Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement ménager en France

 | 
Joël Lebeaume

Première partie. Naissance et organisation d’un enseignement féminin

Chapitre I. Découvrir les contenus de cette action éducative

Texte intégral

  • 1 Jost G., « Économie domestique », Ferdinand Buisson (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruc (...)
  • 2 Décret du 23 juillet 1974.
  • 3 Olson Suzan J, “Home Economics Education, A Review of the Literature on the Impact of a decade of (...)
  • 4 Knibiehler Yvonne, « L’éducation sexuelle des filles au XXe siècle », CLIO, Histoire, femmes et so (...)

1L’article « économie domestique » du premier dictionnaire Buisson (1882) considère que cet enseignement « aura aussi sa place dans l’école de garçons1 ». L’ambition, le vœu ou l’espoir de l’auteur s’avèrent vains car seules les filles sont concernées pendant près d’un siècle. L’enseignement ménager scolaire – ou ses dernières traces – ne devient mixte qu’après la loi Haby et ses décrets d’application qui introduisent la mixité pour la première fois (1976). Il est alors inséré parmi les domaines d’activités de « l’éducation manuelle et technique » (EMT) du collège unique en 1977. Cette innovation fait suite à la création en 1974 d’un secrétariat d’État à la Condition féminine « chargé de promouvoir toutes mesures destinées à améliorer la condition féminine, à favoriser l’accès des femmes aux différents niveaux de responsabilité dans la société française et à éliminer les discriminations dont elles peuvent faire l’objet2 ». Dans ce nouvel esprit qu’accompagne aussi la première « journée internationale de la femme » célébrée par l’Organisation des Nations Unies » lors de l’année internationale de la femme, en 1975, la version mixte de l’enseignement ménager marque la période de transition – entre un enseignement à référence domestique puis sociale – signalée par les analyses américaines3. Plus fondamentalement, la période de transition initie une rupture dans les normes de genre, ce que caractérise également Yvonne Knibiehler4 à propos de l’éducation sexuelle.

  • 5 Thébaud Françoise (dir.), Histoire des femmes en Occident, Le XXe siècle, Paris, Plon, 2002, p. 58 (...)
  • 6 Battagliola Françoise, Histoire du travail des femmes, Paris, La Découverte, 2004.
  • 7 Clark Linda L., Schooling the Daughters of Marianne, Texbooks and the Socialization of Girls in Mo (...)
  • 8 Rogers Rebecca, « L’éducation des filles, un siècle et demi d’historiographie », Histoire de l’édu (...)
  • 9 Schibler Tamlin, Fées du logis, L’enseignement ménager dans le Canton de Vaud de 1834 à 1934, Laus (...)

2L’investigation de l’enseignement ménager s’inscrit ainsi dans l’histoire des femmes dont Françoise Thébaud5 précise le renouvellement des approches contemporaines par les historiennes qui croisent l’évolution conjointe des rapports femmes-hommes. En raison des rapports entre enseignement ménager et labeur domestique, cette histoire s’inscrit également dans l’histoire du travail des femmes. Françoise Battagliola6 met en évidence la construction sociale de la position dominée des femmes dès le début de l’industrialisation. La fin du XIXe siècle maintient ainsi le travail féminin dans une position subalterne que n’efface pas la première Guerre avec d’abord, leurs emplois les moins qualifiés dans les usines au temps du front, puis les exigences natalistes et hygiénistes associées au bouleversement démographique. L’essor du secteur tertiaire de l’entre-deux-guerres correspond, dans le même esprit, à la dévolution de fonctions auxiliaires et au développement de métiers dits féminins que la crise économique maintient au second plan. Pour F. Battagliola, le travail des femmes et l’emploi féminin s’adossent à la mobilité sociale ascendante des hommes et constituent une variable d’ajustement accréditée par les politiques publiques tout au long du XXe siècle. Avec cette perspective sociopolitique, l’histoire de l’enseignement ménager s’inscrit pleinement dans l’histoire de l’éducation et de la formation des filles. Dans le chapitre conclusif de son analyse fine des contenus et des images des manuels scolaires, Linda Clark7 repère les très lentes évolutions de la transformation de la condition féminine et donc la force des rapports sociaux ainsi diffusés. Rebecca Rogers8 en analyse l’historiographie et souligne les évolutions françaises et l’influence anglo-américaine. Elle note l’impact de l’ambition laïque voire anticléricale des études de la fin du XIXe siècle, puis celui des orientations d’une histoire sociale, enfin l’orientation d’une histoire du genre avec l’exploration de la construction des identités sexuées. Elle mentionne en ce sens l’intérêt d’un croisement de ces travaux avec l’histoire des enseignements. Dans cette perspective, l’enseignement ménager est l’un des contenus scolaires susceptible de dévoiler ce qu’elle désigne par le « sexe de certains savoirs scolaires », expression qui fait écho à la désignation usuelle de l’enseignement ménager dans le canton de Vaud « l’enseignement des ouvrages du sexe9 ».

L’évidence des vertus de la vie domestique et des talents utiles

  • 10 Lelièvre Claude et Lelièvre Françoise, Histoire de la scolarisation des filles, Paris, Nathan, 199 (...)

3De nombreux travaux ont montré les successifs enjeux de « l’importance de bien élever les filles » selon les termes du titre du premier chapitre du traité de Fénelon. Claude et Françoise Lelièvre10 écrivent ainsi l’histoire de la scolarisation des filles en identifiant trois préoccupations successives : l’éducation religieuse d’Église, l’éducation socio-politique d’État puis l’insertion professionnelle des femmes dans le monde du travail. À la fin du XIXe siècle, la construction de l’édifice scolaire républicain correspond à cette éducation socio-politique d’État fondée sur les réflexions des pionniers de ce combat égalitaire qu’ont été Condorcet, Fourier... mais dont l’expression cristallise un rôle qu’exprimait par exemple le projet de décret de septembre 1791 :

  • 11 cité par Gréard Octave, Éducation et instruction, Paris, Hachette, 1887, p. 332.

