Version classiqueVersion mobile

L’opération généalogique

 | 
Olivier Rouchon

Première partie. Penser la généalogie. Modèles, pratiques, savoirs

Un prince, des fiefs, des ancêtres

Des généalogies en partage dans la principauté de Bourgogne au XVe siècle

Élodie Lecuppre-Desjardin

Texte intégral

1Lorsque Michault Taillevent, dans les années 1440, rédige son Psautier des vilains, il répond au Bréviaire des nobles d’Alain Chartier et décline, en une suite de treize ballades, les vertus à cultiver pour éviter la grossièreté du « vilain » et acquérir la noblesse du gentil. Parmi ses conseils, on peut retenir celui-ci :

  • 1 Michault Taillevent, Le psautier des vilains, v. 220-225, dans R. Deschaux, Un poète bourguignon d (...)

« Mais qui fait ce que gentille lignie
Doit faire quant elle est bien enseignie,
Il a de bien et d’honneur habondance,
Son pris en croist, sa grace en multiplie.
Dieu luy scet gré et tout le monde prie
Pour son bon nom et pour sa bien vueillance1. »

  • 2 Sur ce thème, consulter l’étude de C. Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres. Essai sur l’imaginaire (...)
  • 3 Ibid., p. 189.
  • 4 J’emprunte cette réflexion à ma thèse : É. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur (...)
  • 5 J. Krynen, « Naturel. Essai sur l’argument de nature dans la pensée politique de la fin du Moyen  (...)
  • 6 G. Doutrepont, La littérature française à la cour des ducs de Bourgogne, Paris, 1909, chap. vii, p (...)

2Parmi les motivations qui ont largement inspiré la production historique du Moyen Âge, la volonté de se tourner vers les ancêtres et la succession de leurs générations permet bien évidemment de saisir le passage du temps, mais aussi d’affirmer une continuité et de garantir une légitimité2. Dans cette Europe qui voit l’émergence des principautés, l’accélération de la production historiographique, visant à établir fermement les lignées successorales dans leur bon droit, touche naturellement une principauté de Bourgogne en constante quête de légitimation. Or, comme le remarque Christiane Klapisch-Zuber, en suivant sur ce point Gabriel Spiegel, l’« appel à la généalogie et à ses schémas est d’autant plus fréquent que les difficultés sont plus aiguës3 ». Ainsi, à la suite du royaume de France qui martèle ses origines troyennes, franques et carolingiennes, au tournant des XIVe et XVe siècles, et dresse de la sorte un véritable rempart contre les prétentions anglaises, la principauté de Bourgogne fait fonctionner ses ateliers d’écriture à plein régime pour la plus grande gloire de ses ducs4. Car, pour citer cette fois-ci Jacques Krynen, « en pleine guerre de Cent Ans, nul n’échappe à l’angoisse du temps. L’agitation sociale, la guerre civile, l’invasion du territoire et l’abandon de la couronne, tout concourt à l’ébranlement des consciences, déjà affectées par le schisme qui divise l’Église universelle5 ». Dans la principauté de Bourgogne, de Philippe le Hardi à Charles le Téméraire, les ducs ont donc accordé une attention particulière à la section historiographique de leur bibliothèque6.

  • 7 P. Jodogne, « La rhétorique dans l’historiographie bourguignonne », dans L. Terrreaux (dir.), Cult (...)

3Mais à quelles fins Philippe le Hardi et sa descendance ont-ils scrupuleusement veillé à la copie et à la consignation de tous les hauts faits qui touchèrent de près ou de loin l’histoire de leur famille ? La question a déjà été posée et partiellement résolue par un Pierre Jodogne, pour qui les ducs de Bourgogne en tant qu’« émules et concurrents du roi de France, désiraient recueillir à leur profit l’héritage historique de leur patrie française, puis assurer le prestige de leur maison », ou par moi-même, qui ai renforcé cette dimension probatoire en soulignant la volonté accrue de rappeler ou d’inventer des liens unissant les ducs aux nombreux territoires tombés dans leur escarcelle au fur et à mesure des mariages, achats et conquêtes qui conduisirent le complexe bourguignon à s’étendre de la Frise au Mâconnais à la mort de Charles le Téméraire en 14777. Toutefois, dans une démonstration comme dans l’autre, l’observation scrupuleuse de la fabrique généalogique a été mise au service de réflexions qui engageaient le chercheur vers les questions de la mémoire, de l’écriture historiographique, de la constitution des bibliothèques princières, de la propagande, etc., sans que la culture généalogique, dont témoignaient toutes ces nombreuses références, ne constitue un objet d’étude en soi. Aussi, après avoir considéré l’élaboration des généalogies princières parmi les nombreux autres outils qui permirent au prince de gagner en puissance et en autorité, nous attacherons-nous cette fois-ci à une série de questions permettant de comprendre le sens de ces opérations généalogiques, ce qu’elles nous disent de l’état des connaissances d’une société, de sa familiarité avec la mise en ordre du lignage, et de sa manière de saisir le monde par la maîtrise des deux repères fondamentaux que sont le temps et l’espace. Pour repenser cette fabrique généalogique, reflet d’une époque et de la société qui la conçoit, se l’approprie, la manipule et l’offre en partage, on aura soin d’évaluer le poids de cette culture, la circulation de ses modèles, avant d’estimer en quoi ce rassemblement des ancêtres autour du prince est devenu un levier de l’action politique et le témoignage d’ambitions plus royales qu’étatiques chez les ducs de Bourgogne.

Les généalogies : une expression féodale du temps et de l’espace

  • 8 Je retiens ici la date établie par J.-M. Cauchies dans « Qui vous estes et le noble lien dont vous (...)
  • 9 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, Renouard, 1883-1888, 4 vol (...)
  • 10 Bernard de Chartres : « Nous sommes juchés sur des épaules de géants. Nous voyons ainsi davantage (...)

4Lorsque le lecteur ouvre les Mémoires d’Olivier de la Marche, écrivain-chevalier de la cour de Bourgogne, il peut constater avec quel soin dans le second prologue, composé vers 1488, l’auteur explique au jeune Philippe le Beau les raisons qui le poussent à écrire pour préparer le jeune prince à ses devoirs de gouvernant8. Parmi les étapes de cette initiation, point de conseils politiques, d’enseignement de vertus, de mise en garde contre les dangers de la tyrannie, ou tout simplement d’exposés des us et coutumes des domaines sur lesquels s’exercera le pouvoir du prince, mais au contraire trois étapes déclinées comme suit : détailler combien Philippe le Beau est gentilhomme, issu d’une généalogie exemplaire, exposer la succession légitime de son patrimoine et, enfin, raconter les événements mémorables advenus durant la vie de l’auteur9. Ce choix a longtemps été perçu comme un archaïsme, la preuve de la fantaisie d’un écrivain qui n’hésitait pas à faire remonter les origines de la Maison de Bourgogne à Priam. Pourtant, la volonté d’inscrire les premiers pas de gouvernant du fils de Maximilien de Habsbourg et de Marie de Bourgogne dans ceux de ses prédécesseurs, immédiats et lointains, atteste tout simplement une appréhension cyclique de l’histoire. La construction de soi à son image s’effectue toujours dans un rapport au temps, et pour ces hommes du Moyen Âge, tout a déjà été exemplairement joué dans la Bible, dans un passé romain ou médiéval. C’est pourquoi tout se rejoue en laissant à l’homme le sentiment d’une dégradation implacable. Dans cette principauté de Bourgogne au XVe siècle, les intellectuels demeurent des nains juchés sur les épaules des géants et ne cessent de compiler pour permettre à Philippe le Bon d’être un nouvel Auguste ou à Charles le Téméraire un nouvel Alexandre10. L’avenir, le temps de l’attente, se perçoit de la même manière, dans une crispation sur un passé qu’il serait souhaitable de reconduire en s’inspirant, en premier lieu, d’une lignée d’ancêtres exceptionnels qui l’incarnent. Cette remarque permet de comprendre la raison pour laquelle la pratique de la généalogie se révèle aussi courante pour ces populations du XVe siècle habituées à se représenter la ligne du temps et la configuration de leur espace grâce à ces repères portés par la succession des vies d’hommes.

  • 11 Philippe Wielant, Recueil des Antiquités de Flandre, dans J. J. De Smet (dir.), Recueil de Chroniq (...)
  • 12 Il s’agit du grand discours prononcé par Jean Germain, le 26 mai 1433, voir Giovanni Domenico Mans (...)
  • 13 Sur ce sujet, voir H. Müller, Théâtre de la préséance. Les ducs de Bourgogne face aux grandes asse (...)
  • 14 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët d’Arcq, Paris, Renouard, 1857-1862, 6 vol., t. I (...)

