Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la haine

 | 
Frédéric Chauvaud

Troisième partie. Expérimenter

Chapitre V. Les haines entre soi

Texte intégral

  • 1 Georges Claretie, Drames et comédies judiciaires. Chroniques du Palais, 1910, Paris, Berger-Levraul (...)
  • 2 Paris-Soir, 3 février 1933.
  • 3 Cour d’assises des Alpes maritimes, Géo London, Les grands procès de l’année 1929, Paris, Éditions (...)

1Pour les observateurs du fonctionnement des tribunaux, les haines entre soi n’ont rien d’une action mystérieuse. Les gestes « féroces » ou « écœurants » peuvent émouvoir ou révolter, mais ne surprennent guère, sauf si l’accusé ne correspond pas aux attentes. L’un d’eux, dans le box de la cour d’assises des Alpes-Maritimes, capable de parler d’une voix vibrante et hargneuse, suscite l’étonnement : « l’attitude du docteur Brengues est vraiment déconcertante. Rarement on vit un accusé plus impassible. Cet homme, qu’on nous a représenté comme violent, vindicatif, haineux, qui, s’il est coupable, aurait tué pour se venger de la perte d’un procès, écoute les témoins qui le chargent et ne leur répond rien1. » Même si chacun s’en défend, tout se passe comme si les personnalités haineuses devaient ressembler à leur geste. Les « âmes desséchées » ou « exaltées » fournissent donc les contingents à la haine2 qui peut aussi se retourner contre soi : « En vérité, je ne comprends pas pourquoi j’ai tué mon mari. C’est moi que je voulais tuer3. »

  • 4 Joseph Lévy-Valensi est l’auteur d’un Précis de psychiatrie, Paris, Jean-B. Baillière et fils, 1939 (...)
  • 5 Henri Claude, « Crimes de haine », Psychiatrie médico-légale, G. Doin et Cie, 1932, p. 136-141.
  • 6 Idem, p. 140.

2Après les philosophes, les psychologues et les psychanalystes, les représentants de la psychiatrie médico-légale se sont exprimés au début des années 1930. La société médico-psychologique a consacré plusieurs séances à la question de « l’état passionnel », dont l’état haineux, et Joseph Lévy-Valensi donne au congrès de médecine légale de 1931 le point de vue des médecins psychiatres diligentés par la justice4. Le crime passionnel est une catégorie ambivalente, mais la passion qui peut ressembler à l’idée fixe et obsédante, est présentée comme « exclusive de tout autre sentiment ». On trouve bien sûr des états passionnels qui sont pathologiques et d’autres qui ne le sont pas, mais parfois à la limite de la folie. Henri Claude, psychiatre renommé, membre de l’Académie de médecine et professeur de clinique des maladies mentales à la Faculté de médecine de Paris revisite les écrits des criminologues. Il souscrit à la thèse de Ferry comme quoi il existe des passions antisociales comme la vengeance, la colère et la haine, mais les plus importantes, écrit-il, sont « les crimes de haine » qui contiennent tous les autres5. Il ajoute que tous les cas ne relèvent pas, loin s’en faut, de la psychiatrie médico-légale et il se demande « dans quelles mesures les revendications de ces personnes sont-elles fondées, à quel moment le comportement de celles-ci prend-il un caractère pathologique ? Tel est le point délicat de la tâche du psychiatre6 », à condition qu’il soit sollicité par la justice. Dans la plupart des cas, les experts judiciaires concluent à la responsabilité entière ou à peine atténuée des justiciables.

  • 7 Voir par exemple l’ouvrage de J. H. Bless, Traité de psychiatrie. Phsycho-pathologie morale, Bruges (...)

3Les haines entre soi, les plus « abondantes », sont les plus difficilement perceptibles car elles relèvent bien souvent de « destinées silencieuses »7, engluées dans les cercles d’obligations faisant que l’on garde enfoui ses sentiments, quitte à retourner contre soi la « passion funeste ». Malgré l’absence d’enquête, la haine semble faire partie du quotidien au point que chacun connaît, parmi ses voisins, ses fréquentations ou à l’intérieur de sa propre famille, des personnalités haineuses et des haines englouties. Une infime minorité en a pris connaissance à l’école. Bossuet, Corneille, Descartes, Racine et Spinoza leur permettent de confronter le monde qu’ils connaissent de celui qu’ils ont appris. Le plus grand nombre découvre ces états d’esprits et ces conduites vindicatives autour d’une table ou à l’occasion de réunions familiales. Quelques observateurs vont plus loin et affirment que les haines entre soi débordent la sphère des liens du sang et des alliances matrimoniales. Comprendre les haines entre proches permet aussi de mieux saisir les mécanismes qui sont à l’œuvre dans d’autres sphères, car indépendamment de leurs ressorts, elles aboutissent à nier ou à détruire l’autre. Mais les haines entre soi n’ont guère envahi le champ fictionnel et le champ journalistique si ce n’est, et encore avec parcimonie, la chronique judiciaire. Elles nous sont donc connues par l’entremise des « courriéristes des tribunaux » qui suivent nombre de procès. Ils n’ont pas l’intention de raconter une histoire générale mais des haines particulières. Un peu comme les psychiatres et autres spécialistes de l’aliénation, ils s’intéressent à des cas. C’est à eux que sont dévolus le dévoilement de comportements tus ou occultés et la mise en spectacle de la haine au cœur de l’espace privé. L’examen des haines entre soi s’avère indispensable pour donner du sens aux diverses facettes de la haine, car en portant attention aux acteurs individuels de la violence, c’est une façon de se rapprocher de personnalités qui, d’une certaine manière, se sont égarées et ont renoncé à se constituer en sujets. Cet abandon, provisoire ou définitif, est riche d’enseignement pour saisir ensuite les mêmes processus à une échelle plus vaste.

Les impossibles ménages

  • 8 Anatole Bérard des Glajeux, Souvenirs d’un président d’assises, vol. 2, Paris, E. Plon-Nourrit, 189 (...)
  • 9 Le Figaro, 1er novembre 1909.

4Les « faux ménages » des classes ouvrières, dont se plaignent quelques moralistes, observateurs des mœurs et magistrats8, ainsi que les unions légitimes consacrées par le maire ou le curé, semblent condamner le célibat. Même s’il est une réalité, ce dernier n’a pas bonne presse. Souvent synonyme de solitude et de misère, il ne fait guère rêver. En effet, écrit-on, les êtres immatures et infirmes, les pervers et les immoraux, les égoïstes et les vindicatifs se complaisent dans le célibat. Les « vies muettes », qui ne connaissent qu’une « existence monotone et morose » s’y résignent9. Si chacun aspire au mariage qui lui convient, presque personne n’envisage de rester seul. Les vieilles filles et les vieux garçons aux habitudes bien réglées et sans fantaisie n’attirent guère, si ce n’est quelques dandys mis en scène par la littérature. La pression sociale et les normes culturelles sont évidemment plus fortes à l’égard des femmes seules, célibataires ou jeunes veuves, que des hommes. Celles qui ne vivent pas en couple n’ont pas une existence qui mérite véritablement d’être vécue, dit la morale dominante, fabriquant ainsi des personnalités aigries et parfois haineuses.

