Version classiqueVersion mobile

Journalisme et littérature dans la gauche des années 1930

 | 
Anne Mathieu
, 
François Ouellet

Première partie. Journalisme

Visions prospectives de la guerre du Pacifique : l’écrivain-journaliste Régis Messac témoin et analyste de son temps

Natacha Vas-Deyres

Texte intégral

  • 1 Du 22 octobre 1936 (no 108) au 29 avril 1937 (no 109), Le Barrage a été rattaché à La Patrie humain (...)

1Romancier et essayiste, premier exégète de la littérature policière, historien de la littérature populaire, des Utopies et de la science-fiction, Régis Messac a laissé derrière lui une abondante production journalistique. Tout à la fois chroniqueur, reporter, témoin et analyste de la société – française et internationale – des années 1920 à 1940, ses écrits sont publiés dans des périodiques de gauche et d’extrême gauche, comme Le Progrès civique, Nouvel Âge ou Les Primaires. C’est dans leurs colonnes mais aussi dans son roman Quinzinzinzili que Régis Messac se métamorphose en prospectiviste de la guerre du Pacifique. Militant pacifiste, il annonce la guerre du Pacifique comme une échéance inéluctable dès 1928 dans une étude publiée par le Progrès civique. Il en fera un point de focalisation, par une mise en abyme de la Seconde guerre mondiale dans l’hebdomadaire Le Barrage1.

  • 2 Costello J., The Pacific War, Quill, 1982 ; Quétel C. et Prime C., Larousse de la Seconde guerre mo (...)
  • 3 Voir à ce sujet l’ouvrage pertinent de Melmoux-Montaubin M.-F., L’Écrivain journaliste au XIXe sièc (...)
  • 4 Vas-deyres N. et Messac O. (dir.), Régis Messac, un écrivain-journaliste à re-connaître, Paris, Édi (...)

2Les racines de la seconde guerre sino-japonaise remontent à la fin du XIXe siècle avec une Chine en plein chaos politique et un Japon en voie de modernisation rapide. Pour les historiens John Costello ou Christophe Prime2, le terme de « guerre de 15 ans » est entré en usage au Japon, faisant remonter le conflit à l’invasion de la Mandchourie en 1931. Dès la fin des années 1920, Régis Messac est convaincu de la possibilité d’une guerre du Pacifique. Il perçoit les dangers des politiques impérialistes amenant aux campagnes menées à partir de 1941 en Extrême-Orient et dans les pays bordant l’océan Pacifique, dans le cadre de l’affrontement entre les Alliés et l’empire du Japon, dont la politique expansionniste visait l’ensemble de la région. Régis Messac aborde le conflit avec une pluralité de vues tout à fait singulière, témoignant dans son œuvre journalistique et fictionnelle d’une double contamination : celle du journal par le livre qui donne une tonalité spécifique à la presse française depuis le XIXe siècle3 et celle de l’article de presse, plus spécifiquement des revues, enrichi par l’écriture et la culture de son auteur4. La marche à la guerre du Pacifique est anticipée dès 1934 dans sa chronique satirique « Propos d’un Utopien », développée dans une dimension anticipatrice mais romanesque dans Quinzinzinzili en 1935 puis confirmée entre novembre 1937 et juin 1938 dans ses commentaires de « la revue de la presse étrangère » de Nouvel Âge.

Anticipation ou prospective ?

