Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement ménager en France

 | 
Joël Lebeaume

Troisième partie. L’enseignement ménager mis en ordre

Chapitre IX. Les travaux manuels éducatifs et l’enseignement ménager de l’enseignement secondaire

Texte intégral

1Dans la lignée de préoccupation d’une productivité libératrice promouvant « machinisme et bien-être », en 1950, Jean et Françoise Fourastié regrettent l’absence d’enseignement de l’art de vivre associé aux arts ménagers (cf. document 7, annexe 3).

  • 1 Fourastié Jean et Fourastié Françoise, Les arts ménagers, Paris, PUF, 1950, p. 5-7. Voir aussi, Fo (...)

« Les arts ménagers sont restés en dehors du domaine de l’enseignement classique, comme la technologie, la comptabilité et, à un moindre degré, l’économie. Placés au carrefour des arts et des techniques, ils souffrent de l’indifférence que les Français manifestent à l’égard des disciplines bâtardes1. »

  • 2 Ces contenus visent « l’art du paraître, de la représentation » (cf. Lévy M.-F., De mères en fille (...)
  • 3 Bard Christine, Les femmes dans la société française au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 2001.

2D’une façon nette, les réserves pour cet enseignement secondaire sont toujours grandes. Pour rappel, selon la loi de 1880, l’hygiène, l’économie domestique et les travaux d’aiguille sont au programme. Mais ces enseignements s’avèrent souvent contestés, en raison de la tradition essentiellement familiale de cette éducation, mais surtout du risque de distraction des jeunes filles de la préoccupation de poursuite d’études, au même titre que les jeunes gens. Le décret Bérard du 25 mars 1924 reconnaît cette revendication d’égalité bien que les programmes ne se recoupent pas totalement. L’économie domestique, les travaux à l’aiguille et la musique2, obligatoires pour les filles, ne sont pas dispensés aux garçons, seulement de manière facultative pour la dernière3. Si le certificat d’études secondaires institué en 1927 pour les filles comportait une épreuve de couture, le diplôme complémentaire créé en 1929 – l’équivalent du baccalauréat des garçons – n’en comporte pas.

  • 4 Horaires et programmes de l’enseignement secondaire des garçons et des jeunes filles, contenant le (...)

3Sans surprise, l’obligation de l’enseignement ménager de 1942 n’a qu’un faible effet, d’autant que l’absence des sciences domestiques et ménagères à l’université – contrairement aux États-Unis – n’offre aucune perspective d’accès aux facultés. L’épreuve d’enseignement ménager (1943) du baccalauréat, seulement facultative, indique également la prudence de l’institution. Pour ces classes pour lesquelles l’enseignement n’a aucune perspective professionnelle, il s’agit essentiellement d’une initiation aux travaux manuels en général et aux travaux ménagers en particulier. L’enseignement ménager se confond ainsi avec les exercices de coupe-cou-ture à raison d’une heure hebdomadaire dans le premier cycle mais seulement facultatifs dans le second cycle. C’est un enseignement replié – ou maintenu – sur les travaux à l’aiguille d’antan comme le font supposer les programmes de 19384 qui renvoient à l’arrêté du 18 juillet 1888. En sixième et cinquième, ces travaux abordent le crochet, la marque, les points de couture, le tricot et la confection de vêtements d’enfants. La coupe et l’assemblage sont introduits dès la quatrième qui inaugure également le remmaillage des bas et le raccommodage des vêtements ainsi que les premières notions sur les étoffes et les fils. Faisant suite au maniement de la machine à coudre au programme de troisième, l’enseignement des classes de seconde et première vise exclusivement la maîtrise de la coupe et assemblage pour la confection d’une robe entière et de vêtements d’enfants.

La coupe-couture

  • 5 Horaires et programmes de l’enseignement du second degré, Paris, Vuibert, 1965, 27e éd.
  • 6 Selon l’indication de Marguerite Bataillon, L’enseignement de l’économie familiale et des travaux (...)
  • 7 Saisset Pascale et Le Coispellier Mme, La coupe pratique par l’observation, Paris, Armand Colin, 1 (...)

4L’édition de 1965 du recueil des textes de l’enseignement du second degré5 présente le programme d’enseignement ménager auquel renvoient les programmes de travaux manuels des classes de quatrième et de troisième. Quatre domaines y sont précisés brièvement : Blanchissage, repassage, entretien des vêtements ; Entretien et nettoyage de la maison ; Cuisine et Puériculture. Bien que les programmes indiquent que les menus préparés doivent permettre de couvrir l’ensemble des techniques, la mise en œuvre de cet enseignement demeure liée aux équipements. Il faut en effet attendre 19556 pour que des salles d’enseignement ménager et de travaux manuels soient systématiquement prévues et aménagées dans les établissements neufs. Ainsi l’enseignement ménager ne concerne-t-il pas vraiment l’enseignement secondaire et se limite-t-il très généralement aux travaux de couture, de coupe et de confection de lingerie. Pour ce domaine, il mobilise les méthodes actives et fait prévaloir l’observation, le principe majeur de l’enseignement scientifique, à la façon par exemple du manuel La coupe pratique par l’observation7.

