Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’opération généalogique

 | 
Olivier Rouchon

Deuxième partie. Espaces et cultures généalogiques. Moyens, discours, enjeux

Ancestralités princières, ancestralités patriciennes

Aspects de la culture généalogique dans le Saint Empire (XVIe-XVIIe siècle)

Naïma Ghermani

Texte intégral

1Comme de nombreux pays européens, le Saint Empire se présente comme un observatoire remarquable pour la culture généalogique de la période moderne, d’autant que la rupture confessionnelle offre aux pratiques généalogiques de nouveaux terrains et de nouveaux enjeux : elle permet de penser cette césure impensable, de suturer les familles divisées, voire déclassées par les conflits confessionnels. Ces mobilisations nouvelles des généalogies concernent principalement l’Allemagne des princes. Cependant, parallèlement à cette expansion des généalogies sous formes livresques ou visuelles engagée par les grandes familles princières, se propage dans les grandes villes d’Empire une importante culture généalogique, notamment dans les grandes familles du patriciat urbain qui font leur un genre particulier, les Familienbücher ou livres de famille.

  • 1 O. Klee, « Das Wappenrecht als Rechtsobjekt », Der deutsche Herold, 1907, p. 21; E. Beck, Grundfra (...)
  • 2 Articles « Ahnentafel » et « Ahnenwappen », dans O. Schmitt (dir.), Reallexikon zur deutschen Kuns (...)
  • 3 À titre d’exemple, H. Drös, « Zur Heraldik fränkischer Adelsgrabmäler », dans P. Schiffer (dir.), (...)
  • 4 O. G. Oexle, « Lignage et parenté, politique et religion dans la noblesse du XIIe siècle : l’évang (...)
  • 5 K. H. Spiess (dir.), Die Familie in der Gesellschaft des Mittelalters, Ostfildern, Thorbecke, 2009 (...)
  • 6 Par exemple, T. Baier (dir.), Die Legitimation der Einzelherrschaft im Kontext der Generationenthe (...)
  • 7 K. Heck, Genealogie als Monument und Argument. Der Beitrag dynastischer Wappen zur politischen Rau (...)
  • 8 E. Harding et M. Hecht, Die Ahnenprobe in der Vormoderne…, op. cit.

2En Allemagne, les études historiques sur la généalogie s’appuient sur une longue tradition érudite du XIXe siècle qui couvre à la fois des recherches généalogiques sur de grandes familles et les études héraldiques, mais aussi l’histoire du droit féodal et notamment du fameux « Wappenrecht » (droit armorié)1. Depuis les années 1980, cependant, deux tendances se font jour : la première se situe dans la continuité des monographies sur les généalogies princières et consiste à analyser l’écriture et la composition de ce genre historiographique, ses origines mais aussi ses enjeux politiques. Plus récemment, des travaux à la croisée entre l’histoire et l’histoire de l’art ont souligné l’importance des représentations visuelles de la généalogie à travers les arbres ou les tableaux d’ancêtres qui se propagent tant dans l’espace public que dans l’espace privé2, sur les tombeaux, les épitaphes, les murs des églises et des maisons, notamment dans le Sud de l’Empire3. Cette dernière approche est, pour l’interprétation de ces dispositifs visuels, largement redevable des avancées de l’histoire médiévale et moderne qui ont, ces dernières années, proposé une approche anthropologique du phénomène généalogique, reliant écriture généalogique et memoria4, reconstruction de l’histoire de la parenté et manipulations généalogiques. Ces travaux insistent sur l’efficacité de ces constructions sociales de la parenté qui, à travers des rituels et des représentations, visent à tracer des frontières sociales, à distinguer et à exclure5. Dans une perspective analogue, les historiens du politique se sont intéressés à l’usage de la généalogie dans les familles princières et royales comme outil de légitimation, et à celui de l’emploi de l’héraldique comme preuve juridique6. Une autre piste plus récente concerne davantage l’histoire culturelle et plus précisément l’histoire des savoirs. La généalogie est alors envisagée comme une « forme de pensée7 » (Denkform), comme un modèle visuel et intellectuel opératoire permettant de concevoir soit l’organisation des savoirs dans le contexte de l’expansion de la dialectique et de la topique, soit d’autres forme de parenté dans les sciences naturelles émergentes. Ce sont tous ces aspects relevant à la fois de l’histoire sociale, de l’histoire de la famille et de la parenté, des rituels et des formes visuelles qu’un ouvrage récent entend regrouper et analyser à travers plusieurs articles8.

3Cette présente contribution ne prétend pas rendre compte de l’ensemble de ces pistes de recherche. Elle insistera surtout sur un aspect qui a été jusqu’à présent peu étudié : la variété des stratégies généalogiques dans le Saint Empire avant et après l’épreuve de la rupture confessionnelle, notamment dans les principautés ; elle soulignera enfin la singularité des villes d’Empire, elles aussi grandes pourvoyeuses de livres de parenté et d’ancestralités extraordinaires.

Des ancestralités cumulées : les entreprises généalogiques de Maximilien Ier (1459-1519)

  • 9 G. Wagner, « Maximilian I. und die politische Propaganda », dans Ausstellung Maximilian I., Innsbr (...)
  • 10 H. Rabe, Deutsche Geschichte 1500-1600. Das Jahrhundert der Glaubenspaltung, Munich, Beck, 1991, p (...)
  • 11 W. Dotzauer, « Die Entstehung der frühneuzeitlichen deutschen Thronerhebung : Säkularisation und R (...)

4Si les Habsbourg ont fait preuve d’un intérêt certain pour la recherche de leurs ancêtres au Moyen Âge, l’empereur Maximilien porte à son comble ce zèle généalogique en le plaçant au cœur de son patronage littéraire et artistique. Cet engouement pour les formes généalogiques qui transitent d’un support à l’autre apparaît dans les dernières décennies de son règne, vers 1500, lorsqu’il s’entoure d’une équipe d’humanistes, d’historiographes, de poètes et de savants entièrement dévoués à l’écriture de ses hauts faits. Dès avant le tournant du XVIe siècle, la production littéraire autour du souverain foisonne, mais elle est avant tout tournée vers des écrits ponctuels, politiques, justifiant les décisions royales ou mettant en scène les grandes étapes de son existence à travers des romans chevaleresques tels que Freydal ou Weisskunig9. À partir des années 1500, les entreprises généalogiques dominent l’ensemble des commandes impériales. Le tournant du siècle, en effet, correspond, après une longue période erratique sur le plan politique, à une reprise en main des affaires impériales par Maximilien : alors qu’en 1495, lors de la diète de Worms, le monarque s’était vu imposer un « gouvernement impérial » (Reichsregiment), fixé à Nuremberg, avec lequel il devait composer, ce dernier n’eut cependant pas l’impact escompté et, dès 1502, il fut dépassé par ses tâches. Assez rapidement, le renversement de la situation diplomatique permet à Maximilien Ier de se soustraire à l’autorité politique du Reichsregiment : il obtient un accord avec la France, refuse de renouveler la nomination d’un gouverneur général d’Empire à la tête du gouvernement impérial ; il reprend le sceau du gouvernement et renvoie chez eux les membres de ce gouvernement (les Regenten). Ce regain d’autorité est raffermi par sa victoire lors de la querelle de succession entre la Bavière et le Palatinat (1503-1505). Cette double reprise en main coïncide avec l’amorce d’une politique iconographique et surtout, comme on va le voir, généalogique qui gagne encore en intensité vers 1507-1508 quand viennent la confirmation puis l’effectivité de la proclamation par le pape de son statut d’empereur, après une lutte de longue haleine. Celle-ci n’est certes qu’une demi-victoire, mais elle est, pendant un temps, conçue comme une étape avant le véritable couronnement par le pape, qui n’aura jamais lieu. Enfin et surtout, l’intérêt pour la généalogie se place dans un contexte particulier de recomposition et de réévaluation des pouvoirs en Europe pour l’héritage impérial. En 1506, le fils de Maximilien Ier, Philippe, meurt. Se pose alors très sérieusement le problème de la succession à la tête de l’Empire10. Malgré l’existence d’un héritier, encore très jeune, Charles, divers candidats, comme Henri VIII d’Angleterre, sont d’ores et déjà envisagés par les Électeurs11.

  • 12 H. Wiesflecker, Kaiser Maximilian. Das Reich, Österreich und Europa an der Wende zur Neuzeit, t. V (...)
  • 13 W. Gräbner, Über Ursprung und Art von Stammtafel und Ahnentafel mit besonderer Berücksichtigung de (...)

5Ainsi, l’échafaudage généalogique déjà amorcé sous le règne précédent de Frédéric III par Thomas Ebendorfer ou Johannes Hinderbach devient un vaste chantier auquel de grands humanistes rassemblés à la cour viennoise tels Konrad Celtis, Ladislaus Sunthaym et Joseph Grünpeck sont appelés à participer12. Le plus ancien document attestant cette recherche est une représentation d’un arbre sur un parchemin de 1497, conservé d’abord au château d’Ambras dans le Tyrol. Cette quête trouvera sa traduction visuelle spectaculaire en 1507-1508, dans les peintures murales du château de Tratzberg en Autriche où un arbre généalogique se déploie sur les quatre murs de la salle centrale du premier étage. Les branches semblent naître de bois de cerfs représentés en dessous alors que des figures des couples à mi-corps surgissent derrière des cartels indiquant leur identité13.

  • 14 H. Wiesflecker, Kaiser Maximilian…, op. cit., p. 363-364; D. Mertens, « Geschichte und Dynastie – (...)

6Une des premières étapes du grand chantier généalogique de l’empereur consiste d’abord à réunir toutes les sources possibles afin d’élaborer l’arbre généalogique des Habsbourg. C’est à un membre de la sodalité danubienne dirigé par Conrad Celtis, Ladislaus Sunthaym (1440-1513), qu’échoit la charge, avec pour mission particulière de relier la famille de Bourgogne à celle des Habsbourg. Sunthaym avait déjà fait ses preuves de généalogiste émérite au monastère de Klosterneuburg, lequel abritait la tombe du fondateur du monastère, le margrave Léolpold III issu de la Maison des Babenberg (1095-1136), canonisé en 1485. Pour cette nouvelle mission, le vieil humaniste se met en route, parcourt l’Empire et la France en quête d’archives et consulte l’abbé Trithemius de Sponheim dans l’espoir de trouver un lien entre les Mérovingiens et les ancêtres de son commanditaire. Cette tâche pour laquelle le savant tente de mettre une méthode historique aussi rigoureuse que possible n’est qu’une pierre à l’édifice généalogique que l’empereur entend bien construire dans le contexte de compétition à laquelle se livrent entre eux les princes européens pour déployer des origines prestigieuses. Au-delà des Mérovingiens, il lui faut remonter à l’Antiquité, voire aux temps bibliques, même si les traces avérées de la famille Habsbourg n’apparaissent qu’au Xe siècle. Insatisfait des efforts de Sunthaym, Maximilien charge par la suite Jakob Mennel (1460-1525) de rédiger une Stammchronik, une chronique des ancêtres. Mennel, fidèle à la méthode historique humaniste, se lance à son tour dans un grand voyage en Europe en quête de preuves et de sources (monnaies, armoiries, inscription s, monuments funéraires) dont le rassemblement disparate devra en somme démontrer l’origine troyenne et franque des Habsbourg14. Là sans doute réside ce qui nous apparaît comme un paradoxe mais qui ne l’est alors pas, la spécificité de l’entreprise généalogique impériale qui allie fermement la recherche de preuves avérées, visibles, prélevées dans les tombeaux, les archives et les inscriptions, et la convocation de généalogies antiques et improbables au prix de manipulations certaines. De toute évidence, les constructions généalogiques, comme ce sera le cas dans les décennies suivantes, entrecroisent deux régimes de vérité qui semblent opposés mais dont la juxtaposition au contraire est censée accroître le crédit.

