Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La violence et le judiciaire

 | 
Antoine Follain
, 
Bruno Lemesle
, 
Michel Nassiet
, 
et al.

Première partie. Violence, admise, tolérée, pardonnée

Une sociabilité sanglante : autour de la violence vindicatoire à l’époque moderne

Stuart Carroll

Texte intégral

  • 1 F. de Clérambault, Le château de Tournoël, Paris, Champion, 1910.

1Le 15 juillet 1724, Pierre de Montvallat, seigneur de Tournoël, alors âgé de 70 ans, rejeton de l’une des meilleures familles de la noblesse auvergnate, flanqué de son fils naturel et de deux valets, est attaqué par son ennemi, le sieur de Rochevert, à Sayat, sur la route qui va de Clermont à Volvic. Au cours de l’échauffourée, Montvallat reçoit une décharge en pleine figure qui le tue. Cette « haine mortelle » entre des voisins, selon l’expression consacrée, résultait des conditions de la réussite et de l’ascension des sieurs de Rochevert qui avaient fait fortune grâce à des charges d’officiers fiscaux à la fin du xvie siècle et qui étaient ainsi parvenus au premier rang dans le pays d’Auvergne. L’enregistrement de lettres de rémission pour Rochevert à Paris, le 25 janvier 1725, consacre cette position avantageuse1.

  • 2 F. de La Noue, Discours politiques et militaires, Basle, 1587, p. 248.

2Cette histoire n’est pas remarquable en elle-même – il s’agit d’un cas classique de confrontation née de rivalités locales pour le pouvoir social et politique – mais elle l’est par sa date qui en fait un exemple tardif d’un phénomène plus général. La « faide » est donc toujours vivante en France au xviiie siècle. À la fin du xvie siècle, les contemporains sont plus conscients que les historiens d’aujourd’hui que la vendetta est une caractéristique déterminante de cette époque. La Noue, en 1587, déplore que : « L’un prend des satisfactions avec avantage : l’autre se venge cruellement. L’un fait tuer en trahison son ennemi d’un coup de pistole ou de harquebuze, & les autres font grands assemblees, comme si c’estoyent petites guerres : & souvent a vient qu’une querelle en engendre quatre, & pour l’offense d’un, plus de vingt meurent2. »

  • 3 S. Carroll, Blood and violence in early modern France, Oxford, Oxford UP, 2006.

3La violence vindicatoire – c’est-à-dire la « faide », le duel et la vengeance – est le sujet de notre livre Blood and violence in early modern France3. Pour cet article, nous limitons notre propos à trois éléments constitutifs de la sociabilité de vengeance : la construction de la mémoire sociale, le rôle de conseil au sein des familles, et enfin le comportement des vengeurs dans l’espace public.

La mémoire familiale et sociale

  • 4 G. Halsall (dir.), Violence and Society in the Early Medieval West, Woodbridge, Boydell, 1998.
  • 5 A. Floquet, Histoire du privilège de Saint-Romain, 2 tomes, Rouen, 1833, t. II, p. 466.
  • 6 AD de Seine-Maritime, fonds du parlement de Rouen, 1B 3153, 25 juillet 1581 ; 1B 3154, 25 mai 1563
  • 7 A. Floquet, op. cit., t. II, p. 449.
  • 8 AD de Seine-Maritime, G 3504, 9 mai 1611.

4Dans les sociétés traditionnelles les événements du passé sont transformés en un récit d’inimitié et ils sont conservés dans la conscience collective au moyen des chansons et contes (souvent réalisés par les femmes)4. Hamlet ne fut-il pas visité par le fantôme de son père « to whet they almost blunted purpose » ? Les Français se rappellent-ils les animosités de leurs pères et de leurs grands-pères ? À Pâques 1627, François de Raveton, seigneur de Chauvigny en Basse-Normandie, tue son voisin le baron de Tubœuf. Dans ses lettres de rémission, Raveton raconte que « depuis plus de 300 ans, il y avoit tousjours eu froideur entre les maisons de Chauvigny et de Tubeuf5 ». Nous pouvons vérifier cette affirmation dans les archives. En 1627, la « faide » dure depuis au moins soixante-dix ans. Raveton devait être très conscient de cette histoire parce que la dispute avait produit une grande quantité de papiers, qu’il extrait de ses archives quand il est obligé de défendre ses intérêts contre les prétentions de son ennemi6. Quand ils ne sont pas découragés par la crainte de la justice royale, nous voyons que les gentilshommes sont francs, voire fiers, à propos de leurs animosités, quoique, en général, la durée de leur mémoire ne dépasse pas la limite de cent ans. Pierre Baudouin, écuyer, reconnaît qu’avant le duel sanglant auquel il participe le jour de Saint-Jean 1604 « que plus de soixante ans qu’il y a inimytié et querelle entre les maisons [des duellistes] tant que son père et des prédécesseurs7 ». Sept ans plus tard, Anne de Voré, écuyer, admet qu’entre son lignage et celui de son voisin « il y avoit cent ans qu’ilz estoient en troubles les uns avec les autres8 ».

