Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imagination et histoire : enjeux contemporains

 | 
Marie Panter
, 
Pascale Mounier
, 
Monica Martinat
, 
et al.

Recomposer l’histoire : imaginaires et identités

Un « écrire ouvert » poétique et critique : Jabès, Glissant et Chamoiseau

Évelyne Lloze

Texte intégral

  • 1 Glissant É., « Histoire, histoires », Le Discours antillais, Gallimard, « Folio-Essais », 1997, p. (...)

1« Il faut méditer un nouveau rapport entre histoire et littérature. Il faut le vivre autrement1 », disait déjà Glissant dans les années 1970. Il ne levait là ainsi d’autre évidence que celle d’une nécessaire échappée des scléroses ataviques de savoirs et pratiques soudés à leur enracinement cadastré. Sans oublier également le refus de l’hégémonie de frontières devenues de mortifères survivances.

  • 2 Chamoiseau P., Écrire en pays dominé, Gallimard, « Folio », 2002, p. 325. Référence dorénavant lim (...)
  • 3 Jabès E., Le Livre des Questions, Gallimard, « L’Imaginaire », t. 1, 1988, p. 361.

2Cette échappée, outre le bénéfice d’une porosité qui réassemble et d’une acuité critique renouvelée, peut ouvrir à l’élaboration d’œuvres sans modèles ni tutelles d’aucune sorte, capables de réinventer une « résistance par l’imaginaire2 », œuvres absolument hétérodoxes, étonnants palimpsestes de voix et « hymne[s] d’outre-mémoire3 » à la fois. Car, au-delà de la teneur réflexive tout autant que des modalités formelles singulières de chacune des œuvres évoquées ici, il y a la puissance d’un geste d’arrachement qui désopacifie le prépensé et les figements génériques. Il y a l’assurance, à maints égards dérangeante, des ressources fécondes, heuristiques même, du choix d’une écriture radicalement poétique qui se voue à dire de l’Histoire ses impensés comme ses dysfonctionnements idéologiques, ses paradigmes asymétriques comme sa logique souvent trop greffière, ses pires blessures, ses chimères meurtrières comme les coups de force nécessaires de certains des idéaux qui en ont déjoué parfois les dangereux enlisements de causalités.

  • 4 Glissant É., Le discours antillais, op. cit., p. 227.
  • 5 Id., Traité du Tout-Monde, Gallimard, 1997, p. 233.
  • 6 Ibid.
  • 7 C’est en ces termes que Chamoiseau évoque ou mieux, « définit » Écrire en pays dominé dans un entr (...)
  • 8 Glissant É., Les Indes, Poèmes complets, Gallimard, 1994, p. 139.
  • 9 Chamoiseau P., Confiant R., Lettres créoles, Gallimard, « Folio-Essais », 1999, p. 43.
  • 10 Bernabé J., Chamoiseau P., Confiant R., Éloge de la créolité, Gallimard, 1989, p. 37.

3Entre Jabès, Glissant et Chamoiseau, l’enjeu, centré sur les plus grandes tragédies de l’Histoire occidentale, colonisation, traite, esclavage, Shoah, demeure bien, non de se limiter à quelque archéologie mémorielle mais plutôt, en inventant « une vision prophétique du passé4 », de tenter de nous raccorder à l’espoir, « l’Utopie réalisable5 » d’un « chant commun6 » possible. Dans ce qui s’apparente assurément, pour chacun, à une espèce de « texte total7 » tout à fait inclassable, les uns (Glissant et Chamoiseau), vont inventer une pensée de la relation, l’autre (Jabès), une pensée de l’hospitalité, toujours du moins une pensée d’un « Lieu partage » (EPD, p. 227) où vivre mieux ensemble... L’étrange conteur Jabès prête ainsi ses paroles à de multiples « rabbins-poètes » (LQ, p. 11) qui tissent leurs dérives autour d’un monde appréhendé comme une forme de « globe de mémoire » (LQ, p. 267), le rhapsode Glissant travaille le limon épique de la découverte de l’Amérique avec ses clameurs génocidaires et ses silences irrévélés en un chœur explorant « l’Inde de souffrance » et « les Indes du rêve8 », et le « Paroleur9 » Chamoiseau, « rêveur-mangrove » (EPD, p. 107), « [contrebandier] » (EPD, p. 102), « refuseur de conforme » (EPD, p. 305), se vit en quête de « mémoire vraie10 ».

  • 11 Id., Poétique de la Relation, Gallimard, 1999, p. 86.

