Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imagination et histoire : enjeux contemporains

 | 
Marie Panter
, 
Pascale Mounier
, 
Monica Martinat
, 
et al.

Recomposer l’histoire : imaginaires et identités

Quand le descendant ressuscite ses aïeux : entre documents et imagination, le romancier postcolonial fait-il œuvre d’histoire ?

Dominique Ranaivoson

Texte intégral

1Les débats contemporains autour de la concurrence entre la mémoire et l’histoire, la fiction et la réalité, les inflexions de l’historiographie (Ricœur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, 2000, Huglo, Méchoulan et Moser, Passions du passé, recyclages de la mémoire et usages de l’oubli, 2002, Le Goff, Histoire et mémoire 1977) se déploient dans des pays où les sources comme les acteurs sont nombreux, où chaque génération de chercheurs peut remettre en cause celle de ses prédécesseurs parce que des traditions se sont installées, que les sources existent, que les publications sont innombrables. Aussi bien Fernand Braudel (L’identité de la France, 1986) que René Rémond (Une mémoire française, 2002) et Pierre Nora (Les lieux de mémoire, 1984-1992) ont interrogé leur sentiment d’appartenance nationale, et, au-delà, cette notion d’identité brandie en tous sens par les idéologies les plus contradictoires.

2Nous voudrions ici tenter de transposer ces questions dans le contexte postcolonial francophone afin d’interroger le sens et la portée d’une production littéraire qui se présente comme fictionnelle tout en s’emparant d’un passé colonial ou précolonial peu connu du lectorat français. Nous analyserons comment le recours aux documents d’archives écrits et iconographiques place le texte de fiction sous le signe de l’investigation en même temps que l’imagination romanesque ou poétique entremêle et oriente ces éléments selon les visions personnelles des auteurs.

3Plus qu’un modèle littéraire, il nous semble que ces écritures hybrides sont le symptôme à la fois de la triple décolonisation définie par Pierre Nora (Présent, nation, mémoire, 2011), d’une tentative d’offrir aux lectorats des pays concernés les éléments pour une tardive mais indispensable construction d’une identité nationale et enfin d’une nouvelle conscience de l’écrivain postcolonial comme le metteur en scène d’une histoire oubliée ou construite abusivement aussi bien par les uns que par les autres. Ce surgissement d’une histoire recomposée, le plus souvent publiée en France, et qui ignore les travaux scientifiques (ou les utilise sans les citer), rencontre un public prompt à échapper à l’histoire nationale et à l’européocentrisme. Nous verrons donc comment l’entrelacs entre imagination et histoire aboutit à une nouvelle vision des rapports entre la France et ses colonies hier, à l’infléchissement des imaginaires et, peut-être à des débats sur les identités nationales encore à construire dans un contexte où, ailleurs, elles ont été remises en cause puis reconstruites sur d’autres bases.

  • 1 Nganang P., Mont-Plaisant, Paris, Philippe Rey, 2011.
  • 2 Raharimanana, Madagascar, 1947, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2007.
  • 3 Djebar A., Loin de Médine, Paris, Albin Michel, 1991, poche, 2005.

4Notre étude s’appuiera sur trois romans publiés en France : Mont-Plaisant1 (2011) où le camerounais Patrice Nganang (N) évoque un brillant sultan du Cameroun dont l’œuvre a été effacée par la colonisation française, Madagascar, 19472 (2007) où le malgache Raharimanana (R) invoque sa mémoire dans une évocation poétique sur l’insurrection de 1947 illustrée d’un fonds photographique malgache et Loin de Médine3 (1991) où l’algérienne Assia Djebar (D) dresse le portrait des femmes de l’entourage de Mohammed dans ce qu’elle nomme « l’histoire de cette aube musulmane » (D, 231).