5Cette culture généalogique se déploie donc largement et parvient à articuler un langage commun qui n’est pas le seul apanage des princes, loin s’en faut. À tout seigneur tout honneur, il faut rappeler en premier lieu que les ducs de Bourgogne aiment à répéter qu’ils sont les « quatre pilliers descendus du verger liligère par directe ligne de propagation royale », pour reprendre les mots de Jean Molinet, et que cette ascendance remarquable nourrit leurs appétits de conquête et de reconnaissance internationale. Mais cette référence au lignage n’est plus le propre de la culture nobiliaire et lorsque Philippe Wielant, éminent juriste, président du conseil de Flandre de 1488 à 1494, souhaite évoquer dans ses Antiquités de Flandre la puissance de la principauté, il insiste sur les droits de succession qui sont à l’origine de cet incroyable contexte territorial, faisant des ducs des princes supérieurs à Jules César et même à Charlemagne qui bâtirent leur pouvoir sur la conquête et l’élection11. Quelques années auparavant, lors de la longue querelle de préséance qui anima les années 1433-1434 du concile de Bâle, Jean Germain, l’évêque de Nevers à la tête la délégation bourguignonne, défendait la place éminente de Philippe le Bon contre les prétentions des princes électeurs, en s’appuyant sur l’origo, la nobilitas et la potentia de son prince. Les origines troyennes et carolingiennes, la parenté avec toutes les dynasties royales de l’Angleterre à Chypre, et finalement la possession de quatre duchés et quinze comtés étayaient le principe de cette démonstration12. Philippe le Bon pouvait afficher sa supériorité par son origine troyenne, mais aussi par ses origines burgondes qui donnaient à ce lignage les plus grands mérites dans la diffusion de la foi catholique – la Bourgogne ayant été convertie par Linus, l’élève et le disciple de saint Pierre. Les ambassadeurs bourguignons n’étaient évidemment pas les seuls à détailler le pedigree d’exception de leurs seigneurs. Les représentants des princes électeurs, en accord avec la théorie de la succession des quatre royaumes, remontaient jusqu’à Nabuchodonosor et la genus demonstrantivum s’exprima à Bâle, chez les Castillans, les Suédois et les Suisses par l’éloge d’ancêtres wisigothiques13… Bref, la généalogie vient ici prouver le bon droit des souverains, mais il faut insister sur le vecteur essentiel qu’elle constitue pour rythmer l’histoire des hommes et se la représenter, que l’on soit prince, juriste, ecclésiastique et même simple bourgeois devant attester son bon droit. Les questions d’honneur qui règlent les relations sociales chez les nobles comme chez les citadins de Flandre reposent bien évidemment sur les origines des individus. Impliqué dans un duel judiciaire qui se déroula à Arras en 1431, Maillotin du Bourg, avant d’affronter Hector de Flavi, se retira dans sa tente, « lequel pavillon […] estoit armoyé moult richement de seize manières de blasons, c’est assavoir des costez dont lui et ses ancestres estoient yssus14 ».

  • 15 Sur ce point, voir É. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies…, op. cit.
  • 16 L’allusion à la propagation de la Chronique de Brabant dans le milieu de la chancellerie fait réfé (...)
  • 17 R. Stein, « Cultuur in context. Het spel van Menych Sympel (1466) als spiegel van de brusselse pol (...)
  • 18 À Bruxelles, la tour Saint-Michel, qui borde l’hôtel de ville, était ornée de quatre statuettes re (...)
  • 19 L’hypothèse de l’intervention de Jan van Eyck dans cette construction a été formulée par É. Dhanen (...)
  • 20 Sur ce sujet, on consultera le précieux article de A. M. Roberts, « The Chronology and Political S (...)
  • 21 « Chansons sur la mort de Jean sans Peur (1419) », dans A. Leroux de Lincy, Chants historiques et (...)

6Cette familiarité, que l’on peut déceler quant à l’usage et à la compréhension des filiations, est nourrie par une large diffusion des images généalogiques et une grande variété des supports. La culture généalogique ne se déploie pas seulement dans les manuscrits, sous forme de chroniques ou d’armoriaux s’offrant aux yeux experts de quelques initiés, elle se répand dans la rue et adopte les formes d’expression variées de la communication urbaine. En effet, les œuvres généalogiques s’appuyant sur des fondations merveilleuses, s’insérant dans des histoires régionales, célébrant les grandes familles hennuyères, flamandes et artésiennes… ne sont pas restées confinées dans le milieu restreint de la cour, destinées à des lectures privées, après avoir circulé d’un atelier de copiste à un autre. D’autres voies de diffusion ont existé. Les Joyeuses Entrées et autres cérémonies officielles permirent à l’Histoire de trouver son théâtre15. La Chronique de Brabant d’Edmond de Dynter, sur laquelle nous reviendrons, a circulé assurément dans le milieu de la chancellerie, mais les recherches généalogiques qu’elle a stimulées et intégrées ont inspiré quelques années plus tard une pièce de théâtre donnée pour l’arrivée du comte de Charolais, futur Charles le Téméraire, à Bruxelles en janvier 146616. Ce divertissement, intitulé Van Menych Sympel, mit en scène, sur la place publique bruxelloise, Menych Sympel (le commun), Outgedachte (le patriciat) et Cronyke (Dame Chronique) qui à eux trois retracèrent les origines de Charles en rappelant notamment son lien de parenté avec son homonyme Charlemagne17. D’après le texte, Charles était même convié à monter sur la scène au moment où Dame Chronique avait retrouvé sa place dans le lignage exposé. Il est impossible d’évaluer l’impact de la stimulation de cette sorte de conscience historique, mais le fait même de rassembler sur la scène publique les seigneurs du pays passés et présents, par le biais de sujets allégoriques disposés à séduire un grand nombre de spectateurs, témoigne d’une démarche à la fois mobilisatrice et didactique au service d’un ensemble politique polynodal bien décidé à intégrer, au cas par cas, chacun de ses territoires. L’image généalogique quitte les festivités éphémères pour s’afficher plus durablement au fronton des bâtiments municipaux. Songeons aux statuettes retraçant la généalogie des comtes de Flandre installées sur la façade de l’hôtel de ville de Bruges et polychromées par les soins de Jan van Eyck – un procédé que l’on retrouve à Bruxelles également18. Les ducs avaient installé leur ascendance la plus lointaine sur ces bâtiments visibles de tous, comme sur certains tombeaux. Et lorsque Philippe le Bon décide d’élever une sépulture digne de ce nom à son arrière-grand-père Louis de Male, en la collégiale Saint-Pierre de Lille, il confie encore une fois les cartons nécessaires à la construction du monument à Jan van Eyck. Dans les niches de soubassement devaient se trouver vingt-quatre statuettes illustrant la descendance de Louis et donc la parenté de Philippe le Bon. Cette nouvelle ronde de personnages illustres affichait au cœur de l’un des sanctuaires des comtes de Flandre une légitimité irréprochable aux yeux d’un public attentif et habitué à ces démonstrations19. La forme évolue à la fin du siècle, lorsque Maximilien d’Autriche coordonne les plans du tombeau de son épouse défunte Marie de Bourgogne, pour l’église Notre-Dame de Bruges, mais les intentions politiques continuent à s’exprimer et donc à se penser par le biais du lignage. Sur les deux côtés de la tombe réalisée entre 1488 et 1494, un arbre généalogique, portant au bout de ses branches les armoiries des ancêtres de Marie entourées par des anges, représentait d’un côté la famille paternelle bourguignonne et de l’autre la lignée maternelle d’Isabelle de Bourbon. Les cinq générations exposées servaient à rappeler que Marie était assurément l’héritière d’un patrimoine, alors menacé par les ambitions du roi de France20. Cependant, l’image n’est pas la seule matrice permettant d’accueillir et de mettre en scène les ancêtres illustres des princes. Dans la principauté de Bourgogne, l’arbre des familles se raconte, se mime, se peint et se chante. L’existence de chansons, qui installent la famille bourguignonne dans une parentèle verticale, essentiellement dans la lignée de la famille de France, mais également horizontale en rappelant les nombreuses alliances tissées à travers l’Europe, fait évidemment la publicité du pouvoir ducal. C’est le cas de la complainte sur la mort de Jean sans Peur en 1419 qui regroupe, tels les pleurants d’albâtres des tombeaux de Bourgogne, les sœurs, les cousins, les enfants dispersés en Guyenne, Savoie, Bavière, Hainaut, etc., dans une même déploration21.

  • 22 Sur les usages de l’arbre de Jessé et l’affirmation de sa dimension mariale à la fin du Moyen Âge, (...)
  • 23 H. Bloch, Étymologie et généalogie. Une anthropologie littéraire du Moyen Âge français, trad. fr. (...)
  • 24 Rappelons que la généalogie des princes synthétisée dans leurs armoiries sert assurément de repère (...)