4Entre ces trois auteurs, il y a le même parti pris en effet d’inscrire au cœur de l’armature scripturale un questionnement de l’Histoire, la volonté que cette dernière soit le point focal majeur du texte, un creuset, une assise, et aussi une ombre qu’on ranime avec son charroi de traces dont on fait entendre en un lacis de voix diverses les vibrants éclats et « la radiance du vécu » (EPD, p. 202). En définitive alors, ce qui s’incarne d’ethos éthique ici pointe vers une tentative de renouement, l’horizon d’une communauté, donnant à ces œuvres littéraires une résonance, et plus encore ( ?), l’accès à un registre pleinement anthropologique. Plus d’une trentaine d’années séparent certes, la publication d’Écrire en pays dominé (1997) de celle des Indes (1956 et dernière version en 1960) et du Livre des Questions (échelonnée sur dix ans de 1963 à 1973). Il n’en demeure pas moins que, sans régresser dans l’écueil du polémique ni dans l’instrumentalisation facile et en réabordant de manière neuve les « moments » et les faits les plus essentiels de notre Histoire, chacun de ces ouvrages s’engage dans une démarche d’écriture qui parvient à faire coexister une exigence d’indéfinition générique riche de potentialités de toutes sortes et un travail critique de relecture du passé, de « forcènement de la mémoire11 » même, dont les résurgences ici se déploient en dérives et emmêlements composites. Dérives et emmêlements qui en deviennent même babéliens chez Jabès et Chamoiseau affectionnant tous deux l’alchimie d’orchestration du conteur et les fastes du baroque « qui sait si bien [...] affoler [nos esprits] » (EPD, p. 353). La dimension fraternelle, éthique, de leur projet, apparaît en outre clairement assumée, revendiquée, et dans les choix esthétiques qu’elle détermine, et dans les modes de pensée imaginative qu’elle privilégie.

  • 12 Ibid., p. 87.
  • 13 Ibid., p. 95.
  • 14 Ibid., p. 99.

5Chez tous trois, il y a bien le même vertige de vision d’un « Écrire-total » (EPD, p. 181), le même caractère à la fois hétérotopique et hospitalier des textes, la même volonté de « [renommer] l’humain » (EPD, p. 203), d’en faire palpiter la présence et « [jazzer]12 » les voix au cœur des livres et la même ambition têtue également d’une interrogation mémorielle qui prend le parti de l’expression poétique. Chacun d’eux sait d’évidence en effet que « la poésie n’est pas un amusement, ni un étalage de sentiments ou de beautés [mais qu’] elle informe aussi une connaissance13 ». Et nous avons là trois univers qui travaillent et « maillent l’indémaillable14 » : Histoire, littérature, imaginaire, pensée philosophique, esthétique, éthique, émoi du verbe et charge politique... On renoue et démultiplie ainsi les liens entre le savoir théorique et la puissance de surgissement du chant, la tension du regard critique porté sur le déshumain et le trouble généreux du dialogue et du lien, la vertu de l’inscription pérenne dans le débat d’idées et l’audace de ces rondes de mélopées associées qui emportent.

  • 15 Id., Mémoires des esclavages, Gallimard/La Documentation française, 2007, p. 41.
  • 16 Chamoiseau P., De la Mémoire devenue obscure à la mémoire consciente, Gallimard, « Folio », 2010, (...)
  • 17 Ibid., p. 16.

6On comprendra donc aisément ce qui nous a motivé et retenu dans l’élection d’un tel corpus a priori surprenant, du moins lorsqu’il s’agit de « rapprocher » Jabès, écrivant à partir de cette « vérité » d’Auschwitz « qui [le] déchire » (LQ, p. 20), des antillais Glissant et Chamoiseau dans les œuvres desquels prévaut une pensée de l’Histoire qui questionne de manière lancinante « cet engrangement de souffrances et de mystères qu’[ont] été [colonisation, traite et] esclavage15 ». Car tous trois se forcent au demeurant à affronter « ce théâtre du crime [devenu] fondateur16 », tous trois demeurent pleinement conscients que l’écriture, avec sa part d’imaginaire aventureux, si ouvert aux autres ici, peut réenclancher malgré tout « les big-bang du rêve » (EPD, p. 306), inaugurer encore une surrection du sens, et nous convaincre dès lors qu’« il y a [certes,] nécessité de se souvenir, mais uniquement afin de renforcer les dynamiques d’alliances et de relations17 »...

  • 18 Glissant É., Soleil de la conscience, Gallimard, 1997, p. 14.
  • 19 Ibid., p. 44.