« Toutes les instructions données aux filles dans les maisons d’éducation publique tendront particulièrement à les préparer aux vertus de la vie domestique et aux talents utiles dans le gouvernement de la famille11. »

  • 12 Mayeur Françoise, De la Révolution à l’école républicaine, Histoire générale de l’enseignement et (...)

4Les analyses historiques s’accordent pour montrer l’émergence au cours du XIXe siècle, du rôle et du destin des femmes associées à l’enfant et à la famille. Françoise Mayeur12 indique en ce sens que l’éducation des filles longtemps fondée sur la ségrégation en raison de leur infériorité présumée, change au cours du XIXe siècle grâce à l’hypothèse de la différence. Au tournant du XXe siècle, l’enseignement ménager devient ainsi une exigence pour toutes les filles. Les cours ou écoles nouvellement créées par des associations ouvrières, religieuses, agricoles ou patronales participent d’un projet social et éducatif nuancé. D’une façon simplificatrice, il s’agit de transmettre en milieu populaire les valeurs d’ordre, d’épargne, de prévoyance et d’hygiène, de retenir les jeunes filles rurales en mettant l’accent sur leurs responsabilités et les moyens d’améliorer leur qualité de vie et, dans les milieux plus aisés de promouvoir les pratiques de la maîtresse de maison.

  • 13 Aron Jean-Paul (dir.), Misérable et glorieuse La femme du XIXe siècle, Paris, Complexe, 1984.
  • 14 Martin-Fugier Anne, « La maîtresse de maison », Jean-Paul Aron (dir.), Misérable et glorieuse. La (...)
  • 15 Rebérioux Madeleine, « L’ouvrière », Jean-Paul Aron (dir.), Misérable et glorieuse La femme du XIX(...)

5Les textes présentés par Jean-Paul Aron13 soulignent la définition de ce nouveau personnage qu’est la femme d’intérieur, ménagère ou maîtresse de maison, « gardienne de la prospérité familiale et nationale14 ». Ce modèle féminin s’impose également aux ouvrières qui constituent la main-d’œuvre nécessaire à la révolution industrielle et à « la triomphale industrialisation capitaliste15 ». Il s’impose aussi aux filles de la terre.

  • 16 Barbier Jean-Marie, Le quotidien et son économie. Essai sur les origines historiques et sociales d (...)

6D’une façon complémentaire, Jean-Marie Barbier16 qui analyse la genèse progressive de l’économie domestique ou familiale depuis le XVIe siècle et sa distinction de l’économie politique, pointe l’identification du ménage en tant que modèle effectif de conduite économique et sociale avec la codification de la division des tâches selon le sexe. Pour J.-M. Barbier, la seconde partie du XIXe siècle est marquée par la définition de l’économie familiale – distincte de l’économie domestique et rurale traditionnelle – éclatant le couple initial production-consommation et focalisant les activités d’entretien et du développement des individus avec l’apparition du type social de la ménagère. Cette émergence de l’économie familiale tend alors à instituer le travail ménager, le travail reproductif, éducatif et domestique, dans l’espace privé, en tant que labeur non marchand. De ce point de vue socio-politique, à cette entreprise d’apprivoisement qui accompagne la division sociale du travail et l’économie capitaliste naissante, s’adjoignent des dispositions réglementaires concernant notamment la succession familiale ou la protection de l’enfance.

L’enrôlement de la maîtresse de maison, de la ménagère ouvrière et de la fermière

  • 17 Ibid.
  • 18 Del Re Alisa, Les femmes et l’État-providence, les pratiques sociales en France dans les années tr (...)
  • 19 Marie-France (1944) ; Elle (1945) ; Femmes d’aujourd’hui (1950) ; Marie-Claire (1954). Ross Kristi (...)
  • 20 Moll-Weiss Augusta, Le livre du foyer, Paris, Armand Colin, 1910.
  • 21 Chancrin Ernest et Faideau Ferdinand (dir.), Larousse ménager, Dictionnaire illustré de la vie dom (...)
  • 22 Breton Paul (dir.), L’Art ménager français, Paris, Flammarion, 1952.
  • 23 L’équivalent est créé en Suisse en 1928 avec la désignation « Exposition suisse du travail féminin (...)
  • 24 Placé sous le haut patronage des ministres de la Santé publique et de l’Éducation nationale et de (...)
  • 25 Clark Linda L., “The socialization of girls in the primary schools of the Third Republic”, Journal (...)
  • 26 Thuillier Guy, L’imaginaire quotidien au XIXe siècle, Paris, Economica, 1985.
  • 27 Heller Geneviève, Propre en ordre, Habitation et vie domestique 1850-1930, l’exemple vaudois, Laus (...)
  • 28 Schibler T., Fées du logis, op. cit.

7Les interventions éducatives scolaires ne sont pas disjointes d’actions non scolaires. En effet, de nombreux travaux mentionnent l’existence simultanée de livres, revues et journaux destinés aux ménagères. Ceux-ci diffusent les conseils et savoirs relatifs à l’ensemble de la vie quotidienne qui sont aussi valeurs, normes d’action et règles. Trois périodes sont généralement distinguées, 1880-1914 avec la mise en scène de la maîtresse de maison dans de nombreux textes17, l’entre-deux-guerres avec l’amplification de ces publications d’éducation ménagère qui valorisent la femme qui sait tout faire18 et l’explosion de la modernité au tournant des années 1960 avec la large diffusion de la presse féminine19. Parmi l’abondante littérature féminine, trois ouvrages encyclopédiques témoignent de ces trois temps : Le livre du foyer20, le Larousse ménager, dictionnaire illustré de la vie domestique21 et l’Art ménager français22. Il s’agit alors d’un large mouvement culturel auquel adhère le grand public avec le succès du salon des arts ménagers23 et du « concours de la meilleure ménagère de France24 » créé en 1936 puis celui de la « fée du logis » organisé en 1948 par l’Union Nationale des Caisses d’Allocations Familiales. L’enseignement ménager est ainsi une importante entreprise de socialisation25 née pour la « réforme des gestes26 » de l’école de la République et répondant aux multiples enjeux politiques et socioéconomiques que représentent d’abord la femme-épouse-mère, la fermière et l’ouvrière et leur double profession, puis la consommatrice avisée. Ces figures féminines contribuent d’une part à l’existence de la famille et des femmes et d’autre part à la généralisation de nouvelles règles de vie normalisées par tout un ensemble d’innovations techniques introduites dans un habitat qui s’améliore, se ferme, s’équipe et s’optimise. À cet égard, Geneviève Heller27 met au jour le processus complexe, d’insertion et d’apprentissage de la propreté, considérée comme vertu nationale en Suisse. Dans le même sens, Tamlin Schibler28 note que parallèlement à l’introduction des connaissances scientifiques, l’intérieur des appartements est repensé par les hygiénistes :

  • 29 Ibid., p. 39.