L’entre-deux initial et ambivalent

5Les titres de ces trois romans citent des lieux ; un pays, Madagascar, une ville, Médine que chacun sait être un des lieux de résidence du prophète Mahomet, et un toponyme inconnu qui résonne comme une montagne, « Mont Plaisant » dont la signification est donnée dès l’incipit : « la résidence d’exil royale [du sultan Njoya] à Yaoundé » (N, 17). La référence à l’histoire est explicite quand la date de 1947 est accolée en caractères rouges au titre, implicite seulement pour ceux qui associent Médine à l’histoire des origines de l’Islam, et absente pour ce Mont Plaisant énigmatique. Ces gages de véracité qui tendraient à aborder ces textes comme des documents historiques sont contredits par le clair affichage du genre. Les textes de Nganang et Djebar sont sous-titrés « roman » alors que celui de Raharimanana, qui présente en couverture une photo d’archives, n’indique pas s’il s’agit d’une fiction ou d’un ouvrage historique. Ils prennent la précaution d’expliquer leur démarche dans une brève chronologie du Cameroun illustrée d’une photographie issue d’un fonds d’archives coloniales allemandes pour le premier, un avant-propos et un index des personnages pour la seconde. Raharimanana présente en ouverture du court volume un texte intitulé « Fonds Charles Ravoajanahary » qui n’explique pas l’origine des photographies présentées mais donne une brève biographie de leur propriétaire. L’auteur ne rend compte ni de ses choix méthodologiques ni du statut des documents iconographiques.

6Le lecteur français est ainsi immédiatement immergé dans la tension qui caractérise la double caution de l’imagination personnelle et libre et de la démarche historique. Ces trois romanciers écrivent en français sur des temps et des lieux qui n’appartiennent pas à l’imaginaire collectif de la première communauté qui reçoit leurs textes. Ils se présentent donc d’emblée comme des passeurs, non seulement de langue comme le sont tous les francophones, mais d’histoires lointaines. Raharimanana mesure cette distance quand il ouvre son texte en reprenant deux fois l’adverbe : « Trop loin, une île. Trop loin, une année » (R, 5) et Assia Djebar fait de même en inscrivant cette distance dans le titre, Loin de Médine, c’est-à-dire, explique-t-elle dans l’avant-propos, « en dehors, géographiquement ou symboliquement » (D, 7). Entre ces lieux et dates lointains et le récepteur, le texte aura donc en charge de combler toute distance, de montrer et d’interpréter.

Entre récit et parole, un narrateur

7Le narrateur insère dans le fil d’un portrait ou d’un récit son propre questionnement voire ses jugements. Assia Djebar qui, à propos d’une des femmes note, sans la décrire : « Esma, fille de Omaïs... Est-elle belle, ce n’est pas sûr ; mais elle est racée et d’une élégance d’âme rare » (D, 219). Patrice Nganang, après avoir rappelé le rôle du sultan Njoya dans des rivalités entre les royaumes du Cameroun précolonial, le qualifie de « fossoyeur du Cameroun » en expliquant que « les démons de l’histoire [...] s’étaient cachés dans ses veines » (N, 278). Le texte de Raharimanana est beaucoup plus abruptement une réflexion personnelle puisque les témoignages sont, sous forme de bribes et de citations rapportées, au second plan d’une méditation revendiquée par le narrateur : « Des rires sur l’absurdité de ces lignes cherchant à comprendre pourquoi je devrais me justifier pour revendiquer ma mémoire » (R, 5).

8Ce narrateur, intradiégétique comme dans Mont Plaisant ou extradiégétique comme dans Loin de Médine et Madagascar, 1947, ne cesse de décrire et d’interroger la matière historique qu’il rencontre car c’est la totalité des éléments qu’il veut rassembler, quitte à reconstruire les pièces manquantes au puzzle du passé.

« Les documents d’archive sont éloquents sur cette période de la vie de Njoya, même s’ils se taisent sur les péripéties dans ses chambres et antichambres. Pudeur coloniale ? J’y trouvai des notes de bureaucrates, mais aussi de prêtres, de botanistes, de vétérinaires, et même de voyageurs anonymes... qui trouvaient suffisamment de mots pour remplir des pages et des pages de leurs carnets » (N, 48).