7Le recours à l’héraldique, maîtrisée très largement et présente sur les étendards, les côtes d’armes, les verrières, les tapisseries, les stèles de bornage, etc., la symbolique de l’arbre de Jessé, de plus en plus marquée par sa dimension mariale à la fin du Moyen Âge et donc particulièrement pratique pour faire de la princesse de Bourgogne la matrice de l’alliance avec les Habsbourg receveurs de l’héritage de Charles le Téméraire, l’usage des listes sont autant d’outils qui permettent à la pensée généalogique de quitter le champ de l’abstraction et de s’affirmer tel un levier de l’action politique et sociale22. Arrêtons-nous quelques instants sur ce goût des sociétés d’Ancien Régime pour la liste, et la connaissance par l’accumulation et l’empilement, qui conditionne également l’écriture généalogique. Cet attachement à la liste explique sans doute en partie le succès de ces constructions lignagères. En effet, les listes constituent d’abord un procédé mnémotechnique que l’on retrouve aussi bien dans les chansons de marins, destinées à imprimer dans leur esprit des itinéraires, que dans les bestiaires, les lapidaires mais aussi la littérature courtoise où les qualités de la dame adoptent cette forme sérielle. Les poésies d’Eustache Deschamps au XIVe siècle, les Dits énumératifs comme les cris de Paris, ou les sotties des rhétoriqueurs bourguignons ont eux aussi adopté cette disposition particulière. Or l’écriture généalogique est une écriture familière qui permet de retenir et de représenter le monde comme une quête inlassable des origines, par une succession de noms de personnes. Howard Bloch, dans son livre Étymologie et généalogie, a bien montré que ce modèle généalogique imprégnait la structure de la langue autant que les relations sociales. La grammaire du haut Moyen Âge est ainsi informée par un modèle linguistique défini en termes généalogiques23. Puisque le lignage se définit par l’ancrage d’une famille dans un territoire, il ne faut pas non plus s’étonner que la lecture du paysage s’ordonne elle aussi par des listes. En territoire bourguignon, le duc se figure son espace par la possession de ses titres accumulés sous la forme des armoiries de ses pays, mais, sur le terrain, le lignage, grâce à l’héraldique, s’impose pour identifier les lieux, comme lorsqu’en 1373, Philippe le Hardi ordonne l’installation de panonceaux à ses armes sur les terres de son vassal Hugues de Vienne, dont le fief venait d’être saisi pour rupture d’hommage24. On pourrait aisément multiplier les exemples ; ce petit détour par la liste nous permet simplement de mettre à jour l’un des ressorts de la connaissance et d’expliquer en partie l’engouement des populations médiévale et moderne pour les généalogies. Car la constitution des listes, de quelque nature qu’elles soient, appliquée ici à l’écriture généalogique, conserve le savoir, nourrit la mémoire, donne un effet de puissance, renvoie à un réel aussi lointain soit-il, et permet de résister aux altérations du temps en se frottant à une perfection qui se perd dans le fond des âges.

Les ruses de la généalogie ou l’art de rassembler princes et territoires

  • 25 H. Bloch, Étymologie et généalogie…, op. cit., p. 110.
  • 26 Voir L. Génicot, Les généalogies, Turnhout, Brepols (coll. « Typologie des sources du Moyen Âge », (...)
  • 27 Voir J.-M. Moeglin, Les ancêtres du prince. Propagande politique et naissance d’une histoire natio (...)
  • 28 D. Chaubet, La chronique de Savoie de Jean d’Orville dit Cabaret, Montmélian, La fontaine de Siloé (...)
  • 29 Voir J.-C. Blanchard, « Entre généalogie et mythologie : la mise en image de la mémoire dynastique (...)

8Dans l’espace occidental, les généalogies dressées par les seigneurs du premier âge féodal ont bien montré comment la littérature lignagère allait de pair avec la transformation des bénéfices (i.e. fiefs concédés) en droits héréditaires et la correspondance désormais soigneusement entretenue entre terres et dynastie. Dans ces récits, qui progressent en même temps que se diffusent les chansons de gestes, « il s’agit de faire remonter l’ascendance le plus haut possible et de créer la continuité la plus cohérente entre ce commencement mythique et le présent25 ». Qu’il s’agisse des Chroniques des comtes d’Anjou, de celle du comte de Flandre composée par Vuitgerius entre 951 et 959, de la Genealogia antecessorum parentum meorum de Lambert de Watrelos, de l’Histoire des comtes de Guines par Lambert d’Ardres, etc., la démarche est toujours la même et implique une invention de héros ancestraux qui garantissent la fondation héroïque du lignage, par un enracinement de l’arbre familial dans son propre sol et le rappel de l’attachement à la terre et au château, pour s’achever en une description du lignage selon une progression linéaire où les noms glorieux de la famille adoptent une succession verticale26. Cette appréhension du passé familial pratique à la fois l’inclusion et l’exclusion – en laissant de côté par exemple quelque aïeul gênant – et fait se mêler mythe et réalité. Elle s’avère toujours valable à la fin du Moyen Âge, où rois, princes territoriaux et seigneurs locaux accrochent leur appréhension du passé à cet axe qui plonge dans les temps les plus lointains pour assurer avant tout la légitimité de la dynastie en question. Parfois, la constitution tardive de l’historiographie peut adopter un parcours tout à fait aléatoire, comme l’a parfaitement montré Jean-Marie Moeglin à propos de la dynastie bavaroise. Il fallut en effet attendre la fin du XIVe siècle pour que soit élaborée une généalogie des Wittelsbach, la fameuse Table de Scheyern, et que les moines de ce monastère se décident à renouer les fils de l’ascendance carolingienne, tout en rejetant le mauvais ancêtre, le duc Arnulf, qualifié de tyran et de persécuteur de l’Église par les hagiographes, pour donner une assise solide à l’histoire nationale de Bavière27. Les inventions peuvent être tardives comme en Savoie, où l’avènement d’Amédée VIII au duché, reconnu par Sigismond de Luxembourg en 1416, conduit à la rédaction d’une Chronique de Savoie par Jean Cabaret d’Orville qui, pour l’occasion, retrouve un mythique et prestigieux Bérold, père de celui que ce même chroniqueur appelle fautivement Humbertaux-Blanches-Mains et neveu d’Othon III28. Un même souci de donner une profondeur généalogique au lignage associé à une garantie des droits sur un héritage se retrouve cette fois-ci chez Antoine, duc de Lorraine (1508-1544), successeur de René II, qui, dans un livre d’heures réalisé en 1533, fait inclure dans la marge inférieure tout un cycle décoratif insérant Godefroid de Bouillon dans la généalogie des ducs de Lorraine29.

  • 30 On retrouvera ces citations et une explication précise de l’adoption du mythe troyen chez C. Beaun (...)
  • 31 C. Beaune, Le miroir du pouvoir. Les manuscrits des rois de France, Introduction F. Avril, Paris, (...)
  • 32 Voir J. Kerhervé, « La généalogie des roys, ducs et prince de Bretaigne de Pierre le Baud », dans (...)

9Toutefois, dans cette course aux héros mérovingiens, carolingiens et chevaleresques, un mythe fédérateur domine et permet de nombreux contournements. Pour reprendre les mots de Colette Beaune, dans le royaume de France, comme dans d’autres pays européens, le mythe troyen devint un « mythe d’anoblissement collectif », phénomène que Philippe Mouskès, en son temps, résumait dans sa chronique rimée d’un Tous nous sommes Troyens !30. Et il est vrai que les descendants d’Énée sont nombreux. Chez les Francs, la légende des origines troyennes est issue principalement de deux textes des VIIe et VIIIe siècles : celui du Pseudo-Frédégaire et le Liber historiae Francorum. La légende établit que Francion (encore appelé Priam le jeune ou Anthenor), après avoir quitté Troie en flammes, fonda la ville de Sycambria sur le Danube. Puis ses descendants passèrent en Gaule, après avoir traversé la Germanie et s’installèrent avec Marchomire et Pharamond. Le mythe fixé faisait de la France une nation aussi lointaine que celle des Romains, fondée par un autre exilé troyen : Énée. Or, comme l’écrit Colette Beaune, « au Moyen Âge, être aussi ancien que, c’est être égal à, être plus ancien c’est avoir le droit de commander aux plus jeunes31 ». Développé dans Les Grandes Chronique de France, le récit défendait la cohésion, l’unité et le prestige de la nation face aux Anglais et justifiait les actions extérieures – croisades ou guerres d’Italie – qui avaient alors pour but la récupération du sol troyen usurpé. C’est dans un même état d’esprit que les Bretons choisirent de faire de Brutus un héros troyen ayant échappé au massacre. Brutus, selon Geoffroy de Monmouth, repris par Pierre le Baud à la fin du XVe siècle, se serait rendu en Grèce, où il vainquit le roi Pandrasus, dont il épousa la fille avant de passer les colonnes d’Hercule pour s’établir dans un premier temps en Armorique, où il fonda Brest. Brutus issu de la race d’Énée, la langue bretonne était alors assimilée à la langue troyenne, et les chroniqueurs pouvaient défendre la souveraineté du duché face au roi de France32. Ces quelques exemples montrent que les ducs de Bourgogne se conformaient à une injonction généalogique assez générale dans le monde des princes, si ce n’est qu’un autre défi se présentait à eux. Il ne fallait pas seulement s’imposer en tant que prince légitime d’un territoire unique et unifié, mais bel et bien se fondre dans chacun des duchés et comtés dominés plus ou moins récemment, en martelant le principe de continuité historique qui, finalement, structure toute opération généalogique.

10Philippe le Bon (1419-1467) fut le principal maître d’œuvre d’une généalogie segmentée et usa de tous les expédients disponibles pour prouver qu’un long passé commun l’unissait naturellement aux peuples qu’il soumettait progressivement. Les plumes les plus habiles se mirent au travail pour reconstruire les histoires des différentes principautés. On peut citer par exemple la traduction des Annales historiae illustrium principium Hannoniae de Jacques de Guise par Jean Wauquelin ou bien la Chronique de Brabant d’Edmond de Dynter. Les prologues de leurs auteurs sont clairs sur la question. Jean Wauquelin écrit qu’il a traduit les Annales de Jacques de Guise pour que :

« Par laquelle exposition et translacion au plaisir de Dieu polra à tous oans et lisans plainement apparoir la noble procreation et lignie, et comment est descendus mon dit tres redoubté et tres puissant seigneur du hault noble et excellent sang des Troyens. »

  • 33 Chronique de Brabant par Edmond de Dynter, éd. P. F. X. de Ram, Bruxelles, Hayez, 1854-1860, 3 vol (...)

11Edmond de Dynter souhaite retracer lui aussi toute l’histoire des Troyens et des Carolingiens « incipiendo a capite et continuando usque ad eumdem gratiosum dominum meum ducem33 ». Et Jean d’Enghien, dans son Livre des Chroniques de Brabant, annonce même que dans son œuvre :

  • 34 Voir J. Borgnet, « Le Livre des cronicques de Brabant, par Jehan d’Enghien », Bulletin de la Commi (...)