  • 15 Je remercie vivement Francis Goyet pour cette suggestion.
  • 16 Sur cette série voir H. Zimmermann, « Hans Burgkmair des älteren Holzschnittfolge zur Genealogie K (...)

7Ainsi, au gré des différents projets et des différents supports, les origines des Habsbourg ne cessent de changer, sans que pour autant une œuvre ne vienne invalider une autre. Bien au contraire, la recherche généalogique de Maximilien suit les inflexions de ses activités diplomatiques, de ses projets d’alliance matrimoniale pour ses descendants ou de ses rivalités militaires. De même que, quelques années plus tard, les savants réunis autour de François Ier n’hésiteront pas à lui proposer plusieurs pistes d’ancêtres fictifs, sans y voir là contradiction, de même la pensée généalogique de l’équipe de Maximilien ne semble pas être guidée par l’alternative aut aut, mais bien plus par le non solum, sed etiam, pensant ainsi les productions symboliques comme des montages, sur le modèle de l’intarsia, l’emboîtement successif qui permet de faire coïncider plusieurs familles-souches pour une même Maison15. Mennel par exemple choisit d’abord de relier les Habsbourg à la célèbre famille romaine de Colonna, mais ce choix pouvait faire de l’empereur un sujet du pape. Pour ces raisons, l’auteur préfère se tourner vers les origines franques et troyennes de Maximilien qui justifiaient sa prétention à régner sur l’Orient comme sur l’Occident. L’ensemble est réuni en 1518 dans une imposante chronique en six volumes intitulée Chronique princière. Le miroir de la naissance de Maximilian (Fürstliche Chronik. Maximilians Geburtspiegel). À ces origines antiques et médiévales, Mennel associe une autre recherche qui doit donner à voir les saints présents dans la généalogie Habsbourg. Celle-ci relie ainsi la Maison de l’empereur au royaume des cieux par trois échelles, d’or, d’argent et de pierres précieuses. Ce projet spectaculaire, qui désignait Hector comme le point de départ de la dynastie franque et Charles Quint comme son point d’aboutissement, est illustré par une série de quatre-vingt-douze figures de la main de Hans Burgkmair (figure 21). Mais cette entreprise gigantesque restera inachevée et ne pourra être publiée après la mort de l’empereur16.

8Une gravure sur parchemin, l’« arbre généalogique de la Maison de Habsbourg », attribuée à Jörg Breu le Jeune (v. 1510-1547), exalte, quant à elle, les ambitions universelles de la Maison d’Autriche. Au pied de l’arbre, siégeant à droite et à gauche, le premier empereur Habsbourg Rodolphe Ier (1273-1291) et son épouse Anna Gertrud de Hohenberg (1225-1281) sont accompagnés de leurs armoiries respectives ainsi que de deux lions couchés, soutenant entre eux le globe impérial. Leurs descendants s’étagent sur plusieurs branches et sont désignés à la fois par des armoiries, des cartouches avec inscriptions et des figures en couple. Au sommet, le couple Maximilien-Marie de Bourgogne face à face répond au couple fondateur et ouvre sur les deux dernières branches où se tiennent à droite le couple impérial Charles Quint et Isabelle du Portugal, et à gauche le couple royal Ferdinand et Anne de Hongrie. Au centre de l’image, sous le bord supérieur, plane l’aigle bicéphale des Habsbourg encadré des deux blasons des couples, au-dessus d’une carte du monde dans un cercle et des colonnes d’Hercule, sous lesquelles apparaît la devise « Plus Ultre ».

  • 17 Kaiser Maximilian I. und die Kunst der Dürerzeit, catalogue d’exposition, musée Albertina, Vienne, (...)
  • 18 Pour une description précise de chaque partie de l’Ehrenpforte, voir E. Chmelarz, « Die Ehrenpfort (...)

9La spécificité du travail généalogique de Maximilien réside bien dans cette expansion de la quête des ancêtres prestigieux au-delà de la simple enquête historiographique. Les résultats des recherches des savants, qui viennent en partie se nourrir des travaux précédents, migrent vers d’autres supports et offrent une visualisation synthétique qui entend faire office de preuve. Sur cinq rouleaux de parchemin, Jörg Kölderer réalise, sans doute vers 1512-1513, une somptueuse série de dessins à la plume représentant trente-neuf ancêtres, tous soigneusement costumés et accompagnés de leurs armoiries et de leurs insignes (figure 22) : les rouleaux posés côte à côte, de plus de trois mètres de long, dessinent ainsi une frise qui s’ouvre avec Chlodwig (466-511) et s’achève avec Philippe le Beau (1478-1508)17. Il ne fait aucun doute que le quarantième personnage n’est autre que leur descendant Maximilien. C’est aussi la gravure monumentale intitulée « L’arc de triomphe de Maximilien » ou plutôt « la porte d’honneur » (Ehrenpforte) qui expose les ancêtres bibliques des Habsbourg (figure 23) : réalisé dans les mêmes années, vers 1512, l’arc de triomphe de Maximilien en partie réalisé par Dürer, guidé par les instructions de Johannes Stabius (1462-1522), fait de Noé le premier ancêtre de la famille. La porte d’honneur est un véritable montage symbolique. Ensemble gigantesque composé de cent quatre-vingt-douze planches, il se présente comme une composition ou une décomposition de sa personne en une infinité d’éléments définissant son pouvoir : ses ancêtres, ses vertus figurées sous des formes allégoriques et ses hauts faits18. Le tout, commenté par un texte de Johann Stabius, au pied de l’arc triomphal, était sans doute destiné à être lu et observé, page par page. Trois portes ordonnent l’ensemble, séparées par des statues et des colonnes. Enfin, la porte principale est ornée, en son sommet, d’une coupole, gardée par des personnages. Chacune porte un nom : l’arc central, la porte d’honneur, est jouxté de part et d’autre par la porte de la noblesse à droite, et la porte de l’éloge (Pforten des Lobes) à gauche. Toutes sont surmontées de panneaux superposés, représentant des scènes variées dont chacune est commentée par un texte de quelques lignes. Ces scènes, comme l’explique le texte de Stabius, sont divisées thématiquement : l’une reprend la généalogie de sa Maison, l’autre, les hauts faits de l’empereur. Des figures allégoriques orchestrent la totalité. Enfin, les portes sont flanquées de deux petites tours où s’élèvent les figures de Maximilien Ier en chasseur, en chevalier dans un tournoi, en croisé et enfin en homme pieux. Sur les coupoles couronnées, les symboles hiéroglyphiques empruntés à Horapollon louent les vertus de l’empereur.

  • 19 L. Madersbacher, « Das Maximiliansgrabmal », dans Ruhm und Sinnlichkeit, Innsbrucker Bronzeguss 15 (...)
  • 20 « Ein gegossenes Pilt von unsser Pershon […] mit einem Kerzen in der Hanndt, die ein ewig licht se (...)
  • 21 O. G. Oexle, « Die Gegenwart der Toten », dans H. Braet (dir.), Death in the Middle Ages, Louvain, (...)

10Ce déploiement généalogique gagne enfin l’espace liturgique dans un des derniers projets de l’empereur, son monument funéraire dans l’église curiale (Hofkirche) d’Innsbruck19. Cette composition funéraire restée inachevée et inoccupée par son commanditaire est largement redevable des généalogies des historiographes de la cour de Vienne, mêlant ancêtres réels et ancêtres fictifs. Là encore les personnages de « bronze » (en fait les figures sont composée s d’alliages métalliques) qui encadrent le tombeau du souverain sont au nombre de quarante, un chiffre dont la portée symbolique revient de manière récurrente dans les œuvres représentant l’empereur et qui répond exactement à la série de Kölderer évoquée plus haut. Le chiffre quarante en effet renvoie, dans la comptabilité biblique, au temps de l’épreuve et de l’attente avant la délivrance ou la résurrection. Plus encore que les projets de papier et les ouvrages qui entendent célébrer la « mémoire » (Gedechtnus) de Maximilien, le rassemblement d’ancêtre s d’Innsbruck allie memoria liturgique et mémoire dynastique. Les effigies grandeur nature convoquent les ancêtres à proprement parler, flanqués de trente-quatre bustes d’empereurs romains et d’une centaine de petites statues représentant les saints de la Maison Habsbourg. Le groupe des quarante « vrais » ancêtres renvoient aux territoires patrimoniaux et aux droits féodaux afférents, redessinant à travers leur corps une cartographie des territoires impériaux. On y trouve ainsi Chlodwig, fondateur du royaume franc, Théodebert, le premier duc des Habsbourg, selon la légende, avant de retrouver la plupart des ducs Habsbourg et quelques représentants des lignées secondaires comme Frédéric IV du Tyrol et son fils Sigismond. Les bustes d’empereurs rappellent la translatio imperii qui est aussi une forme de transmission territoriale et symbolique ; enfin les saints ancêtres sont à la fois les saints patrons et intercesseurs de la Maison en même temps qu’ils l’ancrent dans un temps liturgique. Les effigies des ancêtres réalisées dans un style naturaliste par le Munichois Gilf Sesselschreiber signifient physiquement la présence des morts et fonctionnent comme autant de garantes de cette communauté des morts et des vivants qui cimente la memoria liturgique. Pour ces mêmes raisons, près du lieu de la fondation, devait se trouver, selon les termes du testament de Maximilien rédigé en 1514, « une image en métal fondue de notre personne […] avec des chandelles dans la main qui soient une lumière éternelle20 ». Les statues des ancêtres autour du tombeau impérial possèdent un pouvoir de présence physique des morts bien plus efficace que les noms placés sur les listes des défunts dans les monastères : elles rappellent aux oratores leur devoir, incitent le visiteur à la prière, enfin, plus largement, assurent la fama du probande et de sa famille. Dans une communauté de salut qui rassemble les vivants et les morts, les saints et le Christ, les morts sont sans cesse rendus présents par la pratique de la prière et par l’invocation de leur nom21 : en ce début du XVIe siècle, le portrait et le récit dynastique semblent s’être substitués à la liste nominative. La memoria liturgique vient se superposer à une célébration des ancêtres.

  • 22 G. Melville, « Vorfahren und Vorgänger. Spätmittelalterliche Genealogien als dynastische Legitimat (...)
  • 23 E. Kantorowicz, Les deux corps du roi, dans Id., Œuvres, Paris, Gallimard, 2000 (1re éd. Princeton (...)

