée par la majorité des entreprises françaises, grandes, moyennes ou petites, pour conjurer la peur du chômage prégnante dans la population, comme le rapporte le journal clandestin L’Humanité, dans son numéro du 1er juillet 1940 : « Les ouvriers ne demandent qu’à travailler ; ils attendent qu’on ouvre les usines, qu’on leur donne de l’ouvrage… il faut obliger les patrons à ouvrir leurs entreprises19… »

38Cependant, la réouverture effective résulta de la décision du Groupe des chambres syndicales des industries métallurgiques, mécaniques et connexes (GIMM), prise lors d’une réunion organisée le 8 juillet 1940 au 11, avenue Hoche à Paris, au sein du Groupe de la construction mécanique, électrique, des fabrications métallurgiques et des industries transformatrices de métaux (GCMEFM), organisme auquel la CdC était adhérente depuis de nombreuses années.

  • 20 Archives de la Police, 4, rue de la Montagne Sainte Geneviève à Paris. Cote BA 1969.

39Une note dactylographiée, datée du 8 juillet 1940, des services de police mentionne que cette réunion réunit 450 chefs d’industrie (plus une cinquantaine à l’extérieur faute de place). Invités à se prononcer sur la reprise d’activité, les participants déclarèrent qu’elle était conditionnée au développement des moyens de transport, à la distribution de carburant, à la levée des saisies et des mainmises sur les exploitations ainsi qu’aux déblocages des comptes bancaires. En revanche, la main-d’œuvre fut jugée assez abondante, en région parisienne, pour envisager une reprise du travail, qui devait mettre cette population à l’abri des conséquences du chômage. Les organisateurs reçurent mandat pour mener à bien les démarches nécessaires. Les entrepreneurs qui avaient pris la décision de reprendre leur activité furent considérés avoir choisi de garantir la pérennité de leur entreprise, la défense de leur patrimoine et l’emploi de leur personnel, attitude qui, à leurs yeux et à l’époque, devait préserver leur avenir à la fin du conflit20.

40Le ralliement des dirigeants de la CdC à la décision du Groupement des industries métallurgiques apparut comme une rupture idéologique obligée, susceptible d’altérer le statut d’entreprise patriote, adopté lors des deux conflits mondiaux. En contrepartie, la coopération industrielle, qui se profilait déjà à l’horizon, était estimée susceptible de préserver l’entreprise, d’assurer sa survie et l’emploi de milliers de personnes, la paix revenue.

  • 21 Ibid. Conseil d’administration 16 août 1940.

41La reprise à Montrouge, au très grand ralenti, c’est-à-dire à mi-temps, ne fut effective qu’au début du mois d’août. Elle provoqua, quelques jours plus tard, la visite d’officiers allemands qui, sans préambule et sans commentaires, saisirent trois machines bobineuses, opération représentative de la première phase de l’exploitation du potentiel français, basée sur le pillage pur et simple des richesses françaises21.

  • 22 Id. 16 août et 3 septembre 1940.

42En dehors de la situation du siège social de Montrouge, celle des différents établissements, situés dans les cinq zones déterminées lors de l’armistice, se révéla plus ou moins critique22.

La situation des établissements de province

  • 23 La France était divisée en cinq zones : l’Alsace et la Lorraine (annexée), le Nord, le Pas-de-Calai (...)

43Des relations, difficilement établies avec l’usine de Marquise, localisée dans la zone rattachée au commandement de Bruxelles23, révélèrent que l’usine avait été occupée par les Allemands. Un chef de fabrication et quatre ouvriers avaient réussi à s’échapper mais, ni l’ensemble du personnel, ni le matériel n’avaient pu être évacués. Une reprise, au ralenti, souffrit de la pénurie de matières premières.

  • 24 Ibid. Conseil d’administration 4 février 1941.

44La Compagnie de mécanique et d’horlogerie de Fougères, affectée aux fabrications relevant de la Défense nationale, avait été sévèrement touchée par les bombardements de l’aviation allemande. Située en zone occupée, son matériel réquisitionné, dont des machines neuves, son personnel mis au chômage, elle demeura fermée durant l’occupation allemande24.

45L’accès de l’usine de Besançon, située dans le département du Doubs, inclus dans la « zone réservée », avait été interdit au directeur et à l’ensemble du personnel. Un administrateur provisoire avait été nommé par la chambre de commerce de Besançon dans un but conservatoire. Considérée comme le prolongement de l’usine de Montrouge, sa situation devait ultérieurement se révéler préjudiciable.

  • 25 Ibid. Conseil d’administration 1er avril et 6 mai 1941.

46Parmi les sites de repli, seul l’usine de Nantes avait repris le travail en août 1940. L’usine de Bordeaux, achetée dans la précipitation en mai 1940, demeura inutilisée. Elle devait être cédée, en mai 1941, à la Société du Lion noir dont le siège social à Montrouge, était voisin de celui de la CdC25.

  • 26 Bulletin CdC, no 3.

47L’Émaillerie de Dieppe, épargnée en 1940, devait subir un bombardement sans gros dégâts en 1942 lors d’une tentative de débarquement d’un commando canadien à Dieppe. Elle ne fut pas épargnée lors des combats de la Libération en 194426.

Les établissements étrangers

48Avec l’avance allemande, les relations avaient été interrompues avec les établissements, usines et succursales situées à l’étranger. Seul, un contact établi avec la filiale espagnole Compania de Contadores aboutit à deux rendez-vous à Saint-Jean-de-Luz, au cours desquels la cession de la majorité des actions de cette société à des groupes espagnols fut évoquée. Sans suite, elle tomba dans l’oubli.

49Dans cet état des lieux, la CdC se prépara à reprendre son activité sous le contrôle plus ou moins avéré de l’occupant allemand.

L’occupation allemande 1940 à 1944

50La décision de reprendre leur activité fit tomber, de facto, les entreprises françaises sous l’emprise des autorités d’occupation et du Gouvernement de Vichy, concomitante à la mise en place de la nouvelle doctrine de ce dernier, fondée sur la « Révolution nationale » et « l’Ordre Nouveau », l’un et l’autre étant destinés à régir toute l’activité industrielle, économique, politique et sociale du pays.

