Version classiqueVersion mobile

Jeanne d’Arc

 | 
Jean-Patrice Boudet
, 
Xavier Hélary

Jehanne, personnage iconique dans le Mystère du siège d’Orléans

Vicki L. Hamblin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En principe, les mystères de la fin du Moyen Âge mettaient sur scène ou la vie du Christ, dans les cycles de la Passion, ou la vie d’un saint exemplaire, dans le cas des mystères hagiographiques. Selon le Cycle des mystères des Premiers Martyrs, par exemple, ces derniers récitaient :

« Les vies des sains et des saintes
Pour les bonnes gens inciter
A bonnes euvres non pas faintes,
Et pour leurs cuers habiliter
Envers Dieu par doulces complaintes,
Afin qu’i les daigne habiter,
Par quoy sauvez sont mains et maintes1. »

On peut citer saint Louis, saint Martin de Tours et sainte Barbe comme exemples des personnages types que les fatistes honoraient dans les mystères joués aux XVe et XVIe siècles. Puisés dans la Légende dorée ou dans des documents dignes d’autorité, la quasi-totalité des saints élus comme protagonistes des mystères venaient nécessairement d’un passé lointain2. De prime abord, c’est saint Louis qui semblerait être le saint le plus moderne que célébrèrent les mystères français de l...

Auteur

Professeur à la Western Washington University (États-Unis)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search