Version classiqueVersion mobile

Jeanne d’Arc

 | 
Jean-Patrice Boudet
, 
Xavier Hélary

L’hérésie de Jeanne. Note sur les qualifications dans le procès de Rouen

Jacques Chiffoleau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Du procès de Jeanne d’Arc, tant de commentaires ont été proposés, tant d’analyses ont été produites ou ressassées, tant de représentations ont été offertes que l’on peut à bon droit s’interroger sur la nécessité d’y revenir, une fois encore. Dès le procès lui-même, nous le savons bien, certains de ceux qui y participaient, il est vrai minoritaires, comme Jean Lohier, commencèrent à s’interroger sur sa régularité1. Et d’autres, de plus loin, de Bruges ou d’Avignon, comme les correspondants des Vénitiens Morosini, n’hésitèrent pas à y voir déjà très clairement la main des Anglais2. Ces interrogations ou ces interprétations ont prospéré et se sont multipliées pendant les décennies et les siècles suivants, entretenues par l’actualité changeante des rapports entre la justice et le pouvoir politique. Vingt ans après le procès de Rouen, entre 1449 et 1456, ces questions affleuraient déjà lors des différentes phases de la cause en annulation même si, il faut le souligner, la régularité de l...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search