Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Compagnie des Compteurs

 | 
Paulette Giguel

Deuxième partie. L’expansion sous l’influence de la conjoncture de trois décennies tumultueuses 1912-1944

Chapitre III. À la veille et dans le conflit de 1914-1918

Texte intégral

1La conjoncture favorable et l’embellie qui se profilait dans la filière traditionnelle de la CdC, dans son activité d’engineering et dans les industries connexes, à l’aube des années 1910, allaient faire long feu avec la déclaration de la Grande Guerre en 1914. Les capacités de production de la société, mises à la disposition des autorités françaises, l’impact des opérations militaires sur le territoire national, allaient constituer autant de problèmes de nature à différer ou remettre en cause les projets d’extension des locaux industriels parisiens.

Les stratégies de développement des premières années de 1910

2La CdC se réjouissait de ces perspectives encourageantes qui stimulaient ses stratégies d’expansion dans ses secteurs industriels, dans des industries connexes et dans des investissements dans son immobilier industriel.

Les perspectives dans le comptage et l’engineering

  • 1 . Ibid. Conseil d’administration 29 septembre 1911.

3Dans le domaine du comptage, la CdC s’attacha à perfectionner ses appareils et à en développer de nouveaux, afin de répondre aux demandes pressantes de ses différentes catégories de clients1.

  • 2 . Id. 8 mars 1910 et assemblées générales ordinaires 29 septembre 1910 et 28 septembre 1912.

4Simultanément, du fait de l’obligation pour les compagnies gazières, de transformer et de doter leurs usines d’outillages modernes et de nouveaux équipements relevant de l’engineering, la CdC s’impliqua spécifiquement dans le domaine des installations de fours à coke, incluant une usine de récupération des sous-produits, dont Anatole Foiret avait été l’initiateur. Elle s’honorait ainsi, en 1912, de l’installation de tels équipements à la Société Old Silkstone Collieries qu’elle prit en charge à hauteur de deux millions de francs. Le succès rencontré, laissait présager de l’adoption de tels équipements dans d’autres mines anglaises2.

Dans les secteurs connexes

  • 3 Ibid. Conseil d’administration 28 septembre 1912.

5Dans les secteurs connexes, l’un des challenges résidait dans l’allumage et l’extinction automatique du gaz afin d’assurer la régularité du service. La CdC le résolut en développant les systèmes allumeurs-extincteurs de MM. Kilchmann et Gaulis, les constructeurs les plus réputés en Europe dans ce domaine. Un accord permit de vendre 30 000 appareils en quinze mois, preuve de l’intérêt de nombreuses compagnies de gaz, françaises et étrangères, qui avaient adopté le système après essais3.

6Second challenge pour la CdC : le problème de la manipulation des liquides inflammables, dangereuse pour nombre de dépôts d’essence, qui avait mené la firme allemande Martini et Huneke à développer un procédé. Une promotion réussie convainquit la CdC d’en acquérir le droit exclusif, et plusieurs entreprises françaises du secteur possédant des dépôts d’essence ou de carburants de s’en équiper à l’instar de la Compagnie générale des omnibus, la Compagnie française des automobiles de place et la Société des anciens établissements Panhard & Levassor.

  • 4 Ibid. Assemblée générale ordinaire 28 septembre 1912.

7Devant les résultats positifs du système, le Syndicat général des compagnies d’assurances consentit à accorder, à partir du mois de septembre 1912, une réduction de prime importante aux dépôts de liquides inflammables pourvus du procédé Martini & Huneke4.

  • 5 Id. 30 juillet 1917.
  • 6 Archives CdC : notice Comptage des liquides novembre 1965 et Bulletin CdC, no 4.

8Au sein de la CdC, cette activité donna naissance au service Liquides Inflammables à Montrouge, dont George Heeley assuma la direction. Il s’agissait de fabriquer, sous licence, des installations pour la manutention des hydrocarbures par tubes concentriques au moyen de chariots de distribution mobiles, procédé qui incluait un dispositif de protection. Il intéressa les dépôts des taxis, les sapeurs-pompiers, ainsi que les services de l’État, qui l’adoptèrent pour plusieurs installations dépendant du ministère de la Guerre5. De cette activité devait naître ultérieurement le département liquides divers à Montrouge6.

9Dans le domaine de l’eau, c’est sa stérilisation par les rayons ultraviolets qui préoccupait les techniciens de l’usine de Vaugirard, d’où le développement, par la CdC, du procédé de la Société des rayons ultraviolets.

  • 7 Ibid. Conseil d’administration 21 février 1911 et assemblée générale ordinaire 29 septembre 1911.

10M. Rouland, l’associé de Gabriel Chamon dans l’ECFM, proposa alors de fonder deux entités, l’une française, l’autre internationale. La CdC, alors bien placée pour fournir, à la Société des rayons ultraviolets, certains appareils inclus dans le procédé, dont elle avait étudié la construction, participa à la création de l’entité française, à hauteur de 50 000 F, ainsi qu’à la création de l’entité internationale pour 25 000 F7.

Dans les sociétés auxiliaires

11Dans ces mêmes années 1910 la CdC cherchait, simultanément, à s’engager financièrement dans le secteur connexe des ventes d’appareils de comptage délaissé par les compagnies gazières et d’électricité. Elle s’engagea, financièrement, dans la création de sociétés auxiliaires de vente d’appareils d’éclairage et de chauffage mis en location, qui constituaient un maillon annexe et complémentaire de la filière du comptage. La CdC prit ainsi, en 1912 une participation de 100 000 F dans deux sociétés ayant pour objet de promouvoir ce genre d’installations gratuites d’appareils en location : la Société auxiliaire du gaz et la Société auxiliaire d’électricité.

12Cependant, un an plus tard, devant la faible rentabilité de ce secteur, la CdC limitait son action à un apport financier dans deux sociétés avec lesquelles elle avait un contrat : l’Électricité, chauffage et force motrice (ECFM), et la Société du gaz de Saint Étienne.

  • 8 Ibid. Conseil d’administration 9 janvier 1912 et 28 janvier 1913.

13En revanche, la CdC renforça la coopération établie avec la Compagnie Thomson-Houston concernant la Société des appareils de levage. Cette dernière bénéficia ainsi, en 1911, de deux prêts de 500 000 F et de 250 000 F avec la garantie du Comptoir national d’escompte de Paris. En 1913, selon la convention intervenue lors de la création de Société des Appareils de Levage, la CdC augmentait sa participation au capital à hauteur de 300 000 F8.

  • 9 Id. 26 mars 1912.

