Version classiqueVersion mobile

Journalisme et littérature dans la gauche des années 1930

 | 
Anne Mathieu
, 
François Ouellet

Première partie. Journalisme

En marge de l’affaire des « hitlériens français » : la passe d’armes Nizan-Céline de l’été 1939

Pierre-Frédéric Charpentier

Texte intégral

  • 1 La relation Nizan-Céline a été abordée en son temps, en particulier par Luc Rasson dans un recueil (...)

1Le rendez-vous manqué entre Paul Nizan et Louis-Ferdinand Céline se nourrit autant de partis-pris littéraires différenciés que d’une irréductible opposition idéologique entre l’un des grands intellectuels communistes engagés dans l’antifascisme et un écrivain dont la dérive vers un antisémitisme viscéral le range dès les années 1930 dans le camp des précurseurs d’une collaboration avec l’Allemagne national-socialiste1. À l’été 1939, leurs positionnements respectifs aboutissent à une passe d’armes aussi brève que brutale, qui, dans le contexte de l’affaire politico-littéraire dite des « hitlériens français », marque la seule relation directe entre les deux écrivains – par presse interposée, cependant. Le propos du texte qui suit sera donc d’établir la nature et les causes de cet affrontement, dans le contexte tout à fait singulier des derniers mois précédant la Seconde Guerre mondiale.

La marche à la guerre et l’obsession de la cinquième colonne nazie en France

  • 2 Nizan P., Chronique de septembre, Paris, NRF, Gallimard, 1939.
  • 3 Nizan H., Libres mémoires, Paris, Robert Laffont, coll. « Vécu », 1989, p. 274. L’offre devait êtr (...)

2Le printemps et l’été 1939 ont ceci de particuliers qu’ils embrassent une période durant laquelle la certitude d’une nouvelle guerre a fini par gagner l’opinion publique française. Si, en effet, la crise de Munich de septembre-octobre 1938 avait fait culminer le sentiment pacifiste des Français au prix du sacrifice librement consenti d’un pays allié, la Tchécoslovaquie, la ferveur et le soulagement n’auront guère duré. À peine un semestre plus tard, en mars 1939, l’entrée des Allemands à Prague, en parfaite violation des accords signés, ôte les illusions des plus optimistes et amorce le revirement de l’opinion : la guerre aura bien lieu. C’est l’époque où le Parti communiste français, allié à quelques individualités politiques – le député de droite Henri de Kérillis – fustige une réorganisation de l’Europe dont serait exclue l’URSS. On retrouve l’idée comme trame de l’essai de Paul Nizan, Chronique de septembre2, qui relate, documents à l’appui, les étapes de la crise internationale en postulant que le règlement de celle-ci, lors de la conférence réunissant Hitler, Mussolini, Chamberlain et Daladier, procédait d’une entente entre les puissances européennes pour mieux en écarter l’Union Soviétique. On connaît le parti pris de Nizan : l’écrivain émet l’hypothèse selon laquelle Munich n’aurait été qu’une vaste mystification voulue par les démocraties occidentales pour tenir Moscou à l’écart des décisions européennes, tout en leur permettant de prendre des mesures antisociales au nom de la peur d’un conflit européen. Nizan en tire lui-même les conclusions journalistiques dans les articles qu’il donne pour la rubrique de politique étrangère au quotidien Ce soir, et dans lesquels il appelle, comme de son côté le fait Gabriel Péri dans L’Humanité, à la poursuite des pourparlers engagés par les Français et les Anglais auprès des Soviétiques pour la signature d’un pacte d’alliance qui permettrait de prendre l’Allemagne nazie en étau et de mettre un coup d’arrêt à sa politique de conquêtes. Ce véritable feuilleton diplomatique, qui dure du début du printemps à la fin de l’été 1939, tient l’Europe en haleine. Nizan et Péri lui consacrent de nombreux papiers, en percevant – sans toutefois les décrypter – les inflexions de la politique soviétique, dont témoignent le discours de Staline sur « les marrons du feu », prononcé le 10 mars 1939 devant le XVIIIe Congrès du PCUS, ou encore le remplacement de l’antifasciste Litvinov par le pragmatique Molotov à la tête de la diplomatie soviétique, le 3 mai suivant. Rien n’entame cependant leur conviction : la conclusion d’un pacte anglo-franco-soviétique est imminente, lui seul garantira la défense des intérêts nationaux face à la menace nazie. La position antinazie de Nizan paraît si résolue sur ce point que quelques mois plus tard, lorsque la guerre aura été déclarée, il sera même discrètement approché pour savoir s’il accepterait de concourir à la propagande de guerre française3.

  • 4 Céline L.-F., Bagatelles pour un massacre, Paris, Denoël, 1937, p. 221.
  • 5 Décret Marchandeau, 21 avril 1939.

