Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La Compagnie des Compteurs

 | 
Paulette Giguel

Première partie. De l’atelier artisanal à l’entreprise industrielle (1872-1912)

Chapitre II. Les stratégies de développement

Volltext

1Dès la constitution de sa société et durant la période de consolidation de ses assises, Gabriel Chamon avait pris le soin de breveter la plupart de ses fabrications. Cette stratégie protectionniste, jugée insuffisante pour parer aux effets d’une concurrence active, la CdC devait s’ingénier à la contourner par la conclusion d’ententes, de traités et de contrats avec des entreprises françaises et étrangères. Des prises de participations dans des entreprises des secteurs du gaz et de l’électricité et un élargissement à des activités connexes s’avéraient indispensables pour renforcer le patrimoine industriel de l’entreprise.

La stratégie protectionniste

2La stratégie protectionniste se concrétisa par le dépôt de brevets, la conclusion de traités, de contrats, d’ententes et de prises de participations dans le capital de diverses sociétés, œuvrant dans son domaine d’activité comme dans des secteurs connexes.

Les brevets

  • 1 Archives CdC à Montrouge

3Le souci de protection industrielle est particulièrement illustré dès la constitution de l’entreprise, par un document, hors normes, découvert dans les archives de la CdC. Il s’agit d’une autorisation de concession de licence émise par la Reine Victoria le 13 juin 1873 en faveur d’Arthur, Charles Henderson, de la firme Henderson & Cie, agents de brevets britanniques et étrangers, 6 Southampton Buildings Holborn, comté de Middlesex, « qui a humblement soumis une supplique en reconnaissance de possession relative à une invention concernant des améliorations apportées à la mesure d’eau, de gaz et de vapeur que le demandeur pense être de la plus grande utilité ; ladite invention lui a été communiquée de l’étranger par la firme Nicolas, Chamon & Cie, constructeurs à Paris et n’est exploitée par aucune personne pour autant qu’il le sache ou le croie1 ».

  • 2 Id.

4Moins cérémoniel, et dans les normes françaises, la ferme volonté de protéger les inventions est attestée dès 1874 par le dépôt de brevets en France et à l’étranger, dont le brevet no 95286 et son additif concernant des compteurs d’eau, de gaz et de vapeur. Deux autres brevets sont déposés, l’un concernant le perfectionnement d’un compteur de gaz sous le no 104878, l’autre le perfectionnement des dispositifs des compteurs d’usines sous le no 116532. Tous sont déposés au nom de la Maison Nicolas, Chamon et Cie2.

5Des documents publicitaires de la CdC présentent aussi des appareils brevetés qui firent la renommée de l’entreprise : un compteur de gaz en 1879, un compteur hydraulique en 1889 et un compteur à paiement préalable en décembre 1895. Deux cent mille exemplaires de ce dernier appareil furent vendus cette année-là en France, aux Pays-Bas et au Luxembourg. Le compteur Ferraris, avec disjoncteur intégré, breveté, mis sur le marché en 1901, et le compteur de gaz Duplex connurent un gros succès.

  • 3 Ibid. Conseil d’administration 29 juillet 1904.

6Le nombre des compteurs d’abonnés au compteur Duplex passa, de 2 500 lors de son lancement en 1902 à 12 800 au 30 avril 1903 et à 20 300 au 30 juin. Quant aux compteurs destinés à mesurer le gaz produit par les usines à gaz, on atteignait 70 unités pour des productions de gaz allant de 500 m3 à 100 000 m3 par 24 heures, valeur jusqu’alors inconnue en France3.

7Dans le domaine de l’eau et de l’électricité, des prises de brevets consécutives aux opérations de rapprochement avec la Maison Michel & Cie, renforcèrent notablement la propriété industrielle de la CdC :

8Le compteur de l’ingénieur Frager : brevet no 96338 B déposé le 20 août 1872.

9Les appareils brevetés sous le nom de Michel et de Frager en date du 2 juillet 1880, (no 137573), et du 3 décembre 1880 (no 121661).

10Le brevet no 154362 et l’additif no 160608, de la Société parisienne de compteurs d’électricité Cauderay & Cie concernant un compteur d’électricité, objet d’un contrat conclu en 1899, ainsi que brevet Meylan no 3190883 déposé en 1903 relatif à un autre compteur d’électricité.

  • 4 Id. 30 juin 1891.

11Le brevet déposé en juin 1891, conjointement avec la Société Eugène Lebon et Cie, revêtit un intérêt particulier4 : il prévoyait l’entretien, pour une durée de dix ans à compter du 1er juillet 1891, de tous les compteurs en service chez les abonnés, dans toutes les usines consommant du gaz et dans toutes les usines en Espagne appartenant à la Société Lebon, sauf les compteurs anciens de Barcelone.

  • 5 Archives CdC Montrouge. « Historique du service des appareils de mesure » 1957-1958.
  • 6 INPI : brevets no 422579 15.11, 422401, 424022, 426198, 426677 (compteur sec), allumage de bec de (...)

12Une note d’archives a révélé, sans en donner le détail, le dépôt par la CdC de plus de cinquante brevets entre 1901 et 1913 en France et à l’étranger5, dont le compteur d’eau rotatif à pistons Stella en 1911. La note précise, pour les seules années 1910 et 1911, le dépôt d’une vingtaine de brevets pour des appareils qui connurent un franc succès au fil du temps6.

  • 7 Ibid. Assemblée générale ordinaire du 29 septembre 1908.

13En matière de dépôts de brevets à l’étranger, et pour contourner la loi anglaise du 28 août 1908, qui exigeait une construction des appareils brevetés dans le pays sous peine de déchéance, la CdC, soucieuse de conserver le chiffre d’affaires réalisé Outre-Manche en matière de compteurs de gaz, d’eau et d’électricité, accepta le concours d’une maison anglaise pour garantir la validité de ses brevets, disposition qui se traduisit par la création d’une filiale anglaise7.

14Une réponse faite à des actionnaires exprimant leurs inquiétudes à propos de l’expiration de certains brevets tombés dans le domaine public, illustre la politique de protection de ses fabrications de la CdC :

  • 8 Id. 26 juillet 1894.

« La société a des bases plus larges et sa prospérité ne saurait dépendre de l’échéance de ces brevets. L’industrie repose sur une organisation commerciale et administrative assurée par un grand nombre de succursales qui se prêtent un concours mutuel dans les différents pays du continent et sur l’emploi judicieux dont vous avez eu la sagesse de la doter à l’aide de réserves que nous vous avons recommandées et enfin sur un outillage qui nous permet de fabriquer à des prix de revient rémunérateurs tout en subissant les lois de la concurrence. C’est la réunion de ces conditions qui nous permet d’envisager l’avenir avec confiance mais qui nous impose en même temps l’obligation de vous proposer de larges amortissements pour parer à toutes les éventualités8. »

15Outre cette protection industrielle de l’entreprise, la conclusion d’ententes avec des fabricants étrangers par le biais d’organismes syndicaux est une constante et un moyen judicieux de conforter une position déjà bien assise.

Les ententes

  • 9 Ibid. Assemblée générale ordinaire 26 septembre 1905.

