Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Compagnie des Compteurs

 | 
Paulette Giguel

Prologue

Texte intégral

1L’histoire de la Compagnie des Compteurs trouve ses racines dans la généalogie familiale de son fondateur, Gabriel Chamon, contemporain de la naissance des filières du comptage du gaz, de l’eau et de l’électricité.

L’arbre généalogique révélateur

2L’arbre généalogique de la famille Chamon remonte au XVIIIe siècle avec un français, titulaire d’un office ressortant des Finances Royales de Bordeaux. Sa fille Sophie de 15 ans épousa M. du Molin en 1777. Le couple eut deux fils, Amédée (mort jeune) et Tristan et deux filles, Émilie et Louise. M. du Molin guillotiné durant la Révolution, son épouse émigra en Angleterre avec ses enfants et ne revint en France qu’après la signature du traité d’Amiens en 1802.

L’origine franco-anglaise

3Émilie du Molin, rentrée en France avec un jeune Anglais dans son sillage, William Bowers, épousa celui-ci en 1805 (retenu prisonnier sur parole depuis la rupture de la paix d’Amiens en 1803). Ils eurent six enfants : Nathaniel, Eugène, Anaïs, Émilie (morte en bas âge), William et Amélia. Après la chute de Napoléon, la famille habita à Paris, 13 rue Notre Dame des Victoires.

4En 1835, Anaïs Bowers, âgée de 26 ans, sans fortune personnelle, épousa un Julien Chamon, architecte, fils aîné de Louis Chamon, originaire de Reims, architecte lui-même. Quatre fils naquirent de cette union : Jules (1836), Ernest (mort au berceau), Eugène (1837) et Gabriel (1846).

Tableau I – Généalogie de Gabriel Chamon, fondateur de la Compagnie des Compteurs

Tableau I – Généalogie de Gabriel Chamon, fondateur de la Compagnie des Compteurs

(*) On notera que hormis Bernard Heeley, aucun des descendants de 4e génération n’a montré d’intérêt pour la CdC.

La généalogie industrielle des Chamon

  • 1 L’acte de naissance mentionne que Jean-Baptiste Julien Chamon, propriétaire, âgé de 36 ans et Émil (...)

5Julien Chamon en sa qualité d’architecte avait connu des jours fastes et prospères sous le règne de Louis-Philippe. Il avait ouvert en 1830, sur des terrains lui appartenant situés aux portes de Paris, à l’emplacement de l’actuelle rue Notre Dame des champs et d’une partie du boulevard du Montparnasse, une rue à laquelle il donna son nom. Du no 6 au no 12, il y construisit plusieurs pavillons d’habitation. En 1839, la rue prit le nom d’un bal public célèbre à l’époque, appelé La Grande Chaumière. Julien Chamon liquida alors les terrains et les immeubles et acquit à Chaville (Seine & Oise) une petite maison de campagne où naquit Gabriel le 20 août 18461.

  • 2 Archives d’Odile Richard-Le Brethon : Ces maisons remplacèrent le palais bâti pour Cordélia Greffu (...)

6Vers 1844, Julien Chamon avait engagé la plus grande partie de ses capitaux dans une opération de lotissement à Paris sur des terrains achetés au Comte Greffulhe où avaient été percées les rues de Vintimille, de Bruxelles, de Calais, de Douai et la rue Ballu. Il fut alors l’architecte de plusieurs des maisons de ce nouveau quartier2.

Les revers de fortune

7La chute du roi Louis-Philippe et la Révolution de 1848, qui engendrèrent une grave crise immobilière, mirent à mal la fortune de Julien Chamon, dont il ne sauva que quelques débris. Début des années 1850, il s’exilait en Californie avec l’espoir de rebondir à la faveur de la fièvre de l’or générée par la découverte par John Marshall de gisements prometteurs. Son épouse et ses enfants restaient en France, sous la protection de sa belle-famille, les grands-parents Bowers, rentrés en France, et la sœur d’Anais, Amélia, qui avait épousé Anatole Wilbert en 1849, tous de religion anglicane.