14En 1912, la CdC avait montré un intérêt pour le domaine connexe de la recherche en apportant sa contribution, à l’étude des gisements de fer dans la région de l’Anjou, qui présentait un intérêt, eu égard à l’activité de son usine de Marquise9. Elle contribua, pour une somme de 20 000 F, à la formation du Syndicat des mines de fer d’Anjou, qui regroupait Fives-Cail, la Société des ateliers normands du Havre, la Société Dyle et Bacalan et la Société française des fours à coke.

15Dans cette conjoncture favorable des années 1910, la CdC se préoccupait de renforcer son immobilier industriel parisien et de certains de ses établissements en province et à l’étranger.

Les investissements dans l’immobilier industriel

  • 10 Id. 5 juillet 1928 (Charles Michel demeura actif jusqu’à son décès survenu en mars 1928).
  • 11 Id. 25 novembre 1913.

16L’usine de la rue Claude Vellefaux était à l’étroit malgré le surélèvement d’un étage. L’atelier de Maine-Vaugirard, de l’avis de l’ingénieur polytechnicien, Alphonse Frager, qui le dirigeait avec Charles Michel10, était trop exiguïe et devait être délocalisé11.

  • 12 Ibid. Conseil d’administration 21 février 1911.
  • 13 Id. 3 mars 1914.

17Alphonse Frager, outre ses fonctions de direction des ateliers de Vaugirard, avait été l’artisan de la fondation, en 1908, à Issy-les-Moulineaux de la Compagnie de construction électrique (CCE) sur un terrain de 1 691 m2 acheté au prix de 28 500 F. L’établissement était agrandi avec l’acquisition d’un second terrain de 223 m2 en 191112, puis d’un autre en 1913 de 500 m2 au prix de 40 F le m213. La CdC détenait la quasi-totalité des actions de la CCE où, dans un premier temps, Alphonse Frager avait suggéré de transférer une partie de l’activité des compteurs d’électricité.

18Les délocalisations s’imposant dès 1913, des recherches de terrains de plus de 30 000 m2 avaient été entreprises et des contacts établis avec la ville de Meudon en banlieue parisienne. Un premier contact intervint concernant des terrains situés 2 et 4, rue de Paris et route des Moulineaux, appartenant à la Congrégation des jésuites. La négociation, moyennant la rétrocession d’une parcelle de 35 000 m2, devait permettre l’acquisition du terrain au prix de 400 000 F, non compris les frais à liquider.

  • 14 Id. 28 novembre 1911.

19La succursale de Lille était aussi concernée par des projets immobiliers. Son agrandissement devait être réalisé, grâce à l’achat d’un terrain de 1 400 m2 au prix de 26 000 F14. Une partie de sa fonderie de cuivre et des ateliers de compteurs d’eau de l’établissement de Vaugirard devaient y être transférés, tandis que l’usinage des compteurs à piston en fonte devait l’être à Marquise.

  • 15 Ibid. Assemblée générale ordinaire 28 septembre 1912.

20Le transfert de cette spécialité dans cette ville entraîna l’achat de constructions et de terrains pour agrandir du Foyer de Marquise Rinxent dans le but d’y édifier des logements ouvriers avec jardin et terrain de sport. La création d’une société immobilière qui s’en suivit prévoyait l’engagement de la CdC de participer à l’augmentation de capital, proportionnellement au nombre d’actions acquises à l’époque de la création de l’établissement15.

  • 16 Ibid. Conseil d’administration 26 juillet 1910.

21À l’étranger, c’est en 1912, que les actionnaires de la CdC furent informés que l’usine de Dordrecht, était en voie d’achèvement et serait opérationnelle, une fois son outillage installé. Il devait en être de même, en 1913, pour l’usine de Vienne, en Autriche, dès la fin des travaux réalisés, grâce à l’achat à proximité d’un terrain au prix de 67 000 F. Ces deux opérations offraient la perspective aux clients d’avoir des produits et des systèmes de plus en plus performants et, à la CdC, d’honorer des commandes de plus en plus importantes16.

22L’entrée en guerre de la France avec l’Allemagne, le 2 août 1914, mit inévitablement en sommeil les projets d’investissement dans de nouveaux locaux industriels, en premier lieu les ateliers de Maine-Vaugirard.

La CdC dans la Grande guerre

23À l’heure du patriotisme, patent dans toutes les strates de la société française, la CdC se déclarait « entreprise patriote » et prête à mettre son potentiel industriel à la disposition du ministère des Armées.

Les effets de la mobilisation générale

  • 17 Ernest Chamon fit l’objet d’une citation consignée dans le procès-verbal de réception de la Légion (...)

24Les administrateurs-directeurs, Gabriel Chamon, Anatole Foiret, Étienne Siry et George Heeley, non mobilisables, virent leurs pouvoirs renouvelés lors du conseil d’administration du 11 mai 1915. Ernest Chamon (qui avait effectué son service actif en 1898 à Reims au 132e régiment d’infanterie) était mobilisé et affecté, du 3 août 1914 au 2 février 1919, à l’État-major de la 4e armée de Champagne17. La mobilisation générale priva CdC d’un certain nombre d’ingénieurs, de techniciens et d’ouvriers qualifiés.

  • 18 Ibid. Assemblée générale ordinaire 30 octobre 1915.
  • 19 Ibid. Conseil d’administration 27 octobre 1916.
  • 20 Ibid. Assemblée générale ordinaire 29 juillet 1919.

25Devant la rareté du personnel et la nécessité d’honorer son engagement en matière de fabrications de guerre, l’entreprise recruta une main-d’œuvre, essentiellement féminine, qui fut formée par le personnel resté en poste. En 1915, le nombre d’ouvriers et ouvrières affecté aux fabrications de guerre s’élevait à 3 000 personnes18, en 1916 à 5 500 qui travaillaient jour et nuit dans les usines de Paris et de Marquise19. En 1919, l’effectif atteignait 7 500 ouvriers, dont 2 900 rue Claude Vellefaux, 2 200 boulevard de Vaugirard et 2 400 à Marquise20, situation qui exigea des mesures adéquates.

  • 21 Ibid. Conseils d’administration 9 août et 22 septembre 1914.

26Dès la mobilisation générale, la CdC avait aussi pris des dispositions sociales, à savoir un crédit de 200 000 F, voté pour les familles d’ouvriers et d’employés appelés sous les drapeaux et renouvelé pour le même montant le 22 septembre 191421. Des dispositions furent également prises pour faciliter la vie de son personnel.

  • 22 Ibid. Assemblée générale ordinaire 29 juillet 1919.

