Version classiqueVersion mobile

Jeanne d’Arc

 | 
Jean-Patrice Boudet
, 
Xavier Hélary

Peut-on rire de Jeanne d’Arc sur la scène théâtrale au XIXe siècle ?

Julie Deramond

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Elle a frit, elle a tout compris », « Vous ne l’avez pas crue, vous l’aurez cuite », « Je veux descendre »… On connaît ces bons mots à visée humoristique, véhiculés sur Internet, par le bouche à oreille ou la publicité. Mais ce type d’humour, plus ou moins délicat, existe-t-il au XIXe siècle ? Peut-on rire ainsi de Jeanne d’Arc à cette période ? Nous tenterons de répondre à cette question à partir d’un corpus d’œuvres théâtrales jouées sur la scène française entre la fin du XVIIIe siècle et la veille de la Seconde Guerre mondiale1. Nous nous intéresserons tant aux pièces proprement dites qu’à la réception de ces œuvres.

Fin du XVIIIe siècle-début XIXe siècle : quand Jeanne d’Arc est moquée…

À la fin du XVIIIe siècle, Jeanne d’Arc n’est pas encore l’héroïne respectée, honorée et admirée que l’on connaît aujourd’hui. Elle n’est pas connue de l’ensemble des Français et son image apparaît contrastée.

Certes, elle est la libératrice fêtée à Orléans depuis le XVe...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search