11Par cette expansion sur les livres, les gravures et l’espace, Maximilien montre ainsi, plus que quiconque, combien la culture généalogique est une projection temporelle qui ancre le commanditaire dans le passé et dans le futur puisqu’au monument sont associées les messes pour les morts et les récitations de psaumes, selon le testament de 1514 : quatre prêtres, seize chevaliers de l’ordre de Saint-Georges ainsi que vingt-quatre enfants de chœur étaient dévolus à cette tâche. Ces officiants au nombre de quarante venaient répondre au groupe des quarante ancêtres de Maximilien (en incluant l’empereur) montrant ainsi la symétrie mais aussi la réversibilité entre morts et vivants, commémorants et commémorés22. Cependant, la mémoire ancestrale devient ici un véritable monument au sens que lui confèrent les humanistes, celui de témoignage d’une gloire éternelle du défunt et de sa famille. Le monument généalogique, comme l’ouvrage qui lui est consacré, aboutit certes au commanditaire, mais il est surtout pensé comme un corps, ainsi que le suggère Ernst Kantorowicz dans sa réflexion sur les deux corps du roi. Dans son chapitre dédié à la continuité et aux corporations, il souligne que le « caractère essentiel de toutes les corporations n’était pas qu’elles étaient une “pluralité de personnes rassemblées en un seul corps” au moment présent mais qu’elles étaient cette pluralité de façon successive, grâce à la médiation du temps, et renforcées par le temps23 ».

  • 24 F. A. Yates, Astrée. Le symbolisme impérial au XVIe siècle, Paris, Belin, 1989 (1re éd. Londres, 1 (...)

12La construction généalogique du monument funéraire donne corps en somme à l’ensemble des travaux entrepris par Sunthaym et Mennel, notamment à la cour, à grand renfort de sources : remontant jusqu’aux Francs et aux Troyens, les figures permettent de donner à voir non seulement la glorieuse généalogie des Habsbourg, laquelle opère par ses embranchements d’une dynastie à l’autre, d’un peuple à l’autre, la translatio imperii, telle qu’elle avait été théorisée depuis le Moyen Âge24. Entrecroisant généalogies véritables et fictives, le monument place ces dernières sur le même niveau de crédibilité : elles sont autant de preuves des prétentions du roi des Romains à ses droits de souveraineté, l’ultime ayant été celle de ceindre la couronne pontificale et la couronne impériale.

  • 25 A. Lhotsky, « Apis Colonna. Fabeln und Theorien über die Abkunft der Habsburger », Mitteilungen de (...)
  • 26 Voir la monographie très complète de T. Schauerte, Matthäus von Pappenheim (1458-1541). Leben und (...)
  • 27 Ibid., p. 85.
  • 28 Ibid., p. 87.

13Par la suite, l’effort de construction généalogique des Habsbourg ne connut pas un tel développement, mais il se situa incontestablement dans cet héritage associant recherches de preuves et constructions généalogiques fabuleuses25. Dans la lignée des historiographes de Maximilien, les savants de l’entourage de Charles Quint et de son frère Ferdinand Ier s’attachèrent à poursuivre l’origine troyenne de la famille. L’humaniste augsbourgeois Matthäus von Pappenheim, auteur de nombreuses chroniques familiales, est un des premiers à reprendre le flambeau26. La Généalogie des Habsbourg, achevée en 1526, est à l’origine un beau manuscrit composé de trente-trois feuilles de parchemin, orné de six portraits en miniature à mi-corps. Cette œuvre était probablement destinée à être offerte à l’empereur Charles Quint ou à son frère lors d’un de leur séjour à Augsbourg27. Le manuscrit consiste en une imposante généalogie, à vrai dire la plus ambitieuse et la plus complète en terme numérique des ancêtres de l’archiduc Ferdinand Ier (1503-1564), remontant à Noé proclamé fondateur de la dynastie. S’il est difficile de savoir si Pappenheim a eu accès aux œuvres de Mennel restées à l’état de manuscrit, il est fort probable qu’il se soit inspiré de la porte d’honneur de Maximilien qui avait été imprimée à Nuremberg en 1517-1518. En tout, cent trente-huit ancêtres issus tous de la branche patrilinéaire jusqu’à Maximilien composent cette vaste reconstitution généalogique. Comme dans les ouvrages précédents, les ancêtres impériaux suivent le rythme des embranchements des grandes dynasties européennes : Troyens, Sicambres et Francs, sans omettre les prestigieux ascendants mythologiques tels Osiris, Hercule et Tuscus28.

  • 29 K. Grossmann, « Der Historiker Reichart Streun von Schwarzenau », Mitteilungen des Österreichische (...)
  • 30 Ibid., p. 23-25, voir aussi p. 181-182 sur les ancêtres de Dante.
  • 31 M. Tanner, The Last Descendant of Aeneas : The Hapsburgs and the Mythic Image of the Emperor, New (...)

14À partir de la seconde moitié du XVIe siècle, alors que s’opère la séparation entre Habsbourg d’Espagne et Habsbourg d’Autriche, le travail des généalogistes tend à se resserrer sur les origines proprement germaniques au détriment d’une souche romaine de la famille. C’est tout particulièrement à cette tâche que s’emploie un humaniste protestant, le baron Richard Streun de Schwarzenau, dit Streinnius, qui avait été l’auteur d’un premier ouvrage consacré aux stemmata des gentes romaines (Gentium et familiarum Romanarum stemmata, Genève, 1559, et Venise, 1571 et 1591), un texte écrit sous la houlette de son maître le huguenot François Hotman29. Dans son ouvrage consacré aux lignées germaniques des Habsbourg, Streinnius prenait délibérément parti contre une autre version, celle d’un bénédictin du Mont Cassin, Arnold Wion. S’inscrivant dans une tradition empruntée aux généalogistes italiens de la seconde moitié du XVIe siècle soucieux de rattacher certaines familles à la romanité30, ce moine savant unissait les ancêtres des Habsbourg à la souche des Anicia, une famille romaine donc, qui aurait été les premiers défenseurs de la vraie foi31. Ainsi, dès la fin du XVIe siècle, l’enjeu des généalogies des Habsbourg avait endossé une tout autre dimension : si la compétition entre familles d’Europe passait par la comptabilité des ancêtres prestigieux, le débat confessionnel devenait au fond l’enjeu des constructions généalogiques. Par l’affiliation à une famille romaine ou germanique, les généalogistes marquaient ou non la fidélité à Rome dans la tradition ancestrale des souverains allemands. C’est aussi cette vocation à s’imposer comme les defensores fidei qui alimente les généalogies des princes de la seconde moitié du XVIe siècle.

Des ancêtres confessionnalisés ? les princes catholiques et la légitimité généalogique

  • 32 N. Ghermani, Le prince et son portrait. Incarner le pouvoir dans l’Allemagne du XVIe siècle, Renne (...)

15La production généalogique des Habsbourg s’inscrit dans un contexte de véritable compétition entre souverains européens mais aussi entre les grands princes d’Empire qui s’activent à rechercher à leur tour des ancêtres les plus glorieux. La maison Wittelsbach, avec laquelle les Habsbourg entretiennent à la fois des relations d’étroite parenté et une féroce concurrence, est sans doute une des premières à comprendre le bénéfice politique et symbolique de la généalogie, dans un Empire profondément divisé par les frontières confessionnelles. Au début du XVIe siècle, lorsque l’unification du duché est réalisée et qu’est proclamée la règle de primogéniture, les historiographes privilégient systématiquement le lignage patrilinéaire au détriment des liens cognatiques. Les relations familiales élargies n’apparaissent plus que dans certaines galeries de famille ou dans certains livres manuscrits qui révèlent et soulignent les alliances actuelles des Wittelsbach et non leurs ancêtres32. L’enjeu des généalogies savantes ou pseudo-savantes que multiplient Habsbourg et Wittelsbach est en effet bien plus de démontrer l’aptitude de chaque famille à défendre la catholicité et, in fine, à prétendre au trône impérial, une ambition qui n’intéresse que la succession mâle des Bavarois. C’est ainsi que la figure de Charlemagne devient l’objet d’une discussion très vive entre les généalogistes des deux Maisons. Deux ducs de Bavière, Guillaume V (1548-1628) et son fils Maximilien Ier (1573-1651), sont les principaux artisans de cette captation de l’ancêtre préféré des Habsbourg.

  • 33 P. Schade, « Die Fassade der Michaelskirche in München », Das Münster, no 13, 1960, p. 238 sq.

16Dès 1583, Guillaume V fait placer sur la façade de l’église Saint-Michel à Munich, bâtie sous ses ordres, une statue de Charlemagne33 au milieu d’une série d’empereurs (Louis le Bavarois, Charles Quint et Ferdinand) et de ducs de Bavière (Otton le Grand, Théodon, Théowalda, Tassilon Ier, Albert le Sage, Ruprecht III du Palatinat et Albert V), ainsi que le roi Christophe du Danemark. Dans un livret, publié en 1597 pour l’inauguration de l’église Saint-Michel, les princes y sont présentés comme les gardiens du temple « principes ac reges in fronte templi excubant » et l’empereur Charlemagne célébré comme « le plus grand prince de Bavière ». Si la façade révèle un premier tour de force iconographique et généalogique, elle inscrit les princes de Bavière aux côtés des empereurs régnants, formant ensemble un bouclier contre l’hérésie.

  • 34 J.-M. Moeglin, Les ancêtres du prince. Propagande politique et naissance d’une histoire nationale (...)
  • 35 J.-M. Moeglin, Les ancêtres du prince…, op. cit., p. vii-viii.
  • 36 Ibid., p. 75-101.
  • 37 Ulrich Fuetrer, Bayerische Chronik (1478-1481), éd. R. Spiller, Munich, 1909.
  • 38 Veit Arnpeck, Sämtliche Chroniken, éd. G. Leidinger, 1915.

17Cette quête des ancêtres impériaux s’appuie sur des travaux médiévaux. Les Wittelsbach, arrivés en Bavière en 1180, grâce à l’intervention de l’empereur Frédéric Ier qui destitue le Welf Henri le Lion, s’étaient en effet efforcés, depuis le XIIIe siècle, de rebâtir leur légitimité en se fondant sur un intense travail généalogique34. L’institution et la légitimation de la dynastie par l’empereur paraissant insuffisantes ou trop fragiles pour enraciner le pouvoir dans le territoire, deux grandes traditions généalogiques s’installèrent en Bavière, menées, d’un côté, par des aristocrates et, de l’autre, par des clercs. Ces reconstructions donnèrent lieu à d’habiles manipulations consistant ainsi à transformer les catalogues de princes régnant en Bavière en liens de filiation ou à remplir les vides de succession, voire à substituer une personne par une autre35. À la manière des Capétiens en France qui avaient saisi, pour mieux la fondre avec leur dynastie, la généalogie des Mérovingiens et des Carolingiens, les généalogistes des Wittelsbach rappellent que les ducs de Bavière descendent des Luitpoldingiens et que ces derniers se rattacheraient aux Carolingiens. Cette thèse est esquissée dès la seconde moitié du XIIIe siècle, mais elle ne triomphe véritablement qu’au XVe et surtout au XVIe siècle36. Charlemagne est alors institué comme ancêtre non pas fondateur mais néanmoins essentiel de la famille Wittelsbach : cette thèse mise au point dans un ouvrage par Ulrich Fuetrer (1430-1496) connut un succès considérable37. Cependant, à la fin du XVe siècle, l’historiographe Veit Arnpeck, un clerc au service de l’évêque de Freising, n’hésita pas à détruire ce bel édifice en s’appuyant sur des sources nombreuses et sur ses prédécesseurs pour démontrer l’impossibilité du lien entre la branche carolingienne et celle des Wittelsbach38. Préférant élaborer une histoire nationale du territoire bavarois, qui aurait été, dès la fin de l’époque romaine, dirigée par des ducs, parmi eux, les Wittelsbach, il démonte l’origine de ces derniers : le duc Arnulf le Mauvais et son frère Wernher (en fait Berthold), premiers fondateurs de la lignée, ne seraient pas les fils de l’empereur Arnulf, mais ceux du duc de Bavière Léopold.