  • 9 Arch. nat., JJ 257/3, f° 135, juin 1547.
  • 10 AD de Seine-Maritime, G 3503, 17 mai 1583.
  • 11 E. Bombal, Notes et documents pour servir à l’histoire de la maison de Saint-Chamans, Tulle, 1891, (...)

5Pour Hamlet, le souvenir de son père assassiné s’estompe rapidement. Mais à l’époque de la Renaissance, Hamlet est un homme exceptionnel. François Hauteroche, écuyer âgé de 24 ans, raconte qu’il avait 11 ans lors de l’assassinat de son frère par le clan Apchier. En novembre 1543, François rencontre un de leurs serviteurs sur la route « et lors luy vint au cœur la mémoire et recordacion de la mort de sond[it] frère », et c’est pourquoi il est obligé de se venger sur la place9. Dans la sociabilité quotidienne des gentilshommes, les aspects moraux de tels délits occasionnent des débats sans fin. Chrétien Gommer, écuyer, est âgé seulement de 13 ans lors du brutal assassinat de son père, perpétré en 1568 sous ses yeux. Pendant les quatorze années suivantes, il « se trouve ordinaire en bonnes compaignies et avec grandz seigneurs [qu’]on luy mectoit souvent devant les yeux la mort de son père10 ». Les traditions familiales sont transmises oralement de génération en génération, jusqu’à tel point qu’au xviiie siècle la famille de Saint-Chamans est certaine que les origines de la dissension avec la branche collatérale remontent à un duel qui s’était déroulé en 1604. « Ce combat », écrit le seigneur de Saint-Chamans en 1790, « a été l’origine des guerres civiles et dissension qui ont désolé notre maison près d’un siècle et demi ». Dans son enfance on lui avait raconté comment à la fin du xviie siècle la petite-fille de l’un des protagonistes originaux s’était amusée à ramasser les boulets de canon et balles d’arquebuse, débris de cette guerre privée11.

  • 12 Arch. nat., AB XIX 3346/1.

6Le mémoire manuscrit composé par le Provençal Honoré de Quiqueran en 1657 reste la seule source, identifiée pendant mes recherches, qui ait été expressément consacrée aux réflexions sur une faide : « Ces mesmoires serviront déshormès pour contenter la curiosité de nos descendans et pour les obliger d’en faire de mesmes, puisque nos pères ont négligé de nous laissé des lumières du menu de leursd[ites] actions12. » Son intérêt principal est l’histoire de la vendetta qui se déclenche vers 1540 entre ses aïeux et les Castellane-Laval et qui dura jusqu’à la fin du xvie siècle. Ce conflit a produit une énorme documentation, mais il est évident que le compte rendu dressé par Honoré est aussi fondé sur une riche tradition orale car, comme il le dit lui-même, nombre de ses aïeux étaient analphabètes. La « faide » avec les Castellane-Laval était finie avant sa naissance et il ne démontre aucun signe d’hostilité envers eux. Pourtant, dans Saint-Martin d’Arles, où Honoré fait ses dévotions habituelles, il y a un rappel constant du passé. Il s’agit de la chapelle fondée par les Castellane-Laval en l’honneur de Gaucher de Quiqueran, assassiné par eux en 1545 et qui fait partie des réparations dues par les Castellane-Laval stipulées dans le compromis.

  • 13 S. Carroll, « The peace in the feud in sixteenth-and sevententh-century France », Past and Present(...)
  • 14 O. Siméon, Archives du château de Léran, 5 tomes, Toulouse, Privat, 1903-1927, p. 501-503 ; L. de (...)

