Version classiqueVersion mobile

Jeanne d’Arc

 | 
Jean-Patrice Boudet
, 
Xavier Hélary

« Soit bons, soit mauvais esprits, ils me sont apparus ». Peut-on se fier à l’« information posthume » ?

Xavier Hélary

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Serait-ce dans ce moment d’attendrissement universel, de larmes, de contagieuse faiblesse, que l’infortunée, amollie et redevenue simple femme, aurait avoué qu’elle voyait bien qu’elle avait eu tort, qu’on l’avait trompée apparemment en lui promettant délivrance ? Nous n’en pouvons trop croire là-dessus le témoignage intéressé des Anglais. Toutefois, il faudrait bien peu connaître la nature humaine pour douter, qu’ainsi trompée dans son espoir, elle n’ait vacillé dans sa foi… A-t-elle dit le mot ? C’est chose incertaine ; j’affirme qu’elle l’a pensé1. »

C’est en ces termes que Michelet résume le contenu de ce qu’on a coutume d’appeler l’« information posthume ». À n’en pas douter, le texte est troublant, ce qui explique sans doute que les historiens de Jeanne d’Arc s’y soient en définitive peu intéressés2.

L’instrumentum du procès de condamnation de Jeanne d’Arc se conclut par la sentence par laquelle, le mercredi 30 mai, vers huit heures du matin, les juges (l’évêque de Beauvais Pi...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search