La haine simple des « êtres malfaisants »

5De quelles ressources haineuses un être humain peut-il disposer, se demandent à plusieurs reprises les spécialistes de la psyché et les chroniqueurs judiciaires, devenus des professionnels des passions hostiles. En l’absence de statistiques, il reste des études de cas dans lesquels la subjectivité du sujet haineux donne nombre de pistes et permet de mieux comprendre des trajectoires et des situations. Marie, une jeune employée du Louvre, sans famille, disposait de son salaire et de quelques rentes. À trente ans, elle avait fêté, avec ses « camarades de magasin », la Sainte-Catherine, dans une atmosphère plutôt joyeuse qui « met de la couleur aux joues, des rires sur les lèvres et du soleil dans les yeux des midinettes ». Dans les faits, elle ne partageait pas l’insouciance de ses compagnes, car « sous ses apparences de calme » et ses horaires invariables, elle « cachait une âme de jalouse haineuse ». Elle parle peu, mais elle écrit beaucoup. En effet, « tous ceux qui la connaissent reçoivent des lettres anonymes méchantes et ordurières. Sa joie est de brouiller les ménages, de troubler les familles ». Un crime est commis et elle écrit à la préfecture une lettre de dénonciation désignant le futur beau-frère d’une de ses camarades de magasin comme étant l’auteur du drame sanglant. Le fiancé d’une de ses voisines reçoit à son tour des lettres anonymes injurieuses menaçant ainsi le mariage projeté. En 1901, caressant des rêves d’avenir, elle se décide à franchir le pas et rencontre à plusieurs reprises, dans un café, un marchand qui lui fait, mais sans plus, quelques « promesses matrimoniales polies et vagues ». Les relations en restent là, même s’il reçoit par la suite quelques lettres anonymes qui ne le perturbent guère. Ensuite, pendant des années, Marie « va le suivre pas à pas, en silence dans l’ombre, l’épier, au courant des moindres faits de sa vie, ruminant une vengeance contre cet homme ». En 1907, elle écrit à nouveau, en signant de son nom, au jeune marchand, devenu un homme marié, disant qu’elle voudrait le voir. Il accepte de la recevoir dans son magasin, ne se souvenant pas de son nom et lui demande de ne plus lui écrire ni de le rencontrer. En 1909, il habite au Vésinet et reçoit par la poste un paquet, puis un deuxième, puis un troisième. À l’intérieur, mélangés à des chocolats, de la strychnine et de l’arsenic. Arrêtée, Marie est jugée en juillet 1909. A-t-elle commis un crime de dépit qui se caractériserait par des dénonciations anonymes et des homicides ?

  • 10 Georges Claretie, Drames et comédies judiciaires. Chroniques du palais. Deuxième année, 1910, Paris (...)
  • 11 Idem, p. 252-272.

6Avant l’ouverture du procès, Georges Claretie s’interroge : « Verrons-nous une vieille fille farouche et haineuse, une de ces vieilles filles sinistres dont parlait Vallès avec rage dans Jacques Vingtras10 ? » À l’audience, elle déplaît, car « elle est laide, plus que laide, de cette laideur désagréable, hostile, que ne parvient même pas à éclairer de temps à autre le rire. Car elle rit largement, lourdement, mais ce rire sonne faux ; il irrite ». Tout dans ses manières indispose et dessine un portrait peu flatteur d’une femme qui pendant dix ans a poursuivi de sa haine un homme qui l’ignorait. Elle a caché ses fioles comme elle a dissimulé son âme et ses haines, écrit encore Georges Claretie. Son avocat plaidera, mais en vain, l’absence de mobile. L’accusation retiendra la haine11. Ni catégorie juridique ni catégorie médicale, elle est malgré tout invoquée. Dans les prétoires, la haine n’excuse en rien le geste mais offre une explication. Par la suite, le crime de colère ou le crime de haine figurera dans les actes d’accusation. Modestement, presque par effraction, la justice pénale invente ainsi, de manière pragmatique, une infraction psychologique. Le passage à l’acte ne reste pas énigmatique. Il a une logique. Manifestement, il y a une pathologie particulière mais il s’agit bien de nuire à autrui, sans aucun refoulement ou répression mentale, jusqu’à sa destruction. La haine interindividuelle est une œuvre composite où se mêle désir et affect. Marie, l’employée du magasin, reconstruit le monde extérieur à partir de soi. D’une certaine manière, après le désenchantement d’un amour idéalisé, il ne reste plus que la haine du monde réel à qui elle donne le même visage.

  • 12 Idem, p. 9-24.
  • 13 Le Figaro, 19 janvier 1910.

7La même année, une autre affaire suscite un certain brouhaha à la fois sur les boulevards, mais aussi dans la presse, car « on vit rarement haine de femme plus féroce, plus tenace que celle de Mme Dallemagne. Rien ne l’apaisa, ni une première comparution en cour d’assises, ni le temps qui panse bien des plaies ». Ancienne artiste dramatique qui avait joué brièvement sur les planches de l’Odéon, elle a « une voix plutôt doucereuse que douce » et surtout « outre la haine et le désir de vengeance, un incommensurable orgueil ». En 1906, elle avait essayé de tuer M. Merlou, son ancien amant et ancien ministre des Finances. Elle est acquittée par le jury, tandis que M. Merlou est nommé ministre plénipotentiaire au Pérou. Dès lors, « de part et d’autre, on devait pouvoir vivre sans haine ». Mais en 1909, elle tente cette fois de tuer celle qu’elle considérait comme sa « rivale » et blesse grièvement, de plusieurs coups de revolver, une amie de cette dernière12. Pour l’opinion publique, la vengeance s’impose comme l’expression de la haine qui conduit à une sorte d’aveuglement. Tout disparaît au service d’une seule idée. Mais en même temps, dans la presse13, se dessine l’idée que les liaisons intermittentes ou irrégulières sont à l’origine de haines entêtées que l’on ne cherche pas à décrypter mais seulement à constater. La haine semble aussi la réponse la plus extrême au brouillage des mœurs. Il est essentiel que les relations entre les sexes soient clarifiées. La haine, « passion simple », devient ainsi une passion complexe.

  • 14 Le Figaro, 26 janvier 1910.

8Si les personnalités haineuses s’avèrent nombreuses, certaines s’affirment plus nettement. Dans une affaire jugée à huis clos, un des protagonistes est l’auteur d’un petit roman qui se termine par la déclaration d’un personnage, ressemblant à des Esseintes, le héros de À rebours, qui, après avoir connu la « fièvre chaude de la luxure », les états morbides les plus terrifiants et l’épuisement d’un esprit qui a pataugé dans les replis les plus « fangeux », s’écrie : « Le refuge ? C’est peut-être la famille, le mariage ? » L’auteur, veuf, a une liaison avec une couturière, divorcée. Six semaines après, c’est la rupture. Lui ne le supporte pas, mais comme il a de l’argent et une position sociale, il décide de se venger par tous les moyens. Il écrit un autre petit livre, intitulé Bars et tripots qu’il signe du nom de son ancienne maîtresse. Comme cela ne suffit pas, il prend la direction d’un journal, Fin de siècle, dans lequel il la traîne dans la boue à tel point que le périodique est condamné pour outrages aux mœurs. Ses sentiments haineux restent aussi vifs et il écrit des lettres ordurières envoyées un peu partout, y compris au proviseur du collège où le fils de la malheureuse était en pension. N’y tenant plus, après de multiples péripéties, elle fait l’acquisition d’un revolver et tire dans sa direction deux balles qui le blessent. Lors du procès, il se fait représenter mais n’assiste pas aux débats. L’avocat général demande, pour la couturière, un « verdict d’acquittement » – et il sera suivi. Puis il entreprend le procès de la victime, présenté par lui comme « un détraqué ». Quant à la défense, elle soulignera que ce dernier, enfermé dans sa haine, après avoir mené de véritables « campagnes » de harcèlement, n’a le droit à aucune considération, précisant que « quand on a abattu un chien enragé, on regrette qu’un vétérinaire ne l’ait pas soigné à temps ; mais on se félicite que le chien n’ait pas mordu davantage14 ». Par sa conduite, il s’est condamné lui-même et mérite les coups de revolver reçus. Le haineux est donc un être malfaisant dont il conviendrait de se débarrasser. Les avocats, les magistrats, les journalistes et l’opinion publique donnent raison à la couturière, et, dans un mouvement unanime, approuvent son geste.

