Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Union démocratique bretonne

 | 
Tudi Kernalegenn
, 
Romain Pasquier

Conclusion

Romain Pasquier et Tudi Kernalegenn

Texte intégral

1Au terme des différentes contributions qui composent cet ouvrage, on ne peut qu’être frappé par l’écart entre la modestie de l’impact électoral de l’UDB et son influence sur des questions clés qui ont traversé et traversent encore la société bretonne, comme le devenir des langues régionales, la décentralisation, le modèle de développement régional ou le combat pour réunification de la Bretagne. Cinquante ans après sa naissance, il est donc possible de tirer quelques leçons sur les facteurs externes et internes qui ont limité et contraignent toujours la progression politique de l’UDB.

L’UDB face aux contraintes du système politique français

  • 1 Cf. Kernalegenn T., Une approche cognitive du régionalisme. Identités régionales, territoires, mou (...)
  • 2 Cole A., Harguindeguy J.-B., « La politique linguistique de la France à l’épreuve des revendication (...)

2Le premier élément incontournable est la prégnance de la doxa unitariste française1. Élaborée intellectuellement à la fin du XVIIIe siècle, mise en pratique et diffusée dans les masses à la fin du XIXe siècle, la doxa nationale française a construit avec succès un État-nation dont les fondements idéologiques restent peu contestés aujourd’hui. L’établissement de cette idéologie nationale a en effet permis de rendre illégitime dans l’espace public toute hétérodoxie sur le caractère un et indivisible de la France, c’est-à-dire tout discours sur le caractère pluri-national de la France où des entités régionales auraient une légitimité propre. Ce monopole idéologique rend aussi très difficile la prise en compte de la pluralité culturelle et territoriale de la France, comme l’illustre le sempiternel débat sur la signature par la France de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires2. La structure des opportunités idéologiques en France hexagonale est donc particulièrement fermée pour ce qui concerne l’émergence d’une revendication régionaliste, la reconnaissance de minorités culturelles et linguistiques et même d’un discours pluraliste de la nation française. Ainsi, fin 2013, seule la conjonction exceptionnelle de facteurs économiques, sociaux et politiques a permis la structuration des Bonnets rouges et du collectif « Vivre, décider et travailler au pays ».

  • 3 Pasquier R., Le pouvoir régional. Mobilisations, décentralisation et gouvernance en France, Paris, (...)

3Le second facteur, intimement lié au premier, est à rechercher dans les logiques d’identification propres à la Bretagne. En effet, contrairement à d’autres régions européennes, la cohabitation entre identité nationale et identité régionale ne pose pas de conflits majeurs en Bretagne. L’offre identitaire présente bien un caractère composite en France ; cependant, si les allégeances territoriales sont plurielles, elles ne présentent pas ou peu de caractère concurrentiel ou conflictuel. En Bretagne, 90 % de la population se sent à des degrés divers autant bretonne que française. Un discours d’autonomisation par rapport à l’ensemble national est assez difficilement audible dans la mesure où un discours autonomiste ne rencontre que très peu d’individus se sentant exclusivement bretons. L’UDB s’est ainsi heurtée à la difficulté de politiser l’identité bretonne, qui est d’abord vécue comme une valeur culturelle3.

4Le troisième facteur externe est institutionnel et tient à l’économie du système politique de la Ve République. Tout d’abord, le système électoral français, où prédomine le scrutin majoritaire (uninominal à deux tours), rend difficile l’émergence de nouveaux acteurs politique. Les scrutins proportionnels (municipales, régionales) quant à eux sont dotés de seuils élevés de suffrages pour fusionner ou accéder au second tour et sont en réalité peu favorables aux petites formations politiques qui ne peuvent espérer des élus qu’au travers de stratégies d’union. Si bien qu’en dehors du niveau municipal (où la spécificité programmatique du parti breton n’est pas forcément évidente), les rétributions électives du militantisme à l’UDB sont rares. Cette incapacité à avoir des élus de manière autonome ne favorise pas la visibilité du parti. D’autant que les élections réussies n’enclenchent pas de dynamiques militantes significatives. La récente élection de Paul Molac comme député apparenté UDB en juin 2012 est ainsi passée relativement inaperçue. Par ailleurs, le système politique français reste structuré à l’échelon départemental. La plupart des partis politiques sont organisés à cette échelle (notamment le PS et l’UMP), faisant de fait du département l’espace pivot de la compétition politique. En outre, la Loire-Atlantique, rattachée à la région Pays de la Loire, échappe presque totalement au jeu politique breton.

