Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement ménager en France

 | 
Joël Lebeaume

Deuxième partie. L’éducation ménagère et les sciences domestiques

Chapitre V. L’obligation de l’éducation ménagère des jeunes filles à la veille et dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale

Texte intégral

  • 1 Chapoulie Jean-Michel, L’École d’État conquiert la France, Deux siècles de politique scolaire, Ren (...)

1Au milieu des années 1930, la scolarisation des filles est toujours largement surpassée par celle des garçons, avec cependant des variations importantes dues aux ouvertures de l’enseignement secondaire et à l’accès aux métiers spécifiquement féminins dont l’enseignement, la santé et le travail de bureau. Pour cette période marquée par la création de l’Institut national d’orientation professionnelle (1928), Jean-Michel Chapoulie1 souligne les nombreuses créations d’établissements par l’enseignement technique, permises grâce aux ressources de la taxe d’apprentissage. Ainsi, l’accueil des établissements professionnels féminins pour des formations qualifiantes est-il multiplié par trois entre 1920 et 1938. J.-M. Chapoulie indique aussi le moindre développement des écoles ménagères qui concernent des effectifs plus faibles.

  • 2 Résolution no 2183 déposée le 23 mars 1937. P. Bernège commente ce projet dans la Revue officielle (...)
  • 3 Exposition Internationale de Paris, Arts et Techniques dans la vie moderne, Groupe III, classes 10 (...)

2En 1937, alors président de la commission de l’enseignement et du Palais de l’Enseignement à l’exposition universelle – dont le thème est « Arts et Techniques dans la vie moderne » –, le député radical de la Haute-Garonne, Hippolyte Ducos, ancien sous-secrétaire d’État à l’Éducation nationale, chargé de l’enseignement technique, dépose à la Chambre une proposition de résolution tendant à créer à Paris un institut d’université des sciences domestiques2. L’insuccès de cette démarche révèle l’ambiguïté des responsables politiques vis à vis de l’enseignement ménager. Ce modeste intérêt des hauts responsables est également flagrant lors de cette manifestation qui ne donne lieu à aucune conférence sur le sujet, seulement la présentation par le Groupe d’amélioration de l’habitat familial, en périphérie du Palais de l’enseignement, au sous-sol du musée pédagogique rue d’Ulm, d’une cuisine et d’une buanderie modèles3. Ainsi, malgré la présence de P. Breton, secrétaire et rapporteur adjoint de la sous-section « L’enseignement technique à tous les degrés », les arts ménagers demeurent une promesse pour l’éducation scolaire. Précédant le pavillon de l’enseignement, la statue de quatre mètres de haut, œuvre du sculpteur Leygue, « symbolisant l’Éducation nationale sous les traits d’une femme protégeant de la main la fragile plante, image de l’enfance qui lui est confiée », semble maintenir l’image éternelle de la nature féminine portant en filigrane ses vertus traditionnelles.

Pour la préparation du « métier de ménagère et celui de maman »

  • 4 Cette formulation des textes officiels motivera la contestation sociologique contemporaine car le (...)
  • 5 De Luca Virginie, « Reconquérir la France à l’idée familiale, La propagande nataliste et familiale (...)

3Après « l’explosion sociale » et au temps de la prolongation de l’âge de la scolarité obligatoire à quatorze ans, les textes officiels du Front populaire signés Jean Zay renforcent l’enseignement ménager des jeunes filles à l’école en vue de la préparation au « métier de ménagère et celui de maman4 ». Cette formule exprime l’ambition des promoteurs d’un « enseignement nataliste et familial » dont l’analyse de Virginie De Luca5 révèle l’introduction pour les garçons d’éléments de démographie dans les contenus d’histoire-géographie et pour les filles d’éléments d’hygiène et de puériculture.

  • 6 Loi du 2 août 1918 sur l’organisation de l’enseignement professionnel public de l’agriculture, (JO(...)
  • 7 Décret-Loi du 17 juin 1938 relatif à la formation professionnelle agricole (JO du 26 juin 1938, p. (...)
  • 8 Arrêté du 28 juin 1931 relatif à l’organisation des examens du certificat d’études agricoles et du (...)

4Cette préparation « professionnelle » concerne notamment l’enseignement agricole ménager postscolaire qu’il convient de préciser. Institué vingt ans plus tôt par la loi du 2 août 19186, la partie « l’enseignement aux jeunes filles » – avec la même hiérarchie calquée sur celle des jeunes gens – prévoit notamment des écoles d’enseignement agricole ménager et des écoles agricoles et ménagères temporaires et ambulantes. Sans réel développement jusqu’alors, le décret-loi du 17 juin 19387 rend obligatoire cet enseignement, dispensé à l’école ou par correspondance. La sanction en est le « certificat d’études agricoles ménagères » ou le « certificat d’études agricoles ménagères par correspondance8 » pour les postulantes âgées de plus de 16 ans.

« Article 8 : L’enseignement agricole ménager postscolaire a pour objet d’assurer la formation professionnelle des jeunes filles occupées à des tâches ménagères agricoles et familiales.
Cette formation est donnée aux jeunes filles âgées de plus de 13 ans, dans les écoles publiques rurales... »

  • 9 Châtelain René, « Histoire de la formation professionnelle agricole », Encyclopédie générale de l’ (...)
  • 10 L’École agricole et de laiterie de Coëtlogon devient en 1923 l’École nationale d’agriculture pour (...)
  • 11 Régi par la loi du 18 janvier 1929 relative à l’apprentissage, sous l’autorité du ministère de l’A (...)
  • 12 Charmasson Th., Lelorrain A.-M. et Ripa Y., L’enseignement agricole et vétérinaire..., op. cit.
  • 13 Lembré Stéphane, « Au secours du métier, Les écoles de dentellières en France et en Belgique des a (...)

