Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L’enseignement ménager en France

 | 
Joël Lebeaume

Quatrième partie. Apogée et déclin de l’enseignement ménager

Chapitre VIII. L’éducation ménagère et l’enseignement postscolaire ménager de l’enseignement primaire

Testo integrale

1Pour l’enseignement primaire, la ville de Paris demeure toujours une exception en raison de ses équipements et de la formation des professeurs spéciaux assurée par son cours normal. Dès 1929, l’enseignement ménager est ainsi développé pour les fillettes du cours moyen et donc non seulement dans les formations professionnelles ou les enseignements des jeunes filles. Ginette Mathiot, professeur au cours normal, inspectrice divisionnaire de l’enseignement manuel, ménager et professionnel de la ville de Paris, puis inspectrice générale en 1956, – et célèbre pour ses livres de cuisine – le rappelle :

  • 1 Mathiot Ginette, « L’enseignement manuel et ménager dans les écoles de la ville de Paris », Avenirs (...)

« Chaque jeune fille, dès l’âge de 10-11 ans jusqu’à 17 ans reçoit une formation ménagère la préparant, de façon progressive, à l’organisation de ce que sera sa vie de travailleuse et de femme d’intérieur, si lourde de tâches multiples et de préoccupations harassantes1. »

  • 2 Sourgen Henriette, « Enseignement ménager et puériculture », art. cit.
  • 3 Mme Yvonne Archambaud a suivi ce parcours de formation, (entretien de mai 2008).
  • 4 Paumier M., Précis de législation de l’enseignement primaire à l’usage des élèves de formation prof (...)

2Dans les autres régions, la situation est plus difficile et l’enseignement ménager concerne surtout les classes de fin d’études, les cours complémentaires et l’enseignement postscolaire. Dans son bilan, Henriette Sourgen2 constate que ce sont souvent encore des expériences dues à l’ingéniosité, l’engagement et l’obstination des enseignantes et de quelques responsables. Elle regrette l’insuffisance des équipements, des classes spécialisées et d’institutrices préparées. Elle fait état des améliorations en cours qui concernent la préparation des institutrices : octroi de bourses afin d’effectuer des stages d’enseignement ménager à l’École nationale professionnelle d’arts ménagers et hôtellerie de Poligny (Jura) qui offre des sections spéciales, pouponnières et jardins d’enfants3, ou stages d’enseignement ménager agricole à l’École nationale d’agriculture de Coëtlogon ; création d’un centre de préparation au certificat d’aptitude à l’enseignement des travaux manuels dans les lycées, collèges et écoles normales pour la formation du personnel des écoles normales et des établissements du second degré. Elle mentionne aussi les récentes mesures budgétaires. Les instructions du 30 août 1949 prévoient en effet « dans les écoles importantes », des salles spécialisées dont une salle d’enseignement ménager4.

Parcours
Madame Yvonne Archambaud, née Martin le 19 mars 1929, élève de l’École normale de Besançon (1946-1950). Avec son baccalauréat (1re partie moderne, 1947 et 2nde partie sciences expérimentales, 1948) et après ses deux années de formation professionnelle et son titre d’institutrice, la directrice de l’École normale, Antoinette Guerrini, lui permet d’être détachée afin de suivre la formation ménagère agricole dispensée à Poligny, l’École nationale d’industrie laitière et École nationale d’enseignement ménager (1950-1951). Elle poursuit son détachement au Lycée Molière (1951-1953) où Marguerite Bataillon est alors professeur de cuisine. Major au Certificat d’aptitude à l’enseignement des travaux manuels, elle est alors nommée professeur à l’École normale d’Arras puis l’année suivante à l’École normale du Bourget (sept. 1954). À compter de la rentrée 1958, elle est affectée au Centre national de formation ménagère agricole à Montlignon où elle enseigne la coupe-couture et anime des stages de recyclage (professeurs d’enseignement ménager, inspecteurs...). En 1966, pour être titulaire du CAPES, elle prépare et réussit les certificats exigés et l’année suivante les épreuves pratiques. Après son départ volontaire de Montlignon en 1968, elle est en poste au lycée de Drancy, puis à l’École normale du Bourget à la rentrée 1970 où elle a été conseillère pédagogique de nombreux jeunes professeurs stagiaires de travaux manuels éducatifs et enseignement ménager, option économie domestique et option technologie, avant de rejoindre l’École normale de Blois (1980). Elle a participé à plusieurs recherches sur la créativité à l’école, dirigées par Alain Beaudot à l’Institut national de la recherche pédagogique et elle a contribué à la diffusion des activités manuelles éducatives dans les publications du CRDP de Marseille.

Pour les classes de fin d’études et les cours complémentaires

  • 5 Cf. Guillot A., Horaires, Programmes, Examens, Instructions officielles, Paris, SUDEL, 1972, 5e éd. (...)

3Liée à la prolongation de la scolarité obligatoire de 13 à 14 ans, la classe de fin d’études – ou classe de scolarité prolongée – créée par Jean Zay a une fonction précisée par la circulaire du 20 septembre 19385. Elle doit servir de transition entre l’école et la vie. « On souhaite que l’enfant y perde progressivement son esprit d’écolier pour s’initier aux problèmes concrets si variés que lui poseront dans la vie sa profession future et ses obligations de citoyen. On veut lui montrer qu’il peut résoudre nombre de ces problèmes à l’aide des notions qu’il a acquises à l’école. » En continuité, les textes de 1941 (programmes du 16 août 1941) limitent la culture intellectuelle au profit d’un véritable préapprentissage et les instructions de 1942 valorisent les fins pratiques de l’enseignement des sciences, sans toute-fois viser un enseignement professionnel ni même un véritable apprentissage.

  • 6 Arrêté du 24 juillet 1947. Horaires et Programmes, Classe de fin d’études des écoles primaires élém (...)
  • 7 a) La vie ménagère, l’alimentation, composition des menus ; pratique de la cuisine, installation du (...)

4Dans ces classes primaires, l’éducation ménagère est incluse dans les sciences appliquées. Les textes officiels de 19476 qui distinguent les contenus selon les écoles de garçons urbaines et rurales et les écoles de filles, prescrivent spécifiquement pour ces dernières – et au-delà des contenus communs – les rubriques « la vie ménagère » et « l’enfant, puériculture7 ». Les inspecteurs de l’enseignement primaire de la Seine, Charrier et Ozouf, rappellent les enjeux de cet enseignement utile :

  • 8 Charrier Ch. et Ozouf René, Pédagogie vécue, Paris, Nathan, 1948, p. 403-404.

« Il est nécessaire [...] que l’école travaille à préparer les jeunes filles au rôle important qu’elles auront à remplir plus tard, dans leur ménage et au milieu de leurs enfants. Cette tâche, nos institutrices l’acceptent joyeusement, en songeant à tout le bien qu’elles peuvent ainsi réaliser. Il n’en est pas une seule qui ne sache que c’est la femme qui fait la prospérité ou la ruine d’une maison, et qui est, de cette sorte, le bon ange ou le mauvais génie8. »

5Ces inspecteurs, en rappelant les instructions de 1923, suggèrent l’organisation « déjà adoptée dans un grand nombre d’écoles de filles » d’une journée d’enseignement ménager, avec le matin les exercices pratiques et le soir, les exercices théoriques.