3Tout à la fois auteur d’anticipation (Quinzinzinzili), de dystopies (Valcrétin, La Cité des asphyxiés) voire de science-fiction (Le Miroir flexible), et dans le même temps un journaliste au sens plein du terme (chroniqueur, reporter, analyste, etc.), Régis Messac nécessite d’avoir une vision nuancée de ses différents écrits lorsqu’il évoque l’actualité ou les développements futurs d’une question de politique internationale comme le conflit dans le Pacifique. L’anticipation est un genre très voisin de la science-fiction, il désignait même les romans de SF avant l’apparition du néologisme « scientifiction » inventé par Hugo Gernsback en 1926 lors de la création d’Amazing Stories aux États-Unis. Elle naît de la rencontre entre les traditions du voyage imaginaire, de l’utopie et des romans d’aventures et projette le lecteur dans un temps futur, nécessairement fictif, imaginaire et conçu par l’écrivain selon ses désirs, ses craintes ou ses rêves propres. La caractéristique du roman d’anticipation est la crédibilité de cet avenir. Pour réaliser cet objectif de vraisemblance, des détails sont empruntés à la réalité actuelle et quotidienne et des événements véridiques sont mélangés avec d’autres imaginés. Les auteurs de romans d’anticipation doivent être visionnaires et apprécier les circonstances présentes pour en déduire intuitivement avec plus ou moins de certitudes, ce qui se passera dans l’avenir. Peuvent être considérés par exemple comme romans d’anticipation le Paris au XXe siècle de Jules Verne (1863), 1984 de George Orwell, écrit en 1948, ou encore Tous à Zanzibar de John Brunner (1968) et le cyberpunk Neuromancer de William Gibson (1984), tous écrits à des périodes de changements politiques, économiques ou sociologiques majeurs. Les façons de percevoir et d’aborder l’avenir comportent de nombreuses variables ; leur agencement conditionne différentes méthodes d’approche et nécessite une perception en continuité ou en rupture selon qu’il s’inscrit ou non dans la ligne des précédents épisodes historiques. L’anticipation dans un contexte de forte évolution ou de rupture, s’emploie à détecter des indicateurs de changement (signaux faibles) et à les qualifier, par exemple en mesurant leur importance ou leur probabilité (tendances lourdes), ce que fait Régis Messac dans Quinzinzinzili. Pour Jules Athouni, qui relève quelques différences entre la fiction du roman et la réalité,

  • 5 Atouni J., Les Yeux rougis de fatigue, consultable sur [http://lesyeuxrougisdefatigue.blogspot.fr], (...)

« [l]a Seconde guerre mondiale est annoncée, y compris certains événements précis comme l’attaque de Pearl Harbor. Il y a bien sûr quelques différences, Messac n’était pas devin, ([dans son roman], le Japon attaque Honolulu et non Pearl Harbor, par exemple) mais elles sont marginales. Troublant5 ».

  • 6 Baudin M. et Durance P., Débat « Seule la prospective permet d’opter pour un futur souhaitable », S (...)

4L’autre type d’approche est la méthode prospective qui s’intéresse moins aux manifestations du changement qu’à ses ressorts, intègre ces indicateurs dans une vision cohérente et ouvre le champ pour mettre en perspective, en relation avec une intention ou un projet, pour donner un sens à l’ensemble. La prospective est une démarche beaucoup plus approfondie et globale d’analyse et de synthèse, associée à une vision stratégique élargie ; pour orienter le changement, elle s’attache plus à ses causes qu’à ses effets visibles. La démarche de Régis Messac se situe dans une double approche : en tant que romancier dans la sphère de la fiction, en tant que journaliste-analyste dans l’appréhension de sa contemporanéité. Ce qui importe à la méthodologie prospective c’est la reconnaissance de la pluralité des futurs : « Il s’agit avant d’explorer les futurs possibles pour pouvoir y repérer les souhaitables et faire des choix en connaissance de cause6. » La vision prospectiviste de Régis Messac ne se veut pas dogmatique, l’écrivain-journaliste n’est pas un futurologue, mais elle est porteuse d’une synthèse créative sur un avenir possible et cette position souligne la singularité d’une pensée analysant le contexte géopolitique international de la fin des années 1930.

La guerre du Pacifique dans la fiction

  • 7 Messac R., « Voyages en uchronie », Propos d’un Utopien (PUU), Les Primaires, nov. 1936, p. 658-663 (...)
  • 8 La chronique « Propos d’un Utopien », tenue par Régis Messac dans Les Primaires entre janvier 1930 (...)
  • 9 L’Histoire de quatre ans, 1997-2001 de Daniel Halévy date de 1903, Les Fragments d’une histoire uni (...)

