Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la haine

 | 
Frédéric Chauvaud

Conclusion

Texte intégral

  • 1 François Mauriac, La Paix des cimes, Paris, Éditions Bartillat, coll. « Omnia », 2000-2010, p. 84.
  • 2 Jan Philipp Reemtsma, Confiance et violence. Essai sur une configuration particulière de la moderni (...)

1Les sentiments haineux ont généralement besoin de temps. Ils doivent s’inscrire dans la durée. Certains restent presque identiques, en intensité, et à l’encontre du même objet. D’autres peuvent connaître des réagencements, voire des déplacements. Ils s’inscrivent parfois à l’échelle d’une existence et disparaissent alors avec le trépas des protagonistes. Ils peuvent aussi aller au-delà de la mort. François Mauriac a été à la fois le romancier des haines provinciales, mais aussi une sorte de directeur de conscience de son milieu et de ses contemporains et le souligne à sa manière : « Il n’y a plus qu’à attendre, désormais que la haine s’épuise ; comme elle est transmissible aux enfants, une génération n’y suffira pas1. » Portée par des hommes et des femmes, la haine est le plus souvent une réponse à une situation perçue comme menaçante ou inextricable. Elle est une adaptation à une crise qui menace le couple, le groupe, le village, le quartier, la ville, la région, la profession, la classe, le genre ou la nation. Ces différents acteurs, du plus individuel au plus collectif, ont tenté d’apporter des réponses à la situation qu’ils vivaient dans une société à la fois ouverte et instable. Sans doute la haine relève-t-elle aussi d’une perte de confiance, pouvant être définie comme un contrat et un ensemble de croyance. La haine devient alors une stratégie permettant de « naviguer dans un monde où on se sent dépassé2 ». D’autres choix ou réponses émotionnelles étaient bien sûr possibles, mais tandis que la haine est généralement présentée comme irrationnelle – c’est le sentiment noir que l’on ne peut maîtriser et dont la finalité échappe à la raison – elle est une réaction intentionnelle. La force des émotions consiste bien à proposer, parfois intuitivement, une solution.

Retrouver la haine

  • 3 Voir le beau livre collectif de Pascale Goetschel, Christophe Granger, Nathalie Richard et Sylvain (...)

2La haine ne dispose pas d’un territoire ferme qu’affectionnent les historiens. Elle ne bénéficie pas davantage d’un atelier observant les affrontements hostiles, comptabilisant les rages incandescentes, recueillant les récits de personnalités animées du besoin impérieux de haïr et les souvenirs de celles dont l’existence s’est trouvée bouleversée. Les hommes et les femmes n’ont guère pris soin de la faire parler, y compris les poètes et les psychiatres, contrairement à la joie ou même l’ennui3.

  • 4 Joseph Kessel, Reportages, Romans, présentation de Gilles Heuré, Paris, Gallimard, coll. « Quarto » (...)
  • 5 Expression de Jean-Paul Sartre dans L’Être et le néant, publié en 1943. Elle est utilisée aussi com (...)
  • 6 Jean Bazin, Des clous dans la Joconde. L’anthropologie autrement, Toulouse, Anacharisis, 2008, p. 2 (...)
  • 7 Alain Corbin, « Le secret de l’individu », Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vi (...)
  • 8 Denis Bertholet, Les Français par eux-mêmes, 1815-1885, Paris, Olivier Orban, 1991, 362 p. ; Roger (...)
  • 9 Bruno Bertherat, « Liberté, égalité, identité : l’identification républicaine », Marion Fontaine, F (...)

3Les pages précédentes étaient guidées par quelques questions simples : peut-on retrouver la haine ? sous quelle forme ? Comment peut-on l’interpréter et qu’apporte-t-elle, si on ne la réduit pas à son étymologie, à la compréhension des sociétés ? Avant de revenir sur ce questionnement, sans doute faut-il évoquer, partiellement, une atmosphère, celle des années 1920 commençantes. Elles constituent, de manière inversée, une sorte de modèle d’intelligibilité du fait haineux rendu possible par l’examen de ce que les historiens appellent le grand XIXe siècle. Le 14 juillet 1919, sous l’arc de Triomphe, Joseph Kessel fait son premier reportage. Il est frappé par la foule populaire, immense, admirable et calme, il partage avec elle la joie de vivre concentrée en une journée4. Nul doute que si certaines périodes connaissent une succession de « grandes joies », d’autres connaissent de « grandes haines ». Mais comment faire le récit du « sentiment noir5 », si ce n’est par l’entremise des hommes et des femmes du passé ? L’anthropologie bouscule parfois les historiens et dessine d’impérieuses limites à la narration explicative : « On pourrait dire – le paradoxe a ses vertus – que, par l’exercice certes légitime et indispensable de la critique historique, nous engendrons un récit neutre et objectif qui est, à certains égards, moins “vrai”, puisqu’il est par définition tel qu’aucun des acteurs ne l’a énoncé ni n’a pu l’énoncer6. » Sans doute existe-t-il un nœud épistémologique indépassable entre l’attention portée aux discours, aux gestes et aux émotions des protagonistes du passé que l’on veut étudier et la restitution par un tiers extérieur d’une séquence particulière comme une guerre ou d’une émotion durable comme la haine. De 1830 à 1930, l’individualisation et les exigences en matière de « privacy » s’accroissent dans tous les milieux7, le je, ou le nous restreint, l’emportant sur le nous élargi. Les autobiographies, les témoignages, les correspondances privées progressent à un rythme soutenu8. Elles prennent aussi la forme d’une stigmatisation du nom et parfois d’un déni de l’identité9. Mais les haines apparaissent rarement à visage découvert, le plus souvent, elles sont dépourvues de discours de légitimation. La plupart d’entre elles n’ont laissé que des traces édulcorées ou des impressions, des mots qui veulent dire autre chose ou des expressions qui, sans la nommer, en parlent.

4Les haines ordinaires et individuelles jouent un rôle dans la circulation et l’acception d’une haine qui les dépasse. Aussi, est-elle bien une force désorganisatrice à l’image des métiers compagnonniques ; une force de destruction implacable à l’instar du sort réservé aux Communards ; une forme d’impuissance lors de la défaite de 1870 et de « jubilation » comme en 1918. Elle construit aussi des figures haïssables comme celles des femmes exclues de la citoyenneté et tenues à l’écart de nombre d’emplois et de responsabilités. La méfiance et l’hostilité envers les étrangers, les juifs et les « rouges » permettent de donner à la hargne diffuse la possibilité de se « décharger » contre un bouc émissaire tenu pour responsable de la souffrance et des malheurs du temps, et de se débarrasser de tensions et d’inquiétudes devenues intolérables. Dans tous les cas, les haines servent de ciment, soit pour consolider des convictions, soit pour souder des groupes plus ou moins larges. Elles font une large place aux affabulations et aux reconstructions afin de se donner le beau rôle et, dans tous les cas, accordent une large place aux pensées de destruction d’un objet qu’ils ne contrôlent pas. Les haineux désirant mettre en pièces, par l’imagination ou par des actions concrètes, un ennemi intime ou quasiment inconnu.