9Le doute sur les sources et les interprétations ou les hypothèses jaillissent, interrompant la linéarité du récit comme son interprétation univoque. « j’y reviendrai plus tard » déclare la narratrice de Mont Plaisant qui rapporte les trajectoires de divers personnages selon un schéma discontinu. Dans tous les textes, l’imagination déploie des questions et des réponses multiples à l’intérieur de problématiques affichées qui débordent la simple description des faits :

« Qu’est-ce qui avait jeté ces deux hommes dans les bras l’un de l’autre ?... L’engagement collabo, disaient certaines langues perfides ; une même position d’autorité dans le protectorat, disaient d’autres... Alors, leurs tempéraments similaires ? Oh, oui, voilà. » (N, 85)
« L’ambiguité réside là. Que cherche Sadjah... ? Si Sadjah cherchait tout bonnement un homme qui serait son égal ?... Est-ce que son rêve tout à fait inhabituel pour l’époque [...] l’anime dans cette expédition ? » (D, 45)

10Le narrateur ancré dans le présent considère le passé qu’il raconte et invente à la lumière de ses références, quitte à créer sans vergogne le si décrié anachronisme. Assia Djebar décrit ainsi une femme arabe au VIe siècle « éclairée comme un de La Tour » : « Elle ne sera pas une Judith arabe, ramenant la tête d’un nouvel Holopherne » (D, 27). Algérienne, elle observe ces Arabes musulmanes en comparaison de celles qui les suivront, y compris celle qui n’est ni arabe ni musulmane mais qui appartient à sa culture :

« Selma annonce, en cette 11e année de l’hégire, d’autres femmes indomptables et rebelles, ainsi que la plus irréductible d’entre elles, Kahina, la reine berbère... » (D, 37).

11Le narrateur semble donc un historien en ce qu’il, les incessantes références l’attestent, a rassemblé des documents et s’appuie sur eux pour raconter. C’est donc le traitement de l’archive à l’intérieur de ces romans qui doit être observé.

L’archive revendiquée et subvertie par l’imagination

  • 4 Nora P., Présent, nation, histoire, Paris, Gallimard, 2011, p. 199.
  • 5 Ibid., p. 203.

12L’archive, quelle que soit sa nature, est le matériau de base de l’historien qui a les outils conceptuels pour la « faire parler ». C’est précisément l’ambition de la narratrice de Mont Plaisant : « Il me fallait faire parler les sources, toutes les sources » (N, 139). La conception scientiste, à la suite d’Ernest Lavisse, repose sur l’assurance de pouvoir la comprendre et la dominer avant de l’intégrer méthodiquement au schéma organisateur qui lui donnera son sens4. Depuis les historiens de l’école des Annales (Lucien Febvre et Marc Bloch puis Braudel, Duby, Le Roy Ladurie), l’archive reste centrale mais suscite des interrogations sur elle-même et sur le schéma dans lequel on s’apprêtait à l’inscrire. Le rapport au passé « plus interrogatif qu’affirmatif » selon la formule de Pierre Nora, entraîne une historiographie « fondée sur la décomposition, l’anatomie et le réagencement de chacun des éléments identitaires5 ».

13Il est intéressant de noter que, contrairement à la tradition du roman historique fondé sur l’incorporation invisible d’archives à la trame narrative, les ouvrages analysés ici font affleurer les archives en maints endroits du récit.

14Dès la couverture puis en fin de volume, les photos d’une collection particulière sur la révolte de 1947 accompagnent le texte de Raharimanana. Assia Djebar se réfère à diverses sources et signale en début de séquences qui l’inspirent : « S’écarter un instant de Tabari... Cette scène, c’est Bokhari le scrupuleux qui en a vérifié la source... » (D, 61), Elle brandit le verbe « rapporter » afin de placer sa fiction dans la succession et sous la caution de cette transmission légitimante : « Othmann ibn Yahia a rapporté que Othmann el Karlassani a rapporté que Sofian ibn Aïna a rapporté que Ismaël a rapporté que Quais a témoigné » (D, 242). Enfin, elle interrompt le récit pour citer in extenso des passages de ses informateurs, les chroniqueurs arabes Ibn Saad et Tabari (D, 15 et 249). Mais une fois convoquées ces sources, elle fait revivre au présent les plus infimes détails matériels et psychologiques de la vie de ces femmes.