9Les chroniqueurs judiciaires célèbres, qui appartiennent pour nombre d’entre eux à l’Association de la presse judiciaire considèrent que les accusés haineux sont identiques d’une époque à une autre. Le progrès matériel fait que leurs crimes ne se ressemblent pas, mais indépendamment des lieux – la maison, l’immeuble, la porte cochère, la forêt, le fiacre, le train et la voiture – du mode opératoire utilisé et des circonstances, les constantes l’emportent sur les évolutions. La haine tragique est un état affectif durable qui conduit au désastre. Les responsables ne sauraient susciter la moindre compassion. Pour les familiers du fonctionnement de l’institution judiciaire, soucieux du sens dévolu à une sanction pénale, il ne fait aucun doute que les haineux ne peuvent s’amender et qu’ils ne sauraient être réintégrés dans la société des hommes. Leur haine qu’ils ne partagent avec personne les met d’emblée à l’écart de la communauté émotionnelle des justiciables.

Les couples haineux connaissent une fin tragique

  • 15 Le Figaro, 29 décembre 1909.
  • 16 Joëlle Guillais, La Chair de l’autre : le crime passionnel au XIXe siècle, Paris, Olivier Orban, 19 (...)
  • 17 Louis Holtz, Les Crimes passionnels, thèse pour le doctorat, Châteroux/Paris, Impr. A. Mellotée, 19 (...)
  • 18 Henri Coulon, Le Divorce et l’adultère, Paris, Marchal et Billard, 1892, p. 1 ; R. Le Normant, « Ex (...)

10Avec la suspension du divorce en 1816, les troubles haineux à l’intérieur des ménages ne pouvaient pas connaître de solutions. Nombre de coups, de blessures parfois mortelles trouvent ainsi une explication commode. Les animosités réchauffées et les rancœurs macérées expliqueraient nombre de tragédies domestiques. Toutefois, avec la loi Naquet, comme le rappelle avec ironie un « tribunalier », le législateur de la Troisième République a donné aux couples la possibilité d’apaiser les tensions en mettant fin au contrat qui les unissait : « les auteurs dramatiques demandaient au nom de la morale que le mariage ne fût plus indissoluble et réclamaient le divorce. Dumas fils nous émut, Sardou nous fit sourire et le théâtre fit voter la loi de 1884. Dès lors, disait-on, plus de crimes passionnels, plus de meurtres, le divorce allait être la paix du foyer. Il n’en fut rien15. » L’adultère n’a pas disparu et entraîne la jalousie, puis la colère, puis la haine à l’origine de drames sanglants16. La « profanation du lit conjugal » et la « violation de la foi conjugale » ne sont pas des « inventions sociales », affirment les uns, et sont le résultat d’une fièvre morale17 ; il faut débarrasser les codes de tous les articles relatifs à l’adultère affirment les autres18. La Gazette des tribunaux est remplie d’affaires de divorce qui se terminent mal et de « mauvais mariages » qui se terminent également de manière dramatique.

  • 19 Emmanuel Régis, Précis de psychiatrie, Paris, Octave Doin et fils, coll. « Testut », 1909, p. 35 et (...)
  • 20 Emmanuel Régis, ibid. ; Henri Claude, Psychiatrie médico-légale, op. cit., p. 138.
  • 21 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1890, Paris, E. Dentu, 1891, p. 210-212.

11Les couples mal assortis ou improbables sont donc ceux qui ne sont pas parvenus à trouver un équilibre et entrent dans la voie de la « vie infernale ». Aussi, indépendamment du point de départ, se créait une situation intolérable où l’un des deux supporte, avec patience et résignation, une cohabitation douloureuse. Dans tous les milieux sociaux, le couple, en particulier sans enfant, est un terreau favorable à la naissance de la haine. Emmanuel Regis souligne que se met progressivement en place une atmosphère irrespirable19. De la sorte, « on conçoit que ces sujets, sous l’influence de leurs sentiments de haine sourde, deviennent de véritables bourreaux domestiques qui, parfois se transforment en criminels20 ». Ainsi, non loin de Montpellier, un mari soumis, à la tête d’une exploitation agricole, depuis une vingtaine d’années, retrouve « un semblant d’énergie » en 1890. Ce changement ne le rehausse pas dans l’estime de son épouse. Bien au contraire, il finit par « lui devenir insupportable ». L’état de son cadavre témoigne de « la débauche de coups » qui semble incompréhensible si le corps martyrisé n’avait pas été l’objet d’une haine intense. En effet, âgée de 37 ans, elle parlait de son mari comme d’un « lapin » qu’il fallait assommer. La déshumanisation et l’animalisation sont des « techniques » bien connues permettant, sur d’autres terrains et à d’autres échelles, de perpétrer des massacres. Certains répondent à une sorte de logique glaciale, d’autres semblent directement inspirés par la haine. Ici, au niveau de deux individus, la haine comprimée explose brutalement. Sur un chemin, à l’écart des maisons d’habitation, prétextant que sa chaussure était délacée, elle demande à son mari de renouer les liens. Il s’agenouille devant elle pour attraper les lacets. Sa femme choisit cette posture un peu humiliante, en tout cas de subordination, pour lui tirer deux coups de revolver en plein visage. Mais cela n’est pas suffisant : « Ne pouvant assez assouvir sa rage, cette mégère tira sur le mort les quatre dernières balles de son revolver ; puis elle trépigna sur le cadavre et ouvrit la gorge d’un dernier coup de couteau. » Lorsque le corps fut retiré d’un fossé, ceux qui firent cette découverte macabre furent épouvantés. Le cadavre en effet avait la « figure tailladée » de coups de couteau, la tête fracassée à coups de gourdin et le corps avait en plus subi « une mutilation horrible ». Au-delà du contexte, de la nature des rapports entretenus par les époux, pour les habitants, seule la haine avait pu produire un tel résultat21. Si le corps mort avait été découvert dans un autre état, ils auraient pu croire à la fable d’un crime de maraudeur, mais les violences exercées et visibles constituent une signature. Le crime de haine possède bien, dans ses manifestations, une singularité. Il se caractérise par des gestes d’une extrême violence. L’acharnement contre la dépouille mortelle est la marque d’une rage cruelle.

  • 22 René Mathis, La haine, Nancy, Société d’impression typographique, 1927, p. 26.
  • 23 Idem, p. 27.
  • 24 Friedrich Engels, « La famille monogamique », L’origine de la famille, de la propriété privée et de (...)
  • 25 René Mathis, op. cit., p. 28.