3À la même date, la situation de Louis-Ferdinand Céline est tout autre. Véritable marginal des lettres françaises depuis l’échec commercial de son second roman, Mort à crédit, en 1936, il n’a eu cesse depuis d’en rendre les juifs responsables, les accusant peu ou prou de détenir tous les leviers de commande de la société française. De cette prise de position sans équivoque entamée par un bref texte violemment antisoviétique paru à l’automne 1938, Mea Culpa, a découlé la publication chez Denoël de deux premiers pamphlets antisémites, Bagatelles pour un massacre (1937) et L’École des cadavres (1938) qui ont totalement relégué l’écrivain hors des réseaux d’expression littéraires de l’époque, tout en le radicalisant politiquement. Le contraste avec Paul Nizan est de fait saisissant. Là où celui-ci, encore tout auréolé du prix Interallié obtenu à la fin de 1938 pour son roman publié chez Gallimard, La Conspiration, déploie une carrière littéraire multiforme mêlant écriture romanesque et journalisme militant, Céline n’a plus que le militantisme à faire valoir, ainsi qu’une citation – parmi cent – de Bagatelles pour un massacre peut le résumer : « Je préférerais douze Hitler plutôt qu’un Blum omnipotent. Hitler encore je pourrais le comprendre, tandis que Blum c’est inutile, ce sera toujours le pire ennemi, la haine à mort, absolue4. » Pourtant, même cet activisme politique finit par trouver ses limites, car ses écrits le confrontent directement à la justice. Ayant diffamé le journaliste Léon Treich, du Petit Journal, dans L’École des cadavres pour l’avoir faussement accusé d’être juif, Céline doit publier un rectificatif en additif à son dernier pamphlet en date. Autre revers de fortune, autrement plus considérable, la promulgation du décret Marchandeau, le 21 avril 1939, qui interdit « toute expression contre les habitants de la France5 » et qui condamne par la même occasion l’expression antisémite, alors très en verve dans les publications d’extrême droite. Si, précisément de ce côté-ci du champ d’expression intellectuelle, l’équipe rédactionnelle de Je suis partout s’élève contre une telle mesure, il n’en demeure pas moins que cette dernière contraint Denoël à retirer les pamphlets de Céline de la vente, privant par la même occasion l’écrivain d’une importante source de revenus. Deux mois plus tard, le 21 juin 1939, Céline est à nouveau condamné, conjointement avec son éditeur, pour diffamation envers le docteur Rouquès pour un autre passage litigieux de L’École des cadavres, dans lequel le praticien était lui aussi indûment qualifié de juif. Il doit verser 200 francs d’amende et 2 000 autres de dommages et intérêts. Or, depuis 1937, Céline n’exerce plus ses emplois au dispensaire de Clichy, ni au laboratoire de La Biothérapie. Il occupe encore quelques fonctions médicales, mais pas toujours rémunérée, comme au laboratoire Gallier. Cette relégation professionnelle cumulée à ses déboires éditoriaux, l’écrivain ne vit plus que grâce aux droits d’auteurs de ses premiers écrits encore en vente. En juin 1939, il doit même se résoudre à retourner vivre chez sa mère avec sa compagne, Lucette Almanzor.

  • 6 Kaminski H.-E., Céline en chemise brune ou le Mal du présent, Paris, Nouvelles Éditions Excelsior, (...)
  • 7 Godard H., Céline, Paris, Gallimard, coll. « Biographies », 2011, p. 251-252.
  • 8 Lire à ce sujet Nicaut C., « Le procès des Protocoles des Sages de Sion. Une tentative de riposte (...)
  • 9 Parquet Général – Cour de Justice de la Seine, dossier no 3490 CJ 46 « affaire Pfannstiel Arthur » (...)
  • 10 Il succèdera en 1942 à Xavier Vallat à la charge de commissaire général aux Affaires juives, et y (...)