  • 10 Expression empruntée à Christophe Prochasson, 14-18. Retours d’expériences, Paris, Tallandier, coll (...)
  • 11 Carlos Ginzburg, « Traces, racines d’un paradigme indiciaire », Mythes, emblèmes, traces, Paris, Fl (...)
  • 12 Alain, Propos, 1906-1936, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1956, p. 3.
  • 13 Cornelius Castoriadis, « Les racines psychiques et sociales de la haine », Figures du pensable. Les (...)
  • 14 Antonio Damasio, L’erreur de Descartes : la raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 2010 [1995], 3 (...)
  • 15 Henriette Langlade, De l’Amour à la haine, Paris, Tallandier, 1930, p. 103.

5Des contemporains ont voulu l’instrumentaliser, désigner un ennemi à haïr et donner un cours nouveau accepté par le plus grand nombre. Les discours haineux, en circulation, repris et réactualisés, sont à leur tour appropriés par un nombre grandissant d’hommes et de femmes sans que la recherche puisse bénéficier de « retours d’expériences10 », car il est difficile de rendre compte du volatile, du fugace de l’impalpable, même s’ils sont vécus, ressentis et partagés par un très grand nombre d’hommes et de femmes du passé. Disséminé dans les souvenirs individuels ou la mémoire collective, il n’en subsiste que des traces mnésiques, rendant improbable la construction d’un paradigme indiciaire11. Quelques rares sentinelles, souvent éloignées de la mêlée, tentent de la saisir, de la décrire, d’en rendre compte non pas pour en faire usage, mais pour la comprendre et, dans une certaine mesure, la combattre. En mai 1927, Alain invente une fable. Un personnage anonyme déclare avoir un terrible ennemi, qui lui ressemble au point d’esquisser les mêmes gestes et sans doute les mêmes pensées. La situation devient intenable, il ne dort plus, devient obnubilé par l’autre, guettant une attaque, prélude à une guerre sans merci : « Il me craint, je le vois bien, et, comme je sais ce que c’est que craindre, je sais qu’il me hait. » À son interlocuteur, il finit par désigner l’homme qui le persécute ainsi. Le narrateur ne peut contenir sa stupéfaction. Il s’agit tout simplement de son ombre12. S’il ne peut y avoir de mise à mort de soi dans cette scène, à moins d’imaginer son propre suicide, le conte met en avant la détresse, l’angoisse de celui qui est pris dans les rets de l’hostilité, l’insupportable de la situation, mais aussi, par l’entremise de la chute de l’histoire, la question de l’inachèvement de chaque être humain et, pour certains, leur amour de la haine. Cornelius Castoriadis avait écrit qu’il faudrait que « nous soyons capables de reconnaître et d’estimer correctement l’extraordinaire quantité de haine contenue dans le réservoir psychique, que l’institution sociale n’a pas pu, ou n’a pas voulu, canaliser vers d’autres objets13 ». Cette haine, ce besoin de haïr, ce « mimétisme haineux », nous les avons rencontrés à tous les niveaux, dans la vie intime, dans l’existence privée mais aussi sur les scènes nationales et européennes. La haine, sentiment, pulsion ou état émotif, s’avère d’une plasticité presque infinie. Elle s’apparente bien à une énergie psychique presque débridée mais ne peut se comprendre que dans des contextes particuliers car, à chaque fois, elle prend une forme précise dans une situation concrète. Passion ou sentiment, elle se caractérise aussi par des signaux physiques émotionnels, comme l’indiquent des travaux récents des neurosciences14, mais également des fictions plus anciennes : « une sueur d’angoisse pâlissait son front que sa main tremblante effleurait d’un geste machinal15. » Reste qu’elle constitue bien souvent un piège mortel. Le haineux, réduit à un individu ou à un groupe, fait de sa haine une arme, oblige l’autre à réagir, à composer, voire à surenchérir. La haine ne laisse parfois pas d’autres possibilités que de haïr à son tour et d’être happé dans une spirale funeste.

  • 16 François Dosse, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre sphinx et phénix, Pari (...)
  • 17 Vincent Descombes, Le même et l’autre, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 216.

6Elle offre aussi, à l’instar de l’événement, mais sans forcément son « retentissement », une pluralité de sens16. Bien souvent les sentiments et les émotions sont ressentis, parfois partagés sous la forme d’une communion, mais rarement mis en écrit. Ils se devinent dans les scories des textes, dans les blancs des matériaux narratifs, dans les couleurs d’une argumentation, dans les vides ou les excès des témoignages. Sans doute peut-on considérer que la haine, du moins à son premier stade, est un « événement muet17 » qui, par la suite, se manifeste par des pensées, des actions, des déclarations plus ou moins tonitruantes.

Un instrument de régulation

  • 18 Parmi une production abondante, voir bien sûr Paul Ricoeur, Temps et récit, t. 1 : L’intrigue et le (...)
  • 19 Georges Darien, L’ennemi du Peuple, no 9, 1er-15 décembre 1903, repris dans L’ennemi du Peuple, Lau (...)
  • 20 Idem, p. 123.

7S’il est donc possible de retrouver la haine, de lui redonner un rôle et un sens, il est, en revanche, plus difficile, d’adopter une mise en intrigue18. Comment la raconter, quelles approches et niveaux convenait-il de retenir ? Le premier éclairage était celui des figures haïssables. Mais on peut se demander, au-delà de celles examinées au début du présent ouvrage, si les « ventres mous », les modérés, ceux qui, discrets et falots, se tiennent à l’écart peuvent aussi être l’objet de la haine, sentiment particulièrement fort. Dans la première moitié du XIXe siècle, les propos peu amènes sur le juste milieu ou les « bons pères de famille » peuvent prendre la forme de plaisanteries ou d’insultes. À la Belle Époque, mais aussi dans les années 1920, les indécis, les modérés et les « neutres » ne sont pas toujours épargnés car considérés comme des complices de la situation existante. Georges Darien, dans L’ennemi du peuple, le dit à sa manière. Pour lui, la neutralité et l’innocence n’existent pas, tout le monde a sa part de responsabilité et ceux qui n’entrent pas dans la mêlée, acceptent leur sort, sont méprisables et haïssables, en deux mots : le peuple, c’est-à-dire « cette partie de l’espèce humaine qui n’est pas libre, pourrait l’être, et ne veut pas l’être ; qui vit opprimée, avec des douleurs imbéciles ; ou en opprimant, avec des joies idiotes ; et toujours respectueuses des conventions sociales19 ». Sont désignées ainsi « la presque totalité des Pauvres, et la presque totalité des Riches. C’est le troupeau des moutons et le troupeau des bergers ». Plus personne ne peut être dupe du « mensonge social ». Aussi, grâce à quelques individualités seulement, l’être humain conserve « la faculté de haïr ». Mais « dès qu’un être sait haïr, il cesse d’appartenir au Peuple20 ». Dans cette démonstration, la haine, ambivalente, serait à la fois le propre du genre humain, ce qui lui permet de conserver sa dignité, mais n’est destinée qu’à une élite au caractère trempé et à la qualité d’âme solidement forgée. Au total, personne n’échappe à la haine, même si certaines figures sont plus systématiquement et plus vivement l’objet d’une aversion radicale.