16L’entente conclue en 1905 avec une société allemande de constructions de fours à Dortmund, spécialiste de la technique de récupération du traitement du gaz et du traitement des sous-produits de la distillation des fours à coke (activité qui relevait de la compétence industrielle d’Anatole Foiret), se révéla judicieuse. Elle était en effet assortie d’une interdiction de toute remise de prix sur la fourniture de 50 fours à coke à Terrenoire et d’un engagement de l’entreprise de commander l’ensemble des appareils à la CdC9.

  • 10 Id. 25 juin 1901.

17Une autre entente, à relier à la stratégie de rapprochement avec les compagnies de distribution, conclue entre la Compagnie parisienne du gaz et un groupe composé de MM. Chamon, Foulon de Vaulx et Siry, conduisit à un abaissement du prix du gaz et contribua à aplanir les difficultés qui existaient entre la ville de Paris et la Compagnie parisienne du gaz10.

  • 11 Id. 26 décembre 1905.

18Dans ce même esprit et, en raison de la hausse persistante des métaux, une entente, élaborée en 1905 entre les divers fabricants de compteurs à gaz et la chambre syndicale de l’éclairage et du chauffage, permit d’obtenir des Pouvoirs publics une amélioration des conditions de vente des compteurs à gaz11.

19Simultanément, la CdC s’intéressa à des domaines plus ou moins connexes à ses filières traditionnelles, susceptibles de permettre une expansion de l’entreprise.

Les traités

20Le traité de coopération, de prime abord banal, conclu en 1882 avec l’entreprise E. Abadie & Cie, (société en commandite par actions au capital de 500 000 F, située 20, rue Réaumur à Paris 3e), bien introduite dans le marché du comptage et particulièrement prospère, visa surtout à se prémunir d’une concurrence sérieuse, estimée potentiellement dangereuse.

21La situation particulière de la succursale italienne de la Maison Siry Lizars & Cie conduisit à la conclusion de trois traités spécifiques en 1885.

  • 12 Ibid. Conseil d’administration 10 novembre et 29 décembre 1885.

22Le traité signé par Étienne Siry, Gabriel Chamon et le représentant de la société d’appareillage Guasco & Cie, faisait apport à la CdC d’une somme de 94 000 F, représentant l’excédent de son actif sur son passif. L’activité de cette maison se trouvait ainsi annexée à la Maison Siry Chamon de Milan. En retour, selon les conditions spécifiques du contrat, la Maison Guasco & Cie devenait propriétaire d’une partie de la maison de Milan12.

  • 13 Ibid. Conseil d’administration 26 juin et 29 juillet 1882.

23Le second traité résulta d’une information obtenue de la succursale italienne de la Maison Siry-Lizars sur les intentions du propriétaire de la Maison Sicardet à Rome de se séparer, pour la somme représentant l’excédent du passif sur l’actif, de son fonds de commerce d’installations pour le gaz. Par ce traité, M. Sicardet s’engageait à rester directeur de la maison pendant au moins deux ans moyennant une indemnité mensuelle de 400 F et une indemnité annuelle de logement de 1 200 F, à moins que la CdC ne lui procure un logement. Un pourcentage sur le bénéfice des deux maisons de Rome de 1,5 % lui était également assuré13.

  • 14 Id. 10 novembre et 29 décembre 1885.

24Le troisième traité conclu avec Alcide Siry et Georges Lizars, propriétaires de l’établissement de Milan, avait pour but de contourner la législation italienne. Il comportait l’engagement de former une société en nom collectif italienne, dénommée Siry Lizars & Cie. L’établissement, devenu société anonyme, restait néanmoins la propriété de la CdC, disposition qui mettait Étienne Siry et Georges Lizars à l’abri de toutes pertes et de tous risques ou de recours quelconques pouvant provenir de la société en nom collectif italienne14.

  • 15 Rapp J., Histoire d’une entreprise d’électricité : la Compagnie générale d’électricité, thèse de do (...)

25Dans la décennie suivante, la CdC s’attacha à conclure des traités, principalement avec des inventeurs présents au sein de sociétés françaises et étrangères : Le traité conclu en 1891 avec la Compagnie parisienne de l’air comprimé permit l’exploitation du procédé Popp, l’inventeur concessionnaire de l’un des secteurs électriques de la ville de Paris, qui avait obtenu l’exclusivité, pour la France, des brevets pour l’éclairage à arc de la Thomson-Houston Internationale, filiale européenne du groupe américain Thomson-Houston15.

  • 16 Ibid. Conseil d’administration 26 mars 1895.

26Le traité qui lia la CdC, la même année, à M. All G. Cooper, collaborateur de la société Fair House Bexley Street Kent (inventeur d’un système de perfectionnement de compteurs d’énergie électrique), octroya à la CdC le droit, pour ce système, d’en déposer les brevets en France, en Allemagne, en Espagne et en Italie16.

  • 17 Id. 26 janvier 1886 et 30 juin 1891.

27Le traité avec la Société Eugène Lebon & Cie concerna l’entretien, pour une durée de dix ans à compter du 1er juillet 1891, de tous les compteurs en service chez les consommateurs de gaz, abonnés et usines en France et installés dans les usines que la Société Lebon possédait en Espagne, sauf les compteurs anciens de Barcelone17.

  • 18 Historique Thomson, le groupe de 1893 à 1977, p. 14.

28Le traité conclu, lui aussi en 1891, avec la Thomson Houston International & Cie à Portland aux États-Unis (État du Maine) concéda à la CdC l’exploitation exclusive du compteur électrique d’Elihu Thomson, breveté en France sous le no 207089, 1er prix de la ville de Paris en 1890-1891. Il revêtait une ampleur particulière car « la fabrication et la vente de cet appareil allaient donner à la CdC une supériorité incontestée sur les autres fabricants de matériel similaire, comme elle l’avait déjà, depuis sa fondation en 1879, dans tous les autres articles de sa spécialité18 ».

29Devant ce succès et les développements de l’électricité dans les différents domaines, les cessions de brevets apparurent insuffisantes à la société américaine, d’où la création en Europe des filiales chargées de mettre en œuvre l’ensemble des brevets en coopération avec des financiers et des industriels, dont la CdC.

30Le contrat signé dans ce sens le 31 décembre 1892 à New-York, entre MM. Siry, (pour la CdC) et Renard, délégués du Groupe français constitué, et les représentants de la Thomson-Houston américaine était ainsi conçu :

31Entre les soussignés :

32La Thomson-Houston International Electric Co, société anonyme, organisée d’après les lois de l’État du Maine, un des États-Unis d’Amérique, ci-après désignée comme « Compagnie Thomson-Houston » représentée par son directeur général, M. Georges Davenport, d’une part,

33Et M. Étienne Siry demeurant à Paris 31, rue Claude Vellefaux (siège social de la CdC) et M. Georges Renard, demeurant à Paris, 36, avenue du Bois-de-Boulogne, agissant en leurs noms personnels et en leur qualité de mandataires d’un groupe d’industriels français qui seront nommés dans la suite du traité : le Groupe Français, d’autre part.

  • 19 Me Cherrier, notaire attitré de la CdC.

34Dix articles stipulaient les modalités de fonctionnement de la société à créer suivant acte reçu le 27 février 1893 par Me Cherrier19, notaire à Paris 9e, 10 rue de Londres. La société au capital d’un million de francs prit pour raison sociale : Compagnie française pour l’exploitation des procédés Thomson-Houston.