12Malgré les apparences, et les drames relatés par la presse, les observateurs venant d’horizons divers soulignent que la vie matrimoniale offre plutôt une protection, ou du moins donne aux « gens mariés » une certaine immunité contre la haine. Toutefois, « le mariage est plutôt pour l’homme un modérateur de haine. Il est loin d’en être ainsi chez la femme22 ». Cette dernière subit, du simple fait d’avoir contracté une union, « une sorte de dépréciation morale dont la rancœur peut être vive23 ». En effet, en particulier dans les milieux où l’épouse ne travaille pas, enfermée dans la vie domestique, même si elle tient salon, elle « profite » moins du mariage que son mari. Il existe donc, pour un certain nombre de contemporains, une inégalité structurelle qui expliquerait certaines manifestations de la haine. Le propos est assez proche de celui qui sert d’argument au célèbre ouvrage de Engels sur L’origine de la famille publié à la fin du XIXe siècle où le lecteur découvrait que, dans le cadre du mariage conjugal d’aujourd’hui, « la femme se rebelle contre la domination de l’homme », ce qui ne peut pas être sans conséquence24. En effet, écrit-on encore en 1920, « la part de l’épouse est la plus lourde, la moins attirante ; aussi toujours par le fait de sa sensibilité excessive, se regarde-t-elle comme un esclave et prend-elle tout ce qui lui vient de désobligeant de la part de son mari pour des vexations voulues25 ».

  • 26 Plus tard, en 1934, un président d’assises déclare : « Si toutes les épouses giflées par leur mari (...)
  • 27 Gazette des tribunaux, 3 novembre 1909.
  • 28 William M. Reddy, The invisible code. Honor and Sentiment in Posrevolutionnary France, Berkeley/Los (...)
  • 29 Michelle Perrot (dir.), Histoire de la vie privée, Paris, Éditions du Seuil, 1995, p. 277.

13Pour les lecteurs de plus en plus nombreux, les comptes-rendus de procès montrent, au civil, que les dissensions judiciarisées touchent les couples aisés et ne sont donc pas réservés aux classes populaires. En 1909, un mari reçoit une gifle de sa femme26. Après diverses péripéties l’affaire est portée devant la Cour de cassation. Cette querelle domestique a-t-elle bien sa place dans les prétoires ? S’agit-il d’un simple différend privé ou bien d’un geste brutal et haineux ? Les magistrats de la plus haute juridiction renvoient le dossier devant un tribunal correctionnel27. Au civil, tout se passe donc comme si on en venait à « briser le code28 » en étalant en plein jour la gamme des haines conjugales, d’autant que la correspondance des uns et des autres, les billets reçus et les missives envoyées peuvent être lues à voix haute. Les griefs, les ressentiments et les haines sont alors étalés en public. Dans les milieux populaires, les demandes en séparation de corps concernent, dans 80 % des cas, des coups et mauvais traitement29. Toutefois, c’est la violence brutale qui est incriminée, la haine disparaît le plus souvent derrière elle. La justice ne s’intéressant qu’aux faits et aux marques corporelles.

  • 30 Le Figaro, 27 novembre 1911.

14Sans se livrer à tels expédients, les haineux dans le couple qui renoncent à la violence physique optent pour une très longue « maussaderie ». Le silence, pesant, presque interminable s’avère une arme invisible et redoutable. Ne pas adresser la parole à son conjoint, faire part de son mépris, détourner le regard, faire semblant de ne pas l’apercevoir, n’est pas nécessairement la marque de la timidité, de l’indifférence ou de la morgue. C’est en effet une façon de manifester sa haine en rejetant l’autre hors de sa propre vie. Mais en même temps la haine devient une sorte de ciment qui assure la longévité d’un couple bien mieux que n’aurait pu le faire l’amour. Il arrive ainsi qu’un couple, invité à une fête brillante, danse sous les lumières des lustres, mais ne partage presque plus rien. Pendant toute la soirée, aucun mot ne sera échangé30. Si le divorce a été rétabli, il est réservé à certaines situations. Mais défaire ce qui apparaît comme des chaînes conjugales n’apparaît possible qu’à une faible minorité et chacun caresse l’espoir de retrouver sa liberté sans pouvoir entreprendre une demande de divorce, subordonnée à l’existence d’une faute. Toutefois, ce silence haineux se trouve brisé de temps à autre. Le couple, prisonnier des conventions sociales veut tout de même faire bonne figure. Aussi, en public, devant un parterre, ils échangent quelques mots pour donner le change. Mais une fois seuls, où à l’abri des oreilles indiscrètes, ils se taisent à nouveau et s’enfoncent dans un profond silence. D’autres fois, à la suite d’une brouille ou d’un différend, des amants, des maris et femmes se haïssent brusquement, jurent de ne jamais pardonner et de ne plus adresser la parole à la personne honnie. Plutôt que d’utiliser le couteau, le revolver ou le vitriol, on entre dans le domaine des haines recuites ou chacun semble tenir une comptabilité des griefs dérisoires pour obtenir un silence haineux et persistant.

  • 31 Jean Cruppi, La Cour d’assises, Paris, Calmann-Lévy, 1898, p. 42.
  • 32 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1892, Paris, E. Dentu, 1893, p. 264-265.
  • 33 Anatole Bérard des Glajeux, op. cit., vol. 2, p. 60.

15Les archives de la haine livrent au final une immense collection d’études de cas. Les plus fréquents correspondent aux différends qui peuvent se transformer en crime passionnel ou en assassinat haineux, faisant intervenir une tierce personne. Les avocats généraux ou les procureurs qui parlent au nom de la société, mais aussi les présidents d’assises, récusent la passion amoureuse alors que les jurés se montrent plutôt indulgents. Les soi-disant crimes d’amour ne sont souvent que des assassinats sans grandeur. Pour l’avocat général Cruppi, l’un des parquetiers les plus célèbres de la fin du XIXe siècle, « il n’y a pas de crimes passionnels. Il n’y a que des crimes31 ». En 1892, dans un réquisitoire relatif à un procès qui fit grand bruit, une « Belle affaire », il se montre particulièrement sévère à l’égard des gens du monde. Il rabaisse une cause célèbre à une question de vanité et de rivalité : « Mme Lassimonne était plus belle que Mme Reymond, voilà le secret de la haine de cette femme qui depuis plusieurs mois savait qu’elle était trompée. » Puis il ajoute, s’adressant à la fois aux douze jurés et aux chroniqueurs judiciaires qui toucheront un vaste public en rapportant ses propos : « Au dénouement, nous voyons Mme Reymond sauver en avare son bien, garder ce qu’elle aime, son mari, frapper avec férocité, celle qu’elle hait. Il ne s’agit pas ici d’un drame du cœur, mais d’un drame de la haine32 ! » L’année suivante, dans un livre de souvenirs, un président d’assises, familier des chroniques judiciaires, n’écrira pas autre chose. Les crimes passionnels ne sont pas, dans l’immense majorité des cas, ce qu’ils prétendent être. Le plus souvent c’est le dépit et « l’amour-propre froissé » qui sont en jeu33.

  • 34 Géo London, Les grands procès de l’année 1931, Paris, Éditions de France, 1932, p. 12.
  • 35 Jean Morières, Détective, 2 avril 1931.