15Patrick Nganang cite les Mémoires de Njoya, un personnage très connu des Camerounais mais inconnu des lecteurs occidentaux puis met en scène une narratrice en situation d’enquête, qui est allée aux archives coloniales de Berlin, y a vu des films coloniaux (N, 139), lu des « rapports de police, les articles d’anthropologues » (N, 104) et des documents de toutes natures avant de les croiser avec le témoignage d’une vieille femme. Le récit est ainsi une mise en abyme du travail de l’historien et de l’espace laissé à l’imagination du romancier : « Or, justement, sur ce témoignage les archives coloniales sont silencieuses. Et c’est là, par conséquent, que les mots de la doyenne prennent le relais » (N, 51).

  • 6 Ibid. p. 187.
  • 7 Michelet M., « Éclaircissement », postface du t. II de Histoire de France, 1833, cité en hors-text (...)
  • 8 Michelet M., Journal, t1, cité par Nora, p. 118.

16Le roman existe donc à partir de l’archive mais la dépasse dans un jaillissement qui a pour ambition de faire revivre les personnages de l’époque selon le principe de la « résurrection intégrale du passé6 » pratiquée par Jules Michelet. C’est ainsi que l’historien a le pouvoir d’annuler l’épaisseur du temps et, tel le Dieu créateur de la Genèse, de « souffler et soulever la poussière » de « messieurs les morts » qui, tous, ont « droit à l’histoire7 ». Assia Djebar s’inscrit dans ce sillage en citant en épigraphe Michelet se nommant « ressusciteur » et en expliquant, avec le même terme que lui, qu’elle avait tenté de « ressusciter » des femmes en assemblant en un roman un « ensemble de récits, de scènes, de visions parfois [...] la fiction comblant les béances de la mémoire collective » (D, 7). Ces béances correspondent exactement à ces « blancs » que Michelet nomme les « silences : « Il faut faire parler les silences de l’histoire, ces terribles instants où elle ne dit plus rien8. » Nganang se place presque dans la même posture quand il fait parler la narratrice qui, après la collecte d’archives, « reconstruit » le personnage jusqu’à le voir surgir devant lui (« je le vis, Njoya », N, 68), se laissant aller à « imaginer » (N, 71) puis se ressaisissant pour distinguer les limites entre preuves et inventions :

« Je ne suis que la bouche d’archives poussiéreuses [...] je conviens que parfois, emportée par l’odeur des pages du Saa’ngam, les mémoires du sultan [...] je me laisse aller à la rêverie... » (N, 71).

17Raharimanana confond sans cesse les témoignages oraux indirects (il ne cite qu’une source écrite, la première thèse sur le sujet), les interprétations de divers auteurs (Mannoni, Fanon, Sartre, p. 24-25) et la rêverie qui semble sourdre à tout moment : « J’imagine cet enfant courant » (R, 25).

18L’imagination représente donc dans cette démarche une puissance quasi démiurgique qui permet de vaincre la mort comme absence et, selon Djebar, d’« habiter » la période choisie. Toutes les contraintes étant franchies, le romancier peut prêter aux personnages réels et fictifs le même souffle, la même épaisseur psychologique et les modeler ainsi à son image et en fonction de ses questionnements personnels et contemporains.

Des visions de l’Histoire

19Nganang ouvre un des chapitres de Mont Plaisant par cette interrogation : « Écrire l’histoire, n’est-ce pas suivre le parfum évanescent d’un absent ? » (N, 131) et inscrit en épigraphe une citation d’Oscar Wilde qui pourrait être programmatique : « Le seul devoir que nous ayons par rapport à l’histoire, c’est de la réécrire » (N, 15).

  • 9 Nora P., op. cit., p. 190.

20Pierre Nora se penchant sur les ouvrages de Michelet, Lavisse, Duby ou Braudel, souligne combien chacun, quelle que soit l’ambition scientifique affichée, travaille en fonction de sa vision du temps et de sa conception de l’histoire qui s’y déploie. Le lecteur de leurs travaux peut ainsi discerner « le sens de l’histoire [qui] se construit dans la structure même du récit, le choix des découpages, les équilibres calculés, les contrastes ménagés9 ». Notre analyse des romans reprend cette démarche.

