Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la haine

 | 
Frédéric Chauvaud

Quatrième partie. Instrumentaliser

Introduction

Texte intégral

  • 1 De même, il n’est pas possible de se contenter des rapports des préfets et des sous-préfets ou de (...)
  • 2 Compte général de l’administration de la Justice criminelle pour l’année 1849, Paris, Imprimerie na (...)

1Très tôt, la question de la sécurité publique dont l’État se porte garant a pris des formes diverses. Après la Révolution française, le Premier Empire et la Terreur Blanche, il s’agit de garantir la quiétude publique, de mettre un terme aux haines politiques, d’enrayer le brigandage et de faire en sorte que le premier quidam venu ne puisse pas être détroussé. Toutefois, les autorités sont persuadées qu’il ne suffit pas d’agir et qu’il faut avoir une idée précise de la quantité et de la nature des crimes commis. D’une certaine manière, il s’agit de rompre avec des perceptions presque chamaniques pour chercher une rationalité plus profonde. Si l’on peut haïr des criminels effroyables comme Papavoine, la fille Cormier ou encore Léger, si l’on peut éprouver l’aversion la plus grande pour les forçats et les récidivistes dont de sinistres portraits sont proposés, cela ne suffit pas1. Il importe de prendre la mesure des infractions haineuses et donc d’inventer un nouvel instrument capable de donner une vision claire et panoramique de la délinquance et de la criminalité. Le Compte général de l’administration de la justice criminelle remplit ce rôle. Il donne régulièrement, depuis 1827, des informations quantitatives sur la place du crime. Année par année, un état des lieux du rythme d’activité des tribunaux est dressé. Les gardes des Sceaux qui les introduisent, ou du moins signent la présentation de la statistique officielle, évoquent parfois la haine lorsqu’il s’agit de comprendre les « causes apparentes des crimes2 ».

2S’ils veulent donner de la « concrétude » aux affaires criminelles, les rédacteurs, malgré toutes les précautions prises, font entrer une part d’imaginaire. Dans la première livraison, celle de 1827, la haine a un caractère nettement politique. Dans les tableaux de chiffres, elle est insérée dans la catégorie générale des troubles à la paix publique. L’année suivante, le Compte se complexifie, s’ouvre à d’autres domaines et rubriques. La haine se retrouve dans la catégorie des coups et blessures volontaires donnés « à un témoin, en haine de sa déposition ». Mais on la retrouve aussi dans d’autres tableaux. Par exemple, celui qui est consacré à l’empoisonnement s’intéresse aux mobiles et enregistre à part ceux qui ont été causés « par haine et vengeance ». Le « Tableau LXIV » s’attache, lui, aux meurtres et distingue nettement, d’un côté la jalousie et les dissensions domestiques et, de l’autre, tout ce qui relève « de la vengeance et de la haine », inventant pour l’occasion des sous-catégories qui permettraient de mieux cerner la logique du passage à l’acte haineux. En effet, pour les responsables de la statistique, « la haine » c’est tout à la fois le « meurtre de gardes, gendarmes, préposés dans l’exercice de leurs fonctions », le « ressentiment de coups reçus », le « ressentiment de discours ou imputations injurieuses », les « discussions de voisinage », les « autres discussions d’intérêt » ou encore les « rivalités de communes, de professions ». Au total, quinze rubriques pour préciser ce que sont les crimes de haine, dont une réservée aux duels, une autre, aux contours flous, la plus importante, intitulée « Autres querelles, rencontres fortuites ». Selon le parti pris taxinomique des rédacteurs du Compte général, les meurtres de haine représenteraient, en 1828, 79 % de l’ensemble des meurtres. Un autre tableau, consacré cette fois aux assassinats, tente aussi, de manière plus imparfaite, d’identifier la haine et retient la « haine entre parents », la « haine et ressentiment provenant de la jalousie » et la « vengeance haine ». Cette dernière représente près de la moitié des mobiles d’assassinats. Le lecteur découvre ainsi qu’il existe des haines nées du fonctionnement de l’institution judiciaire comme le « ressentiment de poursuites ou débats judiciaires », le « ressentiment de plaintes et dénonciations portées » ; il se rend compte également que « l’aversion contre un enfant d’un autre lit », mais aussi les « haines pour divers motifs non connus ou non constatés » sont prises en considération. La sous-catégorie la plus importante est celle des « querelles et rixes antérieures » soulignant ainsi que la haine s’inscrit dans la durée et fait partie d’un cycle. On retrouve aussi, jugés en correctionnel, « l’outrage à un témoin en haine de sa déposition » et puis encore, concernant la presse, l’infraction d’« excitation au mépris et à la haine d’une classe de personne ».

