Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Asie, la mer, le monde

 | 
Gérard Le Bouëdec

Troisième partie. L’apprentissage de l’Inde par les Européens (XVIe-XVIIIe siècles)

L’apprentissage de l’Inde par les Français de la première compagnie

Marie Menard-Jacob

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction : une création sans cadre

En 1664, le ministre Colbert avait convaincu Louis XIV de fonder la Compagnie royale des Indes orientales. L’objectif poursuivi par le roi et le ministre était de reproduire le prestigieux modèle hollandais. Pourtant, la constitution de la Compagnie française n’avait absolument rien à voir avec la Verenigde Oost-Indische Compagnie (VOC). Cette Compagnie hollandaise était avant tout une société de marchands qui avaient rassemblé leurs moyens et leurs capitaux au sein d’un projet commun dans l’océan Indien. À l’inverse, la création de la Compagnie en France fut une démarche profondément étatique, dont l’impulsion restait ministérielle. Long était encore le chemin pour convaincre les récalcitrants marchands français. Plus fâcheux encore, l’ensemble du projet français en Orient s’articulait en 1664 autour de ce qu’on appelait encore l’île Dauphine. Colbert pensait faire de Madagascar une Batavia à la française. Mais ni la localisation, ni l...

Auteur

Université de Bretagne-Sud

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540