Version classiqueVersion mobile

Jeanne d’Arc

 | 
Jean-Patrice Boudet
, 
Xavier Hélary

Jeanne d’Arc chez les frontistes : faire-valoir médiatique ou marqueur identitaire ?

Yann Rigolet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Deviser de Jeanne d’Arc et du Front national a aujourd’hui valeur de poncif. C’est un réflexe, une antienne qui ressurgit chaque premier mai depuis 1988, lorsque Jean-Marie Le Pen abandonne la manifestation annuelle héritée des Camelots du roi de l’Action française pour créer sa propre fête de Jeanne d’Arc. Sorte de fusion entre la traditionnelle fête du Travail et celle de la Patrie incarnée par l’héroïne, ce syncrétisme de circonstance s’inscrit dans la droite ligne du projet du fasciste Georges Valois de mai 1927. Le président du Faisceau notait ainsi dans Le Nouveau siècle, organe de presse du parti : « Il n’est pas inutile de rappeler aux uns que Jeanne d’Arc fut une grande travailleuse de France et aux autres que le travail n’est pas, ne pourra jamais être la marque d’une révolution destructrice […] Il ne faudrait pas beaucoup de propagande, faite par un État digne de ce nom, pour fondre en une seule fête celle du premier mai et celle de Jeanne d’Arc1. » Fête de la « Réaction ...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search