5Le roman Quinzinzinzili, publié en mai 1935, précède de quatre ans les événements réels ayant déclenché la Seconde guerre mondiale et suit les articles écrits depuis 1928 sur l’importance de la guerre du pacifique. Ce récit apocalyptique et post-apocalyptique est narré à la première personne par Gérard Dumaurier, le seul survivant adulte avec un groupe d’enfants de ce monde situé temporellement à la fin des années 1930. Régis Messac anticipe d’une poignée d’années son propre contexte historique. Le troisième chapitre du roman peut être considéré à mi-chemin entre l’anticipation et l’uchronie7 car Messac y analyse les causes de la Seconde guerre mondiale en déviant finalement assez légèrement de la ligne historique mais en accentuant le rôle primordial du conflit entre Américains et Japonais. Il faut noter que cette analepse singulière qui n’appartient pas au récit post-apocalyptique est en réalité une chronique de la série « Propos d’un Utopien8 » : « Comment fut déclarée la guerre de 1934, par Boudou-Bada, professeur de l’université de Capetown », publié en avril 1934 dans Les Primaires. L’écriture journalistique fictionnelle, comme souvent chez Messac s’intègre à la conception du roman pour écrire une histoire du futur proche : il reprend une perspective traditionnelle de l’anticipation consistant à proposer une réécriture de l’histoire du futur dans laquelle se sont inscrits Daniel Halévy et son Histoire de quatre ans, 1997-2001, André Maurois et Les Fragments d’une histoire universelle 1992 ou Jacques Sternberg et son Petit précis d’histoire du futur9.

  • 10 Messac R., Quinzinzinzili, Talence, L’Arbre vengeur, 2007, p. 28-29.
  • 11 Messac R., « La guerre du Pacifique », Le Progrès civique, no 487, 15 déc. 1928, p. 1660-1662.
  • 12 Quinzinzinzili, op. cit., p. 29.

6Dans Quinzinzinzili, la Seconde guerre mondiale est initiée par « un fait capital, l’encerclement du Japon : « C’est en effet en Extrême-Orient qu’allait cette fois se jouer le sort de l’humanité ; et rien ne marque mieux la déchéance de l’Europe ; la guerre européenne devait cette fois-là n’être qu’un sous-produit de la guerre du Pacifique10. » Invoquant la volonté du Japon de coloniser la Chine, une analyse déjà présente dans un article écrit en 192811 pour Le Progrès civique, Régis Messac se réfère à des personnages historiques dont l’amiral Osumi, « ministre de la marine japonais […] qui annonçait sa ferme intention de ne tenir aucun compte des limites imposées aux armements navals par les traités de Londres et de Washington12 ». Le fait le plus troublant est que Régis Messac anticipe ou prévoit dans la fiction un événement réel sous-tendu par l’existence d’un personnage historique ; l’ambassadeur de France à Tokyo, Fernand Pila écrit à Pierre-Étienne Flandin, ministres des affaires étrangères dans le cabinet d’Albert Sarraut, le 18 mai 1936 :

  • 13 Documents diplomatiques français, 1932-1939, 2e série (1936-1939), tome 2, Peter Lang, 2005, p. 335 (...)

« Certaines démonstrations relatives à l’avenir de l’expansion japonaise […] permettent de supposer que les dirigeants de ce pays se trouveront peut-être bientôt dans la dans la nécessité de choisir […] entre deux orientations […] : continuation de l’active politique continentale [vers la Chine] ou adoption d’une politique océanique renforcée [vers les îles Formoses…] de son côté l’amiral Osumi, également membre du conseil supérieur de la Marine et ancien chef de ce département s’embarquait à destination des îles sous mandat13. »

  • 14 Après 1944, le journal prend le titre de Le Populaire de Paris, journal revue hebdomadaire de propa (...)
  • 15 Quinzinzinzili, op. cit., p. 36-37.