27Pour pallier le départ sous les drapeaux de nombre de commerçants et de restaurateurs, la CdC organisa au début de la guerre des repas gratuits dans les ateliers et constitua, à destination des ouvriers et ouvrières qui vivaient en famille, un stock de vivres de première nécessité cédé au prix coûtant. Les ouvriers mobilisés reçurent des allocations, tandis que les employés mariés continuèrent à percevoir l’intégralité de leur traitement, les célibataires n’en percevant que la moitié. Des membres du personnel organisèrent, pour leur part, un Comité de secours pour venir en aide à leurs camarades d’atelier blessés ou prisonniers. La CdC apporta sa contribution par le versement d’une somme égale22.

28Enfin, et pour répondre à l’appel à l’Union sacrée de Raymond Poincaré, président de la République, la CdC se déclara entreprise patriote avec la mise à disposition des autorités militaires françaises de son potentiel industriel.

L’engagement moral

  • 23 Id.
  • 24 Ibid. Conseil d’administration 31 octobre 1914.

29Dès le début du conflit, la CdC s’était engagée, par une lettre adressée le 10 août 191423 au ministère de la Guerre, « à apporter sa contribution à l’effort de guerre en mettant à disposition, sans réserve, les activités et les capacités de ses établissements parisiens et de son usine de Marquise pour réaliser diverses fabrications de guerre ». À cet effet, elle « se groupa avec quelques sociétés amies, entre autres la Compagnie Thomson-Houston et la Compagnie des omnibus, pour faire à l’État des fournitures assez importantes24 ».

  • 25 Ibid. Assemblée générale ordinaire 31 octobre 1914.

30La CdC s’était aussi engagée à faire l’impossible pour maintenir ses usines ouvertes et, pour celles dont les circonstances auraient exigé la fermeture, de les rouvrir au plus tôt. Le personnel, non mobilisé, était affecté à constituer des stocks afin de permettre une reprise rapide de l’activité25. Un tel engagement moral impliquait un engagement financier.

L’engagement financier

31Le premier engagement financier en 1914, consista pour la CdC, à convertir une partie de ses disponibilités en Bons de la Défense nationale, pour 100 000 F d’abord, puis pour 300 000 F, en bons à six mois.

32Cette opération intervenait précisément à l’heure où la bataille des frontières, (Lorraine, Sambre, Ardennes entre le 19 et le 24 août 1914) entraînait le retrait de l’armée française, voyait l’entrée des Allemands à Compiègne le 31 août, à Senlis le 2 septembre, tandis que le gouvernement français se transportait à Bordeaux et que 500 000 parisiens fuyaient la capitale.

  • 26 Ibid. Conseils d’administration 5 janvier et 2 février 1915 et assemblée générale ordinaire du 30 o (...)

33En janvier et février 1915, la CdC achetait des Bons du Trésor et des Bons de la Défense nationale, pour une valeur d’un million de francs. Ces achats poursuivis, le montant des acquisitions au 30 avril 1915 s’élevait à 2 500 000 F ; il est augmenté d’un million dans les mois suivants26. La souscription au premier Emprunt de l’État eut lieu la même année, en novembre 1915, pour 536 000 F, puis au second Emprunt en 1916 pour 1 050 000 F.

  • 27 Ibid. Assemblée générale ordinaire 27 octobre 1916.

34Pour faciliter les souscriptions de son personnel à ces emprunts, la CdC versa en octobre 1916, par anticipation, le montant des gratifications de fin d’année au moyen d’avances à 3 %, avec le bénéfice du revenu légal des titres de rente souscrits par les intéressés27.

  • 28 Ibid. Conseil d’administration 5 novembre 1918.

35En 1917, alors que les achats de la CdC en bons de la Défense nationale atteignaient 11 347 500 F, elle souscrivit au troisième emprunt obligataire de l’État à 6 % 1917 pour 10 000 000 F puis, en novembre 1918, au quatrième Emprunt de la Défense nationale à hauteur de 3 150 000 F28.

36La CdC fut aussi, comme un certain nombre de sociétés industrielles, partie prenante d’un emprunt issu d’un crédit de 100 millions de dollars ouvert par un groupement de banquiers américains, dont la Guaranty Trust, et la Bonbrigth, garanti par la disposition de titres de valeurs équivalentes par le Gouvernement français via l’Union des industries métallurgiques et minières (UIMM), à répartir entre différentes sociétés françaises. Le ministre des Finances demanda la contribution de ces sociétés à cette opération de crédit, émanant des États-Unis. Dite opération de change, elle consistait au tirage de traites renouvelables par des industriels français sur un syndicat de banquiers américains. Tous les frais et risques de l’opération, qui ne devaient produire ni perte ni bénéfice, étaient supportés par le gouvernement français. La CdC souscrivit à cette opération de change pour un montant de 5 700 000 F. Elle mandata George Heeley pour opérer, avec les autorités financières, les négociations afférentes à l’opération.

37Toujours dans le cadre de son engagement financier vis-à-vis des autorités militaires, la CdC avait aussi répondu favorablement, en 1917, à une demande du sous-secrétariat des Munitions. Il s’agissait de participer à l’augmentation de capital de la Société électrométallurgique d’Auvergne, pour un montant de 150 000 F, conjointement avec deux autres actionnaires, la Compagnie du gaz de Saint-Etienne et la Compagnie des forges de Chatillon, Commentry et Neuves Maison, en vue d’ériger les installations réclamées par l’administration militaire.

  • 29 Id. 9 janvier et 1er mai 1917.

38La Société électromagnétique d’Auvergne était spécialisée, grâce à l’énergie électrique fournie par les barrages de la Sioule, dans la production d’aciers spéciaux, tel l’acier aimant, utilisé pour la fabrication des compteurs d’électricité, auparavant acheté en Allemagne29.

  • 30 Ibid. Assemblée générale ordinaire 29 juillet et conseil d’administration 4 novembre 1919.

39Toujours dans le même registre, les actionnaires étaient informés en 1919, de la participation de la CdC à la constitution du capital du Crédit National pour une somme de 200 000 F30.

  • 31 Archives du ministère des Finances à Savigny-le-Temple, cote B 24174, référence à l’ouvrage de Bau (...)

40Le Crédit national, société anonyme de droit privé, bénéficiant de la garantie de l’État était créée le 7 juillet 1919 (après la réorganisation des Banques Populaires en 1917 et la création des Chèques Postaux en 1918). Gérant des dépôts, le Crédit National avait pour mission de faciliter la réparation des dommages causés par la Première guerre mondiale et de payer les indemnités correspondantes. Les dossiers de réparations liquidés, cet établissement était appelé, pour relancer l’économie, à consentir des prêts aux petites et moyennes entreprises31.

41Ces différentes stratégies financières patriotiques furent assorties de dispositions concernant l’ajustement de ses moyens financiers.

  • 32 Ibid. Assemblée générale ordinaire 30 juillet 1917.