Les émissaires allemands à Montrouge

51Dès le mois de novembre 1940, un fabricant allemand de matériels de comptage, M. Elster, se présentait à Montrouge. Il était connu de l’entreprise pour sa mise au point d’un compteur à gaz sec qui ne comportait, dans sa réalisation, qu’une quantité minimum de métaux non ferreux, notamment l’étain, métal devenu très difficile sinon impossible à trouver.

  • 27 Ibid. Conseil d’administration 5 novembre 1940.
  • 28 Ibid. Conseil d’administration 3 mars 1942 et 2 novembre 1943.

52L’émissaire avait pour mission d’engager des pourparlers visant à la signature d’un accord de licence permettant d’entreprendre immédiatement à Montrouge, sans études préalables, la fabrication du compteur Elster27. Par le biais de cet accord, la CdC reçut, deux ans plus tard, en 1942, une commande de 20 000 compteurs, les matières premières ayant été fournies par la Maison Elster. Une nouvelle commande de 60 000 compteurs parvint à Montrouge en novembre 194328.

53Un second émissaire, lui aussi bien connu de la CdC, s’était présenté à Montrouge en 1941. Il représentait la firme allemande AEG avec laquelle la CdC avait, conjointement avec Siemens, conclu une entente en 1928. Les pourparlers aboutirent à une commande d’appareils de mesure, chiffrée à plus de trois millions de francs, la matière première étant fournie par AEG.

54Néanmoins, la reprise partielle des fabrications traditionnelles s’établit prioritairement à destination des clients français. Elle permit d’éviter le chômage du personnel mais elle tomba sous les contraintes des lois, édictées dès l’été 1940 par le Gouvernement de Vichy qui visait à réguler et à contrôler l’activité des entreprises françaises et à les inclurent dans le système allemand d’économie de guerre.

La résignation à la politique d’accommodement

55L’activité, qui reprit lentement à Montrouge, en septembre 1940, avec 600 ingénieurs et techniciens et 900 ouvriers dans les filières traditionnelles grâce aux stocks. Cette reprise se révéla bientôt problématique, le réapprovisionnement de métaux tel que l’étain, le cuivre, le plomb, l’antimoine, le nickel (matériaux nobles utilisés en ferblanterie) devenant quasi impossible. Cette situation laissait présager une précarité de l’emploi qui se manifesta à Montrouge, dès janvier 1941, avec un effectif de 3 100 ouvriers et employés présents contre 3 500 en 1938.

  • 29 Bulletin des cadres et de la maîtrise CdC.

56Un bulletin d’informations des cadres et de la maîtrise donne des précisions sur la poursuite de recherches réalisées par des techniciens et des ouvriers spécialisés afin de substituer, à la ferblanterie, des moyens nouveaux permettant de réaliser et de protéger les éléments constitutifs des compteurs de gaz29.

57Des membranes internes de compteurs, précédemment réalisées avec du métis des Indes et un matériau provenant de la chèvre du Liban, furent confectionnées avec les membranes intestinales d’agneaux et de chevreaux français. La fermeture étanche des compteurs, réalisée jusqu’alors par une soudure à l’étain devenue impossible, était désormais assurée grâce à une résine synthétique, l’araldite. Quant au revêtement de protection du compteur par étamage, ou plombage au trempé, impossible à pratiquer, il conduisit un technicien à utiliser, pour assurer la protection des éléments internes des compteurs, la technique de traitement de surface des pièces métalliques par phosphatation et peinture.

  • 30 Ibid. Conseils d’administration 3 septembre 1940, 4 mars et 1er avril 1941.

58L’adoption de ces matériaux et de ces techniques devait permettre par la suite de réaliser un certain nombre de compteurs de gaz et d’eau à moindre coût30. L’activité de l’entreprise n’en était pas moins soumise aux dispositions mises en place en matière d’organisation par le gouvernement de Vichy et les autorités allemandes d’occupation.

Sous la férule des autorités d’occupation et de l’état français

59Tandis que la Commission générale de l’organisation scientifique du travail (CEGOS), née en 1926 survivait en 1940, le Comité des forges, le Comité des houillères, le Comité des assurances et la Confédération générale du patronat français, étaient dissous en exécution de la loi du 16 août 1940.

  • 31 Dard O. Daumas J. C., Marcot F. (dir.), L’occupation, l’État Français et les entreprises, Paris, AD (...)

60La mise en place d’une structure allemande, ayant pour but de disposer des capacités de production des industries françaises, et les lois de l’État français constituaient autant de contraintes qui touchèrent les personnes physiques comme les entreprises, personnes morales31.

61À moyen et long terme, la France devait entrer dans le grand espace économique européen. Vichy signa, sous la contrainte, un accord de compensation (clearing). La France devenait un partenaire vassalisé comme d’autres états européens, occupés ou non, qui avaient conclu, avant la guerre, des accords similaires. L’accord se révéla désastreux pour les finances françaises car, entre 1940 et 1944, les échanges furent profondément déséquilibrés au profit du Reich, qui réglait ses achats par les liquidités des frais d’occupation à un taux de change extrêmement défavorable à la France. En résumé, les achats allemands en France étaient payés par le Trésor français.

62En matière d’aryanisation des entreprises, aucune information n’a été trouvée dans les archives de la CdC, ni fournie lors d’entretiens oraux avec d’anciens directeurs et ingénieurs. La société, personne morale, fut néanmoins concernée par les lois sur les sociétés anonymes, les Comités d’organisation et le Service du travail obligatoire (STO).

63La loi du 18 septembre 1940, réformant le statut des sociétés anonymes, et celle du 16 novembre, instaurant la fonction de président-directeur général, entraînèrent la démission d’administrateurs de la CdC, qui exerçaient ces fonctions dans diverses sociétés, et une modification des statuts lors de l’assemblée générale du 7 décembre.

  • 32 Ibid. Conseils d’administration 3, 7 décembre 1940 et 7 janvier 1941.

64Deux conseils d’administration, tenus en décembre 1940, enregistrèrent ainsi plusieurs démissions d’administrateurs. Le 3 décembre, le président Georges Vautier exposa qu’en vertu de cette loi, il sera, vraisemblablement, dans l’obligation de donner sa démission. Il la confirma le 7 décembre, au motif qu’il occupait les fonctions de président dans deux autres sociétés. Le même jour, les administrateurs Pierre Azaria, Auguste Boutan, Henry Damour et Ernest Mercier faisaient la même démarche. Ernest Chamon devint alors administrateur et président directeur général en vertu de la seconde loi sur les sociétés. À ce titre, il figura dans le bureau du conseil d’administration, aux côtés de Prosper De Lachomette vice-président. Georges Vautier, devenait président d’honneur, Pierre Heeley secrétaire et Joseph Thuillier nommé en remplacement d’Ernest Mercier qui cumulait aussi plusieurs mandats32. Par précaution, Robert Ellisen, de nationalité anglaise, s’était démis de ses fonctions d’administrateur dès le mois d’avril 1940.