7D’autre part, toute la fin du chapitre est marquée par une série de pastiches d’articles de journaux, L’Écho de Paris (publié entre 1884-1944), un quotidien conservateur et nationaliste, Le Petit Parisien (1876-1944), l’un des principaux journaux de la IIIe République, et deux journaux « militants » et engagés à gauche, Le Populaire14 (1916-1970), avec un article signé Léon Blum, et bien sûr L’Humanité. La déclaration de guerre entre le Japon et la France est envisagée dans la fiction comme si le Japon provoquait des révoltes populaires en Indochine Française, des nouvelles envenimées par la presse patriotique : « DE L’OR JAPONAIS TROUVE DANS LES POCHES DES CADAVRES DES INSURGES. […] Il fut désormais entendu que le Japon avait pris l’initiative des hostilités contre la France15. » Or Régis Messac dans son article du Progrès civique de 1928, dénonçait déjà la manipulation des peuples par les grandes agences de renseignements, du Japon et des États-Unis :

« Représentez-vous l’affolement à Paris, les vociférations contradictoires, le vertige national, à l’annonce, d’une invasion, même partielle de l’Indochine. […] Imaginez les manchettes des journaux : une compagnie française massacrée. – Les agresseurs se retirent après le pillage. – On trouve de l’or japonais dans les poches des cadavres. »

  • 16 Ibid., p. 34.

8Dans Quinzinzinzili, la Seconde guerre mondiale est provoquée par une guerre du Pacifique larvée, une « guerre sourde et confuse16 » et aboutit à une apocalypse et à la fin de l’humanité : ce sont d’abord des hostilités entre la Russie et le Japon dans le territoire frontalier de la Mandchourie puis une déclaration de guerre entre ces deux nations ; ensuite les Japonais en bombardant Honolulu provoquent le conflit avec les États-Unis ; en attaquant l’Indochine, le conflit se déclare avec la France ; le Japon, encerclé par deux grandes puissances, la Russie bolchévique et les États-Unis, se chercha des alliés et acheta le gouvernement d’Hitler, ce qui permit l’encerclement de la Russie. L’anticipation du roman, dont ce passage est une fiction écrite pour une chronique journalistique, se caractérise par une porosité certaine avec la dimension prospective que le lecteur de Messac retrouve dans ses articles.

Visions prospectives de la guerre du Pacifique chez le journaliste Régis Messac

9Régis Messac ne consacre pas moins d’une quinzaine d’articles ou de revues de presse à la guerre du Pacifique, entre 1928 et 1939, dans tous les supports journalistiques dans lesquels il écrivait : Le Progrès civique, déjà cité, Les Primaires, Le Barrage ou encore Nouvel Âge. L’article de 1928 pose les bases d’une vision géopolitique que Régis Messac juge sous-estimée par la grande presse et les analystes : le conflit entre les États-Unis et le Japon naîtra des visées expansionnistes de celui-ci, sous-tendu par un antagonisme commercial très puissant entre ces deux nations puisque la Chine, à cette époque, est considérée comme un gigantesque potentiel de consommateurs et de développement économique :

  • 17 Le Progrès civique, op. cit.

« Les États-Unis […] auront de plus en plus besoin, dans un proche avenir, de marchés nouveaux et importants. Foin du marché européen, méfiant et mesquin ; il leur faut des pays neufs, des clients peu difficiles, possédant un grand pouvoir d’absorption. Les Américains ont donc des vues sur le Pacifique et spécialement sur la Chine17. »

  • 18 Ibid.