« Pour supprimer les nids à poussière, on recommande de privilégier le blanc, le lisse et le peu encombré au détriment des lourdes tapisseries, boiseries ou autres [...]. La lumière et l’aération deviennent deux notions capitales pour la santé publique29. »

  • 30 Vigarello Georges, « Confort et hygiène en France au XIXe siècle », J.-P Goubert (dir.), Du luxe a (...)

8Pour Georges Vigarello30, dès le XIXe siècle, l’avènement de ces règles et des équipements individuels et collectifs qui proposent des solutions inédites est en relation avec la construction de l’intimité et la constitution de l’individu privé.

  • 31 Schibler T., Fées du logis, op. cit.
  • 32 Piette V., Gubin É., « Travail ou non travail ?... », art. cit.
  • 33 Thivierge Nicole, Histoire de l’enseignement ménager-familial au Québec 1882-1970, Québec, Institu (...)
  • 34 Uesato Kyoko, « L’éducation technologique et l’économie sociale et familiale au Japon », Actes du (...)
  • 35 Curriculum Corporation, Home Economics in Secondary Schools, Carlton Vic, Curriculum Corporation, (...)
  • 36 Guibert R., Regards sur la vie et l’enseignement en URSS, Paris, France Aviation, 1961.
  • 37 Foiret Anne, La route du rideau de fer, Reportage diffusé dans l’émission Échappées belles, 21 aoû (...)

9Ce mouvement n’est pas que français. Il est international – dont l’histoire intégrale et comparée reste à faire – présent en Europe (en Suisse31, en Belgique32), au Québec33, au Japon34, en Australie35, aux États-Unis et en Russie. Des variations sont cependant importantes selon les fondements politiques des pays. Le développement des crèches et des équipements collectifs de l’ex-URSS indique une autre conception de la femme qui infère sur l’éducation ménagère. Les travaux ménagers, dès les petites classes, relèvent alors davantage des travaux communautaires dits « socialement utiles36 ». La comparaison de ces activités scolaires dans les deux Allemagnes, révèle cette même distinction idéologique et éducative37.

  • 38 En ce sens, des publications des universités font état des manuels disponibles au fil du temps, cf (...)
  • 39 cf. Kish Sklar Kathryn, Catharine Beecher, A Study in American Domesticity, New Haven, Connecticut (...)
  • 40 Apple Rima-Dombrow, “Liberal Arts or Vocational Training? Home Economics Education for Girls”, Sar (...)
  • 41 Stage Sarah and Vincenti Virginia B. (dir.), Rethinking Home Economics, Women and the History of a (...)
  • 42 Goldstein Carolyn M., « Réformer le marché par la science, l’économie domestique dans l’Amérique d (...)
  • 43 McGregor Sue L. T., “Historical Presence of Home Economics in IJCS”, International Journal of Cons (...)

10Aux États-Unis qui constituent le modèle de référence38, le succès dès 1841, du traité d’économie domestique de Catharine Beecher est à l’origine de l’organisation de home economics education qui atteint les universités américaines au début du XXe siècle39. L’analyse de Rima Dombrow Apple40 révèle néanmoins les tensions que cet enseignement porte et sa transformation liée d’une part aux décisions politiques et institutionnelles essentiellement masculines et d’autre part à ses enjeux à la fois sociaux, sanitaires et économiques. Quatre points sont importants. R. Apple considère ainsi que le projet initial de C. Beecher qui constituait a general liberal arts education car il visait, au-delà des compétences ménagères, l’éducation intellectuelle et créatrice des femmes dont l’attitude scientifique pour la résolution des problèmes d’ordre familial et social, a été généralement limité à une formation gestuelle dans les domaines de la couture et de la cuisine. Les différentes analyses41 indiquent également qu’au début du XXe siècle, cet enseignement s’est adressé aux jeunes filles noires et pauvres pour la tenue de la maison et la diffusion des pratiques d’hygiène et qu’au cours des années 1920-1930, une réforme éducative soutenue par quelques hommes, a contribué à la modernisation des ménages42. De plus, contre l’idée que cet enseignement serait soutenu par des féministes conservatrices revendiquant le rôle de maîtresse de maison, ces travaux soulignent au contraire l’enjeu de permettre aux femmes américaines de sortir de leur intérieur grâce aux nouvelles activités dans le milieu industriel, professionnel et commercial, nécessitées par la mise à disposition de nouveaux produits. Enfin, ces analyses indiquent le changement d’étiquetage à la fin des années 1960 consumer and homemaking education révélant alors la nouvelle place économique des consommatrices. Cette évolution se poursuit au cours du XXe siècle comme l’analyse Sue McGregor43 qui note la disparition de Home economics en 2001 dans le titre de la revue américaine International Journal of Consumer Studies (and Home Economics) créée en 1977.