4Sur le plan des idées politiques, Céline gravite parmi les milieux d’extrême droite français ouvertement antisémites et pronazis, tels qu’ils existent dans la France de la fin des années 1930. À l’époque de la parution des pamphlets, les soupçons de collusion de l’écrivain avec l’Allemagne nazie se font jour. L’un des intellectuels les plus clairvoyants sur le sujet ainsi que les plus réactifs est un antifasciste allemand, Hans-Erich Kaminski. Dès février 1938, il a fait paraître une courte étude au titre dénué de toute ambiguïté, Céline en chemise brune6. Dans son texte, Kaminski décrivait notamment Céline allant prendre ses instructions à l’ambassade d’Allemagne à Paris. Si la scène était purement imaginaire, des études récentes confirment cependant les contacts que l’écrivain français entretenait à la même époque avec Arthur Pfannstiel7. Or, ce même Pfannstiel n’est autre que l’un des responsables du Welt-Dienst, organe de propagande national-socialiste à destination de l’étranger. À l’origine simple maison d’édition, le Welt-Dienst a été repris en main par le ministre de la Propagande du Reich, Josef Goebbels à partir de 19338. Il en confie la direction à Ulrich Fleischauer pour servir d’instrument de propagande et de base à une organisation antisémite internationale qui ne devait finalement jamais voir le jour. Mais Pfannstiel s’avère être un militant actif de la cause nazie en France9. Grâce à son important réseau de connaissances et ses liens étroits avec les officines germanophiles françaises, on le retrouvera sans surprise à Paris quelques années plus tard. En 1939, le nom de Céline voisine donc avec ceux des plumitifs français stipendiés par le régime nazi : parmi eux, Fernand de Brinon, Jean Luchaire, Louis Darquier – dit « de Pellepoix10 » –, mais encore Lucien Pemjean, Henry Coston, Léon de Poncins, Jean Boissel ou encore l’ethnologue suisse et antisémite viscéral George Montandon (qui est nommément cité par Céline dans L’École des cadavres). Tous figureront sous l’Occupation parmi les ultras-collaborationnistes parisiens. Dans l’immédiat, les deux pamphlets antisémites de Céline sont retenus par la propagande hitlérienne pour être traduits en allemand.

  • 11 Nizan P., Chronique de septembre, Paris, NRF, Gallimard, 1938, rééd. 1978, p. 15.
  • 12 Reproduction par Ce soir et L’Humanité du 1er août 1939 d’un écho paru précédemment dans le Daily (...)

5Le printemps et l’été 1939 correspondent à cette « sorte de menaçante parenthèse [qui] s’est ouverte dans la vie de l’Europe11 », selon le mot de Nizan. La période se traduit par la montée des tensions en France. Ce qui apparaît rétrospectivement comme une époque d’entre-deux entre Munich et la guerre est marquée par l’incertitude et l’angoisse collective, sur fond de victoire nationaliste en Espagne et des ultimes espérances émanant des pacifistes intégraux, ainsi que le traduit l’article significatif de Marcel Déat paru dans L’Œuvre du 4 mai 1939, « Mourir pour Dantzig ? » Or, c’est précisément durant cette période que toute une série de scandales et d’affaires politico-judiciaires sont révélées à l’opinion publique par la presse de gauche, ce qui entretient l’idée communément admise d’un vaste complot national-socialiste en France. En germe depuis des mois, l’affaire des « hitlériens français » prend véritablement corps au début du mois de juillet 1939, avec la révélation d’un premier scandale. De fait, l’affaire Aubin-Poirier met en cause deux publicistes accusés d’être rétribués par l’Allemagne nazie. En relation avec un réseau d’espionnage nazi à Paris dirigé par la baronne von Einem, Aloys Aubin, qui travaille au service de publicité du Temps et Julien Poirier à celui du Figaro, se voient arrêtés et poursuivis en justice pour avoir transmis des informations à l’Allemagne. Le scandale est retentissant car, éclaboussant deux institutions de la presse française conservatrice, il jette un trouble profond dans l’opinion et paraît justifier à ses yeux l’existence d’une vaste cinquième colonne servant les intérêts allemands en France. S’ajoute à cette première affaire l’arrestation du responsable de la sténographie du Sénat, Jean Amourelle, qui aggrave le climat ambiant. Amourelle est pour sa part accusé d’avoir touché 400 000 francs des Services secrets allemands pour transmettre le contenu des débats de la commission de l’Armée à la Haute-Assemblée12. Il est incarcéré le 26 juillet 1939, tandis que la presse révèle les charges qui pèsent contre lui dès le début du mois d’août.

  • 13 Il s’agit de la seule publication à avoir jamais été condamnée pour infraction au décret Marchande (...)

6Or, c’est exactement à la même époque qu’une campagne de presse plus diffuse prend pour cible la clique des « hitlériens français », en particulier dans la presse antimunichoise. Après que des rumeurs se soient faites jour durant les semaines précédentes, c’est au tout début du mois de juillet 1939 que l’hebdomadaire d’extrême droite Je suis partout et ses deux principaux responsables, Pierre Gaxotte et Robert Brasillach, se voient à leur tour accusés d’être les principaux propagateurs du national-socialisme en France. Futur ambassadeur de France à Paris sous l’Occupation, le diplomate Otto Abetz est quant à lui présenté comme le grand ordonnateur du complot, en lien avec ses interlocuteurs des milieux antisémites français, au premier rang desquels Louis Darquier de Pellepoix et son journal, La France enchaînée13.