  • 9 Ibid., p. 403-404 et p. 407.

« Supposons que les élèves appelées à suivre l’enseignement ménager du samedi soient au nombre de quarante, – chiffre qui peut être considéré comme un maximum. Ces élèves sont réparties en quatre groupes ou équipes de dix chacune, occupés simultanément à la cuisine et au nettoyage, au lessivage, au repassage et au raccommodage. Un roulement étant établi, chaque groupe, dans le courant du mois, se livre aux divers travaux qui viennent d’être énumérés9. »

  • 10 cf. Plan d’études et programmes des écoles primaires élémentaires, Paris, Vuibert, 1938.
  • 11 Schwartz L., Code Pichard, Nouveau Code de l’instruction primaire, Paris, Hachette, 1939, p. 665.

6Toutefois, l’enseignement ménager se heurte généralement aux contraintes d’équipement malgré la circulaire du 30 octobre 1936 (signée Jean Zay10). Si celle-ci mentionne que « les travaux manuels et l’enseignement ménager sont un élément essentiel de l’éducation et de la culture humaine, autant que les exercices intellectuels », elle est seulement incitative. Avec la même ambition, la circulaire du 24 août 1936 (art. 3211) étend la liste du « matériel nécessaire à l’enseignement [...] et du matériel pour l’enseignement élémentaire du travail manuel et des arts ménagers ». L’analyse des bons de commande de cinq écoles orléanaises au cours des années 1950-1960, indique ces modestes acquisitions, en faible nombre pour l’enseignement des classes de fin d’études : plats, moules à tarte, fourchettes à gâteaux, faitout, bassine galvanisée...

  • 12 Carpentier Claude, Histoire du certificat d’études primaires, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 63-82.
  • 13 Guillaume R., Sciences appliquées et travaux pratiques, Enseignement ménager, Puériculture, Hygiène (...)
  • 14 Les contenus sont actualisés dans Guillaume R., La vie familiale et ménagère, Sciences appliquées e (...)
  • 15 Nicklès M.-R, Cordillot M.-L, Méreau L. et Rouzée G., Mon cours d’enseignement ménager, Paris, Nath (...)

7Les manuels visent la préparation de l’épreuve de sciences du certificat d’études primaires dont le règlement de 1947 reprend les dispositions de 193812. Dans l’édition réduite du contenu – en raison des restrictions sur la consommation du papier – R. Guillaume, directrice de collège technique et moderne13, balaie en soixante-dix pages l’ensemble des connaissances scientifiques correspondant aux pratiques domestiques, de la cuisine à la laiterie ou au clapier14. Dans le même esprit, le fascicule Mon cours d’enseignement ménager15 rassemble les contenus sous forme de descriptions des procédés et des recettes, en quatre parties : économie domestique, puériculture, hygiène et cuisine.

  • 16 Présentation du Mémento du cours ménager des mêmes auteurs, Journal des Instituteurs et des Institu (...)

« Ce mémento contient tout ce qui doit trouver logiquement place dans un cours d’enseignement ménager : économie domestique, entretien de la maison, détachage des vêtements, des meubles, blanchissage, repassage, raccommodage, etc., organisation ménagère, notions de droit familial, établissement du budget et comptabilité ménagère, puériculture, hygiène alimentaire, composition des menus, principes de cuisine, différents modes de cuisson, lavage de la vaisselle, etc. Enfin, une étude des divers aliments et de leur valeur nutritive complète. Ce mémento sera l’auxiliaire idéal de la maîtresse et lui fournira les éléments de sa leçon, sans l’enfermer dans un cadre rigide et sans l’empêcher d’y ajouter les éléments de sa propre expérience16. »

  • 17 Instructions du 30 juillet 1953, Classe de fin d’études, Programme de Sciences appliquées dans les (...)
  • 18 Circulaire du 24 juillet 1953. Épreuves d’enseignement ménager agricole et d’enseignement agricole,(...)

8Les nouveaux textes officiels de 195317 ne concernent que les classes rurales. L’enjeu majeur de ces textes pour les garçons et les filles est de lutter contre « la dangereuse désaffection » vers les professions agricoles. Il est aussi de conforter les connaissances scientifiques de base et la formation de l’esprit scientifique susceptibles d’être repris et prolongés dans l’enseignement postscolaire. Pour les mêmes motifs, à la rentrée 1953, les sections ménagères agricoles des cours complémentaires – à la suite des sections agricoles – sont ouvertes. Plusieurs circulaires précisent les épreuves du Brevet d’études du premier cycle (BEPC), l’horaire et les titres des programmes ainsi que l’ajout d’une épreuve écrite et d’une interrogation orale suivie d’un examen pratique au certificat de fin des études à l’École normale18.

  • 19 Instruction ministérielle du 1er juillet 1955 concernant les horaires et les programmes des cours c (...)

9Le texte de l’instruction ministérielle de l’agriculture de 195519, en insistant sur la dimension pratique de l’enseignement, soutient les mêmes ambitions. Son introduction précise la fonction du cours complémentaire rural : préparation des cadres moyens et leur accès aux Écoles régionales d’agriculture, encouragement des plus brillants élèves pour cette orientation professionnelle et initiation pour les futurs lauréats du concours d’entrée à l’École normale qui assureront alors la transmission des valeurs rurales. Les vertus de la formation de la ménagère sont également rappelées : amélioration de l’habitat rural, bonheur de chaque foyer, rôle fondamental de la femme à la ferme et aux champs. À cet égard, le programme de travail manuel, consiste en une « initiation polyvalente et mesurée » afin de développer « une certaine habileté manuelle qui permette [...] de se tirer d’embarras en maintes circonstances de la vie quotidienne », c’est-à-dire selon les mêmes termes des textes de 1923, sans exclusion du souci éducatif et du sens de la perfection. Ces prescriptions incitent à une pédagogie originale « expérimentale et pratique » qui répond aussi aux possibilités des élèves qui, « sans pouvoir atteindre le BEPC, assimileront cependant d’utiles notions qu’ils ne pourraient acquérir autrement ». D’une façon certes louable, elles préviennent cependant du risque et de l’erreur de constituer ces cours complémentaires à orientation agricole en tant que « sections dévaluées » accueillant les élèves les plus faibles.

  • 20 cf. [http://www.civam.org/spip.php?article45].

10Pour l’enseignement agricole, cet aménagement des programmes fait suite à la circulaire ministérielle du 15 juin 1951 qui répond aux enjeux d’éducation des masses paysannes, de vulgarisation et de propagande agricole dans le sens de l’évolution, de la rationalisation et du progrès économique du milieu rural. Les maitres spécialisés sont alors, en dehors des cours, mis à la disposition des services agricoles pour assurer cette initiation à la productivité. Réunis au sein de l’association nationale des maîtres et des maîtresses agricoles, créée en 1933 et modifiée en 1946, ils revendiquent les principes de la Ligue française de l’enseignement (diffusion du savoir, laïcité, égalité des chances pour tous). L’association soutient cette vulgarisation et cette éducation populaire. Le mouvement CIVAM (Centre d’Information et de Vulgarisation Agricole et Ménager-agricole20) créé en 1955 en défend les principes mis en œuvre au sein des amicales laïques qui s’opposent à l’orientation plus élitiste des Centres d’études agricoles.