42En 1916, la CdC procéda à des émissions d’obligations, pour un montant de dix millions à des conditions, grâce à la coopération du Comptoir national d’escompte, susceptibles à terme, de se révéler plus intéressantes qu’un simple placement en bons de la Défense nationale, car elles avaient l’avantage de garder la disponibilité des fonds32.

  • 33 Id. 30 juillet 1917, 1918 et 1919.

43Afin de faire face aux aléas financiers du conflit, la CdC s’était aussi attachée à pratiquer une politique de réserves, d’où sa décision, lors de l’examen des comptes de l’exercice 1916, de procéder à des augmentations de capital, étant donné la présence au bilan de réserves importantes et la disproportion existant alors entre le capital nominal et le capital réel de l’entreprise33.

44Le capital social, fixé à 8 millions en 1907, fut porté à 9 millions en avril 1912 par la souscription de 4 000 actions de 250 F. Le capital comptait alors 36 000 actions de 250 F. En septembre 1912, elles avaient été transformées en 72 000 actions de 125 F.

  • 34 Ibid. Conseil d’administration 28 décembre 1917 et acte notarié du 11 décembre 1917.

45Deux nouvelles augmentations de 9 millions chacune, décidées en 1917, portèrent le capital à 27 millions. La première concerna la souscription de 72 000 nouvelles actions de 125 F qui porta le capital à 18 millions. Quatre mille actionnaires participèrent à l’opération, tandis qu’un syndicat spécial avait été créé pour préserver les droits des actionnaires mobilisés et des propriétaires demeurés dans les pays envahis. Le financement de la seconde augmentation fut assuré par l’incorporation d’une partie des réserves et par une répartition de la provision spéciale et d’une souscription en espèces. Le capital porté à 27 millions était divisé en 216 000 actions de 125 F34.

46Cette stratégie financière à court, moyen et long terme devait permettre l’engagement industriel de la CdC dans les fabrications de guerre et, ultérieurement, de parer aux retombées du conflit et aux difficultés du retour à l’activité civile.

L’engagement industriel

  • 35 Ibid. Assemblée générale ordinaire 30 juillet 1918.

47Dès le 3 août 1914, l’activité des succursales situées en pays ennemi avait été arrêtée. L’usine de Milan fut la seule à travailler, presque exclusivement pour la guerre, avec sa fonderie affectée à la fabrication de projectiles et grâce à la création d’ateliers spéciaux, qui souffrirent néanmoins d’un ravitaillement aléatoire en matières premières35.

  • 36 Ibid. Conseil d’administration 2 février 1915.

48Le conflit entre la France et l’Allemagne eut pour effet regrettable de contraindre la CdC à renoncer à l’exploitation des brevets allemands Martini & Huncke relatifs aux liquides inflammables, les profits en étant gelés à la Caisse des dépôts36.

49Quant à l’activité des différents sites français, a peu près suspendue par les effets de la mobilisation générale durant les mois d’août, septembre et octobre, elle ne reprit vraiment qu’en novembre 1914 pour être consacrée aux fabrications de guerre sur réquisition des autorités militaires.

  • 37 Ibid. Assemblée générale 30 octobre 1915.

50Les commandes de l’armée, portant presque exclusivement sur la fabrication d’obus, de balles, de casques, exigèrent une réorganisation des ateliers et des investissements. Ceux-ci dépassèrent 450 000 F en 1915, principalement à la fonderie de Marquise qui avait reçu, en octobre 1914, une première commande d’obus de 7537.

  • 38 Ibid. Conseil d’administration 9 avril 1918 et assemblée générale ordinaire 29 juillet 1919.

51Dans les années suivantes, les fabrications de guerre réalisées dans les ateliers parisiens et à l’usine de Marquise incluaient des obus de 75 et 155 en acier, de 105, 120, 155, 200 et 270 en fonte aciérée, des fusées, des tubes porte-amorces et autres éléments de projectiles, des bombes d’avion, des grenades, des correcteurs Brocq pour le tir contre avion, des casques et cuirasses Adrian, des ustensiles de campement, des machines et des appareils divers pour la télégraphie sans fil et la téléphonie38

  • 39 Archives CdC Montrouge : note de juin 1966 intitulée souvenirs de Vaugirard 1914-1918.
  • 40 Archives du ministère des Finances de Savigny-le-Temple cote B 28566, état des fournitures militai (...)

52Les correcteurs pour le tir contre avion méritent une mention spéciale car ils constituèrent une véritable innovation. Conçus et mis au point pour l’aviation et la marine par l’ingénieur François Brocq, directeur de l’établissement de Vaugirard, ils étaient composés d’un viseur double et de récepteurs. La transmission des informations était basée sur une méthode tachymétrique capable de donner, à chaque instant, l’emplacement de l’avion en site et en azimut. Grâce à ce dispositif, trois cents avions ennemis furent abattus39. François Brocq conçut aussi en 1919 un appareil de télépointage pour la Marine qui fonctionnait suivant le principe du Pont de Wheatstone40 et permettait, à toutes les pièces de la même bordée d’un navire, de tirer ensemble sur un même but avec une précision de + ou - 2 millièmes.

  • 41 Ibid. Assemblée générale ordinaire 27 octobre 1916.

53Afin d’honorer les engagements pris par l’entreprise en matière de fabrications de guerre, les actionnaires avaient été informés en 1916 qu’il convenait de perfectionner l’organisation réalisée dans l’urgence en 1914-1915 afin, non seulement d’exécuter les commandes militaires, mais aussi d’anticiper la reprise des fabrications traditionnelles, une fois la paix revenue41.

54Toutes les dispositions devaient être prises sans délai pour développer les capacités de production, agrandir les usines, en construire de nouvelles, faisant par là allusion à une réactivation des projets de délocalisation des ateliers parisiens antérieurement envisagés.

Les stratégies immobilières durant le conflit

  • 42 Id. 1914, 1915, 1916.

55La mise en sommeil du transfert des fabrications n’avait pas empêché la CdC de prendre des dispositions en vue de la relocalisation prévue. Elle procéda ainsi à une valorisation de ses investissements à l’actif du bilan, correspondant aux transactions entreprises avec la ville de Meudon, à hauteur de 480 100 F en 1914, 718 000 F en 1915, et de 1 119 914 F en 191642.

Le premier projet de délocalisation extra-muros

  • 43 Ibid. Conseil d’administration 5 février 1918.

56La propriété acquise de la Congrégation religieuse de Meudon, demeurée vacante, la CdC accéda en 1916 à une demande de location des ateliers de la Société des automobiles Gobron pour lui permettre d’exécuter des commandes d’obus de 76 et de 120, pour le compte d’un groupe belge, dont la gestion était assurée par la Société des forges & aciéries de Firminy43.