8Julien Chamon, informé de la construction de nombreuses maisons en bois formant de véritables villes aux alentours de San Francisco estima que son métier d’architecte devait lui permettre de reconstituer sa fortune. Il affréta deux navires long-courriers à Bordeaux, l’un chargé de pièces de vin, l’autre de baraquements démontables en bois. Il embarqua à bord du second pour gagner San Francisco par le Cap Horn pour un périple de huit mois. Nouveau déboire, la douane américaine saisit la cargaison du navire chargé de vin au prétexte qu’il était frelaté. Julien Chamon jeta les barriques de vin à la mer pour éviter la prison.

9En revanche, Julien Chamon connut un grand succès avec les maisons démontables qui s’alignèrent bientôt dans les rues déjà tracées de San Francisco, ce qui valut à Anaïs Chamon de recevoir régulièrement, pendant quelques années, des nouvelles et des subsides. Ces envois cessèrent lors du tremblement de terre de 1850 qui, suivi d’un incendie, réduisit la ville en cendres ; ils ne reprirent qu’en 1860 lorsque Julien recommença à construire des maisons et entreprit de planter des vignes avec le concours d’un associé américain.

10L’avenir assuré, après une absence de 26 ans, Julien Chamon rentra en France en 1872 afin de convaincre son épouse et son fils aîné, Jules, de s’expatrier en Californie pour le seconder et lui succéder. Gabriel, qu’il n’avait pas vu grandir, avait fondé un foyer et créé sa propre maison de comptage à Paris. Julien Chamon retourna, avec son épouse et son fils aîné, aux États-Unis où il décéda. Sa veuve, revenue en France, s’installa à Dieppe où elle mourut le 14 août 1891 à l’âge de 82 ans.

11Jules, qui avait suivi son père au-delà de l’Atlantique, resta à San Francisco où il avait épousé une Irlandaise, Marianne Masson. Ils eurent une fille, Nina, qui devint l’épouse du docteur Mac Gowan, originaire de Chicago. Jules connut lui aussi, à plusieurs reprises en Californie, des succès et des revers, d’où sa décision en 1899, à 63 ans, de tenter une dernière fois sa chance en s’intéressant aux gisements du Klondike. Rentré à San Francisco une dizaine d’années plus tard, il y mourut en 1913.

12L’œcuménisme existant avant la lettre dans la famille, le mariage de Julien Chamon, de confession catholique, et d’Anaïs Bowers, de confession anglicane, avait été célébré selon le rite catholique romain, de même que le baptême des deux fils aînés, Jules et Eugène. Gabriel Chamon qui n’avait que deux ans, lors de l’exil de son père, vit son éducation infléchie par l’ascendance anglaise et ses grands-parents maternels qui résidaient à Paris.

Le destin bousculé de Gabriel Chamon

13Anaïs Bowers-Chamon, demeurée seule à Paris avec Gabriel, fréquentait le Temple de l’Étoile à Paris. Elle y reçut l’aide morale et financière de la communauté anglicane, en particulier du pasteur Gardiner. Celui-ci procura du travail aux deux fils aînés, baptisa Gabriel, âgé de sept ans en 1853, selon le rite protestant et lui fit donner une éducation religieuse à l’école du dimanche et une solide instruction primaire.

  • 3 Archives d’Odile Richard-Le Brethon.

14Gabriel, animé d’un vif désir de s’instruire et l’ambition de soulager sa mère en subvenant à ses besoins3, devint à 15 ans en 1861 (parrainé par le pasteur Gardinier), apprenti ferblantier dans une société anglaise de fabrication de compteurs, la Maison Goldsmid, Panis et Grégory fondée en 1855.

15Privé d’études secondaires et supérieures, Gabriel Chamon, acquit une formation d’autodidacte et se constitua un réseau de relations professionnelles et confessionnelles amicales. Il s’était lié d’amitié avec un jeune employé de la Maison Goldsmid, Edward Wellard, dont un oncle racheta l’établissement en 1867, devenu la Maison Maldant & Cie. Le départ en Hollande d’Edward, pour rejoindre la maison-mère, après son mariage avec la fille aînée de son oncle et patron, n’interrompit pas les relations des deux amis, d’autant que Gabricl Chamon devenait contremaître de la maison parisienne.