  • 21 a) Le problème de l’alimentation à la campagne. Les aliments, les rations, les menus ; Les opératio (...)
  • 22 Leterrier L., Programmes, Instructions, Répartitions mensuelles et hebdomadaires, Paris, Hachette, (...)

11Pour les élèves des classes terminales de fin d’études, les sciences appliquées du nouveau programme de 1953 préparent alors l’enseignement postscolaire agricole. À la différence des écoles urbaines qui conservent les deux rubriques, la vie ménagère et l’enfant – puériculture, des programmes de 1947, les écoles rurales enseignent les activités ménagères identifiées. Elles concernent désormais le problème de l’alimentation à la campagne et l’économie domestique21 avec la recommandation pédagogique « les leçons et travaux pratiques sont inséparables22 ».

  • 23 Vernay L., Guillaume R. et Pierre P., Sciences Écoles rurales de garçons et de filles, Classes de f (...)

12L’édition revue du manuel coordonné par l’inspecteur primaire L. Vernay23 précise dans sa préface que les publications antérieures La vie rurale et La vie familiale ne correspondent plus à la lettre et à l’esprit des nouveaux programmes. Conformément aux textes, le manuel est alors dépouillé des notions techniques d’agriculture et d’art ménager. C’est un livre de sciences qui met « l’accent sur les notions scientifiques nécessaires à la compréhension de ces notions techniques qui seront enseignées ultérieurement, après l’école primaire ». À ce titre, quelques encarts « utilisation ménagère » – et « utilisation agricole » pour les garçons – expliquent les applications par exemple du moteur électrique dans la machine à laver, le réfrigérateur, l’aspirateur, la cireuse, la machine à coudre, le sèche-cheveux.

  • 24 Ibid., p. 126.

« La machine à laver. – Divers types existent. Le plus souvent un batteur à ailettes qui tourne alternativement d’un côté et de l’autre, brasse énergiquement le linge mis à tremper préalablement avec du savon ou du détersif quelconque. Une prise de gaz (butane ou propane) ou une résistance électrique permet de chauffer la lessive jusqu’à l’ébullition. Souvent un système d’essorage centrifuge permet de sortir de l’appareil le linge presque sec. Dans d’autres machines, le moteur produit des courants d’eau énergiques qui traversent le linge en tous sens24. »

  • 25 Vernay L., Guillaume R. et Declef C., Sciences Écoles rurales, Classes de fin d’études, Avec supplé (...)
  • 26 Tous les nouveaux manuels valorisent cette perspective ; par exemple : Barbas Jean, Dupetit Louis, (...)

13La partie supplémentaire pour les filles de l’ouvrage de sciences décliné pour les seules écoles rurales25 propose ces contenus en vingt trois chapitres organisés en quatre rubriques : puériculture, maison rurale, activités ménagères et économie domestique. Les sept chapitres concernant la puériculture portent principalement sur les soins à apporter au nouveau-né dont la fragilité est soulignée (allaitement maternel, sevrage, diagnostic du bébé malade). Afin de répondre aux enjeux d’amélioration de l’habitat rural, les quelques chapitres sur l’habitation présentent en photographies « la cuisine moderne », la « salle à manger moderne », « la chambre à coucher moderne » ainsi que la décoration des pièces. La pose de papier peint est ainsi proposée parmi les travaux pratiques. La partie consacrée à l’alimentation à la campagne aborde les rations alimentaires, le matériel de cuisine dont le réfrigérateur et les appareils de mesure et comme antérieurement le matériel de cuisson, l’action de la chaleur sur les aliments, les modes de cuisson, les liaisons à la farine des sauces, les émulsions, les coagulations ainsi que les différents procédés de conservation. L’économie domestique rassemble la technologie textile : fibres, étoffes, armures des tissus, coupe, couture à la machine, raccommodage ainsi que tissage, tricotage à la machine et détachage. La consultation de ces pages aux nombreuses illustrations, révèle deux idées majeures : le confort d’une part et l’autonomie d’autre part. Elles dressent ainsi la figure de la femme moderne qui maîtrise par les connaissances scientifiques, ses pratiques26.

  • 27 Mirande C., Recueil de 100 examens complets proposés au C.E.P.E., 1954, Livre du maître, Saverdun, (...)

14Un recueil des sujets d’examen du certificat d’études de 1954 donne un aperçu des connaissances exigées et des priorités en sciences et en couture27. Si les travaux de couture évaluent les opérations courantes, les deux questions de sciences appliquées – à traiter en 20 minutes – appellent généralement la restitution des notions usuelles qui concernent sur 41 sujets, la puériculture (24), l’alimentation (17), le ménage (8) et les vêtements (2). Exceptionnellement, elles suggèrent une approche plus expérimentale.

« Bien que l’air n’ait ni couleur, ni odeur, on peut cependant montrer sa présence par des observations et des expériences. Citez les observations et les expériences que vous avez pu faire ou voir faire à ce sujet.
Quelles observations ou expériences peut-on faire pour montrer que le lait cru contient des matières grasses, des matières azotées, du sucre, des ferments (Eure, centre de Neaufles-sur-Risle). »

15Ces exigences, particulièrement modestes, attestent la familiarité des élèves au lexique et aux notions rudimentaires qu’il n’est pas permis d’ignorer. Même si elles ne révèlent que partiellement l’enseignement donné, elles apparaissent relativement distantes du projet d’Henriette Sourgen qui milite pour améliorer le destin des femmes et rendre « leur vie moins harassante, plus calme, plus heureuse, plus libre et plus riche ». Ses suggestions d’une orientation bien française afin de respecter la notoriété des talents et des goûts du pays lui font prévaloir la « ménagère-artisane » :

  • 28 Sourgen H., « Enseignement ménager et puériculture », art. cit., p. 79.

« l’éducation ménagère chez nous, pour être vraiment française, devra tendre à former un type de ménagère dont les doigts assouplis seraient dociles à une volonté claire, à un goût sûr, qui userait des machines sans s’y asservir, qui garderait le souci de l’« ouvrage bien fait », de la marque personnelle imprimée à la matière ouvrée, du chef d’œuvre : une ménagère-artisane. Il importe dès lors essentiellement que l’éducation ménagère reste étroitement liée à la culture générale, à la formation de la personnalité, et qu’elle reflète l’adaptation de notre système éducatif tout entier à l’Éducation des filles en notre temps28. »

  • 29 Sourgen H., « L’enseignement ménager », art. cit., p. 805.
  • 30 Ce thème est largement argumenté dans L’éducation ménagère, n° 2, novembre 1938, p. 7.
  • 31 Sourgen Henriette, Léopold Marguerite et Theureau S., Les fêtes enfantines, Paris, Bourrelier, 1953
  • 32 Léopold Marguerite, L’éducation manuelle de deux à huit ans, Paris, Armand Colin & Bourrelier, coll (...)