En marge de l’affaire : les accusations de Paul Nizan contre Louis-Ferdinand Céline

  • 14 « L’énigmatique Dr Abetz », Le Canard enchaîné, 5 juillet 1939.

7L’affrontement Céline-Nizan s’inscrit plus particulièrement dans cette troisième et dernière vague de révélations. Dans la continuation logique de ses ennuis éditoriaux et judiciaires, Céline se voit directement ciblé par une campagne de presse l’accusant de favoriser les intérêts allemands en France. Eu égard à la personnalité mise en cause, l’« affaire Céline » devient une affaire spécifique qui s’insère dans celle des « hitlériens français », tout en conservant ses caractéristiques propres. C’est le 5 juillet 1939 que les premières accusations sont lancées contre l’écrivain par Le Canard enchaîné. L’hebdomadaire satirique est en effet le premier organe de presse à lancer des accusations contre « L’énigmatique Dr Abetz14 », tout en impliquant Céline. Ce dernier produit sa défense en répondant publiquement au Canard enchaîné du 12 juillet 1939 qui publie son texte le jour même de l’expulsion du diplomate nazi. Entre-temps, le nom de Céline est apparu le 8 juillet 1939 dans l’organe de la LICA (Ligue internationale contre l’Antisémitisme), Le Droit de vivre, sous la plume de son directeur, Bernard Lecache : « Petite correspondance. Quant feu Céline ressuscite. »

8Mais c’est véritablement dans les jours qui suivent que l’affaire rebondit, lorsque la presse communiste s’en empare et l’amplifie. La première attaque vient de Lucien Sampaix et de L’Humanité. Dans deux articles parus coup sur coup dans les éditions des 9 et 10 juillet 1939, le journaliste communiste s’en prend de façon plus que transparente à « M. C… », « l’écrivain C… », à « M. Cel…, écrivain », ou encore à « l’écrivain antisémite Cél… ». Le procédé permet au quotidien de ne pas être soumis au droit de réponse qu’impose la presse française à toute personne nommément désignée. Et, de fait, L’Humanité ne publiera aucune des protestations de Céline à ses articles. Bien au contraire, les accusations se poursuivent de plus belle contre lui. Un dessin de Cabrol dans L’Humanité du 16 juillet paraît sous le titre : « La horde munichoise. » On peut y apercevoir Céline parmi la vingtaine des partisans supposés de l’Allemagne, aux côtés notamment de Pierre Laval, Jacques Doriot, Marcel Déat, Fernand de Brinon, Louis Darquier de Pellepoix et même de Charles Maurras.

  • 15 Pierre Gaxotte (1895-1982), directeur de l’hebdomadaire d’extrême droite Je suis partout, jusqu’à (...)
  • 16 Gaétan Sanvoisin (1894-1975), collaborateur au Figaro et au Journal des Débats.

9Peu auparavant a paru le premier article consacré par Paul Nizan à ce qu’il est désormais convenu d’appeler « l’affaire Céline » dans l’édition de Ce soir datée du 15 juillet – mais publiée en réalité la veille. Intitulé significativement « Une grave affaire qui éclaire Munich – MM. Aubin et Poirier, chef des informations au Temps et chef de la publicité au Figaro ne sont pas seuls coupables de trahison – Ce soir indique des pistes », il entend élargir l’accusation portée à l’encontre des hitlériens français supposés, au-delà de deux personnages sans envergure et inconnus du grand public. Mais désigner les ténors de la trahison nationale ne va pas sans risques, en particulier de procès. À l’instar de ce que fait Lucien Sampaix dans L’Humanité, Nizan choisit donc l’allusion – elle aussi très explicite – aux personnalités publiques suspectées de collusion avec l’Allemagne, en restituant leurs seules initiales, ainsi que quelques traits généraux permettant au lecteur de les identifier sans trop d’effort : « MM. P. G.15 et G. S.16, le premier, collaborateur d’un hebdomadaire qui possède le don d’ubiquité attribué d’ordinaire à Dieu, le second d’un quotidien conservateur du matin. » Ainsi, il ne faut pas être grand clerc pour deviner que se cachent sous ces dénominations le directeur de Je suis partout – dont une rubrique régulière s’intitule justement « L’Ubiquiste » –, Pierre Gaxotte, et l’un des rédacteurs du Figaro, Gaétan Sanvoisin. Quelques lignes plus bas, le même procédé est réutilisé, afin d’identifier la clique de tous ceux qui sont accusés de fournir leur concours pour l’élaboration d’une cinquième colonne pro-nazie en France. Et Nizan d’interroger :

  • 17 Louis Darquier de Pellepoix (1897-1980), alors activiste d’extrême droite.
  • 18 L’avocat Jean-Claude Legrand, directeur de l’hebdomadaire antisémite Le Défi, lancé en 1937.
  • 19 Peut-être Jacques Doriot (1898-1945), député de la Seine de 1928 à 1937, chef du Parti populaire f (...)
  • 20 Sans doute François Piétri (1882-1966), député radical et plusieurs fois ministre dans l’Entre-deu (...)
  • 21 Jean Luchaire (1901-1946), directeur germanophile de l’hebdomadaire Notre Temps.
  • 22 Louis-Ferdinand Céline (1894-1961).
  • 23 Nizan P., « Une grave affaire qui éclaire Munich – MM. Aubin et Poirier, chef des informations au (...)