  • 4 À l’exception du cas corse mais qui apparaît souvent comme un repoussoir en raison d’une violence (...)

5Ajoutons enfin que le système médiatique français reste peu organisé à l’échelon régional. Les médias à forte audience, et donc à fort pouvoir de légitimation (télévision, presse quotidienne nationale, grands hebdomadaires), sont tous parisiens et n’évoquent qu’exceptionnellement les partis régionalistes4. Leurs difficultés à décripter le mouvement des Bonnets rouges fin 2013 souligne, s’il en était encore besoin, ce conformisme intellectuel. Les médias régionaux ne compensent que très partiellement ce handicap : ils prennent souvent les médias parisiens pour médias de référence et sont peu organisés à l’échelle de la Bretagne (cf. Le Télégramme présent uniquement à l’ouest de la Bretagne, et Ouest-France au contraire qui diffuse sur trois régions).

L’UDB face aux contraintes de l’espace politique breton

6Globalement, l’échelon institutionnel et politique régional souffre donc encore d’une faible visibilité, ce qui constitue un obstacle supplémentaire pour une formation politique à vocation régionale. Cependant, les raisons du relatif échec électoral de l’UDB sont aussi à rechercher dans les contraintes propres à l’espace politique breton.

7L’éclatement idéologique et programmatique de l’offre régionaliste bretonne est le premier élément. En effet, les partis « régionalistes » bretons sont très divisés, aussi bien sur l’axe gauche-droite que sur l’axe décentralisateur-séparatiste, alors que dans la plupart des régions où le régionalisme politique connaît le succès, un seul parti symbolise cette mouvance, comme le soulignent les exemples écossais, gallois, galicien ou flamand. Plus gênant encore, l’UDB peine à rassembler tous les autonomistes de centre-gauche en son sein comme l’illustrent les exemples de la création du Mouvement Bretagne et progrès de Christian Troadec (maire et conseiller général de Carhaix) et Christian Derrien (maire de Langonnet et conseiller général de Gourin) ou du Parti breton (dont nombre des membres, y compris parmi les dirigeants, ont un parcours de centre-gauche, à l’instar d’un Jacques-Yves Le Touze ou d’un Émile Granville). Elle ne sait pas plus attirer les nombreux notables « divers gauches » proches de ses idées, du député Jean-Luc Bleunven aux conseillers régionaux Jean-Michel Le Boulanger et Lena Louarn, en passant par de très nombreux conseillers municipaux.

  • 5 À cet égard, en 2013, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault s’illustre par plusieurs reculades comm (...)

8Cette situation a contraint l’UDB à passer des accords politiques avec la gauche socialiste ou écologiste, ce qui n’a pas manqué de diluer la spécificité du discours régionaliste, et/ou à soutenir des majorités politiques qui, une fois l’élection passée, ont très souvent oublié les engagements pris sur les langues régionales ou sur la décentralisation5. Cette situation d’allié dominé s’est renforcée à partir de la fin des années 1990 quand la gauche socialiste devient largement majoritaire en Bretagne aussi bien aux élections locales, régionales, législatives que présidentielles. Un aspect du problème est sans doute la revendication par l’UDB du concept de régionalisme (au détriment souvent de celui d’autonomie) qui se révèle peu discriminant en Bretagne parmi une offre politique bretonne largement favorable à la décentralisation

  • 6 Diwan scolarise aujourd’hui plusieurs milliers d’enfants en Bretagne.
  • 7 D’Armand Keravel (longtemps animateur d’Ar Falz et d’Emgleo Breiz) à Andrew Lincoln (qui fut prési (...)