16Ce projet privilégie l’approche créatrice des travaux personnels et valorise leur dimension éducative. Pour Henriette Sourgen, l’enseignement ménager « doit servir à l’éducation de l’esprit, du goût, des sentiments », c’est-à-dire « un mode de culture humaniste féminisé29 », revendiqué antérieurement en termes « d’humanités féminines30 ». Comme dans l’enseignement technique, est ainsi défendu l’humanisme féminin qui se prépare dès les petites classes. Initiatrice de la pédagogie des centres d’intérêts pour l’école maternelle dès les années 1930 et militante du mouvement des Francas, H. Sourgen investit les méthodes actives qu’elle défend dans les activités manuelles des thèmes de vie, des activités dirigées et des fêtes scolaires31. Ces exercices ou activités manuelles – ceux que préconise Marguerite Léopold32 – qui délient les doigts, sollicitent l’esprit et amènent la joie de faire, initient l’éducation ménagère. Cette programmation s’associe aux exercices progressifs de couture, ces séries de points sur échantillon dont témoignent pendant longtemps et comme par le passé, les cahiers des fillettes de l’école élémentaire.

  • 33 Plaisance Éric, L’enfant, la maternelle, la société, Paris, PUF, 1986.
  • 34 Foulon-Lefranc Louise, La femme au foyer, Paris, Les éditions de l’école, 1944, 9e éd.
  • 35 Foulon-Lefranc Louise, L’école du bonheur, Paris, Magnard, 1959, nouvelle édition.
  • 36 Ibid. 1944, p. 7 et 1959, p. 7.
  • 37 Monicault P. de, Manuel d’éducation ménagère agricole, Lyon, Union du Sud-Est des syndicats agricol (...)

17L’ambition libératrice promue par l’enseignement ménager est sans doute limitée par les conditions matérielles des classes élémentaires. Elle l’est aussi par le modèle pédagogique « productif » caractérisé par Éric Plaisance33 qui privilégie surtout l’apprentissage du travail soigné, des gestes précis, des habitudes, plus que l’expression personnelle. Pour les grandes classes, cette ambition n’est pas non plus diffusée dans tous les manuels. En effet, le credo moral et religieux traditionnel est toujours présent. Les titres du manuel de Louise Foulon-Lefranc La femme au foyer (édition de 194434) puis L’école du bonheur (édition de 195935) expriment le maintien de la moralisation des filles des milieux ruraux. Les ambitions soulignées dans les préfaces sont particulièrement claires : « Notre but est non seulement d’apprendre et de faire comprendre, mais encore de faire aimer à la femme son travail dans la maison et son rôle dans la famille et dans la Société36. » Cette « éducation ménagère » diffère sensiblement de celle du début du siècle prônant d’abord « le retour à la terre », argumentée par les auteurs de manuels, par exemple P. de Monicault37, vice-président de la Société des Agriculteurs du Sud-Est, ou Rougier, professeur départemental d’agriculture :

  • 38 Rougier L., Perret C. et Astier H., Guide pratique de l’enseignement ménager agricole, Paris, Baill (...)

« C’est à vous, jeunes filles de la campagne, que s’adresse ce petit livre ; mais c’est surtout, parmi vous toutes, à celles qui aiment les prés et le bois, l’existence calme et heureuse que l’on peut s’y créer. Vous êtes, plus que vos frères, sensibles au charme de la vie des champs, et c’est à vous qu’il faut demander de ramener à l’agriculture les bras et les cœurs qui s’en éloignent. On est allé jusqu’à dire, non sans raison d’ailleurs : “Le retour à la terre ne sera possible que quand la femme le voudra”38. »

Pour l’enseignement postscolaire agricole ménager

  • 39 Chaserant Lucien et Lantin Gabriel (dir.), La cuisine, Coupe et couture, Hygiène, Puériculture, Éco (...)
  • 40 Chosson Jean-François, La mémoire apaisée. Au long des routes de l’éducation populaire et de l’ense (...)
  • 41 Sourgen Henriette, « L’enseignement ménager agricole postscolaire dans les établissements du premie (...)

18L’enseignement postscolaire agricole ménager, pour rappel, est obligatoire depuis les lois de 1938 et 1941 pour les jeunes filles de 14 à 17 ans des familles rurales. Sous la double tutelle des ministères de l’Agriculture et de l’Éducation nationale, il est placé sous la responsabilité de la direction de l’enseignement primaire. Dès le début des années 1950, la rationalisation et la productivité de l’agriculture conduisent à des évolutions de l’enseignement ménager. « Agriculture et Progrès », le sous-titre d’une collection de fascicules publiée par les organisations agricoles39, est la devise partagée. Il ne s’agit plus alors de « travailler pour produire mais de produire pour vendre » selon les mots de Jean-François Chosson40. Henriette Sourgen41 insiste en ce sens sur l’adaptation de cet enseignement à la vie des exploitations agricoles qui se modifie rapidement pour deux raisons principales. La première est la mécanisation qui libère la femme des travaux des champs tout en impliquant de nouvelles fonctions (comptabilité, charges de personnel...). La seconde est le moindre besoin de personnels et l’attirance qu’exerce la ville sur la population. Ainsi, si l’enseignement ménager concerne toujours le travail domestique des femmes et ses plus récentes améliorations liées au progrès des sciences et des techniques (électricité, gaz combustibles, machines à coudre, à laver, appareils électroménagers...), il répond aux responsabilités assumées et aux travaux divers : budget, petits élevages, jardin potager, fleurs et art des bouquets. Simultanément, il convient de limiter les départs en promettant la qualité de vie.

  • 42 Sourgen H., « L’enseignement ménager agricole postscolaire... », art. cit., p. 127.

« Nos cours ne doivent former ni des couturières ni des brodeuses, nous ne chercherons pas à les conduire, par de lents et patients exercices, à une perfection des travaux à l’aiguille qui n’est pas compatible avec leurs travaux ordinaires et absorbants, mais nous souhaitons qu’elles puissent avoir du plaisir à faire des vêtements simples, à préparer en partie leur trousseau et la layette de leurs bébés42. »

19Dans cet esprit l’enseignement est suggéré comme étant à la fois simple et éducatif, actif et pratique, et adapté aux intérêts des jeunes filles en particulier pour celles au « développement mental insuffisant » pour lesquelles les bases scientifiques ne peuvent être des leçons comme dans les classes scolaires. L’organisation rationnelle du travail suppose alors seulement la formation « des habitudes qui permettent de réaliser l’économie la meilleure des forces de la ménagère, de son temps, de son argent » :

  • 43 Ibid., p. 131.

« Par exemple, l’étude préalable d’un menu comporte :
a) L’étude du temps nécessaire pour chaque plat (temps de préparation – temps de cuisson).
L’étude de l’utilisation des temps inemployés pour la cuisine pendant la préparation du repas.
L’étude de l’organisation de chacun des travaux prévus pour que le temps le plus juste y soit consacré.
b) L’étude précise, détaillée des achats nécessaires, de l’emploi le plus judicieux possible de la somme dont on dispose, du rapport entre la dépense faite et des profits – de tous ordres – qu’on en utilisera en famille.
L’étude du prix de revient réel (y compris l’évaluation du combustible et du temps employé).
c) L’étude de l’organisation qui, pour chacun des actes à accomplir, nécessite le moins de peine (se déplacer, marcher le moins possible – s’asseoir pour certains travaux – utiliser les appareils ménagers) – s’adapter à la disposition réelle d’une cuisine, etc.)43. »

20Au-delà de l’usage des procédés des méthodes actives, la pédagogie recommandée pour ces cours est celle de la confiance et de la bonne humeur, à la façon d’un « club » où il est permis « de chanter afin de donner à la vie familiale une gaieté saine ».