« pourrez veoir clèrement l’advenement et origine avec l’entière généracion et descendue d’iceulx princes et ducz de Brabant de degré en aultre, depuis le temps Japhet filz de Noé, jusques audit mon seigneur et vous34. »

  • 35 Citation empruntée à J. A. Wisman, « L’éveil du sentiment national au Moyen Âge : la pensée politi (...)
  • 36 C. Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres…, op. cit., p. 199. Cette dernière s’appuie sur les travau (...)
  • 37 Robert Stein a contribué à éclairer l’arrière-plan politique sur lequel s’inscrit cet effort de mé (...)
  • 38 Voir la thèse non publiée de V. Lambert, Middeleeuwse Historiographie en Nationale Identiteit. Een (...)
  • 39 Cette légende fut largement adoptée puisque Philippe Wielant, dans son Recueil des Antiquités de F (...)

12Ce conseiller de Philippe le Bon promet également de détailler les origines troyennes et romaines des princes de Brabant, sans oublier la fameuse lignée carolingienne. La démarche, si contournée soit-elle, exprime toujours le nécessaire reditus ad stirpem patrum, pour qui veut imposer une famille à un territoire35. En effet, comme l’a souligné C. Klapisch-Zuber à propos de la Chronique d’Edmond de Dynter, l’auteur s’évertue à prouver de plusieurs manières que le duc, Philippe le Bon, est bien le descendant de Priam, Lothaire et Charlemagne, sans passer par le lignage des Capétiens, ou celui des comtes de Flandre36. Cette généalogisation de la spécificité bourguignonne exprime bel et bien une espèce de nationalisme brabançon dont Philippe le Bon est le continuateur et le bénéficiaire37. La même démarche s’applique pour la Flandre où les récentes investigations menées au sujet de la Flandria Generosa C démontrent les intentions ocuméniques de Philippe le Bon. Cette version, conçue apparemment au milieu du XVe siècle, remanie la matière de Flandre pour attribuer la fondation du comté à l’initiative d’un seigneur bourguignon38. On y lit qu’en 621, Salvardus, seigneur de Dijon, quitta sa contrée pour rejoindre l’Angleterre, en compagnie de son épouse enceinte, Ermengarde, la fille de Girard de Roussillon. Arrivés dans la terre de Buc, Salvardus fut tué par le géant Finardus (Phinaert), tandis que la jeune femme trouvait refuge auprès d’un ermite. Elle accoucha d’un fils, nommé Liederik, qui, quelques années plus tard, mit fin à la tyrannie du mauvais géant en le tuant en duel. Il s’installa alors sur ses terres et fonda, lui, le héros d’origine bourguignonne, la dynastie des comtes de Flandre39. Philippe le Bon pouvait ainsi faire apparaître sa mainmise sur le comté de Flandre comme un juste retour à la situation politique valable au temps mérovingien.

  • 40 Sur ce goût des généalogies fabuleuses qui perdurent à l’époque moderne, je renvoie à R. Bizzocchi (...)
  • 41 Voir A. Millar, « Olivier de la Marche and the Herculean Origins of the Burgundians », Publication (...)
  • 42 Sur l’engouement pour les constructions généalogiques en terre d’Empire au XVIe siècle, voir ici m (...)
  • 43 On trouvera un développement complet sur cette politique généalogique menée par Maximilien Ier dan (...)
  • 44 Olivier de la Marche, Mémoires, op. cit., t. I, p. 20. Étrangement, Larry Silver ne mentionne à au (...)
  • 45 L. Silver, Marketing Maximilian…, op. cit., écrit à ce sujet p. 73-74: « Thus, the ensemble of bro (...)

13Dans cette série de recompositions historiques, s’appuyant sur des généalogies plus ou moins inventives en matière de constructions fabuleuses, Philippe le Bon multiplie les démarches bilatérales qui font de lui, tour à tour, un digne héritier des terres conquises par les alliances ou par les armes40. Chez de Dynter, il est un duc de Brabant légitimé par l’ascendance troyenne et carolingienne, chez Wauquelin, grâce à cette même ascendance, il est l’héritier naturel des hautes figures du Hainaut. Là où les chroniques de Flandre le placent logiquement à la suite des Forestiers, l’histoire de Bourgogne lui rappelle son ancrage glorieux dans ses terres d’origine. La figure ducale, dans une démarche typiquement féodale, se fond dans chacune des histoires locales, sans jamais, encore une fois, réussir à les rassembler au sein d’un même creuset. Le souhaitait-elle d’ailleurs ? Certes, à l’heure des menaces de Louis XI sur l’héritage du Téméraire, le prologue d’Olivier de la Marche, évoqué précédemment, semble parvenir à la synthèse lorsqu’il retrace l’origine de la croix de saint André, les aventures des Forestiers de Flandre, la création des Armes des différents territoires, et surtout, nouvelle invention, les origines herculéennes de la Bourgogne. Celui-ci prétend en effet, en s’appuyant sur l’Histoire universelle de Diodore de Sicile, qu’Hercule avait épousé Alise, une princesse bourguignonne, donnant naissance à la dynastie des rois de Bourgogne considérés comme supérieurs aux rois de France, puisque la conversion de Clovis est à attribuer ni plus ni moins aux mérites de son épouse, Clotilde, autre princesse bourguignonne41. Surtout, il s’agissait pour le serviteur de la cour de mettre tout son talent d’écrivain au service de l’intégration du passé bourguignon dans l’histoire habsbourgeoise. Cette charnière des XVe et XVIe siècles assiste alors à un renforcement des constructions généalogiques au service de Maximilien et de son fils Philippe le Beau. Il serait sans doute hasardeux d’établir un lien direct entre les compositions d’Olivier de la Marche et le souci de Maximilien de soutenir sa notoriété et ses ambitions par de véritables « opérations généalogiques », mais l’on soulignera toutefois la concomitance chronologique de ces démarches42. Rappelons-nous que, tandis qu’Olivier de la Marche participe à l’éducation du jeune Philippe le Beau dans les années 1490, Maximilien fait réaliser le tombeau de Marie à Bruges, portant sur ses deux côtés un arbre généalogique. D’ailleurs, au regard de tout ce qui vient d’être rappelé sur les pratiques généalogiques propres à la Maison de Bourgogne, la démarche de Maximilien de Habsbourg, qui a usé de nombreux supports pour figurer la construction historiographique de ses origines, n’apparaît plus aussi exceptionnelle et s’inscrit dans la continuité des habitudes bourguignonnes. Il est vrai que l’empereur, dès son accession à l’empire romain germanique, en 1508, lance une véritable campagne d’élaboration généalogique associant écrivains et artistes. Tandis que les uns sont chargés de mener des enquêtes précises sur les ancêtres du prince, les autres s’appliquent, sous forme d’arbres de Jessé, de chaînes à médaillons, d’échelles conduisant vers le Paradis ou d’arcs de triomphe, à représenter la kyrielle des parents illustres. Ainsi, la première manifestation écrite de ce goût pour la généalogie apparaît dans l’Historia Frederici et Maximiliani qu’il fait rédiger pour l’édification de son petit-fils, le futur Charles Quint, vers 1508. Joseph Grümpeck en est l’auteur et Albrecht Altdorfer l’illustrateur. Le milieu augsbourgeois est ensuite sollicité pour une généalogie accompagnée de xylographies réalisées par Hans Burgkmair et figurant les membres de cette illustre famille par des hommes en armes avec leur écu armorié. On pourrait multiplier les exemples, soulignons simplement que le Geburtspiegel, appelé également Zaiger, comprenant neuf volumes présentés à l’empereur en 1518 par Jacob Mennel, fait écho à l’Arche d’honneur réalisé par l’atelier d’Albrecht Dürer à Nuremberg, sous la supervision de Stabius. L’œuvre représentait un arbre dont la cime était occupée par Maximilien trônant avec son épouse Marie de Bourgogne à ses côtés. Cet arbre accueillait sur ses franges des maisons princières et des territoires sur lesquels Maximilien, par la respectabilité de sa famille historique, pouvait exercer des droits… ou quand le lignage permet, encore une fois, de se représenter les territoires de pouvoir43. Tous ces efforts et ces nombreuses recherches avaient permis de faire le tri dans les ancêtres et de privilégier, là encore, des origines troyennes pour afficher l’ancienneté de la famille et rappeler que le sang de héros exceptionnels coulait dans les veines de l’empereur. Ce rattachement à une branche troyenne, celle de Francion, le fils d’Hector, permettait à Maximilien, comme pour les rois de France, de rivaliser avec l’Italie où Énée fonda Rome, et de se recentrer sur l’identité nationale germanique. De même, avoir des ancêtres en Hongrie, grâce à Sicambre, le fils de Francion laissé en Pannonie, tombait à point pour l’empereur, engagé dans une Ostpolitik. La légende continuait avec Marchomire, le fils de Priam, dernier roi de Sicambrie, qui fonda Francfort, la cité des Francs, avant, comme l’évoquait déjà Olivier de la Marche dans ses Mémoires, d’être appelé au secours par les Franchois, permettant au chroniqueur bourguignon de déclarer à Philippe le Beau : « Vous avez cest honneur que de vostre nom d’Austrice sont yssus les premiers Roys de France44. » Mais la succession des Mérovingiens puis des Carolingiens avait beaucoup trop en commun avec le royaume de France, aussi Maximilien choisit comme ancêtre le deuxième fils de Clovis, héritier du royaume de Bourgogne, et non de celui de France. L’ascendance troyenne ne devait cependant pas suffire au saint empereur romain germanique, puisque ce dernier commanda également à Stabius une généalogie remontant à Noé… On l’aura compris, la politique généalogique de Maximilien fut massive et cumulative, dans le sens ou ce dernier souhaita, grâce à elle, réaffirmer l’universalité de son pouvoir. Le projet de son tombeau installé à Innsbruck, remanié à plusieurs reprises, constitua l’acmé de cette politique, avec ses quarante statues de bronze, dont vingt-huit furent finalement réalisées, et qui, en un cortège mené par Frédéric III, rassemblent Charlemagne, Albert Ier, Albert II, mais aussi saint Léopold, Éléonore de Portugal, etc.45. Là encore, aux portes du XVIe siècle, la généalogie avait trouvé dans ces figures de bronze le moyen d’afficher la pensée politique de l’empereur forgée par cette ascendance familiale de prestige.