  • 39 Johannes Turmair dit Aventin, Sämtliche Werke (Akademie Ausgabe), 6 vol., 1881-1908.

18Cette œuvre critique qui connaît un certain succès, pose un véritable défi à l’historiographe de cour officiel du duc de Bavière, Johannes Turmair, dit Aventin (1477-1534), qui doit, au prix de nouvelles voltiges chronologiques et imaginatives, reconstruire un lien entre les Carolingiens et les Wittelsbach, sans nier pour autant l’héritage d’Arnpeck. Les œuvres d’Aventin, en effet, publiées dans les deux langues latine et allemande, ouvrent la voie à une concurrence historiographique accrue entre les Wittelsbach et leurs cousins Habsbourg non seulement pour la défense de la chrétienté, mais aussi pour le gouvernement de l’Empire39.

  • 40 Gewold publie ainsi les chroniques de Heinrich von Rebdorf et de Magnus von Reichersberg ; Walser (...)

19Le duc Maximilien Ier est un des commanditaires les plus actifs de travaux de généalogie qu’il confie en grande partie à des savants jésuites. Mais c’est son archiviste de cour, Christophe Gewold, qui est l’artisan principal de la récolte et de l’édition de sources, bref de cette recherche fiévreuse de preuves, prêtes à un usage diplomatique et militaire40. L’enjeu en est la reconstruction de la trame dynastique qui culminerait au glorieux ancêtre Charlemagne. Il s’agissait donc de reconstruire le pont entre les Carolingiens et les Luitpoldingiens. En dépit de l’absence de sources tangibles et vérifiables, Gewold comble ainsi les failles généalogiques avec ses propres hypothèses et réaffirme avec force la souche carolingienne.

  • 41 A. Schmid, ibid., p. 333.

20À cette première tâche, s’ajoutent également des recherches sur la naissance du collège des Électeurs (Kurfürstenrat) et sur le vicariat d’Empire (Reichsvikariat). Ces différents travaux partagent, au fond, le même dessein : rehausser le prestige politique des Wittelsbach et surtout fournir des arguments « scientifiques » justifiant leur prétention sinon au trône impérial, du moins à la couronne électorale. Cette recherche sans relâche de sources et de preuves généalogiques ne s’inscrit pas seulement dans une quête de prestige du duc de Bavière. Première puissance catholique dans l’Empire, les Wittelsbach ambitionnent, depuis le règne de Guillaume V (1579-1597), l’accession à la dignité électorale. Leur politique sur la scène de l’Empire vise à leur assurer la place de principal défenseur de l’Église romaine, dès 1582, lors de la guerre de Cologne (1582-1585) qu’ils déclarent avec l’aide de l’Espagne contre l’archevêque Gebhard Truchsess von Waldburg, qui souhaitait se convertir au luthéranisme et qu’ils remplacent par le frère de Guillaume de Bavière, Ernest. Pendant cette première offensive, l’empereur Rodolphe II reste impuissant, de même qu’il ne jouera qu’un rôle de second plan lors de l’intervention punitive de la Bavière, en 1606-1607, contre Donauwörth, une ville majoritairement luthérienne qui avait molesté un capucin italien et infligé des brimades à ses concitoyens catholiques lors d’une procession. Le succès de la littérature généalogique au seuil du XVIIe siècle, avec un premier opus en 1605, puis en 1623, est à relier aux opportunités successorales qui s’ouvrent pour les Wittelsbach de Bavière alors qu’en 1610, Frédéric IV du Palatinat meurt, laissant un héritier mineur, et que cinq ans auparavant, un des héritiers possibles, Philippe-Louis de Zweibrück, disparaît. Cet affaiblissement momentané de la branche cousine réveille les espoirs de mainmise sur le titre électoral41.

21Les travaux généalogiques des Wittelsbach frappent par leur double stratégie intellectuelle : héritiers de la tradition humaniste, les historiographes bavarois soumettent leur matériau à un sévère régime de preuves, s’efforçant sans cesse d’apporter des sources indiscutables – quitte à recourir à des faux –, mais pratiquent aussi une manipulation sophistiquée des branches généalogiques car, au fond, l’ancêtre originel glorieux l’emporte sur les règles de constructions généalogiques. En somme, l’inventivité de la trouvaille prime dans le régime de la preuve généalogique et surtout le choix d’un ancêtre glorieux constitue la prémisse, autrement dit une affirmation indiscutée et indiscutable, autour de laquelle s’organisent et s’ordonnent la logique et la rigueur. De même que dans la topique, avec laquelle la généalogie partage de nombreuses similitudes, le lieu commun est, selon le mot de Cicéron, le « siège des arguments » (sedes argumentis), l’ancêtre illustre constitue le point de départ au raisonnement déductif qu’est la chaîne des descendants.

Princes chrétiens et exemplarité des ancêtres : les usages protestants de la construction généalogique

  • 42 B. Jahn, « Genealogie und Kritik. Theologie und Philosophie als Korrektive genealogischen Denkens (...)

22On retrouvera, à un moindre niveau, cette stratégie et cette primauté de l’ancêtre fondateur dans la Mansfeldische Chronica, parue en 1572 à Eisleben, rédigée par Cyriacus Spangenberg, fécond polygraphe au service de familles aristocratiques saxonnes. Ce dernier n’hésite pas à faire dériver la famille de son commanditaire, le comte de Mansfeld, d’Ascenas, arrière-petits-fils de Noé. Ce choix généalogique biblique a l’avantage de lui éviter une ascendance troyenne dont se réclamaient déjà les rois de France – et l’empereur Maximilien comme on l’a vu – mais aussi de montrer que les Allemands étaient un peuple bien plus ancien que leurs voisins. Spangenberg invoque doublement l’étymologie et une source dont il s’efforce de démontrer la fiabilité, l’historien hellénophone Bérose de Chaldée (IIIe siècle avant notre ère), auteur d’une histoire de Babylone dont les fragments auraient été complétés au XVe siècle par le dominicain Jean Annius de Viterbe42.

  • 43 M. Pohlig, Zwischen Gelehrsamkeit und konfessioneller Identitätsstiftung : Lutherische Kirchenund (...)

23Fils de théologien, Cyriacus Spangenberg avait fait ses études à Wittenberg qui, après avoir été l’épicentre de la Réformation, s’était progressivement spécialisé dans l’écriture historiographique de la Réforme luthérienne, à qui manquaient cruellement l’auctoritas des ancêtres et une antiquité chrétienne43. La culture généalogique qui se déploie dans le monde protestant dès le milieu du XVIe siècle est étroitement liée à la rupture religieuse et à ses conséquences. Après l’épisode de l’Intérim (1548), le camp luthérien est profondément divisé entre gnésioluthériens (ou luthériens puristes) et philippistes, puis entre luthériens et cryptocalvinistes, deux lignes de faille qui touchent les familles princières à la tête de l’Allemagne évangélique. Les livres généalogiques qui se multiplient dès les années 1550 et surtout à la fin du XVIe siècle témoignent de cette urgence à ressouder le camp luthérien autour d’ancêtres communs, légitimes et vertueux.

  • 44 S. Siegel, « Wissen, das auf Bäumen wächst. Das Baumdiagramm als epistemologisches Dingsymbol im 1 (...)
  • 45 C. Koslofsky, The Reformation of the Dead : Death and Ritual in Early Modern Germany, 1450-1700, L (...)
  • 46 N. Ghermani, Le prince et son portrait…, op. cit., p. 69-80 ; P. Zitzlsperger, Dürers Pelz und das (...)

24Élaborés sur le modèle antique des « hommes illustres », les Genealogiebücher, ou livres généalogiques, alternent portraits des ancêtres et récits biographiques auxquels s’adjoignent souvent un arbre généalogique sélectif, centré sur l’ascendance mâle du prince régnant, ainsi qu’une carte du territoire. Le livre généalogique se propage de concert avec les galeries de portraits et le développement exponentiel des arbres ou des tableaux de classement généalogiques qui connaissent, au même moment, une mutation dans l’ordonnancement spatial des ancêtres44. Ces représentations généalogiques ne se rattachent plus désormais aux pratiques dévotionnelles destinées à entretenir, dans le cadre d’une économie du salut, la mémoire des morts, dans la mesure où ces dernières ont été bannies par la Réformation. Au contraire, dans le vaste mouvement de réaménagement et de réinvention d’une culture de la mort par les luthériens45, qui valorise l’honneur fait aux défunts, ce sont bien plus les récits des mérites, des vertus et des actes honorables des prédécesseurs auxquels se consacrent ces ouvrages. Le succès des galeries de portraits dans les résidences princières doit beaucoup également au développement des chroniques familiales et territoriales. Le genre de la chronique est florissant chez les luthériens comme chez les calvinistes, mais il trouve une voie d’expression particulière dans le livre généalogique imprimé qui combine recherche généalogique et galerie de portraits. Le portrait, à l’instar des archives, des relevés épigraphiques ou des épitaphes, possède lui aussi, par son pouvoir de re-présentation, de mise en présence des disparus, une force probatoire aussi efficace que la preuve manuscrite ou juridique46.

  • 47 Le livre connaît une première édition en 1563, puis trois rééditions en 1587, 1596 et 1599.
  • 48 Wahrhafftige Abcontrafactur und Bildnis aller Großherzogen/ Chur und Fürsten/ welche vom Jahr nach (...)

25Un livre généalogique saxon, publié à Dresde, rédigé par un certain Daniel Walber, Véritables effigies et portraits des grands ducs et électeurs de Saxe47, illustre très bien cette nouvelle instrumentalisation confessionnelle de la généalogie dans l’Empire. Réédité par un imprimeur saxon, Gimel Berg, à l’occasion de la succession d’Auguste de Saxe, le livre est dédié au jeune électeur Christian de Saxe (1586-1591)48. L’ouvrage se présente comme une histoire figurée à travers de « véritables images » (« wahrhafftige Abcontrafactur ») des ancêtres qui permettent de relier le discours moral de l’exemplarité du prince à une justification politique du nouveau pouvoir électoral.

26Ainsi, le livre fait succéder portraits d’ancêtres glorieux de la Saxe, comme l’empereur Lothaire en passant par les prince-électeurs de Saxe du début du XVIe siècle qui ont mis en place la Réformation, et s’achève sur le portrait du nouvel électeur Christian Ier de Saxe, qui, en 1586, vient de succéder à son père. Les portraits de la première période ottonienne sont des portraits reconstitués. Ils sont en buste, presque systématiquement associés à un blason et ornés de motifs décoratifs. Le discours à la première personne raconte leurs hauts faits. Les ancêtres, en général, rappellent souvent le caractère électif de leur pouvoir, mais surtout leur éligibilité au trône impérial. Le duc Otton, fils du premier ancêtre choisi, le grand duc Leuthoff de Saxe, affirme ainsi qu’on voulut le faire empereur, mais qu’il refusa à cause de son grand âge et qu’on le considéra « comme demi-empereur ». Son fils Henri l’Oiseleur clame au contraire son élection au trône impérial.