7Chapelles, croix, épitaphiers, consacrés à la mémoire des victimes assassinées, sont courants dans la France traditionnelle. Fondés par le meurtrier, ces dons servent, conjointement à l’argent versé pour prix du sang – « blood money » – à réparer le tort, rembourser la dette de sang et retrouver l’équilibre entre les clans13. Ces trophées sacrés sont symboliques de l’affirmation de la paix et de la réconciliation. Mais d’autre part, les objets profanes servent à prolonger et à immortaliser des sentiments d’hostilité. Après que le château de Champroux, appartenant à la famille Gadagne, a été rasé sur ordre royal, après l’assassinat de Jean de Lévis comte Charlus en 1611, ses décombres sont employés à la construction d’une chapelle et d’une croix sur le lieu du crime, pour durer au moins jusqu’en 1875. Mais on est allé plus loin. À Poligny, siège principal des Lévis-Charlus, jusqu’à la fin du xixe siècle, subsistent sur les murs de la salle des gardes du château des fresques reproduisant les détails de l’assassinat. Aucun visiteur n’aurait pu ignorer les événements et, par ce moyen, l’assassinat est entré dans le monde du folklore. Les termes « va Gadagne ! » et « chétif comme un Gadagne » sont devenus des insultes populaires dans le Bourbonnais14.

Le rôle du conseil de famille

  • 15 S. Carroll, « Achêter la grâce en France du xve au xviie siècle », B. Garnot (dir.), Justice et ar (...)

8Le conseil est l’un des éléments les plus importants de l’histoire politique dans les sociétés traditionnelles, mais un phénomène largement négligé par les historiens, sans doute à cause de son caractère fugace, éphémère. Consulter ses proches est essentiel à la fois avant et après une démarche violente. Le partisan doit mobiliser un soutien solide parmi le lignage, soit pour tuer son ennemi, soit pour contrecarrer les poursuites judiciaires résultantes. Chaque étape de la procédure entraîne des frais, sans parler des réparations financières prévues dans le compromis. Cela peut appauvrir le lignage entier. Après l’assassinat, le conseil est l’occasion d’obtenir le soutien des patrons et des clients, qu’il s’agisse d’abriter l’auteur, retarder la procédure judiciaire, suborner et menacer les témoins ou supplier la grâce royale. Sans l’appui des siens, l’acteur se retrouve politiquement et socialement isolé15.

  • 16 Arch. nat., JJ 231, f° 203, 1498.
  • 17 Arch. nat., JJ 227, f° 151, novembre 1496.

9Mépriser l’autorité patriarcale est un péché et les jeunes mâles ont une obligation de sauvegarder l’honneur du groupe et de lancer des défis. En 1476, Jean de Polastron dit à son fils Roger, que « s’il ne le vengeoit dudit oultrage » perpétré par Domange de Pujols « qu’il le désavoit ne le tenoit point pour son filz [et il] n’a[ura] jamais aucun bien de luy16 ». La pression morale exercée par le clan sur l’individu pour qu’il se conforme à son obligation est formidable. En 1495, l’oncle de Pierre Gouberville lui dit que « vous seriez bien lasche si vous ne vous en vengez. Il m’en cuida faire vendredy ou samedy [à] Rouen17 ». Gouberville avait été insulté lors d’une grande assemblée de nobles et son oncle voulait s’assurer que l’acte de vengeance aurait lieu, comme l’offense originale, dans un espace public.

  • 18 Arch. nat., X2b 1181, 13 décembre 1611.

10Le conseil familial n’est pas un forum où règnent simplement le consensus et un sage conseil. Puisque le conseil familial détermine la direction politique de la famille, il est souvent déchiré par des aspirations contradictoires ou par des querelles d’ego. Le chef du lignage est un personnage complexe, façonné à la fois par ses propres perspectives et par les désirs, les préjugés et les intérêts de ses proches parents et de ses conseillers. Au sein de la famille Gadagne, le belliciste furieux qu’est Marc de Grivel, beau-frère de Balthazar de Gadagne, a du poids. Dans son interrogatoire devant le Parlement de Paris en décembre 1611, le rapporteur lui demande s’il n’a pas dit à son beau-frère : « Il faut tuer le coq, autrement ne me voyez plus18. »

  • 19 R. Grand, Anjony : une race – un château, Paris, Picard, 1951, p. 78-79.
  • 20 Arch. nat., X2b 1180, 29 mai 1609.
  • 21 Arch. nat., JJ, f° 53, juin 1479.