9Le troisième facteur interne renvoie aux relations complexes que l’UDB entretient avec le mouvement culturel breton. En effet, nombre de militants investissent l’action culturelle en Bretagne sans pour autant se positionner sur le plan politique. Dans les années 1970, les militants de l’UDB participent très activement à la recrudescence de la culture régionale en prenant part au parcours théâtral du Printemps des Bonnets rouges de Paol Keineg à partir de 1972, ou en organisant, à partir de 1975, la fête du Peuple breton qui donnent une nouvelle audience à des artistes bretons défendant la culture et la langue régionale. Cependant, c’est sans l’appui du bureau politique que René L’Hostis, alors militant de l’UDB, crée en 1977 la première école Diwan, où l’enseignement est dispensé entièrement en breton, par immersion6. Cette même année, la charte culturelle accordée par le gouvernement central permet à nombre d’associations culturelles d’être subventionnées par l’État. Quelques années plus tard, les lois de décentralisation en 1982-83 participent aussi de cette autonomisation financière du mouvement culturel. Si bien que cette mouvance culturelle bretonne ne constitue pas une école de formation, ou même un sas d’entrée, dans le militantisme politique autonomiste. Souvent faiblement politisés, les militants culturels préfèrent même parfois s’investir dans d’autres partis, notamment le PS7. Ainsi, l’UDB en tant qu’organisation politique, n’a jamais pu s’appuyer sur un mouvement culturel bien plus large et influent dans la société bretonne.

  • 8 D’ailleurs dans plusieurs régions européennes, le parti autonomiste (ou l’un d’entre eux) a su ver (...)

10Le rapport à l’écologie constitue un quatrième facteur d’explication des flux et reflux de l’UDB pendant ces cinquante dernières années. En effet, il faut attendre le milieu des années 1980 pour que le parti affiche clairement son intérêt pour la question écologique. Le rapport à l’écologie a longtemps été ambivalent au sein de l’UDB. Si elle manifeste dès les années 1970 contre le nucléaire civil, le bétonnage des côtes ou encore le remembrement, l’écologie ne fait pas l’unanimité au sein de l’organisation avec d’un côté les marxistes qui défendent une ligne productiviste, et de l’autre les environnementalistes. Cette dissension idéologique permet aux partis écologistes d’occuper le terrain en Bretagne à partir de 1983, alors que leur électorat recoupe en partie celui de l’UDB8. L’aggiornamento idéologique et stratégique réalisé par le parti, à partir de la fin des années 1990, permet l’émergence d’une nouvelle ligne politique et la construction d’une alliance « historique » avec Les Verts de Bretagne pour les élections régionales de 2004. Cependant, l’UDB reste clairement dans la dépendance du Parti socialiste pour accéder à des fonctions politiques d’importance (vice-présidence de la région aux affaires européennes en 2004, rapporteur du budget en 2012).

11Ajoutons enfin que le fonctionnement collégial de l’UDB, et son souci d’éviter toute personnalisation du pouvoir, a interdit l’émergence d’un leader capable de créer une dynamique politique à même de rassembler l’ensemble des forces régionalistes en Bretagne. Dans des démocraties médiatiques où la personnalisation du message politique joue un rôle crucial, l’organisation interne de l’UDB apparaît à cet égard quelque peu en décalage au regard d’autres formations politiques comparables en Europe.