27Le discours des ancêtres placé sous leur effigie vient faire écho à ceux des Électeurs de la seconde moitié du XVIe siècle. L’empereur Lothaire raconte son ascension sur le trône impérial à travers sa lutte contre Henri V battu à Welfesholz (1115) et, dans un second temps, suivant un procédé propre à l’ouvrage, énumère ses œuvres (figure 24).

Avec peu de pouvoir je fis de grandes actions
Accomplies avec l’aide de Dieu.
J’exhumai le droit romain
Qui n’avait pas été utilisé depuis longtemps
Je le laissais lire dans les écoles aussi
Afin qu’il soit de nouveau utile.

28Ces déclarations répondent à celles de l’Électeur Frédéric III le Sage (1486-1525), le premier prince à avoir soutenu Luther et sa cause, et qui se targue dans un poème associé à son portrait d’avoir favorisé la fondation d’écoles. Mais surtout, le thème du refus du trône impérial pour raison de grand âge reprend, à l’identique, les arguments de Frédéric III. En miroir au discours de Jean de Saxe (1468-1532), l’autre grand artisan de la Réformation, le duc Adalbrecht affirme qu’il lutta contre les « ennemis du Christ » ; il ajoute qu’il établit l’université de Leipzig et combattit les Hussites de Bohême. Enfin, son père était « bien connu de l’empereur Charles IV », comme Jean de Saxe (1525-1532) n’a de cesse de souligner ses bonnes relations avec l’empereur en dépit des conflits confessionnels.

29À partir de Jean Frédéric de Saxe (1503-1554), le « martyr » de la lutte contre Charles Quint pour la « vraie Église », la scission de la branche saxonne est annoncée : l’histoire qui se poursuit reste donc celle de la Saxe électorale. Pourtant, à la suite du poème de Jean Frédéric, l’auteur consacre à l’ensemble de ses quatre fils une image et un portrait, qui ne font que décliner les grands topoi de leurs prédécesseurs : combat contre les « antichrist », défense de la Parole de Dieu, fidélité à la pure doctrine. L’introduction de ces jeunes ducs de Saxe permet à l’auteur de passer sans transition à l’aïeul de Christian de Saxe, Henri, dont le portrait est copié à partir d’un tableau de Cranach l’Ancien, revêtu de cotte de maille, célébré comme un héros apportant la droite doctrine dans son territoire.

30L’auteur évite ainsi de s’attarder sur le cas épineux de Maurice de Saxe (1521-1553) considéré par l’ensemble des principautés protestantes comme un traître. Sa félonie est ici habilement déguisée sous la forme d’une décision impériale, détachée du contexte de la guerre de Smalkalde (1547). La continuité avec les princes précédents s’opère à travers la gémellité du discours qui reprend les grands lieux communs de l’action princière : le rétablissement de l’Église et des écoles, l’envoi de prédicateurs dans les paroisses et la construction de beaux châteaux avant de conclure sur sa mort chevaleresque et chrétienne. Le portrait du prince régnant, Christian, clôt cette longue série par une longue énumération de ses vertus. Ainsi, l’emprunt au genre des Illustres permet un montage généalogique habile, un jeu d’écho de renvoi et surtout un ravaudage confessionnel et dynastique en soulignant l’héritage des pionniers du luthéranisme.

  • 49 H. Schilling (dir.), Die reformierte Konfessionalisierung in Deutschland – Das Problem der « Zweit (...)

31La transition est d’autant plus délicate que la position politique du jeune Électeur Christian Ier est fragilisée par des tendances calvinistes apparues dans le cercle étroit du pouvoir qui font peser sur l’autorité princière un lourd soupçon. En effet, après les interminables querelles qui agitent le camp luthérien depuis l’Intérim jusqu’en 1560 et en dépit des efforts de son père Auguste de Saxe pour une politique ecclésiastique unificatrice et réconciliatrice, les crypto-calvinistes effectuent une percée à la cour saxonne vers 1570. Ce « parti de Wittenberg » rassemble des hommes les plus proches du prince même, notamment son chancelier, Georges Craco, le médecin du prince et gendre de Melanchthon Caspar Peucer, ou encore son conseiller ecclésiastique Johann Stössel. En 1571, un catéchisme influencé par Peucer paraît, dans lequel la doctrine de l’Eucharistie n’est plus clairement formulée. Trois ans plus tard, un imprimeur de Leipzig fait paraître un écrit ouvertement calviniste sur la Cène, de la plume de Peucer. Les quatre hommes sont arrêtés et emprisonnés, mais les adeptes de ces crypto-calvinistes se répandent dans les campagnes à travers le relais aristocratique. Malgré les efforts d’unification théologique chez les Luthériens, avec le Livre de Concorde de 1580, le soupçon d’une persistance d’un crypto-calvinisme ou d’une « seconde Réformation49 » d’inspiration calvinienne auprès du jeune Électeur demeure vivace. Si ce livre est issu d’une commande du prince même ou de son entourage, le tissage dynastique des ancêtres, la déviation, sans transition ni explication, vers la branche albertine pour en faire une descendante directe des premiers protecteurs de Luther et donc les détenteurs d’une véritable orthodoxie visaient à atténuer les soupçons d’un calvinisme rampant à la cour, en cette phase difficile d’accession au pouvoir. Loin donc d’être une grossière manipulation tout à leur gloire, les généalogies des princes protestants permettent de repenser leur place au sein de l’Empire et de son histoire, de préserver l’unité religieuse de leur camp et de façonner leur identité confessionnelle.

Les cultures généalogiques des patriciats : ancestralité et bien commun

32Dans les villes dites impériales ou libres, car placées directement sous la suzeraineté de l’empereur, prospère une culture généalogique qui, comme dans les principautés, gagne autant l’espace urbain que les pratiques d’écriture familiale.

  • 50 M. Pastoureau, Les armoiries, Turnhout, Brepols, 1976, p. 35-37 ; K. Heck, Genealogie als Monument (...)

33Dotées d’une forte autonomie par rapport aux principautés voisines, les villes impériales se caractérisent par une vie politique indépendante et par une forte identité urbaine. Dirigées par des conseils de villes puissants desquels les guildes sont progressivement écartées, elles développent une importante culture généalogique et héraldique qui semble éclipser, ou du moins concurrencer, la culture visuelle des insigni chère au monde corporatif50. Cette culture visuelle se déploie sur deux types de supports complémentaires : les livres de famille et les lieux clés de l’espace urbain, des murs des maisons particulières aux bancs d’église réservés aux familles patriciennes.

  • 51 S. Teuscher, « Parenté, politique et comptabilité : chroniques familiales autour de 1500 (Suisse e (...)
  • 52 Ibid., p. 851.
  • 53 Ibid., p. 852-854.
  • 54 P. Monnet, Les Rohrbach de Francfort. Pouvoirs, affaires et parenté à l’aube de la Renaissance all (...)
  • 55 P. Monnet et O. G. Oexle (dir.), Stadt und Recht im Mittelalter/La ville et le droit au Moyen-Âge,(...)
  • 56 S. Teuscher, « Verwandtschaft in der Vormoderne. Zur politische Karriere eines Beziehungskonzepts  (...)

34L’écriture généalogique urbaine prend plusieurs formes, celle des chroniques familiales et celle des livres de famille. Les premières se contentent d’égrener des notices brèves sur les ancêtres des membres des conseils de ville et des marchands des cités allemandes ou suisses et d’ajouter des précisions sur les activités du commanditaire. Souvent comparées aux listes de comptabilité et aux registres débiteurs pour leur sécheresse et leur caractère répétitif, elles sont de la main d’un unique auteur et ne sont destinées qu’à circuler entre les membres d’une famille. Les chroniques rappellent les naissances, les mariages, les accords sur les héritages, les achats de biens mais aussi l’obtention de charges publiques51. Dans ces ouvrages, le lignage patrilinéaire domine et les femmes mariées y sont rares. C’est en somme le Stamm (la souche paternelle) qui prévaut sur les liens plus larges, les Fründe, englobant les parents consanguins et ceux par alliance52. Les récits ne s’intéressent guère à retracer une lointaine chaîne d’ancêtres. Ils remontent rarement au-delà de deux siècles. Le cœur de leur préoccupation bien au contraire réside dans les événements où se sont distingués les membres de la famille et plus précisément les mérites qu’ils ont accumulés et qu’ils présentent de manière comptable. Le patricien nurembergeois, Niklaus Muffel, qui rédige ses Mémoires pour répondre à des accusations de détournement de fonds en 1468, raconte ainsi au seuil de sa chronique que son grand-père aurait eu l’honneur d’accueillir dans sa maison l’empereur Wencelas et qu’en récompense il aurait reçu de ce dernier la moitié d’un fragment de la Vraie Croix. Cette énumération des actions des membres masculins de la lignée, l’évocation de leur dévouement à la chose publique inscrivent ces ouvrages non pas dans une mémoire « privée » (si tant est que cette distinction ait du sens à l’époque moderne où les liens familiaux et leur exploitation relevaient d’enjeux publics) mais bien dans une stratégie politique. Dans la mesure où la brigue d’un poste ou la défense contre certaines accusations mobilisaient l’ensemble des membres de la famille en mesure d’assurer une charge publique, les hommes donc, ces livres apparaissent comme un héritage de mérites accrédités par des sources précises (testaments, correspondances) qui pourront agir comme autant de preuves lors de leur carrière politique ou simplement leur fournir des éléments sûrs lors de conflits matériels ou de transactions intrafamiliales53. Les vertus cumulées de la filiation patrilinéaire revêtent donc un prestige politique qui entend jouer un rôle déterminant à des moments précis de la carrière d’un membre du groupe, à l’instar du récit détaillé des mérites qui étaient joints dans les suppliques et les pourvois en grâce adressés aux tribunaux municipaux. D’autres livres de famille comme celui des Rohrbach de Francfort retracent l’ascension sociale des membres de la lignée, leurs investissements dans la ville, la participation à la vie politique urbaine et plus généralement leur inscription dans l’espace social et liturgique de la ville par les fondations pieuses54. Les listes de mérites des ancêtres revêtaient donc une dimension juridique dans une communauté urbaine qui se pensait aussi comme une communauté soudée par le droit55. Au cours du XVIIe siècle, cette force probatoire de l’héraldique et des listes d’ancêtres est reconnue juridiquement dans les constitutions urbaines : en 1669, le conseil de ville de Berne établit une liste qui désignait officiellement les familles qui étaient autorisées à participer à la vie publique56.

  • 57 H. Bock, « Bebilderte Geschlechterbücher », Genealogie, no 2, 2012, p. 124-152; Id., Die Chronik E (...)

35Quant aux livres de famille, appelés aussi « livres d’honneur », ils connaissent une expansion considérable à Nuremberg et à Augsbourg, où les Fugger ou les Welser en commandent à des historiographes et à des peintres-graveurs57. Ces ouvrages presque systématiquement illustrés, d’abord manuscrits, puis imprimés (mais certains garderont leur forme manuscrite jusqu’au début du XVIIIe siècle), se présentent comme des ouvrages autrement plus prestigieux et plus coûteux que les simples chroniques familiales. Au fil des pages somptueusement dessinées et peintes, ils offrent à voir la famille sous une forme collective agnatique et cognatique, plaçant sous les portraits en buste, à la place du corps, des blasons, tandis que le texte narre les hauts faits de la gens. Prédomine ici la puissance des réseaux consolidés par les liens matrimoniaux et les alliances.

