Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Compagnie des Compteurs

 | 
Paulette Giguel

Préface. Un apport majeur à l’histoire industrielle de la France

Dominique Barjot

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat d’histoire, conduite sous la direction du regretté Jacques Marseille puis par Michel Margairaz, son successeur à la Sorbonne, ce livre offre un intérêt majeur. Il apporte des informations totalement inédites. Elles le sont dans des domaines aussi variés que l’histoire du capitalisme familial (à travers les figures de Gabriel Chamon, puis de son fils Ernest, et enfin de ses petits-fils, Pierre Heeley et Marcel Boyer), celle, industrielle, de l’eau, de l’électricité et du gaz en France (et même en Europe), celle de l’émergence des technologies nouvelles, d’abord l’électronique, puis la télévision, voire le cinéma, enfin l’informatique. On y observe, en outre, une étude financière éclairante et nombre d’éléments de l’histoire sociale et même syndicale de la Compagnie des Compteurs, que seule l’expérience vécue a pu conférer.

2En effet, ancienne secrétaire de direction au sein du groupe de la Compagnie des Compteurs puis de Compteurs Schlumberger, Paulette Giguel, offre un exemple de ces professionnels qui, au terme d’une carrière bien remplie, s’engagent à consacrer des années de leur retraite à des études supérieures contrariées par une entrée précoce dans la vie active. Elle a gravi ainsi, entre 1992 et 2010, toutes les étapes qui mènent au doctorat : ESEU (1992), licence (1997), puis maîtrise d’Histoire (1999), celle-ci consacrée d’ailleurs à Schlumberger, DEA (2002), puis doctorat (2010). Merci à Jacques Marseille d’avoir fait confiance à Paulette Giguel et, jusqu’à l’extrême limite de ses forces, de l’avoir pilotée. Le livre touche à des sujets particulièrement intéressants et originaux : l’histoire du parapétrolier, de l’ingénierie et du service public concessionnaire, celle aussi de l’installation de réseaux d’énergie. La Compagnie des Compteurs y apparaît très mal connue mais néanmoins très importante pour une écriture de l’histoire industrielle de la banlieue parisienne.

3Le livre de Paulette Giguel aborde des problèmes essentiels : relations avec les milieux de la Haute banque (les Rostand), le rôle de l’entrepreneur (innovateur plutôt qu’inventeur), l’association entre le commercial, le financier et l’ingénieur, celui des réseaux d’entreprises (sous-traitance et cotraitance) et sociaux (le conseil d’administration, les ingénieurs), le monopole naturel et ses effets (biaisés par la logique de trust ?), les ruptures historiques et leurs facteurs, (les nationalisations, l’américanisation), la théorie des contrats, les processus de diversification (contradiction entre croissance conglomérale et logique de filière). L’ouvrage de Paulette Giguel offre une monographie exemplaire à la fois en termes de performances, de stratégies et de structures. Elle illustre bien le passage de la firme entrepreneuriale à l’entreprise managériale durant les années 1960 : à cet égard « l’entrée en lice de la Banque de Paris et des Pays-Bas » paraît décisive. Elle offre un modèle social spécifique, à savoir un paternalisme productiviste et rationalisant. À remarquer, en outre, la très bonne analyse de l’évolution de la rentabilité. La marge d’exploitation s’élève jusqu’en 1896, puis stagne, tandis que la rentabilité financière, continue de s’accroître au prix d’une réduction de l’indépendance financière. La Première guerre mondiale, marquée par une forte érosion des fonds propres à partir de 1916, ouvre une période plus difficile. L’inflation, de 1921 à 1929, puis de 1936 à 1939, entraîne une dévalorisation des fonds propres et une montée de l’endettement. Plus sérieuse apparaît l’épreuve du Second conflit mondial : la reprise de la rentabilité financière, de 1944 à 1950, fait long feu. La firme conserve une rentabilité convenable jusqu’en 1957, puis celle-ci s’effondre jusqu’en 1972. Le milieu des années 1950 marque, à l’évidence, le point de départ d’un déclin consécutif à la montée de l’endettement à long terme de l’entreprise, qui y perd son indépendance.