35Le conseil d’administration était pourvu de douze membres, dont plusieurs personnalités de la CdC.

36Six ingénieurs : MM. Abdank-Abakanowicz, Oscar Crosby, George Davenport, Alphonse Frager, André Postel-Vinay, Ernest Thurnauer.

37Deux banquiers : MM. Charles Burrell, Émile Mercet, administrateur de la CdC depuis 1888.

  • 20 Archives CAMT à Roubaix, coupure du Bulletin Financier du 16 octobre 1904.

38Quatre industriels : MM. Gabriel Chamon, Anatole Foiret, Étienne Siry et Georges Renard. Émile Mercet, administrateur de la CdC, qui fut désigné président du conseil d’administration, Anatole Foiret, vice-président, et Charles Burrell, secrétaire. Le comité de direction institué comprenait MM. Thurnauer, Renard, Frager, Chamon, M. Abdank-Abakowicz, ingénieur-conseil, et M. Cauderay, agent commercial20.

  • 21 Id. 3 juin 1894.

39Le 12 avril 1894, le capital de la Société française Thomson-Houston, porté de un à cinq millions, provoqua la curiosité d’un journal financier daté du 3 juin 1894. Il s’interrogeait sur l’exploitation des mêmes brevets, dont la CdC était nantie en vertu des traités de 1892-1893, qui l’avait amenée à engager de grandes dépenses21.

40L’acte du 27 février 1893 avait, en effet, permis à la CdC d’obtenir une extension de ce qui lui avait été concédé en 1891, à savoir le droit exclusif de vente en France, en Italie, Espagne, Portugal, Autriche, Russie, Hollande, Belgique, Suisse, Turquie et aux pays Balkans, de l’ensemble des brevets Thomson-Houston.

  • 22 Ibid. Conseils d’administration 29 octobre 1895, 1er mars 1898 et 25 avril 1899.

41Le traité fut renouvelé en 1895, puis complémenté en mars 1898 par un traité conclu avec la Société Thomson Meter Company à Brocklyn New-York concernant ses compteurs à disques à courant alternatif. En avril 1899, un traité complémentaire avec la Compagnie française Thomson-Houston, prévoyait la fourniture réciproque d’informations et de documents se rapportant à des types de compteurs fabriqués par les deux sociétés22.

42Quels que soient, à l’époque, les points obscurs des relations entre Thomson et CdC, ils constituèrent, pour cette dernière, le prélude à une coopération qui devait se poursuivre dans les décennies suivantes. La CdC s’enorgueillissait au point de déclarer qu’elle était à l’origine de l’introduction en France de la société américaine.

  • 23 Id. 29 janvier 1895.

43La CdC s’intéressa également à des innovations particulièrement développées par le Laboratoire Volta. Parmi celles-ci, le compteur d’électricité breveté en 1893 au nom de Bruno Abdank-Abakanowicz, personnalité bien connu pour ses relations avec la Compagnie Française Thomson-Houston. Le compteur d’électricité Meylan concernant un électrodynamomètre indicateur fut également breveté en 189523. Ces deux innovations firent l’objet d’un traité conclu en janvier 1895.

44Ce même traité prévoyait une coopération avec le Laboratoire Meylan, installé au Parc Saint-Maur par MM. d’Arsonval, Meylan et Bruno Abdank Abakanowicz. Il amena la CdC à créer, en 1901, un service Appareils de mesures électriques dans l’établissement du boulevard de Vaugirard, dirigé par M. Meylan qui avait intégré l’entreprise.

  • 24 Note CdC no 69 de juin 1902-2 présentant le compteur O.

45Trois ans plus tard, en 1898, le traité conclu avec M. O’Keenan, inventeur d’un compteur d’électricité, breveté sous le no 259517, permit à la CdC d’exploiter cet appareil jugé intéressant. Ancêtre du compteur ACT à disques, équipé d’un système Frager réalisé en 1901, il fut commercialisé par la CdC pendant des années24.

46Dans le même registre, principalement dans les années 1885-1886, la CdC avait conclu des contrats avec des entreprises introduites dans le secteur de l’électricité et de l’eau et des compagnies de distribution et des entreprises ressortant d’activités connexes.

Les contrats

47Le projet de contrat établi en mars 1885 avec la Société Cauderay, Delisle et Cie, dont le siège était à Neuilly, 46 rue Perronet, propriétaire du brevet no 154362 et de l’additif no 160068, revêtit un intérêt particulier par son lien de parenté avec le compteur Cauderay.

  • 25 Ibid. Conseils d’administration 29 décembre 1885 et 6 janvier 1890. La possibilité de s’introduire (...)
  • 26 Id. Conseil d’administration 26 mars 1889.
  • 27 Archives CdC Montrouge Historique de la Compagnie des Compteurs Montrouge.

48En 1885, Cauderay cédait à la CdC le droit de construire et de vendre des compteurs d’électricité en France, en Italie, en Espagne, en Belgique, l’Angleterre n’y étant incluse qu’en 189025. Le contrat définitif signé en mars 188926, cette fois avec la Société parisienne de compteurs d’électricité Cauderay & Cie, confirmait les droits octroyés à la CdC et avait l’avantage de permettre à cette dernière, la vente du compteur à plusieurs compagnies d’électricité de Paris27, ventes qui représentèrent 3 % de son chiffre d’affaires.

  • 28 Ibid. Conseil d’administration 23 février 1886.

49Sans avoir l’ampleur du précédent, le contrat conclu en 1886 par la CdC (représentée par Gabriel Nicolas et Étienne Siry) avec l’ingénieur parisien Émile Kern, inventeur d’un compteur à eau, qui porta son nom, présenta un intérêt certain. Outre l’exclusivité réservée à la CdC, le contrat prévoyait que M. Kern prendrait livraison annuellement de 300 compteurs au moins et de la fontainerie correspondante fabriqués par la CdC28.

50La CdC s’intéressa également, en 1886, à un domaine connexe à sa branche, à travers la conclusion de contrats avec des fabricants de divers systèmes :

  • Otto (moteurs à gaz et à pétrole),
  • Fixary (machines à glace et à air froid),
  • Crouan (ascenseurs, monte-charge hydraulique),
  • Reuther (balances automatiques),
  • Wenger (pompes à vapeur, à air pour le gaz et liquides, pompes à vide),
  • Besnard (machines à vapeur)29.
  • 30 Id. 29 juin 1897 et 12 juillet 1897.

51En matière de matériels d’usines, une coopération s’instaura entre la CdC et la Compagnie des Dunes de Vigoigne et la Compagnie de Noeux-les-Mines avec, à la clé en 1897, la signature d’un contrat concernant la fourniture d’une usine de récupération pour la production du gaz de 50, voire de 80 fours à coke30.

  • 31 Ibid. Conseils d’administration 31 mai 1892. La Société normande d’Électricité (SNE) avait été fon (...)
  • 32 Id. 31 mai, 29 novembre 1892, 30 janvier 1894.

52La CdC se préoccupa également de s’attirer les faveurs des compagnies de distribution d’énergie. Elle signa ainsi des contrats avec la Société normande d’électricité à Rouen31, la Compagnie parisienne des compteurs d’Électricité à Paris, la société MTG Marsh à Liverpool (pour la fourniture de compteurs à paiement préalable), la ville de Budapest (pour plusieurs millions de compteurs d’eau), la Compagnie du gaz de Lisbonne (portant sur le dépôt d’appareils pour l’éclairage, le chauffage et la cuisine par le gaz et l’électricité), la Compagnie parisienne de distribution d’électricité (CPDE), et la Compagnie générale des eaux (CGE)32.