5Pour Réné Châtelain9, administrateur civil au ministère de l’Agriculture, ce décret est motivé par le faible succès des dispositions de 1918, malgré les initiatives antérieures, dès la fin du XIXe siècle, visant à former des ménagères agricoles : École primaire agricole de Kerliver (1884, Finistère), École de laiterie et de fromagerie de Coëlogon (1886, Ille-et-Vilaine10), École de laiterie de Monastier (1900, Haute-Loire), cours à l’École supérieure d’enseignement agricole et ménager installée à Grignon (1912, Seine-et-Oise) et dans les écoles volantes ou ambulantes qui apportent l’instruction à domicile pour des sessions de trois semaines ou de trois mois11. Thérèse Charmasson, Anne-Marie Lelorrain et Yannick Ripa12 confirment l’échec relatif des formations de ce niveau élémentaire en rapportant la circulaire d’encouragement du 1er août 1923 et le faible effectif concerné qu’ils supposent en relation avec le petit nombre d’enseignantes et le caractère non obligatoire de cet enseignement. Cette désaffection est aussi à mettre en relation avec la priorité de la population rurale pour le travail à domicile, masqué, complémentaire et rémunérateur, ce que montre Stéphane Lembré13.

  • 14 Publiée de 1938-1940 et 1943-1984, puis avec le sous-titre Vie familiale et sociale.

6Au-delà de l’enseignement agricole, la préparation « du métier de ménagère et de maman » concerne toutes les filles. Dans cette phase d’impulsion institutionnelle, une revue soutient alors cet enseignement. Éditée dès 1938 par le groupement des Éditions Professionnelles et Pédagogiques, cette revue pédagogique bimestrielle s’intitule L’éducation ménagère avec le sous-titre Préparation à la vie familiale, professionnelle et sociale14. Il n’est pas anodin que l’éditorial du premier numéro daté de juillet 1938, donne la parole au directeur général de l’enseignement technique (Hippolyte Luc), au directeur de l’enseignement du premier degré et de l’éducation postscolaire (Maximilien Sorre) et au directeur de l’agriculture (Charles Brasart). Il montre en effet l’absence de l’enseignement secondaire.

  • 15 « Fondé en 1922 par Paulette Bernège, l’Institut d’organisation ménagère participe aux différents (...)

7Chacun souligne les enjeux de cette éducation ainsi que l’engagement des institutions qu’il représente. Parmi les auteurs, figurent des membres des corps d’inspection de l’enseignement professionnel de la Seine, de l’enseignement technique, des professeurs dont Gilberte Martraire, des chefs d’établissement comme Mlle Yvonne Quintin, directrice de l’École nationale d’agriculture de Coëtlogon ou les directeurs des Écoles normales supérieures de Fontenay et de l’enseignement technique, des personnalités qualifiées comme Paulette Bernège ou Augusta Moll-Weiss alors présidentes respectivement de la Ligue de l’Organisation Ménagère15 et de la Fédération Française de l’Enseignement Ménager. Y collaborent des docteurs en médecine ou universitaires spécialistes de l’alimentation, de l’hygiène ou du droit ou bien d’autres personnalités comme M. Martraire ingénieur chimiste agricole.

8Les rubriques de cette revue indiquent l’information scientifique destinée aux professeurs à propos notamment des aliments, des phénomènes physicochimiques de leurs transformations et de l’hygiène alimentaire ainsi que, sous la forme de chroniques médicales, juridiques ou documentaires, de l’aluminium à la cuisine, l’allaitement, l’ouverture internationale sur la place des femmes ou la mode au foyer... Les articles de P. Bernège concernent l’organisation et l’aménagement des espaces et des surfaces de travail et ils rapportent des essais d’enseignement, par exemple le chronométrage des actions ménagères en classe. Une rubrique spécifie l’enseignement ménager rural avec des informations sur la terre, le jardinage... La réflexion pédagogique à propos de l’éducation ménagère s’accompagne de pages dédiées au dessin de coupe ou de décoration et aux travaux de lingerie. Mme Perraud-Duban, directrice de l’École professionnelle Élise-Lemonnier et rédactrice en chef de la revue, assure la rubrique « pédagogie de l’éducation ménagère ». Dès le premier numéro, elle fixe et précise les orientations en soulignant qu’elle ne présentera pas de leçons-types :

  • 16 Perraud-Duban Mme, « Introduction à la pédagogie de l’éducation ménagère », L’éducation ménagère, (...)

« S’il est un enseignement qui doit s’inspirer des méthodes actives, c’est bien celui-là. Les matériaux sont d’usage courant, leur acquisition relativement facile, on n’a donc aucune excuse si l’on ne reste pas délibérément dans le domaine du concret. Sauf de très rares exceptions, l’élève ne doit donc être ni spectatrice, ni auditrice, mais active. Le rôle de la maîtresse n’est pas de faire un exposé, mais de combiner minutieusement une sorte de scénario où chaque élève aura, selon son âge, un rôle plus ou moins important à jouer, un rôle actif qui comportera plusieurs exercices bien choisis (observation, expériences, manipulations, partie ou totalité d’un travail utile) dont on s’assurera que l’exécution est parfaite, afin d’acquérir quelques notions exactes et quelques bonnes habitudes, développer certaines aptitudes, provoquer des gestes et réflexes déterminés. Le professeur ressemblera moins à une conférencière qu’à un metteur en scène16. »

9L’illustration de cette pédagogie à propos des céréales précise les manipulations des élèves : mouture de blé, d’orge, d’avoine et de riz, séparation des farines et du son, observation à la loupe des farines, pétrissage puis séparation du gluten et de l’amidon, chauffe de l’amidon dans un tube à essais et observation au microscope des empois cuits, mélange avec de la salive et observation de sa liquéfaction et de la formation de glucose, identification de la présence de sels minéraux ainsi que de lipides dans les farines fraiches. Au fil des numéros, ces leçons de choses expérimentales selon les termes de l’auteur, sont décrites pour l’œuf, les fruits et légumes, les vitamines, les corps gras, les produits lessiviels...