  • 44 Id. 1er mai 1917 et de l’assemblée générale ordinaire du 30 juillet 1917.
  • 45 Ibid. Assemblée générale ordinaire 10 juillet 1924.

57Les travaux d’aménagement, que la société locataire avait réalisés, amena celle-ci à proposer à la CdC en 1917, avec l’approbation des autorités militaires, l’achat des locaux et des terrains au prix de 2 850 000 F. Ramenée à 2 350 000 F à la suite d’un accord avec la Banque Claude Lafontaine & Cie, la vente fut approuvée par une résolution de l’assemblée générale ordinaire du 30 juillet 191744 alors que le règlement des litiges avec la société ne devait se solder qu’en 1924, par le versement, devant notaire de 2 850 000 F par la Société des forges et ateliers de Meudon, repreneur de la Société des automobiles Gobron45.

58Devant ces complications judiciaires, la CdC renonça à la solution de Meudon après la concrétisation de recherches réalisées par un ingénieur recruté à cet effet en 1915, qui avait découvert la disponibilité de nombreux terrains maraîchers à Montrouge d’une superficie de 60 000 m2 environ.

L’embryon du puzzle montrougien

  • 46 Thomas A., Cour P., Geeraerts L., Montrouge et son histoire, Inter-imprimeries, 1988, p. 94 et Vauz (...)

59Montrouge avait l’avantage de comporter un tissu urbain industriel qui remontait au XVIIIe siècle avec des carriers et des meuniers et, dans les années 1850, diverses industries comme la Chocolaterie Grondard, la confiserie Le Chien qui saute, des vinaigreries, à l’origine de la Vinaigrerie Desseaux, une tannerie, les imprimeries Ginoux, Dalex, Draeger, l’usine de produits chimiques Le Lion Noir, (producteur du cirage vendu sous cette marque46).

  • 47 Ibid. Assemblée générale ordinaire du 27 octobre 1916.

60Montrouge comportait également des maisons d’habitation avec notamment des terrains maraîchers, des champignonnières, situées rue de Fontenay et avenue Verdier, qui appartenaient à plusieurs propriétaires ou à des cohéritiers. Malgré une plus-value par rapport aux prévisions d’avant-guerre, leur acquisition, négociée au fur et à mesure de leur disponibilité, devait permettre l’édification d’une nouvelle usine opérationnelle dès la fin des hostilités47.

61Une photocopie de l’origine de propriété, aimablement fournie par Me Pascault, notaire, a permis de découvrir l’acquisition d’une première tranche de huit terrains réalisée le 27 janvier 1917 qui fit l’objet d’actes notariés signés par Gabriel Chamon :

  • 4 316 m2 à 105 400 F
  • 5 246 m2 à 131 150 F
  • 7 570 m2 à 189 250 F
  • 27 466 m2 à 380 000 F
  • 6 167 m2 à 154 175 F
  • 7 692 m2 à 235 860 F
  • 4 316 m2 à 150 000 F
  • 3 111 m2 à 147 772 F.

62Un neuvième terrain de 8 632 m2 fut acheté 6 000 F moyennant la prise en charge par la CdC de l’hypothèque qui grevait cette propriété.

63La superficie totale, de 74 516 m2, avait été acquise pour un montant total de 1 499 607 F, payés au fur et à mesure, au comptant en billets de la Banque de France, selon la mention figurant dans les actes notariés.

  • 48 Ibid. Assemblée générale ordinaire 27 octobre 1916.

64Le transfert du personnel de l’établissement Maine-Vaugirard dans un ensemble industriel, édifié sur ces parcelles achetées à Montrouge, ne devait pas poser de problèmes particuliers48 du fait de la proximité géographique : le secteur, inclus jusqu’en 1860 dans le Petit Montrouge, était alors devenu le 14e arrondissement de Paris. Auparavant le Grand Montrouge commençait à la « barrière d’Enfer », devenue la place Denfert- Rochereau.

  • 49 Id. 30 juillet 1917.

65Cependant, en juillet 1917, l’évolution du conflit conduisit à interrompre les opérations alors que les travaux de démolition préliminaires de nivellement étaient réalisés et les plans établis pour les premiers ateliers, une fonderie de bronze et de laiton, destinés à accueillir les fabrications de compteurs d’eau et d’électricité de l’atelier de Vaugirard49. La réalisation prévue de l’immeuble industriel et le transfert d’une partie des établissements industriels parisiens étaient remis sine die, d’autant que les troupes allemandes, entre le 21 mars et du 9 avril 1918, tentaient de percer et d’enfoncer le front tenu par les troupes anglaises sur la Somme, puis lançaient l’attaque du 27 mai du Chemin des Dames, atteignant ainsi la Marne, Château-Thierry mettant Paris à la portée de leur canon lourd, la grosse Bertha. Le repli des usines parisiennes était envisagé.

Le repli des sites parisiens

66En mai 1918, à l’heure où des grèves démarraient chez Renault et affectaient bientôt toutes les grandes usines parisiennes, puis celles du bassin industriel de la Loire, le personnel de la CdC se préparait à se replier avec l’entreprise.

67Sur l’injonction du Gouvernement français, le transfert était programmé d’une partie des fabrications de Claude Vellefaux et de Maine-Vaugirard, dans un immeuble situé à Issoire (Puy-de-Dôme). Composé de trois étages, d’une superficie de 2 400 m2 sur un terrain de 22 500 m2 utilisable pour les fabrications de guerre, il avait été acquis au prix de 487 500 F.

  • 50 Ibid. Conseils d’administration 7 mai 1918, 2 et 30 juillet 1918, acte établi par Me Chastel, notai (...)

68Afin d’assurer l’hébergement des ouvriers parisiens repliés, un hôtel avait été également acquis pour une somme de 22 000 F, (montant majoré de la valeur des éléments incorporels, évalués à 5 000 F et du matériel, estimé à 20 000 F.) L’opération avait été soumise à deux conditions : la tenue à disposition du propriétaire, pour la durée des hostilités, d’une portion de l’immeuble et la validation par le ministère de l’Armement, l’immeuble étant alors occupé par un hôpital militaire. À la fin des hostilités, l’immeuble devait être dévolu à des fabrications nécessitant peu de main-d’œuvre50.

69Le repli vers Issoire fut annulé suite à la contre-offensive en Champagne du Général Foch du 18 juillet 1918 qui stoppa l’avance des troupes allemandes. L’annonce le 1er septembre de l’offre de l’Allemagne de signer une paix blanche et la série d’offensives victorieuses des armées françaises, belges, britanniques et américaines en Artois, Argonne, Cambrésis et Champagne, amenèrent le grand état-major allemand à demander l’armistice.