65L’entreprise dut aussi se conformer aux dispositions administratives, sources de contraintes résultant des diverses lois, édictées en matière d’économie, par les autorités d’occupation, qui pesèrent lourdement sur son fonctionnement.

66La loi du 16 août 1940 sur l’organisation provisoire de la production industrielle qui créa les Comités d’organisation, celles du 10 septembre et 27 septembre 1940, qui mirent en place l’Office central de répartition des produits industriels (OCRPI), plaçèrent l’organisation de la production industrielle sous l’autorité du premier ministère de la Production industrielle. La CdC, comme les autres entreprises, étaient dépendantes de ces organismes en charge de gérer, au moindre mal, les multiples pénuries en matière d’énergie, de matériaux, de main-d’œuvre.

67La CdC releva, plus spécifiquement du Comité d’organisation de l’énergie, qui avait à sa tête l’un de ses administrateurs, Roger Boutteville du groupe Mercier, chargé des attributions aux entreprises participant à la production, au transport et à la distribution de l’énergie.

68Parmi les sous-comités créés, la CdC relevait du sous-comité des compteurs et appareils de contrôles divers et de celui de la construction électrique. Ernest Chamon devint le président de ces deux sous-comités.

  • 33 Id. 7 janvier et 4 février 1941.

69Par l’intermédiaire de ces comités, l’entreprise enregistra un marché de 10 000 capteurs par mois, ce qui correspondait à sa capacité de production, les matières premières devant être fournies par les Allemands33.

70Sous l’égide de groupements patronaux et des autorités d’occupation, les Comités d’organisation avaient, plus spécialement, pour mission d’acheminer les commandes et d’affecter les bons-matières nécessaires à leur exécution, problème épineux présent tout au long de l’occupation allemande.

  • 34 Ibid. Conseils d’administration 31 mars 1942.

71Afin de cerner plus précisément les différents problèmes résultant de cette situation, la CdC procéda à une réorganisation opérationnelle resserrée. Quatre directeurs furent nommés à la tête respectivement des services Administratifs & Financiers, Intérieurs, Techniques, Commerciaux (ces deux derniers différenciant la construction mécanique et la construction électrique34).

72Dans ce contexte, le problème de l’énergie demeurait récurrent en raison de la difficulté de reconstituer un stock de sécurité de charbon et de disposer d’un contingent d’électricité.

  • 35 Ibid. Conseils d’administration 6 janvier 1942.

73Une note des autorités françaises du 20 décembre 1941 autorisa quatorze grandes entreprises de la région parisienne, répondant à des critères précis (sauf contre ordre et en fonction des exigences des autorités d’occupation) à arrêter leur production du 21 décembre 1941 au 4 janvier 1942. La CdC prit en charge 85 % des salaires de ces cinq journées35.

  • 36 Id. 6 juin 1944.

74L’activité des ateliers n’en fut pas moins affectée d’où une révision, au fil des années d’occupation, des prévisions de production, notamment de compteurs d’électricité. Ainsi, au début de 1944, un programme de 40 000 compteurs, revu à la baisse, provoqua la réduction de l’effectif du personnel productif de la CdC à 2 750 personnes environ ; les autres salariés furent affectés à des travaux improductifs autorisés par le ministère de la Production industrielle36.

75Pour mémoire, les mesures sur les personnes, édictées par les autorités françaises et allemandes d’occupation, les lois du Gouvernement de Vichy du 3 octobre 1940 qui excluaient les juifs de certaines professions, du 18 janvier 1941, concernant le recensement des entreprises juives, et du 22 juillet 1941, relative à l’aryanisation des biens juifs, n’eurent aucun effet à la CdC.

76En revanche, si le personnel de l’entreprise bénéficia des lois de Vichy du 14 mars 1941, qui créèrent l’allocation aux vieux travailleurs, il fut soumis, aux impédimentas de la Charte du travail, promulguée le 4 octobre 1941. Elle constituait un véritable encadrement des entreprises et de la condition ouvrière à travers les syndicats professionnels patronaux et salariés.

77La CdC s’accommoda de cet encadrement réussissant, au prix quelquefois de faux-semblants, à composer, voire à échapper, à une surveillance attentive des autorités allemandes, notamment dans le domaine des médias.

La radio, le cinéma et la télévision sous l’Occupation

78Utilisés traditionnellement comme outils de propagande, les autorités d’occupation du Grand Paris s’empressèrent de les neutraliser pour mieux s’en servir.

Le mutisme de la radiodiffusion française

79L’équipe du poste du Petit parisien ayant décidé de se taire en 1940, les autorités d’occupation utilisèrent ses installations.

80Le Poste avait produit ses premières émissions régulières de radio le 30 mars 1924. Simplement dénommé Poste Parisien le 10 novembre 1930, il avait été partie prenante dans des essais de télévision et dans l’installation d’une station plus puissante, dans de somptueux studios sur l’avenue des Champs Élysées inaugurés le 25 avril 1932.

  • 37 Amoudry M., op. cit., p. 196-201.

81La Compagnie luxembourgeoise de radiodiffusion (CLT), localisée dans le Grand-duché du Luxembourg, dans laquelle la CdC avait des intérêts, tomba sous le joug allemand et fut réduite au silence37. En revanche, les activités médiatiques du cinéma et de la télévision furent poursuivies à Montrouge, tant sur le plan financier que sur le plan technique, au prix d’une adaptation prudente aux circonstances.

Le cinéma

  • 38 Ibid. Conseil d’administration 4 mars 1941.

82La CdC avait continué, sous l’occupation, à s’intéresser à l’activité de la Société Gaumont, dont Jean Le Duc fut nommé président directeur général38. En souscrivant, en 1941, à une augmentation de capital, elle avait le souci d’éviter une participation de la Société Havas, société contrôlée par l’État français et par les autorités allemandes d’occupation.

  • 39 Id. 8 juin 1943.