Pour les « futurs devoirs de ménagères et de mères de famille »

  • 17 Muel-Dreyfus Francine, Vichy et l’éternel féminin. Contribution à une sociologie politique de l’or (...)
  • 18 Terfous Fatia, « La politique en faveur de l’éducation physique des jeunes filles sous Vichy, l’œu (...)

10Le régime de Vichy, avec son ambition de Révolution nationale, assigne les futures mères au foyer, selon la célèbre phrase de Robert O. Paxton « Vichy aime mieux les femmes, enceintes de préférence, en chaussons dans leur cuisine. » Francine Muel-Dreyfus17 met en évidence l’enracinement et le processus complexe de cette construction idéologique fondée sur la réactivation de la croyance en un ordre éternel des corps et des fonctions, qui contribue à l’adhésion à ce régime et qui légitime notamment un enseignement spécifique. Comme le rappelle Fatia Terfous18 s’intéressant à l’éducation physique des jeunes filles, de nombreuses lois « visent à mettre sous contrôle la vie sociale et sexuelle des femmes [...] à protéger leur santé et à exalter leur patriotisme en multipliant les maternités ». En ce sens, Jérôme Carcopino, ministre de l’Éducation nationale, décrète pour l’enseignement secondaire des ajustements entre les disciplines (décret du 15 août 1941). Ainsi, jusqu’en classe de première, une heure d’enseignement ménager rem-place-t-elle une heure de gymnastique. L’injonction de ces devoirs féminins se traduit par le renforcement de l’enseignement postscolaire agricole ménager et par la mise en œuvre de l’enseignement ménager familial.

L’enseignement ménager agricole postscolaire

11Les textes de politique éducative fixent cette préparation scolaire et obligatoire aux « futurs devoirs de ménagères et de mères de familles ». La famille, étant comme la ruralité, un des piliers de l’ordre moral institué, la loi du 5 juillet 1941 qui organise l’enseignement agricole public, place alors l’enseignement ménager agricole postscolaire – obligatoire depuis le décret du 17 juin 1938 –, sous l’autorité du ministère de l’Éducation nationale et le contrôle technique du ministère de l’Agriculture.

  • 19 Loi du 5 juillet 1941, relative à l’organisation de l’enseignement agricole public (Charmasson et (...)

« L’enseignement ménager agricole est obligatoire pour les filles de moins de 17 ans qui ne poursuivent pas d’autres études et dont les parents exercent une profession agricole. Il a pour but de fournir aux jeunes filles qui se destinent à l’agriculture un complément de culture générale et de leur assurer une formation professionnelle pratique19. »

  • 20 Châtelain René, « L’enseignement », Économie rurale, no 39-40, 1959, p. 185-206.
  • 21 La première « maison familiale d’apprentissage rural » a été créée en 1935, selon les dispositions (...)
  • 22 Arrêté du ministre de l’Agriculture du 6 juin 1921 portant règlement pour l’examen du brevet agric (...)

12Cet enseignement de base est dispensé dans les classes ambulantes et dans les écoles d’enseignement ménager agricole, établissements dont les professeurs formés à Coëtlogon sont chargés également d’assurer la préparation des institutrices publiques à l’examen d’aptitude à l’enseignement ménager. L’enseignement ménager agricole postscolaire coexiste cependant dans les formations du secteur public et du secteur privé, en raison des deux législations sur « l’enseignement agricole » et sur « l’apprentissage agricole » – selon la loi sur l’apprentissage de 1929 – ce que déplore René Châtelain20. Le nouveau statut de centres d’apprentissage des maisons familiales21 auquel est associée la création en 1941 de l’Union nationale des maisons familiales d’apprentissage rural et ménager rural permet alors la prise en charge de cet enseignement-apprentissage postscolaire par ces institutions de statut privé, proches du milieu professionnel. Leurs enseignantes doivent toutefois attester de leur qualification par le brevet agricole ménager22, délivré par le ministère de l’Agriculture, mentionné par les lois de 1918 et de 1938, et préparé au centre de Coëtlogon.

  • 23 Loi du 12 juin 1943 relative à l’organisation de l’enseignement public agricole (Charmasson et al. (...)

13Les mesures de la loi du 12 juin 194323 réglementent l’enseignement public tout en visant l’alignement des enseignements privés. La première indique que l’enseignement postscolaire obligatoire dure trois ans, à raison de cent heures par an. La deuxième concerne la tutelle qui, au sein du secrétariat d’État à l’Éducation nationale est la direction de l’enseignement primaire. La troisième est la création d’un certificat d’études postscolaires ménagères agricoles délivré conjointement par les deux secrétariats d’État à l’Agriculture et au ravitaillement et à l’Éducation nationale. La quatrième mesure concerne la qualification des enseignantes qui sont des institutrices publiques pourvues du Certificat d’aptitude à l’enseignement ménager agricole (Caema), certification également cosignée par les deux tutelles. Enfin, la dernière mesure précise à la fois que les institutrices privées sont admises à passer ce certificat d’aptitude, et que les élèves des institutions privées le sont pour le certificat d’études postscolaires.

14L’élément important est ainsi la tutelle de la direction de l’enseignement primaire. L’enseignement agricole ménager postscolaire offre alors aux élèves des Écoles normales de filles une poursuite d’études pour cet enseignement spécialisé. La formation est en effet initiée dans les enseignements agricoles de ces établissements, puis elle est complétée par des stages dans des établissements agricoles ou ménagers agricoles du deuxième degré (écoles d’enseignement ménager agricole, école nationale d’enseignement ménager).