  • 44 L’inspecteur primaire Chaumeil (1877, p. 12) précise ainsi que « Ces devoirs (d’une maîtresse de m (...)
  • 45 Barillot V., La ménagère agricole, à l’usage des écoles primaires, Paris, Belin, 1896.
  • 46 Prost Antoine, L’École et la famille dans une société en mutation, Histoire générale de l’enseigne (...)
  • 47 La loi du 21 décembre 1880 sur l’enseignement secondaire des jeunes filles, précise les contenus, (...)
  • 48 L’article 34 du décret du 18 juillet 1887 concernant l’enseignement primaire supérieur, indique po (...)
  • 49 Rambour Sylvie, Formation et pratique des professeurs d’éducation manuelle et technique, thèse, Un (...)
  • 50 Bolstanski Luc, Prime éducation et morale de classe, Paris, Mouton, 1969. Fritsch Philippe, de Mon (...)
  • 51 Selon l’expression de Luc Boltanski, Prime éducation et morale de classe, op. cit., p. 29-30 (colo (...)
  • 52 Vandelac Louise, Bélisle Diane, Gauthier Anne et Pinard Yolande, Du travail et de l’amour. Les des (...)
  • 53 Martin-Fugier Anne, « La bonne », Jean-Paul Aron (dir.), Misérable et glorieuse La femme du XIXe s (...)
  • 54 Barrows Susanna, « La ménagère et la serveuse, figures de femmes et construction de l’alccolisme » (...)
  • 55 Roll S., De la ménagère parfaite à la consommatrice engagée, op. cit. Roll Sandrine, « “Ni bas-ble (...)

11Bien que dans l’ensemble des discours, cet enseignement semble aller de soi pour l’éducation féminine, des nuances importantes apparaissent dans la déclinaison selon les publics, des principaux travaux réalisés dans le cadre de l’économie familiale : transformation des achats alimentaires en biens de consommation, activités de service (ménage, travaux divers et petites réparations), activités d’aide à la personne (garde et éducation des enfants, garde des malades et des personnes âgées) et activités plus commerciales (aide à l’exploitation agricole ou artisanale, comptabilité, vente, production agricole). Ainsi se distinguent en France et à l’étranger, les figures de la maîtresse de maison, de la ménagère ouvrière ou employée de commerce et de la fermière, ce que mentionnait déjà Chaumeil44. La première, au-delà de son rôle de représentation, doit être capable de faire ce qu’elle commande à ses domestiques voire s’y substituer en raison de la crise de la domesticité due à la forte demande de la petite bourgeoisie de plus en plus nombreuse. La ménagère et la fermière – ou la « ménagère agricole45 » –, du milieu populaire, s’en distinguent par leur fonction économique fondée sur la non-dépense que souligne Antoine Prost46, associée au cumul de ces différents travaux du ménage. En comparant les finalités entre les classes du secondaire47 et de l’enseignement primaire supérieur48 exprimées dans les manuels scolaires, Sylvie Rambour49 indique l’ouverture sur le monde moderne et des contenus plus larges dans les premières qui s’opposent aux connaissances pratiques des secondes. Il s’agit pour les unes de tenir leur rang de femmes accomplies, pour les autres d’assurer l’encadrement familial. Les analyses sociologiques50 révèlent cette « domestication51 » et cette moralisation des classes laborieuses contribuant à faire intégrer aux femmes ce travail gratuit et cette économie du don de soi, Du travail et de l’amour selon le titre d’un ouvrage québécois52. Anne Martin-Fugier53 constate que ce sort de l’ouvrière ne choque pas à la fin du XIXe siècle. Susanna Barrows54 précise que ce discours initial pour la pédagogie domestique est tenu à la fois par les dirigeants du mouvement ouvrier, les socialistes, les moralisateurs catholiques et protestants, les associations pour l’amélioration des logements populaires et même certaines féministes maternalistes, notamment Augusta Moll-Weiss, enseignante, auteur du renommé Livre du foyer (1910), qui prône la responsabilité au niveau domestique et défend un large projet éducatif. Plus récemment, Sandrine Roll55 montre que l’enseignement ménager constitue non seulement une formation des fées du logis mais que la promotion qu’en assurent les femmes de la Ligue de l’enseignement esquisse, par les perspectives professionnelles, un nouvel espace d’autonomie pour les femmes.

Les prescriptions et les manuels d’un enseignement féminin

  • 56 Boulogne Irène, « Un centenaire, de l’enseignement ménager agricole à l’économie sociale et famili (...)
  • 57 Fritsch P. et de Montlibert C., « Le cumul des désavantages... », art. cit.
  • 58 Clark L., Schooling the Daughters of Marianne, op. cit.
  • 59 Lebeaume Joël, École, technique et travail manuel, Nice, Z’Éditions, 1996.

12La plupart des recherches et études consacrées à l’enseignement ménager s’attache aux finalités de cette intervention éducative et à sa justification politique, sociale et économique. Elles concernent l’enseignement agricole56 et les centres ménagers57. D’une façon plus indirecte, d’autres travaux s’intéressent au curriculum caché avec l’identification du stéréotype de la femme et de ses activités domestiques ou professionnelles dans les manuels scolaires dont Linda Clark58 fait le point. Toutefois, ces travaux s’intéressent peu à l’organisation de cet enseignement scolaire. Dans une recherche précédente, Joël Lebeaume59 examine la sélection et l’organisation des contenus scolaires de cet enseignement élémentaire à l’école primaire. Il précise que la scolarisation de ces pratiques sociales, pour leur renouvellement, définit une configuration d’ensemble structurée par les sciences appliquées, les arts appliqués et la couture qui se substitue aux travaux à l’aiguille initialement prescrits. Il repère que cette structuration est aussi celle de la formation des enseignantes dont la qualification pour l’enseignement du second degré est organisée jusqu’au début des années 1980 par trois certificats, d’art et décoration, de travaux manuels et de sciences appliquées.

  • 60 Chervel André, « L’histoire des disciplines scolaires : réflexions sur un domaine de recherche », (...)
  • 61 Lebeaume Joël, « En 1897, l’enseignement antialcoolique est obligatoire à l’École – Structure et c (...)
  • 62 Garlot Élisabeth, « L’enseignement de la démographie en France », Population, vol. 23, no 3, 1968, (...)