  • 8 Horaires et programmes de l’enseignement du second degré, ibid, 1965, p. 226.
  • 9 Bourguet J. et Bataillon Marguerite, Initiation à la coupe, Paris, Bourrelier, 1955. Voir aussi, V (...)

5Dans les classes de seconde, première et de philosophie, sciences expérimentales et mathématiques élémentaires, les travaux manuels ne sont qu’un enseignement facultatif exclusivement centré sur la coupe et la confection des vêtements avec des compléments éventuels à propos de « l’histoire du costume, l’étude des styles dans le mobilier, les tissus, les tapisseries, les dentelles, de manière à développer chez les jeunes filles, le sens artistique dont toute femme doit faire preuve dans la décoration de son intérieur8 ». L’absence d’indications pédagogiques et la permanence des rubriques des contenus indiquent le faible développement de l’enseignement ménager dans l’enseignement secondaire, excepté la coupe-couture. Cette liaison entre le traçage des patrons et la confection des vêtements, mentionnée à partir des instructions de 1938, devient l’épicentre de la discipline scolaire en construction. L’ouvrage d’initiation à la coupe de J. Bourguet professeur au lycée Victor-Duruy et au Lycée Molière et de l’inspectrice générale Marguerite Bataillon en est la référence9 pour la formation des professeurs et pour les élèves de terminale dont la maîtrise est appréciée à l’épreuve facultative du baccalauréat. Ce manuel revendique clairement le fondement scientifique de la méthode présentée pour assurer à la coupe le statut scolaire d’un enseignement de culture générale et « d’une discipline admise au programme d’une culture désintéressée, une instruction à l’épreuve du temps et des circonstances » (cf. document 7, annexe 3).

  • 10 Stages organisés au Centre National des Ateliers Éducatifs installé dans le manoir restauré de Cla (...)

6Avec cette ambition du positionnement de cet enseignement, dans son rapport sur l’enseignement ménager dans les lycées, à la demande du directeur de la pédagogie, des enseignements scolaires et de l’orientation Pierre Théron, l’inspectrice générale Bataillon fait état des évolutions au cours de la période 1950-1965 : formation du personnel enseignant, construction et aménagement de salles spécialisées dans la plupart des lycées de jeunes filles et les établissements mixtes, dédoublement des classes du cycle d’observation, institution de stages de vacances facultatifs10 pour les élèves des classes du second cycle. Elle termine son rapport en exprimant des vœux qui soulignent les difficultés majeures :

  • 11 Bataillon Marguerite, L’enseignement ménager dans les lycées, Rapport rédigé à la demande de Monsi (...)

« On peut, certes, former le vœu que l’enseignement ménager soit élargi, disposant d’un horaire meilleur ; qu’il devienne obligatoire pour toutes les élèves de nos lycées...
Si cependant les horaires et les programmes, compte tenu des exigences des disciplines principales, ne permettaient pas de l’envisager favorablement, il faudrait du moins :
Veiller au dédoublement des effectifs des classes du cycle d’orientation ; Aménager les horaires en 4e et 3e, avec des séances de deux heures consécutives (si possible fixées de 10 à 12 heures), impérieusement nécessaires pour que l’enseignement ménager ait un sens ;
Ne confier cet enseignement qu’à des maîtres qualifiés, spécialement formés pour le dispenser.
Tels sont les vœux, les suggestions qu’il est possible de formuler11. »

Les travaux manuels éducatifs

7Pour comprendre l’émergence des travaux manuels éducatifs, un détour par le travail manuel des garçons est indispensable. Le bilan présenté par André Campa, ingénieur Arts et métiers et professeur à l’École normale nationale d’apprentissage de Paris, lors d’une séance de la commission Langevin au printemps 1945, indique l’absence de la mise en œuvre de cet enseignement pourtant obligatoire, dans les petites classes des lycées.

  • 12 Campa André, L’enseignement du travail manuel dans les écoles françaises, Son rôle éducatif dans l (...)

« Je crois que les établissements où cet enseignement est donné sont excessivement rares. On manque de locaux, d’outillage et de personnel et les horaires sont tellement réduits qu’il vaut beaucoup mieux qu’il en soit ainsi12. »

  • 13 Croizin R., « L’éducation manuelle et technique des garçons dans les écoles primaires de la ville (...)
  • 14 Cf. Chadourne Jean, Le travail manuel à l’atelier scolaire, Travail manuel éducatif, préapprentiss (...)