83En 1943, une avance de 4 millions, remboursable à partir du 31 décembre 1944, était consentie par la CdC à la société Gaumont. Elle devait produire un intérêt minimum de 4,5 % l’an et, éventuellement, un complément d’intérêt, calculé en fonction des recettes nettes du cinéma La Madeleine, garanti par un nantissement sur le fonds de commerce du cinéma39. En 1944, une avance de 750 000 F, au taux de 5 % était à nouveau consentie, remboursable au plus tard le 31 décembre, l’impôt cédulaire restant à la charge de la CdC.

  • 40 Id. 4 juillet 1944.
  • 41 Id. 8 juin, 7 décembre 1943, 4 janvier, 4 juillet et 9 août 1944.

84Il était précisé qu’au cas où la Société Gaumont déciderait de réaliser une augmentation de capital avant le 31 décembre 1944, les deux avances devaient être considérées comme un apport de la CdC40. Confirmé en août 1944, il fut rémunéré par l’attribution de 8 620 actions de 500 F qui furent cédées ultérieurement à la société Ciné-Par, filiale de la société Pathé Cinéma41.

  • 42 Id. 3 février 1942.

85Un administrateur de la société Pathé-cinéma, Georges Descours, nommé membre du conseil d’administration de la CdC en février 1942, jouissait d’une grande introduction dans le monde gazier, en sa qualité d’administrateur de la Compagnie du gaz de Lyon et de la Société des forces motrices du Rhône42.

86Dans ce domaine du cinéma, apparemment en toute liberté, Ernest Chamon et Jean Le Duc créèrent, en 1943, une société de production de films, « Les Films de France », dans le but de promouvoir l’activité de la télévision de la CdC.

  • 43 Ibid. Conseil d’administration 9 août 1944 et Amoudry M., op. cit., p. 196.

87Un film réalisé au centre expérimental de Montrouge, montrant l’activité des ateliers de soufflage des tubes cathodiques et de montage dans l’établissement, ne fut pas non plus suspecté de complaisance avec l’occupant. Il fut diffusé en l’état en 1946, en première partie du long-métrage « La Cage aux Rossignols43 ».

La télévision et les relations avec la télévision allemande

88Après la décision de repli de l’usine de Montrouge, au début du mois de juin 1940, et l’envoi du matériel de télévision à Libourne, René Barthélémy avait quitté son laboratoire en direction de cette ville. En panne d’essence, il n’avait pu dépasser Loches en Indre-et-Loire. Rattrapé par les troupes allemandes, il rebroussa chemin et regagna son domicile à Fontenay-aux-Roses. Il décida de faire repartir le laboratoire de Montrouge en juillet tout en maintenant un atelier à Libourne, où la plupart des techniciens avaient élu domicile et où se trouvait le matériel évacué en juin.

89Dès le 11 juillet 1940, un officier allemand, ingénieur dans le civil, se présentait à Montrouge. René Barthelémy se rendit compte immédiatement de l’intérêt de son visiteur pour la télévision mais aussi pour des techniques qu’il avait développées, dont la mesure des temps courts et la détection des avions. Cet intérêt fut bientôt confirmé par la visite inattendue de l’ingénieur allemand Schrötter, une connaissance de René Barthelémy bien antérieure au conflit.

90Le laboratoire de Montrouge redémarra le 31 juillet 1940 mais le matériel, rentré de Libourne, avait été démonté soigneusement et dispersé dans les différentes parties de l’usine. À la suite d’une perquisition surprise en août, Jean Le Duc et René Barthélémy étaient arrêtés et la CdC soupçonnée de dissimuler un émetteur clandestin. La fouille, demeurée infructueuse, les deux hommes étaient libérés, mais la menace du contrôle allemand demeurait constante.

91En décembre 1940, des ingénieurs de la firme allemande Telefunken, connus de Jean Le Duc et de René Barthélémy depuis 1937, à l’occasion d’un accord conclu avec la Compagnie française de télévision et Telefunken, se présentaient à Montrouge avec l’intention de réactiver les relations antérieures. Cette réactivation avec ces ingénieurs allemands parut, à Jean Le Duc et René Barthélemy, de nature à éviter un contrôle direct de l’administration militaire nazie en poste à Paris.

  • 44 Ibid. Conseil d’administration 3 décembre 1940 et 4 mars 1941.

92Le contrat avec Telefunken, modifié en contrat d’études, permit à la CdC de poursuivre ses travaux, à l’exclusion de toute étude d’ordre militaire, mais l’obligea à s’engager à construire, pour la société allemande, un tube cathodique de mesure, dont les plans et les pièces détachées devaient être livrés par Telefunken. Selon René Barthélémy, le rôle de la CdC se bornait ainsi à celui de façonnier. La négociation avec la firme allemande eut aussi pour effet de fixer le personnel du département, qui fut ainsi dispensé du STO, et de favoriser l’obtention d’un contingent de gaz et d’électricité nécessaire pour une activité normale de l’usine44.

  • 45 Amoudry M., op. cit., p. 196.

93Fin 1940, des appareils de détection radar, dénommés transmetteurs d’angles électroniques C42, (dérivant d’un appareil construit en 1938 pour répondre à la demande d’un météorologue), avaient été réalisés d’après des brevets de René Barthélémy et des techniciens Grassot et Bonvalle45.

  • 46 Archives CdC Montrouge.

94Trois exemplaires de ces appareils de détection radar C42 furent fournis clandestinement à l’armée de l’armistice : un à Toulon, un à Bizerte et un troisième sur le cuirassé Richelieu à Dakar, tandis que le prototype était monté sur le cuirassé Strasbourg. Des appareils du même type, expédiés de Montrouge à la Marine nationale à Toulon, afin qu’ils ne tombent dans les mains allemandes, connurent quelques péripéties. Interceptés par un officier français et par le chef de gare de Toulon, ils furent refoulés sur la succursale de la CdC de Lyon et dissimulés dans les caves de l’établissement pour, ultérieurement, être pris en charge par l’administration des PTT et transportés en lieu sûr46.

95Pour pallier les problèmes de la zone occupée, un bureau et un laboratoire de recherche avaient été installés à Lyon dans le courant de 1942, à l’initiative de l’officier de marine, Pierre Heeley. Des officiers français de l’aéronautique y travaillèrent sur la détection électromagnétique, les liaisons par ultra-violets et sur des transmetteurs à messages instantanés pour la Marine. Ces travaux furent stoppés par l’invasion de la zone sud par les Allemands le 11 novembre 1942.