L’enseignement ménager familial

  • 24 Loi no 393 du 18 mars 1942 portant organisation de l’enseignement ménager familial. Code de l’ense (...)

15Les mesures pour l’enseignement rural sont généralisées par la loi du 18 mars 194224 dans tous les établissements publics et privés. Avec une désignation différente, « l’enseignement ménager familial » est rendu obligatoire pour les toutes les jeunes filles. Selon l’article 2, il concerne les jeunes filles :

  • des lycées et collèges d’enseignement féminin (y compris les EPS transformés en collèges modernes) pendant sept ans à raison au moins d’une heure par semaine. Une épreuve facultative d’éducation ménagère au baccalauréat est mentionnée ;
  • des collèges techniques ou sections techniques des collèges et dans les écoles nationales professionnelles ainsi que des cours professionnels féminins de commerce, de l’industrie ou de l’artisanat, pendant trois ans, à raison d’au moins cent heures par an ;
  • des écoles publiques donnant exclusivement un enseignement ménager familial, pendant un an, à raison d’au moins trois cents heures par an.

16L’enseignement ménager familial est placé sous le double contrôle du secrétariat d’État à l’Éducation nationale et à la jeunesse et du secrétariat d’État à la Famille et à la santé. Les diplômes spéciaux de professeurs ou monitrices sont délivrés par cette double tutelle et sont désormais exigés pour toutes les personnes chargées dans les écoles et les cours publics ou privés de l’enseignement ménager familial théorique ou pratique. Le texte concernant le conseil de perfectionnement, s’il maintient l’équilibre de la double tutelle, en fixe le secrétariat à la direction de l’enseignement technique chargée de communiquer avec les directions de l’enseignement primaire et de l’enseignement secondaire.

L’âme du foyer ou la reine du foyer chrétien

17Ces textes de loi impulsant la généralisation de l’enseignement ménager n’introduisent pas de modification des contenus. Les items du programme figurant dans la loi du 18 mars 1942 demeurent pratiquement les mêmes qu’antérieurement.

« L’apprentissage de l’entretien de la maison ; L’apprentissage de la confection des vêtements simples et du linge ; Le blanchissage et le repassage ; L’entretien des vêtements et du linge et leur réparation ; La cuisine avec quelques notions de régime ; L’initiation à la psychologie et à la morale familiale ; Une initiation au droit usuel féminin ; Des éléments de comptabilité ménagère ; L’enseignement théorique et pratique de la puériculture ; L’enseignement théorique et pratique de l’hygiène corporelle et de l’hygiène domestique » (Loi du 18 mars 1942).

18Les manuels de cette époque témoignent du maintien des conceptions distinctes de cette intervention éducative longtemps défendue par l’enseignement public, mais également prise en charge par des associations ou groupements privés. Ainsi le manuel Mon foyer rédigé par une directrice et une professeure d’École normale diffuse la nouvelle technicité du ménage :

  • 25 Gauthier-Échard Blanche et Mourey Mlle, Mon foyer, Paris, Istra, 1937. Gauthier-Échard Blanche, Le (...)

« Nous voudrions, en somme libérer la femme d’une besogne mécanique, routinière, pénible et ennuyeuse, et l’éduquer en vue d’un travail vivant, conscient, bien adapté au résultat souhaité, exerçant l’intelligence et l’adresse sans gaspiller les forces et procurant tout autour de lui joie et bonheur25. »

19Sans aucune perspective libératrice, le contenu du « cours d’enseignement ménager » modèle en revanche la « reine du foyer chrétien » au travers du propos de Tante Louise à ses nièces illustré de vignettes comparant la lessive d’autrefois et de l’époque et montrant une jeune femme équipée d’un fer à repasser électrique :

  • 26 Tante Louise, À l’école de Marthe. Cours d’enseignement ménager, Fontaines-sur-Rhône, Robert ; Par (...)

« Les deux sœurs représentent, ici, deux catégories de femmes.
Marthe, nous venons de le voir, c’est la ménagère active, laborieuse, occupée sans cesse du bien être des siens, pourvoyeuse de la maison, providence de la famille, comme le sont vos mamans, comme vous le serez sans doute vous-mêmes un jour. C’est une vie de travail, de peines, de soucis, de tracas de toutes sortes ; mais c’est une vie très méritoire et embellie, d’ailleurs par les joies de la famille et le bonheur qu’elle y fait rayonner.
Marie, elle, représente ces jeunes filles qui ont entendu l’appel divin et qui, renonçant aux joies charmantes de la famille, se consacrent entièrement à Dieu. Ce sont les deux grandes vocations féminines qui prennent naissance dans cette maison de Béthanie. Et si Notre-Seigneur ajoute que Marie “a choisi la meilleure part”, c’est tout simplement parce que cette part est celle de la Croix voulue et acceptée26. »

Pour une « carrière bien féminine »

  • 27 Arrêté du 5 mai 1943, JO du 31 mai 1943 et du 1er juin 1943. En raison de l’insertion incomplète d (...)
  • 28 Anonyme, « Préparation aux examens d’enseignement ménager », Arts ménagers et culinaires, no 4, se (...)

20La généralisation et la mise en place de l’enseignement ménager agricole et ménager familial exigent un grand nombre d’enseignantes spécialisées, que la loi oblige qualifiées pour l’enseignement agricole par un certificat d’aptitude à l’enseignement ménager agricole et pour l’Éducation nationale par le monitorat à l’enseignement ménager familial créé en 194327. L’offre de formation et de préparation aux examens d’enseignement ménager se structure alors. Les nombreuses institutions qui préparent au professorat et au monitorat – à une « carrière bien féminine » selon le commentaire de présentation28 ce qui conforte la professionnalisation spécifique des femmes – sont très diversifiées selon le statut des établissements de l’enseignement public ou privé.