13Mais aucune publication n’examine de ce point de vue didactique et curriculaire le développement de cet enseignement en France au cours du XXe siècle. L’ambition de la recherche présentée est alors, en reprenant et en poursuivant le travail antérieurement engagé, de contribuer à l’histoire des contenus et de l’organisation de cet enseignement qui ne présente pas les traits des disciplines scolaires soulignés par André Chervel60, en raison de sa dimension technique et pratique et de la transmission des valeurs qu’il fait prévaloir. En ce sens, il s’agit davantage d’une action éducative au même titre que l’enseignement antialcoolique rendu obligatoire en 189761, que celui de la démographie introduit à la suite de la publication du code de la famille en 193962, que l’éducation à l’environnement initiée au début des années 1970 ou que l’éducation au développement durable, aujourd’hui en cours de développement.

14L’exploration de cette action éducative scolaire privilégie la conception de cet enseignement, c’est-à-dire le curriculum prescrit à la fois par les textes officiels, les manuels scolaires et les discours et propositions pédagogiques, notamment des revues professionnelles publiées au milieu du XXe siècle : L’éducation ménagère, Le cours ménager, Technique Art Science, L’enseignement technique. L’enquête croise également les propos qui en légitiment l’existence et étudie d’une façon moindre, les mises en œuvre scolaires.

  • 63 Charmasson Thérèse, Lelorrain Anne-Marie et Ripa Yannick, L’enseignement agricole et vétérinaire d (...)
  • 64 Aballéa François, « Surintendante d’usines-conseiller du travail et conseiller en économie sociale (...)
  • 65 Sourgen Henriette, « L’enseignement ménager », R. Laffont (dir.), Encyclopédie pratique de l’Éduca (...)
  • 66 Caustier Eugène et Moreau-Bérillon Mme, Hygiène et économie domestique à l’usage des élèves de tro (...)
  • 67 Chalamet Rose-Élise, La première année d’économie domestique, Paris, Armand Colin, 1883.
  • 68 Chalamet R.-É., L’année préparatoire d’économie domestique, Paris, Armand Colin, 1899.
  • 69 En particulier, le bulletin Dalloz pour les textes réglementaires dans leurs versions initiales [h (...)

15La difficulté majeure de cette enquête est la disponibilité des sources primaires dont le recueil s’avère particulièrement complexe pour quatre raisons principales. D’abord, il n’existe pas de recensement systématique excepté les travaux concernant l’enseignement agricole63 et plus modestement ceux relatifs à l’histoire de l’enseignement de l’économie sociale et familiale64. Il s’agit aussi d’une intervention éducative placée sous la responsabilité de plusieurs ministères ainsi que de nombreuses initiatives privées à la périphérie de l’enseignement scolaire. Dans sa monographie consacrée à l’enseignement ménager, l’inspectrice générale Henriette Sourgen65 distingue ainsi : l’enseignement public de caractère urbain (enseignement technique, écoles primaires de la ville de Paris, enseignement primaire, enseignement secondaire) ; l’enseignement agricole public (écoles ménagères ambulantes, fixes, école nationale de Coëtlogon, enseignement postscolaire agricole ménager) ; l’enseignement privé de caractère urbain (congrégations, ligues, services sociaux d’organismes, fédérations...) et l’enseignement ménager agricole (mutualité agricole, maisons familiales). À ces différentes institutions, sont également associées des qualifications distinctes et variables des personnels (monitrice, professeur, professeur technique adjoint...) dont les désignations évoluent au fil du temps. La troisième raison est lié au fait que l’enseignement ménager se présente sous différents genres qui s’enchevêtrent, à la fois pour les jeunes filles et pour les femmes mariées et selon des cours permanents ou des cours temporaires variables dans les milieux urbains ou ruraux. Enfin, les contours de l’enseignement ménager sont imprécis, à l’intersection de multiples enseignements tels que l’hygiène, les travaux manuels, la puériculture, la couture, les sciences... À cet égard, les manuels scolaires ne sont pas toujours spécialisés. Au début de l’école de Jules Ferry, prédominent les ouvrages de lecture courante, très polyvalents. Les titres varient, se référant aux travaux manuels, à l’économie domestique, à l’éducation ménagère, à l’hygiène66... En outre, bon nombre de manuels ne sont pas datés et sont publiés en de multiples éditions successives, parfois revues, corrigées, augmentées ou profondément remaniées. À titre d’exemple, La première année d’économie domestique de Mlle Rose-Élise Chalamet67 est rééditée pendant près de trente ans, entre 1880 et 1920. La perspective de préciser la progressivité de l’enseignement, conduit à repérer les collections, comme, par exemple L’année préparatoire d’économie domestique68 du même auteur, dont l’édition postérieure signale l’extension et l’organisation de l’enseignement. Si ces éléments sont autant d’indices sur l’évolution en cours, l’attention doit être grande pour situer les tendances. L’investigation nécessite ainsi d’identifier et de dater les premières éditions en particulier grâce aux ressources numériques de la Bibliothèque nationale de France69, aux notices de la base de données Mnemosyne du Musée national de l’éducation, aux références de la bibliothèque de l’Institut Français d’éducation et aux indications des sites de vente de livres anciens. L’analyse implique aussi de faire appel à des ouvrages divers et à des sources secon-daires.

  • 70 Lebeaume Joël, L’éducation technologique, Histoires et méthodes, Issy les Moulineaux, ESF, 2000.
  • 71 Freyssinet-Dominjon Jacqueline, « Éloge du livre de classe, Le discours des auteurs et des éditeur (...)
  • 72 Bélime-Laugier Lucie, Le livre de la maîtresse pour l’enseignement ménager, Organisation ménagère, (...)