Le destin de l’immeuble d’Issoire, la paix revenue

  • 51 Ibid. Conseil d’administration 3 février 1920, 9 janvier et 6 mars 1923.

70Après l’armistice, l’affectation de cet établissement de repli se posa de façon aigüe. Le transfert de fabrications accessoires fut un moment envisagé si les conditions de travail ne s’amélioraient pas dans la région parisienne. En définitive, sa vente, envisagée en 1920, fut réalisée en 1923 (200 000 F payés comptant pour l’immeuble et, pour les dépendances de 117 510 m2, au prix de 70 000 F). Les installations concernant l’éclairage électrique, les canalisations de distribution de gaz et d’élévation de l’eau avaient été réalisées sur place51.

71Si les problèmes posés par l’avance allemande pour les sites parisiens avaient connu un dénouement favorable, la situation d’établissements situés en zones exposées demeurait préoccupante.

Le sort des succursales en zones stratégiques

72La succursale de Lille avait souffert de l’occupation. La totalité des matières premières et la majeure partie de l’outillage de sa fonderie avaient été enlevées par les Allemands. Les bâtiments, sauf l’atelier de mécanique, avaient été détériorés à la suite d’un bombardement aérien. Une remise en marche de la fonderie fut envisagée mais l’atelier de mécanique ne redevint opérationnel qu’après plusieurs mois.

  • 52 Ibid. Assemblée générale ordinaire 31 juillet 1922.
  • 53 Ibid. Conseils d’administration 5 novembre, 3 décembre 1918, 27 mai 1920 et assemblée générale ordi (...)

73La demande de réparations de ces dommages de guerre se heurta à un refus de l’administration d’indemniser un si grand nombre de marchandises. Considérées uniquement comme produits de commerce, elles n’ouvraient pas droit à une indemnité supplémentaire. De plus, le sinistre partiel de l’usine n’avait pas entraîné un arrêt de fabrication des articles concernés52. L’établissement fut transféré en 1920 dans un immeuble 73, rue d’Isly53.

  • 54 Ibid. Assemblée générale ordinaire 29 juillet 1919.

74La succursale de Bruxelles avait eu, elle aussi, à souffrir dès 1914 de l’invasion allemande. Le directeur et ses collaborateurs avaient énergiquement défendu les intérêts de leur établissement et refusé tout concours aux Allemands, notamment en enterrant un stock de laiton. L’occupant s’en prit alors au matériel, emporta quelques outils fit, avant de partir, sauter le moteur à gaz desservant les ateliers. Il exigea en outre la remise d’une somme de 175 000 F, en échange d’un bon de réquisition, qui devait en principe, permettre de récupérer cette somme et d’obtenir une réparation des dommages causés54.

  • 55 Id.

75La succursale de Strasbourg, allemande depuis 1871, ne subit pas de dommages matériels mais resta à peu près inactive pendant les années de guerre, son directeur, M. Eastes, ayant refusé catégoriquement de s’employer à des travaux de guerre pour les Allemands55.

  • 56 L’opération ne semble pas avoir été réalisée, la succursale de Leipzig étant encore incluse dans l (...)

76Quant à la succursale de Leipzig, qui ne travailla pas pour les fabrications de guerre, elle ne déplora aucun dommage mais l’exploitation française demeura impossible, d’où la cession, un moment envisagée, des immeubles pour 1 000 000 F et de l’exploitation pour 1 800 000 marks56.

77Les perturbations et les dispositions exceptionnelles prises et leurs répercussions sur le plan financier, amènent à une présentation des résultats financiers de l’entreprise durant le conflit.

L’impact de la guerre sur les résultats financiers de 1914 à 1919

78En cohérence avec la période de constitution de la CdC, les mêmes critères financiers ont été utilisés.

Le chiffre d’affaires et les bénéfices

79Le chiffre d’affaires, vraisemblablement en raison de l’adaptation de l’activité aux fabrications de guerre, chuta entre 1913 et 1914 de 50 %, mais retrouva le niveau antérieur entre 1915 et 1917 avec la reprise signalée de l’activité dans le secteur de l’électricité, puis diminua en 1918 et 1919.

80Le bénéfice des exercices correspondants frôle les 5 % seulement en 1916, de sorte que le ratio chute durant toute la période du conflit et ne remonte qu’en 1919.

La rentabilité financière ou le ratio des bénéfices et des fonds propres

81Les fonds propres chutent progressivement en valeur absolue durant les années du conflit, de même que les bénéfices. Ils chutent à 10 % en 1914, mais remontent en 1916 pour rechuter jusqu’à la fin du conflit.

82Le ratio montre une chute à 12 %, 13 % l’année de la déclaration de guerre. Il remonte jusqu’à 60 % en 1916, puis chute successivement à 30 %, à peine à 20 % puis aux environs de 15 % dans les deux années suivantes, mais remonte à 30 % en 1919.

Tableau XIX – Bénéfices et chiffre d’affaires

Tableau XIX – Bénéfices et chiffre d’affaires

Source : Archives CdC Montrouge.

Tableau XX – Bénéfices et fonds propres

Tableau XX – Bénéfices et fonds propres

Source : Archives CdC Montrouge.

83L’alternance de ces chutes et de ces hausses peut s’expliquer par la mise en place des moyens de réalisations de fabrications de guerre.

La prospérité de l’entreprise ou ratio des fonds propres sur le passif du bilan

84Les fonds propres diminuent faiblement, mais graduellement, tandis que le total du bilan, qui après avoir remonté en 1916 fléchit ensuite faisant osciller le ratio entre 30 et 40 %, en baisse par rapport aux années d’avant-guerre.

La rentabilité des actions

85Dans le contexte, les actionnaires perçurent des dividendes substantiels mais la rentabilité des actions s’avéra faible pour 1915 et 1916, encore plus faible pour les deux années suivantes, tandis que la rentabilité du capital et du dividende par rapport à la valeur nominale, se confondent dans une courbe autour de 40 % en 1914, 1915 et 1916 pour tomber à environ 10 % pour les deux dernières années du conflit.

  • 57 Ibid. Document INSEE 2008 : « Coefficient de transformation du franc d’une année en euro d’une aut (...)

86Parmi les rubriques du bilan de 1914, plus précisément les réserves, la provision pour frais pour nouvelles constructions et aménagement à hauteur de 160 927,45 F (502 851,61 €, 2008), a retenu l’attention. Portée en 1915 à 261 500 F (680 925,08 €, 2008), elle est reconduite en 1916, tandis qu’une autre provision, toujours pour des constructions nouvelles, apparaît en 1917 pour un montant de 1 484 768 F (2 899 662,80 €, 2008), puis en 1918 pour 1 485 086 F (2 245 390,60 €, 2008)57. Cette provision est significative de l’existence d’un projet de réaménagement des activités.