8Outre le plaidoyer de son rapport pour mettre fin au clivage entre manuels et intellectuels, André Campa mentionne que le « travail manuel éducatif général » – qu’il distingue du « travail manuel éducatif professionnel » – est donné en revanche dans les cours supérieurs, les écoles primaires, les sections préparatoires des collèges techniques et les classes de collèges modernes. Ce rapport se réfère aux principes mis en œuvre dans les écoles de la ville de Paris. Pour les élèves de onze à treize ans, coordonnés avec le dessin, la géométrie et les sciences, ces travaux manuels de papier plié, cartonnage, reliure, bois assemblé, métal façonné, petits montages électriques et parfois modelage, ne se confondent pas avec le travail manuel à caractère professionnel donné aux élèves plus âgés. Ils initient au travail de l’atelier, dont l’inspecteur principal R. Croizin13 rappelle la devise « Travail-Discipline-Ordre-Méthode14 ». André Campa souligne cette attentive initiation.

  • 15 Campa A., « L’enseignement du travail manuel dans les écoles françaises », op. cit., p. 9.

« Pour faciliter à l’élève la prise de contact avec les divers aspects de la vie professionnelle, tout a été prévu pour ne pas décevoir l’enfant qui va faire du travail manuel avec joie et entrain : les ateliers sont propres et ordonnés ; le maître, excellent technicien, est doux et avenant ; les exercices, de courte durée, ont toujours un caractère utilitaire, et les objets fabriqués par l’enfant restent sa propriété15. »

9Cette orientation du travail manuel répond aux convictions de la commission de réforme pour sa généralisation à tous les élèves, expérimentée dans les classes nouvelles à la rentrée 1945. Cette expérience dans l’enseignement secondaire est soutenue par les directeurs de l’enseignement secondaire (Gustave Monod) et de l’enseignement technique (Paul Le Rolland) qui partagent les principes fondateurs de ces classes. Ceux-ci satisfont également les enjeux de fondation d’un enseignement technique et professionnel de masse adapté aux besoins d’une économie renouvelée. Tous les discours soulignent à la fois les ambitions culturelles de cette éducation intégrale et de l’humanisme qu’elle porte, ainsi que les préoccupations d’équité. Ainsi s’exprime André Campa, compagnon de Roger Gal dans la mise en œuvre de ces nouveaux travaux manuels :

  • 16 Campa A., « Exposé lors de la semaine d’information », Bulletin officiel de l’Éducation nationale,(...)

« Le 1er octobre 1945 est une date importante dans l’histoire de l’enseignement technique car elle correspond à la fin du préjugé défavorable qui lui était porté. Le travail manuel n’est plus un enseignement facultatif et mineur ; il est devenu obligatoire pour tous les jeunes élèves du second degré et sa valeur culturelle est définitivement consacrée16. »

10Jusqu’au début des années 1950, les stages de Sèvres qui regroupent les enseignants engagés dans ces essais affirment le caractère éducatif du travail manuel qui cultive la persévérance, la volonté de triompher des résistances de la matière, l’esprit de décision, le sens de l’équipe... Les premiers projets de programmes, dès 1945, imposent la variété des travaux pour que les élèves – garçons ou filles – découvrent, se découvrent et manifestent leurs aptitudes et leurs intérêts.

  • 17 Classes nouvelles, Instructions pour l’organisation des options de l’enseignement. Note du 27 sept (...)
  • 18 La circulaire du 8 juillet 1948 (second degré, 1er Bureau), BOEN, 22 juillet 1948, p. 853-858, men (...)
  • 19 Circulaire no 813/CAB du 16 septembre 1947, p. 1016.

11Les textes officiels concernant la mise en œuvre de l’option technique « initiation aux techniques industrielles » en quatrième et troisième des classes nouvelles, publiés en 194717 par la direction de l’enseignement technique et celle du second degré, se font l’écho sur les enjeux de ces travaux manuels éducatifs et sur la collaboration des deux partenaires (professeurs de l’enseignement technique détachés, commandes de la matière d’œuvre et des machines...). Le défiest important pour l’enseignement technique à l’époque de la mise en place du baccalauréat mathématiques et technique qui signe l’inscription de l’enseignement technique dans l’enseignement secondaire18. Ainsi, pour cette option d’initiation, les travaux manuels « ne devront plus être considérés dans le même esprit que les travaux manuels enseignés dans les classes de sixième et cinquième, mais bien comme l’initiation à un préapprentissage polyvalent, destiné à orienter les élèves vers les sections techniques du Second cycle prévues par le projet de Réforme de l’Enseignement et à les guider dans le choix de leur future profession19 ».

  • 20 Classes nouvelles, Enseignement des travaux manuels éducatifs, Circulaire no 967-CAB du 9 mars 194 (...)