L’Histoire-Récit au service d’une communauté

21L’entreprise romanesque implique le recours à l’imagination : les héros surgissent, leur trajectoire singulière mobilise les ressources historiques qui sont assemblées en fonction de la vision du romancier. Le sultan bamoun de Patrice Nganang, les femmes arabes du début de l’Hégire d’Assia Djebar, les insurgés de la forêt malgache de Raharimanana sont inscrits dans une trame romanesque qui tire sa cohérence des liens construits entre eux et leurs protagonistes. La durée, facteur si important en histoire, est dans le roman entièrement dilatée ou contractée, toujours reconfigurée au service du rythme et des points de vue qui fondent la narration. Ainsi, les personnages et le temps sont réinventés dans un nouvel espace, un nouveau réel qui se substitue à celui de l’histoire qui est celui du texte. L’herméneutique du texte ne consiste donc plus à chercher le sens des faits réels rapportés en partie mais le sens du choix de ceux-ci et de leur réorganisation dans la narration.

22Le premier des sens de ces récits est mis en évidence par les généalogies inscrites au cœur des textes. Assia Djebar, par un constant usage de prolepses, qualifie ses personnages de modèles pour une lignée dans laquelle elle s’inscrit mais qui s’infléchit au fil du texte. La première généalogie est celle de la femme musulmane dans son rapport avec l’homme. Évoquant le mariage de deux personnages, elle conclut par « Esma [...] célèbre donc les premières noces musulmanes » (D, 219) puis elle relate une accusation infondée qu’elle désigne comme le premier des doutes toujours tenaces :

  • 10 XXIe siècle de l’ère chrétienne, soit le présent de l’écriture.

« L’Épreuve de ce long mois du doute ; après quoi, chaque femme du Dar el Islam, quatorze siècles durant, aura à payer également sa part... quatorze siècles durant et en ce quinzième siècle commençant10, dans chaque ville, dans chaque hameau de la terre islamique, chaque époux, de lui-même ou malgré lui-même, fera revivre, chez sa femme victime du doute réinstallé, un peu de la peine éperdue de l’adolescente de Médine..., elle la calomniée en cette cinquième année de l’hégire » (D, 292).

23Mais au terme de l’évocation de toutes ces femmes des premiers temps, la généalogie n’est plus seulement celle des femmes et des Musulmans mais celle du ton de la parole qu’ont osé proférer ces femmes :

24Parole de la fierté et de la lucidité orgueilleuse, éloquence brûlée par la douleur renaissante, par la dépossession clamée, par la foi consumée et intacte. Des Musulmanes de la plus rare espèce : soumises à Dieu et farouchement rebelles au pouvoir, à tout pouvoir – ainsi se perpétuera le sillage de Fatima, en Syrie, en Irak, plus tard en Occident musulman. [...] Ah, loin de Médine, retrouver alors le vent, le vertige, l’incorruptible jeunesse de la révolte ! (D, 302-303)

25Assia Djebar élargit donc dans le temps et l’espace cette filiation de la parole féminine révoltée, tout en évitant de citer son pays d’origine, l’Algérie. Celui-ci, en 1988, à l’époque de l’écriture, est envahi par un discours religieux qui dresse d’autres portraits de la femme musulmane. Le texte vient donc, sous couvert d’une fiction, opposer une autre légitimité, fondée sur l’histoire.

26Patrice Nganang, en racontant les trajectoires complexes de plusieurs personnages, emploie le terme « généalogie » à propos de la vieille témoin tout en l’appliquant au peuple Bamoum puis au pays tout entier.

« C’est une habitude de s’inventer des généalogies glorieuses chez nous ! Des exemples ? Le nombre d’enfants qu’auraient eus Njoya rend toute estimation historique bien vaine, et de toute façon il est considéré comme le père de tous les Bamoum » (N, 134).

27La narratrice évoque dans le même passage la difficulté à situer clairement chacun dans une lignée généalogique. L’auteur introduit ainsi subrepticement le doute sur le bien-fondé des catégorisations sociales contemporaines qui fondent le discours sur l’appartenance nationale : « mes recherches au Cameroun étaient motivées justement par l’histoire tumultueuse de notre indépendance » (N, 135).