  • 4 Document daté du 15 octobre 1912 délivré par le ministère du Commerce et de l’Industrie dans la ru (...)
  • 5 Roth F., La guerre de 1870, Éditions Fayard 1990, et Lacerda (de) Agnès, Journal de la guerre, du (...)
  • 6 Archives d’Odile Richard-Le Brethon : Ernestine Giraud était la fille d’un éditeur parisien sous l (...)

16Cette activité professionnelle fut interrompue par la guerre de 1870-1871, déclarée à la Prusse par Napoléon III. Gabriel Chamon, affecté au 13e bataillon de Mobiles de la Seine4, connut les affres des bombardements prussiens autour de Paris puis du siège de la ville et les troubles de la Commune5. Six mois après la signature de la paix, Gabriel Chamon épousait sa fiancée Ernestine Giraud6.

17Imprégné des principes de son éducation protestante et, concomitamment, du slogan de François Guizot « Enrichissez-vous par le travail et par l’épargne » et de « l’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme » de Max Weber, le jeune Gabriel Chamon cultivait l’ambition de créer sa propre maison dans la filière du comptage gaz, quasi contemporaine de sa naissance.

La naissance de la filière du comptage du gaz

  • 7 Centre technique mixte de la direction régionale GDF de Paris, bulletin no 31-32.
  • 8 Williot J. P., Naissance d’un service public. Le gaz à Paris, Éditions Rive droite, Paris 1999, p.  (...)
  • 9 Ibid.

18Les usines à gaz installées aux barrières de Paris, dans les villages entre le Mur des Fermiers Généraux et l’enceinte de Thiers, rattachés à la capitale en 1860 (situés avenue Trudaine, avenue des Ternes, rues du faubourg Poissonnière, de Vaugirard, d’Ivry, de la Tour du Temple, de Belleville) ainsi que l’usine de Sèvres pour l’éclairage de la manufacture de porcelaine7, engendrèrent, derechef, la filière du comptage du gaz. En France, Philippe Lebon8 est considéré comme l’initiateur du comptage du gaz, dont « l’histoire commence vraiment en France à partir de ses travaux à l’extrême fin du XVIIIe siècle9 ».

  • 10 Peebles Malcom W. H., Evolution of the Gas, La Documentation française, cote B 21034-112934.

19Dans le domaine de la production et de l’éclairage au gaz, la Grande-Bretagne fait figure de pionnière avec le système du mécanicien écossais William Murdoch (1754-1839)10, perfectionné ultérieurement par ses élèves, Pimberton et Samuel Clegg. Ce dernier inventa un compteur en 1816, qui était modifié la même année par William Murdoc. En 1819, l’anglais, John Malan inventait un autre compteur.

  • 11 Archives Départementales de la Seine 19, boulevard Sérurier Paris 19e in Annuaires du Commerce de (...)

20En France, les premiers compteurs, conçus selon le principe des appareils à volant, nés outre Manche, étaient fabriqués dans les années 1840 dans des « maisons » parisiennes Brunt, Siry-Lizars, Dupoy, Maldant11, Bauduin-Martin, Barthélémy & Cie, Grafton & Goldsmid, Nicole & Ganneron, Williams (répertoriées dans l’annuaire du commerce de 1849 et 1869). Les compagnies gazières et les réseaux de distribution se firent alors les promoteurs de la filière du comptage du gaz.

Les compagnies gazières

  • 12 François Jacques : Le gaz fabriqué, stocké dans les gazomètres et comptabilisé était dirigé vers l (...)

21La première compagnie gazière fut créée aux États-Unis à Baltimore en 1810 et l’éclairage au gaz naturel installé dans la petite ville de Predonia en 1821. Dans ces mêmes décennies, les principales villes des pays européens, de la Russie et du Japon étaient éclairées par des lampadaires munis d’un système d’éclairage au gaz distribué par des compagnies de production12.

  • 13 Williot J. P., op. cit., p. 13.
  • 14 Centre technique mixte de la direction régionale du gaz à Paris, bulletin no 31-32, 1977.

22En France, Winsor (considéré comme le plagiaire de la technique de Philippe Lebon), avait créé une société au capital de 1 200 000 F et obtenu, en 1818, l’autorisation d’installer « l’Usine Royale13 » dans une dépendance de l’Hôpital Saint-Louis à Paris. Sa société mise en liquidation en 1819, il constitua, avec un apport de trois millions de francs, une nouvelle société et érigea une usine 97, Faubourg Poissonnière à Paris 9e, dont l’exploitation commença en 182014.