  • 44 Châtelain René, « L’enseignement », Économie rurale, art. cit.

21D’une façon nette, Henriette Sourgen soutient le projet éducatif, laïc et neutre, de l’école publique, contesté cependant par l’organisation de la Jeunesse agricole catholique (JAC) qui considère que les institutrices – et les instituteurs – promeuvent l’exode rural. À la veille des années 1960, René Châtelain, directeur-adjoint de l’enseignement et de la formation professionnelle du ministère de l’Agriculture44 souligne ces oppositions politiques et ces tensions entre les ministères de l’Agriculture et de l’Éducation nationale, profondément enracinées dans l’histoire de l’enseignement et particulièrement vives au cours de la IVe République. Il mentionne en particulier la pression des organisations professionnelles qui revendiquent l’enseignement et l’apprentissage au sein des Maisons familiales, institutions privées reconnues par le ministère de l’Agriculture.

  • 45 Fleury Marduel Mme, Éducation ménagère agricole, Paris et Lyon, Emmanuel Vitte, 1950, 5e éd. revue (...)
  • 46 Michel-Achard Jeanne, Arnaud Jean et Barlatier Sylvain, Manuel des cours post-scolaires ménagers ag (...)
  • 47 Le Brevet d’Apprentissage Agricole Ménager est défini par l’arrêté du ministre de l’Agriculture du (...)
  • 48 Arrêté du 14 mai 1947, Arrêté du ministre de l’Agriculture et du ministre de l’Éducation nationale, (...)

22À cette date, les congrégations religieuses poursuivent l’extension des centres ménagers comme l’indiquent les nombreuses histoires des établissements rappelées sur leurs sites internet, par exemple l’histoire du lycée d’enseignement agricole privé de Saulieu (cf. document 10, annexe 3). Dans l’esprit des institutions pour la plupart religieuses, les très rares manuels de l’enseignement postscolaire agricole ménager – quatre ouvrages recensés et consultés – indiquent l’ambition d’armer les ménagères pour affronter leurs nombreuses activités. Le manuel de Mme Fleury-Marduel45, directrice de l’enseignement ménager à l’union des organisations agricoles du Sud-Est, est aussi un manuel d’éducation ménagère agricole qui constitue le bréviaire de la cultivatrice, de la patronne, de la ménagère, de l’aide à son mari, de la personne accueillante, de la mère... De même, un autre manuel46 traite en soixante semaines l’enseignement général, l’enseignement agricole et l’enseignement ménager. Il s’agit d’un programme d’administration domestique pour la cultivatrice et la maîtresse de maison avec des contenus très étendus : alimentation, maladies parasitaires et maladies contagieuses, puériculture, jardin, cuisine, couture, repassage, appareils domestiques, distribution de l’eau à la ferme, correspondance... Ce manuel indique également les sujets d’examen du brevet d’apprentissage ménager agricole47 et du certificat d’études ménagères agricoles48 (sessions de 1958-1961, cf. document 15, annexe 3) dont les épreuves évaluent la réflexion sur l’enseignement agricole et l’enseignement ménager, l’arithmétique dans un problème se rapportant à une activité agricole ou ménagère, la connaissance de la législation ou de l’économie rurale, de la comptabilité ménagère, de l’horticulture, des élevages et de la laiterie ainsi que les pratiques usuelles de puériculture, hygiène, couture ou repassage.

  • 49 Chaix Marie-Laure, « Les années 1960 », Enseignements agricoles et formation des ruraux. Le bulleti (...)

23La fin des années 1950 prépare la prolongation de la scolarité obligatoire portée à seize ans et l’imminence de l’ouverture du marché commun en 1962. Tout en mettant un terme à la querelle entre les deux ministères de tutelle, les lois de 1960 adaptent alors l’enseignement agricole à ces évolutions conjoncturelles et à celles de la profession à laquelle le terme « agriculteur » se substitue à celui de « paysan », lorsque le « rural » disparaît49. La prolongation de la scolarité et la réorganisation nécessaire des filières de l’enseignement agricole conduisent à l’affaiblissement très fort de l’enseignement post-agricole ménager.

Des institutrices agricoles, des professeurs et des monitrices

  • 50 Arrêté du 23 janvier 1956 relatif aux diplômes des directeurs, directrices des établissements de fo (...)

24En raison de la dualité des dispositions législatives concernant l’enseignement scolaire et l’apprentissage agricole, et leur financement, l’enseignement postscolaire agricole ménager est dispensé à la fois dans les écoles privées et dans les écoles ménagères publiques. Pour les premières, le cours normal de La Beuvrière (par Brain-sur-Longuenée, près d’Angers, Maine-et-Loire) contribue à la formation des enseignantes. En 1957, deux centres de formation de monitrices sont ouverts. Pour cet enseignement agricole privé, le diplôme de professeur d’enseignement ménager agricole délivré par l’École supérieure agricole et ménagère de la Beuvrière ou le certificat de Coëtlogon sont exigés. D’une façon transitoire, le monitorat d’enseignement ménager rural, délivré par la confédération nationale de la famille, est admis en équivalence50.

  • 51 Arrêtés des 6 et 7 juin 1946 qui réorganisent les Écoles normales (fermées par le régime de Vichy). (...)
  • 52 Arrêté du 1er décembre 1948, concernant l’organisation de l’enseignement postscolaire agricole et m (...)
  • 53 Sourgen H., « L’enseignement ménager », art. cit. le désigne comme « Centre national d’étude et d’é (...)
  • 54 Cf. Circulaire du 7 juin 1960. Stages de perfectionnement et journées d’information pour l’enseigne (...)
  • 55 Le brevet ménager agricole et le certificat de fin d’études d’une section d’enseignement ménager ag (...)
  • 56 Arrêté du 1er décembre 1948 concernant l’organisation de l’enseignement postscolaire agricole et mé (...)
  • 57 cf. par exemple circulaire du 21 juin 1957, centre de formation des institutrices chargées de l’ens (...)

25Dans les établissements publics, l’enseignement est assuré par des institutrices de l’Éducation nationale spécialement formées. En 194651 puis 1953, les Écoles normales primaires d’institutrices renforcent dans la formation, la part d’enseignement ménager et d’enseignement agricole. Pour l’enseignement postscolaire, les institutrices se spécialisent pour l’obtention du certificat d’aptitude à l’enseignement postscolaire ménager agricole (Caema52). Ce certificat est d’abord préparé dans chaque département en coordination avec l’inspection académique et la direction de l’enseignement agricole ou par correspondance. Puis à partir de 1959, il est préparé au Centre national de formation et de perfectionnement pour l’enseignement ménager de Montlignon alors créé, notamment pour la formation des enseignantes des cours complémentaires53 et le perfectionnement des institutrices et des professeurs54. En effet, l’arrêté de 1948 précise que les institutrices chargées de cet enseignement agricole ménager, titulaires du certificat d’aptitude à l’enseignement agricole55, et qui se consacrent exclusivement à l’enseignement agricole, peuvent accéder au grade de « professeur chargé de cours ménagers agricoles56 » après trois ans d’exercice. Parallèlement, est mise en place une formation de spécialistes, très sélective puisqu’elle est accessible uniquement à une douzaine d’institutrices choisies parmi les élèves-maîtresses sortantes, aux aptitudes aux études supérieures scientifiques avérées. Cette formation est dispensée à l’université de Caen avec un enseignement de sciences physiques, chimiques et naturelles57 (SPCN).