7Et puisque pour Glissant, il n’y a « plus de poète pour ignorer le mouvement de l’Histoire18 », nous tenterons d’interroger les différents modes d’implication dans ces trois œuvres de cette exigence-là du dire l’Histoire : vocation, horizon et fondement d’ouvrages qui adoptent chacun une voie/x déportée vers de l’hybride, du hors-genre, une voie/x affectionnant surtout la force d’expression et de vision de l’écriture poétique. L’Histoire-» monstre19 » avec sa fonction motrice, son âpreté de gangue, ses éclats de grandeur ou ses meurtrières ambitions, comme sa souvenance, sa chair et son remuement en nous, voilà donc ce sur quoi se polarisent les livres que nous évoquerons, et voilà bien ce qui occupe leur texture et leur espace tout entiers. C’est pourquoi nous nous attarderons sur la teneur d’un geste qui nous semble ici à la fois critique et généreux, et sur les particularités d’un regard nourri par un constant souci : rouvrir le champ de la conscience historique sans émousser ni l’en-allée du verbe ni le sens collectif et son évidence de sommation, en travaillant toujours la tension entre la part immergée des drames individuels et la substance composite de « l’épopée » commune, l’expérience singulière et la dimension matricielle du pluriel, la fable et le cours authentifié des événements...

  • 20 C’est ainsi que Chamoiseau « définit » les romans de Glissant et notamment Malemort.
  • 21 Glissant É., Une nouvelle région du monde, Gallimard, 2006, p. 31.

8La légitimité du mode poétique pour dire la vérité de l’Histoire apparaît à beaucoup, de prime abord, improbable, habitués que nous sommes à ce que la prégnance du mythe, avec ses déplacements et aveuglements divinatoires, n’inscrive généralement son empreinte au cœur du texte en renforçant l’épique. Il paraît même hérétique de proposer des schèmes d’intelligibilité de l’Histoire au travers de « [livres hiéroglyphes] » (EPD, p. 9220), étranges et « [étrangers] » (LQ, p. 332), livres dont la dynamique tourbillonnante diffractée en vagues lyriques et « rayons d’errance » (LQ, p. 331) tour à tour interrogatifs, sertis d’émotion, creusés de douleur mais sans pathos aucun, déroute par cette lucidité mélancolique de jugement et d’analyse qui frappe juste sans pour autant que soit oublié le sens de la relation et du partage. À vrai dire, c’est bien tout cela qui aimante à la lecture : une « résistance » érigée « en acte de beauté » (EPD, p. 340), une démesure sans pareille qui, entre clairvoyance, « déraillage langagier » (EPD, p. 285) du côté du poème et élan vers l’autre, fait socle. Avec toujours une extrême tension de voix visionnaires qui certes, n’empruntent que chemins de traverse mais par là-même exhaussent leur pouvoir d’entendement et savent peut-être mieux « modifier » ainsi « l’enraciné des choses21 », mieux délaisser le champ clos, les tréteaux usés, les chausse-trappes et l’endémie sans âme des chiffres et faits d’une certaine histoire officielle.

  • 22 On peut penser ici à la vision très critique de Glissant concernant l’épopée et le registre épique (...)
  • 23 Glissant É., Le Discours antillais, op. cit., p. 267.

9Car on tient à privilégier plutôt les énigmes labiles du vivre et de l’éprouvé, on est requis continûment par les « [bruits] de folie » (I, p. 123) et de fièvre des « âges » et actes les plus terribles de notre civilisation qui constituent bien la matière, le tramé profond et le souci de ces œuvres d’exigeant défrichement. Plus fascinant encore, ce choix commun de passer outre et la forme du roman historique (cf. Jabès) avec sa topographie pourtant riche et diverse, et celle de l’épopée (cf. Glissant) avec l’impasse de ses hymnes de fondation et ses déflagrations guerrières22, et celle de l’essai (cf. Chamoiseau), trop froidement manœuvrier et vibrionnant loin de l’opacité de concrétion des faits et surtout de l’intensité tragique du vécu. Roman, épopée, essai : le magnétisme de ces registres génériques n’opère plus ici. Au contraire, on semble les considérer comme rien d’autre que des systèmes d’écriture caduques et d’évidence inadaptés : de pures formes-geôles qui portent présage de scénographies mécaniques, moutonnières ou mensongères, incapables du moins, avec leurs présupposés, leurs soubassements et leurs jeux de modélisation jugés trop figés de « [désencombrer] « l’histoire et la littérature [...] de leurs majuscules23 ». On tente plutôt ici de proposer au lecteur d’entendre au plus près et au plus profond un « Chant de mort » et le « langage de déraison » (I, p. 139) qui en fut le limon, on tente de faire résonner au plus juste « la prise de conscience d’un cri » (LQ, p. 18), la « vérité » d’« un cri » (LQ, p. 136) et aussi de convaincre de ce « devoir d’à présent : le grand donner-avec », « une élévation de conscience partagée du Monde-Relié » (EPD, p. 315)...

  • 24 Pour reprendre deux termes fréquemment utilisés par nos trois auteurs.
  • 25 Chamoiseau P., L’esclave vieil homme et le molosse, Gallimard, « Folio », 2010, p. 146.
  • 26 Id.