Les établissements publics

  • 29 En 1950, la dénomination de professeur technique adjoint d’enseignement ménager est substituée à c (...)

21L’enseignement technique assure la préparation au monitorat d’enseignement ménager familial et au concours d’entrée aux Écoles normales nationales d’apprentissage (ENNA) de Paris et de Toulouse. Après un stage pédagogique d’une année dans ces écoles, les stagiaires peuvent enseigner dans les centres d’apprentissage. Si elles subissent avec succès le concours de « Chargées de Travaux Pratiques d’Enseignement Ménager29 », elles enseignent dans les collèges techniques de jeunes filles. Ces préparations de deux ans qui exigent le brevet supérieur ou le baccalauréat (ou dans certains cas un niveau correspondant) sont ouvertes dans treize cours préparatoires annexés aux établissements suivants :

  • École Normale Nationale d’Apprentissage de Paris.
  • École Normale Nationale de Toulouse.
  • École Nationale Professionnelle de Poligny (Jura).
  • École Nationale Professionnelle de Vizille (Isère).
  • Collège technique de Tourcoing.
  • Collège technique de Reims.
  • Collège technique de Nancy.
  • École Normale ménagère à Strasbourg.
  • Section technique des collèges modernes de Besançon, Rennes et Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir).
  • Collège technique de Clermont-Ferrand.
  • Centre d’apprentissage de Lyon-Vaise.
  • 30 Cours normal d’enseignement ménager de la ville de Paris : 28 rue Debelleyme à Paris 3e.

22Dans sa longue tradition, l’enseignement public de la Seine forme également ses professeurs spéciaux d’enseignement ménager des écoles primaires et des cours complémentaires de la Seine. Créé dès octobre 1904, rue des Minîmes, à Paris, ce cours normal est transféré rue Debelleyme en 1920. Vers 1930, il accueille non seulement ces futurs professeurs de la ville de Paris, mais aussi les postulantes se destinant à l’École normale de l’enseignement technique et les candidates au certificat d’aptitude à l’enseignement du travail manuel dans les lycées et collèges30.

23La formation de deux ans est ouverte aux titulaires du baccalauréat, du brevet supérieur ou du diplôme de fin d’études secondaires. Les postulantes sont admises sur concours qui comporte une épreuve de sciences (physique ou chimie ou histoire naturelle) se rapportant directement à l’enseignement ménager, un devoir de français et une épreuve de couture, enfin une question orale de sciences. Ce diplôme de la ville de Paris donne la possibilité d’avoir des suppléances dans les écoles parisiennes. Les suppléantes peuvent se présenter à un concours de titularisation avec une année de stage puis un examen pédagogique. La préparation permet également de se présenter au diplôme d’État de monitrice d’enseignement ménager.

  • 31 Cf. Charmasson et al., L’enseignement agricole, 150 ans d’histoire..., op. cit., p. 82 et 103.

24Enfin, pour l’enseignement ménager agricole, l’École féminine de Coëtlogon-Rennes devenue en 1941 l’École nationale d’enseignement ménager agricole, constitue la référence pour l’enseignement rural. Elle prépare en deux ans le diplôme de professeur d’enseignement ménager agricole du ministère de l’Agriculture. Ses élèves sont titulaires du baccalauréat ou du brevet supérieur et admises sur concours31.

25Cette école des cadres de l’enseignement agricole accueille également les institutrices qui dispensent l’enseignement postscolaire ménager agricole dans les écoles ménagères fixes ou ambulantes. Les épreuves du brevet agricole, exigé pour cet exercice professionnel, sont définies par l’arrêté du 6 juin 1921. Il comporte deux épreuves écrites, une composition sur une question d’agriculture (agriculture proprement dite, animaux de la ferme, basse-cour, jardinage, laiterie) et une composition sur une question d’économie domestique, d’hygiène ou de puériculture. Les deux épreuves pratiques, dont le coefficient est double, concernent pour la première l’horticulture, la basse-cour, la laiterie-fromagerie et, pour la seconde l’économie domestique, la cuisine, le blanchissage, le repassage ou la couture c’est-àdire, raccommodage, coupe, tricotage.

Les institutions privées

26À ces formations de l’enseignement public, s’adjoignent celles des institutions privées, nombreuses en province et à Paris. Leur offre de formation, généralement payante, est large. Sont ainsi proposés des sections spécialisées pour les maîtresses de maison, des initiations rapides, des journées familiales ménagères, des préparations pour les « sœurs ainées » (à partir de 14 ans) et des cours de jour ou du soir en coupe, cuisine, puériculture. Cependant la mission principale de ces institutions est la préparation au diplôme d’État de monitrice afin de répondre au grand besoin d’enseignantes.

  • 32 École normale de formation familiale et ménagère : 11 rue Férou Paris 6e.
  • 33 Cf. Fraboulet Danièle, Quand les patrons s’organisent, Stratégies et pratiques de l’Union des indu (...)
  • 34 Mentionné par Aballéa François, Benjamin Isabelle et Ménard François, Le métier de conseillère en (...)
  • 35 Desmoulin L., Rôle social de l’enseignement ménager, Paris, Blond et Gay, 1942. Desmoulin L., Mori (...)
  • 36 Diebolt Évelyne, « Les femmes engagées dans le monde associatif et la naissance de l’État providen (...)
  • 37 La rédactrice en chef en est Mlle de Lamaze, conseillère technique à la Direction générale de la p (...)