10D’un point de vue politique, il fait remonter les origines du conflit au début des années 1920, voyant dans la guerre civile chinoise un affrontement entre « mercenaires chinois à la solde des yankees qui font la guerre à d’autres mercenaires chinois à la solde du Japon18 ». Mais Messac va plus loin : il émet l’hypothèse que l’Angleterre, ne supportant pas la concurrence américaine sur un futur marché chinois a installé un base navale à Singapour pour prendre part à une future guerre aux côtés du Japon contre les États-Unis. Là, évidemment, la vision de Messac était trop éloignée dans le temps pour envisager les futures alliances de la Seconde guerre mondiale. Mais il conclut cet article fondamental en prédisant qu’un « cataclysme mondial est en gestation » dans le Pacifique. En septembre 1931, les événements semblent se précipiter avec l’invasion de la Mandchourie par l’Armée du Guangdong de l’Empire du Japon. Nous rappelons que les Japonais y ont créé un état « fantôche » appelé le Mandchoukouo et qu’ils occuperont cette zone jusqu’en 1945, reprise par l’armée soviétique puis rétrocédée à la République populaire de Chine. Dans un second article essentiel paru le 31 octobre 1931 dans Le Progrès civique, « La guerre du pacifique ou les dangers des politiques impérialistes », Régis Messac appuie dès lors sa démonstration prospective à l’aide d’un argumentaire conforté par l’actualité. Pour lui crise économique et crise politique sont indéfectiblement liées :

    • 19 Messac R., « La guerre du Pacifique ou les dangers des politiques impérialistes », Le Progrès civiq (...)

    « la crise rend de plus en plus urgente pour les industriels américains la recherche de débouchés nouveaux et ils voient d’un très mauvais œil les progrès du Japon dans cette contrée19 » ;

    • 20 Ibid.

    d’un poing de vue diplomatique les Américains semblent soutenir les efforts de la Société des nations [SDN] pour maintenir la paix parce que cela favorisent leurs intérêts : « Ils s’efforcent de transformer cette machine à faire la paix en machine de guerre contre le Japon20 » ;

    • 21 Ibid.

    la France pourrait même s’intéresser à cette guerre, voire en profiter pour vendre des armes. Et Messac de citer la remarque ironique de Rodolphe Bringer du Canard enchaîné : « Cela arrangerait rudement nos finances21. »

  • 22 Nous rappelons au passage que Régis Messac fut professeur à l’université McGill au Canada de 1924 à (...)

11Les articles que Régis Messac fait paraître sur le sujet entre 1932 et 1938 permettent dès lors différentes focalisations sur la mise en place de l’engrenage de ce conflit. Les titres même des articles témoignent non seulement de l’esprit caustique et lucide du journaliste Régis Messac mais également de la pertinence de ses analyses géopolitiques : « Le sentiment antijaponais aux États-Unis » (Le Barrage, 18 juillet 1935), « Choc en retour » (Le Barrage, 11 juin 1936), « Le Japon en marche pour la conquête du monde » (Nouvel Âge, revue de la presse étrangère, 20 novembre 1937), « Mêlée générale et foire d’empoigne » (Nouvel Âge, revue de la presse étrangère, 25 juin 1938), « Le Jardin des supplices » (Nouvel Âge, revue de la presse étrangère, 10 décembre 1938) ou encore le si bien nommé « Le rire jaune » (Nouvel Âge, revue de la presse étrangère, 9 février 1939). L’essentiel des analyses de Régis Messac suivra à partir de 1937 l’actualité du conflit par le biais des revues de la presse étrangère22. Mais deux articles appartiennent encore à la dimension prospective. Le 18 juillet 1935 Régis Messac insiste sur le sentiment antijaponais favorisé aux États-Unis par une propagande outrancière pour faire adhérer la population aux projets d’une future guerre dans le Pacifique : « Le gouvernement Roosevelt, contrairement à ce qu’on pourrait croire, a été particulièrement tendre pour ses généraux et amiraux. » Rapportant des faits relatés dans The Nation du 26 juin 1935, comme la création en Californie d’un comité pour boycotter les marchandises japonaises, Messac analyse des éléments de propagande qui seront à l’origine d’un racisme antijaponais particulièrement durable aux États-Unis même longtemps après 1945 : les Japonais naturalisés aux USA sont accusés de dumping, on leur interdit toute transaction immobilière, d’acheter des terres… Des rumeurs sont propagées, les Japonais arroseraient de poison les légumes qu’ils vendent aux américains ! Dans Le Barrage du 11 juin 1936, comparant les événements se déroulant en Éthiopie à la même période (nous rappelons que du 20 octobre 1935 au 5 mai 1936 Mussolini va s’emparer de l’Empire d’Éthiopie d’Haile Selassie), Régis Messac traduit, interprète les différentes dépêches de presse ayant pour sujet les activités militaires en Extrême-Orient, il anticipe sur les futures positions japonaises leur permettant de mener une guerre rapide pour occuper le plus de territoires possibles, notamment en Chine et sur les îles du Pacifique :