  • 58 Sur Clemens Jäger, voir la synthèse de G. Rohmann, « Public history im 16. Jahrhundert. Clemens Jä (...)
  • 59 Nous sont parvenus plus de vingt manuscrits rédigés entre 1580 et 1700, conservés à la Staatsund S (...)

36Les livres de famille du patriciat et des familles de marchands d’Augsbourg qui apparaissent au milieu du XVIe siècle se multiplient sous l’effet de deux changements importants dans l’histoire de la ville : l’ouverture du patriciat à d’autres familles en 1538 et, dix ans plus tard, la modification de la constitution urbaine décrétée par Charles Quint qui accorde un poids considérable au patriciat dans le gouvernement de la ville impériale souabe au détriment des autres composantes urbaines. Un des plus éminents et prolifiques auteurs de livres de famille est le conseiller et chroniqueur urbain Clemens Jäger58, lequel est à l’origine de somptueux ouvrages en grand format alternant armoiries et portraits en pied ou à mi-corps des membres des grandes familles de la ville (figure 25) : les Fugger, Sulzer, Rehlinger, Pfister, Herwart, Stetten qui, dans les années 1540-1550, sont les principaux commanditaires de ces travaux59. De formes variées, les livres alternent en général portraits et vitae des ancêtres, mais nombreux sont ceux qui sont dépourvus d’images et très rares sont les livres imprimés. La série gravée de Domenicus Custos sur les Fuggerorum et Fuggerarum imagines de 1593-1618 s’inspire bien plus des livres généalogiques des grandes familles princières que des livres de famille des cités impériales. Elle est aussi exceptionnelle que ses commanditaires.

  • 60 C. Kuhn, Generation als Grundbegriff einer historischen Geschichtskultur. Die Nürnberger Tucher im (...)

37La plupart des livres de famille du patriciat d’Augsbourg réalisés entre 1580 et 1700 frappent par leur aspect inachevé, fragmentaire et peu illustré, à l’inverse de ceux de Nuremberg. Entre 1540 et 1560, ce sont surtout les familles de l’ancien et du nouveau patriciat qui commandent des livres de familles et les lignages patriciens de la ville de Franconie rentrent dans une véritable compétition de prestige et de surenchère, qui culmine dans la version somptueuse du Grand livre des Tucher (Grosses Tucherbuch) de 159060.

  • 61 Ibid., p. 47.
  • 62 H. Bock, « Die Familiengeschichtsschreibung der Welser », op. cit., p. 148 ; sur le processus de f (...)

38Ces ouvrages reposent sur une stratégie bien différente de celle des livres généalogiques princiers ou des chroniques familiales. Ils visent, pour nombre d’entre eux, à fournir une origine nobiliaire à des familles qui en sont dépourvues. Dans les préfaces, au seuil de l’ouvrage, comme dans les brèves biographies des ancêtres ou encore dans les chroniques familiales qui viennent les compléter, se multiplient les preuves d’appartenance à la noblesse : vertus, comportements mais aussi attestations matérielles tentent d’attribuer à ces familles marchandes, à travers la chaîne des ancêtres, une naissance aristocratique. Ainsi, Clemens Jäger évoque dans son traité sur les origines des Rehlinger d’Augsbourg de 1559 la possession de châteaux forts et de châteaux et la participation à des tournois comme arguments indiscutables. Le Grand livre des Tucher se fonde quant à lui sur une légende des origines, un tournoi fictif qui aurait eu lieu en 1198 après lequel les quarante familles les plus anciennes de Nuremberg auraient obtenu leur privilège aristocratique de l’empereur Henri VI61. Le livre des Welser de Nuremberg de 1618 coïncide précisément avec l’intense mobilisation de cette branche familiale auprès de l’empereur afin de faire reconnaître un (faux) privilège de noblesse que son prédécesseur Charles Quint leur aurait accordé en 1525. Afin de renforcer leurs preuves impériales, ils n’hésitent pas à étendre la série de leurs ancêtres jusqu’aux Romains. L’entreprise périlleuse est pourtant soutenue par de nombreux documents remontant jusqu’à l’antiquité. Dans les fictions généalogiques de l’atelier de faussaire de Sebastian IV et Wilhelm Georg Welser à Nuremberg, les « faits, grâces, privilèges chevaleresques et en général toutes preuves de noblesse » sont convoqués62.

39Les préfaces et les récits des origines des livres de famille d’Augsbourg écrits entre 1580 et 1700 ne confirment que partiellement ce constat. Alors que quelques auteurs renoncent aux préfaces et aux déclarations d’intention, d’autres ne font pas mystère des origines simples de la famille. Cette mobilisation généalogique des grandes familles patriciennes qui détiennent sans partage les meilleures charges de la ville se lit également dans la conquête de l’espace urbain par l’héraldique. Si cette dernière demeure très présente jusqu’au milieu du XVIe siècle sur les tombeaux princiers, dans les églises ou encore dans la décoration de châteaux, la quête d’armoiries, sa propagation sur les bancs d’église, les murs des maisons témoignent de cette importante culture visuelle urbaine dont les décorations allégoriques de façade, louant les bienfaits du gouvernement urbain, ne constituent qu’une manifestation. L’expansion des images héraldiques des grandes familles patriciennes signe leur emprise sur la ville et dit le nouveau rôle que ces dernières se sont attribué : les conseils de villes sont désormais – une fois les liens avec l’évêque rompus après l’adoption de la Réforme luthérienne – les seuls responsables du salut des citoyens (Bürger). Leur présence visuelle dans la ville, leur zèle à fournir, au sein d’une concurrence entre elles, les preuves de l’ancienneté de leur famille contribuent à ériger des généalogies d’hommes illustres du bon gouvernement urbain. Le développement de la culture généalogique dans le monde des villes du Saint Empire pourrait traduire une laïcisation de la vie politique urbaine : ce n’est plus une communauté de salut mais une communauté de citoyens mue par un intérêt commun, celui d’un vivre ensemble hic et nunc. Produire les preuves d’une ancienneté apporterait une légitimité aux familles patriciennes – parfois restées fidèles à l’ancienne foi –, une manière de faire voir, par-delà les catégories morales et religieuses du monde d’avant, leurs vertus publiques et leur aptitude à gouverner.

  • 63 H. Lönnecker, « Die Ahnenprobe und ihre heraldisch-genealogischen Voraussetzungen », dans P. Rück (...)
  • 64 E. Harding et M. Hecht, « Ahnenprobe als soziale Phänomene des Spätmittelalters und der frühen Neu (...)
  • 65 Ibid., p. 15.
  • 66 D. Christ (dir.), Das Familienbuch der Herren von Eptingen, Liestal, Verl. des Kantons Basel-Lands (...)
  • 67 E. Harding et M. Hecht (dir.), Die Ahnenprobe in der Vormoderne…, op. cit., p. 19.
  • 68 Ibid., p. 23.
  • 69 Ibid., p. 27.

40En ce sens, les chroniques familiales et les livres de famille, dans une moindre mesure, jouent un rôle fort proche d’une pratique essentielle dans l’Empire qu’est la probation généalogique (Ahnenprobe), qui se développe fortement à partir du XVIe siècle, au point que l’acribie des généalogistes allemands acquiert une réputation quasi proverbiale63. Les tableaux généalogiques, qui prennent parfois une forme arborescente et végétale, se distinguent des arbres généalogiques courants par leur organisation régulière en forme d’algorithme et leur équilibre entre branches maternelle et paternelle. Ces tableaux précis qui bien souvent indiquent les noms mais aussi les armoiries des ancêtres se pensaient avant tout comme des preuves juridiques qui permettaient d’authentifier l’appartenance à un groupe, mais surtout l’accès à certains privilèges et à certaines charges, qu’elles soient à la cour ou dans les instances municipales. Pour ces raisons, la probation des ancêtres se répand dès le XIIIe siècle, mais surtout au tournant de l’époque moderne pour s’accentuer encore aux XVIIe et XVIIIe siècles64. Dès la fin du XIVe siècle, l’accès aux tournois et aux joutes ne peut se faire sans la présentation de quatre grands-parents nobles65. Ces probations sont particulièrement importantes pour la définition de la basse noblesse et jouent un rôle décisif dans de nombreux territoires comme la Bavière, la Franconie ou encore la Souabe. Ainsi, à l’occasion d’un tournoi qui devait avoir lieu à Mayence en 1480, le chevalier Louis von Eptingen fait représenter la même année, dans son livre de famille, les quatre armoiries de ses ancêtres. Les années suivantes, à l’occasion de tournois à Ratisbonne et Worms en 1487, le nombre d’armoiries s’accroît à seize, rassemblant les siennes et celles de son épouse66. Un siècle plus tard en 1585, pour le mariage du duc Jean-Guillaume de Jülich-Clèves-Berg avec Jacoba de Baden, à Düsseldorf, l’accès des nobles invités aux tournois ne peut s’effectuer que sur présentation de « l’apparence et la preuve » « d’une naissance et d’une origine nobles et chevaleresques », précisément sur la présentation de « huit armoiries, quatre du père et quatre de la mère67 ». Cette pratique détermine également l’acquisition du droit de bourgeoisie et l’accès aux corporations, dont certaines exigent l’attestation de quatre ancêtres. Jusqu’aux XVIIe et XVIIIe siècles sont particulièrement exclus tous ceux qui seraient entachés d’une « naissance déshonorante » ou d’un aïeul « déshonnête68 ». Les lettres de naissance (ou testimonia nativitatis) sont ainsi régulièrement délivrées par les conseils de ville à la demande des candidats et offrent des informations précises sur les professions et la situation sociale des grands-parents. Cette pratique se retrouve presque à l’identique dans les cours princières qui déterminent l’accès aux ordres de chevalerie, comme l’ordre bavarois de Saint-Georges accordé à ceux qui pouvaient présenter un arbre regroupant seize ancêtres du côté paternel comme du côté maternel. Comme à Versailles, la cour viennoise de Marie-Thérèse au milieu du XVIIIe siècle réclame pour toutes sortes de postes, que ce soit la charge de camérier ou celle de page, des attestations analogues69.

*

  • 70 V. Groebner, « Zu einigen Parametern der Sichtbarmachung städtischer Ordnung im späteren Mittelalt (...)
  • 71 Sur la multiplication des imprimés généalogiques et la modélisation de l’arbre dans l’Empire, V. B (...)
  • 72 Monumentum sepulcrale ad illustrissimi Celsissimique Principis ac Domini D. N. Mauritii Hassiae La (...)