27L’une des institutions les plus importantes est l’École normale de formation familiale et ménagère de la rue Férou32. Cet établissement est l’école des cadres de la Caisse de Compensation de la région parisienne, ancêtre de la caisse d’allocations familiales. Créée le 1er mars 192033, la caisse de compensation fonde sa première école ménagère et un service social en 192134. Madeleine Hardouin (1882-1960), diplômée de l’école des surintendantes, dirige ce service de 1921 à 1948. Elle organise des cours du soir gratuits pour les jeunes filles d’âge postscolaire et pour les jeunes femmes afin d’une part de développer leurs connaissances en matière de puériculture, hygiène, cuisine et ainsi diminuer les risques de maladies et d’autre part d’enseigner l’économie du temps et de l’argent. Le cycle comprend des cours enseignés en trois années qui peuvent être sanctionnés par un certificat de monitrice d’enseignement ménager familial délivré par le ministère de la Santé. Sa collaboratrice fortement engagée dans cette action sociale, Mlle L. Desmoulin35, crée cette École normale de la rue Férou qui forme 168 professeurs d’enseignement ménager recensés en 194836. Le développement de cette formation est assuré au sein de l’Union nationale des caisses d’allocations familiales créée en 1947, qui publie la revue L’école ménagère française de 1953 à 1970, contribuant à la formation continuée des personnels37.

  • 38 Institut familial ménager : 12 rue Monsieur, Paris 7e. Il est aussi désigné par Institut social et (...)

28Le projet éducatif intégral par rapport à la personnalité des élèves est au cœur de la formation de l’importante institution catholique : l’Institut familial ménager38.

  • 39 Cf. [http://www.institut-rue-monsieur.org/_L_Historique_CMS.html].

« Fondé en 1911, il est installé rue Monsieur le 7 mars 1923 (année du 3e congrès international d’enseignement ménager tenu à Paris et auquel l’institut prend une part active) et est soutenu par le député de la Haute-Marne, Jacques Marcellot – initiateur d’une caisse d’allocations familiales en Champagne – et par le Cardinal Archevêque de Paris qui demande à la société des filles du Cœur de Marie d’en prendre la direction. L’ambition de l’association de travailler à la restauration de la famille dans tous les milieux et donc d’assurer une formation morale et pratique, est soutenue par des industriels du Nord qui offrent le local, soucieux des intérêts de leurs ouvriers et déplorant l’ignorance des femmes qui, entrées à l’usine au sortir de l’école, ne savent ni employer judicieusement leurs salaires, ni créer un intérieur agréable, ni élever sainement leurs enfants39. »

  • 40 Après Savennières, l’École supérieure féminine d’agriculture et École ménagère est installée à La (...)

29Cet institut est en relation avec l’École normale supérieure agricole et ménagère de Savennières (Maine-et-Loire) qui forme les personnels des établissements privés – les maisons familiales notamment – habilités par le ministère de l’Agriculture. L’ouvrage de Mlle Yvonne Trouard Riolle40 Pour préparer le bonheur de votre foyer rassemble les contenus d’enseignement concernant toutes les activités ménagères et agricoles dans ses deux parties consacrées à la maison et aux dépendances.

30D’autres établissements privés dispensent ces formations dont les orientations spécifiques sont suggérées par leurs localisations et leurs caractéristiques.

  • École technique Saint-Honoré : 117 avenue Victor Hugo, Paris 15e.
  • École de haut enseignement ménager : Musée social, 5 rue Las Cases, Paris 7e, fondée en 1930 par Paulette Bernège et la Ligue d’organisation ménagère.
  • École ménagère de la Plaine Monceau : 9 boulevard de Courcelles, Paris 8e.
  • École ménagère La maison heureuse qui dépend de l’école technique privée Albert de Mun : 3 square Oudinot, Paris 7e.
  • École ménagère de la rue de l’Abbaye ou Centre école d’éducation familiale et ménagère de l’Abbaye : 3 rue de l’Abbaye, Paris 6e, dirigée par Sœur Milcent (Fille de la charité des Sœurs de Saint-Vincent de Paul) et créée en 1903 par l’Association pour favoriser le développement des syndicats professionnels de femmes.
  • Cours normal de formation familiale et ménagère : 49 rue Bobillot, Paris 13e, dirigée par les Sœurs de Saint-Vincent de Paul.
  • 41 Cf. Sabourin Lucien, « Les écoles d’agriculture », Arts ménagers, no 76, avril, 1956, p. 158-161.

31En Province, des écoles ménagères privées préparent également en deux ans, les monitrices d’enseignement ménager agricole ou ménager familial, admises avec les mêmes conditions de diplôme (baccalauréat ou brevet élémentaire). La sanction est soit le Diplôme de Monitrice d’Enseignement Ménager Rural de la Confédération Nationale de la Famille Rurale41, soit le Diplôme d’État de Monitrice d’Enseignement Ménager Familial. À Marseille, la Cadenelle est un de ces lieux importants.

  • 42 Cf. [http://www.provence-formation.fr/association/historique-de-l-association].

« À Marseille, installé d’abord rue St Jacques puis dans le château de la Cadenelle, le Centre Provençal d’Enseignement Ménager, soutenu par des industriels, est fondé en 1932 par Mademoiselle Charlotte Grawitz (1903-1998). Fortement engagée dans l’action sociale dès le début des années 1920, C. Grawitz se forme à l’institut de la rue Monsieur, et diffuse les pratiques ménagères auprès des femmes accueillies à la Cadenelle. Au début des années 1940, la qualité de la formation des monitrices attire l’attention de Mademoiselle Jeanne Simonin, inspectrice générale de l’enseignement technique, qui sollicite sept professeurs pour mettre en place l’enseignement ménager familial rendu obligatoire, dans les écoles techniques42. »

32À la veille de la Libération, l’enseignement ménager est impulsé. Divers établissements publics et privés assurent la formation des personnels qualifiés aux nouveaux métiers de professeurs ou de monitrices. La caractéristique principale de ces préparations est la haute exigence du recrutement et de la formation pour maîtriser les connaissances très étendues des sciences domestiques et préparer des spécialistes reconnues et incontestables des activités féminines. Simultanément, ces enseignantes présentent et représentent l’image des femmes instruites des travaux domestiques et garantes de la vie familiale.