8L’expérience de la haine permet d’examiner l’individuel et le social, et de suivre, non pas forcément les interactions, mais les mécanismes haineux qui, eux, présentent des traits communs et renseignent sur la psychologie humaine. L’instrumentalisation de la haine ouvre un autre registre. Il ne s’agit plus simplement de raconter, même sommairement, des relations sociales conflictuelles, où la peur et la haine de l’autre dominent dans certaines occasions, mais de saisir comment la manipulation et la propagande haineuse se transforment en « gouvernance », assujettie à des fins xénophobes et à des visées revanchardes. De la sorte, traiter de la haine ce n’est pas procéder à une sorte de réification mentaliste, mais bien proposer une approche de ce qui fait mouvoir les individus. La haine se présente parfois aussi comme le seul choix possible. Pour ne pas être invisible ou sombrer dans l’indifférence, sans doute est-il préférable de haïr. La haine devient alors une ressource, une manière d’être au monde et une façon d’avoir une emprise sur les autres

  • 21 Jacques Hassoum, Cet obscur objet de la haine, Paris, Aubier, coll. « Psychanalyse », 1997, 129 p.

9Certes, il existe d’autres ressorts et il ne s’agit pas de noircir le tableau d’une humanité incorrigible et agressive, mais bien d’entrer dans des univers mentaux et sociaux. Les étudier nécessite de prendre en compte un autre effet de distorsion venant d’une impression de familiarité. L’actualité immédiate en fournit de multiples exemples, allant de faits divers médiatisés à des guerres civiles effroyables. À cause de cette familiarité apparente, elle ne semble pas poser de problème d’interprétation puisqu’elle s’impose comme une évidence. Mais il s’agit d’un effet d’optique, car la haine se comprend dans un ensemble de contextes, celui de la famille déchirée, du voisinage, de divisions politiques, de « discordes sociales »… Pour autant, toutes les haines, au-delà des situations et des discours sur elles, se rejoignent sur un point. Toutes dénient à l’autre un droit à la différence ou à une existence autonome ; toutes veulent que l’autre soit confiné, rejeté ou anéanti. La haine est bien la négation de ce qui fait l’identité d’autrui : le mari haineux qui tue sa femme, l’habitant acariâtre qui ne supporte pas la présence de son voisin, un avocat qui ne peut tolérer qu’une femme soit un confrère plus habile, un patron pour qui un ouvrier est un ennemi mortel et qui le lui rend bien, un publiciste qui théorise l’exclusion, un politique qui s’en saisit pour proposer un nouveau modèle de société… La haine possède sa propre logique et pourtant, à l’échelle d’un individu ou d’une nation, elle est un « désastre intérieur21 ». Mais force de désagrégation, elle est également, pour un temps, un levier de cohésion et une forme de régulation sociale prenant parfois la forme du désir de revanche, de la volonté de lutter contre une menace, de conserver son identité, d’être préservé face aux bouleversements annoncés, d’imposer son point de vue, d’exercer sa domination.

Régime et tonalité

  • 22 Les régimes d’émotions n’ont pas donné lieu à une analyse globale, il convient toutefois de s’inspi (...)
  • 23 Véronique Nahoum-Grappe, Du rêve de vengeance à la haine politique, Paris, Buchet-Chastel, coll. «  (...)

10Sans doute existe-t-il des « régimes haineux » au même titre que des « régimes d’émotions », c’est-à-dire des moments particuliers, souvent instables, qui surviennent une fois, et sont dominés par une impression partagée22. À côté des « régimes haineux », de façon simultanée et parfois confondue, se mettent en place des « configurations haineuses » propres à une poignée d’individus, à un groupe, ou encore à une situation. Souvent, si elle semble s’assoupir, voire se fossiliser, la haine ne disparaît jamais totalement. Elle a beau être construite, « artificielle », elle peut être rallumée et devient alors à la fois troublante et inquiétante « parce qu’elle laisse entrevoir d’exceptionnels mais terrifiants débordements »23. Chaque action et chaque émotion impliquent tout un monde. La période 1830-1930, même si elle est traversée par deux grandes révolutions écrasées dans le sang et par deux conflits armés, possède une unité ou du moins une cohérence. Les transformations économiques, la construction de partis politiques, la généralisation du salariat, le désenclavement des villes et des campagnes, l’essor de la presse, l’affirmation d’une culture de masse et bien d’autres aspects structurants lui donnent en effet une particularité. Les façons de sentir, de s’émouvoir et surtout de haïr ne sont pas restées identiques même si les mots pour la dire ont pu conserver une apparence semblable. La haine ne saurait donc être qualifiée d’éternelle et être présentée comme décontextualisée. Mais davantage que les manières de faire ce sont les structurations des haines publiques qui sont les plus marquantes pour saisir leur historicité.

  • 24 Julien Benda, La jeunesse d’un clerc, Paris, Gallimard, 1936, 222 p.
  • 25 Julien Benda, La Trahison des clercs, Paris, Grasset, coll. « Les Cahiers Rouges », 1975 [1927], p. (...)
  • 26 Idem, p. 135.
  • 27 Idem, p. 136.
  • 28 Idem, p. 137.
  • 29 Idem, p. 139.
  • 30 L’année 1930 peut donc apparaître comme une année charnière. Les références à 1914 ou à 1918 sont r (...)