41La probation des ancêtres semble donc constituer le terreau sur lequel se développe la culture généalogique du monde germanique. On comprend mieux dès lors l’extension considérable de la culture visuelle généalogique sur toutes formes de support, et bien au-delà des livres : galeries d’ancêtres, mais surtout déplacement des signes héraldiques hors des espaces des maisons. L’espace urbain étant pensé lui-même comme un espace du droit, où les prétentions juridiques, les privilèges se donnent à voir, autant qu’un discours sur le bon gouvernement de la cité, les signes héraldiques le parsèment très largement70. Lors des grandes cérémonies, la monstration des armoiries pendant plusieurs semaines devient courante. Dans les territoires princiers, la contamination de l’espace des églises et des villes par la présence d’arbres généalogiques ou d’armoiries du prince ne cesse de s’accentuer au cours des XVIe et XVIIe siècles. Patentes à cet égard sont les publications profuses dédiées aux rituels funéraires qui démontrent une tendance à la démultiplication des indices armoriés et de la généalogie, non seulement dans les cortèges mais aussi dans les nombreux imprimés publiés à l’occasion71. Le Monumentum sepulcrale72 dédié au landgrave Moritz de Hesse Cassel ne rassemble pas seulement une bonne centaine de poèmes et d’oraisons funèbres mais aussi plusieurs tableaux et arbres généalogiques des plus réalistes au plus légendaires, prétendant lui aussi relier la famille du landgrave à Charlemagne.

  • 73 P. Bourdieu, « Les rites d’institution », dans Id., Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, (...)

42L’imposante présence de la généalogie dans les rituels et dans l’architecture urbaine dans le Saint Empire, la croissance des exigences de preuves généalogiques dans l’accès aux charges dans les villes ou dans les cours montrent combien au cours de l’époque moderne la culture généalogique est ce que Pierre Bourdieu appelle un « rite d’institution » qui vise à faire reconnaître comme légitime et surtout naturel (au sens de produit de la nature), des frontières et des distinctions sociales. La généalogie fondée sur le modèle de l’arbre ou du moins de la floraison bourgeonnante est sans aucun doute la forme la plus éclatante de cette efficacité symbolique des rituels d’institutions puisqu’en incluant tel personnage dans une lignée, elle lui attribue « tous les titres sociaux de crédits ou de croyance que les Anglais appellent credentials qui comme le titre de noblesse multiplie la valeur de leur porteur en multipliant l’étendue et l’intensité de la croyance en leur valeur73 ». Qu’elle soit sous forme de tableaux, de listes, de récits ou sous la forme de l’arbre ou de tiges végétales qui relient les poitrines des ancêtres ou les portent sur leurs branches, la construction généalogique permet plus que tout autre outil de naturaliser des constructions sociales et politiques.

Notes

1 O. Klee, « Das Wappenrecht als Rechtsobjekt », Der deutsche Herold, 1907, p. 21; E. Beck, Grundfragen der Wappenlehre und des Wappenrechts. Ein Versuch und ein Beitrag zum Ausbau der Wappenwissenschaft, Spire, Jaeger, 1931; H. D. Müller-Bruns, « Wappenrecht. Über die Grundzüge des sogenannten Wappenrechts », Kleeblatt. Zeitschrift für Heraldik und verwandte Wissenschaften, no 1, 2011, p. 59 sqq.

2 Articles « Ahnentafel » et « Ahnenwappen », dans O. Schmitt (dir.), Reallexikon zur deutschen Kunstgeschichte, t. 1, Stuttgart, J. B. Metzler, 1937, p. 234 sq.

3 À titre d’exemple, H. Drös, « Zur Heraldik fränkischer Adelsgrabmäler », dans P. Schiffer (dir.), Zum ewigen Gedächtnis, Stuttgart, Thorbecke, 2003, p. 63-85; I. Brinkmann, « Ahnenproben an Grabdenkmälern des lutherischen Adels im späten 16. und beginnenden 17. Jahrhundert », dans E. Harding et M. Hecht (dir.), Die Ahnenprobe in der Vormoderne : Selektion – Initiation – Repräsentation, Münster, Rhema, 2011, p. 107-124.

4 O. G. Oexle, « Lignage et parenté, politique et religion dans la noblesse du XIIe siècle : l’évangéliaire de Henri le Lion », Cahiers de civilisation médiévale, 36e année, no 144, 1993, p. 339-354.

5 K. H. Spiess (dir.), Die Familie in der Gesellschaft des Mittelalters, Ostfildern, Thorbecke, 2009; T. Neu et al. (dir.), Zelebrieren und Verhandeln. Zur Praxis ständischer Institutionen im frühneuzeitlichen Europa, Münster, Rhema, 2009.

6 Par exemple, T. Baier (dir.), Die Legitimation der Einzelherrschaft im Kontext der Generationenthematik, Berlin-New York, de Gruyter, 2008; H. Brandt, K. Köhler et U. Siewert (dir.), Genealogisches Bewusstsein als Legitimation. Inter-und intragenerationelle Auseinanderseztungen sowie die Bedeuntung von Verwandtschaft bei Amtswechseln, Bamberg, University of Bamberg Press, 2009.

7 K. Heck, Genealogie als Monument und Argument. Der Beitrag dynastischer Wappen zur politischen Raumbildung der Neuzeit, Berlin-Munich, Deutscher Kunstverlag, 2002; K. Heck et B. Jahn (dir.), Genealogie als Denkform in Mittelalter und Früher Neuzeit, Tübingen, Niemeyer, 2000; S. Weigel et al. (dir.), Generation. Zur Genealogie des Konzepts – Konzepte der Genealogie, Munich, Fink, 2005 ; sur la place de la culture généalogie dans la construction mémorielle de la noblesse, citons M. Wrede et H. Carl (dir.), Zwischen Schande und Ehre. Erinnerungsbrüche und die Kontinuität des Hauses. Legitimationsmuster und Traditionsverständnis des frühneuzeitlichen Adels in Umbruch und Krise, Mayence, Zabern, 2007.

8 E. Harding et M. Hecht, Die Ahnenprobe in der Vormoderne…, op. cit.

9 G. Wagner, « Maximilian I. und die politische Propaganda », dans Ausstellung Maximilian I., Innsbruck, Tyrolia, 1969, p. 33-46 ; J. D. Müller, Gedechtnus. Literatur und Hofgesellschaft um Maximilian I., Munich, Fink, 1982, pour une étude exhaustive et pour un aperçu bref : Id., « Le roman de chevalerie à la cour de l’empereur Maximilien », dans N. Jones-Davies (dir.), Le roman de chevalerie au temps de la Renaissance. Actes du 12e colloque du Centre de recherche sur la Renaissance, 1986-1987, Paris, Touzot, 1987 p. 153-164.

10 H. Rabe, Deutsche Geschichte 1500-1600. Das Jahrhundert der Glaubenspaltung, Munich, Beck, 1991, p. 177 sqq.

11 W. Dotzauer, « Die Entstehung der frühneuzeitlichen deutschen Thronerhebung : Säkularisation und Reformation », dans H. Duchhardt (dir.), Herrscherweihe und Königskrönung im frühneuzeitlichen Europa, Wiesbaden, Steiner, 1983, p. 1-20.

12 H. Wiesflecker, Kaiser Maximilian. Das Reich, Österreich und Europa an der Wende zur Neuzeit, t. V, Munich, Oldenbourg, 1986, p. 363-365.

13 W. Gräbner, Über Ursprung und Art von Stammtafel und Ahnentafel mit besonderer Berücksichtigung der deutschen genealogischen Kunst des sechzehnten bis neunzehnten Jahrhunderts, Görlitz, Strake, 1902. p. 25-37; S. Laschitzer, « Die Genealogie des Kaisers Maximilian I. », Jahrbuch der kunsthistorischen Sammlungen des allerhöchsten Kaiserhauses, vol. 7, 1888, p. 1-200.

14 H. Wiesflecker, Kaiser Maximilian…, op. cit., p. 363-364; D. Mertens, « Geschichte und Dynastie – Zu Methode und Ziel der Fürstlichen Chronik Jakob Mennels », dans K. Andermann (dir.), Historiographie am Oberrhein im späten Mittelalter und in der frühen Neuzeit, Sigmaringen, Thorbecke, 1988, p. 121-153; B. Kellner et L. Webers, « Genealogische Entwürfe am Hof Kaiser Maximilians I. (am Beispiel von Jakob Mennels Fürstlicher Chronik) », Zeitschrift für Literaturwissenschaft und Linguistik, no 147, 2007, p. 122-149.

15 Je remercie vivement Francis Goyet pour cette suggestion.

16 Sur cette série voir H. Zimmermann, « Hans Burgkmair des älteren Holzschnittfolge zur Genealogie Kaiser Maximilians », Jahrbuch der königlich Preussischen Kunstsammlungen, vol. 36, 1915, p. 39-64.

17 Kaiser Maximilian I. und die Kunst der Dürerzeit, catalogue d’exposition, musée Albertina, Vienne, éd. E. Michel et M. L. Sternath, Munich-Londres, Prestel, 2012, p. 170.

18 Pour une description précise de chaque partie de l’Ehrenpforte, voir E. Chmelarz, « Die Ehrenpforte des Kaisers Maximilian I. », Jahrbuch der Kunsthistorischen Sammlungen des allerhöchsten Kaiserhauses, vol. 4, 1886, p. 289-319. Voir également et surtout T. Schauerte, Die Ehrenpforte für Kaiser Maximilian I. Dürer und Altdorfer im Dienst des Herrschers, Munich, Deutscher Kunstverlag, 2001.

19 L. Madersbacher, « Das Maximiliansgrabmal », dans Ruhm und Sinnlichkeit, Innsbrucker Bronzeguss 1500-1600, von Kaiser Maximilian I. bis Erzherzog Ferdinand Karl, catalogue d’exposition, Tiroler Landesmuseum Ferdinandeum, Innsbruck, 1996, p. 124-139.

20 « Ein gegossenes Pilt von unsser Pershon […] mit einem Kerzen in der Hanndt, die ein ewig licht sey », L. Madersbacher, ibid., p. 125 (nous traduisons).

21 O. G. Oexle, « Die Gegenwart der Toten », dans H. Braet (dir.), Death in the Middle Ages, Louvain, Leuven University Press, 1983, p. 19-77, notamment p. 22-23. Pour une mise au point précise sur la notion de memoria, voir M. Lauwers, « Memoria. À propos d’un objet d’histoire en Allemagne », dans J.-C. Schmitt et O. G. Oexle, Les tendances actuelles de l’histoire au Moyen Âge en France et en Allemagne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 105-126.

22 G. Melville, « Vorfahren und Vorgänger. Spätmittelalterliche Genealogien als dynastische Legitimation zur Herrschaft », dans P.-J. Schuler (dir.), Die Familie als sozialer und historischer Verband. Untersuchungen zum Spätmittelalter und zur frühen Neuzeit, Sigmaringen, Thorbecke, 1987, p. 203-309, ici p. 249 sqq. Sur le lien entre tombeaux et memoria, J. Morsel, « La noblesse dans la mort : genèse du groupe nobiliaire en Franconie (XIVe-XVe siècle) », dans O. Dumoulin et F. Thelamon (dir.), Autour des morts. Mémoire et identité, Mont-Saint-Aignan, Publications de l’Université de Rouen, 2001.

23 E. Kantorowicz, Les deux corps du roi, dans Id., Œuvres, Paris, Gallimard, 2000 (1re éd. Princeton, 1957), p. 864.

24 F. A. Yates, Astrée. Le symbolisme impérial au XVIe siècle, Paris, Belin, 1989 (1re éd. Londres, 1975).

25 A. Lhotsky, « Apis Colonna. Fabeln und Theorien über die Abkunft der Habsburger », Mitteilungen des Österreichischen Instituts für Geschichtsforschung, vol. 55, 1944, p. 171-245.