  • 47 Amoudry M., op. cit., p. 244-245.

96Parallèlement, des études concernant un émetteur à ondes très courtes avaient été reprises discrètement à Montrouge, sous couvert de la télévision, appareil que René Barthélémy jugeait susceptible de servir la cause du général de Gaulle pour laquelle il s’était enthousiasmé47.

97Soupçonneuses, les autorités allemandes d’occupation multiplièrent les contacts et les visites à Montrouge de techniciens de la télévision allemande à Paris, la Fernsehender. La station était équipée avec du matériel de la firme allemande, la Reichsrundfunk Gesellschaft, mais les militaires ingénieurs de la Fernsehender voulaient obtenir de la CdC la transformation, en caméras de studio, de deux caméras de reportage fournies en 1936 à l’occasion des Jeux Olympiques de Berlin.

98Lors de l’une de ces visites, René Barthélémy suggéra l’utilisation, par la télévision allemande, de l’émetteur de la Tour Eiffel, plutôt que de le détruire comme les autorités d’occupation l’avaient envisagé.

  • 48 Ibid. Conseil d’administration 5 octobre 1943.

99Après la décision d’Hitler d’intensifier la guerre, l’activité industrielle de la CdC connut des difficultés dues aux dégâts causés à l’Émaillerie de Dieppe lors du bombardement de la ville et du fait que l’usine de Marquise, localisée dans la zone sous contrôle allemand, était coupée du siège social48.

100Néanmoins, les contraintes imposées par la réquisition de personnel par l’occupant se révélèrent particulièrement préjudiciables.

Du tournant de la guerre en 1942 à la libération de la France en 1944

101Après le temps du développement de la production en France au bénéfice de l’Allemagne, les autorités d’occupation décidèrent, en 1942, de renforcer les capacités des usines d’outre-Rhin, privées de leurs ouvriers mobilisés, par une réquisition des ouvriers français. L’opération débuta au nom de la « Relève » des prisonniers français en Allemagne, à l’initiative de Pierre Laval mais son échec mena à l’organisation du Service du travail obligatoire (STO).

Le Service du travail obligatoire (STO) à Montrouge

  • 49 Archives de la Police de Paris, cote BA 1786.

102Le Commandant du Grand Paris convoqua un certain nombre de chefs d’entreprises à une réunion dans les bureaux de placement d’ouvriers pour l’Allemagne avec, pour objectif, de recruter des travailleurs destinés à assurer la relève des prisonniers. Le nombre d’ouvriers alors exigé s’éleva à 250 000 puis à 600 000 un mois après. Leur utilisation et leur orientation faisaient l’objet de la loi no 869 du 4 septembre 1942, parue au Journal officiel du 13, et d’une notice d’instructions pour la main-d’œuvre embauchée pour l’Allemagne49.

103Les autorités d’occupation engagèrent des pourparlers à la CdC avec Ernest Chamon en juillet 1942 et avancèrent, en octobre, le chiffre de 800 ouvriers. Jugé excessif, étant donné le nombre de cadres et de femmes qui étaient employées à Montrouge, il fut ramené à 300 à la demande du gouvernement français.

104En novembre 1942, 233 ouvriers de la CdC avaient été contraints de partir en Allemagne, tandis que 80 étaient en instance de départ. Début décembre, ils étaient 388 et, malgré une intervention des Pouvoirs publics français, l’entreprise se trouvait privée de 425 ouvriers, employés ou techniciens en janvier 1943.

105En février 1943, les Allemands exigèrent 150 personnes supplémentaires : 20 techniciens, 110 ouvriers et spécialisés et 20 manœuvres. Sur ces 150 personnes exigées, un peu plus de 90 étaient effectivement partis en avril 1943.

  • 50 Amoudry M., op. cit., p. 244-245.

106La plus grande partie du personnel du service télévision échappa au STO mais demeura étroitement surveillée. Il fut notamment chargé de la réalisation du matériel de télévision pour le compte de la Radiodiffusion française contrôlée par les Allemands, qui projetaient l’établissement d’un réseau national mais ce projet demeura sans suite50.

  • 51 Ibid. Conseil d’administration 1er février 1944.

107Malgré cette surveillance des autorités d’occupation, le service télévision parvint à réaliser une application de la télévision à l’exploitation ferroviaire, susceptible d’entraîner un courant d’affaires important, espoir encouragé par la visite, en janvier 1944, de la haute direction de la SNCF et de nombreux techniciens vivement intéressés51.

  • 52 Id. 7 juillet, 7 octobre, 3 novembre, 1er décembre 1942, 5 janvier, 2 février, 6 avril 1943.

108Les autorités allemandes persistèrent dans leurs demandes qui se firent de plus en plus pressantes et fréquentes52, de sorte qu’entre novembre 1942 et avril 1943, les réquisitions allemandes se succédèrent provoquant les protestations du personnel.

  • 53 Id. 4 janvier et 4 avril 1944.

109Dans ce climat, pour garder le contact avec les techniciens et ouvriers touchés par la réquisition allemande, Ernest Chamon, à l’instar de nombreux chefs d’entreprise, entreprit des démarches en vue d’obtenir un permis de visite en Allemagne pour un représentant personnel de Montrouge, M. Monod. Muni d’un passeport et d’un visa, il constata, en janvier et en avril 1944, que le personnel de la CdC avait été affecté dans des usines des environs de Berlin et n’avait pas souffert des bombardements53.

  • 54 Archives de la Police de Paris, cote BA 1786 et du CARAN, cote F1 A 3776.

110En revanche, les informations concernant l’ensemble des ouvriers et employés en Allemagne faisaient état du mécontentement général quant aux permissions prévues et au renouvellement des contrats de travail. Un représentant d’une maison française, de passage à Stuttgart entre le 20 juillet et le 28 août 1943, mentionna que les conditions d’hébergement, précaires avec des chambres à six lits, et des problèmes de nourritures, s’ajoutaient à l’épreuve des bombardements alliés54.

111Une information de la direction de la CdC fait état de permissions obtenues par un certain nombre d’ouvriers travaillant en Allemagne, mais ne donne aucune indication sur la décision des intéressés de rejoindre ou non l’Allemagne.