La politique : une histoire de famille ?

  • 46 On ajoutera aux recherches déjà mentionnées l’article exemplaire de B. Guenée, « Les généalogies e (...)
  • 47 Voir entre autres J. Aurell, « La chronique de Jacques Ier, une fiction autobiographique. Auteur, (...)
  • 48 J.-M. Moeglin, « Les dynasties princières allemandes et la notion de Maison à la fin du Moyen Âge  (...)
  • 49 L’ouvrage avait des antécédents et a dû regrouper des textes commandés par Philippe le Bon, le pèr (...)
  • 50 Le manuscrit utilisé est celui de la British Library, ms. Yates Thompson 32.
  • 51 Sur les ambitions de Charles le Téméraire, voir É. Lecuppre-Desjardin, Le royaume inachevé. Réflex (...)
  • 52 André Vauchez explique que ces généalogies mêlées de vies de saints créent chez ceux qui s’y ratta (...)
  • 53 Il s’agit du rouleau généalogique Newberry/UIUC ms. 166 (1 240 mm x 615 mm) étudié par C. Bauer-Sm (...)
  • 54 « In qua parte perseriem linearum nobilitatem magnificum dominorum principum regum et ducum quartu (...)
  • 55 Le texte de l’intervention du Téméraire à Saint-Bertin, prononcé le 11 novembre 1471, a été publié (...)
  • 56 On trouvera la mention de cette prétention et les références des documents italiens dans R. Vaugha (...)
  • 57 Sur cette puissance des liens de parenté dans la politique européenne de la fin du Moyen Âge et du (...)

14On aurait pu détailler davantage les subtilités rhétoriques qui permettent de croiser ces traditions vétérotestamentaires, mythologiques et historiques pour enrichir le caractère extraordinaire de ces branches lignagères. De nombreuses études, déjà citées, l’ont fait et il semble plus judicieux d’insérer la démarche des ducs de Bourgogne dans le contexte politique international pour souligner les spécificités ou au contraire les caractères partagés de la politique bourguignonne46. La démonstration précédente a montré que Philippe le Bon a considéré la construction de son espace politique dans une accumulation de relations bilatérales (Philippe le Bon et le Hainaut, Philippe le Bon et la Flandre, etc.), ce qui s’est traduit par une multiplication de généalogies segmentées et juxtaposées. Un tel cloisonnement des constructions de l’ancestralité du prince en dit long sur un mouvement centrifuge d’éparpillement de son autorité. Quelques siècles auparavant, dans le Livre des faits du roi Jacques rédigé entre 1244 et 1276, considéré comme une autobiographie fictionnelle, Jacques Ier d’Aragon avait adopté une démarche totalement inverse dans laquelle le socle généalogique de Jacques Ier avait servi de fondement à une évocation de la vie du roi et de ses conquêtes, permettant d’agréger à une unique mythologie, celle du souverain, les différents espaces conquis – la mémoire du roi devenant celle de son peuple47. Si j’ai privilégié cet exemple a contrario, c’est tout simplement pour faire apparaître les effets de dilution du pouvoir que révèlent ces manipulations généalogiques bourguignonnes démultipliées en fonction de la pluralité territoriale. Car force est de constater que la volonté de rassembler des fidélités autour d’une maison princière telle qu’elle a été définie par Jean-Marie Moeglin, à savoir une entité politique associant un chef, un territoire, une communauté, a échoué48. Pourtant la communication et le déploiement d’une propagande tous azimuts n’a pas fait défaut et la rédaction d’un petit traité intitulé dans sa version courte Chronique des royz, ducs, comtes et autres saintes personnes de la tres noble maison de Bourgogne, réalisé sous le principat de Charles le Téméraire, avait posé les fondements d’une nouvelle prétention, à savoir l’obtention d’une couronne royale, titre qui aurait pu permettre de subsumer l’ensemble de la « mosaïque bourguignonne49 ». Le texte, avec beaucoup de fantaisie, mêle un événementiel plus ou moins éloigné de la réalité historique à un récit hagiographique qui tâche de présenter la Maison de Bourgogne plus anciennement chrétienne que la Maison de France : Clovis a été converti par les bons soins de Clothilde, princesse bourguignonne, Clotaire a été défait par Thierry de Bourgogne en la présence d’un ange, tandis que les batailles de Girard de Roussillon permirent à ce dernier de vaincre les Français et de lui faire « recouvrer tout le royaulme de Bourgogne que les Roix de France avoient usurpé50 ». La volonté de se dégager des rets du royaume de France est patente chez un Charles le Téméraire qui lorgne vers l’Empire et pour qui peu importe le titre, pourvu qu’on ait la couronne51. Ce n’est pas le lieu de revenir ici sur la postérité de ce document. Mieux vaut constater que la pensée politique du Téméraire et l’expression de ses ambitions passent par le prisme d’une généalogie dont la beata stirps ne fait que renforcer la perfection des descendants52. Même lorsqu’il s’agit d’afficher de nouvelles ambitions, de quitter le giron de France pour fonder son propre État, la généalogie permet de maintenir le cap dans cette aventure risquée et hasardeuse. Un autre exemple vient conforter cette idée selon laquelle les projets du Téméraire sont dominés par cette pensée généalogique. Tout comme ses ancêtres usaient de la généalogie pour rappeler leur prestigieuse ascendance française, Charles s’appuie sur de nouvelles branches pour s’en éloigner et afficher un nouvel ordre des parentés. C’est ce que démontre Charlotte Bauer-Smith, grâce au rouleau généalogique, assez peu connu, commandé par le dernier des ducs de Bourgogne entre 1467 et 146853. Le prologue explique qu’il s’agit de continuer la représentation des lignages royaux du Speculum historiale de Vincent de Beauvais et, de fait, les généalogies reprennent la filiation des rois d’Angleterre et de France après Saint Louis. On a pu penser que cette double représentation des familles française et anglaise pouvait être destinée à prouver que sept degrés de parenté séparaient les futurs époux, à savoir Charles le Téméraire et Marguerite d’York, dont les noces furent célébrées à Bruges en juillet 1468. Mais si tel était le cas, on peut s’étonner de ne pas voir apparaître la jeune princesse. Plus sûrement, l’intégration des princes de Bourgogne en parallèle à cette double filiation témoigne des prétentions de Charles le Téméraire. Dans le prologue, on peut lire qu’il s’agit pour le concepteur de présenter les origines exceptionnelles des rois de France et d’Angleterre mais aussi des princes des « partibus nostrorum54 ». Selon Charlotte Bauer-Smith, le rouleau généalogique est clairement lié aux ambitions politiques du duc Charles qui doit rappeler sa légitimité auprès de ses peuples agités et le caractère exceptionnel de son lignage face au roi de France. On pourrait, sans doute, aller plus loin en soulignant que Charles, toujours en quête d’une couronne, avait eu l’idée de tourner ses prétentions vers l’Angleterre en appuyant ses ambitions sur les origines de sa mère, Isabelle de Portugal, arrière-petite-fille d’Édouard III d’Angleterre, par sa mère Philippa de Lancastre. Même si les relations avec Édouard IV étaient somme toute cordiales jusqu’au traité de Picquigny (29 août 1475) qui réconciliait l’Angleterre yorkiste et la France de Louis XI, Charles le Téméraire n’avait pas hésité à déclarer à Saint-Bertin le 11 novembre 1471 que sa mère lui avait transmis ses droits sur l’Angleterre et que le fait d’être le dernier représentant Lancastre lui donnait accès à la couronne55. Cette ambition était encore à l’esprit du prince en 1475 d’après les ambassadeurs milanais56. La poursuite d’un titre royal, la conquête de territoires, le désir de conforter une souveraineté, toutes ces démarches politiques s’appuient sur les droits familiaux récents ou ancestraux57. Si l’on veut sérier les étapes des conquêtes territoriales bourguignonnes, on observera assez aisément que la pratique généalogique constitue un fil rouge dans le développement de la principauté. Cette dernière fut agrandie essentiellement par des alliances et le recueil habile des héritages de Marguerite de Male, comtesse de Flandre, de Jeanne, duchesse de Brabant, de Jacqueline de Bavière, comtesse de Hainaut, Hollande et Zélande, et, enfin, d’Élisabeth de Görlitz, duchesse de Luxembourg. La généalogie intervient ici à titre probatoire, mais elle motive également l’action. C’est parce qu’il est le neveu d’Elisabeth de Görlitz que Philippe le Bon se décide à aller lui porter secours :

  • 58 L. P. Gachard, Analectes historiques, t. VI, Bulletin de la Commission royale d’Histoire, 2e s., t (...)