3Pour autant, si la haine figure dans les tableaux, elle ne fait guère l’objet de commentaires prolixes. Elle n’est pas définie. Elle est juste mentionnée. Un peu plus tard, le Compte de 1830 retranche des rubriques mais en ajoute d’autres, avec le souci évident d’être le plus précis possible et d’épouser les formes de la criminalité observée et jugée, presque au cas par cas, comme la « haine d’un berger qui avait empêché plusieurs fois l’accusé et sa fille de dévaster les propriétés de son maître » ou encore, un peu à la manière d’une énumération oulipienne : une « haine de marâtre », la « haine entre familles (vendetta) », l’« assassinat d’un homme qui avait tué un chat sur lequel l’accusé avait concentré ses affections », « incendie de sa propre maison par l’accusé, en haine de sa femme adultère et de son complice qui le maltraitaient ». Quant aux délits de presse, ils enregistrent une véritable inflation. La colonne qui leur est réservée s’élargit pour accueillir toutes sortes « d’excitations à la haine et au mépris » envers « le gouvernement du roi », d’une « classe de personnes (le clergé) », des « fonctionnaires publics » ou encore à l’égard des lois.

  • 3 Compte général de l’administration de la justice criminelle pour l’année 1882, Paris, Imprimerie na (...)
  • 4 Adolphe Prins, La criminologie et l’état social, Bruxelles, Berqueman, 1890, p. 3.
  • 5 Henri Joly, Le crime étude sociale, Paris, Librairie Léopold Cerf, 1888, p. 48.
  • 6 Idem, p. 167.
  • 7 Idem, p. 200.

4Le Compte général de 1851 constitue un « rapport rétrospectif », c’est-à-dire qu’il veut embrasser l’activité des juridictions répressives depuis un demi-siècle, mais la haine y apparaît moins présente, en partie effacée. Elle figure toutefois dans un cas d’assassinat « inspiré par une haine héréditaire » ou lors d’une tentative d’empoisonnement de la part d’une domestique qui, congédiée, voulait se venger de ses maîtres. En 1882, le rapporteur souligne que « les crimes contre les personnes sont presque toujours inspirés par des sentiments irréfléchis de haine ou de vengeance dérivant de relations personnelles3 ». Ainsi, il n’est pas besoin d’apporter des précisions supplémentaires dans les tableaux eux-mêmes, comme cela se faisait dans la première moitié du XIXe siècle. Si les chiffres donnés et commentés ont fait l’objet de débats parfois âpres et de controverses érudites, ils s’avèrent salutaires : « Ces statistiques ont soufflé sur nos illusions, elles nous ont montré que les hommes ne sont pas uniquement gouvernés par la raison. Les passions, les instincts, les intérêts, les appétits, l’imagination, les circonstances elles-mêmes ont leur part dans la vie4. » Quelques années après, Henri Joly, dans un livre devenu célèbre, Le crime étude sociale faisait remarquer que les statistiques françaises sont des indices des passions criminelles et « sur 100 assassinats […] 22 viennent de la haine, du ressentiment et de l’esprit de vengeance5 ». Pour lui, nombre de criminels pensent au crime avant de le commettre et cette idée criminelle avec laquelle ils vivent, après l’avoir accueillie et lui avoir fait une place, transforme l’individu lui-même. Tout chez lui « devient haine, violence impitoyable ou tromperie, amour du désordre ou de la destruction6 ». S’intéressant aux chroniques judiciaires de son temps qui donnent de la chair aux tableaux statistiques, il y trouve confirmation de ses intuitions. Dans chaque criminel existe « au départ » une « passion prédominante », le plus souvent la haine7.