« Il ne se peut pas que cette affaire se déroule dans l’ombre. Le secret absolu ne convient pas dans de si sérieuses circonstances. Le mystère serait propre à créer cette angoisse et cet énervement de l’opinion qui ne serviraient qu’à la “guerre des nerfs” que les puissances de l’Axe ont engagée.
La campagne d’éclaircissement sera menée : des noms sont prononcés ; il faut donc qu’on sache s’il est exact ou non des agents salariés de l’Allemagne nationale-socialiste en MM. D… de P17…, conseiller municipal de Paris, J.-C. L.18…, qui fut avocat, D.19…, qui fut député et directeur d’un journal éphémère du soir, F. P.20…, qui fut radical, J. L.21…, moins connu comme journaliste que comme père d’une jeune étoile, L.-F. C.22…, qu’il convient de ramener au grand jour de ses explorations au bout de la nuit, d’autres encore23… »

  • 24 Ibid.
  • 25 Ce soir, 16 juillet 1939.
  • 26 Nizan P., « I – Ce qu’on a le droit de dire », Ce soir, 19 juillet 1919.
  • 27 Nizan P., « II – M. P.-E. Flandin Premier ministre », Ce soir, 20 juillet 1939.
  • 28 Nizan P., « III – M. Jean Boissel entendu hier par le juge Combeau a choisi pour maître M. Julius (...)
  • 29 Nizan P., « IV – Le Comité France-Allemagne et M. de Brinon » et « V – Histoire d’Otto Abetz », Ce (...)

10Les accusations portées par Nizan sont lourdes de signification, dans la mesure où, même suggérés, les noms de Louis Darquier de Pellepoix, Jean-Claude Legrand, Jacques Doriot ( ?), François Piétri, Jean Luchaire et Louis-Ferdinand Céline renvoient à des personnalités reconnues et toutes accusées d’accointances avec Otto Abetz et un autre familier de l’ambassade d’Allemagne à Paris, le Dr Friedrich Grimm. Germanophile notoire et stipendié, le diplomate Fernand de Brinon est cité lui-aussi. Quoi qu’il en soit, le propos du journaliste ne souffre pas l’ambiguïté et, au passage, celui-ci se permet même de citer une phrase que l’ancien président de la République Raymond Poincaré avait empruntée à Démosthène : « On ne l’emporte pas sur les ennemis du dehors avant d’avoir mis hors d’état de nuire les ennemis du dedans. » Et Nizan de conclure : « Cette formule peut être reprise aujourd’hui : il y va de la sécurité et de l’unité réelle du pays24. » Le texte publié par Nizan lui donne l’occasion de poursuivre son propos dans les jours qui suivent, mais en l’élargissant sensiblement. Si, dès le lendemain, paraît dans Ce soir un article intitulé « La trahison au profit du Reich – L’enquête s’étend à de nombreuses personnes suspectées – Le Gouvernement publie un communiqué25 », le nom de Louis-Ferdinand Céline ou même simplement ses initiales n’apparaissent plus et ne seront d’ailleurs plus mentionnées par le chroniqueur. Il n’en demeure pas moins que la thématique des « hitlériens français » n’a nullement disparu de ses centres d’intérêts, et prend même de l’ampleur sous sa plume. À partir du 19 juillet 1939, Nizan fait paraître une série de cinq articles sur le sujet : ce seront ses derniers textes jamais publiés de son vivant. Le journaliste entreprend d’y dénoncer l’entreprise de trahison menée en France au profit du IIIe Reich. Suggérant que les analyses en question ont peut-être été rédigés avant l’emballement médiatique de juillet 1939, un bandeau précise : « Cette enquête ne concerne pas les affaires en cours. Les personnages n’en sont pas imaginaires. Tous les faits en sont historiques26. » De nouveau, les attaques se veulent précises et ciblent les principaux activistes pro-allemands supposés. L’article du 20 juillet s’en prend à Pierre-Étienne Flandin, parfaite incarnation d’une droite républicaine ayant sombré dans l’ultra-pacifisme et, surtout, coupable lui-même d’avoir envoyé un télégramme de félicitations à Hitler au lendemain des accords de Munich27. Celui du 21 fustige l’attitude de l’ancien mutilé de guerre Jean Boissel, chef du groupuscule fascisant le Front franc et activiste pronazi stipendié par l’Allemagne28. Les textes des 22 et 23 juillet reviennent à des figures plus connues, celle de Fernand de Brinon, accusé d’avoir forgé un Comité France-Allemagne entièrement dévolu à la cause nazie, et celle de Jean Luchaire, rendu responsable des agissements allemands à Paris en raison de ses liens étroits avec Otto Abetz29.