16L’ambition de cette exploration curriculaire fait prévaloir l’identification des cohérences fondatrices et organisatrices de ces interventions éducatives, scolaires ou postscolaires. L’analyse privilégie d’une part les ensembles de questions relatives aux contenus, à leurs visées, à leurs références et à leur programmation selon la proposition décrivant les situations prototypiques d’enseignement-apprentissage, d’autre part le contexte dans lequel cet enseignement existe70. Avec cette perspective, l’étude des manuels ne se limite pas à celle des préfaces ou des avant-propos. Comme l’indique Jacqueline Freyssinet-Dominjon71, ces textes, outre les arguments pédagogiques promotionnels, constituent une tribune pour des professions de foi patriotiques ou des manifestes laïcs et républicains ou encore des proclamations religieuses. Pour saisir les contenus et examiner la cohérence entre ces discours préliminaires et les mises en œuvre suggérées, il convient alors de consulter l’ensemble des textes ou leçons, sans se satisfaire de ces pages d’ouverture qui, pour l’enseignement ménager, expriment généralement l’esprit du temps, les enjeux de cet enseignement et les choix privilégiés. Si par exemple Mme Lucie Bélime-Laugier, directrice de l’institut d’organisation ménagère souligne en introduction que « les méthodes nouvelles d’organisation ménagère doivent être mises en pratique72 », l’examen du contenu du manuel montre qu’il s’agit seulement de la planification de l’emploi du temps de la ménagère sans réel développement des outils du management domestique.

17Selon l’identification précédemment présentée, aux trois périodes généralement suggérées sont adjointes quatre autres temps marqués par des changements concernant les contenus ou l’enseignement. Ainsi sept périodes structurent la reconstruction de l’enseignement ménager : (a) la première est celle de ses ébauches qui ouvre (b) sa composition initiale et sa pédagogisation entre 1890 et 1910, puis (c) la période jusque 1925 correspondant à la définition de l’éducation ménagère à la fois scientifique et pratique, ensuite (d) celle jusqu’au début des années 1940, au cours de laquelle l’enseignement ménager se technicise. Les années 1940-1950 (e) sont celles de son développement en tant qu’enseignement obligatoire. Enfin (f), jusqu’à la première moitié des années 1960, il s’agit de la période de son organisation et de son apogée qui précède (g) son déclin et son rejet au cours des années 1970-1980.

18Comme précisé à la fin de l’introduction, les chapitres suivants développent cette évolution chronologique. Le chapitre suivant (chapitre 2) explore les premières modalités et les premiers contenus et il présente les esquisses de cet enseignement et de cette éducation (a). Sa pédagogisation est développée dans le troisième chapitre (b). Le quatrième chapitre est consacré à la période d’invention de nouvelles pratiques domestiques et de nouvelles propositions pour l’enseignement (c). Le cinquième chapitre souligne les points majeurs des réformes de la fin des années 1930 et du début des années 1940 (d). En continuité, les quatre chapitres suivants examinent l’organisation de l’enseignement ménager dans la période d’élaboration d’un système éducatif unifié (e) selon l’enseignement technique, l’enseignement primaire et l’enseignement secondaire. Le dixième chapitre reprend cette phase d’apogée de l’enseignement ménager (f). Le onzième chapitre s’intéresse à son déclin (g) et le douzième à son bref sursis et à son rejet.

Notes

1 Jost G., « Économie domestique », Ferdinand Buisson (dir.), Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1882, p. 789.

2 Décret du 23 juillet 1974.

3 Olson Suzan J, “Home Economics Education, A Review of the Literature on the Impact of a decade of Change”, 1990 [disponible, http://www.eric.ed.gov/ERICWebPortal/custom/portlets/recordDetails/detailminijsp?_nfpb=true&_&ERICExtSearch_SearchValue_0=ED324457&ERICExtSearch_SearchType_0=no&accno=ED324457]

4 Knibiehler Yvonne, « L’éducation sexuelle des filles au XXe siècle », CLIO, Histoire, femmes et sociétés, 1996 [En ligne], 4, Mis en ligne le 1 juillet 2005.

5 Thébaud Françoise (dir.), Histoire des femmes en Occident, Le XXe siècle, Paris, Plon, 2002, p. 581-623.

6 Battagliola Françoise, Histoire du travail des femmes, Paris, La Découverte, 2004.

7 Clark Linda L., Schooling the Daughters of Marianne, Texbooks and the Socialization of Girls in Modern French Primary Schools, New York, State University of New York Press, 1984.

8 Rogers Rebecca, « L’éducation des filles, un siècle et demi d’historiographie », Histoire de l’éducation, no 115-116, septembre 2007, p. 37-79.

9 Schibler Tamlin, Fées du logis, L’enseignement ménager dans le Canton de Vaud de 1834 à 1934, Lausanne, Bibliothèque historique vaudoise, 2008.

10 Lelièvre Claude et Lelièvre Françoise, Histoire de la scolarisation des filles, Paris, Nathan, 1991.

11 cité par Gréard Octave, Éducation et instruction, Paris, Hachette, 1887, p. 332.

12 Mayeur Françoise, De la Révolution à l’école républicaine, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. 3, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981.

13 Aron Jean-Paul (dir.), Misérable et glorieuse La femme du XIXe siècle, Paris, Complexe, 1984.

14 Martin-Fugier Anne, « La maîtresse de maison », Jean-Paul Aron (dir.), Misérable et glorieuse. La femme du XIXe siècle, Paris, Complexe, 1984, p. 129.

15 Rebérioux Madeleine, « L’ouvrière », Jean-Paul Aron (dir.), Misérable et glorieuse La femme du XIXe siècle, Paris, Complexe, 1984, p. 63.

16 Barbier Jean-Marie, Le quotidien et son économie. Essai sur les origines historiques et sociales de l’économie familiale, Paris, Éditons du CNRS, 1981.

17 Ibid.

18 Del Re Alisa, Les femmes et l’État-providence, les pratiques sociales en France dans les années trente, Paris, L’Harmattan, 1994. Werner Françoise, « Du ménage à l’art ménager, l’évolution du travail ménager et son écho dans la presse féminine française de 1919 à 1939 », Le Mouvement social, no 129, 1984, p. 61-87.