112En dépit de ces sollicitudes patronales pour les personnels concernés par le travail obligatoire en Allemagne, de nombreux mouvements de protestation persistèrent dans nombre d’usines de la région parisienne, dont celles de la CdC, hostiles aux réquisitions de personnel.

  • 55 Ibid. Archives de la Police de Paris, cote BA 1786, F1 A 3776, BA 1969, note interne non signée du (...)

113Par prudence, et en raison même des rumeurs qui circulaient dans le pays, les rapports mensuels des conseils d’administration ne mentionnent pas les agitations ouvrières dans l’entreprise et dans la ville de Montrouge, mais celles-ci sont confirmées par des sources syndicales locales et par les Archives de la Police55.

Le climat social à l’usine de Montrouge entre 1941 et 1944

  • 56 Tract fourni par Patrick Vauzelle, auteur de Montrouge sous le IIIe République. Il mentionne l’exis (...)

114Si la grande grève des mines du Nord et du Pas-de-Calais, situées dans la zone rattachée à Bruxelles, qui débuta le 26 mai 1941, n’apparaît pas avoir eu un écho significatif à Montrouge, les responsables politiques et syndicaux connurent des heures difficiles ; Marcel Pinard, trésorier de la CGT, fut arrêté et interné au camp de Pithiviers. Auguste Monjauvis, réputé « communiste et meneur de grève en 1936 », fut déporté en Allemagne56.

115À l’automne 1941, un arrêt de travail de 48 heures intervint dans tous les services de la CdC à Montrouge en hommage aux 27 otages fusillés à Chateaubriand, appuyé par une pétition qui recueillit 2 200 signatures.

116Un rapport du Commissariat de Police de Montrouge, remarqué aux Archives de la Police de Paris, transmis à l’État-Major du 2e bureau en date du 9 décembre 1943, signale que la CdC relevait du service allemand de l’avenue de Friedland. Ce rapport mentionne :

« le 9 décembre 1943, à 8 heures, 1 690 personnes, dont 800 hommes et 890 femmes, se sont mis en grève, mouvement qui a amené l’intervention du Commissaire Divisionnaire et celles des autorités d’occupation sans entraîner d’arrestations. Ce mouvement résultait du mécontentement du personnel féminin qui n’était pas ou peu augmenté, de la crainte d’arrestation par les autorités allemandes, surtout chez les hommes, et de l’incompréhension des ouvriers, qui ne comprenaient pas les différences de salaires avec ceux pratiqués dans les usines d’aviation voisines. Après des négociations, le travail reprit ».

117Une note des autorités de police parisiennes du 11 décembre 1943, concernant vraisemblablement le même mouvement, signale qu’à l’usine de Montrouge :

  • 57 Archives de la Police de Paris, cote BA 1786.

« Les 1 518 ouvriers et 1 120 ouvrières de la CdC à Montrouge, qui fabrique des instruments de précision pour le compte des autorités d’occupation, se sont mis en grève, le 8 décembre 1943, pour appuyer diverses revendications et, plus particulièrement, une demande d’augmentation de salaire. Après entente entre le directeur divisionnaire du Travail et des délégués ouvriers, il a été accordé aux ouvriers une augmentation de 5 % sur les salaires de base. Durant la deuxième journée, le conflit menaçant de se prolonger, deux délégués des autorités allemandes ont participé à une partie des entretiens, alors qu’à 10 h 30, quinze soldats en arme arrivaient en autobus aux abords de l’usine. Ces derniers ont quitté les lieux dès le début de l’après-midi sans avoir eu à intervenir57 ».

118Prudence là encore, ce mouvement de grève fut mentionné laconiquement lors de la séance du conseil d’administration du 4 janvier 1944.

119Un rapport de la préfecture de police, direction de la police municipale de Montrouge, en date du 17 juillet 1944, mentionne :

  • 58 Id.

« la Compagnie des Compteurs emploie 1 100 employés, 1 400 ouvriers et 1 100 ouvrières, dont 1 800 travaillant la nuit. Sur cet effectif, 700 hommes et 700 femmes se sont mis en grève symboliquement le 14 juillet. Ils ont été dispersés par la Police et le travail reprit normalement le 16 juillet à 22 h 15. Aucun meneur n’a été arrêté58 ».

120Une source syndicale ne concorde pas avec le document de la Police de Montrouge. Elle mentionne :

  • 59 Archives de la ville de Montrouge.

« le 14 juillet 1944 à 6 heures du matin, la quasi-totalité des équipes de nuit des “Compteurs”, soit plus d’un millier de personnes, débrayent et défilent dans l’usine. Le soir, une autre manifestation d’environ 600 personnes, des équipes de jour, défile derrière le drapeau tricolore jusqu’au Monument aux Morts de Montrouge tout proche. Dans les jours suivants, trois jeunes arrêtés en juillet, sont fusillés à quelques centaines de mètres de l’usine, 107 rue Maurice Arnoux, à l’endroit où un officier allemand avait été abattu quelques jours plus tôt. Le soir, une nouvelle manifestation de 600 à 700 personnes, dont une majorité de femmes, va leur rendre hommage sur le lieu d’exécution59 ».

121La source syndicale mentionne :

« dans la nuit du 9 août 1944, les Compteurs sont en grève avec occupation pour couvrir le dépôt SNCF de Montrouge, d’où la grève nationale des cheminots devait être lancée le lendemain matin. Un détachement de soldats allemands envahit l’usine et prend en otage sept salariés. L’occupation cesse… les délégations et les arrêts de travail se succèdent pour obtenir la libération des otages qui aura lieu quelques jours plus tard ».

122Un rapport du Commissariat de Police de Montrouge du 10 août 1944 précise :

  • 60 Archives de la Police de Paris, cote BA 1786.

« l’ensemble du personnel de la CdC, 1 000 ouvriers, 1 000 ouvrières et 200 employés travaillant de nuit, de 22h30 à 6h30, se sont mis en grève par solidarité avec les cheminots en grève. Après une intervention de la Feldgendarmerie, qui procéda à une dizaine d’arrestations, le travail reprit sauf certains ouvriers qui quittèrent l’usine dans l’ignorance des personnes arrêtées. Confirmation de cette grève perlée et de la reprise du travail est confirmée par deux télégrammes en date du 10 et 11 août 194460 ».

123Un tract de la CGT mentionne :

  • 61 Archives de la ville de Montrouge, tract CGT-Schlumberger.