11Julien Benda est aujourd’hui connu pour un livre, La trahison des clercs, souvent vite lu et dont on ne retient le plus souvent que le titre. Et pourtant, l’ouvrage est sans doute le livre le plus politique que l’on ait rédigé sur la haine. Il est une sorte de grille de lecture lucide permettant de décrypter les événements. Il ne s’agit pas d’un guide d’action, mais d’une sorte de posture morale. Dans son autobiographie, il s’en explique à plusieurs reprises24. Publié pour la première fois en 1927, au moment où l’insouciance des années 1920 s’estompe, voire s’est figée dans un passé presque révolu, le livre semble prémonitoire et annonce un avant-guerre qui est difficilement perceptible. En 1946, il sera réédité, précédé d’une préface substantielle qui entend donner du sens à la période qui vient de s’achever mais qui n’était que la poursuite des divisions, des conflits et des aversions, des égoïsmes des années 1930. Si les clercs, c’est-à-dire « tous ceux dont l’activité, par essence ne poursuit pas de fins pratiques25 », ont trahi ce n’est pas seulement parce qu’ils ont opté pour les honneurs et ont tiré de leur position des avantages matériels. Pour comprendre l’ampleur et l’importance de la trahison, il faut d’abord revenir aux passions politiques. C’est d’elles dont il est question dès la première page. D’emblée, elles sont considérées comme négatives car c’est par elles que « des hommes se dressent contre d’autres hommes et dont les principales sont les passions de race, les passions de classes, les passions nationales26 ». Elles ne restent ni inchangées ni immobiles et, de toutes parts, à l’échelle du monde, les hommes et les femmes « s’éveillent aux haines sociales, au régime des partis, à l’esprit national ». Dans la société française, la haine était jusqu’alors plutôt éparse, parfois dispersée et hétérogène. Désormais, souligne Julien Benda, la haine a changé de caractère : elle est devenue tout d’abord cohérente. Un siècle plus tôt, dans les années 1830, les « adeptes d’une même haine politique » ne parlaient pas d’une voix, chacun ressentait et s’exprimait à sa manière. Dorénavant, les hommes et les femmes ne haïssent plus « en ordre dispersé », ils forment « une masse passionnelle compacte, dont chaque élément se sent en liaison avec l’infinité des autres » au point de pouvoir constituer « un tissu de haine si serré27 ». En effet, la société est dorénavant formée de grands agrégats qui sont de véritables « blocs de haine », prêts à entrer en collision les uns avec les autres. On assiste donc à un processus dans lequel la passion d’un individu rejoint « des milliers de passions » semblables à la sienne. De la sorte, l’observateur attentif peut constater à la fois un mouvement de « cohérence de surface » mais de « cohérence en nature », comme si chaque « bloc de haine » se solidifiait et se densifiait. Et Julien Benda, qui adopte la posture de l’observateur surplombant, se dit frappé par le fait que les « ennemis du régime démocratique (je parle de la masse, non des cimes) manifestent aujourd’hui une passion peu variée ». En effet, cette dernière se présente bien comme un bloc de haine « peu affaibli par des manières personnelles et originales de haïr ; combien les émotions dites antisémitisme, anticléricalisme, socialisme, malgré les formes multiples de cette dernière, présentent plus d’uniformité qu’il y a cent ans28 ». Les tendances lourdes aboutissent donc à un accroissement d’homogénéité et chaque bloc ainsi renforcé gagne en virulence, au point que nul ne peut contester qu’une haine, en se précisant, devient plus forte. Mais si le fond de haine est constant, solidement établi, il existe aussi des périodes d’accalmies entrecoupées « d’explosions », assurément terribles et nombreuses. L’époque contemporaine, du moins de 1830 à 1930, se caractérise donc par la disparition des haines vagues et partielles au profit de quelques haines générales. Pour l’observateur des siècles passés, le mouvement tendanciel apparaît net, tant il est vrai que des haines ancestrales se sont évanouies : « la condensation des haines politiques en un petit nombre de haines très simples et qui tiennent aux racines les plus profondes du cœur humain est une conquête de l’âge moderne », mais l’un des traits les plus originaux de la période contemporaine est bien « la haine des possédants pour la classe ouvrière29 ». Le texte est évidemment à lire en fonction des préoccupations d’une époque mais il propose bien une lecture dynamique. Après 1930, les observateurs peuvent constater une montée de la xénophobie, la cristallisation de haines politiques qui changent d’intensité même si les contemporains ne perçoivent pas encore toutes les implications30. Ce n’est parfois qu’a posteriori qu’il est possible d’en prendre la mesure. Manifestement, il y a bien transformation d’une émotion, voire basculement, qui s’accompagne aussi de codes narratifs différents pour la coucher sur le papier.

12Des « régimes haineux », et sans doute à l’intérieur des « sous-régimes » ou des moments particuliers, peuvent s’imposer en plein jour, presque dans l’instant, ou n’être révélés qu’en fonction de circonstances particulières. Quelques personnalités ont eu le sentiment d’être des hommes charnières, de vivre une transition entre deux périodes plus affirmées, ou bien d’avoir vécu un moment révolu pendant lequel des sentiments et des émotions profondes n’osaient pas se manifester au grand jour. Jean Zay, qui fut député radical-socialiste, puis ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts du Front populaire, s’avère être un observateur remarquable. Véritable écrivain, il donne pour lui-même et ses lecteurs des signes clairs Dans Souvenirs et solitude, il évoque, à un moment donné, la faune secrète qui correspond à un autre régime émotionnel que celui retenu pour le présent ouvrage, mais illustre sa clôture :

« Les hommes que nous étions en 1940 gardaient enfouis très loin en eux-mêmes leurs sentiments essentiels, comme ces poissons énormes des grandes profondeurs invisibles de la surface et dont on ne soupçonnait pas l’existence. La tempête a semé l’agitation dans les eaux les plus calmes ; elle a fait remonter au grand jour tout ce qui dormait dans les ténèbres : chacun exhibe sa faune sous-marine. »

  • 31 Jean Zay, Souvenirs et solitude, introduction d’Antoine Prost, Paris, Belin, 2010 [1946], p. 447-44 (...)
  • 32 Jacques Hassoun, Les passions intraitables, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2000 [1993], 142 p
  • 33 Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, 1947 [1926], p. 202.

13Un peu comme Michelet qui décrivit une tempête qui bouleversa le narrateur et le monde, Jean Zay, vit une épreuve et connaît une expérience de dévoilement : « Quels spectacles inattendus se sont offerts aux yeux ! Que de monstres hideux se dissimulaient sous les apparences de l’amitié, du dévouement, de la loyauté, du patriotisme31 ! » Parfois qualifiée de « passion intraitable32 », la haine peut donc, avant d’éclater, être totalement silencieuse au point de sidérer ceux qui en sont les cibles ou les témoins, impuissants ou complaisants. Aussi, un « régime haineux » particulier équivaudrait à un moment singulier où des haines diverses convergeraient, mêlant les rancœurs et les aversions individuelles aux exécrations collectives. De la sorte, comme Marcel Mauss l’avait suggéré en 1926, dans la première mouture destinée à ses étudiants de son célèbre manuel, se dessine une « tonalité morale33 » propre à une société, mais aussi à une époque. Pour comprendre les sociétés du passé et celles du temps présent, il importe de se mettre à l’écoute des plaintes journalières, des mots récurrents, des perspectives du quotidien, des inquiétudes, des objets de détestation, des aspirations, des promesses, des espoirs, en un mot d’une psychologie collective qui constitue une atmosphère.

Noirceur psychique

  • 34 Bertrand Russel, Essais sceptiques, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Le Goût des idées », 2011 [1 (...)
  • 35 Idem, p. 147.

14À lire les articles, les reportages de la presse d’opinion, et les correspondances privées, nul doute que des malheureux sont menacés, pressurés ou broyés par un adversaire impitoyable et égoïste. En 1928, Bertrand Russel s’interroge sur le besoin de scepticisme. Pour lui, l’existence offre également de multiples exemples du besoin de haïr : « Nous n’aimons pas être privés d’un ennemi ; nous avons besoin de haïr quelqu’un quand nous souffrons. » Et d’ajouter : « Il est si déprimant de penser que nous souffrons parce que nous sommes des imbéciles ; pourtant, si l’on considère la masse de l’humanité, c’est cela la vérité. » Puis il poursuit, s’attachant plus particulièrement à la vie politique et donnant l’exemple du traité de Versailles, au fait qu’« aucun parti politique ne peut acquérir une forte influence sans exciter la haine ; il doit toujours avoir quelqu’un à réprouver34 ». Relisant le Capital de Karl Marx, il y voit, en fonction de l’ordre des chapitres, une construction visant à exister une haine terrible et à « stimuler l’ardeur martiale contre l’ennemi35 ». De 1830 à 1930, la haine sans être interdite – il n’y a pas de règles éthiques, de préceptes religieux ou d’instruction civique qui la proscrivent ouvertement – n’est pas non plus librement autorisée. Elle garde quelque chose de honteux. Ce n’est qu’à partir des années 1930 qu’elle change à la fois de registre et d’intensité.