12Si pour les établissements masculins sont fixés le travail des métaux, le travail du bois et éventuellement, en liaison avec des industries locales, le travail du cuir, de la poterie, de la céramique, etc., les établissements féminins sont encouragés à ouvrir leurs contenus à ces domaines, au-delà donc des travaux à l’aiguille, des travaux de papeterie-cartonnage ou du cuir et du tissage, activité « qui a connu un grand succès grâce aux petits métiers d’initiation Tissanova ». Toutefois, faute d’enseignants qualifiés et d’installations, le bilan dressé par la direction de l’enseignement technique est très réservé en particulier dans les établissements féminins20, où cet enseignement est jugé comme négligé et souvent confondu avec des activités dirigées mêlant divers travaux manuels plus expressifs que techniques (cf. docu-ment 6, annexe 3).

  • 21 Enseignement des travaux manuels éducatifs, Circulaire no 1.110-4 du 16 août 1948 (Technique, 4e b (...)

13Sans doute pour consolider les travaux manuels dans ces établissements féminins, une circulaire de 194821 étend les domaines de travaux, ou plutôt corrige l’absence – ou l’oubli – de référence à l’enseignement ménager :

« En effet, l’enseignement ménager, notamment la cuisine, est une discipline d’une valeur éducative incontestable, pouvant contribuer au développement de l’habilité manuelle, de l’imagination, de l’esprit d’observation de nos jeunes élèves.
Il est évident, par exemple, que la multiplicité des gestes des « techniques » réclamées par une simple préparation culinaire oblige l’esprit à un profitable travail d’analyse des difficultés, travail particulièrement recherché dans les classes nouvelles. »

  • 22 Conférence internationale del’instruction publique, Recommandation no 30 concernant l’enseignement (...)
  • 23 Couffignal Louis, « Travaux manuels éducatifs dans les classes nouvelles », Technique, Art, Scienc (...)
  • 24 Le bricolage est fortement contesté par la direction de l’enseignement technique, cf. Instructions (...)

14Cette rectification est importante car elle signale un changement et la promotion de l’enseignement féminin. Avec ces prescriptions, les années 1950 inaugurent la phase de développement de ces travaux manuels éducatifs largement esquissés. En effet, la conférence internationale de l’instruction publique de Genève22 souligne l’intérêt éducatif de l’enseignement des travaux manuels, souhaite leur généralisation dans les écoles secondaires et recommande un personnel qualifié du point de vue pédagogique comme du point de vue des connaissances techniques. À cette date, la collaboration entre les deux branches de l’enseignement secondaire et technique est également confirmée23. Dans ce contexte, l’expérience acquise au cours des années précédentes mais aussi les positions de principe défendues par Roger Gal, contre une préoccupation « prématurément technicienne » qui limiterait les possibilités créatrices des enfants, permettent de fixer cet enseignement. À la fois contre la rigueur du régime industriel et l’à peu près du bricolage24, les travaux manuels éducatifs ont deux traits majeurs : la diversité des activités et l’approche de réalisation – « objets utiles ou amusants » selon les textes – en opposition aux purs exercices de progression. Il s’agit ainsi d’un renversement car, contrairement aux injonctions précédentes très masculines, est alors recommandée pour ces classes nouvelles, l’extension des travaux manuels enseignés dans les établissements féminins : travaux des matériaux en fils dont la vannerie ou des matériaux souples ainsi que modelage, céramique, cartonnage, imprimerie, linogravure, métal en fil, bois... Cette polyvalence des activités offerte aux garçons et aux filles répond alors à la pédagogie des aptitudes. Ces travaux manuels éducatifs permettent d’observer les élèves et de repérer leurs aptitudes, leur habileté manuelle et leur intelligence d’organisation susceptibles de guider leur orientation avec plus de sûreté vers les diverses possibilités de l’enseignement technique.

  • 25 La circulaire du 14 avril 1953 mentionne les 28 collaborateurs à l’établissement et à la discussio (...)
  • 26 Campa André, « Les travaux manuels éducatifs dans les classes nouvelles », F. Renaudeau (dir.), En (...)
  • 27 Circulaire du 14 avril 1953. Le Ministre de l’Éducation nationale aux recteurs. Direction de l’ens (...)
  • 28 Instruction du 21 décembre 1960. Travaux manuels éducatifs dans le cycle d’observation (6e et 5e d (...)

15Pour ces enjeux d’observation des élèves, les travaux manuels en tant que discipline d’action et de raisonnement, sont ainsi progressivement généralisés grâce au soutien des directeurs du ministère et au bilan effectué par Roger Gal et André Campa25. Ces orientations sont déterminantes26. En effet, ce bilan fonde d’une part la circulaire du 14 avril 195327 qui institue les travaux manuels éducatifs et il constitue d’autre part la référence explicite de l’instruction de 196028 concernant les travaux manuels éducatifs en sixième et cinquième, celle-ci étant l’indication des programmes de l’arrêté du 7 mai 1963 concernant les programmes d’enseignement du cycle d’observation.