4L’ouvrage débouche sur des conclusions intéressantes. En premier lieu, la Compagnie des Compteurs est née de l’esprit d’entreprise d’un jeune contremaître ferblantier, Gabriel Chamon. L’acquisition à tempérament d’un atelier de ferblanterie lui a permis de saisir une opportunité technique, le comptage du gaz, avec des possibilités faciles d’extension vers l’eau et l’électricité. Il s’associe à des amis, issus du même milieu, celui des artisans parisiens. Rapidement passé à la société anonyme par actions, il doit faire face à la concurrence de maisons solidement installées depuis des décennies. Il y répond par une stratégie de croissance externe, faite à la fois de protection industrielle, d’ententes, de traités et par des prises de participations. L’acquisition d’un château en Seine-et-Marne par Gabriel Chamon le fait dénoncer comme un « trust » par la CGT alors qu’il cherche, avant tout, à constituer une dynastie familiale industrielle. En 1912, il a atteint son but : la Compagnie des Compteurs, non seulement est présente dans le comptage du gaz, de l’eau et de l’électricité, mais elle a été aussi transmise à ses héritiers (son fils Ernest et son gendre, George Heeley).

5Les années de l’entre-deux-guerres sont plus difficiles. Même si la Première guerre mondiale voit une réorientation vers les fabrications de guerre, la reconversion se heurte à des tensions sociales plus fortes. La relocalisation sur un seul site industriel à Montrouge s’accompagne d’efforts pour appliquer l’organisation scientifique du travail et d’une recherche de diversification hors de son domaine du comptage et de fournisseur de matériels d’usines. La société rachète une part des actifs de Pathé Cinéma, dans le cadre d’un syndicat de repreneurs (CFTH, Groupe Mercier, AFC) ; elle se lance dans la radiodiffusion (en tant que créancière de la société Péricaud) et dans la télévision sur une initiative personnelle d’Ernest Chamon, fils du fondateur, en 1928. Après une mobilisation éphémère, en 1939-1940, au service de l’effort de guerre français, les autorités allemandes, bien informées des activités de l’entreprise, s’intéressent de près à celles de René Barthélémy, en matière de télévision. Ernest Chamon est cependant accusé par les Allemands de résistance et de sabotage économique et incarcéré à Fresnes. Une fois libéré, l’entreprise sous son empreinte, regroupe ses ateliers et refrène quelque peu son paternalisme que condamne le travail à la chaîne.

6Enfin, les Trente glorieuses voient se succéder espoirs et déceptions. Pierre Heeley et Marcel Boyer assurent une reprise vigoureuse sur un marché en expansion mais l’adaptation des méthodes et des moyens de production se ressent du climat social français avec les grandes grèves de 1947. Tout en introduisant de nouvelles technologies venues des États-Unis, la Compagnie des Compteurs adopte une stratégie conglomérale. À la fin des années 1960, elle emploie 7 300 salariés et constitue la société mère d’un groupe de près de 20 000 personnes. Alors que le Comptoir d’Escompte de Paris était présent au sein du conseil d’administration depuis les années 1910, la Banque de Paris et des Pays-Bas (BPPB) devient le principal actionnaire de la CdC en 1961, prémices du retrait familial, confirmé par le renoncement de Pierre Heeley à son mandat de président-directeur général le 2 juillet 1968, le jour de ses 70 ans. Situation propice à une OPE (offre publique d’échange), lancée avec le soutien de la BPPB, la multinationale pétrolière, Schlumberger Limited, prend le contrôle de la Compagnie des Compteurs, dont les activités industrielles sont regroupées en 1970 au sein d’une filiale Compteurs Schlumberger, transformée en Schlumberger Industries en 1983. En définitive, le livre de Paulette Giguel constitue un travail très érudit et servi par des illustrations d’un grand intérêt : organigrammes, plans d’usines et surtout photographies inédites.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540