33La distinction entre l’enseignement agricole ménager postscolaire et l’enseignement ménager familial, leurs doubles tutelles respectives ainsi que la diversité des institutions assurant la préparation aux certificats d’exercice du monitorat et du professorat, donnent un paysage particulièrement confus de l’enseignement ménager rendu obligatoire. Son organisation est nécessaire.

Notes

1 Chapoulie Jean-Michel, L’École d’État conquiert la France, Deux siècles de politique scolaire, Rennes, PUR, 2010, p. 264-269.

2 Résolution no 2183 déposée le 23 mars 1937. P. Bernège commente ce projet dans la Revue officielle du Salon des Arts Ménagers, juin 1937.

3 Exposition Internationale de Paris, Arts et Techniques dans la vie moderne, Groupe III, classes 10, 11, 12, 13, Formation artistique et technique, Saint-Gaudens, Vanin-Fauré, 1937.

4 Cette formulation des textes officiels motivera la contestation sociologique contemporaine car le milieu populaire en constitue le public désigné.

5 De Luca Virginie, « Reconquérir la France à l’idée familiale, La propagande nataliste et familiale à l’école et dans les casernes (1920-1939) », Population, vol. 60, no 1-2, 2005, p. 13-38.

6 Loi du 2 août 1918 sur l’organisation de l’enseignement professionnel public de l’agriculture, (JO du 4 août 1918) Le bulletin législatif Dalloz, 1918, p. 524-528, Gallica bibliothèque numérique.

7 Décret-Loi du 17 juin 1938 relatif à la formation professionnelle agricole (JO du 26 juin 1938, p. 7324), Le bulletin législatif Dalloz, 1938, p. 469-471, Gallica bibliothèque numérique.

8 Arrêté du 28 juin 1931 relatif à l’organisation des examens du certificat d’études agricoles et du certificat d’études agricoles ménagères (JO du 10 février 1931, p. 1716), Le bulletin législatif Dalloz, 1931, p. 29, Gallica bibliothèque numérique. Arrêté du 14 mai 1947, certificat décerné après examens aux candidates qui atteignent l’âge de 17 ans dans l’année et qui ont fréquenté avec assiduité pendant trois ans un cours postscolaire public ou privé.

9 Châtelain René, « Histoire de la formation professionnelle agricole », Encyclopédie générale de l’éducation française, La formation professionnelle, Paris, Rombaldi. 1954a, p. 76-80. Voir aussi Châtelain R., L’agriculture française et la formation professionnelle, Paris, Sirey, 1953.

10 L’École agricole et de laiterie de Coëtlogon devient en 1923 l’École nationale d’agriculture pour jeunes filles, Établissement sous la tutelle du ministère de l’Agriculture. cf. Charmasson Th. et al., L’enseignement agricole, 150 ans d’histoire... op. cit. et film documentaire muet sur l’enseignement ménager agricole, daté de 1929, Institut National de l’Audiovisuel [disponible, http://www.ina.fr/art-et-culture/gastronomie/video/VDD09005612/le-centre-denseignementagricole-et-menager-decoetlogon-rennes.fr.html].

11 Régi par la loi du 18 janvier 1929 relative à l’apprentissage, sous l’autorité du ministère de l’Agriculture. cf. Palméro J., Histoire des institutions et des doctrines pédagogiques par les textes, Paris, SUDEL, 1955, p. 360.

12 Charmasson Th., Lelorrain A.-M. et Ripa Y., L’enseignement agricole et vétérinaire..., op. cit.

13 Lembré Stéphane, « Au secours du métier, Les écoles de dentellières en France et en Belgique des années 1830 aux années 1930 », Histoire de l’éducation, no 123, juillet-septembre, 2009, p. 45-70.

14 Publiée de 1938-1940 et 1943-1984, puis avec le sous-titre Vie familiale et sociale.

15 « Fondé en 1922 par Paulette Bernège, l’Institut d’organisation ménagère participe aux différents congrès de l’organisation scientifique du travail qui préparent la naissance du CNOF puis, en 1929, à la création au sein du CNOF d’une section « économie domestique ». Financé au départ par une entreprise de commercialisation des appareils ménagers, cet institut devient en 1925 la Ligue de l’organisation ménagère. » (cf. Henry O., « Henry Le Chatelier et le taylorisme », art. cit., p. 5.)

16 Perraud-Duban Mme, « Introduction à la pédagogie de l’éducation ménagère », L’éducation ménagère, no 1, juillet, 1938, p. 14.

17 Muel-Dreyfus Francine, Vichy et l’éternel féminin. Contribution à une sociologie politique de l’ordre des corps, Paris, Seuil, 1996.

18 Terfous Fatia, « La politique en faveur de l’éducation physique des jeunes filles sous Vichy, l’œuvre de Marie-Thérèse Eyquem (1940-1944) », Carrefours de l’éducation, no 30, 2010, p. 144.

19 Loi du 5 juillet 1941, relative à l’organisation de l’enseignement agricole public (Charmasson et al., 1992, p. 446-451).

20 Châtelain René, « L’enseignement », Économie rurale, no 39-40, 1959, p. 185-206.

21 La première « maison familiale d’apprentissage rural » a été créée en 1935, selon les dispositions de la loi de 1929 qui reconnaissait le droit à chaque exploitant de donner lui-même à son enfant l’enseignement confessionnel complémentaire de la formation pratique. L’abbé Granereau avait alors interprété cette possibilité, plusieurs chefs de famille paysans peuvent déléguer ce droit d’enseignement à un même éducateur de leur choix. Cet enseignement est dès lors dispensé par un éducateur dans une « maison » créée et gérée par cette association de parents, la formation pratique continuant à être assurée par chacun d’entre-eux sur la ferme familiale.