  • 58 À partir de 1954, « en accord avec le Commissariat général à la Productivité », le directeur généra (...)
  • 59 Arrêté du 22 février 1955, Diplôme de travaux manuels éducatifs et d’enseignement ménager, BOEN,(...)
  • 60 Mesdames Yvonne Archambaud et Colette Dalle ont été formatrices au Centre National de Montlignon (e (...)
  • 61 Cf. [http://fr.wikipedia.org/wiki/Lycée_Molière], « En 1951 est créé un Centre officiel de préparat (...)
  • 62 Le décret du 26 novembre 1965 porte création du Centre national de préparation au professorat de tr (...)

26Les premières formatrices de Montlignon sont alors des professeurs, initialement institutrices avec cette formation scientifique universitaire, complémentaire58, et titulaires du Certificat d’aptitude à l’enseignement du travail manuel (Catm créé en 1887) puis du Diplôme de travaux manuels éducatifs et d’enseignement ménager dans les lycées et les écoles normales (dtmeem, 195559). Ce nouveau diplôme et ce certificat d’aptitude à l’enseignement répondent ainsi à la demande de formatrices pour la formation des maîtres60. Leur préparation est assurée conjointement par les services du second degré et du premier degré dans un centre national provisoirement installé au lycée Molière61 puis annexé au lycée Balzac. Il deviendra le Centre national de préparation des professeurs de Bessières, créé en 1965 et ouvert en 196862. Il s’agit ainsi de l’édification d’une discipline nouvelle, qui croise l’expérience initiale de la ville de Paris, de l’enseignement primaire – dont les écoles normales – et de l’enseignement secondaire.

Parcours
Madame Colette Dalle, née Navarre le 11 avril 1939, élève de l’École normale du Cantal (1954-1958), suit sa scolarité secondaire au lycée de jeunes filles d’Aurillac, est bachelière sciences expérimentales, suit sa formation professionnelle dans les locaux de l’École normale mixte rétablie et obtient le Certificat de Fin d’Études Normales. N’ayant pas 18 ans, elle fait reconnaître le droit à titularisation et obtient le Certificat d’Aptitude Professionnelle : elle est institutrice. Elle obtient une prolongation d’études en vue de préparer le professorat de travaux manuels et d’enseignement ménager qui ne s’adresse alors qu’aux filles. Sous la responsabilité de l’inspectrice générale (des écoles maternelles) Henriette Sourgen, comme les autres normaliennes ou institutrices ainsi détachées, elle suit les enseignements de Sciences Physiques Chimiques et Naturelles de l’université de Caen qui accueille, depuis 1954 sur la demande de la Direction de l’enseignement Primaire, également les postulantes à l’enseignement ménager agricole. Munie du SPCN, elle est admise par concours à la préparation au professorat : trois années d’études dans l’annexe du lycée Balzac à Paris (1959-1962). Suite à la récente transformation du Diplôme de travaux manuels éducatifs et enseignement ménager (Catm) en CAPES-assimilé, elle fait partie de la première promotion de professeurs certifiés stagiaires disposant d’une année de formation dans un centre pédagogique régional (CPR ; 1962-1963). Titulaire du Certificat d’aptitude à l’enseignement des travaux manuels éducatifs et de l’enseignement ménager dans les établissements du second degré et les écoles normales, elle est alors nommée au Centre national de Montlignon (Val-d’Oise ; Seine-et-Oise à l’époque) qui assurait depuis 1959 la formation et le perfectionnement des professeurs d’enseignement ménager agricole et qui accueille le premier capceg, section 6 (sciences, sciences ménagères). La prolongation de la scolarité obligatoire portée à 16 ans en 1959, donne à l’établissement de nouvelles missions de recherche pédagogique, conduites par la première directrice, Madame Antoinette Guerrini, précisément celles de mettre en place la formation initiale et continue des enseignants des Classes Terminales, qui deviendront ceux des Classes Pratiques et de Transition après obtention du certificat d’aptitude spécifique. Elle y enseigne jusqu’en 1968, demande un détachement à l’IPN (1968-1969) au CRDP d’Amiens et assure l’animation pédagogique de la formation continue des enseignants des premier et second degrés. Elle est affectée l’année suivante au collège d’enseignement secondaire alors expérimental de Marly-le-Roi (Yvelines) (1970-1975) puis au Centre national de formation à l’enfance inadaptée (cnefei) à Suresnes (Hauts-de-Seine) (1975-1985), enfin à l’École normale de St-Germain-en-Laye (1985-1999) qui devient en 1990 iufm de l’académie de Versailles. Dès le début de sa carrière, elle a contribué à l’animation de l’association des professeurs de la discipline au sein de l’Association nationale des professeurs de travaux manuels éducatifs et enseignement ménager (anptmem), conduisant la réunification des associations d’abord avec l’association masculine homologue. Particulièrement impliquée dans la reconnaissance de la discipline par la recherche, elle s’est engagée en licence, en maîtrise puis a obtenu un DEA de sciences de l’éducation à l’université Paris 5.

  • 63 Arrêté du 24 mars 1950 (Lelorrain A.-M. et Bobbio M., 2005, op. cit., p. 117-123).

27Pour l’enseignement agricole public, les professeurs d’enseignement ménager de l’enseignement agricole sont formés dans le seul établissement de cadres de l’enseignement ménager agricole, à Coëtlogon qui en 1950 devient un établissement d’enseignement supérieur63. Les élèves professeurs sont admises sur concours dont les épreuves sont le français, les mathématiques, sciences naturelles et sciences physiques et chimiques, pour une scolarité de deux ans. Comme dans les autres formations, cette préparation est particulièrement sélective car le diplôme de professeur d’enseignement ménager agricole n’est délivré qu’aux seules élèves dont la moyenne générale est égale ou supérieure à 18/20 (Art. 23). Elles enseignent alors dans les écoles ménagères agricoles départementales ou les établissements du premier degré qui fonctionnent à la façon de petites exploitations agricoles. Les monitrices qui en sont les auxiliaires, titulaires du BEPC, sont préparées dans le second degré de l’enseignement agricole, à l’école ménagère agricole de Capou (Tarn-et-Garonne) inaugurée le 5 juin 1948 et à l’école ménagère de la Bretonnière (Seine-et-Marne) installée en 1951.

28La formation des maîtres et sa structuration hiérarchique organisées au cours de la première moitié des années 1950 constituent un élément capital. En effet, les mesures définissent les compétences des professeurs spécialisés dans les deux tutelles de l’enseignement ménager agricole.

Note

1 Mathiot Ginette, « L’enseignement manuel et ménager dans les écoles de la ville de Paris », Avenirs, n° 30, juillet, 1950, p. 17.