  • 8 Compte général de l’administration de la justice criminelle pour l’année 1900, Paris, Imprimerie na (...)
  • 9 Joseph Maxwell, Le Crime et la Société, Paris, Flammarion, 1924 [1909], p. 184-231.
  • 10 Idem, p. 208.
  • 11 Idem, p. 208-209.

5En 1900, l’auteur du rapport annuel note que « les sentiments de haine et de vengeance sont provoqués le plus souvent par des motifs les plus futiles8 ». Joseph Maxwell réunit la double particularité d’être magistrat, il est conseillé à la Cour d’appel, et d’être médecin. Il est aussi un artisan de la première défense sociale. Il distingue quatre « classifications » en fonction des « actions » des criminels dont les actions des sentiments psychosociaux comprenant l’honneur, la religion, la superstition et la criminalité politique et enfin les actions des états émotifs auxquelles appartiennent la colère, la vengeance et la haine9. Selon lui, cette dernière s’avère « ingénieuse dans ses combinaisons10 » et il se désole du fait que les juridictions répressives sont disposées à considérer comme une circonstance atténuante l’existence d’« un motif légitime de haine11 ».

6Après la Première Guerre mondiale, la statistique judiciaire s’amenuise. Le Compte général de l’administration de la justice criminelle fusionne avec le Compte général de l’administration de la justice civile et commerciale. Dans la livraison de 1920, l’auteur pointe « la pénurie des crédits », se désole et constate le retard pris, il est vrai qu’il n’est publié qu’en 1926. Le retard ne sera pas comblé, le Compte de 1923 est disponible en 1928, celui de 1936 en 1942. Analyse globale, il fait disparaître toutes les nuances et toutes les tentatives pour cerner le « ressentiment » ou les « motifs de haine », tout au plus évoque-t-on, à un moment donné, la « haine de l’autorité ».

  • 12 Scipio Sighele, La foule criminelle, Paris, F. Alcan, coll. « Bibliothèquede philosophie contempor (...)
  • 13 Étudiée par Dominique Kalifa, L’encre et le sang. récits de crime et société à la Belle Époque, Pa (...)

7Toutefois, tandis que la nomenclature s’appauvrit et que les chiffres donnés s’avèrent de plus en plus généraux, la presse à grand tirage multiplie les exemples. Elle livre à la curiosité publique des affaires suscitant l’indignation et la répulsion. Scipio Sighele le souligne lorsqu’il écrit que « dans la presse, si l’on veut vraiment éveiller l’intérêt du public, il faut lui créer non pas un objet d’amour, un objet de haine12 ». Loin de la presse populaire de la Belle Époque13, un périodique comme le Journal des Débats s’insurge en août 1912, non pas contre ses confrères mais contre les mœurs de son temps. Un rédacteur écrit à la une « Trop de sang ! » Sa chronique entend alerter les autorités publiques : « C’est la semaine des assassinats », signale-t-il et pour en apporter la preuve, il multiplie les exemples :

« Avant-hier, dans le bois de Vincennes, un rôdeur poursuivi par les agents, tira sur un jardinier qui voulait lui barrer la route et le blessa mortellement ; un ouvrier tua sa femme et sa fille. Hier, à Taverny, un malfaiteur tua un gendarme qui allait l’arrêter ; une femme va trouver la maîtresse de son mari et l’abat à coups de revolver. »

  • 14 Journal des Débats, 2 août 1912.
  • 15 Gabriel Tarde, « Les crimes de haine », Archives d’Anthropologie criminelle, de criminologie et de (...)

8Pour l’auteur de cette petite chronique sanglante il y a bien, comme l’écrivent les criminologues, une sorte d’épidémie, ou plus exactement un phénomène d’imitation : « C’est ainsi comme une contagion de violence qui sévit sur des êtres de toutes conditions, la vie humaine ne compte exactement pour rien. » Tout se passe comme si les assassins accomplissaient une sorte d’« acte mécanique » qui n’était pas le reflet d’habitude enracinée, mais l’expression d’une haine qui ne serait plus refrénée14. Le docteur Aubry l’avait écrit et Gabriel Tarde y voit une pathologie du monde contemporain. Pour lui « les crimes de haine se mettent à pulluler » et les douze jurés ne rendent pas justice. Ils se prononcent sur des émotions : « ils trouvent naturel que, pour une piqûre d’amour-propre, le premier venu condamne à mort son voisin et l’exécute lui-même. » De la sorte, nulle surprise : « la haine individuelle, qui, naturellement, dans ces conditions, ne se gêne pas pour éclater, et, moins comprimée, se développe15. »

  • 16 Idem, p. 440.
  • 17 Louis Proal, La criminalité politique, Paris, F. Alcan, 1895, p. 87.