16Après la Grande Guerre, en 1931, dans une affaire jugée par la cour d’assises de Seine-et-Oise, un président évoque la figure d’une « maîtresse commanditaire » qui menaça de tuer tour à tour son amant ou sa femme, la « rivale abhorrée34 ». En 1931 encore, l’assassinat d’un jeune diamantaire de la rue Lafayette par une reine de mi-carême du 13e arrondissement de Paris et ancienne mannequin fait lui aussi grand bruit. Détective, le premier hebdomadaire de faits divers, titre « Couronne de carton… Bijou d’acier ». La victime avait été l’amant de l’accusée pendant cinq mois, ils s’étaient séparés et deux ans plus tard, celui-ci s’était marié et était devenu père. Au moment du procès où des ténors du barreau s’affrontent, Me de Morio-Giafferi pour la partie civile et Me Berthon pour la défense, évoquent « la rage mauvaise » et le « harcèlement venimeux » pendant de longs mois. Le rédacteur fait un choix délibéré pour faire sentir et transmettre les émotions qu’il a lui-même éprouvées. Au cours des débats, un objet technique, mis au service de la persécution haineuse est mentionné : « le téléphone est un instrument excellent pour déloger l’adversaire de son trou, pour le relancer, pour l’atteindre à sa guise, à son heure, pour atteindre ceux qui vivent avec lui, pour affoler les parents, crée une atmosphère d’inquiétude, d’angoisse35. » Le crime passionnel n’est donc au bout du compte qu’un paravent masquant l’instinct de propriété ou la détermination haineuse. Il s’agit de détruire l’autre et d’en retirer une vive satisfaction.

  • 36 Albert Bataille, Causes mondaines et criminelles de 1890, Paris, E. Dentu, 1891, p. 292.

17Il reste une dernière catégorie qui consiste à se venger non pas directement, mais par l’entremise d’une victime de substitution, devenue souffre-douleur. Il s’agit, comme lors de certains massacres, mais à une échelle individuelle, de se venger et de faire en sorte que le souvenir du crime haineux ne s’efface pas. Il doit continuer à hanter les survivants qui ne pourront plus jamais l’oublier. Dans un milieu pauvre, un charretier, venant d’Auvergne, établi à Paris, était connu pour sa violence, ayant déjà tiré un coup de revolver en direction d’une de ses maîtresses. En 1890, la femme avait qui il vivait, mère d’une petite fille, de condition modeste, elle était balayeuse, lui annonce la fin de leur liaison et le met à la porte. Lui ne le supporte pas. Horriblement vexé, il annonce à une voisine « qu’il se vengerait bientôt sur ce que son ancienne maîtresse avait de plus cher ». Quelques jours après, il entre dans l’appartement, étrangle et viole la fillette, âgée d’une douzaine d’années. Lors du procès, il se montre gouailleur et impassible, semblant narguer l’auditoire au point, qu’en retour, il ne suscite que des sentiments haineux. Un tribunalier, chargé de la chronique des tribunaux, plutôt réservé, ne peut s’empêcher d’écrire que l’accusé « est une sorte d’avorton à la mine ignoble et vile. Les sentiments les plus bas se lisent sur cette tête de chacal. Son attitude à l’audience a été révoltante36 ». Celui qui occupe le banc des accusés apparaît dans la chronique judiciaire non pas comme un sadique qui rechercherait la cruauté mais comme un être pervers et véritablement méchant. Le haineux trouve une vive satisfaction à la fois dans la profanation et la destruction. L’amour contrarié s’est transformé en son contraire et sert de justificatif. Il s’agit désormais de faire le mal pour le mal.

  • 37 Géo London, « L’affreuse mort de la petite reine », Les grands procès de l’année 1936, Paris, Éditi (...)
  • 38 Idem, p. 184.

18Le désir de vengeance qui relève à la fois de relations de genre, d’une « économie émotionnelle » et de la volonté de détruire s’illustre encore dans le quartier Mouffetard. Une danseuse, remariée, divorcée, entretenant une liaison avec un amant attitré, mère d’une petite fille de huit ans, s’assoit sur le banc de la partie civile. Sa fille a été tuée, le crâne écrasé à l’aide d’un pavé et le corps retrouvé, enveloppé dans une couverture rouge. Le geste n’est pas celui d’un prédateur sexuel mais d’un amoureux éconduit qui aurait voulu « exercer la plus inhumaine des vengeances contre sa mère37 ». Dans le box, se trouve un garçon placide, à la bonne grosse figure ronde qui ne ressemble pas à son crime. Et pourtant la jalousie haineuse s’avère manifeste, d’autant qu’il a déjà été condamné pour violences et coups, ce qui donne à ses sentiments un tout autre relief. À elle et son amant, l’accusé aurait fait une scène peu de temps avant le drame : « Vous n’êtes plus mes amis, vous êtes mes ennemis. » Une autre fois, il lui dit qu’il la « crèverait38 ». La haine, parfois désignée par le mot « rancune » lors du procès devient véritablement palpable. Elle donne l’impression de s’être matérialisée, au point que l’on puisse non seulement la deviner mais aussi la toucher. Pour tous, nul doute que la passion funeste, au-delà des mots, existe bien et qu’elle peut, pour s’assouvir, s’exercer contre un tiers. La petite fille n’est pas alors simplement une victime de remplacement, mais l’objet d’une vengeance décuplée, destinée à provoquer la plus intense des douleurs, voire l’effondrement psychique de la mère. Le geste terrible relève de la manipulation affective : l’emprise sur l’autre doit être totale et définitive.

19La société, par le biais des journalistes spécialisés, semble désemparée. Il ne s’agit pas seulement de décrire les gestes épouvantables et de présenter les passions unanimement réprouvées, mais de s’inquiéter des ressources que chaque être humain possède et qui peuvent être libérées conduisant au malheur et au chaos.

En famille

  • 39 Catulle Mendès, « Le chercheur de tares [1898] », Guy Ducrey (éd.), Romans Fin-de-siècles, 1880-189 (...)
  • 40 André Gide, Les Nourritures terrestres, Paris, Claude Aveline éditeur, 1927 [1897], p. 174.
  • 41 Par exemple Alfred Capus, La petite fonctionnaire, comédie en trois actes (théâtre des Nouveautés, (...)
  • 42 Voir par exemple les propositions de loi qui entre 1935 et 1937 visent à promouvoir « l’esprit fami (...)
  • 43 Mathilde Decouvekaere, Le travail industriel des femmes mariées, thèse de droit, Lille, Rousseau, 1 (...)
  • 44 Pour un aperçu, voir Henri Legrand du Saulle, Étude médico-légale sur les testaments contestés pour (...)

20De Balzac à André Gide, sans oublier Paul de Kock, des romanciers ont souligné de façon brève, comme s’ils étaient certains de se faire comprendre de leurs lecteurs, sans avoir besoin d’exposer longuement une situation, que les meilleures haines étaient les haines familiales. C’est ainsi qu’en 1871, tandis que les Versaillais lancent l’attaque contre le Paris de la Commune, deux personnages gardent une petite barricade, devisant en attendant la mort. Pour l’un des deux compagnons d’infortune, la seule guerre admissible est la guerre civile car « voilà une sotte idée de vouloir tuer des gens si lointains qu’ils ne purent jamais vous faire ni bien ni mal ; et il n’y a de raisonnables guerres, en vérité, si féroces qu’elles soient, que les guerres en la même cité, comme il n’y a de haines concevables que les haines de famille39 ». Dans les représentations collectives, nul doute que les liens du sang, la familiarité, le quotidien, la proximité, l’univers réduit à quelques personnes, favorisent l’expression de sentiments exacerbés. Dans Les Nourritures terrestres, le célèbre cri : « Familles je vous hais », dénonce le repli sur soi, les bonheurs égoïstes, les « foyers clos » et les « portes refermées »40. Ces dissentiments et aversions ne sont pas étalés, ils font partie des « secrets de famille » dont se moquent humoristes et auteurs de comédie, comme pour mieux les tenir à distance41. Dans le même temps, entre 1870 et 1914, puis entre le milieu des années vingt et 1940, le thème de la famille prend dans le discours public une acuité plus grande. Face aux dangers extérieurs, certains rêvent à un nouveau code de la famille42 ; d’autres, voudraient retrancher les femmes du travail industriel et les renvoyer dans leur foyer43. De la sorte, le thème familial devient sensible et le plus grand nombre s’attache à en gommer les aspérités, à minimiser les dysfonctionnements et à censurer les aspects les plus sombres. Mais les successions et les testaments remis en cause témoignent parfois des conflits ouverts et des haines sourdes entre enfants et héritiers44.

