Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement ménager en France

 | 
Joël Lebeaume

Deuxième partie. L’éducation ménagère et les sciences domestiques

Chapitre IV. Pour l’éducation ménagère et des sciences impliquées dans l’après Grande Guerre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les travaux et responsabilités assumés par les femmes pendant le premier conflit mondial, favorisent surtout l’ouverture de professions jugées féminines. En effet, Rose-Marie Lagrave1 pointe l’appareil idéologique qui, au travers de l’ouverture des nouvelles professions et d’un nouveau salariat, maintient l’écart de positions entre hommes et femmes dans le travail et par conséquent dans l’éducation. En ce sens, La Comtesse de Gencé2 signale que « de jour en jour, l’accès de la femme aux fonctions publiques ou privées est facilité. » Mais, dans « la liste des professions auxquelles on emploie, de préférence, les femmes » – au delà des activités d’enseignement, des emplois de bureau et de commerce – sont surtout signalés les travaux fins et minutieux dans les domaines des textiles, du papier, de l’alimentation... Concernant l’enseignement ménager, les discours d’après-guerre n’affirment que très timidement ces évolutions et ils ne changent pas radicalement ses ambitions, seulement à p...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540