Pour des professeurs spécialistes

  • 29 Décret du 18 février 1887.
  • 30 Circulaire du 3 octobre 1952. Sections pilotes du second cycle, BOEN, no 37, 16 octobre 1952, p. 2 (...)
  • 31 Archives nationales, AJ/16/8900.
  • 32 Décret no 55-251 du 12 février 1955 relatif au Diplôme de travaux manuels éducatifs et d’enseignem (...)
  • 33 Décret du 20 septembre 1961 relatif au classement dans le corps des certifiés des titulaires du ce (...)
  • 34 cf. circulaire du 15 juillet 1958. Conditions exceptionnelles d’accès au grade des professeurs cer (...)
  • 35 Décret du 26 novembre 1965 portant création du Centre national de préparation au professorat de tr (...)
  • 36 Sauvreneau P., « Travaux manuels éducatifs et enseignements ménagers dans les établissements de je (...)

16L’enseignement est en voie d’institutionnalisation avec la nomination en 1950 de Mme Bellair, chargée de mission d’inspection générale et l’installation en 1951 du centre de préparation au Certificat d’aptitude à l’enseignement du travail manuel (Catm créé en 188729) au Lycée Molière qui ouvre alors une des sections pilotes30, c’est-à-dire un établissement d’expérimentation de la pédagogie des classes nouvelles dans le second cycle. En 1952, Marguerite Bataillon née Flauraud31, professeur de cuisine-alimentation dans cet établissement, conseillère pédagogique et impliquée dans la création des classes nouvelles, lui succède. Un poste spécial d’inspection générale chargée des travaux manuels éducatifs et de l’enseignement ménager dans l’enseignement secondaire lui est ouvert au 1er janvier 1955. Elle contribue à la création du certificat d’aptitude à cet enseignement en 195532 qui sera assimilé après un long combat professionnel et syndical à un CAPES en 196133, aux premières promotions de professeures assimilées certifiées dès 195934 ainsi qu’à la construction du centre national de préparation (Centre Bessières, 1965-196835). Toutefois, ce certificat indique une extension et une limite. En effet, le Catm antérieurement ouvert également aux hommes ne s’adresse qu’aux aspirantes. D’une façon plus importante, les difficultés manifestes de reconnaissance de ce grade de professeur certifié révèlent l’échec ou le refus d’une tentative d’unification des corps professoraux – logiquement associée à la construction du système éducatif unifié – ce qu’indique l’absence de réponse favorable à la revendication syndicale d’assimilation des certifications des professeurs de l’enseignement technique et de l’enseignement secondaire36.

17Dès sa nomination, Marguerite Bataillon milite pour le développement de l’enseignement dont elle est responsable. Elle organise à cet effet des stages pour les jeunes filles des lycées ou des étudiantes désirant s’initier aux sciences domestiques ou préparer le nouveau professorat. Après les stages de 1954 et 1955 au lycée de Metz, le château Liégeard à Brochon, annexe du lycée Marcelle Parlé de Dijon, accueille une soixantaine de jeunes filles encadrées par quatre professeurs et dix monitrices récemment pourvues du professorat. Ce stage est co-organisé par Edmée Hatinguais, directrice du Centre International d’Études Pédagogiques de Sèvres (créé en 1945) et inspectrice générale chargée des lycées-pilotes. Le compte rendu de la directrice du lycée, Mme L’Hopital, donne l’esprit de cette initiation à la fois familiale et active :

  • 37 L’Hopital M., « Initiation à l’enseignement ménager », L’Éducation nationale, no 34, 6 décembre, 1 (...)

« Le château du poète (Stephen Liégeard) semblait tout heureux d’être animé par ces groupes de jeunes filles en blouses blanches installant, dès le matin, les tables sous les arbres, s’affairant dans l’Orangerie transformée en salle d’enseignement ménager et pourvue d’un matériel perfectionné, courant de l’imposant bâtiment Renaissance au pavillon XVIIIe modernisé, faisant briller les parquets et jusqu’à la crinière du lion au pied du grand escalier, manœuvrant la machine à laver toute neuve du sous-sol et terminant le soir leurs travaux de vannerie sur le perron ou, en joyeuses rangées, sur la balustrade de la grande terrasse37. »

  • 38 Cf. [http://www.dailymotion.com/video/xpn2pe_ateliers-educatifs-a-claireau-video1_creation] ; [htt (...)
  • 39 Cf. Association « La vie active » pour le développement du Travail Manuel dans l’éducation, fondée (...)