*

12Dès lors, l’UDB est-elle condamnée à rester une formation politique minoritaire en Bretagne ? Cinquante ans après la création du parti, les revendications autonomistes, voire séparatistes, font leur retour et pourraient constituer pour l’organisation bretonne une nouvelle structure d’opportunités politiques. Sous les coups de boutoir de la mondialisation économique, les crises à répétition des vieux États européens, les processus de décentralisation, de dévolution, de fédéralisation se poursuivent un peu partout. Plusieurs indices indiquent même le durcissement des relations centre/périphérie en Europe. La Belgique semble s’enfermer dans une guérilla linguistique entre Flamands et Wallons dont l’issue questionne directement l’avenir institutionnel du pays. En Espagne, un référendum symbolique en 2009 a, pour la première fois, placé l’indépendance de la Catalogne au cœur de l’actualité politique. Au Royaume-Uni, Alex Salmond est devenu, en 2007, le premier nationaliste à la tête du gouvernement autonome écossais et entend mener sa nation sur la voie de l’indépendance en 2014. En Italie, la Ligue du Nord a pris le contrôle politique de deux régions italiennes d’importance en 2010 : la Vénétie et le Piémont. La France n’échappe pas à ces tensions. Au printemps 2009 dans les Antilles françaises, un vaste mouvement social et identitaire mettait une nouvelle fois sur la sellette la capacité d’intégration territoriale du modèle républicain. En 2013, en Bretagne cette fois-ci, le mouvement des Bonnets rouges parvenait à mobiliser des dizaines de milliers de personnes autour du slogan régionaliste « Vivre, décider et travailler au pays ».

  • 9 Davezies L., La crise qui vient : la nouvelle structure territoriale, Paris, Le Seuil, 2012.

13Le modèle étatique français marqué par les Trente glorieuses et la figure d’un État interventionniste garant de la justice territoriale semble entré dans une phase longue et périlleuse de rénovation. Les revendications de l’UDB peuvent à cet égard trouver un nouvel écho dans un contexte de croissance économique atone et d’inégalités territoriales croissantes9. D’autant que la principale force politique bretonne, le Parti socialiste, malgré la bonne volonté de certains de ses dirigeants, n’est pas parvenu à faire avancer la cause régionale, que ce soit sur le volet d’une décentralisation différenciée ou celui de la reconnaissance des langues régionales ni même sur celui de l’aménagement du territoire. Cinquante ans après sa création, l’UDB est donc à la croisée des chemins. Sera-t-elle en mesure de tirer profit d’une période de transition dont la souveraineté étatique sortira nécessairement transformée ? Ce sont les défis qui attendent l’UDB dans les prochaines décennies.

Notes

1 Cf. Kernalegenn T., Une approche cognitive du régionalisme. Identités régionales, territoires, mouvements sociaux en Bretagne, Écosse et Galice dans les années 1970, thèse pour le doctorat de science politique, université de Rennes 1, 2011.

2 Cole A., Harguindeguy J.-B., « La politique linguistique de la France à l’épreuve des revendications ethnoterritoriales », Revue française de science politique, 59 (5), 2009, p. 939-966.

3 Pasquier R., Le pouvoir régional. Mobilisations, décentralisation et gouvernance en France, Paris, Presses de Sciences-Po, 2012.

4 À l’exception du cas corse mais qui apparaît souvent comme un repoussoir en raison d’une violence politique latente.

5 À cet égard, en 2013, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault s’illustre par plusieurs reculades comme par exemple au sujet de la ratification par la France de la Charte sur les langues régionales et minoritaires ou encore sur la promotion d’un grand acte de décentralisation/régionalisation qui s’avérera finalement une occasion manquée de plus.

6 Diwan scolarise aujourd’hui plusieurs milliers d’enfants en Bretagne.

7 D’Armand Keravel (longtemps animateur d’Ar Falz et d’Emgleo Breiz) à Andrew Lincoln (qui fut président de Diwan) les exemples sont nombreux.

8 D’ailleurs dans plusieurs régions européennes, le parti autonomiste (ou l’un d’entre eux) a su verdir suffisamment son programme pour attirer l’électorat écologiste et empêcher l’émergence d’un parti écologiste significatif : Galice (BNG), pays de Galles (Plaid Cymru), et même en Corse (PNC), où EELV n’a jamais réussi à percer.

9 Davezies L., La crise qui vient : la nouvelle structure territoriale, Paris, Le Seuil, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site