  • 15 Id.

23L’usine située 26, rue de la Tour-d’Auvergne, construite à l’initiative de Louis XVIII avec des fonds prélevés sur sa liste civile, devint la Société Royale au capital de 800 000 F. Vendue par le roi, elle était rachetée par la compagnie anglaise Manby & Wilson qui avait, dès 1821, construit une usine aux Ternes à la barrière de Courcelles. Elle prit ultérieurement, le nom de Société Margueritte & Cie15.

  • 16 Centre technique mixte de la direction régionale du gaz à Paris, bulletin no 31-32, 1977.

24Pauwels, l’homme de la Société du Faubourg Poissonnière, à l’origine de la construction d’une usine au 20 de la rue de la Tour du Temple, connut quelques déboires dus à la concurrence : la Compagnie de Belleville, 20, rue Saint Laurent vit le jour en 1834, la Compagnie Française, qui construisit l’usine de Vaugirard, la Compagnie Dubochet, Pauwels & Cie en 1836 avec une usine à Ivry (l’actuel Parc de Choisy à Paris 13e) et, en 1839, la Compagnie de l’Union destinée à éclairer, avec son usine de Passy, les quartiers de Passy, de Neuilly et des Champs-Elysées16.

25Les rivalités des différentes compagnies et les problèmes de sécurité amenèrent le gouvernement français à promulguer, en 1846, une ordonnance définissant le fonctionnement de six sociétés de distribution et leur situation de monopole : la Compagnie Anglaise, la Compagnie de l’Ouest, la Compagnie Française, la Compagnie de Belleville, la Compagnie Lacarrière et la Compagnie Parisienne.

26En 1855, le préfet Haussmann réunit ces sociétés sous le nom de la Compagnie Parisienne du Gaz dotée d’un monopole de distribution. Devenue Compagnie Parisienne d’Éclairage et de Chauffage par le Gaz, avec le statut de concession unique, elle connut une période faste de 1856 à la fin de l’année 1870.

27Deuxième support de la filière du comptage : l’eau, ressource naturelle puisée ou captée rendue potable et devenue indispensable.

L’origine de la filière de l’eau et de son comptage

  • 17 Lacan J., Eau, gaz, électricité à tous les étages, Paris 100 ans de logement 1992, Éditions du Pavi (...)

28Des associations comme la Société française d’hygiène et la Société de la médecine d’hygiène de Paris se préoccupèrent en 1877 de l’état sanitaire de l’eau courante distribuée dans les quartiers de la capitale17, un siècle après l’introduction, en 1778, de la notion de service public de l’eau à l’initiative des frères Périer créateurs de la Compagnie des eaux de Paris.

  • 18 Chimiste et homme politique, ministre de l’Intérieur. Il découvrit la chaptalisation en diffusant (...)
  • 19 Plaquette de la Parisienne des Eaux-Eau & Force, 1990.

29Cependant, le besoin d’eau n’étant pas étanché à Paris, le Préfet Chaptal18 (1756-1832) mentionne dans ses mémoires une déclaration de Bonaparte au cours d’une promenade : « Je veux faire quelque chose de grand et d’utile pour Paris. Quelles sont vos idées à ce sujet ? » Chaptal lui répondit : « Donnez-lui de l’eau19. »

30Bonaparte, devenu Napoléon 1er, chargea le Préfet de la Seine de mettre l’eau à la disposition du public grâce à la construction du canal de l’Ourcq (70 000 m3 par jour) au forage du puits artésien de Grenelle et à l’installation de fontaines dans presque toutes les cours d’habitation.

  • 20 Document de huit pages, non daté, édité par la Compagnie Parisienne des Eaux sur le service des Ea (...)

31Sous le Second Empire, la naissance en 1853 de la Compagnie générale des eaux constitua les préliminaires du vaste programme, lancé en 1854, par le nouveau Préfet de la Seine, le Baron Haussmann. L’ingénieur Belgrand décida ensuite d’installer à Paris deux circuits d’eau : eau potable et eau non potable20.