11Sa mise en cause personnelle dans l’article du 15 juillet 1939 n’a cependant pas échappé à Louis-Ferdinand Céline. Même si c’est l’unique fois où son nom apparaît, y compris de façon allusive, dans le propos de Nizan, elle n’en déclenche pas moins sa colère immédiate. Céline entreprend d’abord d’écrire un droit de réponse, comme il l’a fait pour tous les journaux qui l’ont mis en cause. Mais Ce soir ne publie qu’une brève note dans son édition du 18 juillet, et elle se contente de résumer la position de l’écrivain en seulement six mots :

  • 30 Note parue dans Ce soir, 18 juillet 1939.

« Dans une lettre qui met en cause des tiers, M. L.-F. Céline nous écrit qu’il ne connaît aucun Allemand, ignore tout du Comité France-Allemagne et n’a été “stimulé, soudoyé, salarié, subventionné par personne30”. »

12Rendu furieux par le peu d’échos que rencontre son argumentaire de défense, selon lequel la dernière fois qu’il avait croisé des Allemands, c’était en décembre 1914 sur le front à Poelkapelle, Céline décide donc d’écrire à Charles Lesca, le gérant de Je suis partout, afin que l’hebdomadaire d’extrême droite publie sa réponse, dans un procédé qui deviendra systématique sous l’Occupation. Mais le texte de l’écrivain s’avère si virulent que Lesca hésite à l’accepter et décide finalement de ne pas le publier. On peut y voir un signe de prudence de sa part, à une époque où les dirigeants de Je suis partout doivent eux-mêmes se défendre des accusations récurrentes d’hitlérophilie portées à leur encontre. On peut aussi y voir un signe des relations complexes et ambivalentes qui lient l’hebdomadaire à Céline. Connue des spécialistes d’histoire littéraire, la lettre a pourtant été conservée, mais il faudra attendre 2009, et l’édition des Lettres de Céline dans la Pléiade, pour la voir resurgir au grand jour. À la parcourir, on comprend mieux les raisons de son oubli. En voici le texte intégral :

  • 31 Allusion à la franc-maçonnerie. L’accusation vise probablement les soi-disant fréquentations et l’ (...)
  • 32 Littéralement « judéo », Céline reprenant les termes du décret Marchandeau. En ce qui concerne les (...)
  • 33 Paul Nizan est parti un an en URSS en 1934.
  • 34 Second roman de Nizan P., Le Cheval de Troie est paru en 1935 chez Gallimard.
  • 35 Lettre du 22 juillet 1939 à Charles Lesca, in Céline L.-F., Lettres. Choix de lettres de Céline et (...)

« Cher Ami
Je vous remercie très vivement de m’avoir passé mon intermède. Voilà je pense qui fixe bien net les choses –
Un tout petit côté, burlesque mais tout de même piquant dans cette rocambolade, est de surprendre le Nizan donnant à l’entour des verges catoniennes ! Peuchère ! Lui l’effroyable intrait de sauvetage politicailleux s’il en fut ! L’échappé de bidets des Loges31 ! Lui, la personnification même de toutes les foirures, de toutes les loupailles, littéraires et politiques – Lui le plus décourageant insipide bulleux limaçon de tout l’élevage habitanon32 gauchiste où pourtant Dieu sait s’ils inondent, submergent, et glairent à foison !
Lui, honte du jour ! ce foutricule fade cuyde à présent nous enseigner ! Lui le dénué-né ! le calamiteux “douzième” roue à la traîne dans toutes les vases, merdeux dans toutes les ornières ! C’est lui ce pauvre abject qui se présente au pavois ! Bonne mère !
Ce cancre est revenu, comme tous ceux de l’espèce “culture”, absolument insupportable des Soviets où il a séjourné si je ne me trompe fort longuement et salarié dans les bureaux communistes à Moscou – (des mois, voire des années33) avec madame.
Complaisances étrangères ? Ah qu’il est culotté d’oser parler ainsi de cordes dans une maison littéralement bourrée de pendus !
Petit indice minuscule mais certain – J’ai vu de mes yeux vu à Léningrad un roman de Nizan – Le Cheval de Troie34 – en vente traduit en anglais par les éditions Russes en Russie ! – alors qu’il n’est certainement pas traduit en Angleterre et qu’il doit compter 200 lecteurs en France en tout ! Et encore ! Service de presse !
Ce n’est plus de la complaisance c’est de l’élevage artificiel que pratique l’URSS envers ses navrants rossignols propagandistes
 ! Bien amicalement
L. F. Céline35. »

  • 36 Propos rapporté par Beauvoir S. (de), La Force de l’âge, Paris, NRF, Gallimard, p. 384.