53La CdC soucieuse d’apparaître comme un interlocuteur de poids, opta pour une stratégie expansionniste, illustrée par des prises de participations de nature à élargir son champ d’activité.

La stratégie expansionniste

54Dans les dernières années du XIXe siècle et de la première décennie du siècle suivant, il s’agissait de s’introduire dans le capital d’entreprises relevant du même secteur. La CdC y voyait le moyen de se tenir informée de leur politique, de leur position sur un certain marché mais aussi de participer à la constitution de nouvelles entreprises, toutes opportunités susceptibles d’élargir son champ d’activité.

Les participations

  • 33 Ibid. Assemblée générale extraordinaire 26 juillet 1894.

55En 1894, la CdC acquit, pour la somme de 84 599,20 F, 152 actions de la Société italienne du gaz de Turin, l’un de ses plus importants clients de l’étranger33.

  • 34 Entreprise dans laquelle Gabriel Chamon avait fait ses premières armes.
  • 35 Ibid. Conseils d’administration 29 mars 1898, 3 et 31 mai 1898.

56En 1898, grâce à un crédit d’un million de francs ouvert aux Ets Périer, Mercet & Cie et une convention passée avec la Société Maldant, Dupoy & Cie34, la CdC participait à la constitution d’une société anonyme, la Société de construction d’appareils et de compteurs, située à Paris 17e, 36 rue Guersant, pourvue d’une succursale à Lyon 40, rue Franklin et d’une autre à Milan35.

  • 36 Id. Conseil d’administration à l’assemblée générale ordinaire 29 juillet 1903.

57En octobre 1900, la CdC, lors de l’augmentation de capital de la Société pour l’exploitation des procédés de production de gaz industriels, porté à 500 000 F, prit une participation de 40 000 F. Cette société présentait un grand intérêt pour la CdC car elle avait été constituée pour l’exploitation du procédé de gaz à l’eau Delhwick-Fleischer36, qui connaissait un développement considérable aux États-Unis, en Angleterre, en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique.

58En 1902, l’acquisition de la quasi-totalité des actions de la Société de construction électrique, au capital de 200 000 F, réalisée sur les conseils de l’ingénieur Alphonse Frager directeur de la succursale de Vaugirard, constitua un atout majeur. Cette opération selon le journal financier, La Revue Cottet, du 3 octobre 1902, devait permettre à la CdC de maintenir une place prépondérante sur le marché de ces appareils qui, avec les progrès de l’électricité, tendait à s’étendre de plus en plus.

  • 37 Ibid. Conseil d’administration 24 juin et 29 juillet 1902 et de l’assemblée générale ordinaire 29 (...)

59La Société de construction électrique, constituée le 4 novembre 1900 à Issy-les-Moulineaux, avait pour activité l’exploitation des systèmes d’électricité Batault en Europe, à l’exception de la Suisse et de l’Italie. Alphonse Frager considérait que les compteurs de cette marque étaient incontestablement supérieurs à tous les compteurs à induction, alors sur le marché, et venaient compléter les compteurs Thomson et O’Keenan, construits sous licence par la CdC. Un mois plus tard, une convention était passée avec la Société genevoise Batault37.

  • 38 Id. 28 janvier et 26 mai 1908.
  • 39 Id. 28 juillet 1908.

60La coopération s’établit entre la Société de construction électrique et la CdC à l’occasion de l’achat, au prix 28 500 F, d’un terrain de 1 691 m2 à Issy-les-Moulineaux destiné à la construction d’usines louées à bail38. Cette coopération conduisit à former, en 1908, la société anglaise, The Bat Meter Cny, au capital de 500 000 F. La CdC apportait, dans la société, le droit d’exploitation de tous les brevets de compteurs d’électricité et d’appareils de mesure électriques, moyennant l’attribution de 68 000 actions de 1 £ et la souscription d’actions à concurrence de 200 000 F39.

61La CdC s’était aussi intéressée, en 1904, à une société voisine des ateliers de Montrouge, susceptible de devenir occasionnellement une concurrente, la Société des appareils de levage. Celle-ci avait, en effet, ses entrées au sein de la Compagnie électromécanique, à travers sa société commerciale, la Compagnie d’Entreprises Électromécaniques. Dans le cadre d’une promesse de vente, la CdC saisit l’opportunité d’acquérir 210 actions de 525 F, soit 110 250 F, sur les 400 qui composait le capital de 210 000 F de la Société des appareils de levage. À l’issue de cette opération, la Société des appareils de levage avait deux actionnaires principaux, la CdC et la Compagnie Thomson-Houston, chacun d’eux ayant la capacité d’acquérir le nombre d’actions qui pouvait leur être attribuées lors de toute augmentation ultérieure du capital.

  • 40 Ibid. Assemblée générale ordinaire 29 septembre 1908.

62Dans un domaine plus familier, la CdC participa à la création en 1908 de la Compagnie générale de construction de fours, (CGCF)40 32, rue de la Grange-aux-Belles à Paris 10e par le biais d’apports de la Société pour la construction des fours à cornues inclinées 20, rue de Londres à Paris 9e, fondée le 13 novembre 1897 par Anatole Foiret, l’un des trois associés de la première heure de la CdC.

  • 41 Id.

63La Compagnie générale de construction de Fours (CGCF) avait été constituée pour l’exploitation des traités, conclus par l’intermédiaire de la CdC, avec la Ofenbau-Gesellschaft de Munich et la Dessauervertikal Ofen-Gesellschaft de Berlin, deux sociétés propriétaires de brevets et de procédés pour la construction de fours à cornues verticales et à chambres. Elles donnaient d’excellents résultats en Allemagne et étaient déjà utilisées dans un très grand nombre d’usines41. La CGCF était également engagée dans le retraitement des sous-produits de la distillation des fours à coke.

  • 42 Id.
  • 43 Ibid. Conseils d’administration 26 mai 1908 et 27 juillet 1909. Cette opération fut dénoncée comme (...)

64La CdC, souhaitant confirmer son introduction dans cette technique, acquit en 1908 la moitié des actions de la CGCF, afin d’exploiter les procédés des deux sociétés de Munich et de Berlin42. Le potentiel de la CGCF était ensuite complété par l’acquisition d’un atelier de chaudronnerie et de charpentes en fer, la Société des ateliers de Montreuil. La convention établie permettait à la CdC de souscrire à une augmentation de capital, lui assurant ainsi une participation très importante dans le capital de la Société des ateliers de Montreuil43.

  • 44 Id. 25 février 1908 et 8 mars 1910.
  • 45 Id. 25 février 1908 et 8 mars 1910.

65Dans le même secteur industriel, la prise de participation en 1908, de la moitié du capital, soit 250 000 F, de la Société d’exploitation des fours à chambres et à cornues verticales44, déboucha sur une coopération technique avec une filiale anglaise de la Société française des fours à coke, The Coke Ovens, dans laquelle la CdC avait des intérêts. Cette coopération se concrétisa par la fourniture de l’ensemble des appareils de récupération des sous-produits des 80 fours à coke de la Société Oil Silkstone45.