32Dans les années 1870, le philanthrope, Sir Richard Wallace (1818-1890), dota Paris d’une cinquantaine de petites fontaines d’eau potable. Le modèle fut exécuté par Charles le Bourg en 1872. Le contexte était favorable à l’émergence du comptage de l’eau.

Les premiers compteurs d’eau

33Les premiers compteurs d’eau, inspirés des compteurs de gaz, furent mis au point en 1815 par les frères Siemens, brevetés en 1820, puis expérimentés en Angleterre et en Allemagne. L’appareil à turbine qui mesurait la vitesse du déplacement de l’eau dans un conduit et indiquait le volume d’eau déplacé fut jugé peu fiable. Perfectionné, il donna naissance à une série de modèles, type Doris sec et Doris humide, encore fabriqués par la CdC dans les années 1950.

  • 21 Archives CdC à Montrouge, Historique des compteurs d’eau.

34En France, le premier compteur d’eau à écoulement libre, constitué d’une cuve qui se remplissait et se vidait alternativement, fut construit par M. Philips et officiellement installé à Chartres pour mesurer l’eau fournie par la ville au Chemin de Fer de l’Ouest21.

35Le compteur Kennedy à un cylindre, inspira les ingénieurs français Samain et Frager. Ce dernier, ingénieur à la Maison Michel & Cie à Paris, inventa en 1872 un compteur à deux cylindres horizontaux auquel il apporta, en 1883, de nombreux perfectionnements et lui donna une forme verticale. Doué d’une précision et d’une sensibilité remarquables avec son « enregistrement de la goutte », construit par la CdC à partir de 1888, il connut un succès pendant près de quarante années.

36Aux États-Unis, un compteur à disque conçu vers 1880, connu sous le nom de compteur Thomson, donna naissance à un modèle amélioré par la CdC, le compteur Étoile créé avant 1900. Les compteurs rotatifs à piston annulaire, qui virent le jour également aux États-Unis entre 1880 et 1890, étaient les ancêtres du premier compteur de ce type, construit à partir de 1911 à la CdC sous le nom de Stella, devenu Naïade en 1932.

37Le développement de la production de l’électricité et sa mise à disposition des Services publics et de la population en général, a suggéré la rédaction d’un historique succinct de ce moyen énergétique, non stockable et produit au fil des besoins à satisfaire, qui devint le troisième élément de la filière du comptage.

L’historique de l’électricité et son développement

38Selon François Caron, historien universitaire :

  • 22 Caron F., Le résistible déclin des sociétés industrielles, Paris, Perrin p. 87-88.

« L’électricité est une science avant être une industrie. Ses accomplissements pratiques furent le fruit des avances théoriques réalisées par des hommes tels que Arago (1786-1853), Faraday (1791-1867) ou Maxwell (1831-1879)… Certains des grands acteurs de cette histoire ont pu être, à la fois, savants, techniciens et entrepreneurs : ce fut le cas, en Allemagne de Werner Siemens (1816-1892) ou, en France, de L. F. Bréguet (1804-1883). Jusque vers 1880, l’électricité joua un rôle qui fut loin d’être secondaire. Son usage rencontra des difficultés dont la solution déboucha sur des inventions techniques majeures, la plus remarquable étant la dynamo, et sur des accomplissements scientifiques, particulièrement la théorie de Maxwell, qui rendirent possible l’essor technique ultérieur. De 1870 à 1900, l’usage des machines électromagnétiques fit naître peu à peu un ensemble technique cohérent, de la production d’électricité à son utilisation de plus en plus multiforme et diversifiée en passant par la distribution22. »

  • 23 Archives de l’association MEGE, à Saint-Ouen in Le conteur Bleu origine des réseaux parisiens d’él (...)
  • 24 Caron F., op. cit. p. 98.

39François Caron estime aussi que « les réussites simultanées de Brush et de Jablochkoff23 permettent de considérer l’année 1878 comme le point de départ d’une ère nouvelle dans l’histoire de l’électricité24 ». La question de la production et de la distribution de l’électricité devenait un challenge industriel.

La production de l’électricité

40La société Brush réalisa aux États-Unis, en 1878 une première importante installation dans un magasin de vêtement. La société Thomson-Houston, pour sa part, s’orienta vers l’installation d’éclairages mobiles sur les chantiers de travaux publics avant de s’intéresser à des dispositifs fixes d’éclairages en extérieur, dans des ports ou dans de grands espaces fermés industriels ou commerciaux.