« Considéré qu’elle [Elisabeth de Görlitz] est ma tante et a eu espousé mes deux oncles germains, l’un de par mon père, et l’autre de par ma mère, et que autrement sommes de lignage, je lui ay accordé et ne luy povoye refuser par honneur, [… de] garder de defendre son bon droit58. »

  • 59 J. Krynen, « Naturel… », op. cit. Les citations qui suivent à propos du royaume de France sont iss (...)
  • 60 D. Barthélemy, « L’État contre le “lignage” : un thème à développer dans l’histoire des pouvoirs e (...)

15Une fois installés, il est alors temps pour eux de légitimer leur position à la tête de ces nouvelles seigneuries. Et cette légitimité se confond avec la possession d’un caractère naturel démontré par la généalogie. La preuve d’une adéquation parfaite du pouvoir et de son incarnation avec l’ordre de nature se trouve au cœur de toutes les interventions publiques ducales mais aussi dans l’élaboration des histoires locales que nous avons évoquées. À ma connaissance, seul Jacques Krynen a attiré notre attention sur ce « naturalisme politique » qui se fait jour à la fin du Moyen Âge59. Or l’écriture généalogique permet au prince d’apparaître comme un naturel seigneur. C’est la formule que l’on retrouve d’ailleurs dans les adresses des villes ou des états du territoire bourguignon : A notre très redoubté et naturel seigneur. On sait que, dans les schémas de représentation de la fin du Moyen Âge, la vie politique est souvent présentée comme un prolongement de la vie biologique. Sans même parler de la théorie corporiciste, de l’idée selon laquelle seul le prince qui sait se gouverner peut gouverner un territoire, la force de la continuité est martelée par tout un lexique végétal évoquant la tige, le branchage, la souche, l’arbre, etc. L’expression naturalis, à l’époque féodale était employée pour caractériser le lien légitime, bâti sur l’hérédité, unissant un seigneur à un vassal. Et quoi de plus conforme à la nature que l’hérédité ? Le roi naturel, le prince naturel c’est donc celui qui s’impose comme seigneur, souverain héréditaire. Il est évident que la crise de 1328 dans le royaume de France a renforcé cette conviction selon laquelle il faut à la France un roi français. Et si les barons préfèrent Philippe de Valois à Edouard III c’est parce qu’il est « natif » du royaume (« Pour ceo qu’il estoit du realme »). Il semblerait que le Songe du Vergier (1376-1378) soit le premier texte à définir le « vray seigneur naturel comme le roy qui vient au gouvernement du peuple par lygnie et par droite succession, au aultre titre raisonnable ». C’est à cette condition que peuvent venir l’harmonie, la paix, la stabilité, l’équilibre encore exprimés dans la Satire Ménipée, texte destiné à écarter l’infante d’Espagne du trône de France et qui réclame également un seigneur naturel pour la France en 1594. De plus, comme le naturel et le surnaturel s’associent dans l’univers mental médiéval, les droits de nature ont bien évidemment leur fondement dans une divine Providence, ce qui contribue à renforcer l’autorité et la majesté de celui qui parvient à démontrer par l’écriture généalogique son caractère naturel. Pour revenir à l’exemple bourguignon, la composition de la Chronique des royz, ducs, comtes et autres saintes personnes de la tres noble maison de Bourgogne, en associant généalogie prestigieuse et bienveillance divine, nourrit cette idée de « naturalisme politique » présente aussi bien dans l’esprit des intellectuels que dans celui des sujets habitués à interpeller leur naturel seigneur. Toutefois, il n’est pas si facile, pour Charles le Téméraire, de taire des origines françaises qui ont nourri les discours politiques de ses prédécesseurs, les menant vers la fortune et la gloire, mais transformant au fil du temps ces attaches familiales en véritables entraves. La généalogie devient alors pour le roi de France le socle d’un nouveau pacte de fidélité intégré à la dynamique de la construction de l’État. Pour prendre le contre-pied d’un article de Dominique Barthélemy, l’État ne se dresse plus contre le lignage, il l’intègre60.

*

  • 61 B. J. H. Rowe, « King Henry VI’s Claim to France: In Picture and Poem », The Library, 4e s., t. XI (...)
  • 62 Le manuscrit reprenant la composition de l’affiche est le BM Shrewsbury, MS Royal 15 E. VI, f° 3. (...)

16Terminons par un dernier exemple qui a le mérite de synthétiser les quelques informations rassemblées dans cette étude. En 1423, le duc de Bedford, régent dans le royaume de France au nom du tout jeune roi de France et d’Angleterre, alias Henri VI, commande à Lawrence Calot, notaire royal anglo-français, un poème retraçant la double ascendance française et anglaise du petit souverain âgé de quelques mois61. Ces vers étaient destinés à accompagner une « affiche » de grand format, dupliquée en plusieurs exemplaires et placardée sur les portes des églises du Nord de la France. L’œuvre, dont une copie a survécu dans un recueil de poèmes offert par Talbot à Marguerite d’Anjou, représentait la généalogie d’Henri VI et se divisait en trois colonnes : l’une au centre affichait la Directe ligne de France, celle de gauche la ligne collateralle de France et celle de droite, la ligne d’Angleterre. Ponctuée de jolies miniatures circulaires, la généalogie faisait partie d’une opération de séduction menée dans les terres du nord du royaume pour assurer à la population que la couronne de France n’était pas « en estrange main mise62 ».

  • 63 G. Chastellain, Œuvres, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Heussner, 1864, t. V, chap. iii, p (...)

17La conquête du pouvoir, que vient raffermir cette opération de propagande, ne peut se passer de la reconnaissance et de la démonstration d’une origine qui inscrit les hommes dans une continuité fondatrice, légitimante et – par un effort soutenu et quelques constructions fabuleuses – que l’on voudra exposer comme naturelle. Cette représentation généalogique, qui fixe la ligne du temps et contribue à attacher les hommes à leur espace, s’épanouit en territoires bourguignons comme ailleurs, parce que sur elle reposent la conquête du pouvoir et sa consolidation. Matériau malléable, souple, à l’image des rinceaux qui portent les armoiries des ancêtres dans les manuscrits ou sur les flancs des tombeaux, la culture généalogique s’adapte aux exigences des familles et de leurs unions, mais aussi aux nouvelles donnes politiques qui font dire à un Philippe le Hardi qu’il est fils de roi de France et à son arrière-petit-fils : Entre nous, Portugalois !63. Idoine, lorsqu’il s’agit de profiter de l’héritage de France, encombrante, lorsque vient le moment de s’en libérer, la généalogie, comme paradigme politique, demeure néanmoins au cœur des ambitions du dernier duc dont les appétits royaux, voire impériaux, s’aiguisent. Absorbée par la Maison de Habsbourg au moment du mariage de Marie de Bourgogne avec Maximilien Ier en 1477, en moteur de l’action, elle contribue à redessiner les contours de la nouvelle géopolitique qui prévaut en Europe du Nord au XVIe siècle.

Notes

1 Michault Taillevent, Le psautier des vilains, v. 220-225, dans R. Deschaux, Un poète bourguignon du XVe siècle : Michault Taillevent (Édition et étude), Genève, Droz (coll. « Publications romanes et françaises », 132), 1975, p. 121 sq.

2 Sur ce thème, consulter l’étude de C. Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres. Essai sur l’imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard, 2000. Plus particulièrement chap. viii et ix.

3 Ibid., p. 189.

4 J’emprunte cette réflexion à ma thèse : É. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies. Essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, Brepols (coll. « Studies in European Urban History », 4), 2004, p. 60-67.

5 J. Krynen, « Naturel. Essai sur l’argument de nature dans la pensée politique de la fin du Moyen Âge », Journal des Savants, no 2, 1982, p. 169-190.

6 G. Doutrepont, La littérature française à la cour des ducs de Bourgogne, Paris, 1909, chap. vii, p. 403-455.

7 P. Jodogne, « La rhétorique dans l’historiographie bourguignonne », dans L. Terrreaux (dir.), Culture et pouvoir au temps de l’Humanisme et de la Renaissance. Actes du congrès Marguerite de Savoie, Annecy, Chambéry, Turin, 29 avril-4 mai 1974, Paris-Genève, Slatkine-Champion, 1978, p. 51-69. É. Lecuppre-Desjardin, « Maîtriser le temps pour maîtriser les lieux. La politique historiographique bourguignonne dans l’appropriation des terres du Nord au XVe siècle », dans D. Bohler et C. Magnien Simonin (dir.), Écritures de l’Histoire (XIVe-XVIe siècle). Actes du colloque du Centre Montaigne, Bordeaux, 19-21 septembre 2002, Genève, Droz (coll. « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 406), 2005, p. 371-383.

8 Je retiens ici la date établie par J.-M. Cauchies dans « Qui vous estes et le noble lien dont vous estes yssu. Olivier, Philippe d’Autriche et la Bourgogne », Publications du Centre Européen d’Études Bourguignonnes, no 43, 2003, p. 149-160.