  • 46 Archives CdC à Montrouge. Note sur l’une des unités de la Compagnie des Compteurs Flonic.

66Toujours en 1908, mais dans sa filière traditionnelle, la CdC participa à l’augmentation de capital de la Compagnie continentale pour la fabrication des compteurs de gaz et autres appareils, porté de 1 750 000 F à 2 250 000 F (société créée en 1875, à l’initiative de la Société Grafton et J. Brunt et Cie46).

67Ces stratégies expansionnistes et protectrices avaient naturellement contribué à élargir, au fil du temps, le champ d’activité de la CdC.

L’élargissement du champ d’activité

68L’explication en est fournie et confirmée lors de l’assemblée générale de 1909 :

  • 47 Ibid. Assemblées générales ordinaires 29 septembre 1908 et 29 septembre 1909.

« Au début, nous construisions seulement des compteurs, des régulateurs, des vannes, des condenseurs et appareils similaires en fonte mais, à partir du jour où l’industrie du gaz a dû recourir aux installations mécaniques spéciales qui lui ont permis de se renouveler en développant d’une manière extraordinaire sa puissance de production, nous avons dû mettre notre Compagnie en mesure de fournir les installations les plus modernes et les plus perfectionnées. En fait, nous tendons à devenir des constructeurs d’usines en même temps que fournisseurs de matériel47. »

69Deux tableaux remarqués dans les archives de CdC confirment cette situation, l’un relatif à la progression des ventes des compteurs durant les quatre premières d’existence de l’entreprise, l’autre qui illustre la diversification en matériels d’usine.

70La CdC ne manquait pas d’évoquer par ailleurs, l’intérêt de sa stratégie innovante et de ses réalisations industrielles.

L’innovation et les réalisations prestigieuses

  • 48 Id. 30 juillet 1897.
  • 49 Id.

71La CdC se félicitait de la création et de la fabrication de nouveaux appareils et de systèmes innovants qui firent sa renommée : les compteurs à paiement préalable48, les compteurs à gaz Duplex, les compteurs à eau à disque, les compteurs d’électricité O’K, ACT et le compteur Elihu Thomson49 mais aussi d’appareils innovants permettant la stérilisation de l’eau par rayons ultra-violets, fruit d’études réalisées dans ses ateliers de Vaugirard.

  • 50 Ibid. Conseil d’administration 28 septembre 1906.
  • 51 Id. 29 juin 1897, 12 juillet 1897, 25 mars 1902, 26 septembre 1905, 26 décembre 1905 et 30 janvier (...)
  • 52 Ibid. Assemblée générale ordinaire 28 septembre 1906.
  • 53 Ibid. Conseil d’administration 8 mars 1910 et assemblée générale ordinaire 29 septembre 1910.

72Ces innovations intéressaient les compagnies gazières et les entreprises industrielles qui chargeaient la CdC de missions d’entreprise générale, comme l’installation du gaz à l’eau pour le compte de la Société des gaz industriels de Marseille, à Toulon, à Bologne et pour le compte de la Société Ferrum à Cogeloto50. La CdC s’honorait également de sa qualité de fournisseur de la Compagnie générale de constructions des fours (CGCF), de la Société française des fours à coke51, de la Compagnie des dunes de Vigoigne (à leur établissement de Noeux les Mines), des Mines de Lens52 (140 fours à coke), de la Old Silkstone Collieries Limited, via la Compagnie minière anglaise, (80 fours à coke avec récupération des sous-produits) et de l’usine italienne de la Compagnie l’Union des Gaz53.

Tableau XII – La progression de la fabrication compteurs de gaz entre le 5 mars 1873 et le 31 décembre 1910

Tableau XII – La progression de la fabrication compteurs de gaz entre le 5 mars 1873 et le 31 décembre 1910

Tableau XIII – La diversité des fabrications de 1895 à 1899

Tableau XIII – La diversité des fabrications de 1895 à 1899

73Dans ce contexte d’élargissement de l’activité, Gabriel Chamon, pour la première fois, s’impliquait personnellement dans les filières de la production et de la distribution du gaz.

L’engagement dans la filière de production et de distribution du gaz

74Le renouvellement du traité de concession, qui liait la Compagnie parisienne de chauffage et d’éclairage, et la ville de Paris, relatif à l’éclairage de la capitale et de cinquante-cinq communes de banlieue parisienne marque l’engagement de la CdC dans la filière.

75Dans le climat houleux, qui opposait alors la gauche et la droite, Gabriel Chamon présenta un projet de liquidation du monopole de la Compagnie parisienne auquel les communes de banlieue étaient opposées, mais aussi organisées, pour parer aux effets de l’expiration de la concession de cette compagnie. La dissidence de Théodore Tessier de la commune de Bagneux, rallié au projet de Gabriel Chamon, décida de l’introduction de la CdC dans une filière connexe de celle du comptage.

  • 54 Aude-Fromage P., Mémoire de maîtrise d’Aude Fromage, Paris 10 Nanterre, 1985. l’ECFM de 1906 à 1945
  • 55 Locaux édifiés par Julien Chamon, père de Gabriel.
  • 56 Ibid. Conseil d’administration 28 avril 1908.

76À l’initiative de Théodore Tessier, lors de la conférence intercommunale du 24 juillet 1903, le bureau décidait d’attribuer la concession à Gabriel Chamon et à l’ingénieur civil, Francis Rouland. Tous deux avaient, avec le soutien du Comptoir national d’escompte, de Paribas et du Crédit industriel et commercial, constitué la Société d’éclairage, chauffage et force motrice (ECFM), au capital de un million deux cent mille francs54. La CdC souscrivit 800 actions de 250 F, soit 200 000 F, dans le capital d’ECFM, dont le siège était 22, rue de Calais à Paris 9e55. Cinq ans plus tard, la CdC répondit favorablement à la demande de l’ECFM d’un crédit de d’un million de francs, producteur d’un intérêt de 5 % à échéance du 30 juin 1910, à imputer au règlement des fournitures destinées à l’installation de fours à chambres à l’usine de Gennevilliers56.

  • 57 Williot J. P., Naissance d’un service public à Paris, Éditions Rive Droite, Paris 1990, p. 657-662.

77Francis Rouland, Gabriel Chamon, Étienne Siry, de l’ex-société Siry-Lizars, Louis Watel-Dehaynin, également administrateur de la CdC, Paul Mallet (Centralien 1869) et Camille Krantz figuraient parmi les quatorze administrateurs de la société57.

78La création de l’ECFM donna lieu à l’élaboration de statuts déposés le 20 novembre 1903. L’ECFM devait se substituer, le 1er janvier 1906, à la Compagnie parisienne et à la Société du gaz naturel, qui desservait sept communes des départements de la Seine et de la Seine-et-Oise constituées en syndicat intercommunal, chargé de surveiller l’application du traité de concession d’une durée de trente ans.

  • 58 Sigeif (Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’Électricité en Ile-de-France), Imprimerie Caractèr (...)