28Le narrateur de Madagascar, 1947, passe du « je » au « nous » dès la troisième page, ce pluriel le rendant le porte-parole successivement des « enfants des colonies » (R, 7), de « mes frères » (R, 8), du « Sud » (R, 27), des « colonisés » (R, 29), enfin des « Africains et les Malgaches » (R, 35) : « l’espoir nous a poussés à accepter le discours positif [...] la honte absolue qui nous a assaillie » (R, 36). Le sujet, dénonçant le « désir d’étouffer la transmission » (R, 9), inscrit son cri personnel comme un élément de celle-ci. Mais le texte ne raconte (si ce n’est par bribes) ni n’explique la période désignée car, de manière plus large et plus floue, c’est la mémoire des « luttes passées » (R, 9) dont il se fait l’écho. Ainsi, au-delà de la référence spatiale et temporelle du titre, le texte est-il un manifeste anti-occidental.

Une contre-histoire

29Édouard Glissant dénonce la perspective européenne d’une linéarité du temps imposant une vision progressiste de l’histoire se déployant entre une origine et une fin. Il se dresse contre ce qu’il qualifie de domination culturelle :

  • 11 Glissant E., Traité du Tout-Monde, Paris, Gallimard, 1997, p. 113.

« Ne pouvons-nous pas considérer plutôt que ce qui s’achève [le XXe siècle, il écrit en 1997] sans fin pour nous, c’est l’Histoire ou plutôt les philosophies de l’Histoire, qui ont tramé la linéarité normative en même temps qu’elles définissaient leur propre finalité exclusive dans le tourment des temps humains11. »

30La structure polyphonique et les interrogations multiples sur l’histoire qui jalonnent Loin de Médine et Mont Plaisant empêchent toute linéarité et, partant, toute construction définitive d’un sens de l’histoire. La métaphore de la tresse pour désigner aussi bien les cheveux de la vieille dame (« je tressai délicieusement la vieille », N, 133) que ses mots (« le nattage des noms, des vies et des destinées », N, 76) et l’historiographie est filée par Nganang : « Ah, l’histoire ! Est-elle inévitable ? Une succession de nœuds dans la composition d’une tresse gigantesque » (N, 91). C’est aussi contre une certaine manière de conduire l’histoire des soulèvements que s’insurge Raharimanana : « la mémoire reste vivace mais sa transmission, non assumée par les gouvernements impliqués – de l’île comme de la France – est condamnée à la légende et à la rumeur » (R, 15). Il réclame l’inversion des points de vue, faisant fides travaux des historiens malgaches : « il appartient aux Malgaches et aux Africains d’effectuer leur travail de mémoire et de faire entendre leur propre parole » (R, 35).

  • 12 Il dit à Atangana : « au cas où tu voudrais redevenir païen, compte sur moi », p. 84.
  • 13 Nora P., op. cit. p. 115.

31Ce n’est pas tant contre la chronologie que s’inscrivent ces romans que contre le choix des témoins. Assia Djebar réécrit l’histoire des premiers temps de l’Islam en en déviant le point central du prophète vers les femmes qui l’entourèrent. Elle invente leurs apparences comme leurs voix en créant une « parole plurielle, parole duelle » (D, 301). Nganang raconte moins l’histoire du sultan qu’il ne montre que païen12 et amoindri par la maladie (alors que le discours officiel souligne sa conversion à l’Islam) que celle de ceux qui furent autour de lui ses esclaves, ses compagnons, sa fille et un certain Joseph Ngono que la narratrice réhabilite alors qu’il est un « oublié de notre conscience [nationale] » (N, 135). Raharimanana ne cite aucun des chefs politiques ou militaires de l’insurrection mais préfère « réinventer » une femme « Antara, fille d’Abysse » (R, 39). Cette « contre-histoire » qui délaisse les héros masculins de la tradition s’appuie sur Hérodote cité par Nganang : « Car tous ceux qui furent grands hier sont petits aujourd’hui. » En précisant la date, 440 avant J.-C., Nganang entend, non pas contredire toute l’histoire, mais bien revenir aux sources historiques avec celui que Pierre Nora nomme « père de l’enquête historique et roi des affabulateurs13 », comme Assia Djebar avec les chroniques du IXe siècle.

  • 14 Fomenky R., et Gwanfogbe M. B., Histoire du Cameroun, cours moyen, Yaoundé-Vances, CEPER-EDICEF, 1 (...)
  • 15 Ki-Zerbo J., L’Histoire de l’Afrique noire, Paris, Hatier, 2002, p. 293.