10C’est par conséquent la pulsion d’écart du mode poétique qui va être sollicitée par chacun de nos trois auteurs, poétique au sein duquel ils glaneront liberté et vigilance, et qui va à chaque fois desceller, faire levier et irradier l’écrire en inépuisables dérives comme en « [bougements] » (EPD, p. 237) d’une extrême densité. Le poétique se révèle au juste dans la prééminence du chant, du rythme, des reprises, les dispositifs énonciatifs, essaims de voix diverses et grouillement de polyphonie baroque, la composition rhapsodique, l’art éblouissant de la fugue et de l’entrelacs, l’ampleur de la pratique disruptive et des jeux de digressions, l’apparent fouillis des temps entremêlés, la mobilité des points de vue et leur concertante matière... Bref, un charroi inouï d’imaginaire hanté par le tuf de l’Histoire, ses relents de sépulcre, ses gouffres et ses tumeurs24 et le tumulte aussi de son devenir, dont on s’évertue néanmoins à prophétiser le nécessaire réenchantement. Ces livres empruntent en outre des sillons affranchis de tentations inintégrables ici – « ni rêve, ni délire, ni fiction chimérique25 » assurément –, du simple fait du poids de douleur et de la teneur de ce qu’il évoquent, livres rétifs à tout adossement à quelque genre déterminé que ce soit, à tout mandement de construction, convenance, catégorisation, registre communs. Le principe est plutôt de rompre toute amarre, pour un voyage d’enquête (cf. historia) hors contrôle ou étiquette passionnément mené, un voyage congédiant le trop d’illusion de la fictionnalisation pour mieux en mobiliser la puissance d’incarnation des voix et certains atouts séquentiels. Un voyage s’attachant à exploiter (Jabès et Glissant notamment) l’ampleur de vision de l’épopée sans tomber ni dans ses apories mythiques ou identitaires, ni dans sa dramaturgie d’exclusion martiale. Un voyage revendiquant une orientation spéculative – ce sont d’évidence, pour chacun des trois, des ouvrages de pensée, d’une indéniable force théorique −, mais détachée surtout de toute posture de surplomb et d’une rhétorique encombrante parce que trop souvent aveugle ou benoîtement cantonnée dans une extériorité, une idéalité ici tout simplement inenvisageables. Notons par ailleurs que ce qui accroît la puissance opératoire du travail de connaissance dans ces trois livres réside, du moins en partie, dans une extrême valorisation d’un ethos toujours doué d’affect (d’empathie même), toujours habité par le collectif, engagé dans l’insondable de la communauté. Un voyage qui n’est autre, dans ces conditions, qu’« un immense détour qui va jusqu’aux extrêmes pour revenir aux combats de notre âge, chargé des tables insues d’une poésie nouvelle26 »...

  • 27 Mais hors Histoire purement événementielle et surtout hors « Histoire officielle ». Cf. à ce sujet (...)
  • 28 Hartog F., Régimes d’historicité, Seuil, « La librairie du XXIe siècle », 2003, p. 146.
  • 29 Glissant É., L’Imaginaire des langues, Entretiens avec Lise Gauvin, Gallimard, 2010, p. 60. Glissa (...)
  • 30 Jabès E., Le Livre des Questions, t. 2, Gallimard, « L’Imaginaire », 1991, p. 343.
  • 31 Chamoiseau P. et alii, Éloge de la créolité, op. cit., p. 43.
  • 32 Id., in Chancé D., op. cit., p. 208.