11La voix féminine a un certain poids moral et une femme peut jouer un rôle capital dans le processus décisionnel. La femme vengeresse n’est pas simplement un trope littéraire. En 1469, la femme et la belle-sœur de Rigaud de Tournemire lui font jurer publiquement de « faire tuer et occire » l’assassin du bâtard de Tournemire19. En 1605, la damoiselle de la Brinière charge un laquais de porter une épée de duel et un poignard à son fils aîné, disant « dy à ton maistre que s’il trouve de noz ennemis voila dequoy les attaquer20 ». Par le biais de commérages, les femmes peuvent réguler la conduite de leurs maris. Si le bruit court qu’un homme est un couard, sa réputation est ruinée. Faute de jeunes parents mâles influençables, il faut employer laquais ou domestiques pour exécuter la besogne. Mais d’autre part, les femmes peuvent exercer un rôle apaisant. Au cours des délibérations tenues à Charmes en 1479, Nicolas du Han propose « que en quelque [lieu] que led[it] Andrieu fust trouvé qu’il soit batu21 ». Nicolas est contredit par sa femme qui prône la modération parce qu’elle craint pour la vie d’Andrieu. Ce raisonnement ne l’emportera pas, mais de temps en temps la voix morale a été décisive.

Le « Théâtre de Sang »

  • 22 G. Hanlon, « Les rituels de l’agression en Aquitaine au xviie siècle », Annales ESC, n° 40, 1985, (...)

12Dans les sociétés traditionnelles la haine et l’animosité sont à la fois des sentiments émotionnels et des catégories publiques qui structurent et codifient les relations interpersonnelles. Dans l’Agenais à la fin du xviie siècle « chacun, s’imaginant acteur sur l’agora locale, tâchant de jouer son rôle de manière à apparaître un peu plus important que son statut social ne le permet. Il faut tenir la tête haute et prodiguer des bravades, afin de prouver que l’on n’est sans importance22 ». Le châtiment d’un ennemi perd beaucoup de son intérêt s’il s’accomplit en privé et la présence des spectateurs est la garantie qu’un duel verbal suivi de quelques coups de main ne va pas dégénérer.

  • 23 Lettre de défi pour combattre en un lieu.
  • 24 Arch. nat., AB 3346/1, f° 45 v.

13Se battre en duel en secret est rare avant le xviiie siècle, parce que le prestige du combat dépend à la fois du nombre et du statut des observateurs. Malgré leurs vicissitudes politiques et financières, une aura de puissance continue à entourer la famille de Guise dans le premier tiers du xviie siècle, grâce à leur réputation d’être prompts à faire réparer leur honneur bafoué avec démonstrations de violence. Les duels qui opposent le chevalier de Guise à Luz père et le jour après à Luz fils, sont parmi les plus célèbres du Grand siècle. Les braves de la Cour affluent à l’hôtel de Guise pour faire acclamer leur héros. Les victoires du chevalier sont louées en vers et même annoncées à grand renfort de publicité dans le Mercure François. Ses exploits suscitent l’admiration des provinciaux. En Provence, l’année d’après, le chevalier compare ses blessures de combat avec ceux de la région. Il donne une copie du cartel23 qu’il a fait envoyer à Luz père, à Lion de Quiqueran, qui n’apprécie guère son attitude : « Il se glorifioit extrememant du bon heur des ses combats, dont Lion le blasmoit extrememant n’en donnat pas la gloire à dieu comme il devoit. Il ne se vit jamès un homme qui fit plus prier dieu pour celuy qu’il avoit tué, quoy que son combat est [le] plus acharné et le plus sanglant qui soit arrivé de son tans24. » Pour s’assurer le maximum possible de publicité, le cartel est parfois imprimé et affiché dans les rues.

  • 25 A. Floquet, op. cit., t. I, p. 346-347.