32Enfin, chacun de ces textes s’inscrit plus ou moins ouvertement en faux contre des discours identitaires radicaux. Le prestige d’une identité bamoum et de son sultan fédérateur dans une histoire construite semble relativisé quand d’un proverbe la narratrice dit « je ne sais pas s’il est bamoum, ewondo ou bamiléké » (N, 97) ou quand elle place Njoya dans le « musée de la coloniale » qui comprend certes « ses sommités » mais aussi « ses grands inconnus » et « ses martyrs illustres » dans « des histoires qui n’ont pas besoin d’intrigues » (N, 115). Le sultan a perdu la place prestigieuse qu’il détenait dans le discours officiel, dans les manuels camerounais où il est décrit comme un musulman « intelligent et ingénieux14 » et dans L’Histoire de l’Afrique noire où Joseph Ki-Zerbo dit qu’il a « déployé jusqu’au génie la palette de l’esprit africain15 ». De manière plus radicale encore, c’est l’identité ethnique de la capitale camerounaise qui est dans ce texte remise en cause :

« La vérité est que la congrégation de familles autochtones ewondo qui aujourd’hui revendique l’histoire de Yaoundé comme la sienne et uniquement la sienne, était déjà dépassée en nombre par les groupes de bergers foulbés qui s’étaient installés dans les vallées du fleuve Mfoundi, et par les immigrants bamilékés en provenance des plateaux de l’Ouest ou du Nigéria » (N, 64).

33Les sources sunnites qui alimentent la fiction sur les femmes sont remises en cause par d’autres mouvements de l’Islam.

34Il s’agit bien de la déconstruction d’une histoire orientée par le croisement d’autres archives et la puissance de l’imagination. Celle-ci permet d’introduire des personnages supplémentaires, subalternes, par lesquels une analyse renouvelée et souvent subversive peut être déployée.

Le miroir d’un questionnement personnel

  • 16 Entretien avec Pierre Nora cité par Lionel Richar, « Le roman face à l’Histoire », Magazine littér (...)

35Pierre Nora souligne l’étroite corrélation entre les objets d’étude de Jules Michelet et son état personnel moral, affectif et spirituel : il étudie la danse macabre médiévale au moment de la mort de sa femme et la Renaissance quand il retrouve goût à la vie grâce à un nouvel amour. Les crises existentielles orientent alors le travail de l’historien qui trouve dans les époques observées une part de représentation de ce qu’il ressent et les restitue ou les réinvente avec d’autant plus de facilité qu’il s’identifie à celles-ci. Le romancier Jonathan Littell qui s’interroge sur la férocité humaine en écrivant le roman Les Bienveillantes (2006), nomme cette sorte de reconnaissance « sympathie imaginative16 ».

  • 17 Raharimanana, op. cit., p. 8.

36Dans cette perspective, il ne nous semble pas abusif d’interpréter la récurrence du mouvement de 1947 chez le romancier Raharimanana comme une représentation de ses propres révoltes et angoisses. Le texte sur 1947 déborde dès l’ouverture sur les langues, la domination, l’historiographie, comme autant d’éléments d’un « débat (qui) se pose encore aujourd’hui17 ». De la même façon, quand Assia Djebar offre sa vision des femmes des premiers temps de l’Islam, elle met en scène ses interrogations sur le statut initial de la femme musulmane et les modifications que les traditions ultérieures ont imposées. Patrice Nganang trouverait de la même façon en Djoya et son entourage des personnages ambigus et complexes qui lui permettraient de poser ses propres interrogations sur l’identité camerounaise contemporaine.

  • 18 Nora P., op. cit., p. 189.

37L’histoire des autres, au-delà d’un quelconque débat historiographique qui a déjà eu lieu parmi les spécialistes des périodes citées, permet de mettre en scène de manière indirecte ses propres questionnements dans une communion avec le passé si celui-ci correspond aux mouvements du présent. Chacun, par ces fictions complexes, grouillantes de personnages historiques et fictifs, n’aurait, selon l’expression de Nora à propos de Michelet, « en réalité qu’un seul projet, d’ordre autobiographique, à la Rousseau : faire connaître son cœur. Et de surcroît, le même que Rousseau : un cœur-peuple18 ». Nous aurions ici, non plus l’« ego-histoire » mais l’« ego-roman » en filigrane de récits historiques.