Frères et sœurs ennemis

  • 45 Henri Claude et Gilbert Morin, Les haines familiales morbides, Paris, L. Maretheux, Masson et Cie, (...)
  • 46 La Croix, 15 septembre 1926.

21Dans les archives policières et judiciaires, la haine familiale est parfois présentée comme « un fléau dévastateur » capable d’anéantir une lignée. En effet, la famille peut être le creuset d’abominations effroyables où la haine, passion aveugle, ne connaît plus aucune limite45. Dans les familles vertueuses, convenables et austères, elle peut brusquement métamorphoser ses membres qui, oubliant toute éducation, perdent le sentiment de leur dignité, vocifèrent, injurient, lancent des paroles cinglantes au point de provoquer un tapage nocturne ou de conduire au crime. Dans les familles pieuses, lorsqu’elle se manifeste on a l’impression d’entendre « la voix du démon », tellement sa force désorganisatrice apparaît puissante46. D’une façon générale, la haine fait craqueler le vernis pris au contact du monde, parfois aussi le polissage des mœurs acquis par plusieurs générations. Il y a bien sûr un effet de sources. La documentation disponible délaisse les inimitiés mesquines et souterraines, privilégie les animosités les plus spectaculaires. C’est donc toute une humanité hideuse et brinquebalante qui transparaît le plus souvent, bien éloignée des considérations sur l’harmonie familiale. La haine apparaît donc comme une force dissolvante, capable de dissoudre les ciments les plus solides et de défaire les liens les plus serrés. Rien ne lui résiste. Du côté de la psychiatrie judiciaire, sont souvent mises en relation les structures familiales, l’histoire récente de ses membres et l’étude de la personnalité de chacun :

  • 47 Henri Claude, Psychiatrie médico-légale, op. cit., p. 138.

« Ces haines familiales se traduisent par exemple, par le crime de la femme unie à son époux ivrogne et brutal qui lui a imposé un joug avilissant. Plus dramatique encore sont les haines du père pour le fils, de la mère pour la fille, basées sur toutes sortes de sentiments complexes de jalousies motivées par des choix affectifs, ou le besoin de domination des individus les uns à l’égard des autres47. »

  • 48 Sur l’adolescence, voir Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence : 1850-1914, Paris, Belin, 1999, 3 (...)
  • 49 René Mathis, op. cit., p. 29.
  • 50 Gazette des tribunaux, 8 janvier 1887.
  • 51 Gazette des tribunaux, 11 février 1887.

22Entre frères et sœurs ne règne pas toujours l’amour fraternel. Les vexations et les jalousies venues de l’enfance se muent à l’adolescence48 ou au début de l’âge adulte en haine véritable. Rares sont les auteurs qui l’abordent et ils multiplient souvent les précautions discursives, traitant le thème en quelques lignes : « Son inexpérience de la vie et son intelligence peu développée font de l’enfant un être insatiable, égoïste, et, par cela même prédisposé à la haine. » Lorsqu’il grandit, il peut se raisonner et l’adulte oublie les traits enfantins de son caractère. Pour autant, les sensations vives peuvent perdurer, renforcées par l’existence quotidienne : « la haine alors prend une forme des plus violentes, car on se déteste jamais autant qu’entre frères49. » Les journaux intimes mais surtout les comptes rendus de procès donnent, de temps à autre, des exemples de « bouffées de haine » ou d’« explosion d’une colère persistante ». En Corse, deux frères vivaient depuis longtemps « en mésintelligence » au point que tout le village pouvait tenir une comptabilité de la relation haineuse. Un jour, c’est l’escalade, ils en viennent aux mains, mais cette fois l’un tue l’autre. L’acte d’accusation, lu en janvier 1887, se contente de souligner laconiquement que c’était « par suite de questions d’intérêt qui les divisaient50 ». Le mois suivant, un autre procès de « fratricide » s’ouvre, cette fois devant la cour d’assises de la Seine. Lors d’une réunion de famille, comme le relate un témoin, le futur accusé « a répété devant moi plus de 5 000 fois en cinq minutes : je le tuerai ! Je le tuerai51 ». La haine s’invite donc dans les prétoires. Qu’elle prenne l’aspect d’une obsession destructrice ou d’un instant rageur, elle a, sous la plume des uns des autres, toutes les allures d’une énergie occulte qui échappe à la raison et que l’on ne veut pas véritablement ausculter car il faudrait s’interroger, sans avoir les éléments de réponse, sur la nature humaine.

  • 52 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1892, Paris, E. Dentu, 1893, p. 355-364.
  • 53 Raymond de Ryckère, La servante criminelle, étude de criminologie professionnelle, publiée en 1908, (...)

23En 1892, l’une des affaires les plus expressives vient en jugement. Anaïs Dubois a tué sa sœur et reporte sur la morte la responsabilité du drame. Albert Bataille, le plus célèbre chroniqueur judiciaire « Fin de siècle », en rend compte. Anaïs « n’avait pas pu pardonner à sa sœur ses toilettes, sa vie facile, sa petite fortune, car Lucie Dubois passait dans le monde de la galanterie pour avoir une soixantaine de mille francs ». Anaïs avait été bonne au service de plusieurs employeurs, mais elle avait été renvoyée à chaque fois. Quittant l’Est de la France, elle avait trouvé refuge chez l’une de ses sœurs qui, demi-mondaine, vivait confortablement. Elle accueillait régulièrement sa sœur qui semblait incapable de garder une place et qui rêvait d’épouser un vieux monsieur célibataire. Mais cette situation ne se présenta pas. Aussi, elle ne supporte pas d’aller voir sa sœur pour lui demander de l’héberger pour quelques jours ou, le plus souvent, quelques semaines. En effet, « ce qu’elle lui pardonnait moins encore, c’était l’hospitalité offerte de mauvais gré pendant les semaines de chômage, l’état de quasi-domesticité auquel elle l’avait réduite, et l’envie avait grandi dans son cœur, grandi pendant des années52 ». Il est vrai que pour la faire dormir, il avait fallu aménager un lit dans la salle à manger. Et le président, lors de l’interrogatoire qui ouvre les débats, de l’interpeller : « Vous êtes devenue aigrie, ulcérée, ombrageuse. Avec cela, vous êtes coquette, vous aimez l’argent. » Une autre de ses sœurs, Amélie Dubois, « restée au pays » la décrit également comme une personnalité irascible et évoque ses « emportements » et ses « haines ». Anaïs devait également de l’argent à sa sœur qui lui reprochait de ne pas « savoir gagner sa vie » et d’être à sa charge. Le jour du procès « toute la physionomie de cette fille respire la haine : le teint est bilieux, la parole amère, l’attitude presque menaçante ». Ce type de crime est aussi un crime d’amour-propre, il lui arrivait de « faire la bonne » pour sa sœur, de manger des « morceaux de carcasses de poulet » et de porter des vêtements élimés, et une mantille « en loques ». Dans les prétoires, la haine vient donc de la comparaison, du passé commun et de l’avenir qui se présente sous un jour tout à fait différent. La haine, c’est bien ici l’histoire d’une jalousie singulière. Dans les coulisses, quelques observateurs se demandent si les sentiments éprouvés ne dépasseraient pas l’individu et s’étendraient aux catégories sociales. Les domestiques ne jalouseraient-elles pas leurs employeuses ? Mais le débat est à peine amorcé, chacun préférant rester à une échelle individuelle. En 1908 pourtant, une première étude sur le crime des servantes est publiée, mais l’optique choisie est celle de la criminologie professionnelle53.

