Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imagination et histoire : enjeux contemporains

 | 
Marie Panter
, 
Pascale Mounier
, 
Monica Martinat
, 
et al.

Les auteurs

Texte intégral

1 Hélène Bister est doctorante en études cinématographiques à l’université Lumière Lyon 2.

2 Patrick Boucheron est professeur d’histoire médiévale à l’université Paris 1-Panthéon Sorbonne. Il a consacré de nombreux ouvrages à l’écriture de l’histoire, dont récemment Faire profession d’historien (2010), L’entretemps : conversations sur l’histoire (2012) et s’est essayé à la fiction avec Léonard et Machiavel (2008).

3 Alon Confino est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Virginie, spécialiste des migrations forcées en particulier dans le conflit israélo-palestinien.

4 Léonard Courbon , ancien élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, membre du laboratoire junior Imag’His (Imagination et Histoire), est professeur d’histoire-géographie au lycée Jean Perrin (Lyon). Il prépare une thèse sur les milieux de cours dans la Couronne de Castille au XVe siècle.

5 Jérôme David est professeur de littérature française à l’université de Genève. Ses recherches portent sur les relations entre le roman et les sciences sociales, ainsi que sur l’histoire globale des formes littéraires. Dans le premier domaine, il a notamment publié Balzac, une éthique de la description (2010) ; et dans le second, Spectres de Goethe. Les métamorphoses de la « littérature mondiale » (2011).

6 Éric Dayre est professeur de littératures comparées à l’École Normale Supérieure de Lyon. Il s’est notamment intéressé aux rapports entre les poésies romantiques, la théorie de l’imagination et les pensées philosophiques de l’histoire. Il a notamment publié L’absolu comparé, littérature et traduction (Hermann, 2009) et Une histoire dissemblable, le tournant poétique du romantisme anglais, 1797-1834 (Hermann, 2010). Il dirige le Centre d’Études et de Recherches comparée sur la création (CERCC).

7 Agnès Delage est maître de conférences en études hispaniques à l’université de Montpellier III. Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay (93), ancienne membre de l’École des Hautes Études Hispaniques de la Casa de Velázquez, sa thèse de doctorat, intitulée Inventer l’Histoire. L’écriture de la biographie politique (1620-1650), porte sur l’écriture de l’histoire dans l’Espagne baroque. Elle a également publié un ouvrage concernant les théories de l’imagination à l’époque moderne : Puissances de l’imagination, Belin (2006). Son travail de recherche actuel concerne les hybridations entre récit factuel et récit fictionnel et porte notamment sur les usages des documents d’archives et des sources historiques directes dans les fictions contemporaines en Espagne, durant la dernière décennie 2000-2010, vécue dans ce pays comme une « crise de la mémoire » sans précédent.

8 Christian Delage est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Paris 8. Il est également commissaire d’expositions et réalisateur. Il a publié De l’histoire au cinéma (avec Antoine de Baecque, 1998), L’historien et le film (avec Vincent Guigueno, 2004) et La vérité par l’image (2010).

9 Laurent Demanze est maître de conférences habilité à diriger des recherches en littérature française à l’École Normale Supérieure de Lyon. Ses travaux portent sur les proses contemporaines ; il a notamment publié Encres orphelines, Pierre Bergounioux, Gérard Macé, Pierre Michon (Corti, 2008) et Gérard Macé : l’invention de la mémoire (Corti, 2009).

10 Marion Denizot est maître de conférences en Études théâtrales à l’université de Rennes 2-université européenne de Bretagne (EA 3208 « Arts : pratiques et poétiques »). Ses travaux portent sur l’histoire des politiques théâtrales et du théâtre public, ainsi que sur les liens entre histoire et théâtre. Elle a publié en 2013 aux éditions Honoré Champion, Le Théâtre de la Révolution de Romain Rolland : théâtre populaire et récit national.

11 Matthieu Devigne est ancien élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, où il a co-dirigé le laboratoire junior Imag’his (Imagination et histoire). Il enseigne l’histoire-géographie dans le secondaire et prépare une thèse en histoire contemporaine à l’université Paris 4.

12 Laurent Douzou est professeur d’histoire contemporaine à l’université Lumière Lyon 2 et à l’Institut d’Études Politiques de Lyon.

13 Dominique Dupart est maître de conférences en littérature française à l’université de Lille III. Elle est membre des comités de rédaction des revues Vacarme et Écrire l’histoire. Elle anime également le séminaire « Créer l’histoire » à l’université de Lille III.

14 Sandie Gautier, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et membre du laboratoire junior Imag’His (Imagination et Histoire), enseigne l’histoire-géographie dans le secondaire.

15 Carlo Ginzburg est actuellement professeur émérite à l’École Normale Supérieure de Pise. Professeur d’histoire moderne et représentant éminent de la microhistoire, il a publié de nombreux ouvrages sur l’écriture de l’histoire, parmi lesquels A distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire (Gallimard, 2001), Rapports de force : histoire, rhétorique, preuve (Seuil, 2003), Le Fil et les traces (Verdier, 2010).

16 Olivier Hanne est chercheur-associé en histoire médiévale à l’université d’Aix-Marseille (laboratoire TELEMME). Spécialiste du pontificat d’Innocent III et des sources sur l’histoire de Jeanne d’Arc, il a publié plusieurs ouvrages et articles sur celle-ci et son contexte mental, notamment : Jacques Gélu, De la venue de Jeanne : un traité scolastique en faveur de Jeanne d’Arc, Presses universitaires de Provence, 2012.