19 Marie-France (1944) ; Elle (1945) ; Femmes d’aujourd’hui (1950) ; Marie-Claire (1954). Ross Kristin, Aller plus vite, laver plus blanc, La culture française au tournant des années soixante, Paris, Abbeville, 1997 (Fast Cars, Clean Bodies, Decolonization and Reordering of French Culture, Massachussets Institute of Technology, 1995).

20 Moll-Weiss Augusta, Le livre du foyer, Paris, Armand Colin, 1910.

21 Chancrin Ernest et Faideau Ferdinand (dir.), Larousse ménager, Dictionnaire illustré de la vie domestique, Paris, Larousse, 1926. E. Chancrin est inspecteur général de l’Agriculture (inspection de l’enseignement ménager) ; sa femme née Dumur est professeur des écoles primaires supérieures de la ville de Paris et F. Faideau est professeur honoraire à l’école J.-B. Say.

22 Breton Paul (dir.), L’Art ménager français, Paris, Flammarion, 1952.

23 L’équivalent est créé en Suisse en 1928 avec la désignation « Exposition suisse du travail féminin », cf. T. Schibler, Fées du logis..., op. cit., p. 6.

24 Placé sous le haut patronage des ministres de la Santé publique et de l’Éducation nationale et de la direction de l’Enseignement technique. Il est conçu dans l’esprit du concours international de la « vaillante fermière » fondé en Belgique en 1913 pour les candidates de 17 à 25 ans, élèves d’une école ménagère agricole, et organisé à Paris en 1937 (cf. L’éducation ménagère, no 1, p. 31).

25 Clark Linda L., “The socialization of girls in the primary schools of the Third Republic”, Journal of Social History, vol. 15, no 4, summer 1982, p. 685-697.

26 Thuillier Guy, L’imaginaire quotidien au XIXe siècle, Paris, Economica, 1985.

27 Heller Geneviève, Propre en ordre, Habitation et vie domestique 1850-1930, l’exemple vaudois, Lausanne, Éditions d’En-Bas, 1979.

28 Schibler T., Fées du logis, op. cit.

29 Ibid., p. 39.

30 Vigarello Georges, « Confort et hygiène en France au XIXe siècle », J.-P Goubert (dir.), Du luxe au confort, Paris, Belin, 1988, p. 51-63.

31 Schibler T., Fées du logis, op. cit.

32 Piette V., Gubin É., « Travail ou non travail ?... », art. cit.

33 Thivierge Nicole, Histoire de l’enseignement ménager-familial au Québec 1882-1970, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1982.

34 Uesato Kyoko, « L’éducation technologique et l’économie sociale et familiale au Japon », Actes du colloque Éducation technologique et évaluation, Paris, AEET, 2004 [disponible, http://www.aeet.fr/colloques_2004.html]

35 Curriculum Corporation, Home Economics in Secondary Schools, Carlton Vic, Curriculum Corporation, 1995.

36 Guibert R., Regards sur la vie et l’enseignement en URSS, Paris, France Aviation, 1961.

37 Foiret Anne, La route du rideau de fer, Reportage diffusé dans l’émission Échappées belles, 21 août 2011, France 5.

38 En ce sens, des publications des universités font état des manuels disponibles au fil du temps, cf. Departement of Home Economics, “Recent books for home economics in High schools”, The school review, vol. 2, no 3, march, 1919, p. 219-233.

39 cf. Kish Sklar Kathryn, Catharine Beecher, A Study in American Domesticity, New Haven, Connecticut, Yale University Press, 1973.

40 Apple Rima-Dombrow, “Liberal Arts or Vocational Training? Home Economics Education for Girls”, Sarah Stage and Virginia B. Vincenti (dir.), Rethinking Home Economics. Women and the History of a Profession, Ithaca, Cornell University Press, 1997, p. 79-95. Voir aussi Apple Rima-Dombrow, The challenge of constantly changing times, from Home Economics to Human Ecology at the University of Wisconsin-Madison, 1903-2003, UW-Madison, Libraries Parallel Press, 2003.

41 Stage Sarah and Vincenti Virginia B. (dir.), Rethinking Home Economics, Women and the History of a Profession, Ithaca, Cornell University Press, 1997.

42 Goldstein Carolyn M., « Réformer le marché par la science, l’économie domestique dans l’Amérique des années 1920 et 1930 », Alain Chatriot, Marie-Emmanuelle Chessel et Matthew Hilton (dir.), Au nom du consommateur, consommation et politique en Europe et aux États-Unis au XXe siècle, Paris, La Découverte, 2004, p. 277-294.

43 McGregor Sue L. T., “Historical Presence of Home Economics in IJCS”, International Journal of Consumer Studies, vol. 33, issue 3, may, 2009, p. 349– 355.

44 L’inspecteur primaire Chaumeil (1877, p. 12) précise ainsi que « Ces devoirs (d’une maîtresse de maison, d’une bonne ménagère, d’une fermière) constituent ce que les savants appellent l’économie domestique ». L’ouvrage est cité dans l’article du Buisson 1882 : Chaumeil M., Lectures alternées sur l’éducation, l’instruction et l’économie domestique à l’usage des familles et des écoles de filles, Paris, Gedalge, 1877.

45 Barillot V., La ménagère agricole, à l’usage des écoles primaires, Paris, Belin, 1896.

46 Prost Antoine, L’École et la famille dans une société en mutation, Histoire générale de l’enseignement et de l’éducation en France, t. 4, Paris, Nouvelle Librairie de France, 1981.

47 La loi du 21 décembre 1880 sur l’enseignement secondaire des jeunes filles, précise les contenus, 7o l’hygiène, 8o l’économie domestique, 9o les travaux d’aiguille, 10o des notions en droit usuel.

48 L’article 34 du décret du 18 juillet 1887 concernant l’enseignement primaire supérieur, indique pour les jeunes filles dans la liste des contenus : économie domestique.

49 Rambour Sylvie, Formation et pratique des professeurs d’éducation manuelle et technique, thèse, Université Paris V (Viviane Isambert-Jamati), 1982.