87Relevant de la même démarche, on a remarqué à l’actif du bilan, la rubrique terrains, immeubles & constructions se rapportant à la valorisation des sites de la rue Claude Vellefaux, du boulevard de Vaugirard, de l’impasse du Maine, du terrain et de la construction de Meudon, à hauteur de 480 100 F (1 500 173,90 €, 2008), en 1914, 718 000 F (1 869 614,6 €, 2008) en 1915, 1 119 944 F (2 624 622,40 €, 2008) en 1916. Elle est remplacée, à partir de 1917, par la valorisation des terrains de Montrouge, pour un montant de 2 112 751 F (4 126 075,90 €, 2008) qui passe à 2 128 938 F (3 218 869,10 €, 2008) en 1918.

Tableau XXI – Fonds propres sur passif du bilan

Tableau XXI – Fonds propres sur passif du bilan

Source : Archives CdC Montrouge.

Tableau XXII – Rentabilité des actions

Tableau XXII – Rentabilité des actions

Source : Archives CdC Montrouge.

88La présence d’une provision pour des événements exceptionnels montre que la CdC avait anticipé une imposition inhérente aux bénéfices réalisés sur les fabrications de guerre.

Les bénéfices des fabrications de guerre

89La contribution extraordinaire sur les bénéfices de guerre concerna les bénéfices nets réalisés, d’après les bilans établis par l’entreprise, entre le 1er août et le 30 juin 1920, soit 18 mois après la fin de la guerre.

90La loi du 31 décembre 1916 porta à 60 % le taux de l’impôt, pour la fraction des bénéfices supplémentaires à 500 000 F, réalisés à partir du 1er janvier 1916, tandis que l’article 4 de la loi du 31 décembre 1917 établissait le caractère progressif de l’impôt : 50 % pour la tranche inférieure à 100 000 F et 80 % pour la tranche supérieure à 500 000 F.

  • 58 Ibid. Assemblées générales ordinaires 30 juillet 1918, 29 juillet 1919, 31 juillet 1920.

91En prévision de versements à faire ultérieurement sur les bénéfices supplémentaires réalisés pendant la guerre, la CdC avait provisionné 1 200 000 F qui apparaissent au passif du bilan de l’exercice 1915. Au titre de l’exercice suivant, la provision s’élève à 5 000 000 F, tandis qu’elle atteint 6 200 000 F pour l’année 1917, puis 8 200 000 F pour 1918, montant qui figure encore au passif du bilan de l’exercice suivant58. La cinquième provision, légèrement inférieure, s’élève à 6 345 000 F seulement.

  • 59 Id. 30 juillet 1917.

92Les résultats financiers de la CdC, comme de toutes les sociétés qui travaillaient pour les autorités militaires, étaient connus de l’administration des finances de l’État, par le biais d’une déclaration annuelle obligatoire faisant ressortir les bénéfices réalisés sur les fabrications de guerre donnant lieu à des impositions59. Au titre d’une première imposition, la CdC avait réglé la somme de 7 590 934 F au 31 mars 1922. Elle s’acquitta, par la suite, d’une imposition supplémentaire de 656 460 F, au titre d’un reversement forfaitaire concernant des marchés spécifiques. En désaccord avec l’imposition de l’administration des finances, la CdC déposa un recours.

La contestation de l’imposition et l’obtention du quitus

93Le ministère des finances ayant fait ressortir une imposition, pour une première période, à hauteur de 993 150 F, et à 14 782 420 F pour les quatre périodes suivantes, la CdC introduisit une requête en instance devant la Commission supérieure des finances. L’entreprise s’estimait en désaccord avec les sommes réclamées, en appuyant sa contestation sur les conditions fixées par l’administration et sa coutume d’imposer arbitrairement des réductions exagérées sur des marchés en cours d’exécution et sur un certain nombre d’autres, déjà achevés et sans bénéfice appréciable.

  • 60 Ibid. Assemblée générale ordinaire 30 juillet 1919 et Centre des archives économiques et financière (...)

94L’argument avancé du renoncement partiel de ses fabrications traditionnelles au profit des fabrications de guerre, qui avaient généré un bénéfice anormalement bas de 6,40 %, admis par l’administration, l’imposition fut ramenée à 9 814 478 F. Celle-ci se traduisit par une détaxe finale de 659 372 F et un quitus à la CdC, dénouement satisfaisant, qui fut porté à la connaissance des actionnaires60.

95En dépit des problèmes engendrés par le conflit, allant de la mobilisation de membres de la direction et du personnel, aux problèmes d’évacuation d’usines et au sort des succursales en zone occupée et à l’étranger, la CdC avait réussi à adapter ses stratégies aux contraintes du conflit et ses résultats financiers n’en ont pas vraiment souffert. En revanche, elle déplorait le lourd tribut payé à la guerre par le personnel.

  • 61 Ibid. Assemblée générale ordinaire 27 octobre 1916.
  • 62 Id. 29 juillet 1919.
  • 63 Ibid. Conseil d’administration 1er mai 1917.

96Dès le mois d’octobre 1916, 159 employés avaient été tués au combat, 58 avaient fait l’objet de citations et avaient reçu la Croix de guerre, 20 la médaille militaire, 2 la croix de la Légion d’honneur61. À la fin du conflit, 531 morts ou disparus étaient déplorés. Six membres du personnel avaient reçu la croix de la Légion d’Honneur, 36 la médaille militaire, 314 la Croix de guerre, dont Ernest Chamon62. Alphonse Frager, directeur de l’établissement de Vaugirard, ne vit pas rentrer son fils Jean mort au combat en 191763.

  • 64 Ce monument existait encore lors de la vente du site de Montrouge en 2003.
  • 65 Ibid. Assemblées générales ordinaires et extraordinaires 31 juillet 1920. La plaque installée dans (...)

97Un livre d’or, « en souvenir de ceux qui avaient combattu pour la France et, en particulier, ceux qui étaient tombés pour elle, fut constitué et la décision prise d’ériger un monument en marbre64 » à l’entrée des usines, mentionnant le nom des disparus afin de perpétuer leur souvenir65.

98Les actionnaires réunis en assemblée générale ordinaire le 29 juillet 1919 (un mois, à un jour près, de la signature du traité de Versailles), s’étaient associés à cet hommage.

99La CdC en se déclarant « entreprise patriote » avait exposé, derechef, l’entreprise aux effets pervers de cet engagement, allant de la mobilisation de ses personnels, à l’évacuation d’usines exigées par les autorités militaires, ou encore, au sort de succursales situées dans des zones de conflit ou à l’étranger. Au prix de stratégies adaptées et de sacrifices consentis, la CdC, au sortir de la guerre, présentait des résultats financiers satisfaisants eu égard à sa position patriotique affichée dès les premiers jours du conflit.