  • la guerre chimique par l’emploi intensif de gaz surtout contre des populations dépourvues de matériel moderne de protection ;

  • se moquer ouvertement de la SDN dont l’inefficacité éclate à tous les yeux ;

  • l’Impérialisme anglais hésitant et affaibli face aux conquêtes des impérialismes plus jeunes et plus dynamiques.

  • 23 « Le Japon en marche pour la conquête du monde », Nouvel Âge, no 272, 20 novembre 1937, p. 2.

12À partir de 1937, les ambitions japonaises sont connues de toute la presse internationale à travers le « plan Tanaka », un plan de conquête de l’Asie puis du monde, attribué au général Baron Tanaka qui fut Premier ministre du Japon du 20 avril 1927 au 2 juillet 1929 : « Si nous voulons nous rendre maîtres de la Chine, il nous faudra d’abord écraser les États-Unis, tout comme dans la passé il nous a fallu guerroyer avec la Russie23. » Le plan analysé par Régis Messac souligne qu’après la conquête de la Chine les autres contrées bordant le Pacifique auront peur et ne s’opposeront pas à la conquête japonaise ; c’est une guerre « moderne » nécessitant la maîtrise absolue des moyens de communication et de transport. Régis Messac rejette même la comparaison faite entre Tanaka et le personnage rabelaisien de Picrochole tant sa conviction reste forte que ce plan est à prendre très au sérieux :

  • 24 Ibid.

« On ne peut s’empêcher de songer aux rêves de Picrochole. C’est ce qui fait que beaucoup de gens sérieux haussent les épaules quand on leur parle du plan Tanaka. Ils le traitent de roman. Cependant il faut constater qu’une bonne partie de ce plan a été déjà réalisée, celle qui concerne la Corée et la Mandchourie, et que les Japonais semblent en bonne voie pour réaliser la suite24. »

  • 25 Le début de l’ère Shōwa vit l’État japonais tomber sous l’influence croissante de l’expansionnisme (...)

13Dans sa revue de presse « Mêlée générale et foire d’empoigne » du 25 juin 1938, Il n’insiste pas davantage ; pour lui la guerre du Pacifique est actée même si ses compatriotes n’en sont pas encore totalement conscients. Le passage pour Régis Messac d’articles de fond sur le sujet à une revue de presse dans les années de déclaration de guerre est significatif : il se pose désormais plus en observateur qu’en analyste prospectiviste. Les deux dernières revues de presse sont ainsi consacrées à une analyse géopolitique de la situation réelle des Japonais dans leur sphère d’influence en Asie : les Japonais traitent cruellement les blessés chinois dans leur guerre de conquête25 (plus de 200 000 civils chinois furent exterminés lors du massacre de Nankin par l’armée impériale japonaise), le Japon lui-même s’épuise dans cette guerre et il est dans l’impossibilité d’exploiter les ressources naturelles de ses conquêtes récentes en Chine du Nord par manque de main d’œuvre disponible. Enfin dans sa revue de presse du 9 février 1939, Régis Messac donne la parole aux Japonais eux-mêmes : faire comprendre la situation aux lecteurs français tout en pénétrant dans l’esprit même des belligérants est l’attitude pédagogique et intelligente du journaliste Messac. Dans la revue japonaise Chûô-Kôron, il cite un certain M. Kobagashi, le Japon veut réhabiliter un empire asiatique en ressuscitant la figure tutélaire de Gengis Khan. La Chine « pays frère » pourrait être considéré comme une alliée à l’instar de l’Espagne pour le Reich. Nous ne pouvons que souligner à travers ses différents articles la compétence de l’analyste Régis Messac qui prévoyait dans ses grandes lignes l’origine du conflit le plus meurtrier que l’humanité ait jamais connu. Et en cela sa dimension de journaliste rejoignait celle de l’écrivain apocalyptique de Quinzinzinzili, même si ce sont des gaz hilarants mortels qui détruisent l’humanité et non des bombes thermonucléaires.