13Toutefois, à peine commencée, la querelle Nizan-Céline s’interrompt net. Ce n’est pas la guerre qui l’en empêche, mais plus prosaïquement la trêve estivale. Alors que sa série d’articles sur les « hitlériens français » continue de paraître dans Ce soir, le premier nommé part pour des vacances en Corse persuadé de l’imminence du pacte militaire anglo-franco-soviétique, dont la conclusion n’a que trop tardé, mais qui permettra enfin d’opposer à Hitler un front diplomatique aussi vaste que résolu. Croisant en famille le couple Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir sur les quais de Marseille, Nizan pronostique : « L’Allemagne sera à genoux36 ! » Pendant ce temps-là, le second fait profil bas, refusant un nouvel affrontement judiciaire avec des communistes qu’il juge trop puissants, contrairement à l’équipe de Je suis partout qui, Gaxotte et Brasillach en tête, intente une action en justice contre ses diffamateurs présumés.

  • 37 Julien Poirier s’est quant à lui suicidé en prison au cours de la Drôle de Guerre.
  • 38 Lettre ouverte de Louis-Ferdinand Céline publiée dans L’Émancipation nationale, 21 novembre 1941.

14Le coup de tonnerre du pacte germano-soviétique du 23 août 1939 et la guerre européenne qui en découle une semaine plus tard referment définitivement ce bref épisode, contribuant par là-même à sa relégation hors de la mémoire collective. Pourtant, certains de ses acteurs en paieront le prix fort. Paul Nizan meurt au champ d’honneur le 23 mai 1940. Destin moins connu, le sténographe du Sénat, Amourelle, est finalement fusillé pour espionnage en pleine débâcle, le 22 juin à Pessac37. Encore quelques jours et les « hitlériens français » de 1939 pourront enfin s’afficher au grand jour avec l’Occupant. Céline s’apprête en particulier à voir ses engagements politiques et sa position d’écrivain réévalués à l’aune des nouveaux temps. Le décret Marchandeau contre l’expression antisémite étant abrogé en août 1940, il verra ses pamphlets antisémites réédités, et même enrichis de photographies. Habitué des séances de l’Institut d’Études des Questions Juives (IEQJ), l’écrivain sera aussi un familier des droits de réponse ultracollaborationnistes dans la presse parisienne. Comme pour mieux donner raison aux accusations portées contre lui par Nizan et Sampaix à la veille de la guerre, Céline résumera en peu de mots sa position en novembre 1941 au détour d’une lettre ouverte à Maurice-Yvan Sicard dans l’hebdomadaire L’Émancipation nationale : « Pour devenir collaborationniste, j’ai pas attendu que la Commandantur (sic) pavoise au Crillon38. »

Notes

1 La relation Nizan-Céline a été abordée en son temps, en particulier par Luc Rasson dans un recueil de textes rassemblés par Deguy J. et Alluin B., Paul Nizan écrivain, Lille, Presses universitaires de Lille, 1988, p. 123-136.

2 Nizan P., Chronique de septembre, Paris, NRF, Gallimard, 1939.

3 Nizan H., Libres mémoires, Paris, Robert Laffont, coll. « Vécu », 1989, p. 274. L’offre devait être faite en novembre 1939 à Paul Nizan par le comte de Fels, à l’occasion d’un dîner chez Madeleine Le Verrier. Alors mobilisé au front, l’écrivain la refusera.

4 Céline L.-F., Bagatelles pour un massacre, Paris, Denoël, 1937, p. 221.

5 Décret Marchandeau, 21 avril 1939.

6 Kaminski H.-E., Céline en chemise brune ou le Mal du présent, Paris, Nouvelles Éditions Excelsior, 1938. Plusieurs rééditions du texte existent, dont celles des éditions des Mille et une Nuits, 1997.

7 Godard H., Céline, Paris, Gallimard, coll. « Biographies », 2011, p. 251-252.

8 Lire à ce sujet Nicaut C., « Le procès des Protocoles des Sages de Sion. Une tentative de riposte juive à l’antisémitisme dans les années 1930 », Vingtième Siècle, 1997, no 53, p. 71.