9 Olivier de la Marche, Mémoires, éd. H. Beaune et J. d’Arbaumont, Paris, Renouard, 1883-1888, 4 vol., t. I, p. 11.

10 Bernard de Chartres : « Nous sommes juchés sur des épaules de géants. Nous voyons ainsi davantage et plus loin qu’eux, non parce notre vue est plus aiguë ou notre taille plus haute, mais parce qu’ils nous portent en l’air et nous élèvent de toute leur hauteur gigantesque. »

11 Philippe Wielant, Recueil des Antiquités de Flandre, dans J. J. De Smet (dir.), Recueil de Chroniques de Flandre, t. IV, Bruxelles, Hayez, 1865, p. 34 : « jamais prince n’eust tant de royaulmes, archiducies, duchez, contez, terres et seigneuries par succession, […], car quant aux monarchies de Alexandre le Grant, de Jules César, de Octavien, de Charlemaigne, et aultres grands monarcqs, elles leur sont advenuz par election et conquestes, et non par succession. »

12 Il s’agit du grand discours prononcé par Jean Germain, le 26 mai 1433, voir Giovanni Domenico Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio…, t. XXX, Venise, 1767 (rééd. 1903, 1961), col. 205-211, disponible sur www.documentacatholicaomnia.eu(consultéenmai2014).

13 Sur ce sujet, voir H. Müller, Théâtre de la préséance. Les ducs de Bourgogne face aux grandes assemblées dans le Saint-Empire, Ostfildern, Jan Thorbecke (coll. « Conférences annuelles de l’Institut historique allemand », 13), 2007. À propos du gothicisme, voir A. Swanson, « Re-inventing the Goths : The Trajectory of an Idea », dans R. Suntrup et J. R. Veenstra (dir.), Building the Past. Konstruktion der eigenen Vergangenheit, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2006, p. 167-185.

14 Enguerrand de Monstrelet, Chronique, éd. L. Douët d’Arcq, Paris, Renouard, 1857-1862, 6 vol., t. IV, chap. 102, p. 439. Les bourgeois impliqués dans des duels judiciaires étaient assistés de témoins pour prouver leur identité et leur place dans une généalogie forcément plus courte. Rappelons à ce propos que la pratique des Ricordanze ou des Stadtbücher n’est pas répandue dans les territoires bourguignons de cette époque.

15 Sur ce point, voir É. Lecuppre-Desjardin, La ville des cérémonies…, op. cit.

16 L’allusion à la propagation de la Chronique de Brabant dans le milieu de la chancellerie fait référence à une citation donnée par R. Stein, Politiek en Historiografie. Het ontstaansmilieu van Brabantse Kronieken in de eertse helft van de vijftiende eeuw, Louvain, Peeters Pub, 1994, p. 243, dans laquelle il apparaît que le responsable des archives de Brabant, Adrian van der Ee, en 1438, savait que la chronique était en préparation : « Certes qui vouldroit comparer les prouesses et vertus dont le dit bon duc [Philippe le Bon] fait a recommender a celles de Alixandre le Grant et de Julle Cesar […] Mais pour éviter toute adulacion, il s’en faut rapporter aux vrayes croninques et histoires qui deja en sont encommenchiés a l’onneur et perfection de son bon renom. »

17 R. Stein, « Cultuur in context. Het spel van Menych Sympel (1466) als spiegel van de brusselse politieke verhoudingen », Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis de Nederlanden, no 113, 1998, p. 289-321.

18 À Bruxelles, la tour Saint-Michel, qui borde l’hôtel de ville, était ornée de quatre statuettes représentant Philippe le Bon, Charles le Téméraire, Marie de Bourgogne et Maximilien de Habsbourg. On retrouvera cet exemple et d’autres du même type dans É. Lecuppre-Desjardin, « Des pouvoirs inscrits dans la pierre ? Essai sur l’édilité urbaine dans les anciens Pays-Bas bourguignons au XVe siècle », Memini. Travaux et documents, no 7, Société des études médiévales du Québec, 2003, p. 7-35.

19 L’hypothèse de l’intervention de Jan van Eyck dans cette construction a été formulée par É. Dhanens, Hubert et Jan van Eyck, trad. fr. J. Genoux, Paris, Albin Michel, 1980.

20 Sur ce sujet, on consultera le précieux article de A. M. Roberts, « The Chronology and Political Significance of the Tomb of Mary of Burgundy », The Art Bulletin, vol. 71, no 3, septembre 1989, p. 376-400. En remontant sur plusieurs générations, Maximilien pouvait montrer que la grand-mère maternelle de Marie était Agnès de Bourgogne, la sœur de Philippe le Bon, ce qui attestait doublement des origines bourguignonnes de Marie.

21 « Chansons sur la mort de Jean sans Peur (1419) », dans A. Leroux de Lincy, Chants historiques et populaires du temps de Charles VII et de Louis XI, Paris, A. Aubry, 1857, p. 19-22, strophe III : « Que le comte de Charroloix/A moult de tristesse et doleur !/Madame sa mere, c’est droix./En a forment dolent le coeur,/Et aussy a sa bonne seur/Qui d’Autrisse tient le pays,/Et la dame de grant valeur/Qui Haynau tint ou temps jadis. » Sur la composition de ces chansons et leurs arguments politiques : É. Lecuppre-Desjardin, « L’histoire de la principauté de Bourgogne en chansons : une propagande bien orchestrée », dans L. Hablot et L. Vissière (dir.), Cris, jurons et chansons. Entendre les « paysages sonores » du Moyen Âge et de la Renaissance (XIIe-XVIe siècle), ms., à paraître.

22 Sur les usages de l’arbre de Jessé et l’affirmation de sa dimension mariale à la fin du Moyen Âge, voir ici même la contribution de Paul Payan. Sur l’importance des hérauts d’armes dans la conception des généalogies, voir, en dernier lieu, T. Hiltmann, Spätmittelalterliche Heroldskompedien. Referenzenadeliger Wissenskultur in Zeiten gesellschaftlichen Wandels (Frankreich und Burgund, 15. Jahrhundert), Munich, Oldenbourg, 2011. Sur cette culture du Moyen Âge imprégnée par la forme généalogique voir K. Heck et B. Jahn (dir.), Genealogie als Denkform im Mittelalter und Früher Neuzeit, Tübingen, Niemeyer, 2000.

23 H. Bloch, Étymologie et généalogie. Une anthropologie littéraire du Moyen Âge français, trad. fr. B. Bonne et J.-C. Bonne, Paris, Seuil, 1989 (1re éd. Londres, 1983), passim. L’auteur explique par exemple que, dans les théories de Donat et Priscien, on voit que l’organisation interne de la grammaire repose sur un principe d’accroissement, le langage se développant du son aux lettres, puis des lettres aux syllabes, des syllabes aux parties du discours et des parties à la syntaxe. De même, les langues se sont propagées à partir d’un même mot souche représenté dans la Bible par l’épisode de la dénomination des animaux par Adam. Puis immanquablement, en s’éloignant du modèle, les langues se sont dégradées.

24 Rappelons que la généalogie des princes synthétisée dans leurs armoiries sert assurément de repère et articule la délicate association seigneur, terre, fidélité. On pourra retrouver cet exemple dans L. Hablot, « Revêtir le prince. Le héraut en tabard, une image idéale du prince. Pour une tentative d’interprétation du partage emblématique entre prince et héraut à la fin du Moyen Âge à travers le cas bourguignon », dans B. Schnerb (dir.), Le héraut figure européenne (XIVe-XVIe siècle), Revue du Nord, vol. 88, no 366-367, juillet-décembre 2006, p. 755-803.

25 H. Bloch, Étymologie et généalogie…, op. cit., p. 110.

26 Voir L. Génicot, Les généalogies, Turnhout, Brepols (coll. « Typologie des sources du Moyen Âge », 15), 1975 ; G. Duby, « Structures des parenté et noblesse dans la France du Nord aux XIe et XIIe siècles », Miscellanea mediaevalia in memoriam Jan Frederik Niermeyer, Groningue, J. B. Wolters, 1967, p. 149-165, repris dans Id., Hommes et structures du Moyen Âge, Paris-La Haye, Mouton, 1973, p. 267-285.

27 Voir J.-M. Moeglin, Les ancêtres du prince. Propagande politique et naissance d’une histoire nationale en Bavière au Moyen Âge (1180-1500), Genève, Droz, 1985.

28 D. Chaubet, La chronique de Savoie de Jean d’Orville dit Cabaret, Montmélian, La fontaine de Siloé, 1995.

29 Voir J.-C. Blanchard, « Entre généalogie et mythologie : la mise en image de la mémoire dynastique dans les Heures d’Antoine, duc de Lorraine (1508-1544) », Publications du Centre Européen d’Études Bourguignonnes (XIVe-XVIe s.), no 52, 2012, p. 163-181. L’auteur souligne que la présence de cette généalogie dans un livre d’heures permet en outre d’attirer les grâces des prières sur l’ensemble de la famille.

30 On retrouvera ces citations et une explication précise de l’adoption du mythe troyen chez C. Beaune, « L’utilisation politique du mythe des origines troyennes en France à la fin du Moyen Âge », dans Lectures médiévales de Virgile. Actes du colloque, Rome, 25-28 octobre 1982, Rome, École française de Rome, 1985, p. 331-355.

31 C. Beaune, Le miroir du pouvoir. Les manuscrits des rois de France, Introduction F. Avril, Paris, 1997, p. 36. On retrouvera bien évidemment la démonstration complète de cette construction identitaire dans Id., Naissance de la nation France, Paris, Gallimard, 1985.