***

14Régis Messac, déporté en 1943, disparu dans une Marche de la mort en Allemagne au début de l’année 1945, ne verra pas le bombardement d’Hiroshima et celui de Nagasaki, ultime événement tragique de la Seconde guerre mondiale et de la guerre du Pacifique. L’héritage littéraire et journalistique qu’il nous a légué témoigne de la justesse de ses visions fictionnelles et de ses analyses prospectivistes sur l’importance de la guerre du Pacifique qui devait aboutir à l’impensable : oser l’utilisation de la bombe atomique sur des populations civiles ; l’usage de l’arme nucléaire ouvre une boîte de Pandore pour le développement d’un armement mondial ayant la capacité de détruire l’humanité en quelques secondes. Non seulement Régis Messac projette dans ses articles et revues de presse une vision géopolitique appartenant à la prospective et annonçant le déplacement des sphères d’influence et de pouvoir vers l’Asie, le Japon, la Chine, la Corée versus les États-Unis mais son roman apocalyptique Quinzinzinzili est un des premiers (après Ernest Pérochon avec Les Hommes frénétiques et José Moselli avec La Fin d’Illa en 1925) dans la littérature française à anticiper et/ou prévoir l’utilisation d’une arme de destruction massive pouvant annihiler l’humanité. Cette représentation romanesque de l’apocalypse moderne signe pour Régis Messac en 1935 l’inéluctable évolution du XXe siècle.

Notes

1 Du 22 octobre 1936 (no 108) au 29 avril 1937 (no 109), Le Barrage a été rattaché à La Patrie humaine. Le Barrage apparaissait alors en sous-titre de La Patrie humaine, et l’on trouvait à l’intérieur, une page intitulée « la vie de la LICP ».

2 Costello J., The Pacific War, Quill, 1982 ; Quétel C. et Prime C., Larousse de la Seconde guerre mondiale, Larousse, coll. « L’Œil des archives », 2007.

3 Voir à ce sujet l’ouvrage pertinent de Melmoux-Montaubin M.-F., L’Écrivain journaliste au XIXe siècle : un mutant des Lettres, Éditions des Cahiers intempestifs, coll. « Lieux littéraires », vol. 6, 2003.

4 Vas-deyres N. et Messac O. (dir.), Régis Messac, un écrivain-journaliste à re-connaître, Paris, Éditions Ex nihilo/université de Bordeaux, 2011.

5 Atouni J., Les Yeux rougis de fatigue, consultable sur [http://lesyeuxrougisdefatigue.blogspot.fr], article du 15 mars 2013.

6 Baudin M. et Durance P., Débat « Seule la prospective permet d’opter pour un futur souhaitable », Sciences et avenir, no 793, mars 2013, p. 44.

7 Messac R., « Voyages en uchronie », Propos d’un Utopien (PUU), Les Primaires, nov. 1936, p. 658-663. Régis Messac donne en note sa propre définition satirique de l’uchronie : « Terre inconnue, située à côté ou en dehors du temps, découverte par le philosophe Renouvier, et ou sont relégués, comme des vieilles lunes, les événements qui auraient pu arriver mais ne sont pas arrivés », (ibid).