  • 54 Maurice Garçon, Histoire de la Justice sous la IIIe République, Paris, Arthème Fayard, 1957, 3 vol.
  • 55 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1890, Paris, E. Dentu, 1890, p. 283-340.
  • 56 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1886, Paris, E. Dentu, 1887, p. 380.
  • 57 Idem, p. 397.

24La désaffection pour les crimes ruraux est celle d’une époque. Journalistes, criminologues, moralistes et observateurs sociaux privilégient à partir des années 1880, les homicides urbains et les belles affaires, le vitriolage et les coups de revolver, les crimes de femmes et les affaires mystérieuses. Ils délaissent le crime dans les espaces ruraux, comme s’il ne présentait guère d’intérêt, car résiduel. Condamné à disparaître, il n’intéresserait plus les lecteurs et ne permettrait pas de comprendre les sociétés contemporaines. Les récits dramatiques qui émeuvent sont ceux qui concernent les crimes odieux ou de mœurs. Maurice Garçon, avocat de renom et académicien, retient en quelques centaines de pages, dans une étude consacrée à la IIIe République, trois grandes catégories de crimes : les crapuleux, les passionnels et les politiques. Très peu concerne des ruraux54. De temps à autre pourtant, un compte-rendu d’assises évoque la haine dans les campagnes. Quelques régions sont placées sur la sellette, sans qu’une interprétation plausible puisse s’imposer. Les choix portent généralement sur la Bretagne, la Corrèze la Normandie, le Périgord, les Pyrénées et la Sologne. Avec une certaine commisération, le chroniqueur judiciaire, Albert Bataille, provincial monté à Paris, dresse un portrait épouvantable du monde rural à partir d’un crime perpétré dans les Cévennes. Il procède de la sorte à plusieurs reprises, notamment dans une « série » ou il a regroupé plusieurs procès sous le titre « Drames ruraux55 ». Une des façons de rendre le crime plus acceptable ou plus intéressant pour le public de la presse populaire consiste à le dépouiller de ses traits ruraux pour lui donner une allure universelle car les campagnes sont présentées comme un conservatoire de mœurs archaïques, d’étroitesse d’esprit, de mobiles sordides : « C’étaient deux frères ennemis, et depuis des années ils passaient l’un à côté de l’autre sans détourner la tête, sans même se donner le bonjour matinal où le Dieu vous garde du couvre-feu. » Autant le premier est décrit comme « économe, rangé, bien tenu en sa vie comme en sa personne » ; autant son frère, le benjamin, « était déconsidéré, taré, toujours aux abois pour la question d’argent ». Le plus jeune des frères avait épousé « cette fille Rosine Planchet ». L’aîné, le chef de la famille, s’était vainement opposé à cette « mésalliance ». Aussi, une fois « Rosine Plancher, devenue épouse légitime », elle « n’avait point pardonné à son beau-frère un tel affront. Sa haine avait grandi avec les années, elle s’était irritée de tout le respect qu’on témoignait à Claude et tout le mépris qui s’attachait à Jean, son mari56 ». La haine dure des années et, à soixante ans, l’aîné, devenu veuf, songe à rédiger son testament. Il ne veut rien laisser à son frère et entend bien léguer toute sa fortune à une de ses voisines. Apprenant la nouvelle, son frère et sa femme ne décolèrent pas, leur haine semble redoubler et un voisin entend l’un des deux, probablement l’épouse, menacer avec un fusil : « Il faut que je voie tes tripes ou que tu voies les miennes57 ! » Une nuit, le couple finit par égorger le frère aîné, puis il débite le corps pour le faire disparaître. Pendant l’opération macabre, « sa haine se traduisait par d’horribles blasphèmes ». Dès qu’il les aperçoit dans la salle des assises, assis derrière le Banc, le chroniqueur note : « L’homme à l’air d’un vieux loup pris au piège, la femme d’une hyène féroce et lâche. » La haine s’impose à tous. Elle devient presque palpable permettant à chacun de se faire une idée sur son intensité. Dans cette affaire se mêlent à la fois l’envie, « sœur de la haine » et la haine elle-même. Si la première porte sur un bien ou un avantage, la seconde concerne la personne. Les deux se trouvent ici réunies. Mais en même temps transparaît une inquiétude à peine formulée : dans d’autres circonstances et à une autre échelle de quoi de tels individus seraient-ils capables ? Ne sont-ils pas l’armée de réserve disponible en cas de troubles civils ? Quel sort funeste ne réserveraient-ils pas à leur adversaire si leur haine était dirigée au-delà de la sphère privée ? Les Furies de l’imagination ne risquent-elles pas de se déverser dans le monde réel ? Toutefois, ce qui apparaît presque rassurant, pour les contemporains, réside dans le fait que les affaires similaires semblent disparaître, attestant ainsi des changements d’une époque, de l’essor des villes dont les habitants dépassent ceux des champs en 1930. Les campagnes mises en scène apparaissent bien comme des « terres sanglantes » où vivent des populations aux mœurs rudes, non encore intégrées au pays global mais en voie de disparition. Quelques observateurs se demandent si cette évolution presque invisible reflète les mutations d’une société ou la transformation du sujet.

La banalité de la haine

25Jusqu’aux années 1930 le parricide est considéré, d’un point de vue moral, comme le pire des crimes. Au-dessus de lui se trouve le régicide puis l’attentat contre le chef de l’État. Pour punir ses auteurs, le législateur a prévu au début du XIXe siècle une mise en scène particulière. En effet, la tête couverte d’un voile noir, le parricide ne pouvait apercevoir la foule venue assister à son exécution. Avant de lui glisser la tête dans la lunette de la guillotine, le bourreau lui sectionnait le poignet droit. À partir des années 1927-1930, le crime commis contre les enfants le supplante et devient à son tour le crime le plus épouvantable qui puisse être perpétré.

  • 58 Gazette des tribunaux, 6 janvier 1833.
  • 59 Archives départementales des Yvelines, 2U, Cour d’assises de Seine-et-Oise, 1858, 4e session, du 15 (...)
  • 60 La Gazette des tribunaux, 20 janvier 1854.
  • 61 Voir sur ce point les conclusions de Sylvie Lapalus, La mort du vieux. Une histoire du parricide au(...)
  • 62 Louis Smyers, Les parricides, notes d’un simple observateur, Nice, Impr. de Barès-Camous, 1888, p.  (...)
  • 63 Voir Elisabeth Cullerre, Du parricide en pathologie mentale, au point de vue nosologique, Paris, Li (...)
  • 64 Gazette des tribunaux, 7 novembre 1909.
  • 65 Georges Claretie, op. cit., p. 390.