18La même ambiance, à la fois conviviale, familiale et très active, est perceptible dans les reportages filmés38 des stages organisés par René Dieleman, ancien élève des beaux-arts et avant-guerre, professeur de travaux manuels à l’école américaine Marc Jannet à Saint-Cloud, et fondateur du Centre National des Ateliers Éducatifs installé dans le manoir restauré de Claireau (Seine-et-Oise). Dès 1947 et jusqu’en 1967, en relation avec le scoutisme39, les Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (cemea) et les différents mouvements de jeunesse, le centre offre des stages qui couvrent progressivement l’ensemble des travaux manuels : menuiserie, sculpture sur bois, poterie, vannerie, tissage, reliure, cartonna-ge-gainerie, ferronnerie, sérigraphie, photographie, marionnettes, matières plastiques, artisanat ménager et aménagement d’intérieurs. En 1953, le centre est agréé par l’Éducation nationale. Ses activités sont soutenues par les inspectrices générales Marguerite Bataillon, Edmée Hatinguais, Henriette Sourgen et Georges Machard, inspecteur général de dessin. Tous les futurs professeurs de travaux manuels éducatifs ou de dessin effectuent alors un stage au Claireau, à la fin de leurs études et juste avant leur première affectation. Les professeurs en exercice y complètent également leur formation. Ainsi les travaux manuels éducatifs et l’enseignement ménager se définissent-ils et se réunissent-ils dans la constitution d’une spécialité enseignante. Cette association est conjoncturelle, liée à la double implication de Marguerite Bataillon dans les classes nouvelles et dans la cuisine-alimentation, l’une des deux composantes principales de l’enseignement ménager. Cette hypothèse est accréditée par l’analyse des programmes des écoles primaires supérieures qui, depuis 1938 semblent indiquer que les travaux manuels des petites classes constituent les exercices gestuels préparatoires à l’enseignement des plus grandes classes. Elle l’est aussi par l’exemple de l’enseignement ménager et manuel familial mis en place dans le département de la Seine. Elle l’est enfin par l’implantation des classes préparatoires au nouveau professorat dans les lycées pilotes comme le lycée Marseilleveyre à Marseille, en 1963.

Parcours
Madame Hélène Veyrat-Parisien, née Roton le 9 mars 1936, inspectrice principale de l’enseignement technique à compétence pédagogique (Éducation manuelle et technique) (1980) puis en économie-gestion (1985), inspectrice pédagogique régionale – inspectrice d’académie (1991). Après son baccalauréat sciences expérimentales (1957) elle prépare le Certificat d’aptitude à l’enseignement des travaux manuels au lycée Balzac (1957-1959). Avec ce concours, elle devient Chargée d’enseignement de travaux manuels éducatifs et enseignement ménager au lycée de jeunes filles de Douai (1959), au lycée Paul Valéry à Paris (1962) puis au lycée François Villon à Paris (1964) où elle devient professeur certifiée (1969) à l’issue de l’obtention des certificats de couture (1967), d’économie domestique (1968) et d’une inspection pédagogique. Elle est alors également conseillère pédagogique et contribue à l’initiation professionnelle de nombreux jeunes enseignants. À partir de 1977, elle est partiellement déchargée de service au titre du Centre national de documentation pédagogique afin de contribuer à la rédaction des fiches documentaires présentant les domaines techniques de l’Éducation manuelle et technique. En qualité d’inspectrice, elle est chargée de l’emt puis dès 1985, de la mise en place de la technologie au collège et des professeurs des classes de quatrième et troisième technologiques. En 1990, elle assure la conception et l’organisation des colloques et de l’exposition « La technologie à l’école et au collège ». De même, en 1996, elle organise pour les 10 ans de la Technologie, un colloque tenu dans les grands salons de la Sorbonne et l’exposition dans le péristyle. Au cours de sa formation au lycée Balzac, elle participe aux stages d’enseignement ménager de trois semaines organisés par l’inspectrice générale Bataillon en relation avec Edmée Hatinguais, inspectrice générale chargée des lycées pilotes au château Liégeard à Brochon (Dijon) en 1956, 1957 et 1959. Elle poursuit cet engagement coopératif lorsqu’elle est professeur, en qualité de monitrice puis de responsable dans les stages organisés jusqu’en 1967 : La Baule (1960), Gérardmer (1961), Pont-l’Abbé (1964, 1966). Elle a en charge (1961) les activités de connaissance de l’environnement industriel et culturel. En 1962, elle est responsable du stage d’enseignement ménager international organisé au lycée Jean Bart à Dunkerque. Ce stage accueille des groupes d’étudiantes et de professeurs d’enseignement ménager de sept pays. En 1963, elle organise le stage de Sèvres qui accueille 13 délégations, en parallèle du Xe congrès international d’enseignement ménager. Elle participe également à plusieurs stages du Centre national des ateliers éducatifs de Claireau (avant 1961), puis aux stages organisés dans le même esprit, par l’inspectrice générale Auger, à Argelès.

19Toutefois, cette structuration administrative et pédagogique paraît fragile. En effet, la définition de cet enseignement secondaire principalement féminin ne répond que très partiellement aux enjeux de l’éducation professionnelle porté par les responsables de l’enseignement technique en 1945. Avec l’épreuve du baccalauréat seulement facultative, il demeure également dans un statut scolaire mineur qu’amplifie l’absence de perspective de poursuite d’études dans des facultés spécialisées. Tout indique qu’il s’agit d’une action éducative, pour le développement harmonieux des enfants et la préparation à la vie des plus grandes élèves.