14Parce que l’honneur doit être proclamé, acclamé et confirmé publiquement, il y a des lieux qui constituent les espaces privilégiés de la sociabilité sanglante. Le cimetière se présente comme un espace clos. Lancer un défiaprès le messe c’est offrir la possibilité que les fidèles puissent intervenir. Pour la même raison le pont est un lieu privilégié par les duellistes. Sur les ponts des grandes villes se déroulent parfois des combats spectaculaires, par exemple le combat de cinq contre cinq sur le pont de la Seine à Rouen en 157925.

  • 26 Caumont de la Force et J. Nompar, Mémoires authentiques, Éd. marquis de la Grange, 4 tomes, Paris, (...)
  • 27 Arch. nat., X2b 1195, 27 février 1631.
  • 28 J. de Gaufreteau, Chronique Bordelaise, 2 tomes, Bordeaux, 1877-1878, I, p. 154.
  • 29 Arch. nat., X2b 1234, 8 mai 1652, 28 août 1652, 7 décembre 1652, 15 janvier 1653, 1er mars 1653 et (...)

15La reconstruction de Paris au xviie siècle crée une toile de fond plein d’édifices monumentaux, devant lesquels le drame de vengeance est joué. Il s’agit surtout de la place royale mais aussi du Pont-neuf, premier pont parisien dépourvu de maisons. En 1607, Jacques de la Fin de Nocle y est fusillé par quinze cavaliers et écrasé par une coche26. L’un des duels les plus célèbres du temps de Louis XIII, qui opposa Pontgibault à Chalais, a lieu sous la statue du père du roi édifiée en 1614. Le combat à cheval entre les Normands François de Pardieu et François de Bigars, marquis de la Londe, le 7 mai 1628, dans lequel le dernier est tué, est beaucoup moins connu. Le choix de ce lieu sous le nez du cardinal de Richelieu juste après l’exécution de Montmorency-Boutveille est frappant27. Mais la violence vindicatoire n’est pas réservée à la noblesse d’épée. La haute noblesse de la robe est aussi obligée de réparer l’honneur bafoué publiquement. À la fin du xvie siècle un conseiller du Parlement de Bordeaux fait tuer sa femme et son amant et « il fit exhiber leurs corps sur le pavé de la rue et y demeurèrent tout le jour de l’exécution28 ». Jean le Ragois, conseiller au Parlement de Paris, fait assassiner son ennemi, un officier de la chancellerie, sur le pont Notre-Dame en plein jour le 6 décembre 165229.

  • 30 Maréchal de Bassompierre, « Mémoires », Michaud et Poujoulat, 2 sér., VI, p. 277.
  • 31 M. Cuenin, Le duel sous l’Ancien Régime, Paris, Presses de la Renaissance, 1982, p. 103.
  • 32 Arch. nat., X2b 1269, 20 janvier 1666.

16L’exécution de Montmorency-Bouteville est considérée comme un événement déterminant pour le développement de l’absolutisme triomphant. Elle voit l’aristocratie maîtrisée par le cardinal et leur comportement violent « broyé » par la machine répressive de la justice royale. En réalité, les duellistes sont obligés de passer dans la clandestinité pour peu de temps et le problème réapparaît d’une façon spectaculaire l’année suivante pendant le siège de La Rochelle, où le maréchal de la Meilleraye, neveu préféré du cardinal, se livre à un duel à cheval sous les yeux des deux armées opposées30. Modifier par simple édit un concept si dominant que l’obligation d’avoir recours aux armes pour avoir satisfaction, était peu probable. Peu de temps après, la place royale est encore une fois le théâtre de violents affrontements. En 1637 le Parlement de Paris se plaint que « les rues de cette ville servent d’un théâtre sanglant31 ». Juste après la mort du cardinal se déroulent deux fameux duels sous la statue nouvellement installée de Louis XIII. Même pendant la majorité de Louis XIV l’usage sanglant que l’on fait du Pont-neuf continue : le 13 janvier 1666 le comte de la Feuillade, plus tard maréchal de France, se bat avec le chevalier de Clermont32.

Conclusion

  • 33 Tallement des Réaux, Historiettes, Paris, Éd. G. Mongrédien, Garnier, 8 tomes, 1932-4, t. I, p. 23 (...)