50 Bolstanski Luc, Prime éducation et morale de classe, Paris, Mouton, 1969. Fritsch Philippe, de Montlibert Christian, « Le cumul des désavantages, les élèves des centres ménagers », Revue française de sociologie, vol. 13, no 1, 1972, p. 80-93. Lelièvre C. et Lelièvre F., Histoire de la scolarisation des filles, op. cit. Mosconi Nicole, Femmes et savoirs, La société, l’école et la division sexuelle des savoirs, Paris, L’Harmattan, 2005.

51 Selon l’expression de Luc Boltanski, Prime éducation et morale de classe, op. cit., p. 29-30 (colonisation ou domestication des classes laborieuses).

52 Vandelac Louise, Bélisle Diane, Gauthier Anne et Pinard Yolande, Du travail et de l’amour. Les dessous de la production domestique, Montréal, Saint-Martin, 1985.

53 Martin-Fugier Anne, « La bonne », Jean-Paul Aron (dir.), Misérable et glorieuse La femme du XIXe siècle, Paris, Complexe, 1984, p. 27-40.

54 Barrows Susanna, « La ménagère et la serveuse, figures de femmes et construction de l’alccolisme », A. Stora-Lamarre (dir.), Incontournable morale, Actes du colloque de Besançon 1997, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 1998, p. 99-105.

55 Roll S., De la ménagère parfaite à la consommatrice engagée, op. cit. Roll Sandrine, « “Ni bas-bleu, ni pot-au-feu”, la conception de la femme selon Augusta Moll-Weiss (France, tournant des XIXe-XXe siècles) », Genre & Histoire, 2009, [En ligne], no 5, automne 2009, mis en ligne le 21 décembre 2009. Roll Sandrine, « Former les mères de demain, le projet d’Anna Thieck, une participante au concours Doyen-Doublé de 1899 », Bernard Bodinier, Martine Gest, Marie-Françoise Lemonnier-Delpy et Paul Pasteur (dir.), Genre et éducation, Former, se former, être formée au féminin, Rouen, Presses Universitaires de Rouen, 2010, p. 153-168.

56 Boulogne Irène, « Un centenaire, de l’enseignement ménager agricole à l’économie sociale et familiale », Bulletin INRAP, no 65, mars 1986, p. 1-29. Caniou Janine, L’enseignement agricole féminin de la fin du XIXe siècle à nos jours, thèse, Université Paris Descartes (Viviane Isambert-Jamati), 1980. Charmasson Thérèse, Duvigneau Michel, Lelorrain Anne-Marie et Le Naou Henri, L’enseignement agricole, 150 ans d’histoire, Évolution historique et atlas contemporain, Dijon, Éducagri Éditions, 1999. Lelorrain Anne-Marie, « Le rôle de l’école laïque et des instituteurs dans la formation agricole (1870-1970) », Histoire de l’éducation, no 65, janvier 1995, p. 51-69.

57 Fritsch P. et de Montlibert C., « Le cumul des désavantages... », art. cit.

58 Clark L., Schooling the Daughters of Marianne, op. cit.

59 Lebeaume Joël, École, technique et travail manuel, Nice, Z’Éditions, 1996.

60 Chervel André, « L’histoire des disciplines scolaires : réflexions sur un domaine de recherche », Histoire de l’éducation, no 38, mai 1988, p. 59-119.

61 Lebeaume Joël, « En 1897, l’enseignement antialcoolique est obligatoire à l’École – Structure et contenus de cet enseignement direct », André Giordan, Jean-Louis Martinand et Daniel Raichvarg (dir.), Actes des XXIIe Journées internationales sur la communication, l’éducation et la culture scientifiques et industrielles, Paris, DIRES, 2000, p. 499-503.

62 Garlot Élisabeth, « L’enseignement de la démographie en France », Population, vol. 23, no 3, 1968, p. 499-508.

63 Charmasson Thérèse, Lelorrain Anne-Marie et Ripa Yannick, L’enseignement agricole et vétérinaire de la Révolution à la Libération, Paris, INRP et Publications de la Sorbonne, 1992. Lelorrain Anne-Marie et Bobbio Marigold, L’enseignement agricole et vétérinaire de la Libération à nos jours, Textes officiels avec introduction, notes et annexes, Paris, INRP et Dijon, Éducagri, 2005.

64 Aballéa François, « Surintendante d’usines-conseiller du travail et conseiller en économie sociale familiale, deux dynamiques professionnelles divergentes », Revue française des affaires sociales, no 3, juil-sept, 2004, p. 207-230.

65 Sourgen Henriette, « L’enseignement ménager », R. Laffont (dir.), Encyclopédie pratique de l’Éducation nationale, Paris, Société d’Édition de Dictionnaires et d’Encyclopédies, 1960, p. 801-812.

66 Caustier Eugène et Moreau-Bérillon Mme, Hygiène et économie domestique à l’usage des élèves de troisième année de l’enseignement secondaire des jeunes filles, Paris, Vuibert & Nony, 1910 (2e édition ; 11e édition 1926).

67 Chalamet Rose-Élise, La première année d’économie domestique, Paris, Armand Colin, 1883.

68 Chalamet R.-É., L’année préparatoire d’économie domestique, Paris, Armand Colin, 1899.

69 En particulier, le bulletin Dalloz pour les textes réglementaires dans leurs versions initiales [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34387309q/date.r=Extensions%20de%20cheveux%20a%20froid.langFR ; et la base mimosa des diplômes du CEREQ, http://mimosa.cereq.fr/

70 Lebeaume Joël, L’éducation technologique, Histoires et méthodes, Issy les Moulineaux, ESF, 2000.

71 Freyssinet-Dominjon Jacqueline, « Éloge du livre de classe, Le discours des auteurs et des éditeurs 1880-1960 », Actes des septièmes journées Pierre Guibbert, Montpellier, Université, 2011.

72 Bélime-Laugier Lucie, Le livre de la maîtresse pour l’enseignement ménager, Organisation ménagère, hygiène individuelle, linge, alimentation, habitation, puériculture, agriculture, basse-cour, Paris, Nathan, 1925, p. VI.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site