79Le texte des délibérations des communes devint alors le document fondateur du Syndicat des communes de la banlieue de Paris pour le gaz. Le décret d’autorisation fut signé le 31 décembre 1903 par le président de la République Émile Loubet. Il devait prendre effet le 1er janvier 1904 et concerner 55 communes bientôt rejointes par six autres communes des départements de la Seine et de la Seine-et-Oise58. Le syndicat des communes, de son côté, devait s’attacher à suivre la construction de l’usine à gaz de Gennevilliers, d’une capacité de 60 millions de m3/an, la plus grande usine à gaz d’Europe à l’époque, qui devait être impérativement opérationnelle le 1er janvier 1906 pour desservir les communes concernées.

80Cet épisode politico-social auquel la CdC participa, eut les faveurs d’une certaine presse dont certains articles ont paru mériter d’être rapportés.

81La petite correspondance financière du 20 février 1904 salue la participation de la CdC à la création de l’ECFM comme un événement important. Réalisée sous les auspices de la Compagnie Parisienne, la CdC pouvait espérer se voir confier la fabrication du matériel, notamment de compteurs de location d’abonnés Duplex et l’équipement des usines.

82En 1909, la Vie Ouvrière critique la présence de Gabriel Chamon, au sein de l’ECFM et fait remarquer :

  • 59 Article de Robert Louzon, syndicaliste CGT dans la Vie Ouvrière, no 6, 20 décembre 1909.

« l’introduction dans le cahier des charges d’une clause autorisait la CdC à imposer à ses abonnés le type de compteur qu’elle voudrait. Naturellement elle imposa les compteurs Duplex, le plus récent type de la société, si bien que les nouveaux abonnés, possesseurs d’un autre compteur, fabriqué également par la CdC, mais d’un type plus ancien, durent le mettre au rancart et acheter un compteur Duplex59 ».

83En 1912, Le conseiller des capitalistes, analyste financier, estime qu’en raison de la conjoncture, les compagnies gazières avaient intérêt à remplacer leur vieux matériel par des appareils perfectionnés.

  • 60 Ibid. Conseils d’administration 28 avril 1896, 30 mars 1897, 24 novembre 1903, 7 juillet 1908, 29 (...)

84Faisant fide ces critiques, la CdC s’était attachée à élargir ses relations avec, en particulier, la Compagnie parisienne du gaz, la Société du gaz de la banlieue de Paris et la Société du gaz de Paris. Ces relations valurent à l’entreprise de recevoir une commande pour l’équipement de deux gazomètres de 150 000 m3, d’une valeur de 50 000 F chacun, l’un destiné à l’usine à gaz du Landy, l’autre à la Compagnie parisienne de distribution d’électricité (CPDE)60.

85Grâce à ces réalisations, l’entreprise se vit distinguée par des associations, telle la Société technique du gaz en France, qui lui décerna la médaille de vermeil pour les avantages reconnus du compteur Duplex, breveté en 1904.

86Gabriel Chamon, dans ce contexte, avait veillé à parachever son image personnelle, en s’introduisant au sein des conseils d’administration de sociétés bien implantées sur le marché français dans lesquelles la CdC avait des participations : la Compagnie générale de constructions de fours (CGCF), la Société du gaz de Paris, la Compagnie française pour l’exploitation des procédés Thomson-Houston (CFTH), la Société du gaz de Paris, la Société des transports en commun de la région parisienne (STRP), la Société parisienne des tramways (STP), la Société parisienne des appareils de levage.

87La CdC pouvait alors se féliciter de sa contemporanéité avec les grandes sociétés entrepreneuriales empreintes du paternalisme capitaliste ambiant, telles que la société des frères Philips, des frères Michelin, de Georges Claude, la Compagnie électro-mécanique, Westinghouse, la Compagnie générale d’électricité ou la firme suisse Brown Boveri.

88Le succès affiché des stratégies protectionnisme et expansionniste qui avait permis à la CdC de figurer aux côtés de ces entreprises à susciter de s’intéresser à la stratégie financière concomitante et aux résultats financiers obtenus durant la période de constitution et d’ancrage dans la flière du comptage.

La stratégie financière et les résultats

89La stratégie traditionnelle de recours aux augmentations de capital au fil des opérations successives de fusion ou d’absorption et d’un projet d’extension des locaux hors de Paris a suggéré l’établissement d’un tableau récapitulatif de leur chronologie entre 1872 et 1912.

90Une série de graphiques commentés illustrent les résultats financiers obtenus durant cette même période, la rentabilité de l’entreprise et des actions.

91La constance soulignée en conseils d’administrations des actionnaires prompts à participer à ces augmentations de capital confirme leur assentiment et leur confiance en l’avenir de la CdC et la capacité de celle-ci à leur assurer des dividendes au fil des années au gré des aléas économiques et politiques.

Tableau XIV – Les augmentations de capital de 1872 et 1912 et leur objet

Tableau XIV – Les augmentations de capital de 1872 et 1912 et leur objet

Les résultats financiers

Tableau XV – L’évolution des chiffres d’affaires et des bénéfices de 1877 à 1912

Tableau XV – L’évolution des chiffres d’affaires et des bénéfices de 1877 à 1912

Source : Archives CdC Montrouge.

92Le peu de lisibilité des chiffres d’affaires et des bénéfices réalisés entre 1872 et 1888, soit avant le regroupement avec les maisons Dejaifve & Mignot, Heeley, Williams, Siry Lizars et Michel et Cie, renvoie aux chiffres cités à l’occasion des opérations respectives de fusion.

93La courbe oscillante des bénéfices à partir de l’exercice 1888, aux environs de 20 %, avec un pic à 25 % en 1895, puis une rétrogradation entre 1898 et 1900, est expliquée aux actionnaires par l’incidence de la crise, qui avait alors atteint presque toutes les industries mécaniques.

94L’augmentation des fonds propres, entre 1881 et 1888, s’explique par la réunion des différentes maisons et les quatre augmentations de capital réalisées entre 1881 1912. Le bénéfice d’exploitation, fluctuant aux environs de 2,5 à 3 %, dépasse 5 % entre 1908 et 1912. La courbe de leur ratio révèle une rentabilité de l’entreprise en hausse par paliers successifs, altérée certes par des chutes, mais qui évolue positivement dans la durée entre 15 % et 25 %.

Tableau XVI – La rentabilité : ratio des bénéfices/fonds propres

Tableau XVI – La rentabilité : ratio des bénéfices/fonds propres

Tableau XVII – La prospérité : ratio des fonds propres sur le passif du bilan

Tableau XVII – La prospérité : ratio des fonds propres sur le passif du bilan

Source : Archives CdC Montrouge.

95Les bilans sommaires entre 1872 et 1895 font ressortir une faible différence entre les fonds propres et le total du passif, constitué essentiellement du capital et des réserves, à l’époque de la consolidation entre les différentes maisons. L’écart, qui augmente régulièrement jusqu’en 1912, peut signifier une certaine prise de risques consécutive à une plus grande diversité des fabrications. L’évolution du ratio, dégressif entre 1881 et 1912, passe de 80 % à un peu moins de 60 % ; il semble significatif d’un dosage du principe de précaution et d’une prise calculée de risques.

Tableau XVIII – La rentabilité des actions

Tableau XVIII – La rentabilité des actions

Source : Archives CdC Montrouge.