  • 25 Caron F., Histoire de l’électricité en France, tome I, p. 92
  • 26 Caron F., op. cit., tome II, p. 92.

41En France, le belge Zénobe Gramme (1826-1901)25 avait installé en 1873, à partir d’une dynamo de son invention, l’éclairage permanent de son usine au moyen d’une lampe à arc voltaïque destinée à remplacer des becs de gaz26. C’est cependant l’éclairage électrique de l’avenue de l’Opéra, en 1878, assuré par une petite usine avec des bougies de Jablochkoff, qui connut le plus grand succès.

  • 27 Revue de l’association MEGE (Musée de l’électricité, du gaz et de l’éclairage public) Le conteur B (...)

42D’autres réalisations comme celles en 1881 de la place du Carrousel, en 1882 du parc Monceau, de l’Hôtel de ville en 1883 et du parc des Buttes Chaumont en 1884 confirmèrent les débuts d’une production industrielle de courant électrique27. Ces installations, comme celles de grands magasins parisiens, le Bon Marché et le Printemps, furent réalisées selon le concept de Brush. Les théâtres, par contre, produisaient leur propre énergie.

  • 28 Caron F., op. cit., tome I, p. 404.

43La fin du XIXe marquait l’avènement de l’électricité, commenté et promu dans des publications spécialisées comme le Journal de l’électricité et La lumière électrique28. Simultanément, deux usines de production d’électricité, l’une au Palais Royal, l’autre faubourg Montmartre, constituèrent en France l’amorce d’un réseau de distribution avec des canalisations passant sur le toit des immeubles.

44L’usage de l’électricité se répandit alors, surtout dans les villes, mais c’est l’Exposition internationale d’électricité à Paris en 1881 qui en révéla l’importance. Véritable opération publicitaire, elle marqua l’entrée de la France dans la seconde révolution industrielle par le biais de conférences faisant appel aux meilleurs spécialistes pour présenter le tramway électrique de Siemens, les lampes à incandescence d’Edison, et une rétrospective des dynamos et des moteurs électriques, dont celui de Pixii.

45L’utilisation de l’électricité bénéficia aussi de l’effet négatif de l’éclairage au gaz, provoqué par l’incendie de l’Opéra comique en 1887, qui amena le conseil municipal de Paris à interdire l’éclairage au gaz dans les salles de spectacles. La décision de créer un réseau de distribution d’électricité, prise sous la pression de l’opinion publique, stimula l’inventivité des ingénieurs et l’intérêt des entreprises pour la distribtion de cette source d’énergie.

La distribution de l’électricité

  • 29 Id., op. cit., p. 93-94.
  • 30 MEGE : le transformateur de Gaulard permettait de distribuer du courant dans chaque immeuble, dont (...)
  • 31 Caron F., op. cit., p. 384.

46À Paris, le transformateur inventé en 1881 par l’ingénieur Gaulard29 permit de produire et de distribuer du courant électrique à des tensions adaptées30. En 1889-1890, deux usines de production d’électricité créées, l’une à Saint-Ouen (50 000 kWh), l’autre à Issy-les Moulineaux (25 000 kWh), amenèrent à répartir Paris en six secteurs d’électricité : Rive Gauche, Champs-Elysées, Clichy, Edison, Société de force et d’éclairage, Compagnie parisienne de l’air comprimé (Victor Popp)31.

  • 32 Id., op. cit., p. 693

47En province, ce sont les premières stations centrales conçues par Edison et réalisées en France par Ferranti, qui marquèrent l’avènement de la production et la distribution de l’électricité, à Saint-Etienne en 1885, Tours et Dijon en 1886, Perpignan en 1888, Le Havre en 1890. En 1894, 421 centrales fournissaient quasi exclusivement l’électricité pour l’éclairage32.

  • 33 Id., p. 398.

48Le champ d’activité de l’électricité s’était aussi étendu à de nombreuses utilisations : à bord des cuirassés le Richelieu en 1884, l’Indomptable en 1887 et le Hoche en 189533. En 1886, la gare Saint-Lazare était éclairée à l’électricité.

  • 34 Id., p. 446.