11Une coalescence de voix et d’époques, une congruence de formes, registres et tonalités, une mise en consonance du savoir historique27 et de la mémoire vive et singulière des témoignages rappelés ou inventés, et pourtant nulle impression de cacophonie dans cette expérience de l’hybridité. Une réactivation conjointe plutôt, et chargée d’un élan d’émotion manifeste, de la force visionnaire et de la puissance cognitive des textes, comme si les jeux de relations, de conversions, toutes les logiques tensionnelles de coexistence garantissaient non seulement une force onirique et langagière libératrice des anciens modes de représentation, mais se révélaient également vecteurs d’un surcroît de sens. Surcroît de sens qui signe l’insuffisance d’une approche conventionnelle du fait historique, trop souvent distanciée et surtout modélisée selon des principes, une discipline – documents, archives, périodisations..., bref, un véritable « cahier des charges28 »... –, une épistémè qui clairement rejette toute autorité accordée à l’ouvert en devenir des imaginaires, à ses alchimies réticulaires. Pour clarifier l’exigence de cette spécification a-générique qu’il juge nécessaire dans toute tentative d’expression d’une « vérité » de l’histoire, parce qu’elle se révèle donatrice d’intensité et de densité polyphoniques, et potentialise à l’extrême la complexité et la profondeur de rendu des faits évoqués, Glissant utilise le terme – néologisme emprunté à l’anglais – de « poétrie » : « Il y a donc une volonté délibérée de confusion, ou plutôt de mélange d’origine, une volonté délibérée de manifester que ce n’est pas un genre littéraire distinct, mais un mélange de récit, de dialogue théâtral, de poésie, de réflexion, etc.29. » Et Jabès n’est pas en reste, qualifiant son livre d’« inclassable » et d’« étranger » (LQ, p. 332), et nous confiant son rêve d’écrire « une œuvre qui n’entrerait dans aucune catégorie, qui n’appartiendrait à aucun genre, mais qui les contiendrait tous ; une œuvre que l’on aurait du mal à définir, mais qui se définirait précisément par cette absence de définition ; une œuvre qui ne répondrait à aucun nom, mais qui les aurait endossés tous30 »... Quant à Chamoiseau, la ligne de force constitutive de son projet s’avère particulièrement claire : il lui faut, en « guerrier », « archéologue » de l’« imaginaire » (EPD, p. 131) « renouer [...][l’éclat] » des « Traces-mémoires » (EPD, p. 131), « écrire au difficile31 », et pour cela « [mobiliser] » « tous les genres littéraires32 », « dans un non-linéaire qui commerce avec théâtre et roman, essai méditatif et poésie, texte tournoyant sur mille strates de discours » (EPD, p. 340)...

  • 33 Glissant É., Le Discours antillais, op. cit., p. 254.
  • 34 Id., Traité du Tout-Monde, op. cit., p. 19.
  • 35 N’oublions pas les dates de publication des ouvrages de Glissant et de Jabès... Quant à Chamoiseau (...)
  • 36 Glissant É., Le Discours antillais, op. cit., p. 222.
  • 37 Id., Poétique de la relation, op. cit., p. 94.
  • 38 Jabès E., Le Livre du dialogue, Gallimard, 1990, p. 101.

12Hors férule et barrages génériques, cet incertain d’œuvres qui se placent sous les auspices de tous les possibles poétiques et mobilisent l’extrême amplitude herméneutique des imaginaires, s’illimite ainsi dans le choix d’un tramé composite. Esthétique spiralée et exigence visionnaire font maille, oral et écrit démultiplient leurs audaces en aventures communes, conte, chant, interrogations, confidences, réflexions, tragique des sillons mémoriels empruntés et arborescence de voix diverses sont convoqués dans un impensable et labyrinthique ordonnancement de livres d’une indiscutable probité. Et ces livres savent donner droit de cité, dans leur exigence de véracité critique, à cette part de « vérité inventée » (LQ, p. 196) qui, loin de toute illusion spectrale ou des écueils d’une certaine songerie faible et/ou facile, permet d’aller au plus loin dans le témoignage de vies exclues de l’Histoire, de vécus oubliés, et de recueillir au plus vif le silence, les absences, la « vacance33 » même de certains « passés rétifs34 », obscurs, encore trop niés ou impensés aujourd’hui35. Soulignons aussi qu’il ne s’agit pas seulement de répondre à une injonction de nature funéraire, car s’ils sont tombeaux, et d’une générosité de facture sans égale, ces livres sont aimantés par ailleurs de promesses et ont une tout autre prégnance d’oracle et de pensée, puissants viviers mêlant profondeur d’expérience, hétérodoxie visionnaire – parce que décentrée, prospective et inspirée − d’un passé dont le devenir engage ici aussi, exploration de tous les pans fragmentaires et diffractés des mémoires, et constant refus de l’arbitraire, des évidences familières de l’Histoire-destin – ne s’agit-il pas précisément de la « quereller36 », cette histoire officielle, avec ses schémas linéaires, ses assignations causales et ses synthèses trop souvent monochromes par conformisme ou épurement idéologique ? Et tout cela fait que le regard (poétique) porté sur les réalités de l’avant – avec leurs prolongements de nécroses ou d’espoirs aujourd’hui ou dans l’avenir – mieux, leur mode de restitution, de donation dans ces textes assujettis à toujours conjuguer les Histoires au pluriel, donne voix et visage, chair et humanité aux disparus de tous bords. Davantage encore, on transmue l’écriture en « mode chahuté de la Relation37 », en « ruches de questions38 » ou « chaos qui [questionne] » (EPD, p. 191) capables d’intégrer aux élans et rumeurs épiques, lyriques, introspectives, réflexives ainsi qu’aux tailles constamment fracturées du matériau fictionnel, le hors-cadre, les marges et le tout-venant humble et pourtant essentiel de l’Histoire, comme sa part d’irreprésentable peut-être, de dérailles traumatiques ou de douloureuse incommensurabilité.