Conclusion

38Reprenant la tension éternelle entre roman et histoire, imagination et réalité, ces trois romanciers postcoloniaux donnent des gages d’historicité avec des sources et des dates tout en reconstituant grâce à l’imagination des scènes précises et des états intérieurs complexes. L’assemblage des éléments liés à l’une et l’autre des démarches révèle leur vision de l’histoire. La construction complexe des textes avec le « tressage » volontairement apparent des références et l’intégration de personnages de toutes conditions y compris servile ou rebelle rendent compte d’une vision plus interrogative que dogmatique qui s’apparente à la doctrine de la nouvelle histoire.

39Néanmoins, ces textes s’affranchissent de l’« absolu principe de réalité » (N, 123) de l’histoire pour la « faire parler » (N, 118) mais dans la liberté d’un narrateur qui entend, non se fondre dans une « plongée dans l’épaisseur du passé » mais chercher à éclairer le présent grâce à ce passé revisité. Le romancier inclut des témoignages et des repères hérités des sources en fonction de son parcours personnel, de l’état de l’historiographie et du contexte politique dans lequel il vit. Le roman permet alors de présenter des situations et des personnages reconnus par les communautés nationales ou spirituelles tout en transformant des visions figées en questionnements ouverts. Les écrivains postcoloniaux ont trouvé là une stratégie pour, d’une part, se réinscrire dans des généalogies qui légitiment les identités qu’ils veulent brandir et d’autre part faire preuve d’une relative audace vis-à-vis des discours associés à celles-ci.

40Ils montrent aux uns que, bien que vivant et publiant à l’étranger et en français, ils restent les descendants fidèles à leurs dignes aïeux, et aux autres qu’ils s’émancipent des discours convenus, des représentations héroïsantes traditionnelles en allant interroger les sources. Ce double héritage des sources orales et écrites et de la méthodologie historienne et littéraire leur permet de proposer des fictions qui vont, à leur tour, façonner l’imaginaire et donc la mémoire collective de leurs lecteurs.

Notes

1 Nganang P., Mont-Plaisant, Paris, Philippe Rey, 2011.

2 Raharimanana, Madagascar, 1947, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2007.

3 Djebar A., Loin de Médine, Paris, Albin Michel, 1991, poche, 2005.

4 Nora P., Présent, nation, histoire, Paris, Gallimard, 2011, p. 199.

5 Ibid., p. 203.

6 Ibid. p. 187.

7 Michelet M., « Éclaircissement », postface du t. II de Histoire de France, 1833, cité en hors-texte de Yann Potin, « 1830 : la révolution des Archives », L’Histoire, no 363, avril 2011, p. 59.

8 Michelet M., Journal, t1, cité par Nora, p. 118.

9 Nora P., op. cit., p. 190.

10 XXIe siècle de l’ère chrétienne, soit le présent de l’écriture.

11 Glissant E., Traité du Tout-Monde, Paris, Gallimard, 1997, p. 113.

12 Il dit à Atangana : « au cas où tu voudrais redevenir païen, compte sur moi », p. 84.

13 Nora P., op. cit. p. 115.

14 Fomenky R., et Gwanfogbe M. B., Histoire du Cameroun, cours moyen, Yaoundé-Vances, CEPER-EDICEF, 1989, p. 61.

15 Ki-Zerbo J., L’Histoire de l’Afrique noire, Paris, Hatier, 2002, p. 293.

16 Entretien avec Pierre Nora cité par Lionel Richar, « Le roman face à l’Histoire », Magazine littéraire, « 60 ans de romans sur le nazisme », no 467, septembre 2007, p. 29.

17 Raharimanana, op. cit., p. 8.

18 Nora P., op. cit., p. 189.

Auteur

Maître de conférences habilitée à diriger des recherches à l’université de Lorraine (site de Metz) en littératures comparées. Ses travaux portent sur l’utilisation de l’histoire dans les littératures francophones postcoloniales, particulièrement au Maghreb, en Afrique subsaharienne et dans l’océan Indien.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540