  • 36 Esprit, 1932/10, p. 265.

15Mais il existe encore, loin de la scène politique, d’autres haines qui ne demandent qu’à se rencontrer, s’affronter, se vivifier, y compris entre générations, opposant les modernes et les anciens. Pour des personnages installés, tout ce qui apparaît nouveau constitue une menace, dérangeant des habitudes, mettant en cause des certitudes : « Nous voyons chaque jour des gens qui défendent communément l’esprit confondre l’éternel et le ranci, et donner une haine méchante, agressive, diabolique, une haine de vieux à tout ce qui naît et porte la promesse de demain36. » Reproches, ressentiment, aigreur, nourrissent les haines variées, interpersonnelles ou collectives.

  • 37 Henri Claude, Psychiatrie médico-légale, Paris, G. Doin et Cie, 1932, p. 206.
  • 38 Claude Barrois, « Action du traumatisme, traumatisme en action, action sur le traumatisme », Nouvel (...)

16La haine, indépendamment de son objet, apparaît souvent comme une conviction qui entre en résonance avec les affects du moment. Le point de départ consiste à décréter l’existence d’un problème : la « question conjugale », « la question sociale », la « question juive », la « question féministe », la « question bohémienne », la « question communarde », la « question prussienne »… et d’organiser autour de chacune une riposte. Le problème dévoilé est présenté comme objectif : il existe et il n’est pas besoin de le démontrer. À partir de là, le monde peut être réorienté et chacun se trouve conforté dans ses convictions qui ont alors des allures de croyances. Plus elles sont fortes et plus elles se montrent imperméables à toute critique. La logique n’a pas de prise et les raisonnements ne parviennent pas ébranler les convictions. Les personnes haineuses présentent de fortes ressemblances avec les fanatiques. Elles ne doutent pas. Leurs cibles, tantôt personnalisées, un ennemi nominal, tantôt diluées, une communauté vague comme les bohémiens que les haineux ne sont pas capables de désigner par leur nom, sont pourtant certaines. Les fanatiques, disent les lexicographes, sont emportés dans un zèle outré, ils s’apparentent également aux paranoïaques que la psychiatrie découvre en 1930. L’état pathologique de ces derniers ne saute pas aux yeux, car, écrit Henri Claude, ils sont capables de réunir une foule d’arguments judicieusement choisis et peuvent faire preuve de capacités intellectuelles remarquables dans nombre de domaines. Mais au moins l’un d’eux aboutit, malgré un raisonnement particulièrement serré, à des aberrations, du fait qu’il repose au départ sur « des prémisses fausses37 ». Certes tous les haineux ne souffrent pas de troubles psychiatriques, mais la maladie avec ses délires et ses troubles du comportement renseigne sur des dispositions et des façons de raisonner poussées à l’extrême. D’une certaine manière, elle souligne, en les épaississant, des traits de caractère qui deviennent ainsi plus visibles. Mais pour les haineux, au-delà de toute tentative de pathologisation, ceux qu’ils exècrent sont des êtres mauvais. De la sorte, il n’y a guère de place pour la culpabilité. Ils rêvent d’en devenir les maîtres absolus, soit en les humiliant et en les maintenant dans cette position, soit en les rejetant hors du cercle des semblables, en les condamnant en quelque sorte à l’exil intérieur ou en les contraignant au départ au-delà des frontières, soit encore en les tuant ou en les maintenant vivant mais en les faisant disparaître du cercle des proches ou de la vie publique. La haine est aussi une rhétorique du trop. Il y a trop de vagabonds, trop de suffragistes, trop de juifs, trop de jeunes, trop de permissivité, trop de laxisme… Les personnes haineuses sont persuadées d’être dans leurs droits, leur acharnement est légitime et la haine leur donne aussi la certitude d’exister. De l’autre côté, comme dans un miroir mais sans réciprocité, les personnes haïes, sont transformées par leur persécuteur. Elles ne peuvent l’ignorer et, dans certaines circonstances, sont obligées de changer de manière de vivre et voient leurs représentations du monde bouleversées à jamais. La haine est bien, pour celui ou celle qui en est l’objet à l’origine d’un traumatisme psychique38.

17Face à ce sentiment destructeur, il n’existe pratiquement pas de discours de délégitimation, comme si la haine ne pouvait pas faire partie du répertoire émotionnel. La haine apparaît ainsi comme une violence psychique, à la fois pour celui qui l’éprouve, sortant d’une certaine manière de lui-même, et pour la personne ou le groupe visé. Elle est une menace, parfois suivie d’effets, de s’en prendre à l’intégrité physique d’autrui. Les images de dépeçage et de massacres inscrites dans la mémoire collective ne laissent guère de place au doute sur le sort réservé aux victimes de la haine si les haineux venaient à l’emporter et accomplissaient leurs desseins.

18Vivre la haine revient souvent à demeurer en arrière, à ressasser des griefs, à comptabiliser des affronts, à enregistrer des malheurs, à revivre des frustrations, à refaire aussi l’histoire de soi et de la France. À l’aigreur du passé s’ajoute aussi l’inquiétude face à l’avenir. Les haineux s’effrayent de ce qu’ils devinent ou bien de ce qu’ils ne connaissent pas. Les projections dans un futur proche s’avèrent angoissantes. L’avenir est perçu comme hostile, chargé de dangers dont on entend les grondements. Rien ne semble vouloir apaiser les souffrances issues du passé ou promises dans les prochaines années, si ce n’est le recours à la violence psychique, qu’elle vienne de soi ou qu’elle soit proposée de l’extérieur. La haine permet de supporter une situation, elle éclaire l’avenir, et donne une direction. En effet, dirigée contre une cible, puis fixée sur un individu ou une communauté, elle offre une perspective à ceux qui sont désemparés ou qui ont besoin d’explications simplistes pour eux-mêmes ou pour mobiliser partisans et affidés. Pour lui résister, il faut vivre dans le présent et accepter la complexité de la société, mais les gains psychiques apportés par la haine sont, dans l’immédiat, importants car elle donne une raison d’exister, une clé de compréhension de son entourage, une explication du monde tel qu’il est perçu, et elle apparaît comme une promesse de vengeance.

  • 39 Leon Festinger, A Theory of Cognitive dissonance, Stanford, Stanford University Press, 1962 [1957], (...)
  • 40 Robert Stoller, La Perversion : forme érotique de la haine, Paris, Payot, 1978, 230 p.
  • 41 Soulignons que pour la période 1830-1930 il n’existe pas de travaux similaires à ceux portant sur l (...)
  • 42 Voir de Georg Simmel, nombreuses remarques en particulier dans Sociologie, études sur les formes de (...)