  • 39 Nous ne pouvons pas ne pas penser ici bien sûr aux propos de Walcott D. qui, dans un essai intitul (...)
  • 40 Glissant É., Le Discours antillais, op. cit., p. 226.
  • 41 Jabès E., Le Livre des Ressemblances, Gallimard, « L’Imaginaire », 1991, p. 319.
  • 42 Pour associer des termes récurrents chez nos trois auteurs...
  • 43 Glissant É., Mémoires des esclavages, op. cit., p. 134. Les deux termes qui suivent sont empruntés (...)

13On s’attaque dès lors à « l’Universel généralisant » (EPD, p. 119) et à la mécanique chronologie de l’Histoire-une (Glissant et Chamoiseau), à la clarté mensongère d’un historicisme sans épaisseur parce qu’aveugle aux hiatus, ruptures, discontinuités, superpositions, hétérogénéités ou labilités des plans temporels et à l’orthodoxie et aux logiques d’autorités de certains discours historiens trop peu préoccupés par les non-dits, les raturages (cf. Glissant) ou blancs (cf. Jabès) du legs mémoriel et n’ayant pas souci non plus d’élaborer une parole − trop testimoniale ? – à même d’évoquer avec le plus de justesse possible les pires charniers de notre civilisation occidentale. Et cela sans tomber dans une impossible neutralité – ces « faits » avec leur poids terrible de déraison et leurs abysses de rationalité meurtrière plaident pour une autre posture assurément... –, ni dans l’insuffisance facile du pathos dénonciateur ou du repentir indigné, loin de ces discours historiens somme toute trop souvent satisfaits d’avoir, selon les règles prédéfinies de leurs pesées, mué le passé en un passif fossile, « rebut » diagnostiqué, bien étiqueté certes, mais anesthésié39, pétrifié dans une « quiétude » de « phénomène » devenu, on a l’impression, absolument exogène. Glissant, Jabès et Chamoiseau, eux, réactualisent pour désaliéner et débourrent les nœuds mémoriels de leur gangue d’inintelligibilité, de moralisme victimaire ou de remords. Ils revivifient les mémoires en intensifiant leurs avatars singuliers et leurs entrecroisements polyphoniques et « réhumanisent » en définitive ce lourd passé dont ils découvrent jusqu’à nous le « lancinement40 » amer : « Ce qu’on n’effacera jamais » (I, p. 139), la part de « folie » (I, p. 111), « d’injustices et de crimes » (I, p. 117) de l’Histoire, les « chemins d’encre et de sang » (LQ, p. 11) et les « additions de cauchemars » (EPD, p. 553) qu’elle a pu connaître... Pour autant, ils n’en cessent pas moins de vouloir désigner un « devenir déferré41 », dans une lecture-traversée d’un « écrire-divers-ouvert42 » politique et proprement inouï par sa capacité à faire résonner « une autre manière de mémoire43 » généreuse et lucide, qui « remonte [là] par bribes... brisée... Séquentielle. Hétérogène. Polyrythmique... [prolongée en improvisations][et qui] [...] fait imagination et [...] prophétie » (EPD, p. 171)...

  • 44 Jabès E., in Edmond Jabès : du désert au livre, Entretiens avec Marcel Cohen, Belfond, 1980, p. 12 (...)
  • 45 Glissant É., Philosophie de la Relation, Gallimard, 2010, p. 72.
  • 46 Ce qui n’est pas sans nous rappeler l’une des paronomases les plus constitutives du Livre des Ques (...)
  • 47 Nous pensons ici, entre autres références à cette notion présente chez chacun des trois auteurs, à (...)
  • 48 Chamoiseau P., L’esclave vieil homme et le molosse, op. cit., p. 47. Il évoque ici les pouvoirs de (...)
  • 49 Hartog F. Régimes d’historicité, op. cit., p. 136. Il fait plus précisément référence ici à l’entr (...)
  • 50 Id.
  • 51 Glissant É., Mémoires des esclavages, op. cit., p. 124.