17 Alon Hilu est un romancier israélien. Il a notamment publié La mort du moine (2008) et La Maison Rajani (2010).

18 Frédéric Krivine est scénariste, notamment de la série à succès Un village français.

19 Géraldine Lavieille enseigne l’histoire moderne à l’université Toulouse II Le Mirail. Elle prépare à l’université Jean Moulin Lyon 3 une thèse sur l’iconographie religieuse du roi de France au XVIIe siècle. Elle a co-dirigé le numéro « Images et Histoire » des Carnets du Larhra (2012, 2).

20 Évelyne Lloze est professeure de littérature française du XXe siècle (avec pour domaines de spécialité la poésie contemporaine et les littératures francophones) à l’université de Saint-Étienne. Elle a co-dirigé plusieurs ouvrages, écrit de nombreux articles, une monographie sur J. Dupin et un essai Poésie et question (paru dernièrement à La Lettre volée).

21 Monica Martinat est maître de conférences en histoire moderne à l’université Lumière Lyon 2. Elle y a fondé et animé, avec Pascale Mounier, un séminaire sur le récit en histoire. Elle est également l’auteur de Tra storia e fiction. Il racconto della realtà nel monde contemporeano (et al., edizioni, 2013), à paraître prochainement en français.

22 Pascale Mounier est maître de conférences en littérature française du XVIe siècle à l’université de Caen. Elle a fondé et animé, avec Monica Martinat, un séminaire sur le récit en histoire à l’université Lumière Lyon 2.

23 Lionel Obadia est professeur d’anthropologie sociale, culturelle et religieuse à l’université Lyon 2. Il s’est, entre autres thématiques, intéressé à la figuration de l’Autre (en particulier l’autre « croyant » et issu de l’Extrême-Orient) dans la pensée occidentale et aux questions de narration des cultures. Auteur de La marchandisation de Dieu (2013), l’Anthropologie des religions (2012), La religion (2004) et l’Ethnographie comme dialogue (2003).

24 Marie Panter, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, y enseigne les littératures comparées en tant qu’attachée temporaire d’enseignement et de recherche. Elle est l’auteur d’une thèse de doctorat portant sur la poétique romanesque de Victor Hugo, Theodor Fontane et Thomas Hardy. Elle a fondé en 2010 le laboratoire junior Imaghis (Imagination et Histoire).

25 Aurélie Palud est agrégée de Lettres modernes et doctorante en Littératures comparées à Rennes II (CELLAM) sous la direction d’Émmanuel Bouju. Dans sa thèse « La contagion des imaginaires : lectures camusiennes du récit d’épidémie contemporain », elle interroge la mise en scène de l’Histoire dans les fictions d’épidémie.

26 Lia Perrone est doctorante en études italiennes à l’université de Nice-Sophia Antipolis.

27 Dominique Ranaivoson est maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’université de Lorraine (site de Metz) en littératures comparées. Ses travaux portent sur l’utilisation de l’histoire dans les littératures francophones postcoloniales, particulièrement au Maghreb, en Afrique subsaharienne et dans l’océan Indien.

28 Jennifer Randall, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, y enseigne l’anglais en tant qu’attachée temporaire d’enseignement et de recherche. Elle termine une thèse de doctorat à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis sur la littérature féminine de la Partition de l’Inde. Elle a consacré plusieurs articles à des romancières postcoloniales traitant de l’histoire conflictuelle contemporaine du sous-continent indien dans une perspective genrée.

29 Ariane Revel, ancienne élève de l’École Normale Supérieure, est attachée temporaire d’enseignement et de recherche en philosophie à l’université Paris-Est Créteil, où elle termine une thèse sur les liens entre les répertoires de pratiques discursives et les transformations de la représentation du politique dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Elle a publié plusieurs articles sur le rôle de l’imagination dans la philosophie politique des Lumières et a co-dirigé Le travail de la littérature. Usages du littéraire en philosophie (Rennes, PUR, 2012), ainsi que Michel Foucault : éthique et vérité (1980-1984) (Paris, Vrin, 2013).

30 Arianna Sforzini enseigne la philosophie à l’université Paris-Est Créteil. Elle prépare une thèse sur la présence et le rôle du théâtre dans l’œuvre de Michel Foucault. Elle est l’auteur de Michel Foucault. Une pensée du corps (Paris, Puf, 2014), et a co-dirigé Un demi-siècle d’Histoire de la folie (Paris, Kimé, 2013) et Michel Foucault : éthique et vérité (1980-1984) (Paris, Vrin, 2013).

31 David Tuaillon est docteur en arts du spectacle, spécialiste de la dramaturgie et de la représentation contemporaines et en particulier de l’œuvre d’Edward Bond. Il a été chargé d’enseignement dans plusieurs universités françaises et a été l’un des collaborateurs d’Alain Françon au Théâtre de la Colline. Ses publications comptent : Quittez le théâtre affamés de changements (2009), Edward Bond, Entretiens (2013), Dominique Reymond, Journaux de répétitions (2002).

32 Pascal Vacher est maître de conférences en littératures comparées à l’université de Bourgogne. Dans le cadre de l’habilitation à diriger des recherches qu’il soutiendra prochainement, il prépare un inédit sur « Violence de l’histoire et poélitiques théâtrales contemporaines », l’adjectif « poélitique » étant emprunté à Enzo Cormann et à comprendre comme un croisement du politique et de la poétique.

33 Tanguy Wuillème est maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’université de Lorraine, chercheur au CREM. Il a consacré de nombreux travaux à des intellectuels et des écrivains du XXe siècle (É. Bloch, G. Lukacs, G. Anders, W. Benjamin...). Il a dirigé un ouvrage Autour des secrets (L’Harmattan, 2005). Il travaille actuellement sur l’historiographie et sur la culture médiatique au XXe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540