Notes

1 . Ibid. Conseil d’administration 29 septembre 1911.

2 . Id. 8 mars 1910 et assemblées générales ordinaires 29 septembre 1910 et 28 septembre 1912.

3 Ibid. Conseil d’administration 28 septembre 1912.

4 Ibid. Assemblée générale ordinaire 28 septembre 1912.

5 Id. 30 juillet 1917.

6 Archives CdC : notice Comptage des liquides novembre 1965 et Bulletin CdC, no 4.

7 Ibid. Conseil d’administration 21 février 1911 et assemblée générale ordinaire 29 septembre 1911.

8 Ibid. Conseil d’administration 9 janvier 1912 et 28 janvier 1913.

9 Id. 26 mars 1912.

10 Id. 5 juillet 1928 (Charles Michel demeura actif jusqu’à son décès survenu en mars 1928).

11 Id. 25 novembre 1913.

12 Ibid. Conseil d’administration 21 février 1911.

13 Id. 3 mars 1914.

14 Id. 28 novembre 1911.

15 Ibid. Assemblée générale ordinaire 28 septembre 1912.

16 Ibid. Conseil d’administration 26 juillet 1910.

17 Ernest Chamon fit l’objet d’une citation consignée dans le procès-verbal de réception de la Légion d’honneur du 10 novembre 1935.

18 Ibid. Assemblée générale ordinaire 30 octobre 1915.

19 Ibid. Conseil d’administration 27 octobre 1916.

20 Ibid. Assemblée générale ordinaire 29 juillet 1919.

21 Ibid. Conseils d’administration 9 août et 22 septembre 1914.

22 Ibid. Assemblée générale ordinaire 29 juillet 1919.

23 Id.

24 Ibid. Conseil d’administration 31 octobre 1914.

25 Ibid. Assemblée générale ordinaire 31 octobre 1914.

26 Ibid. Conseils d’administration 5 janvier et 2 février 1915 et assemblée générale ordinaire du 30 octobre 1915.

27 Ibid. Assemblée générale ordinaire 27 octobre 1916.

28 Ibid. Conseil d’administration 5 novembre 1918.

29 Id. 9 janvier et 1er mai 1917.

30 Ibid. Assemblée générale ordinaire 29 juillet et conseil d’administration 4 novembre 1919.

31 Archives du ministère des Finances à Savigny-le-Temple, cote B 24174, référence à l’ouvrage de Baubeau P., Lavit d’Hautefort A., Lescure M., Le Crédit National, histoire publique d’une société privée, Paris, Éditions J. C. Lattès, 1994, référence 661.5 BAU/SL (422).

32 Ibid. Assemblée générale ordinaire 30 juillet 1917.

33 Id. 30 juillet 1917, 1918 et 1919.

34 Ibid. Conseil d’administration 28 décembre 1917 et acte notarié du 11 décembre 1917.

35 Ibid. Assemblée générale ordinaire 30 juillet 1918.

36 Ibid. Conseil d’administration 2 février 1915.

37 Ibid. Assemblée générale 30 octobre 1915.

38 Ibid. Conseil d’administration 9 avril 1918 et assemblée générale ordinaire 29 juillet 1919.

39 Archives CdC Montrouge : note de juin 1966 intitulée souvenirs de Vaugirard 1914-1918.

40 Archives du ministère des Finances de Savigny-le-Temple cote B 28566, état des fournitures militaires pour l’artillerie.

41 Ibid. Assemblée générale ordinaire 27 octobre 1916.

42 Id. 1914, 1915, 1916.

43 Ibid. Conseil d’administration 5 février 1918.

44 Id. 1er mai 1917 et de l’assemblée générale ordinaire du 30 juillet 1917.

45 Ibid. Assemblée générale ordinaire 10 juillet 1924.

46 Thomas A., Cour P., Geeraerts L., Montrouge et son histoire, Inter-imprimeries, 1988, p. 94 et Vauzelle P. Montrouge sous la IIIe République, Imprimerie Carpentier, 2002, p. 47-60.

47 Ibid. Assemblée générale ordinaire du 27 octobre 1916.

48 Ibid. Assemblée générale ordinaire 27 octobre 1916.

49 Id. 30 juillet 1917.

50 Ibid. Conseils d’administration 7 mai 1918, 2 et 30 juillet 1918, acte établi par Me Chastel, notaire à Issoire.

51 Ibid. Conseil d’administration 3 février 1920, 9 janvier et 6 mars 1923.

52 Ibid. Assemblée générale ordinaire 31 juillet 1922.

53 Ibid. Conseils d’administration 5 novembre, 3 décembre 1918, 27 mai 1920 et assemblée générale ordinaire 29 juillet 1919.

54 Ibid. Assemblée générale ordinaire 29 juillet 1919.

55 Id.

56 L’opération ne semble pas avoir été réalisée, la succursale de Leipzig étant encore incluse dans le patrimoine immobilier de Schlumberger dans les années 1980.

57 Ibid. Document INSEE 2008 : « Coefficient de transformation du franc d’une année en euro d’une autre année. »

58 Ibid. Assemblées générales ordinaires 30 juillet 1918, 29 juillet 1919, 31 juillet 1920.

59 Id. 30 juillet 1917.

60 Ibid. Assemblée générale ordinaire 30 juillet 1919 et Centre des archives économiques et financières (CEAF) à Savigny-le-Temple, cote B 15655 Contribution extraordinaire sur les bénéfices réalisés pendant la guerre de 1914-1918 et 2e Commission du 1er degré.

61 Ibid. Assemblée générale ordinaire 27 octobre 1916.

62 Id. 29 juillet 1919.

63 Ibid. Conseil d’administration 1er mai 1917.

64 Ce monument existait encore lors de la vente du site de Montrouge en 2003.

65 Ibid. Assemblées générales ordinaires et extraordinaires 31 juillet 1920. La plaque installée dans le hall d’entrée 12, place des États-Unis à Montrouge, y demeura jusqu’à l’absorption de l’entreprise par Schlumberger en 1970.

Table des illustrations

Titre Tableau XIX – Bénéfices et chiffre d’affaires
Légende Source : Archives CdC Montrouge.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Tableau XX – Bénéfices et fonds propres
Légende Source : Archives CdC Montrouge.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Tableau XXI – Fonds propres sur passif du bilan
Légende Source : Archives CdC Montrouge.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau XXII – Rentabilité des actions
Légende Source : Archives CdC Montrouge.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49954/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 111k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540