49L’utilisation la plus spectaculaire de l’électricité eut lieu avec l’ouverture, le 19 juillet 1900, de la première ligne du métropolitain parisien de la Porte Maillot à Vincennes. L’accident attribué à un court-circuit en 1903, qui provoqua un incendie et coûta la vie à 84 voyageurs, conduisit à perfectionner et sécuriser ce moyen de transport. Il n’affecta pas le ralliement des parisiens à l’électricité qui les avait déjà conquis34. La filière du comptage de l’électricité était née.

Le comptage de l’électricité

  • 35 Cardot F. et Oswald J., directeur général du Laboratoire Central des Industries Électriques, in Le (...)

50« Le compteur d’électricité n’a pas de père35 » mais plusieurs concepteurs. Cette paternité partagée est confirmée par Édouard Hospitalier, membre éminent de la Société française des électriciens, devenue la Société Internationale des Électriciens. Rédacteur en chef du bulletin de cette société, Édouard Hospitalier publia une description des appareils et des phénomènes physiques exploités :

  • 36 Cardot F., Histoire de l’Électricité – L’électricité et ses consommateurs – actes du quatrième coll (...)

« Edison qui proposait l’emploi d’un compteur chimique,
Ducretet & Lejeune, qui présentait le compteur Grassot pourvu d’un fil d’argent parcouru par le courant et consommé progressivement par électrolyse.
Le compteur proposé par l’anglais Forbes (1887) qui faisait usage de l’effet Joule. L’application ingénieuse de la loi de Laplace proposée par Ferranti (1883) et par Lippmann (1884). Basée sur le principe d’un bain de mercure parcouru par le courant et soumis à un champ magnétique, le mercure mettait en rotation et entraînait un flotteur dont l’axe commandait un compteur de force.
Le compteur pendulaire en 1888 de l’allemand Aron36 qui, selon Émile Hospitalier, était l’un des appareils des plus simples et des plus pratiques. Le compteur Elihu Thomson, décrit en 1889 sous le nom de compteur Desroziers et fabriqué par la CdC, était construit sur le principe du wattmètre à deux bobines, utilisable en courant continu et en courant alternatif. Le compteur de l’américain O’Keenan, dit compteur O’K, présenté à la Société Internationale des Électriciens en 1899, devait sa sensibilité à l’emploi d’un aimant produisant un flux inducteur. Il fut aussi fabriqué par la CdC. »

  • 37 Ibid.

51L’intérêt du comptage de l’électricité fut confirmé par Hospitalier qui déclara en 1888 que « la question des compteurs d’énergie électrique est l’une de celles qui intéressent le plus vivement l’avenir industriel des usines centrales de distribution37 ».

52Ce rappel historique de la naissance de la filière du comptage, quasi contemporaine de celle Gabriel Chamon, conduit à voir l’évolution et l’ancrage de son entreprise dans le panorama industriel, économique et social français, configuré au fil du XXe siècle.

Notes

1 L’acte de naissance mentionne que Jean-Baptiste Julien Chamon, propriétaire, âgé de 36 ans et Émilie Sophie Adélaïde Anaïs Bowers, sans profession sont les parents d’Émile, Gabriel, Saint-Hubert. (Gabriel est le prénom usité).

2 Archives d’Odile Richard-Le Brethon : Ces maisons remplacèrent le palais bâti pour Cordélia Greffulhe (future Maréchale de Castellane), site auparavant du Pavillon Laboussière. L’une de ces maisons, 22, rue de Calais, fut le siège social de l’Électricité, Chauffage, Force Motrice ECFM, société créée par Gabriel Chamon et Francis Rouland en 1903. Cordélia Greffulhe était une descendante de la famille Greffulhe, qui avait émigré lors de la Révocation de l’Édit de Nantes, dont l’un des membres, Louis, vint en France en 1789 (Archives nationales de Paris fonds privé séries AP et AB XIX).

3 Archives d’Odile Richard-Le Brethon.

4 Document daté du 15 octobre 1912 délivré par le ministère du Commerce et de l’Industrie dans la rubrique services militaires à l’occasion de la nomination de Gabriel Chamon au grade d’Officier de la Légion d’Honneur : Gabriel Chamon avait été affecté comme sous-lieutenant au 20e régiment d’infanterie, puis lieutenant et enfin capitaine le 7 mars 1887 au 23e régiment d’infanterie.