« le 20 août, à 9 heures du matin, la population et les salariés des “Compteurs” investissent la Mairie de Montrouge. Trois camions de soldats allemands, dépêchés sur place, essuient plusieurs coups de feu et rebroussent chemin. Alors qu’ils viennent de participer à l’occupation de la Mairie et rentrent chez eux à Malakoff, Jean Monneron, ouvrier à la CdC, et Eugène Vaugeois, surpris par une patrouille allemande, sont fusillés devant le 110 de l’avenue Verdier61 ».

Montrouge à l’heure de la Libération

  • 62 Ibid. Decoux D., La Ville de Montrouge dans les années 1942-1947, de l’occupation à la reconstructi (...)

124Ce même 20 août 1944, le Colonel Rol-Tanguy installait le Comité de libération dans la mairie de Montrouge. Elle avait été le siège de la Freiskommandantur 786 en charge des « communes de Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux, Clamart, Chatenay-Malabry, Vanves, Malakoff, Montrouge, Sceaux, Antony, Bagneux, Châtillon, Bourg-la-Reine, Fontenay-aux-Roses, Plessis-Robinson et y installent le Comité de Libération de la ville62 ».

  • 63 Archives de la ville de Montrouge.

125Le 21 août, l’usine de Montrouge de la CdC était occupée par le personnel. Symbolisée par le drapeau tricolore flottant sur le château d’eau, l’occupation ne cessa qu’avec la libération de la ville et de Paris le 25 août 194463.

126Dans ce climat trouble de l’intervention des alliés pour libérer le territoire français, l’incarcération d’Ernest Chamon, entre le 24 juin et le 8 août, est laconiquement mentionnée lors d’un conseil d’administration.

L’arrestation et l’incarcération d’Ernest Chamon

127L’activité d’Ernest Chamon durant l’occupation au sein des comités d’organisation, des organismes syndicaux patronaux, son attitude jugée intransigeante, les réticences perçues en matière de télévision, davantage que le climat social dans l’entreprise, paraissent avoir fourni un prétexte aux autorités allemandes pour s’emparer de 600 tonnes de cuivre appartenant à l’entreprise sans lui verser la moindre indemnité.

  • 64 Ibid. Conseil d’administration 29 juin 1944.

128Par la suite, l’administration allemande effectua un contrôle des ateliers de la CdC suspectée de ne pas participer suffisamment à l’effort de guerre allemand. C’est, cependant la Gestapo qui, malgré l’état de santé précaire d’Ernest Chamon, l’arrêta le 24 juin 1944 dans la matinée, « sous la double inculpation de résistance et de sabotage économique », motif de son incarcération à Fresnes64.

129Cette incarcération, entraînant l’incapacité temporaire d’Ernest Chamon, exigea la désignation du président d’honneur, Georges Vautier, pour exercer les pouvoirs de la présidence de l’entreprise.

  • 65 Annuaire EDF-GDF (anciens élèves des écoles des arts et métiers).
  • 66 Archives CdC Montrouge, note biographique sur Georges Vautier de mai 1955.

130Georges Vautier, originaire de la région lyonnaise exerçant des activités, notamment au sein des Compagnies réunies de gaz et d’électricité lyonnaises, s’était montré actif durant l’occupation. En juillet 1941, il avait créé conjointement avec la Compagnie hydro-électrique d’Auvergne et la participation financière du secrétariat de la Jeunesse, une maison de jeunes gens de 15 à 18 ans, choisis parmi les fils d’agents de la CdC, pour lutter contre leur chômage et peut-être les soustraire au STO. Ouverte le 13 janvier 1942, la maison de jeunes abritait 27 jeunes de 14 à 18 ans65. L’action de Georges Vautier est aussi attestée par sa décoration, en mai 1946, de la médaille de la Résistance française66.

  • 67 Ibid. Conseils d’Administration 29 juin et 4 juillet 1944.

131Reflet d’une inquiétude ou simple précaution, Georges Vautier avait accepté, en juin 1944, la proposition du conseil d’administration d’assumer la présidence mais en déclarant qu’il serait prudent, en raison des circonstances, de prévoir son incapacité. Roger Boutteville, pressenti pour le remplacer, se déclara d’accord pour occuper la fonction, le cas échéant67.

132La libération d’Ernest Chamon, le 8 août, discrètement mentionnée lors du conseil d’administration du lendemain, fait état de remerciements « à tous ceux qui se sont occupés de la libération, le 8 août, d’Ernest Chamon et en particulier, à Jean Le Duc directeur du département télévision, qui en a été le principal artisan ».

  • 68 Témoignage d’un salarié de la CdC souhaitant rester anonyme.

133Le laconisme de cette déclaration, apparemment sans relation de cause à effet, a conduit à un rapprochement avec une source syndicale mentionnant une grève avec occupation de l’usine de Montrouge le 9 août, qui aboutit à la prise d’otages de 7 salariés libérés quelques jours plus tard68.

134Durant ces quatre années d’occupation, qui prenaient fin dans la région parisienne en août 1944, les résultats financiers avaient été inévitablement perturbés. Trois graphiques sont significatifs de la dégradation notamment après 1942.

L’incidence du conflit sur les résultats financiers

Tableau XXX – Bénéfices et fonds propres

Tableau XXX – Bénéfices et fonds propres

Tableau XXXI –Fonds propres sur passif du bilan

Tableau XXXI –Fonds propres sur passif du bilan

Tableau XXXII – Rentabilité des actions

Tableau XXXII – Rentabilité des actions

135Toujours fidèles à leur entreprise, les actionnaires entérinaient ces résultats financiers et donnaient quitus de leur gestion à ses dirigeants confrontés aux dures réalités de quatre longues années d’occupation allemande. Ils approuvaient ainsi les stratégies utilisées au sein de la CdC pour maintenir une activité problématique. En effet, celle-ci s’était retrouvée entravée par les exigences de l’État vichyssois et les exigences soupçonneuses, voire menaçantes, des autorités d’occupation à l’origine de fréquents mouvements de résistance parmi le personnel fréquemment menacé de répression.