96Les deux courbes révèlent, l’une le rapport du total du dividende sur le capital, l’autre celui du dividende sur la valeur nominale. Elles évoluent en hausse, tantôt en faveur de la première, tantôt de la seconde, ou encore se confondent avec des taux entre 5 et 10 % entre 1883 et 1893. Elles remontent en se différenciant en faveur de la rentabilité du dividende sur le capital en hausse jusqu’à 30 %, tandis que la rentabilité du div idende sur la valeur nominale plafonne aux environs de 15 %. Les courbes se confondent ensuite pour atteindre 40 % en 1912.

97La découverte au Centre des archives du monde du travail à Roubaix de journaux ou de coupures de presse comportant des analyses des résultats financiers de la CdC a conduit à une sélection particulièrement significative, d’autant que les derniers en date tenaient compte de l’entrée à la Bourse de Paris de la CdC 1903.

Le point de vue des observateurs économico-financiers

98Le journal, Le Pour et le contre mentionne en 1890 : « Les actions de la CdC ont été admises à la cote officielle et au comptant le 30 mai 1883 pour les actions et le 16 octobre 1888 pour les actions nouvelles. »

99La même année, ce journal écrit que la CdC « avait réussi à centraliser la construction de compteurs de toute espèce et était en mesure de jouer le rôle de spectatrice désintéressée de la lutte engagée entre les compagnies de distribution de gaz et d’électricité ».

100 Le conseil d’aujourd’hui du 30 janvier 1891 : « À propos des augmentations de capital (1 100 000 F, 1 700 000 F, 4 000 000 F, 7 000 000 F) » : elles avaient pour but principal la réunion ou l’accession des établissements Dejaifve & Mignot à Bruxelles et à Lille ; Siry Lizars & Cie à Marseille, Leipzig, Milan, Genève et Barcelone ; J. Williams et au rachat et à l’annulation des parts de fondateurs originaires. Grâce à la réunion en une seule affaire, la CdC a pu passer des traités lui assurant le monopole de la fourniture des diverses espèces de compteurs, non seulement avec la ville de Paris mais avec un grand nombre de villes importantes de la province et de l’étranger.

101Ce journal ne mentionne pas l’absorption de la Maison Michel & Cie en 1888 alors que cette société apporta à la CdC ses fabrications de compteurs d’eau et d’électricité et ses succursales.

102 Le Moniteur des tirages financiers du 16 août 1894 :

« La CdC ne possède aucun monopole. Elle a absorbé les principales maisons de ses spécialités mais elle a des concurrents et ses brevets n’ont qu’une durée limitée. Toutefois, elle occupe l’un des premiers rangs et ses ressources disponibles lui permettent le cas échéant d’acquérir les brevets dont la possession peut concourir à sa prospérité. »

103 Le Journal des Entreprises Financières du 6 août 1898 :

« CdC L’avenir se présente bien pour cette brillante affaire sous les auspices les plus favorables. »

104 Le Portefeuille financier du 11 novembre 1898 :

« La CdC est une affaire bien conduite, intelligemment organisée. Elle a un gros client, la Compagnie Parisienne du Gaz. Elle devrait profiter de l’accord à intervenir entre eux pour abaisser le prix du gaz qui provoquerait la vente de gaz et de nouvelles installations. »

105 Le Pour et le Contre du 7 octobre 1899 :

« La politique de la CdC : elle s’attache à devenir propriétaire des immeubles où sont installées ses usines pour être plus libre et éviter des déplacements onéreux. Acquisition d’un immeuble à Barcelone, agrandissement de la rue Claude Vellefaux. Achat de locaux Impasse du Maine. »

106 La Lettre d’un capitaliste du 27 juillet 1901 présente un tableau plutôt sombre de la situation :

« Voici, depuis bien des années, la première fois qu’on constate une réduction dans le chiffre d’affaires et du bénéfice. Il semble bien que la Société ait franchi le point culminant de sa prospérité. Les concurrences deviennent chaque jour plus nombreuses, les prix baissent en conséquence en même temps que la saturation de la clientèle commence à se produire. Il n’y a pas un nombre illimité d’usines à gaz à construire et pour les compteurs, il se produit des perfectionnements qui démodent les anciens types. À ce point de vue, la CdC devrait recevoir un coup si la Compagnie Parisienne du Gaz succombe ou se transforme. Il en est de même pour les compteurs à électricité dont aucun ne peut rivaliser avec le Brown-Routin… C’est pourquoi j’estime qu’il est temps de sortir de l’action CdC. Il n’y a pas de marge à la hausse, mais il y a, au contraire, des perspectives de dépréciation progressive qui sera sans doute lente mais qui n’atteindra pas moins les porteurs. »

107 Le Moniteur économique et financier, en novembre, ne fait pas la même analyse :

« En résumé, la CdC a une bonne situation financière, elle est très bien dirigée et elle occupe toujours la première place dans l’industrie des compteurs. Aussi, estimons-nous qu’aux cours actuels ses actions sont à mettre en portefeuille. »

108 Le Globe du 16 octobre 1902 :

« La CdC a la volonté d’étouffer la concurrence par le rachat de brevets d’appareils nouveaux (capteur Duplex, compteur d’électricité pour courant alternatif). L’article signale par ailleurs l’achat par la CdC de la totalité des actions de la Société de construction électrique. »

  • 61 Ibid. Assemblée générale ordinaire 29 septembre 1902.

109Ce journal omet de mentionner que le Duplex est un capteur alors qu’il s’agit d’un compteur à gaz inventé par la CdC breveté en 1902, brevet exploitable en France et dans tous les pays61.

110 La Revue foncière du 8 août 1907 présente un tableau optimiste de la CdC :

« L’objet de cette société réalise l’idéal de tout commerçant : il consiste dans la fabrication d’un article indispensable, obligatoire et qui ne comporte pas de crédit. Côté industriel, la Société créée des modèles de compteurs généralement adoptés aussitôt par les usines à gaz. À citer notamment le compteur à gaz Duplex, le compteur à eau à disque, les compteurs d’électricité OR et ACT très pratiques, paraît-il, et peu coûteux. Elle fait aussi des installations gazogènes complètes, telles que des installations de gaz à l’eau pour le compte de la Société des Gaz Industriels à Marseille, à Toulon, à Bologne, pour le compte de la Société Ferrum à Gogoleto ainsi que la construction d’une usine nouvelle de 140 fours à coke pour la Compagnie des Mines de Lens et l’usine nouvelle de la société ECFM. En 1906, la CdC a livré 170 000 compteurs à gaz, 65 000 compteurs d’eau et plus de 3 000 appareils de mesure électrique. »

111 L’express-finance, en octobre 1908, mentionne que :

« Malgré la crise industrielle actuelle, le conseil d’administration de la CdC ne prévoit, pour le moment, aucun ralentissement des affaires sociales. »

112 Le conseiller des capitalistes du 3 février 1912 fait ressortir que

  • 62 Journal Financier Le Conseiller des Capitalistes du 4 février 1912.

« La CdC dispose d’un très large fonds de roulement car une fraction importante de l’augmentation de ses bénéfices est due à l’abaissement général du prix de vente du prix du gaz, qui oblige les sociétés gazières à remplacer leur vieux matériel par des appareils perfectionnés permettant de réduire leur prix de revient. Or, beaucoup de ces appareils, ainsi que des compteurs à gaz et à électricité sont payables par annuités. En même temps, la CdC agrandit sans cesse et améliore l’outillage de ses usines, situées à Paris rue Claude Vellefaux et boulevard de Vaugirard, à Marquise dans le Pas-de-Calais et à Lille62. »

113Dans la première décennie du XXe siècle, à la faveur de stratégies protectionnistes et expansionnistes, systématiques pour les premières, opportunes pour les secondes, la CdC avait réussi à accéder au statut de grande entreprise. Il est confirmé par l’intérêt des observateurs économico-financiers porté aux résultats comptables de l’entreprise, cotée en Bourse depuis 1903.