5 Roth F., La guerre de 1870, Éditions Fayard 1990, et Lacerda (de) Agnès, Journal de la guerre, du siège de Paris et de la Commune 1870-1871.

6 Archives d’Odile Richard-Le Brethon : Ernestine Giraud était la fille d’un éditeur parisien sous l’Empire d’œuvres de Balzac, Gérard de Nerval, Alexandre Dumas fils.

7 Centre technique mixte de la direction régionale GDF de Paris, bulletin no 31-32.

8 Williot J. P., Naissance d’un service public. Le gaz à Paris, Éditions Rive droite, Paris 1999, p. 11-14. Philippe Lebon (1767-1804) est admis à l’École des Ponts & Chaussées en 1787 ; il sort major dix ans plus tard.

9 Ibid.

10 Peebles Malcom W. H., Evolution of the Gas, La Documentation française, cote B 21034-112934.

11 Archives Départementales de la Seine 19, boulevard Sérurier Paris 19e in Annuaires du Commerce de Paris réalisé à l’initiative du statisticien Sébastien Bottin (1764-1853).

12 François Jacques : Le gaz fabriqué, stocké dans les gazomètres et comptabilisé était dirigé vers les centres de distribution puis vers des conduites secondaires jusqu’aux appareils des utilisateurs.

13 Williot J. P., op. cit., p. 13.

14 Centre technique mixte de la direction régionale du gaz à Paris, bulletin no 31-32, 1977.

15 Id.

16 Centre technique mixte de la direction régionale du gaz à Paris, bulletin no 31-32, 1977.

17 Lacan J., Eau, gaz, électricité à tous les étages, Paris 100 ans de logement 1992, Éditions du Pavillon de l’Arsenal, 1992.

18 Chimiste et homme politique, ministre de l’Intérieur. Il découvrit la chaptalisation en diffusant des méthodes de teinture et de blanchiment et mit au point cette opération pour le vin en ajoutant de l’eau au moût de raisin.

19 Plaquette de la Parisienne des Eaux-Eau & Force, 1990.

20 Document de huit pages, non daté, édité par la Compagnie Parisienne des Eaux sur le service des Eaux de la ville de Paris et le réservoir de Montsouris.

21 Archives CdC à Montrouge, Historique des compteurs d’eau.

22 Caron F., Le résistible déclin des sociétés industrielles, Paris, Perrin p. 87-88.

23 Archives de l’association MEGE, à Saint-Ouen in Le conteur Bleu origine des réseaux parisiens d’électricité, p. 17-19 : Jablochkoff, un officier de marine russe inventeur d’une nouvelle disposition des électrodes d’une lampe à arc.

24 Caron F., op. cit. p. 98.

25 Caron F., Histoire de l’électricité en France, tome I, p. 92

26 Caron F., op. cit., tome II, p. 92.

27 Revue de l’association MEGE (Musée de l’électricité, du gaz et de l’éclairage public) Le conteur Bleu.

28 Caron F., op. cit., tome I, p. 404.

29 Id., op. cit., p. 93-94.

30 MEGE : le transformateur de Gaulard permettait de distribuer du courant dans chaque immeuble, dont la Société Mildé Fils & Cie eut la charge dans le secteur des Champs Elysées tandis qu’une douzaine de petites usines existaient dans Paris et en banlieue.

31 Caron F., op. cit., p. 384.

32 Id., op. cit., p. 693

33 Id., p. 398.

34 Id., p. 446.

35 Cardot F. et Oswald J., directeur général du Laboratoire Central des Industries Électriques, in Le compteur d’électricité et Archives CNAM Culture Technique no 9, cote 4° B 319. P. 137-145.

36 Cardot F., Histoire de l’Électricité – L’électricité et ses consommateurs – actes du quatrième colloque de l’Association pour l’histoire de l’électricité en France, Paris 19-21 mai 1987, Presses Universitaires de France.

37 Ibid.

Table des illustrations

Titre Tableau I – Généalogie de Gabriel Chamon, fondateur de la Compagnie des Compteurs
Légende (*) On notera que hormis Bernard Heeley, aucun des descendants de 4e génération n’a montré d’intérêt pour la CdC.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540