Notes

1 Fourastié Jean et Fourastié Françoise, Les arts ménagers, Paris, PUF, 1950, p. 5-7. Voir aussi, Fourastié J., Machinisme et Bien-Être, Paris, Les Éditions de Minuit, 1951 p. 211-224.

2 Ces contenus visent « l’art du paraître, de la représentation » (cf. Lévy M.-F., De mères en filles, op. cit., p. 36).

3 Bard Christine, Les femmes dans la société française au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 2001.

4 Horaires et programmes de l’enseignement secondaire des garçons et des jeunes filles, contenant les Nouveaux programmes de 6e et les textes officiels relatifs aux Classes d’orientation, aux Loisirs dirigés, etc., Paris, Vuibert, 1938, 12e éd. refondue. Modifications aux programmes et aux horaires de l’enseignement secondaire et des écoles primaires supérieures, Arrêtés des 11 avril et 30 mai 1938, Paris, Vuibert, 1938, 2e éd.

5 Horaires et programmes de l’enseignement du second degré, Paris, Vuibert, 1965, 27e éd.

6 Selon l’indication de Marguerite Bataillon, L’enseignement de l’économie familiale et des travaux manuels éducatifs dans le second degré français, Tapuscrit, 1972, p. 13 [Archives personnelles].

7 Saisset Pascale et Le Coispellier Mme, La coupe pratique par l’observation, Paris, Armand Colin, 1938.

8 Horaires et programmes de l’enseignement du second degré, ibid, 1965, p. 226.

9 Bourguet J. et Bataillon Marguerite, Initiation à la coupe, Paris, Bourrelier, 1955. Voir aussi, Vieules Émilienne, La coupe pratique à l’école et à la maison, Paris, Société Universitaire d’Éditions et de la Librairie, 1955.

10 Stages organisés au Centre National des Ateliers Éducatifs installé dans le manoir restauré de Claireau (Seine-et-Oise).

11 Bataillon Marguerite, L’enseignement ménager dans les lycées, Rapport rédigé à la demande de Monsieur le Directeur Théron, Tapuscrit 4 p, 1965 [Archives personnelles].

12 Campa André, L’enseignement du travail manuel dans les écoles françaises, Son rôle éducatif dans la formation de la jeunesse, Tapuscrit, AN/71/AJ 64, Commission d’étude pour la réforme de l’enseignement ; Sous commission « Éducation », 14 pages dactylographiées, PV de la 1re séance du 22 février 1945.

13 Croizin R., « L’éducation manuelle et technique des garçons dans les écoles primaires de la ville de Paris », Bulletin officiel de l’Éducation nationale, no 66, jeudi 13 décembre 1945, p. 16-18.

14 Cf. Chadourne Jean, Le travail manuel à l’atelier scolaire, Travail manuel éducatif, préapprentissage, etc. Considérations sur l’enseignement de cette discipline, Paris, Service d’inspection, Éducation manuelle et technique de la Ville de Paris, 1943. (publié en 1945).

15 Campa A., « L’enseignement du travail manuel dans les écoles françaises », op. cit., p. 9.

16 Campa A., « Exposé lors de la semaine d’information », Bulletin officiel de l’Éducation nationale, no 66, 1945, p. 16.

17 Classes nouvelles, Instructions pour l’organisation des options de l’enseignement. Note du 27 septembre 1947 (Second degré, 1er Bureau), BOEN, no 27 du 2 octobre 1947, p. 1008-1015. Classes nouvelles, Enseignement technique. Instructions relatives à l’enseignement des travaux manuels pour l’année scolaire 1947-48, Circulaire no 813/CAB du 16 septembre 1947 (Technique, Cabinet du Directeur) aux Recteurs, aux Inspecteurs Principaux et Inspecteurs de l’Enseignement Technique, aux Inspecteurs d’Académie, aux Directeurs et Directrices d’Établissements ayant ouvert des classes nouvelles, BOEN, no 27 du 2 octobre 1947 p. 1016-1020.

18 La circulaire du 8 juillet 1948 (second degré, 1er Bureau), BOEN, 22 juillet 1948, p. 853-858, mentionne une option de techniques économiques sans perspective de baccalauréat. Voir : Hamon Christian, Des enseignements techniques aux sciences de l’ingénieur, Analyse didactique et historique du processus de disciplinarisation, thèse, Université Paris Descartes (Joël Lebeaume), 2012.

19 Circulaire no 813/CAB du 16 septembre 1947, p. 1016.

20 Classes nouvelles, Enseignement des travaux manuels éducatifs, Circulaire no 967-CAB du 9 mars 1948 (Technique, Cabinet du Directeur), BOEN, no 12, 18 mars 1948, p. 384-387.

21 Enseignement des travaux manuels éducatifs, Circulaire no 1.110-4 du 16 août 1948 (Technique, 4e bureau) aux Recteurs, aux Inspecteurs Principaux et Inspecteurs de l’Enseignement Technique, aux Inspecteurs d’Académie, aux Directeurs et Directrices d’Établissements ayant ouvert des classes nouvelles, BOEN, no 24, 6 septembre 1948, p. 983.