22 Arrêté du ministre de l’Agriculture du 6 juin 1921 portant règlement pour l’examen du brevet agricole ménager. (Charmasson et al., 1992, p. 396).

23 Loi du 12 juin 1943 relative à l’organisation de l’enseignement public agricole (Charmasson et al., 1992, p. 451).

24 Loi no 393 du 18 mars 1942 portant organisation de l’enseignement ménager familial. Code de l’enseignement technique, p. 52-53. Art. 1er : « L’enseignement ménager familial est obligatoire pendant 7 ans à raison au moins d’une heure par semaine. »

25 Gauthier-Échard Blanche et Mourey Mlle, Mon foyer, Paris, Istra, 1937. Gauthier-Échard Blanche, Le livre de la maison, Ménage, cuisine, hygiène, puériculture. Programme du 2e cycle, Paris, Istra, 1934. Gauthier-Échard Blanche et Mourey Mlle, Mon foyer, Cours complémentaire, collèges, Programme du 2e cycle, Cours postscolaires ménagers, Paris, Istra, 1947, préface.

26 Tante Louise, À l’école de Marthe. Cours d’enseignement ménager, Fontaines-sur-Rhône, Robert ; Paris, Hatier et Vitte, vers 1940, p. II-III.

27 Arrêté du 5 mai 1943, JO du 31 mai 1943 et du 1er juin 1943. En raison de l’insertion incomplète de l’arrêté dans le Journal Officiel, l’ensemble des dispositions est diffusé par la circulaire no 56 publiée dans la revue L’enseignement technique, no 53-54-55, avril, mai, juin 1943, p. 36-45.

28 Anonyme, « Préparation aux examens d’enseignement ménager », Arts ménagers et culinaires, no 4, septembre-octobre, 1949, p. 58-59 et 64.

29 En 1950, la dénomination de professeur technique adjoint d’enseignement ménager est substituée à celle de chargée de travaux pratiques d’enseignement ménager pour l’économie domestique et la cuisine. De même, la dénomination de professeur technique adjoint d’enseignement social est substituée à celle de chargée de travaux pratiques d’enseignement ménager pour l’hygiène, la puériculture, la législation sociale et ouvrière. Arrêté du 16 janvier 1950, BOEN, no 5 du 2 février 1950, p. 377.

30 Cours normal d’enseignement ménager de la ville de Paris : 28 rue Debelleyme à Paris 3e.

31 Cf. Charmasson et al., L’enseignement agricole, 150 ans d’histoire..., op. cit., p. 82 et 103.

32 École normale de formation familiale et ménagère : 11 rue Férou Paris 6e.

33 Cf. Fraboulet Danièle, Quand les patrons s’organisent, Stratégies et pratiques de l’Union des industries métallurgiques et minières 1901-1950, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2007, p. 236 : « La caisse est, dès lors, placée sur le terrain interprofessionnel. Association loi 1901, elle est administrée par une commission de gestion présidée par son fondateur, le président du GIM Pierre Richemond. Elle connaît un succès croissant auprès des métallurgistes et des PME, elle compte 480 entreprises en juillet 1920, 2 350 en décembre 1930 et 19 500 en 1936, En 1932, plus de la moitié des établissements de la métallurgie en fait partie. »

34 Mentionné par Aballéa François, Benjamin Isabelle et Ménard François, Le métier de conseillère en économie sociale familiale, Professionnalité et enjeux, Paris, La Découverte, 2003, p. 28.

35 Desmoulin L., Rôle social de l’enseignement ménager, Paris, Blond et Gay, 1942. Desmoulin L., Morin Jeanne, L’enseignement ménager familial dans les entreprises, Paris, ESF, 1944.

36 Diebolt Évelyne, « Les femmes engagées dans le monde associatif et la naissance de l’État providence », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 53, 1999, p. 13-26. Voir aussi, Poujol Geneviève et Romer Madeleine, Dictionnaire biographique des militants XIXe-XXe siècles, De l’éducation populaire à l’action culturelle, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 187. Rollet-Échalier Catherine, La politique à l’égard de la petite enfance sous la IIIe République, Paris, INED-PUF, Travaux et documents, Cahier 127, 1990, p. 414, note 445.

37 La rédactrice en chef en est Mlle de Lamaze, conseillère technique à la Direction générale de la population et de l’entraide (co-auteur avec G. Mathiot de nombreux ouvrages). Le comité de rédaction réunit des personnalités, Mme Fritsch, inspectrice générale de l’enseignement technique ; Mme Delaveau, directrice de l’École normale d’enseignement ménager, Mlle Cordelier, conseillère d’orientation ; Mme Compain, professeur et auteur d’ouvrages scolaires.

38 Institut familial ménager : 12 rue Monsieur, Paris 7e. Il est aussi désigné par Institut social et familial ou Institut social familial et ménager, puis par Institut Supérieur Clorivière est transféré en 2007 sur le site Eugène Napoléon dans l’Est parisien.

39 Cf. [http://www.institut-rue-monsieur.org/_L_Historique_CMS.html].

40 Après Savennières, l’École supérieure féminine d’agriculture et École ménagère est installée à La Beuvrière de 1949 à 1968. L’École supérieure de la Beuvrière est reconnue par l’État par l’arrêté du 10 juin 1964. Yvonne Trouard Riolle, première femme ingénieur-agronome en France est la directrice de l’École supérieure agricole et ménagère de la Beuvrière. Auteur d’ouvrages sur les plantes médicinales, elle est docteur es-sciences et agrégée de l’université. Ses cours élémentaire et supérieur sont publiés de 1935 à 1957.

41 Cf. Sabourin Lucien, « Les écoles d’agriculture », Arts ménagers, no 76, avril, 1956, p. 158-161.

42 Cf. [http://www.provence-formation.fr/association/historique-de-l-association].

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site