9 Parquet Général – Cour de Justice de la Seine, dossier no 3490 CJ 46 « affaire Pfannstiel Arthur ». Jugé après la guerre en France, Pfannstiel sera poursuivi pour crimes de guerre, avant d’être acquitté en juin 1950, puis condamné à trois ans de prison avec sursis, en août de la même année, pour vol de tableaux ayant appartenu à des collectionneurs juifs spoliés.

10 Il succèdera en 1942 à Xavier Vallat à la charge de commissaire général aux Affaires juives, et y demeurera jusqu’à la fin de l’Occupation.

11 Nizan P., Chronique de septembre, Paris, NRF, Gallimard, 1938, rééd. 1978, p. 15.

12 Reproduction par Ce soir et L’Humanité du 1er août 1939 d’un écho paru précédemment dans le Daily Telegraph.

13 Il s’agit de la seule publication à avoir jamais été condamnée pour infraction au décret Marchandeau, le 26 juillet 1939.

14 « L’énigmatique Dr Abetz », Le Canard enchaîné, 5 juillet 1939.

15 Pierre Gaxotte (1895-1982), directeur de l’hebdomadaire d’extrême droite Je suis partout, jusqu’à l’été 1939.

16 Gaétan Sanvoisin (1894-1975), collaborateur au Figaro et au Journal des Débats.

17 Louis Darquier de Pellepoix (1897-1980), alors activiste d’extrême droite.

18 L’avocat Jean-Claude Legrand, directeur de l’hebdomadaire antisémite Le Défi, lancé en 1937.

19 Peut-être Jacques Doriot (1898-1945), député de la Seine de 1928 à 1937, chef du Parti populaire français d’inspiration fasciste, dont l’organe d’expression est l’hebdomadaire L’Émancipation nationale.

20 Sans doute François Piétri (1882-1966), député radical et plusieurs fois ministre dans l’Entre-deux-guerres, collaborateur aux Cahiers franco-allemands.

21 Jean Luchaire (1901-1946), directeur germanophile de l’hebdomadaire Notre Temps.

22 Louis-Ferdinand Céline (1894-1961).

23 Nizan P., « Une grave affaire qui éclaire Munich – MM. Aubin et Poirier, chef des informations au Temps et chef de la publicité au Figaro ne sont pas seuls coupables de trahison – Ce soir indique des pistes », Ce soir, 15 juillet 1939.

24 Ibid.

25 Ce soir, 16 juillet 1939.

26 Nizan P., « I – Ce qu’on a le droit de dire », Ce soir, 19 juillet 1919.

27 Nizan P., « II – M. P.-E. Flandin Premier ministre », Ce soir, 20 juillet 1939.

28 Nizan P., « III – M. Jean Boissel entendu hier par le juge Combeau a choisi pour maître M. Julius Streicher », Ce soir, 21 juillet 1939.

29 Nizan P., « IV – Le Comité France-Allemagne et M. de Brinon » et « V – Histoire d’Otto Abetz », Ce soir, 22 et 23 juillet 1939.

30 Note parue dans Ce soir, 18 juillet 1939.

31 Allusion à la franc-maçonnerie. L’accusation vise probablement les soi-disant fréquentations et l’entourage de Paul Nizan, dans la mesure où l’écrivain n’était pas lui-même franc-maçon.

32 Littéralement « judéo », Céline reprenant les termes du décret Marchandeau. En ce qui concerne les accusations antisémites, elles ne pouvaient pas viser Nizan qui n’était pas juif, mais sa femme Henriette – née Alphen – fut parfois mise en cause par la presse maurrassienne.

33 Paul Nizan est parti un an en URSS en 1934.

34 Second roman de Nizan P., Le Cheval de Troie est paru en 1935 chez Gallimard.

35 Lettre du 22 juillet 1939 à Charles Lesca, in Céline L.-F., Lettres. Choix de lettres de Céline et de quelques correspondants (1907-1961), édition d’Henri Godard et Jean Paul Louis, préface d’Henri Godard, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », p. 591.

36 Propos rapporté par Beauvoir S. (de), La Force de l’âge, Paris, NRF, Gallimard, p. 384.

37 Julien Poirier s’est quant à lui suicidé en prison au cours de la Drôle de Guerre.

38 Lettre ouverte de Louis-Ferdinand Céline publiée dans L’Émancipation nationale, 21 novembre 1941.

Auteur

Agrégé et docteur en histoire, est enseignant en lycée, chargé de cours à l’université Toulouse-Capitole et membre du laboratoire FRAMESPA à l’université Toulouse-Le Mirail. Il est responsable de la rubrique « Textes et Témoignages retrouvés » de la revue Aden, et collaborateur régulier à sa rubrique « Comptes rendus de lecture ». Il est co-auteur du Dictionnaire des étrangers qui ont fait la France (section « Littérature ») paru chez Robert Laffont en 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search