2 Sourgen Henriette, « Enseignement ménager et puériculture », art. cit.

3 Mme Yvonne Archambaud a suivi ce parcours de formation, (entretien de mai 2008).

4 Paumier M., Précis de législation de l’enseignement primaire à l’usage des élèves de formation professionnelle des Écoles normales, des candidats au certificat d’aptitude pédagogique des instituteurs, Paris, Delalain, 1950, p. 37.

5 Cf. Guillot A., Horaires, Programmes, Examens, Instructions officielles, Paris, SUDEL, 1972, 5e éd., p. 204.

6 Arrêté du 24 juillet 1947. Horaires et Programmes, Classe de fin d’études des écoles primaires élémentaires, BOEN, n° 25 du 31 juillet 1947, p. 849-857.

7 a) La vie ménagère, l’alimentation, composition des menus ; pratique de la cuisine, installation du local ; matériel ; choix des aliments, préparation, cuisson, présentation, conservation, Conserves alimentaires ; le ménage, entretien des locaux, du local, du mobilier, du matériel ; Entretien des vêtements, blanchissage, repassage, détachage, rangement ; Coupe, couture, raccommodage, tricot, b) L’enfant, puériculture, L’alimentation de l’enfant, lait naturel, laits artificiels ; Soins à donner à l’enfant ; Maladies les plus communes, Vaccinations.

8 Charrier Ch. et Ozouf René, Pédagogie vécue, Paris, Nathan, 1948, p. 403-404.

9 Ibid., p. 403-404 et p. 407.

10 cf. Plan d’études et programmes des écoles primaires élémentaires, Paris, Vuibert, 1938.

11 Schwartz L., Code Pichard, Nouveau Code de l’instruction primaire, Paris, Hachette, 1939, p. 665.

12 Carpentier Claude, Histoire du certificat d’études primaires, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 63-82.

13 Guillaume R., Sciences appliquées et travaux pratiques, Enseignement ménager, Puériculture, Hygiène, Paris, Bourrelier, 1943.

14 Les contenus sont actualisés dans Guillaume R., La vie familiale et ménagère, Sciences appliquées et travaux pratiques, Programmes de 1947, Paris, Bourrelier, 1952.

15 Nicklès M.-R, Cordillot M.-L, Méreau L. et Rouzée G., Mon cours d’enseignement ménager, Paris, Nathan, 1939, 1943.

16 Présentation du Mémento du cours ménager des mêmes auteurs, Journal des Instituteurs et des Institutrices, n° 11, 17 février 1940, p. 1.

17 Instructions du 30 juillet 1953, Classe de fin d’études, Programme de Sciences appliquées dans les classes ou sections de fin d’études des écoles rurales, BOEN n° 37 du 22 octobre 1953, p. 2813-2817.

18 Circulaire du 24 juillet 1953. Épreuves d’enseignement ménager agricole et d’enseignement agricole, BOEN, n° 30 du 3 septembre 1953, p. 2217-2218. Circulaire du 18 juillet 1953. Épreuves d’enseignement agricole et d’enseignement ménager agricole au certificat de fin d’études normales, BOEN, n° 29 du 23 septembre 1953, p. 2155. Circulaire du 19 septembre 1953. Horaires des cours complémentaires à sections agricoles et ménagères agricoles, BOEN, n° 34 du 1er octobre 1953, p. 2563-2565.

19 Instruction ministérielle du 1er juillet 1955 concernant les horaires et les programmes des cours complémentaires à orientation agricole, BOEN, n° 27 du 14 juillet 1955, p. 1999-2011 (cf. Lelorrain A.-M. et Bobbio M., L’enseignement agricole et vétérinaire..., op. cit., p. 182-189).

20 cf. [http://www.civam.org/spip.php?article45].

21 a) Le problème de l’alimentation à la campagne. Les aliments, les rations, les menus ; Les opérations culinaires, préparation, cuisson, présentation des aliments ; Les conserves ; b) Économie domestique. Entretien des locaux, du mobilier, du matériel ; Entretien des vêtements, rangement, blanchissage, détachage, repassage, raccommodage ; Le linge et les vêtements. Notions élémentaires de technologie des tissus, La coupe et la couture familiales, Le tricot et le tissage.

22 Leterrier L., Programmes, Instructions, Répartitions mensuelles et hebdomadaires, Paris, Hachette, 1956, p. 306.

23 Vernay L., Guillaume R. et Pierre P., Sciences Écoles rurales de garçons et de filles, Classes de fin d’études, Paris, Bourrelier, 1955.

24 Ibid., p. 126.

25 Vernay L., Guillaume R. et Declef C., Sciences Écoles rurales, Classes de fin d’études, Avec supplément pour les filles, Initiation à l’économie domestique, Paris, Bourrelier, 1955.

26 Tous les nouveaux manuels valorisent cette perspective ; par exemple : Barbas Jean, Dupetit Louis, Auxéméry François et Auxéméry Mme, Les sciences appliquées. Classe de fin d’études primaires, Certificat d’études. Écoles rurales de filles, Paris – Limoges – Nancy, Charles – Lavauzelle & Cie, 1955.

27 Mirande C., Recueil de 100 examens complets proposés au C.E.P.E., 1954, Livre du maître, Saverdun, Éditions Champ de Mars, 1954.

28 Sourgen H., « Enseignement ménager et puériculture », art. cit., p. 79.

29 Sourgen H., « L’enseignement ménager », art. cit., p. 805.

30 Ce thème est largement argumenté dans L’éducation ménagère, n° 2, novembre 1938, p. 7.

31 Sourgen Henriette, Léopold Marguerite et Theureau S., Les fêtes enfantines, Paris, Bourrelier, 1953.

32 Léopold Marguerite, L’éducation manuelle de deux à huit ans, Paris, Armand Colin & Bourrelier, coll. « Cahiers de pédagogie moderne », 1955.

33 Plaisance Éric, L’enfant, la maternelle, la société, Paris, PUF, 1986.

34 Foulon-Lefranc Louise, La femme au foyer, Paris, Les éditions de l’école, 1944, 9e éd.

35 Foulon-Lefranc Louise, L’école du bonheur, Paris, Magnard, 1959, nouvelle édition.

36 Ibid. 1944, p. 7 et 1959, p. 7.

37 Monicault P. de, Manuel d’éducation ménagère agricole, Lyon, Union du Sud-Est des syndicats agricoles, 1913, 1re éd.

38 Rougier L., Perret C. et Astier H., Guide pratique de l’enseignement ménager agricole, Paris, Baillière et fils, 1913, p. 5.

39 Chaserant Lucien et Lantin Gabriel (dir.), La cuisine, Coupe et couture, Hygiène, Puériculture, Économie domestique, Aviculture, Laiterie, Jardinage, Paris, La maison rustique, 1957.

40 Chosson Jean-François, La mémoire apaisée. Au long des routes de l’éducation populaire et de l’enseignement agricole, 1928-2001, Paris, L’Harmattan, 2002. Chosson J.-F., Les générations du développement rural, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 2003.

41 Sourgen Henriette, « L’enseignement ménager agricole postscolaire dans les établissements du premier degré », M. Pouron (dir.), Un enseignement rural, Les cours postscolaires agricoles et ménagers agricoles publics, Paris, Bourrelier, coll. « Cahiers de pédagogie moderne », 1957, p. 124-134. Voir aussi Sourgen H., « L’enseignement ménager agricole et l’enseignement du premier degré », L’Éducation nationale, n° 12, 17 mars, 1955, p. 10-11.