14Ajoutons que cette dynamique tensionnelle de l’écriture, extrêmement complexe, si elle instaure un rapport critique à la geste officielle de l’Histoire, dans une approche comme à vif de la plupart de ses « réalités », permet de surcroît que le texte, ainsi configuré dans une concrétion d’étoilements de toutes sortes, ne puisse se clore dans un esthétisme mensonger ou indécent de l’horreur, ni s’accommoder à bon compte du seul registre du tragique − ce qui signerait sans doute pour nos auteurs quelque forme de mise à l’encan de la conscience historique. La multiplicité de perspectives, de dimensions, de « personnages », de voix et de tons n’autorise en effet aucun figement ou dévoiement de ce genre, l’humour, la constante porosité énonciative, la puissance de « divination » de l’imaginaire, le tranchant ironique, les questions et remises en questions incessantes, l’ampleur de faste du verbe, l’attention au concret, aux circonstances, l’interpellation du lecteur toujours renouvelée, la force de pénétration critique de la pensée, bref tout le « vouloir flamboyant » (EPD, p. 96) de ces ouvrages véritables « lieux de passage44 » et de fervent déchiffrement instaurent une instabilité, une polyphonie et un dialogisme sans mesure. En témoignent le brouillage savant des codes, standards et habituels paradigmes dans un éblouissant palimpseste poétique, celui d’un « écrire ouvert » (EPD, p. 289) qui sait à la fois « [relier, relayer et relater]45 » pour mieux nous « (convier) à une plongée dans le vivant du monde » (EPD, p. 289) – passé, présent ou futur46... Il ne s’agit certainement pas non plus de frapper d’inconsistance, de proclamer caduques savoirs et travaux d’historiens ni d’en dédaigner certaines des pratiques ou avancées, mais plutôt, grâce aux emportements lyriques, aux élans visionnaires de l’imagination et de la réflexion et aux artifices de la fable conjoints, d’écrire dans l’écart47, de « bâtir », hérétique, « sur des brumes de mémoires » (EPD, p. 193), de déjouer les silences et oublis, d’inventer ce qui fut tu ou absenté, de « [donner] une chair dans la chair des autres48 »... Sans oublier de privilégier toujours la vertu paradoxale de l’emmêlement, puisque, comme le souligne F. Hartog, « L’important est d’abord le entre49 » − l’entre relationnel et dialogal ici, il va de soi. Et autant d’échos alors d’une complexité à l’autre, « entre histoire et mémoire50 », littérature et témoignage, fulgurations poétiques et dérivées tentaculaires des voix conteuses, pensée imaginative, critique et politique, obscurités d’une « grammaire mortuaire » (I, p. 145) et levain du « par delà » (I, p. 165), connu et inconnu, en des livres hétérodoxes et hospitaliers où même les vies de l’autre, des autres (cf. LQ, T2, p. 147) deviennent en partie nôtres, ne serait-ce que « parce que toute mémoire récupérée est avant tout un outil de solidarité51 »...

  • 52 Chamoiseau P., L’esclave vieil homme et le molosse, op. cit., p. 145.
  • 53 Id., L’Empreinte à Crusoé, Gallimard, 2012, respectivement (à partir de « happer l’inextricable »)  (...)

15Une telle esthétique, « pétrie des grands silences de nos histoires mêlées, [de] nos mémoires emmêlées52 » se fonde aussi assurément sur une tension éthique, un vouloir qui donne place, voix et chair aux multiples « sujets » convoqués ici et devenus hôtes de partitions clairement « hétérotopiques » au point d’être capables de « happer l’inextricable », « nommer l’impensable et se déployer avec », « art » éminemment « précieux » qui « invente le réel..., alimente les imaginaires, [et] les sort de ces pétrifications qui sont prises pour le réel53 ».

Notes

1 Glissant É., « Histoire, histoires », Le Discours antillais, Gallimard, « Folio-Essais », 1997, p. 245.

2 Chamoiseau P., Écrire en pays dominé, Gallimard, « Folio », 2002, p. 325. Référence dorénavant limitée aux initiales du titre (EPD) et au numéro de page, donnés entre parenthèses.

3 Jabès E., Le Livre des Questions, Gallimard, « L’Imaginaire », t. 1, 1988, p. 361.

4 Glissant É., Le discours antillais, op. cit., p. 227.

5 Id., Traité du Tout-Monde, Gallimard, 1997, p. 233.

6 Ibid.

7 C’est en ces termes que Chamoiseau évoque ou mieux, « définit » Écrire en pays dominé dans un entretien de 1997. In Chancé D., L’auteur en souffrance, PUF, « Écritures francophones », 2000, p. 208.

8 Glissant É., Les Indes, Poèmes complets, Gallimard, 1994, p. 139.

9 Chamoiseau P., Confiant R., Lettres créoles, Gallimard, « Folio-Essais », 1999, p. 43.

10 Bernabé J., Chamoiseau P., Confiant R., Éloge de la créolité, Gallimard, 1989, p. 37.

11 Id., Poétique de la Relation, Gallimard, 1999, p. 86.

12 Ibid., p. 87.

13 Ibid., p. 95.

14 Ibid., p. 99.

15 Id., Mémoires des esclavages, Gallimard/La Documentation française, 2007, p. 41.

16 Chamoiseau P., De la Mémoire devenue obscure à la mémoire consciente, Gallimard, « Folio », 2010, p. 11 et 12.

17 Ibid., p. 16.

18 Glissant É., Soleil de la conscience, Gallimard, 1997, p. 14.

19 Ibid., p. 44.

20 C’est ainsi que Chamoiseau « définit » les romans de Glissant et notamment Malemort.

21 Glissant É., Une nouvelle région du monde, Gallimard, 2006, p. 31.

22 On peut penser ici à la vision très critique de Glissant concernant l’épopée et le registre épique dans nombre de ses ouvrages et notamment dans Introduction à une Poétique du Divers par exemple, puisque ce n’est, selon lui, que le « cri d’une conscience excluante » (Gallimard, 1996, p. 35).