26 Voir la monographie très complète de T. Schauerte, Matthäus von Pappenheim (1458-1541). Leben und Werk eines Augsburger Humanisten, Berlin, Keller, 2009, notamment p. 85-105.

27 Ibid., p. 85.

28 Ibid., p. 87.

29 K. Grossmann, « Der Historiker Reichart Streun von Schwarzenau », Mitteilungen des Österreichischen Instituts für Geschichstforschung, vol. 11, 1929 p. 555-573; voir aussi R. Bizzocchi, Généalogies fabuleuses. Inventer et faire croire dans l’Europe moderne, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2010 (1re éd. Bologne, 1995), p. 139, 229-230.

30 Ibid., p. 23-25, voir aussi p. 181-182 sur les ancêtres de Dante.

31 M. Tanner, The Last Descendant of Aeneas : The Hapsburgs and the Mythic Image of the Emperor, New Haven-Londres, Yale University Press, 1993, p. 191-195.

32 N. Ghermani, Le prince et son portrait. Incarner le pouvoir dans l’Allemagne du XVIe siècle, Rennes, PUR, 2009, p. 168-170.

33 P. Schade, « Die Fassade der Michaelskirche in München », Das Münster, no 13, 1960, p. 238 sq.

34 J.-M. Moeglin, Les ancêtres du prince. Propagande politique et naissance d’une histoire nationale en Bavière au Moyen Âge, Genève, Droz, 1985 ; sur l’influence possible de l’historiographie française en Bavière à la fin du Moyen Âge : Id., « Von Hermann von Niederaltaich zu Aventin. Die Entwicklung der bayerischen Landesgeschichtsschreibung im gesamtdeutschen und europäischen Kontext und Vergleich », dans A. Schmid et L. Holzfurtner, Studien zur bayerischen Landesgeschichtsschreibung in Mittelalter und Neuzeit, Festgabe für Andreas Kraus zum 90. Geburtstag, Munich, Beck, 2012, p. 137-154.

35 J.-M. Moeglin, Les ancêtres du prince…, op. cit., p. vii-viii.

36 Ibid., p. 75-101.

37 Ulrich Fuetrer, Bayerische Chronik (1478-1481), éd. R. Spiller, Munich, 1909.

38 Veit Arnpeck, Sämtliche Chroniken, éd. G. Leidinger, 1915.

39 Johannes Turmair dit Aventin, Sämtliche Werke (Akademie Ausgabe), 6 vol., 1881-1908.

40 Gewold publie ainsi les chroniques de Heinrich von Rebdorf et de Magnus von Reichersberg ; Walser publie le tableau des Peutinger et la Vita Severini. Voir A. Schmid, « Geschichtsschreibung am Hofe Kurfürst Maximilians I. von Bayern », dans H. Glaser (dir.), Um Glauben und Reich. Kurfürst Maximilian I. In Wittelsbach und Bayern II, t. I, Beiträge zur Bayerischen Geschichte und Kunst 1573-1657, Munich-Zurich, Hirmer-Piper, 1980, p. 330-340.

41 A. Schmid, ibid., p. 333.

42 B. Jahn, « Genealogie und Kritik. Theologie und Philosophie als Korrektive genealogischen Denkens in Cyriacus Spangenbergs historiographischen Werken », dans K. Heck et B. Jahn (dir.), Genealogie als Denkform…, op. cit., p. 69-85. Voir aussi R. Bizzocchi, Généalogies fabuleuses…, op. cit., p. 29-32.

43 M. Pohlig, Zwischen Gelehrsamkeit und konfessioneller Identitätsstiftung : Lutherische Kirchenund Universalgeschichtsschreibung 1546-1617, Tübingen, Mohr Siebeck, 2007.

44 S. Siegel, « Wissen, das auf Bäumen wächst. Das Baumdiagramm als epistemologisches Dingsymbol im 16. Jahrhundert », Frühneuzeit-Info, no 15, 2004, p. 42– 55.

45 C. Koslofsky, The Reformation of the Dead : Death and Ritual in Early Modern Germany, 1450-1700, Londres, MacMillan, 2000.

46 N. Ghermani, Le prince et son portrait…, op. cit., p. 69-80 ; P. Zitzlsperger, Dürers Pelz und das Recht im Bild. Kleiderkunde als Methode der Kunstgeschichte, Berlin, Akademie, 2008.

47 Le livre connaît une première édition en 1563, puis trois rééditions en 1587, 1596 et 1599.

48 Wahrhafftige Abcontrafactur und Bildnis aller Großherzogen/ Chur und Fürsten/ welche vom Jahr nach Christi geburt 842 bis auff das jetzige 1586. Jahr/ das Landt Sachssen/ Löblich und christlich regiret haben. Sampt kurzer erklerung ihres Lebens/ aus glaubwirdigen historien zusammen geragen/ und kurz in deutsche Reimen bracht. Die Churfürstlicher Hertzogs Christiani zu Sachssen/ etc., Begnadung und Befrenhung/ auff 10. Jar, Dresde, Gimel Berg, 1586.

49 H. Schilling (dir.), Die reformierte Konfessionalisierung in Deutschland – Das Problem der « Zweiten Reformation ». Wissenschaftliches Symposium des Vereins für Reformationsgeschichte 1985, Gütersloh, Mohn, 1986.

50 M. Pastoureau, Les armoiries, Turnhout, Brepols, 1976, p. 35-37 ; K. Heck, Genealogie als Monument und Argument…, op. cit., p. 81-133.

51 S. Teuscher, « Parenté, politique et comptabilité : chroniques familiales autour de 1500 (Suisse et Allemagne du Sud) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 59, no 4, 2004, p. 847-858.

52 Ibid., p. 851.

53 Ibid., p. 852-854.

54 P. Monnet, Les Rohrbach de Francfort. Pouvoirs, affaires et parenté à l’aube de la Renaissance allemande, Genève, Droz, 1997, p. 115-139, notamment p. 120.

55 P. Monnet et O. G. Oexle (dir.), Stadt und Recht im Mittelalter/La ville et le droit au Moyen-Âge, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2003, p. 13-15.

56 S. Teuscher, « Verwandtschaft in der Vormoderne. Zur politische Karriere eines Beziehungskonzepts », dans E. Harding et M. Hecht (dir.), Die Ahnenprobe in der Vormoderne…, op. cit., p. 85-106, ici p. 104.

57 H. Bock, « Bebilderte Geschlechterbücher », Genealogie, no 2, 2012, p. 124-152; Id., Die Chronik Eisenberger. Edition und Kommentar. Bebilderte Geschichte einer Beamtenfamilie der deutschen Renaissance, Franfort-sur-le Main, Historisches Museum, 2001; Id., « Die Familiengeschichtsschreibung der Welser », Mitteilungen des Vereins für Geschichte der Stadt Nürnberg, vol. 95, 2008, p. 93-162; G. Rohmann, Das Ehrenbuch der Fugger, 2 vol., Augsbourg, Wissner, 2004; B. Studt (dir.), Haus-und Familienbücher in der städtischen Gesellschaft des Spätmittel­ alters und der frühen Neuzeit, Cologne-Weimar-Vienne, Böhlau, 2007.

58 Sur Clemens Jäger, voir la synthèse de G. Rohmann, « Public history im 16. Jahrhundert. Clemens Jäger und die Augsburger Ehrenbücher », dans Bürgermacht & Bücherpracht. Augsburger Ehren- und Familienbücher der Renaissance, catalogue d’exposition, Maximilianmuseum, Augsbourg, Lucerne, Quaternio, 2011, p. 37-41.

59 Nous sont parvenus plus de vingt manuscrits rédigés entre 1580 et 1700, conservés à la Staatsund Stadtbibliothek d’Augsbourg.

60 C. Kuhn, Generation als Grundbegriff einer historischen Geschichtskultur. Die Nürnberger Tucher im langen 16. Jahrhundert, Göttingen, V & R Unipress, 2010. Voir aussi Id., « Totengedencken und Stiftungsmemoria. Familiäres Vermächtnis und Gedächtnisbildung der Nürnberger Tucher (1450-1550) », dans B. Studt, Haus-und Familienbücher…, op. cit.; M. Häberlein, « dem gantzen… Stammen und Geschlecht zu ehren: Augsburger Familienbücher des späten 16. und des 17. Jahrhunderts », dans Bürgermacht & Bücherpracht…, op. cit., p. 43-55, ici, p. 47.

61 Ibid., p. 47.

62 H. Bock, « Die Familiengeschichtsschreibung der Welser », op. cit., p. 148 ; sur le processus de falsification, je renvoie à la démonstration très précise de l’auteur, p. 99-107 ; voir aussi M. Häberlein, « dem gantzen… », op. cit., p. 47.

63 H. Lönnecker, « Die Ahnenprobe und ihre heraldisch-genealogischen Voraussetzungen », dans P. Rück (dir.), Mabillons Spur. Zweiundzwanzig Miszellen aus dem Fachgebiet für Historische Hilfswissenschaften der Philipps-Universität Marburg zum 80. Geburtstag von Walter Heinemeyer, Marbourg, Institüt für historische Hilfswissenschaften, 1992, p. 367-387.

64 E. Harding et M. Hecht, « Ahnenprobe als soziale Phänomene des Spätmittelalters und der frühen Neuzeit. Eine Einführung », dans Id. (dir.), Die Ahnenprobe in der Vormoderne…, op. cit., p. 9-79, ici p. 14-28.

65 Ibid., p. 15.

66 D. Christ (dir.), Das Familienbuch der Herren von Eptingen, Liestal, Verl. des Kantons Basel-Landschaft, 1992, p. 362, 407.

67 E. Harding et M. Hecht (dir.), Die Ahnenprobe in der Vormoderne…, op. cit., p. 19.

68 Ibid., p. 23.

69 Ibid., p. 27.

70 V. Groebner, « Zu einigen Parametern der Sichtbarmachung städtischer Ordnung im späteren Mittelalter », dans P. Monnet et O. G. Oexle (dir.), Stadt und Recht im Mittelalter, op. cit., p. 133-151, particulièrement p. 134.

71 Sur la multiplication des imprimés généalogiques et la modélisation de l’arbre dans l’Empire, V. Bauer (dir.), Wurzel, Stamm, Krone. Fürstliche Genealogie in frühneuzeitlichen Druckwerken, catalogue d’exposition, Bibliothèque Herzog August de Wolfenbüttel, Wiesbaden, Harrassowitz, 2013, notamment p. 45-95.

72 Monumentum sepulcrale ad illustrissimi Celsissimique Principis ac Domini D. N. Mauritii Hassiae Landogravis, comitis Catti moelibocorum Deciorum Zigenhainiae & Niddae, & c. Principis. Deo cum primis atque Imperio Romano fidelissimi, ut et pietatis, quae secundum Deum est Assertoris Constantissimi, ac vindicis libertatis Germaniae acerrimi, Memoriam Gloriae sempiternam Erectum, Cassel, Johannes Saur, 1635 (textes) Francfort, Johannes Amon (gravures), 1638.

73 P. Bourdieu, « Les rites d’institution », dans Id., Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982, p. 121-134, ici p. 124.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540