19Personne ne revendique ouvertement le droit à la haine ce qui serait contraire à la culture dans laquelle chacun évolue, de la sorte se produit bien une « dissonance cognitive39 », même si des individus et des groupes bénéficient dans leur capital psychique, de dispositions « méchantes40 ». En effet, par rapport à sa formation, à sa famille, aux valeurs du groupe, aux préceptes moraux et religieux, il faut pouvoir justifier des pensées, des paroles et des actes. Le grand écart entre des représentations initiales et des pratiques n’est pas insurmontable. Pour mettre en conformités les unes avec les autres, il suffit d’exclure du groupe des semblables celui que l’on exècre transformé en ennemi. Il doit être rabaissé, métamorphosé en quelque chose d’insignifiant pour faire la démonstration de sa propre grandeur. Dans cette perspective, la haine élève celui qui l’éprouve. Les personnalités et les groupes haineux qui finissent par s’imposer, soit brutalement soit insidieusement, et à faire partager leurs émotions à d’autres, soulèvent une série de questions. Certaines relèvent de la construction d’un sujet et d’une trajectoire individualisée ; d’autres de la psychologie collective. Les haineux, rappelons-le, suspendent les règles juridiques et les obligations morales. Ils s’autorisent ce que l’éducation leur a interdit. Presque tout doit tourner autour d’eux ou de leurs conceptions, il leur faut vaincre un ennemi, en triompher, le fouler aux pieds. Sans aucun doute les haineux présentent des traits communs avec les tortionnaires et les auteurs de massacres qualifiés d’hommes ordinaires41. Ce n’est pas le regard de la victime qui leur importe, mais le leur. C’est à leurs propres yeux qu’ils doivent conserver l’estime de soi. Les haineux ne se remettent pas en cause, ils justifient toujours leur aversion et rejettent la faute sur l’autre. Dans le couple, la haine conjugale est vue comme le résultat de brouilles et de disputes permanentes, d’humiliations et de coups incessants ; sur la scène publique, Drumont ou Maurras affirment que l’antisémitisme n’est que la juste réponse à la haine des juifs ; Thiers que la répression sanglante n’est que le châtiment approprié à l’égard des mesures haineuses prises par les membres de la Commune. Dans la sphère politique comme dans l’univers social se déploient des discours de justification qui n’évoquent pas la haine des vainqueurs ou de ceux qui en sont à l’origine, mais la nécessité de défendre l’emploi, l’ordre social menacé, la France éternelle ou la civilisation. Ces arguments se retrouvent aussi sur la scène internationale. Chacun, à son échelle et en fonction des circonstances, réduit l’autre à un type, lui-même ramené à l’état d’ennemi, selon un processus restitué par Georg Simmel42.

  • 43 Voir pour la situation contemporaine, Arlette Farge, « L’essoufflement de la France est un événemen (...)
  • 44 Véronique Nahoum-Grappe, Du rêve de vengeance à la haine politique, Paris, Buchet-Chastel, coll. «  (...)
  • 45 James C. Scott, La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris (...)

20Or, dépassant les individus pour s’emparer d’une collectivité, il arrive que l’esprit haineux finisse par l’emporter, balayant presque tout sur son passage. La noirceur psychique constitue assurément un événement historique43, legs du XIXe siècle qui a donné aux affrontements sociaux et politiques une couleur sombre, montrant aussi que l’on pouvait, par la violence la plus extrême, régler les dissensions et les différends et faire porter le poids de la culpabilité sur les épaules des vaincus ou des plus vulnérables. Sans doute faut-il insister encore sur le fait qu’il existe des déplacements parfois presque imperceptibles, difficiles « à objectiver », mais qui attestent, à des moments particuliers, de la « hausse du degré d’hostilité diffuse et dénuée de contenu précis, la valorisation d’une esthétique de l’agressivité cynique sans objet – mais qui en cherche – », une couleur sombre de l’humeur collective, pourraient se transformer en fossés insidieux entre les uns et les autres, entre soi et la « société44 ». Sous l’apparence de l’harmonie sociale courent à la fois des discours subalternes, qui relèvent de l’infra-politique45, et des sentiments hostiles dont la haine, cette passion froide qui exige l’anéantissement.

Présence de la haine

  • 46 Le schéma proposé par Robert J. Sternberg n’apparaît guère efficient. Dans The nature of hate, publ (...)
  • 47 Nicole Jeammet, La haine nécessaire, Paris, PUF, coll. « Fait psychanalytique », 1989, 144 p.
  • 48 A. Green, « Culture et Civilisation(s), malaise ou maladie », Revue française de psychanalyse, 1993 (...)
  • 49 Micheline Enriquez, Aux carrefours de la haine, Paris, Épi, 1984, p. 22.
  • 50 « Au cœur des ténèbres de la haine, là où celle-ci est persistante, implacable, là où elle se nourr (...)

21La haine possède une charge émotionnelle considérable. Elle est une force de changement tout en étant l’une des réactions possibles et enveloppantes face aux mutations trop lentes, trop brusques ou trop incertaines. Pour autant, il n’existe pas de modèle théorique de la haine46 ni de lecture unique. La haine c’est à la fois le refus du changement, ce qui contribue à donner davantage de relief et d’épaisseurs aux présupposés sociaux et culturels, et ce qui échappe au polissage des mœurs et à la culture des sentiments. Portée par des individus ou des groupes sociaux, la haine déliée et errante poursuit son chemin en quête d’une issue47, faisant partie des éléments constitutifs de la personnalité et de la civilisation48. Sans doute, tout un chacun est capable de ressentir une bouffée de haine ou d’être l’objet d’un mouvement haineux. Sans aucun doute, dans l’inconscient collectif, existe un mécontentement diffus et confus. Mais, inscrite dans l’histoire personnelle des individus et des groupes, elle peut, en fonction des situations, basculer du côté de l’excès49. L’énergie haineuse s’avère redoutable, elle peut être stagnante puis se métamorphoser et devenir incandescente. Le haineux, à l’échelle individuelle ou collective, s’affranchit, lorsqu’il passe à l’acte, des préceptes moraux ou des règles de droit. Si la haine constitue la véritable part sombre de l’humanité50, ce sont bien des hommes et des femmes concrets qui, en fonction des circonstances, peuvent passer à l’acte, dénoncer, condamner moralement, se réjouir du malheur d’autrui, se dissimuler, mais aussi se pavaner. La haine utilisée à des effets immédiats. Implacable et enivrante, elle conforte les personnalités haineuses, elle provoque des dégâts mentaux auprès d’individus et de groupes enfermés dans un processus de victimisation. À plus longue échéance, elle contribue à distendre les liens sociaux voire à les détruire.