23 Glissant É., Le Discours antillais, op. cit., p. 267.

24 Pour reprendre deux termes fréquemment utilisés par nos trois auteurs.

25 Chamoiseau P., L’esclave vieil homme et le molosse, Gallimard, « Folio », 2010, p. 146.

26 Id.

27 Mais hors Histoire purement événementielle et surtout hors « Histoire officielle ». Cf. à ce sujet, voir les critiques acerbes de Glissant (notamment dans Le Discours antillais mais pas seulement) et celles de Chamoiseau, récurrentes dans l’ensemble de son œuvre, essais comme romans.

28 Hartog F., Régimes d’historicité, Seuil, « La librairie du XXIe siècle », 2003, p. 146.

29 Glissant É., L’Imaginaire des langues, Entretiens avec Lise Gauvin, Gallimard, 2010, p. 60. Glissant évoque ici plus précisément Le Monde incréé mais il nous semble que ce « vœu »-là est déjà clairement à l’œuvre dans Les Indes.

30 Jabès E., Le Livre des Questions, t. 2, Gallimard, « L’Imaginaire », 1991, p. 343.

31 Chamoiseau P. et alii, Éloge de la créolité, op. cit., p. 43.

32 Id., in Chancé D., op. cit., p. 208.

33 Glissant É., Le Discours antillais, op. cit., p. 254.

34 Id., Traité du Tout-Monde, op. cit., p. 19.

35 N’oublions pas les dates de publication des ouvrages de Glissant et de Jabès... Quant à Chamoiseau, Écrire en pays dominé a été publié il y a déjà plus de quinze ans.

36 Glissant É., Le Discours antillais, op. cit., p. 222.

37 Id., Poétique de la relation, op. cit., p. 94.

38 Jabès E., Le Livre du dialogue, Gallimard, 1990, p. 101.

39 Nous ne pouvons pas ne pas penser ici bien sûr aux propos de Walcott D. qui, dans un essai intitulé « la Muse de l’Histoire » (in Café Martinique, trad. B. Dunner, Anatolia/Éditions du Rocher, 2004, p. 53), fait justement de l’Histoire la « Méduse du Nouveau Monde »...

40 Glissant É., Le Discours antillais, op. cit., p. 226.

41 Jabès E., Le Livre des Ressemblances, Gallimard, « L’Imaginaire », 1991, p. 319.

42 Pour associer des termes récurrents chez nos trois auteurs...

43 Glissant É., Mémoires des esclavages, op. cit., p. 134. Les deux termes qui suivent sont empruntés au même paragraphe.

44 Jabès E., in Edmond Jabès : du désert au livre, Entretiens avec Marcel Cohen, Belfond, 1980, p. 121.

45 Glissant É., Philosophie de la Relation, Gallimard, 2010, p. 72.

46 Ce qui n’est pas sans nous rappeler l’une des paronomases les plus constitutives du Livre des Questions de Jabès : livre/vivre... L’écriture se révèle donc bien engagement « dans le vivant du monde »...

47 Nous pensons ici, entre autres références à cette notion présente chez chacun des trois auteurs, à une « formule » de Glissant : « Le poétique vise à l’écart – qui n’est pas l’exclusion mais le dépassement réalisé d’une différence » (Poétique de la Relation, op. cit., p. 96).

48 Chamoiseau P., L’esclave vieil homme et le molosse, op. cit., p. 47. Il évoque ici les pouvoirs de la parole du Conteur.

49 Hartog F. Régimes d’historicité, op. cit., p. 136. Il fait plus précisément référence ici à l’entreprise, dirigée par P. Nora, des Lieux de mémoire.

50 Id.

51 Glissant É., Mémoires des esclavages, op. cit., p. 124.

52 Chamoiseau P., L’esclave vieil homme et le molosse, op. cit., p. 145.

53 Id., L’Empreinte à Crusoé, Gallimard, 2012, respectivement (à partir de « happer l’inextricable ») : p. 252, 252 et 249-250.

Auteur

Professeure de littérature française du XXe siècle (avec pour domaines de spécialité la poésie contemporaine et les littératures francophones) à l’université de Saint-Étienne. Elle a co-dirigé plusieurs ouvrages, écrit de nombreux articles, une monographie sur J. Dupin et un essai Poésie et question (paru dernièrement à La Lettre volée).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540