Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement ménager en France

 | 
Joël Lebeaume

Deuxième partie. L’éducation ménagère et les sciences domestiques

Chapitre V. L’obligation de l’éducation ménagère des jeunes filles à la veille et dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au milieu des années 1930, la scolarisation des filles est toujours largement surpassée par celle des garçons, avec cependant des variations importantes dues aux ouvertures de l’enseignement secondaire et à l’accès aux métiers spécifiquement féminins dont l’enseignement, la santé et le travail de bureau. Pour cette période marquée par la création de l’Institut national d’orientation professionnelle (1928), Jean-Michel Chapoulie1 souligne les nombreuses créations d’établissements par l’enseignement technique, permises grâce aux ressources de la taxe d’apprentissage. Ainsi, l’accueil des établissements professionnels féminins pour des formations qualifiantes est-il multiplié par trois entre 1920 et 1938. J.-M. Chapoulie indique aussi le moindre développement des écoles ménagères qui concernent des effectifs plus faibles.

En 1937, alors président de la commission de l’enseignement et du Palais de l’Enseignement à l’exposition universelle – dont le thème est « Arts et Techniques dans la ...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540