9Mais, au-delà des conduites haineuses criminalisées, sanctionnées pénalement et moralement, d’autres états émotifs sont valorisés. À l’orée du XXe siècle, un auteur écrit : « Savoir dominer et orienter sa haine, voilà, semble-t-il, pour l’homme d’action, ce qui est important et nécessaire16. » Dans le même temps, un magistrat qui s’est intéressé aux haines politiques se désole et dresse un constat amer : « Est-ce bien la bonté qui fait le fond du cœur de l’homme ? On est porté à en douter, lorsqu’on voit tant de haines entre les hommes. » Pour lui, elles sont presque innombrables et permettent de comprendre aussi comment l’espace public se trouve organisé puisque l’on trouve presque à chaque instant des « haines religieuses, haines théologiques, haines nationales, haines sociales, haines réciproques des praticiens contre les plébéiens et des plébéiens contre les praticiens, des riches contre les pauvres et des pauvres contre les riches, haines de races, motivées par des différences d’idées, de sentiments et de couleur17 ». Ces haines publiques prennent à partir du XIXe siècle des couleurs singulières et annoncent des haines renforcées, mais surtout elles sont instrumentalisées. Elles deviennent des techniques de domination sans égales et se parent aussi d’un vernis théorique ou du moins intellectuel visant à exclure des groupes, à abattre des adversaires à l’intérieur ou situés au-delà des frontières. La haine qui peut aller jusqu’au massacre de l’ennemi proche ou à l’écrasement de l’adversaire extérieur est bien un dispositif de « gouvernementalité ». S’il s’avère extraordinaire, il n’est pas pour autant exceptionnel et, au gré des circonstances, les vainqueurs des troubles civils et les vaincus des conflits militaires qui rêvent de revanche sont prêts à faire entendre les voix de la haine.

Notes

1 De même, il n’est pas possible de se contenter des rapports des préfets et des sous-préfets ou de ceux des procureurs généraux.

2 Compte général de l’administration de la Justice criminelle pour l’année 1849, Paris, Imprimerie nationale, 1851, p. VIII.

3 Compte général de l’administration de la justice criminelle pour l’année 1882, Paris, Imprimerie nationale, 1884, p. XV.

4 Adolphe Prins, La criminologie et l’état social, Bruxelles, Berqueman, 1890, p. 3.

5 Henri Joly, Le crime étude sociale, Paris, Librairie Léopold Cerf, 1888, p. 48.

6 Idem, p. 167.

7 Idem, p. 200.

8 Compte général de l’administration de la justice criminelle pour l’année 1900, Paris, Imprimerie nationale, 1901, p. X, p. XXXII, p. XXXVII et p. XXXVIII.

9 Joseph Maxwell, Le Crime et la Société, Paris, Flammarion, 1924 [1909], p. 184-231.

10 Idem, p. 208.

11 Idem, p. 208-209.

12 Scipio Sighele, La foule criminelle, Paris, F. Alcan, coll. « Bibliothèquede philosophie contemporaine », 1901 [1892], p. 245-246.

13 Étudiée par Dominique Kalifa, L’encre et le sang. récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, 351 p. ; Anne-Claude Ambroise-Rendu, Petis récits des désordes ordinaires. Les faits divers dans la presse française des débuts de la IIIe République à la Grande Guerre, Paris, Seli Arla, 2004, 332 p. ; Marine M’sili, Le fait divers en République. Histoire sociale de 1870 à nos jours, Paris, CNRS Éditions, 2000, 311 p.

14 Journal des Débats, 2 août 1912.

15 Gabriel Tarde, « Les crimes de haine », Archives d’Anthropologie criminelle, de criminologie et de psychopathologie normale et pathologique, 1894, p. 244.

16 Idem, p. 440.

17 Louis Proal, La criminalité politique, Paris, F. Alcan, 1895, p. 87.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access