42 Sourgen H., « L’enseignement ménager agricole postscolaire... », art. cit., p. 127.

43 Ibid., p. 131.

44 Châtelain René, « L’enseignement », Économie rurale, art. cit.

45 Fleury Marduel Mme, Éducation ménagère agricole, Paris et Lyon, Emmanuel Vitte, 1950, 5e éd. revue et mise à jour.

46 Michel-Achard Jeanne, Arnaud Jean et Barlatier Sylvain, Manuel des cours post-scolaires ménagers agricoles à l’usage des élèves des cours post-scolaires ménagers agricoles, des centres ménagers ruraux, des cours ménagers par correspondance, Paris, Vitte, 1959.

47 Le Brevet d’Apprentissage Agricole Ménager est défini par l’arrêté du ministre de l’Agriculture du 26 février 1926, réglant les conditions d’ouverture et de fonctionnement des centres d’apprentissage agricole et horticole (cf. Charmasson et al., 1999, p. 88). Équivalent du CAP, il se prépare jusqu’en 1968. En 1974, les CAPA (certificat d’aptitude professionnelle agricole) Employé d’entreprise agricole et para-agricole, option Accueil en milieu rural et Option Employée familiale, s’y substituent.

48 Arrêté du 14 mai 1947, Arrêté du ministre de l’Agriculture et du ministre de l’Éducation nationale, concernant le certificat d’études postscolaires ménagères agricoles, (Lelorrain A.-M. et Bobbio M., 2005, p. 111). Malgré sa suppression en 1970, des sessions de ce certificat d’études sont organisées jusqu’en 1973.

49 Chaix Marie-Laure, « Les années 1960 », Enseignements agricoles et formation des ruraux. Le bulletin DGER, direction générale de l’enseignement et de la recherche, Paris, Ministère de l’Agriculture, (23-24 janvier 1985 – Unesco – Paris), 1985, p. 108-120.

50 Arrêté du 23 janvier 1956 relatif aux diplômes des directeurs, directrices des établissements de formation professionnelle reconnus (Lelorrain A.-M. et Bobbio M., 2005, p. 189-190).

51 Arrêtés des 6 et 7 juin 1946 qui réorganisent les Écoles normales (fermées par le régime de Vichy). Les Écoles normales préparent au baccalauréat et sont des instituts de formation professionnelle. La durée des études est de quatre ans.

52 Arrêté du 1er décembre 1948, concernant l’organisation de l’enseignement postscolaire agricole et ménager agricole (Lelorrain A.-M. et Bobbio M., 2005, op. cit., p. 116-117).

53 Sourgen H., « L’enseignement ménager », art. cit. le désigne comme « Centre national d’étude et d’économie ménagère ».

54 Cf. Circulaire du 7 juin 1960. Stages de perfectionnement et journées d’information pour l’enseignement ménager et ménager agricole au Centre national de formation et de perfectionnement de Montlignon, BOEN, n° 24 du 20 juin 1960, p. 1948-1947.

55 Le brevet ménager agricole et le certificat de fin d’études d’une section d’enseignement ménager agricole pour institutrices sont admis en équivalence.

56 Arrêté du 1er décembre 1948 concernant l’organisation de l’enseignement postscolaire agricole et ménager agricole, BOEN, n° 31bis du 9 décembre 1948, p. 1437.

57 cf. par exemple circulaire du 21 juin 1957, centre de formation des institutrices chargées de l’enseignement dans les Écoles normales et les cours complémentaires, BOEN, n° 26 du 27 juin 1957, p. 2174-217.

58 À partir de 1954, « en accord avec le Commissariat général à la Productivité », le directeur général de l’enseignement du 1er degré (A. Beslais) ouvre à l’université de Caen, un centre de formation pour institutrices désireuses de se consacrer à l’enseignement ménager dans les Écoles normales et les cours complémentaires. La scolarité de la vingtaine d’élèves-maîtresses sortantes dure un an avec l’obligation de subir les épreuves du S.P.C.M. (certificat sciences physiques, chimiques et naturelles), Les auditrices qui ont obtenu ce certificat font l’objet d’un double classement établi d’après les notes obtenues, classement en première ligne ; les institutrices qui y figurent sont affectées au centre de préparation du CATM pour les lycées, collèges et écoles normales ; Classement en deuxième ligne, les intéressées accomplissent, à l’École normale de Melun, une deuxième année, au cours de laquelle elles sont préparées aux fonctions de professeur d’enseignement ménager dans un cours complémentaire à section ménagère agricole. La circulaire précise que le stage se substitue à celui de Coëtlogon, (cf. circulaire du 15 juillet 1954, BOEN, n° 28 du 22 juillet 1954, p. 1989-1990 et circulaire du 13 juillet 1955, premier degré, cabinet du directeur, objet : Centre de formation des institutrices chargées de l’enseignement ménager dans les Écoles normales et les Cours complémentaires, BOEN, n° 29, du 28 juillet 1955, p. 2171-2172). Pour les hommes, les universités de Nancy et Toulouse (écoles supérieures agronomiques), de Lille (institut agricole) et de Caen (centre de formation et d’études biologiques et rurales) ouvrent des formations universitaires.

59 Arrêté du 22 février 1955, Diplôme de travaux manuels éducatifs et d’enseignement ménager, BOEN, n° 10 du 10 mars 1955, p. 713-715 ; JO du 26 février 1955 et Code Soleil, 1963, p. 258-262.

60 Mesdames Yvonne Archambaud et Colette Dalle ont été formatrices au Centre National de Montlignon (entretiens de 2008 et 2009).

61 Cf. [http://fr.wikipedia.org/wiki/Lycée_Molière], « En 1951 est créé un Centre officiel de préparation au professorat d’enseignement ménager, avec des salles de cours adaptées (cuisine pédagogique, salle de lessive et de repassage, salle à manger), le lycée Molière est le seul lycée de France avec la Maison d’éducation de la Légion d’honneur à proposer cette nouvelle formation... Les élèves déjeunent désormais au Foyer des lycéennes, rue du Docteur-Blanche créé par la directrice du lycée, Yvonne Cordillot [sœur de Marie-Louise Cordillot], afin de permettre aux jeunes filles venant de province voulant étudier en classes préparatoires, de se loger à Paris. » Sur l’initiative de M. Brunold, directeur général de l’enseignement du second degré, qui déplorait l’absence d’internat féminin dans les lycées de Paris, ce foyer devient un internat en 1954, réservé aux lycéennes des classes supérieures, bachelières ès lettres ou ès sciences qui préparent un concours d’ensei - gnement.

62 Le décret du 26 novembre 1965 porte création du Centre national de préparation au professorat de travaux manuels éducatifs et d’enseignement ménager, en tant qu’établissement secondaire, il sera abrogé à la date du 1er juillet 1997 (décret n° 97-32 du 13 juillet 1997, J. O., n° 15 du 18 juillet 1997).

63 Arrêté du 24 mars 1950 (Lelorrain A.-M. et Bobbio M., 2005, op. cit., p. 117-123).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site