32 Voir J. Kerhervé, « La généalogie des roys, ducs et prince de Bretaigne de Pierre le Baud », dans G. Le Menn et J.-Y. Le Moing (dir.), Bretagne et pays celtiques. Langues, histoire, civilisation. Mélanges offerts à la mémoire de Léon Fleuriot (1923-1987), Rennes-Saint-Brieuc, PUR, 1992, p. 519-560.

33 Chronique de Brabant par Edmond de Dynter, éd. P. F. X. de Ram, Bruxelles, Hayez, 1854-1860, 3 vol., t. I, p. I.

34 Voir J. Borgnet, « Le Livre des cronicques de Brabant, par Jehan d’Enghien », Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, 2e s., t. VIII, 1856, p. 355-387, p. 360-361.

35 Citation empruntée à J. A. Wisman, « L’éveil du sentiment national au Moyen Âge : la pensée politique de Christine de Pisan », Revue Historique, no 522, 1977, p. 289-297.

36 C. Klapisch-Zuber, L’ombre des ancêtres…, op. cit., p. 199. Cette dernière s’appuie sur les travaux de G. Melville, « Vorfahren und Vorgänger », dans P. Schuler (dir.), Die Familie als sozialer und historischer Verband. Untersuchungen zum Spätmittelalter und zur frühen Neuzeit, Sigmaringen, Jan Thorbecke, 1987, p. 203-309. Voir dans la chronique de Edmond de Dynter, le Liber generationis Philippi, Burgundie, Lotharingie, Brabantiae et Lymburgie ducis, filii Karoli Magni, filii Lotharii, filii Priami, inséré au début du 5e livre : Chronique de Braban, op. cit., t. II, p. 398-402, p. 696-702.

37 Robert Stein a contribué à éclairer l’arrière-plan politique sur lequel s’inscrit cet effort de mémoire, en rappelant notamment les menaces que faisaient peser Sigismond sur ce fief d’Empire, et les conséquences que pouvait avoir cette politique internationale sur l’intégrité du duché : R. Stein, Politiek en Historiografie…, op. cit., p. 274-283.

38 Voir la thèse non publiée de V. Lambert, Middeleeuwse Historiographie en Nationale Identiteit. Een vergelijking van het graafschap vlaanderen en het hertogdom normandië, thèse de doctorat de l’université de Gand, ms., 2001, p. 77-96.

39 Cette légende fut largement adoptée puisque Philippe Wielant, dans son Recueil des Antiquités de Flandre, op. cit., écrit à propos du premier forestier : « Aulcuns disent qu’il estoit de Bourgogne, filz de Salvare, prince de Dijon et de Ermengart de Rossillon » (p. 15).

40 Sur ce goût des généalogies fabuleuses qui perdurent à l’époque moderne, je renvoie à R. Bizzocchi, Genealogie incredibili. Scritti di Storia nell’Europa moderna, Bologne, Il Mulino (coll. « Annali dell’Istituto storico italo-germanico, Monografia », 22), 1995 (trad. fr. Généalogies fabuleuses. Inventer et faire croire dans l’Europe moderne, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2010).

41 Voir A. Millar, « Olivier de la Marche and the Herculean Origins of the Burgundians », Publications du Centre Européen d’Études bourguignonnes, no 41, 2001, p. 67-75.

42 Sur l’engouement pour les constructions généalogiques en terre d’Empire au XVIe siècle, voir ici même la contribution de Naïma Ghermani.

43 On trouvera un développement complet sur cette politique généalogique menée par Maximilien Ier dans L. Silver, Marketing Maximilian. The Visual Ideology of a Holy Roman Emperor, Princeton-Oxford, Princeton University Press, 2008, p. 41-76.

44 Olivier de la Marche, Mémoires, op. cit., t. I, p. 20. Étrangement, Larry Silver ne mentionne à aucune reprise la proximité de ces écritures généalogiques habsbourgeoises avec le dossier constitué par Olivier de la Marche pour Philippe le Beau, le fils de Maximilien. De même, il ignore les travaux de Colette Beaune sur la matière troyenne.

45 L. Silver, Marketing Maximilian…, op. cit., écrit à ce sujet p. 73-74: « Thus, the ensemble of bronzes collectively defend, incorporate and stand behind the power, authority, prestige and history of the House of Austria. They are its founders and its guarantors, just as the holy blood of the Habsburg saints conjoins behind Maximilian to assure his election and holy mission. […] Ancestry thus coincides with power and status; genealogy supports ideology. »

46 On ajoutera aux recherches déjà mentionnées l’article exemplaire de B. Guenée, « Les généalogies entre l’histoire et la politique : la fierté d’être Capétien, en France, au Moyen Âge », Annales. ESC, vol. 33, no 3, 1978, p. 450-477.

47 Voir entre autres J. Aurell, « La chronique de Jacques Ier, une fiction autobiographique. Auteur, auctorialité et autorité au Moyen Âge », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 63, no 2, mars-avril 2008, p. 301-318.

48 J.-M. Moeglin, « Les dynasties princières allemandes et la notion de Maison à la fin du Moyen Âge », dans Les princes et le pouvoir au Moyen Âge. XXIIIe Congrès de la SHMESP, Brest, mai 1992, Paris, Publications de la Sorbonne, 1993, p. 137-154.

49 L’ouvrage avait des antécédents et a dû regrouper des textes commandés par Philippe le Bon, le père de Charles. Sur le détail de la composition de cette chronique, voir G. Small, « Of Burgundian Dukes, Counts, Saints and Kings (14 C.E.-c. 1520) », dans D’A. J. D. Boulton et J. R. Veenstra (dir.), The Ideology of Burgundy : The Promotion of National Consciousness (1364-1565), Leyde-Boston, Brill, 2006, p. 151-194.

50 Le manuscrit utilisé est celui de la British Library, ms. Yates Thompson 32.

51 Sur les ambitions de Charles le Téméraire, voir É. Lecuppre-Desjardin, Le royaume inachevé. Réflexion sur l’idéologie politique bourguignonne à la fin du Moyen Âge, mémoire d’habilitation à diriger des recherches de l’université de Lille 3, ms., 2013, chap. « L’homme qui voulut être roi ».

52 André Vauchez explique que ces généalogies mêlées de vies de saints créent chez ceux qui s’y rattachent une sorte de prédisposition à la perfection. Voir A. Vauchez, « Beata stirps : sainteté et lignage en Occident aux XIIIe et XIVe siècles », dans Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Rome-Paris, École française de Rome (« Collection de l’École française de Rome », 30), 1977, p. 397-406.

53 Il s’agit du rouleau généalogique Newberry/UIUC ms. 166 (1 240 mm x 615 mm) étudié par C. Bauer-Smith, « Mapping Family Lines: A Late Fifteenth Century Example of Genealogical Display », dans D. L. Biggs, S. D. Michalove et A. Compton Reeves (dir.), Reputation and Representation in Fifteenth Century Europe, Leyde-Boston, Brill, 2004, p. 123-144.

54 « In qua parte perseriem linearum nobilitatem magnificum dominorum principum regum et ducum quartum de origine regnorum francorum anglorum et partibus nostrorum […] illustrissimi principis et metuendissimi domini, domini Karoli moderni burgundie et brabante ducis excellentissimi cuius nobilissima propago ex singulis ramis ortum habet. » (Ibid., p. 132.)

55 Le texte de l’intervention du Téméraire à Saint-Bertin, prononcé le 11 novembre 1471, a été publié par L. P. Gachard dans Trésor national, Bruxelles, 1842, t. II, p. 122-127.

56 On trouvera la mention de cette prétention et les références des documents italiens dans R. Vaughan, Charles the Bold : The Last Valois Duke of Burgundy, Londres-New-York, Longman, 1973 (2e éd., Woodbridge, Boydell Press, 2002), p. 72, 382.

57 Sur cette puissance des liens de parenté dans la politique européenne de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne, on pourra consulter M. Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques (XVe-XVIe siècle), Paris, Éd. de l’EHESS (coll. « Recherches d’histoire et de sciences sociales », 90), 2000.

58 L. P. Gachard, Analectes historiques, t. VI, Bulletin de la Commission royale d’Histoire, 2e s., t. XI, Bruxelles, 1858, p. 199.

59 J. Krynen, « Naturel… », op. cit. Les citations qui suivent à propos du royaume de France sont issues de cet article.

60 D. Barthélemy, « L’État contre le “lignage” : un thème à développer dans l’histoire des pouvoirs en France aux XIe, XIIe et XIIIe siècles », Médiévales, no 10, 1986, p. 37-50.

61 B. J. H. Rowe, « King Henry VI’s Claim to France: In Picture and Poem », The Library, 4e s., t. XIII, 1933, p. 77-88.

62 Le manuscrit reprenant la composition de l’affiche est le BM Shrewsbury, MS Royal 15 E. VI, f° 3. On trouvera une photographie de ce manuscrit et une explication de cette composition généalogique dans J. W. McKenna, « Henry VI of England and the Dual Monarchy : Aspects of Royal Political Propaganda (1422-1432) », Journal of Warburg and Courtauld Institute, vol. 28, 1965, p. 145-163. Sur l’usage et l’impact des feuilles volantes à la fin du Moyen Âge : É. Lecuppre-Desjardin, « Des portes qui parlent. Placards, feuilles volantes et communication politique dans les villes des Pays-Bas à la fin du Moyen Âge », Bibliothèque de l’École des chartes, vol. 168-1, 2010, p. 151-172.

63 G. Chastellain, Œuvres, éd. J. Kervyn de Lettenhove, Bruxelles, Heussner, 1864, t. V, chap. iii, p. 453.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search