  • 51 Octave Mirbeau, Les 21 jours d’un neurasthénique, Talence, L’Arbre vengeur, 2010 [1901], p. 244-245

22Jouer sur les peurs, les envies et les frustrations est une manière de parvenir à ses fins, de faire la conquête de l’opinion ou de se lancer dans des aventures politiques. Toutefois, s’il faut construire une figure outrancière de l’autre, que l’on tient souvent pour vraie, préférant la créature imaginée au personnage réel, grossir le trait par la mise en discours, il n’y a pas souvent de passage à l’acte physique. Mais la haine publique est un instrument efficace. En 1922, les Cahiers d’aujourd’hui rendent justice au caractère novateur d’un roman d’Octave Mirbeau. Dans Les 21 jours d’un neurasthénique on y découvrait toute sorte d’histoires dont celle d’une mainmise de l’opinion villageoise grâce à la haine. Le récit n’est pas anecdotique et pourrait servir de modèle relatif à l’art de la manipulation. Un ancien instituteur se présente aux élections législatives contre un marquis, sans cesse réélu. Devant deux cents « cultivateurs » normands, le candidat socialiste est ridiculisé non sur son programme mais sur sa mise, il a sorti ses plus beaux habits, et ne comprend pas « l’explosion de haine » soudaine à son endroit. Il a suffid’une remarque pour susciter la haine méprisante et ricanante : « Est-ce que les vrais amis du peuple s’habillent en redingote… comme les étrangers… les rastaquouères, les juifs51 ? » Il est présenté comme venant de l’extérieur. Lui qui prétend lutter contre les injustices n’est-il pas un privilégié, au service des nantis qui ne travaillent pas véritablement et dont la fortune tirée du négoce ou de l’usure est suspecte. Ici se retrouve en grande partie le programme du nationalisme fermé qui exclu l’autre et désigne des cibles. L’affirmation du marquis ne lui est pas propre, il s’agit de déstabiliser son adversaire, d’affirmer que l’on vit dans un monde certes clos mais à l’abri des menaces du monde moderne. Or dans la haine, se lit bien souvent une demande de protection. Le besoin de sécurité n’est pas si éloigné de la notion de pulsion d’autoconservation. Pour écarter ce qui peut provoquer le déplaisir ou menacer le moi, les hommes et les femmes peuvent mobiliser des ressources émotionnelles.

  • 52 Charles Tilly, La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, coll. « L’Espace du politique (...)
  • 53 Sophie Wahnich, « De l’économie émotive de la Terreur », Annales, HSS, no 4, p. 889-913 et Les émot (...)

23La haine est sans doute, avant tout, une forme de désarroi psychique en quête de réponses simples contre un autre qui prend des visages différents : une épouse, un étranger, un partageux, un protestant, un juif, un Prussien, un adversaire politique. Elle est bien souvent une opération de réduction. Avec elle et ses porte-parole, le monde perd de sa subtilité, de sa texture et de ses nuances. Il faut qu’il soit ramené à quelques grandes catégories. Le ressassement qui l’accompagne y contribue, embastillant dans les esprits une haine persistante que des circonstances peuvent amplifier et des personnalités instrumentaliser et libérer. La haine, passion funeste, est bien, même si elle n’est pas la seule, une force transformatrice majeure. Enfin la haine participe d’un répertoire émotionnel de l’action. Concernant la contestation ou la protestation collective, Charles Tilly avait naguère proposé de les regrouper en cinq grandes catégories à partir des formes que l’on pouvait repérer52. Nul doute que les haines froides, les haines ensauvagées et les haines instrumentalisées que nous avons observées appartiennent au registre de la mobilisation et sont les composantes d’un répertoire émotionnel en grande partie illisible qui commence seulement à prendre davantage de relief53.

  • 54 Philippe Saltel, « Haïr la haine ? », Les philosophes de la haine, Paris, Ellipses, 2001, p. 7-12. (...)

24En fonction de l’angle d’observation, la haine possède ses héros et ses anti-héros que sont les figures de la détestation absolue. Elle est aussi parfois une sorte de baume, permettant d’apaiser les inquiétudes face à l’avenir et les peurs de perdre sa position. Elle donne du sens à une insatisfaction chronique, que ce soit dans le couple, à la ville ou encore dans la société. Qu’elle soit viscérale, bridée, épisodique, elle ne peut être réduite à un état irrationnel. Certes les antipathies peuvent être spontanées et se transformer parfois en sentiments plus forts et durables, mais la haine donne aussi la capacité de se mouvoir dans l’espace social, culturel et politique. Même si elle est détestable et condamnable54, souvent classée parmi les « laideurs morales », elle est bien une forme d’intelligence sensible faisant appel à la fois aux émotions et à la raison. Elle permet de se situer dans l’univers familial, professionnel et dans la cité. Comprendre les inimitiés, saisir les logiques de l’hostilité, éviter les envieux et les jaloux, se méfier des adversaires intimes ou des ennemis plus impersonnels, sont autant de dispositions relevant de l’intelligence du social et offre une lecture complémentaire et nécessaire de ce qui fait fonctionner les sociétés. Si la haine est bien une unité anthropologique et un phénomène psychique, les motivations profondes des individus et des groupes, les manières de haïr, les haineux et les figures haïssables appartiennent à une époque qui tient en suspicion la passion funeste mais en fait aussi, en contrepoint des lectures historiques et politiques, l’énergie motrice de la civilisation.

Notes

1 François Mauriac, La Paix des cimes, Paris, Éditions Bartillat, coll. « Omnia », 2000-2010, p. 84.

2 Jan Philipp Reemtsma, Confiance et violence. Essai sur une configuration particulière de la modernité, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2011 [2008], p. 63.

3 Voir le beau livre collectif de Pascale Goetschel, Christophe Granger, Nathalie Richard et Sylvain Venayre (dir.), L’ennui. Histoire d’un état d’âme (XIXe-XXe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, 317 p.

4 Joseph Kessel, Reportages, Romans, présentation de Gilles Heuré, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2010, p. 263.

5 Expression de Jean-Paul Sartre dans L’Être et le néant, publié en 1943. Elle est utilisée aussi comme synonyme de haine par Théophile Gauthier comme nous l’avons vue dans le prologue du présent livre « Penser et comprendre ».

6 Jean Bazin, Des clous dans la Joconde. L’anthropologie autrement, Toulouse, Anacharisis, 2008, p. 294. Voir aussi Alban Bensa, La fin de l’exotisme. Essais d’anthropologie critique, Toulouse, Anacharis, 2006, p. 357.

7 Alain Corbin, « Le secret de l’individu », Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 4 sous la direction de Michelle Perrot, De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Éditions du Seuil, 1985, p. 419-503.

8 Denis Bertholet, Les Français par eux-mêmes, 1815-1885, Paris, Olivier Orban, 1991, 362 p. ; Roger Chartier (dir.), La correspondance. Les usages de la lettre au XIXe siècle, Paris, Fayard, 1991, 462 p.

9 Bruno Bertherat, « Liberté, égalité, identité : l’identification républicaine », Marion Fontaine, Frédéric Monnier et Christophe Prochasson (dir.), Une contre histoire de la IIIe République, Paris, La Découverte, 2013, p. 304-306.

10 Expression empruntée à Christophe Prochasson, 14-18. Retours d’expériences, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2008, 431 p.

11 Carlos Ginzburg, « Traces, racines d’un paradigme indiciaire », Mythes, emblèmes, traces, Paris, Flammarion, 1989, p. 139-180.