22 Conférence internationale del’instruction publique, Recommandation no 30 concernant l’enseignement des travaux manuels dans les écoles secondaires, 1950 [disponible, wwwedu.ge.ch/co/tramco/pdf/R30.pdf].

23 Couffignal Louis, « Travaux manuels éducatifs dans les classes nouvelles », Technique, Art, Science, no 6, juin, 1950, p. 48-51 et no 7, juin, 1950, p. 51-54.

24 Le bricolage est fortement contesté par la direction de l’enseignement technique, cf. Instructions relatives à l’enseignement des travaux manuels pour l’année scolaire 1947-48, Circulaire no 813/CAB du 16 septembre 1947, BOEN, no 27, 2 octobre 1947, p. 1016-1020. « Dans nombre d’établissements, l’enseignement des travaux manuels éducatifs a pris le caractère du bricolage, que nous avons maintes fois condamné, parce que les professeurs auxquels il a été confié n’avaient pas une formation professionnelle satisfaisante. »

25 La circulaire du 14 avril 1953 mentionne les 28 collaborateurs à l’établissement et à la discussion des rapports sur les Travaux manuels éducatifs, notamment, Mme Marguerite Bataillon (inspectrice de l’enseignement de la couture puis inspectrice générale), Mme Bellair (chargée de l’inspection de couture), Mlle Claire Charles (professeur de couture de l’École Paul Bert puis au Centre de formation du lycée Balzac), Mlle Henriette Sourgen, inspectrice générale de l’enseignement du premier degré.

26 Campa André, « Les travaux manuels éducatifs dans les classes nouvelles », F. Renaudeau (dir.), Encyclopédie générale de l’éducation française, L’enseignement technique, Paris, Rombaldi, 1954, p. 303-304. (Campa est alors directeur-adjoint de l’ENNA de Paris ; il indique « La Direction du Second degré se propose d’introduire dans toutes les classes du 1er cycle les travaux manuels. C’est le témoignage le plus probant de la valeur éducative de cette discipline », p. 305).

27 Circulaire du 14 avril 1953. Le Ministre de l’Éducation nationale aux recteurs. Direction de l’enseignement du second degré, Cabinet du Directeur. Signée Ch. Brunold.

28 Instruction du 21 décembre 1960. Travaux manuels éducatifs dans le cycle d’observation (6e et 5e des lycées classiques et modernes, des lycées techniques et des collèges d’enseignement général), BOEN, no 1 du 2 juillet 1961, p. 15-21 (signé L. Paye).

29 Décret du 18 février 1887.

30 Circulaire du 3 octobre 1952. Sections pilotes du second cycle, BOEN, no 37, 16 octobre 1952, p. 2849-2850 (signée Ch. Brunold).

31 Archives nationales, AJ/16/8900.

32 Décret no 55-251 du 12 février 1955 relatif au Diplôme de travaux manuels éducatifs et d’enseignement ménager et certificat d’aptitude à l’enseignement. Modificatif. Décret du 6 septembre 1956. Annexe à l’arrêté du 22 août 1956 fixant le programme du diplôme de travaux manuels éducatifs et d’enseignement ménager. (cf. Vuibert, 1956).

33 Décret du 20 septembre 1961 relatif au classement dans le corps des certifiés des titulaires du certificat d’aptitude à l’enseignement des travaux manuels éducatifs et à l’enseignement ménager, Journal officiel du 23 septembre 1961, p. 8773-8774.

34 cf. circulaire du 15 juillet 1958. Conditions exceptionnelles d’accès au grade des professeurs certifiés, BOEN, no 33, 18 septembre 1958, p. 2611-2612.

35 Décret du 26 novembre 1965 portant création du Centre national de préparation au professorat de travaux manuels, éducatifs et d’enseignement ménager, JO, 2 décembre 1965, BOEN, no 46, 16 décembre 1965, p. 2682.

36 Sauvreneau P., « Travaux manuels éducatifs et enseignements ménagers dans les établissements de jeunes filles », Le travailleur de l’enseignement technique, no 159, 1962, p. 27.

37 L’Hopital M., « Initiation à l’enseignement ménager », L’Éducation nationale, no 34, 6 décembre, 1956, p. 6.

38 Cf. [http://www.dailymotion.com/video/xpn2pe_ateliers-educatifs-a-claireau-video1_creation] ; [http://www. dailymotion.com/video/xpn3iz_ateliers-educatifs-a-claireau-video2_creation].

39 Cf. Association « La vie active » pour le développement du Travail Manuel dans l’éducation, fondée en 1946 par Albert Boekholt. Cette association publie une série d’ouvrages décrivant les différentes techniques, coll. « Vie Active », Les Presses d’Île-de-France.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site