Notes

1 Archives CdC Montrouge et informations de Bernard Heeley (2 septembre 2008).

2 Ibid. Conseil d’administration 2 avril 1940.

3 Ibid. Conseil d’administration. 5 décembre 1939.

4 Id. 2 avril 1940.

5 Organigramme fourni lors d’une interview de Jean Tessera, (Ingénieur AM (1931), ESE (1935), entré à la CdC en 1938).

6 Ibid. Conseil d’administration 3 octobre 1939.

7 Id. 5 décembre 1939, 6 février et 5 mars 1940.

8 Bulletin CdC, article de Joseph Dano, ingénieur (AM Lille 1930), entré à CdC en 1934.

9 Ibid. Conseils d’administration 3 octobre, 7 novembre, 5 décembre 1939, 9 janvier, 6 février, 5 mars et 2 avril 1940.

10 Bulletin CdC, no 10 1954.

11 Archives de la Société Meterfabriek à Dordrecht. Cette coopération entrait dans le cadre des travaux de Jean Le Duc concernant les liaisons par radio avec des avions et des chars alors qu’il était sous les ordres du Général Férié.

12 Amoudry M., op. cit., p. 185.

13 Id.

14 Ibid. Conseils d’administration 21 mai et 4 juin 1940.

15 Id. 3 février 1942.

16 Id. 4 juin et 16 août 1940.

17 Archives CdC Montrouge : Information fournie par un comptable employé à la CdC en 1940.

18 Marseille J., op. cit., p. 319.

19 De Rochebrune R., Hazera J.-C., Les patrons sous l’occupation, Paris, Éditions Odile Jacob, 1975, p. 315.

20 Archives de la Police, 4, rue de la Montagne Sainte Geneviève à Paris. Cote BA 1969.

21 Ibid. Conseil d’administration 16 août 1940.

22 Id. 16 août et 3 septembre 1940.

23 La France était divisée en cinq zones : l’Alsace et la Lorraine (annexée), le Nord, le Pas-de-Calais et la somme (rattachée au commandement allemand de Bruxelles), les zones d’occupation allemande, et italienne, la zone non occupée jusqu’au 11 novembre 1942, date de l’occupation totale de la France.

24 Ibid. Conseil d’administration 4 février 1941.

25 Ibid. Conseil d’administration 1er avril et 6 mai 1941.

26 Bulletin CdC, no 3.

27 Ibid. Conseil d’administration 5 novembre 1940.

28 Ibid. Conseil d’administration 3 mars 1942 et 2 novembre 1943.

29 Bulletin des cadres et de la maîtrise CdC.

30 Ibid. Conseils d’administration 3 septembre 1940, 4 mars et 1er avril 1941.

31 Dard O. Daumas J. C., Marcot F. (dir.), L’occupation, l’État Français et les entreprises, Paris, ADHE, 2000 et Beltran A. Frank R., Rousso H. (dir.), La vie des entreprises sous l’occupation, Paris, Éditions Belin, 1994.

32 Ibid. Conseils d’administration 3, 7 décembre 1940 et 7 janvier 1941.

33 Id. 7 janvier et 4 février 1941.

34 Ibid. Conseils d’administration 31 mars 1942.

35 Ibid. Conseils d’administration 6 janvier 1942.

36 Id. 6 juin 1944.

37 Amoudry M., op. cit., p. 196-201.

38 Ibid. Conseil d’administration 4 mars 1941.

39 Id. 8 juin 1943.

40 Id. 4 juillet 1944.

41 Id. 8 juin, 7 décembre 1943, 4 janvier, 4 juillet et 9 août 1944.

42 Id. 3 février 1942.

43 Ibid. Conseil d’administration 9 août 1944 et Amoudry M., op. cit., p. 196.

44 Ibid. Conseil d’administration 3 décembre 1940 et 4 mars 1941.

45 Amoudry M., op. cit., p. 196.

46 Archives CdC Montrouge.

47 Amoudry M., op. cit., p. 244-245.

48 Ibid. Conseil d’administration 5 octobre 1943.

49 Archives de la Police de Paris, cote BA 1786.

50 Amoudry M., op. cit., p. 244-245.

51 Ibid. Conseil d’administration 1er février 1944.

52 Id. 7 juillet, 7 octobre, 3 novembre, 1er décembre 1942, 5 janvier, 2 février, 6 avril 1943.

53 Id. 4 janvier et 4 avril 1944.

54 Archives de la Police de Paris, cote BA 1786 et du CARAN, cote F1 A 3776.

55 Ibid. Archives de la Police de Paris, cote BA 1786, F1 A 3776, BA 1969, note interne non signée du 4 février 1942 : « Dans les milieux ouvriers de la métallurgie, une rumeur courait selon laquelle tout le personnel des firmes travaillant sous contrôle allemand serait replié à l’intérieur du Reich. » Une note du 24 juillet 1942, cote BA 1786 mentionne que : « Actuellement, il n’y a plus ni patrons, ni ouvriers, mais des Français luttant, chacun à sa place, contre l’Allemand, par leur passivité et leur opposition. »

56 Tract fourni par Patrick Vauzelle, auteur de Montrouge sous le IIIe République. Il mentionne l’existence de deux comités clandestins : Le Comité Populaire et le Parti Communiste Français.

57 Archives de la Police de Paris, cote BA 1786.

58 Id.

59 Archives de la ville de Montrouge.

60 Archives de la Police de Paris, cote BA 1786.

61 Archives de la ville de Montrouge, tract CGT-Schlumberger.

62 Ibid. Decoux D., La Ville de Montrouge dans les années 1942-1947, de l’occupation à la reconstruction, Paris, mémoire de maîtrise, 1996.

63 Archives de la ville de Montrouge.

64 Ibid. Conseil d’administration 29 juin 1944.

65 Annuaire EDF-GDF (anciens élèves des écoles des arts et métiers).

66 Archives CdC Montrouge, note biographique sur Georges Vautier de mai 1955.

67 Ibid. Conseils d’Administration 29 juin et 4 juillet 1944.

68 Témoignage d’un salarié de la CdC souhaitant rester anonyme.

Table des illustrations

Titre Tableau XXVIII – Organisation de la CdC en 1939
Légende (*) Établissements au 12, place des États-Unis à Montrouge.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau XXIX – Organigramme opérationnel de la CdC en 1938
Légende (*) Établissements au 12, place des États-Unis à Montrouge.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49956/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau XXX – Bénéfices et fonds propres
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49956/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau XXXI –Fonds propres sur passif du bilan
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49956/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau XXXII – Rentabilité des actions
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49956/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540