8 La chronique « Propos d’un Utopien », tenue par Régis Messac dans Les Primaires entre janvier 1930 et mars 1939 est une tribune libre pour l’écrivain journaliste qui mêle dans ses propos invention littéraire, réflexions politiques, pamphlets, polémiques sur l’actualité de l’entre-deux-guerres.

9 L’Histoire de quatre ans, 1997-2001 de Daniel Halévy date de 1903, Les Fragments d’une histoire universelle 1992 d’André Maurois furent publiés en 1927, 1928 et 1930, et Le Petit précis d’histoire du futur de Jacques Sternberg parut en 1954.

10 Messac R., Quinzinzinzili, Talence, L’Arbre vengeur, 2007, p. 28-29.

11 Messac R., « La guerre du Pacifique », Le Progrès civique, no 487, 15 déc. 1928, p. 1660-1662.

12 Quinzinzinzili, op. cit., p. 29.

13 Documents diplomatiques français, 1932-1939, 2e série (1936-1939), tome 2, Peter Lang, 2005, p. 335-337.

14 Après 1944, le journal prend le titre de Le Populaire de Paris, journal revue hebdomadaire de propagande socialiste et internationaliste. Il fut fondé par des socialistes pacifistes grâce au soutien de la fédération de la Haute-Vienne, propriétaire depuis 1905 du quotidien Le Populaire du Centre. Jean Longuet, petit-fils de Karl Marx, en est le premier directeur politique avec Maurice Delépine comme responsable de la rédaction, le Limousin Léon Berland étant administrateur. Le journal se transforme sous la direction de Longuet en quotidien parisien du soir le 11 avril 1918. Le Populaire est diffusé de 20 à 50 000 exemplaires en 1919, son tirage atteint 60 000 exemplaires en 1939.

15 Quinzinzinzili, op. cit., p. 36-37.

16 Ibid., p. 34.

17 Le Progrès civique, op. cit.

18 Ibid.

19 Messac R., « La guerre du Pacifique ou les dangers des politiques impérialistes », Le Progrès civique, no 637, 31 octobre 1931, p. 1539-1540.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Nous rappelons au passage que Régis Messac fut professeur à l’université McGill au Canada de 1924 à 1929 et qu’il parlait parfaitement l’anglais.

23 « Le Japon en marche pour la conquête du monde », Nouvel Âge, no 272, 20 novembre 1937, p. 2.

24 Ibid.

25 Le début de l’ère Shōwa vit l’État japonais tomber sous l’influence croissante de l’expansionnisme militaire avec un régime politique de plus en plus sévère et autoritaire. En 1931, le Japon prit possession de la Mandchourie qui reçut le nom de Manzhouguo, considérée dès lors comme une colonie au même titre que la Corée. Le Japon se retira de la SDN en mars 1933 suite à une résolution lui demandant de se retirer de Mandchourie. En 1937 l’invasion de la Chine avait étendu l’empire japonais le long de la côte et sur le cours du Chang Jiang où l’armée impériale se livra à de nombreuses exactions contre les civils, notamment à Shanghai, Nankin, Canton et Wuhan. Après avoir signé en 1936 un pacte d’assistance (pacte anti-Komintern) avec l’Allemagne hitlérienne, le Japon rejoignit les forces de l’Axe en 1940. Voir Reischauer E. O., Histoire du Japon et des Japonais, t. 1, Des origines à 1945, Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 1997.

Auteur

Membre du Lapril/CLARE (Laboratoire Pluridisciplinaire de recherches sur l’imaginaire appliquées à la littérature) et chargée de cours à l’université Bordeaux-Montaigne. Son ouvrage Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle (2012) a été lauréat du Grand Prix de l’Imaginaire (catégorie essai) en 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search