Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Compagnie des Compteurs

 | 
Paulette Giguel

Remerciements

Texte intégral

« Une entreprise est une personne vivante. L’obsession d’un créateur d’entreprise est qu’elle puisse survivre à elle-même dans un monde où tout évolue. »
Jean Gandois
Président du conseil national
du patronat français 1994 à 1997

L’usine de la Compagnie des Compteurs à Montrouge

« Présentes partout, même dans des villes médiocres, les historiens détectent les industries à l’avance. Même dans ces villes que l’on voudrait oisives, se chauffant au soleil, les industries surgissent partout. Elles ressemblent à mille feux allumés à la fois, fragiles dans un très vaste champ d’herbes séchées. Ces feux peuvent s’étendre ou s’éteindre, mais pour reprendre plus loin. Il suffit que le vent souffle d’un côté ou de l’autre. »
Fernand Braudel
La Méditerranée et le midi méditerranéen à l’époque de Philippe II

1Dédié à la mémoire de Jacques Marseille, professeur à Paris 1, ce livre doit son existence à la thèse qu’il m’avait encouragée à entreprendre sous sa direction. Son successeur Michel Margairaz et les membres du jury de soutenance m’ont, à l’issue de celle-ci, vivement conseillé de tirer de ce travail un ouvrage qui sortirait de l’oubli la Compagnie des Compteurs, entreprise séculaire méconnue alors qu’elle se révélait avoir été un acteur et un témoin actif des mutations industrielles qui ont jalonné le XXe siècle.

2Ma reconnaissance va à chacun de ces professeurs, Michel Margairaz pour ses conseils assidus, Dominique Barjot et Jean-Louis Loubet pour leur excellence en matière d’histoires d’entreprises, et Pierre Mounier-Kuhn pour sa connaissance des nouvelles technologies développées par la Compagnie des Compteurs dans les années 1960 et des stratégies de l’industrie informatique.

3Mes premiers et plus vifs remerciements vont à trois descendants de Gabriel Chamon, fondateur de la CdC, pour leur accueil chaleureux lors de plusieurs entretiens : Bernard Heeley, pour ses précieuses informations assorties d’anecdotes sur l’organisation de l’entreprise où il fut ingénieur entre 1957 et 1970, sa sœur Florence Heeley-Prot, fervente d’histoire familiale, et Odile Richard-Lebrethon, auteur d’une reconstitution de la généalogie qui remonte aux décennies 1760.

4L’empressement d’anciens dirigeants de la Compagnie des Compteurs à répondre à mes sollicitations sur les différentes fonctions occupées leur vaut une reconnaissance affirmée pour leurs témoignages et l’éclairage fourni sur les stratégies de développement de l’entreprise familiale, sa culture et les conditions de travail de son personnel dans un climat social soumis à des perturbations économiques, financières et politiques.

5La ville de Montrouge doit être remerciée pour la disponibilité de ses archives, riches de documents permettant de percevoir l’importance des transformations urbaines de la proche banlieue parisienne et la place tenue par la Compagnie des Compteurs. Des contacts, eux aussi très fructueux, avec des montrougiens, toutes tendances politiques confondues, collectionneurs et friands de souvenirs locaux, ont apporté grâce à nombre de documents, de photographies et de cartes postales d’époque, des témoignages sur la vie de la commune de Montrouge et l’environnement de la Compagnie des Compteurs. Chacun d’eux, au service de la collectivité, a sa part de remerciements.

6Le Crédit Agricole SA, propriétaire de ce qui fut « le triangle immobilier des Compteurs », devenu le symbole de la mutation vers une société de services restauratrice du bassin d’emploi d’antan, s’est révélé sensible à l’histoire de la Compagnie des Compteurs et a concrétisé son intérêt par une aide à l’édition aux Presses Universitaires de Rennes. Ma reconnaissance va à ses artisans, Anne Brunterc’h, responsable des Archives historiques de la Banque Verte et Guillaume Roesch, directeur des affaires générales de Crédit Agricole SA.

7Ma reconnaissance va également aux nombreux amis, collègues ou non, qui m’ont soutenue et se sont même passionnés pour l’histoire de la Compagnie des Compteurs qui, reconnue, mérite de figurer dans le patrimoine industriel historique de la ville de Montrouge et du département des Hauts-de Seine.

Table des illustrations

Légende L’usine de la Compagnie des Compteurs à Montrouge
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 253k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540