Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imagination et histoire : enjeux contemporains

 | 
Marie Panter
, 
Pascale Mounier
, 
Monica Martinat
, 
et al.

Troisième partie. La fabrique des mémoires : mémoire(s) et imaginaires historiques

Introduction

Sandie Gautier et Léonard Courbon

Texte intégral

  • 1 C’est la question de l’uchronie, que les écrivains ont pris en charge depuis longtemps, un terrain (...)
  • 2 Ginzburg C., « Détails, gros plan, micro-analyse. En marge d’un livre de Siegfried Kracauer », in (...)

1Que l’histoire ne soit pas un donné brut, qu’il ne suffise pas de « lire » des documents, pour peu que leur authenticité ait été attestée, pour faire de l’histoire, voilà qui ne fait guère plus de doute. L’histoire est à construire et à questionner. Mais nous n’en sommes plus non plus au temps où de grands modèles d’intelligibilité de l’histoire se proposaient comme des outils indépassables de médiation entre le réel et notre compréhension du réel. Dans cet espace laissé vacant, l’imaginaire trace son sillon pour recomposer une histoire dont les méthodes et les enjeux ont subi de profondes inflexions. Un imaginaire qui informe l’histoire à double titre : d’abord parce qu’il est un procédé de l’écriture historienne et que les historiens, même pour le rejeter, ne peuvent faire l’économie de la question de sa pertinence et de sa légitimité ; ensuite parce qu’il est devenu l’un des objets privilégiés de la recherche historique, qui forment avec d’autres notions – comme la mémoire – avec lesquelles elle entre en résonance, une nouvelle configuration du pensable. Ce sont les liens formés par le diptyque histoire et mémoire, devenu triptyque si l’on y inclut l’imaginaire, qui sont éclairés au fil de la « fabrique des histoires ». L’histoire que nous écrivons aujourd’hui est une « histoire inquiète », comme la qualifie Patrick Boucheron, une histoire qui suggère qu’un autre monde fut, voire aurait été, possible1. Il s’agit ici de penser la frontière que l’histoire partage avec la littérature en posant la question essentielle de l’écriture, non pas au sens de beau style, mais en termes d’écriture filmique2, c’est-à-dire dans la façon dont l’historien déploie l’intrigue.

2Cette section est d’abord consacrée à la question des histoires recom-posées. Recomposées car discutant les discours qui les ont précédées, interrogeant leurs présupposés pour mieux en dévoiler les logiques de pouvoir. Recomposées aussi car elles impliquent un autre regard sur des sources jusqu’ici laissées dans l’ombre, d’autres façons d’écrire l’histoire qui n’obéissent plus nécessairement aux canons de la discipline historique. Il s’agit d’examiner concrètement la façon dont les histoires collectives sont prises en charge par des acteurs qui réclament leur droit à pouvoir énoncer leurs vérités, que ce soient celles des peuples longtemps placés en situation de domination coloniale, celles des sociétés réduites à l’état d’objet d’études et privées de parole autonome, ou celles des poètes qui mettent en question l’histoire pour en dévoiler les ressorts tragiques et cachés.

3Il s’agit aussi ici de comprendre dans quelle mesure l’histoire ainsi conçue a à voir avec la recherche de soi comme individu ou comme partie d’un collectif, dans un paysage identitaire caractérisé par la fragmentation. Pour les femmes indiennes qui écrivent l’année 1947, pour les dramaturges contemporains qui font rejouer et revivre la Révolution française, pour un écrivain engagé qui délire par la fiction l’histoire espagnole, l’imagination semble être un outil de pensée qui permettrait d’« affronter le passé ». Il s’agit de faire un « travail » de mémoire, en somme s’impliquer complètement, en acceptant la souffrance que cela peut comporter, sans pour autant se trouver démuni devant cette tâche. L’idée est à la fois de refuser un travail scientifique que l’on accuserait de se cacher derrière une « archive » peut-être trop sacralisée ou essentialisée, de refuser cette vision brute du réel car elle est insoutenable, mais en même temps de chercher à comprendre ce réel par nécessité personnelle ou collective en puisant dans l’expérience vécue ou en train de se vivre, dans les multiples ressources du cerveau humain, les anticorps nécessaires au parcours de ce chemin. L’imagination pourrait ici constituer un outil pour construire une mémoire non figée qui accepte sa part d’irrationnel, qui use de la fertilité du mystère, qui assume sa légèreté mais aussi sa part d’ombre et d’indicible, se nourrit finalement de sa propre versatilité, répondant ainsi au besoin d’histoire collective d’une société. En ce sens, le « travail de mémoire » s’appuie sur un « travail de l’imagination » qui se nourrit d’un va-et-vient entre présent et passé, lui-même adossé à des connaissances tout de même solides et précises sur le réel.

4De la construction d’un rapport collectif au passé nait enfin la question du sens. Donne-t-on, par ce travail d’imagination, un sens à l’histoire ? Comment des écrivains comme Sebald, Mendelsohn et Modiano ont-il inventé une expérience littéraire de l’histoire traumatique qui hantait leur mémoire ? Comment ont-ils fait œuvre d’imagination dans le temps du récit et comment celui-ci s’est-il accordé au temps de la mémoire collective pour finalement créer du sens, ou du moins l’illusion d’un sens ? L’imagination de l’artiste met en scène non pas seulement des personnages mais aussi et surtout leur imagination pour affronter l’histoire, comme s’il fallait incarner non pas seulement des images, mais aussi des imaginations à l’œuvre pour pouvoir penser et donner à penser le passé le plus traumatique.

Notes

1 C’est la question de l’uchronie, que les écrivains ont pris en charge depuis longtemps, un terrain sur lequel les historiens commencent à peine à s’aventurer, même si certains y voient la possibilité d’éprouver des hypothèses initiales.

2 Ginzburg C., « Détails, gros plan, micro-analyse. En marge d’un livre de Siegfried Kracauer », in Le fil et les traces. Vrai faux fictif, Paris, Verdier, p. 331-359, s’est intéressé à cette question de l’écriture filmique de l’histoire.

Auteurs

Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et membre du laboratoire junior Imag’His (Imagination et Histoire), enseigne l’histoire-géographie dans le secondaire.
Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, membre du laboratoire junior Imag’His (Imagination et Histoire), est professeur d’histoire-géographie au lycée Jean Perrin (Lyon). Il prépare une thèse sur les milieux de cours dans la Couronne de Castille au XVe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540