Anmerkungen

1 Archives CdC à Montrouge

2 Id.

3 Ibid. Conseil d’administration 29 juillet 1904.

4 Id. 30 juin 1891.

5 Archives CdC Montrouge. « Historique du service des appareils de mesure » 1957-1958.

6 INPI : brevets no 422579 15.11, 422401, 424022, 426198, 426677 (compteur sec), allumage de bec de gaz par l’électricité- 427508 – 428157 – 431508 – 431569 -431570 – 434242 – 434975 – 434985 – 435566 – 403277 – 338099 – 397177 – 392912 – 42750. Cette liste n’est pas exhaustive, la CdC ayant déposé nombre de brevets tout au long de sa durée de vie.

7 Ibid. Assemblée générale ordinaire du 29 septembre 1908.

8 Id. 26 juillet 1894.

9 Ibid. Assemblée générale ordinaire 26 septembre 1905.

10 Id. 25 juin 1901.

11 Id. 26 décembre 1905.

12 Ibid. Conseil d’administration 10 novembre et 29 décembre 1885.

13 Ibid. Conseil d’administration 26 juin et 29 juillet 1882.

14 Id. 10 novembre et 29 décembre 1885.

15 Rapp J., Histoire d’une entreprise d’électricité : la Compagnie générale d’électricité, thèse de doctorat de troisième cycle, université de Paris 10 Nanterre, 1985.

16 Ibid. Conseil d’administration 26 mars 1895.

17 Id. 26 janvier 1886 et 30 juin 1891.

18 Historique Thomson, le groupe de 1893 à 1977, p. 14.

19 Me Cherrier, notaire attitré de la CdC.

20 Archives CAMT à Roubaix, coupure du Bulletin Financier du 16 octobre 1904.

21 Id. 3 juin 1894.

22 Ibid. Conseils d’administration 29 octobre 1895, 1er mars 1898 et 25 avril 1899.

23 Id. 29 janvier 1895.

24 Note CdC no 69 de juin 1902-2 présentant le compteur O.

25 Ibid. Conseils d’administration 29 décembre 1885 et 6 janvier 1890. La possibilité de s’introduire sur le marché anglais fut envisagée via la société The London Electric Supply dont Lord Crawford était le président, in Procès-verbal du conseil d’administration du 29 octobre 1889.

26 Id. Conseil d’administration 26 mars 1889.

27 Archives CdC Montrouge Historique de la Compagnie des Compteurs Montrouge.

28 Ibid. Conseil d’administration 23 février 1886.

29 Id. 23 février 1886 et 25 mai 1886.

30 Id. 29 juin 1897 et 12 juillet 1897.

31 Ibid. Conseils d’administration 31 mai 1892. La Société normande d’Électricité (SNE) avait été fondée par Pierre Azaria, ingénieur de l’Ecole centrale des arts & manufactures, en 1888. Après une expérience de dix ans, il créa la Compagnie Générale d’Électricité à Paris en 1898.

32 Id. 31 mai, 29 novembre 1892, 30 janvier 1894.

33 Ibid. Assemblée générale extraordinaire 26 juillet 1894.

34 Entreprise dans laquelle Gabriel Chamon avait fait ses premières armes.

35 Ibid. Conseils d’administration 29 mars 1898, 3 et 31 mai 1898.

36 Id. Conseil d’administration à l’assemblée générale ordinaire 29 juillet 1903.

37 Ibid. Conseil d’administration 24 juin et 29 juillet 1902 et de l’assemblée générale ordinaire 29 septembre 1902.

38 Id. 28 janvier et 26 mai 1908.

39 Id. 28 juillet 1908.

40 Ibid. Assemblée générale ordinaire 29 septembre 1908.

41 Id.

42 Id.

43 Ibid. Conseils d’administration 26 mai 1908 et 27 juillet 1909. Cette opération fut dénoncée comme significative de la volonté de la CdC de constituer le trust du matériel des usines à gaz par le syndicaliste Robert Louzon (no 6 de la Vie Ouvrière du 20 décembre 1909).

44 Id. 25 février 1908 et 8 mars 1910.

45 Id. 25 février 1908 et 8 mars 1910.

46 Archives CdC à Montrouge. Note sur l’une des unités de la Compagnie des Compteurs Flonic.

47 Ibid. Assemblées générales ordinaires 29 septembre 1908 et 29 septembre 1909.

48 Id. 30 juillet 1897.

49 Id.

50 Ibid. Conseil d’administration 28 septembre 1906.

51 Id. 29 juin 1897, 12 juillet 1897, 25 mars 1902, 26 septembre 1905, 26 décembre 1905 et 30 janvier 1906.

52 Ibid. Assemblée générale ordinaire 28 septembre 1906.

53 Ibid. Conseil d’administration 8 mars 1910 et assemblée générale ordinaire 29 septembre 1910.

54 Aude-Fromage P., Mémoire de maîtrise d’Aude Fromage, Paris 10 Nanterre, 1985. l’ECFM de 1906 à 1945.

55 Locaux édifiés par Julien Chamon, père de Gabriel.

56 Ibid. Conseil d’administration 28 avril 1908.

57 Williot J. P., Naissance d’un service public à Paris, Éditions Rive Droite, Paris 1990, p. 657-662.

58 Sigeif (Syndicat Intercommunal pour le Gaz et l’Électricité en Ile-de-France), Imprimerie Caractère, Aurillac, 2006, p. 74.

59 Article de Robert Louzon, syndicaliste CGT dans la Vie Ouvrière, no 6, 20 décembre 1909.

60 Ibid. Conseils d’administration 28 avril 1896, 30 mars 1897, 24 novembre 1903, 7 juillet 1908, 29 novembre 1910.

61 Ibid. Assemblée générale ordinaire 29 septembre 1902.

62 Journal Financier Le Conseiller des Capitalistes du 4 février 1912.

Abbildungsverzeichnis

Titel Tableau XII – La progression de la fabrication compteurs de gaz entre le 5 mars 1873 et le 31 décembre 1910
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49952/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 183k
Titel Tableau XIII – La diversité des fabrications de 1895 à 1899
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49952/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 163k
Titel Tableau XIV – Les augmentations de capital de 1872 et 1912 et leur objet
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49952/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 361k
Titel Tableau XV – L’évolution des chiffres d’affaires et des bénéfices de 1877 à 1912
Bildunterschrift Source : Archives CdC Montrouge.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49952/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 118k
Titel Tableau XVI – La rentabilité : ratio des bénéfices/fonds propres
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49952/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 140k
Titel Tableau XVII – La prospérité : ratio des fonds propres sur le passif du bilan
Bildunterschrift Source : Archives CdC Montrouge.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49952/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 148k
Titel Tableau XVIII – La rentabilité des actions
Bildunterschrift Source : Archives CdC Montrouge.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49952/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 146k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540