12 Alain, Propos, 1906-1936, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1956, p. 3.

13 Cornelius Castoriadis, « Les racines psychiques et sociales de la haine », Figures du pensable. Les carrefours du labyrinthe, t. 6, Paris, Éditions du Seuil, 1999, p. 236.

14 Antonio Damasio, L’erreur de Descartes : la raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 2010 [1995], 396 p.

15 Henriette Langlade, De l’Amour à la haine, Paris, Tallandier, 1930, p. 103.

16 François Dosse, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre sphinx et phénix, Paris, PUF, 2010, p. 317-322.

17 Vincent Descombes, Le même et l’autre, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 216.

18 Parmi une production abondante, voir bien sûr Paul Ricoeur, Temps et récit, t. 1 : L’intrigue et le récit historique, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Essais », 1983, 406 p. ; Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points », 1996, 341 p. ; et le récent bilan historiographique, Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographie I et II, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2010, 1 325 p.

19 Georges Darien, L’ennemi du Peuple, no 9, 1er-15 décembre 1903, repris dans L’ennemi du Peuple, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2009, p. 122.

20 Idem, p. 123.

21 Jacques Hassoum, Cet obscur objet de la haine, Paris, Aubier, coll. « Psychanalyse », 1997, 129 p.

22 Les régimes d’émotions n’ont pas donné lieu à une analyse globale, il convient toutefois de s’inspirer des travaux de François Hartog, en particulier Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Éditions du Seuil, 2003 et Évidences de l’histoire, Paris, Galaade, 2005. Voir toutefois le livre pionnier de William Reddy qui évoque les régimes émotionnels, The Navigation of Feeling. A Framework of Emotions, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, 380 p. Voir aussi du même auteur « Emotional Liberty : Politics and History in the Anthropology of Emotions », Cultural Anthropology, vol. 14, 1999, p. 256-288.

23 Véronique Nahoum-Grappe, Du rêve de vengeance à la haine politique, Paris, Buchet-Chastel, coll. « Au fait », 2003, p. 29.

24 Julien Benda, La jeunesse d’un clerc, Paris, Gallimard, 1936, 222 p.

25 Julien Benda, La Trahison des clercs, Paris, Grasset, coll. « Les Cahiers Rouges », 1975 [1927], p. 333, p. 166.

26 Idem, p. 135.

27 Idem, p. 136.

28 Idem, p. 137.

29 Idem, p. 139.

30 L’année 1930 peut donc apparaître comme une année charnière. Les références à 1914 ou à 1918 sont rejetées ou oubliées. À la haine de la guerre, si prégnante, se sont substituées d’autres haines. Presque partout des barrières invisibles semblent se dresser au point que chaque « communauté trace ses limites et ne les laisse franchir à personne sans un passeport en règle, passeport de race, de classe ou de parti », notait Benjamin Crémieux, dans Inquiétude et reconstruction (Paris, Gallimard, 2011 [1931], p. 38). La littérature se fait l’écho des grandes idéologies et du désabusement généralisé. Des auteurs comme Jean Guéhenno, Emmanuel Berl ou André Malraux illustrent le dégoût, le scepticisme, le cynisme, voire la « haine du monde », tant il semble évident que « le communisme exclut le bourgeois du paradis prolétarien. Le fasciste répudie le libéral. Le bourgeois s’affirme en tant que bourgeois ».

31 Jean Zay, Souvenirs et solitude, introduction d’Antoine Prost, Paris, Belin, 2010 [1946], p. 447-448.

32 Jacques Hassoun, Les passions intraitables, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2000 [1993], 142 p.

33 Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, 1947 [1926], p. 202.

34 Bertrand Russel, Essais sceptiques, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Le Goût des idées », 2011 [1928], p. 145.

35 Idem, p. 147.

36 Esprit, 1932/10, p. 265.

37 Henri Claude, Psychiatrie médico-légale, Paris, G. Doin et Cie, 1932, p. 206.

38 Claude Barrois, « Action du traumatisme, traumatisme en action, action sur le traumatisme », Nouvelle Revue de Psychanalyse, 1985, no 31, p. 239-257.

39 Leon Festinger, A Theory of Cognitive dissonance, Stanford, Stanford University Press, 1962 [1957], 291 p. ; et pour une actualisation de la notion, David Vaidis, La Dissonance cognitive : approches classiques et développements contemporains, Paris, Dunod, 2011, 218 p.

40 Robert Stoller, La Perversion : forme érotique de la haine, Paris, Payot, 1978, 230 p.

41 Soulignons que pour la période 1830-1930 il n’existe pas de travaux similaires à ceux portant sur la Seconde Guerre mondiale, une étude des « massacreurs » reste à faire.

42 Voir de Georg Simmel, nombreuses remarques en particulier dans Sociologie, études sur les formes de socialisation, Paris, PUF, 1999, 756 p., Le conflit, Paris, Circé, 1992, 162 p., Philosophie de la modernité 2, Paris, Payot, 1990, 309 p.

43 Voir pour la situation contemporaine, Arlette Farge, « L’essoufflement de la France est un événement historique », Le Monde, 30 mars 2010.

44 Véronique Nahoum-Grappe, Du rêve de vengeance à la haine politique, Paris, Buchet-Chastel, coll. « Au fait », 2003, p. 29.

45 James C. Scott, La Domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam, 2009, 272 p.

46 Le schéma proposé par Robert J. Sternberg n’apparaît guère efficient. Dans The nature of hate, publié en 2008, il propose un modèle théorique en forme de triangle : « Negation of Intimacy, Anger/Fear et Devaluation/Diminution », p. 60.

47 Nicole Jeammet, La haine nécessaire, Paris, PUF, coll. « Fait psychanalytique », 1989, 144 p.

48 A. Green, « Culture et Civilisation(s), malaise ou maladie », Revue française de psychanalyse, 1993, no 4, « Malaise dans la civilisation », p. 1029-1056.

49 Micheline Enriquez, Aux carrefours de la haine, Paris, Épi, 1984, p. 22.

50 « Au cœur des ténèbres de la haine, là où celle-ci est persistante, implacable, là où elle se nourrit d’elle-même et devient le seul objet d’une passion sans mesure », Jean-Baptiste Pontalis, « La haine illégitime », L’Amour de la haine, Nouvelle Revue de psychanalyse, no 33, printemps 1986, Gallimard, p. 275.

51 Octave Mirbeau, Les 21 jours d’un neurasthénique, Talence, L’Arbre vengeur, 2010 [1901], p. 244-245.

52 Charles Tilly, La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, coll. « L’Espace du politique », 1986, p. 541-547.

53 Sophie Wahnich, « De l’économie émotive de la Terreur », Annales, HSS, no 4, p. 889-913 et Les émotions, la Révolution française et le présent. Exercices pratiques de conscience historique, Paris, Éditions du CNRS, 2009.

54 Philippe Saltel, « Haïr la haine ? », Les philosophes de la haine, Paris, Ellipses, 2001, p. 7-12. Et, du même auteur, Une odieuse passion : analyse philosophique de la haine, Paris, L’Harmattan, 2007, 364 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access