17Le devoir chrétien de traiter les gens sans défense et les mourants avec compassion se heurte à la psychologie guerrière de la noblesse. Dans la culture guerrière le rapport entre l’humiliation et la mutilation des corps est étroitement lié. Apprendre à tuer de sang-froid est un rite de passage : « Quand [Jean de Nettancourt] prenoit des prisonniers, il les faisoit tuer par son filz qui n’avoit que dix ans, pour l’accoustumer de bonne heure au sang et au carnage33. » Le rapport du chirurgien sur le corps mutilé de Pierre Dangery montre comment le vengeur, emporté par sa colère « juste », fait laver son honneur dans le sang en 1639 :

  • 34 AD Haute-Garonne, BPS [sacs à procès] 1577, 14 juin 1639, « Procès-Verbal des chirurgiens sur le c (...)

« Inventaire de la procédure faict pardevant nous honorés seigneurs messieurs tenans la souveraine cour de parlement de Tholouse. Damoiselle Anne de Fontanieu vefve de feu Me Pierre Dangery docteur advocat demendeur en excès contre Jean de Rochechouard sieur et baron de Faudouas, Louys de Rochechouard sieur de Barbasan et Roger de Rochechouard Sr d’Auterere frères défaillans.
Premièrement une playe sur le tétin gauche longue d’ung travers et de demy large de doibt, large d’ung demy, à travers du cœur pénétrant jusques aux vertèbres du métaphrère faicte de coup d’estoc.
Autre playe sur le tétin droict longue d’ung grand travers de doibt large comme la sus dicte traversant le poulmon semblabl[em]ent faicte par intrusion de pointe d’espée.
Autre playe au costé droict sur la cinquième des fausses cottes longue d’ung petit travers de doigt large d’environ demy arresté sur ladicte cotte.
Autre playe ayant son entrée par derrière au dessoubz la joincture du bras droict à l’espaule longe de six grades travers de doibt de large et large d’ung et sa sortie a travers la vaine axillaire au dessoubs la fourche droicte longue d’un travers de doibt large d’environ demy aussy faicte ladicte playe d’estocade.
Autre playe aussy d’estocade par derrière de figure triangulaire entrent dens la capacité du corps passant entre les apophises des vertèbres des combes du costé gauche portèrent jusques au diaphragme.
Autre playe faict de trenchent d’espée par derrière longue de six travers de doibt large de trois couppant le muscle lombaire du costé droict.
Autre playe aussy faicte de trenschent de glaive au dessoubs la claivière droicte sur le cartilège luy joint les cotes au sternum de longueur de six travers de doibt largueur de quatre.
Autre playe d’estocade entre la seconde et la troisième des fausses costés du costé gauche entrent dans le corps pénétrant le diaphragme toutes lesquelles playes attendu leurs diverses figures faicte à nostres advis par plusieurs glaives différentes. Estimons avoir este cause de mort soudaine dudict sieur Dangery voire mesme la première seulle en avoir esté suffisante34. »

  • 35 AD Seine-Maritime, G 3503, 17 mai 1583 ; P. de L’Estoile, Registre-Journal du règne d’Henri III, G (...)

18Selon le rapport, le premier coup seul a entraîné la mort. La plupart des coups ont donc été infl igés post mortem. Il y a peut-être une raison judiciaire puisque par ce moyen on identifie avec difficulté l’assassin. Il est plus vraisemblable que nous sommes les témoins d’un acte qui manifeste un sentiment de solidarité et un désir de participer au triomphe. En 1568, le père de Chrétien de Gommer a été assassiné devant ses yeux par l’abbé d’Orbais ; le cadavre a été horriblement mutilé, la gorge a été tranchée, les yeux ont été creusés, et l’abbé plaisanta que « si ils vouloient achapter les peaulx de ces bestes, il leur feroit bon marché […] qu’ils y avoyent faict faire feuz de joye en signe de trophée, dansans autour de feu, ayans des bonnets rouges et plumes de coq, en dérision du [Gommer] et de sa maison ». Quatorze ans plus tard Gommer et ses parents, soit 16 à 18 hommes, échafaudent un plan pour se venger en coinçant leur proie dans une maison. Chrétien y entre le premier, avec son frère et son beau-frère, pour tuer l’abbé, puis les autres parents entrent dans la maison l’un après l’autre pour poignarder le cadavre : « Mesme a entendu que aucuns marchèrent sur le corps le foullant au pieds. » Selon Pierre de L’Estoile, l’abbé a reçu plus de cent blessures de pistole et de poignard. Gommer le présente comme un acte juste et rédempteur. Puis il offre ses remerciements à Dieu et fait connaître partout « que dores en advant il pouvoit aller la teste haulte35 ».

Notes

1 F. de Clérambault, Le château de Tournoël, Paris, Champion, 1910.

2 F. de La Noue, Discours politiques et militaires, Basle, 1587, p. 248.

3 S. Carroll, Blood and violence in early modern France, Oxford, Oxford UP, 2006.

4 G. Halsall (dir.), Violence and Society in the Early Medieval West, Woodbridge, Boydell, 1998.

5 A. Floquet, Histoire du privilège de Saint-Romain, 2 tomes, Rouen, 1833, t. II, p. 466.

6 AD de Seine-Maritime, fonds du parlement de Rouen, 1B 3153, 25 juillet 1581 ; 1B 3154, 25 mai 1563.

7 A. Floquet, op. cit., t. II, p. 449.

8 AD de Seine-Maritime, G 3504, 9 mai 1611.

9 Arch. nat., JJ 257/3, f° 135, juin 1547.

10 AD de Seine-Maritime, G 3503, 17 mai 1583.

11 E. Bombal, Notes et documents pour servir à l’histoire de la maison de Saint-Chamans, Tulle, 1891, p. 23-24.

12 Arch. nat., AB XIX 3346/1.

13 S. Carroll, « The peace in the feud in sixteenth-and sevententh-century France », Past and Present, n° 178, février 2003, p. 74-115.

14 O. Siméon, Archives du château de Léran, 5 tomes, Toulouse, Privat, 1903-1927, p. 501-503 ; L. de Ribier, Charlus-Champagnac et ses seigneurs, Paris, Champion, 1902, p. 112-13.

15 S. Carroll, « Achêter la grâce en France du xve au xviie siècle », B. Garnot (dir.), Justice et argent. Les crimes et les peines pécuniaires du xiiie au xxie siècle, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2005.

16 Arch. nat., JJ 231, f° 203, 1498.

17 Arch. nat., JJ 227, f° 151, novembre 1496.

18 Arch. nat., X2b 1181, 13 décembre 1611.

19 R. Grand, Anjony : une race – un château, Paris, Picard, 1951, p. 78-79.

20 Arch. nat., X2b 1180, 29 mai 1609.

21 Arch. nat., JJ, f° 53, juin 1479.

22 G. Hanlon, « Les rituels de l’agression en Aquitaine au xviie siècle », Annales ESC, n° 40, 1985, p. 244.

23 Lettre de défi pour combattre en un lieu.

24 Arch. nat., AB 3346/1, f° 45 v.

25 A. Floquet, op. cit., t. I, p. 346-347.

26 Caumont de la Force et J. Nompar, Mémoires authentiques, Éd. marquis de la Grange, 4 tomes, Paris, 1843, t. I, p. 184, 426.

27 Arch. nat., X2b 1195, 27 février 1631.

28 J. de Gaufreteau, Chronique Bordelaise, 2 tomes, Bordeaux, 1877-1878, I, p. 154.

29 Arch. nat., X2b 1234, 8 mai 1652, 28 août 1652, 7 décembre 1652, 15 janvier 1653, 1er mars 1653 et 25 septembre 1653.

30 Maréchal de Bassompierre, « Mémoires », Michaud et Poujoulat, 2 sér., VI, p. 277.

31 M. Cuenin, Le duel sous l’Ancien Régime, Paris, Presses de la Renaissance, 1982, p. 103.

32 Arch. nat., X2b 1269, 20 janvier 1666.

33 Tallement des Réaux, Historiettes, Paris, Éd. G. Mongrédien, Garnier, 8 tomes, 1932-4, t. I, p. 232.

34 AD Haute-Garonne, BPS [sacs à procès] 1577, 14 juin 1639, « Procès-Verbal des chirurgiens sur le cadavre de Pierre Dangery, avocat ».

35 AD Seine-Maritime, G 3503, 17 mai 1583 ; P. de L’Estoile, Registre-Journal du règne d’Henri III, Genève/Droz, Éd. M. Lazard et G. Schrenck, 6 tomes, 1992-2003, t. II, p. 125-126.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540