26Les affaires de parricides sont complexes et il s’avère souvent difficile de démêler les logiques du crime. La parole des protagonistes, celle de l’auteur et des témoins, permet parfois de s’approcher au plus près de la « macération » haineuse et de comprendre en partie les logiques du geste. En 1833, dans la Seine-Inférieure, un fils qui a tué son père retourne l’accusation déclarant que c’était ce dernier qui « l’avait toujours poursuivi de sa haine58 ». Dans une famille reconstituée, une veuve avait trois filles d’un premier lit, elle se remarie. Son nouvel époux se révèle violent, paresseux et débauché. Très vite, il devient la « terreur de sa femme et de ses belles-filles ». Si l’aînée s’enfuit, les deux autres sœurs « continuèrent à souffrir sans se plaindre ». Despote domestique, il devient l’objet d’une haine grandissante. Le crime s’impose comme la seule solution59. Sous le Second Empire, en 1854, c’est presque une scène de massacre familial qui transparaît. Un tisserand à domicile tue d’abord son frère puis sa mère. L’accusation use d’une verve un peu ampoulée pour restituer le drame : « Caïn, jaloux de son frère, n’avait tué que son frère ; L., jaloux comme Caïn, mais plus pervers que lui, vint aussi de tuer son frère, et il va immoler à sa jalouse fureur la mère qui l’a porté dans ses flancs. » Il est jugé et condamné à mort. La haine est mentionnée, mais sa capacité destructrice n’est pas analysée60, pas plus que les structures familiales61 ou le sentiment d’impatience62. Pour les observateurs des tribunaux, la cupidité est un ressort essentiel. Celui qui passe à l’acte n’est pas en butte à l’hostilité du milieu familial, il veut se débarrasser d’une bouche inutile ou bénéficier plus rapidement des biens de ses parents63. Mais certains parricides sont parfois des crimes d’amour pour l’un de ses parents et de haine pour l’autre. Untel tue son père qu’il exècre pour protéger sa mère64 ; tel autre tire sur sa mère plusieurs coups de revolver de peur d’être dépossédé de son affection. Sans doute haïssait-il celui qu’elle voulait épouser, mais c’est elle qui meurt : « La cour d’assises va juger aujourd’hui la plus effroyable tragédie domestique que l’on puisse rêver : un fils a tué sa mère parce qu’elle voulait se remarier ? Il se pose en vengeur de la famille qui aurait été outragé par cette nouvelle union. » La victime était veuve depuis 1894, elle demeurait dans « un bel appartement » parisien. Au-delà de l’affaire, la question porte sur le fait de déterminer si, quinze ans après, « une mère veuve, libre, ayant de grands enfants, peut “vivre sa vie”, se remarier à sa guise ; a-t-elle encore des comptes à rendre aux siens, est-elle forcée de prendre leur avis65 ? »

  • 66 Henri Claude, Psychiatrie médico-légale, op. cit., p. 137 ; voir aussi Maximilian Miteelman, Le par (...)
  • 67 Voir Anne-Emmanuelle Demartini, « L’affaire Nozière. La parole sur l’inceste et sa réception social (...)
  • 68 Géo London, Les grands procès de l’année 1934, Paris, Éditions de France, 1935, p. 163.

27Il convient de noter que dans l’entre-deux-guerres, certains psychiatres hésitent à qualifier le parricide de crime émotionnel. Tuer un de ses parents serait moins un crime de haine qu’un crime impulsif. Certes, il peut exister depuis longtemps une sorte de « rumination obsédante », mais pour ceux qui ont en charge les investigations médico-judiciaires, la vérité du crime de haine, du moins après la Première Guerre mondiale, serait à rechercher du côté des « conditions pathologiques du sujet66 ». Dans les quelques comptes-rendus de procès, les auteurs de parricide – qui n’est plus considéré comme le crime des crimes – sont presque excusés. Le geste s’inscrirait davantage dans l’histoire d’une famille que dans celle des relations père/fils. Le crime qui constitue une délivrance est pardonné par les mères et veuves. Il s’agit d’un geste à la fois meurtrier et libérateur dirigé contre un véritable tyran domestique. En 1933, l’affaire Violette Nozière en constitue presque le contre-exemple67. Si Violette trouve grâce aux yeux des journalistes de L’Humanité qui voient dans la famille petite-bourgeoise un carcan étouffant et aliénant, si elle fascine le lectorat et les surréalistes, elle n’est pas absoute par l’opinion publique, mais au bout du compte, si elle a tué son père et si, après le crime, lors de l’instruction, elle l’a accusé d’oublier qu’elle était sa fille, elle n’est pas une personnalité haineuse. Un de ses avocats dira le 12 octobre 1934, juste avant qu’elle ne soit condamnée à la peine du parricide, « conduite pieds nus, la tête recouverte d’un voile noir, sur une place publique pour y être exécutée », que c’est une « désaxée », ou encore : « une “décentrée”, un être monstrueux et anormal ? Ceux qui la contemplent sont saisis de stupeur plutôt que de haine68. »

  • 69 Géo London, Les grands procès de l’année 1928, Paris, Éditions de France, 1929, p. 288.
  • 70 Gazette des tribunaux, 13 février 1901.
  • 71 Géo London, Les grands procès de l’année 1932, Paris, Éditions de France, 1933, p. 48.

28Dans la plupart de ces procès, rapportés par les chroniqueurs judiciaires célèbres, peu d’aliénistes sont consultés. Lorsqu’ils le sont, même s’ils reconnaissent qu’il existe préalablement une sorte de « terrain » donnant parfois un « caractère prévalent », les prévenus et les accusés sont considérés comme responsables de leurs actes. Leurs passions sont « dites normales » même s’il existe des « éléments d’appréciation » qu’il convient de prendre en compte. La haine peut donc apparaître comme une passion presque banale, un sentiment quasiment ordinaire. Il n’y a « que des troubles du caractère69 ». Toutefois, dans les haines familiales, l’alcool est de plus en plus mentionné. L’ivrogne, le dipsomane ou l’alcoolique chronique entretiennent un climat délétère, ce sont eux qui raniment de façon continue « la haine qui s’était développée peu à peu ». Souvent un des membres de la famille, parfois plusieurs, sont transformés en souffre-douleur. Certains, fatalistes et résignés, ne disent rien et attendent l’issue dramatique ; d’autres souffrent quotidiennement, victimes de « violences, de cruauté, d’abjection » et ne peuvent, à un moment donné, comprimer toute la haine qu’ils ont accumulée en eux. La presse en rend compte souvent de façon sommaire : « Encore un drame de l’alcool » ou « Les drames de l’ivresse »70. Quelques éléments de description sont donnés : « quadragénaire maigrichon, il a l’air tout simplement d’un poivrot ahuri71 », mais d’une façon générale ces aspects n’intéressent guère les salles de rédaction qui préfèrent les beaux crimes à coup de browning ou les affaires mystérieuses.

  • 72 Gilbert Robin, Les haines familiales, Paris, Gallimard, 1926, p. 248-256.
  • 73 Géo London, Les grands procès de l’année 1928, Paris, Éditions de France, 1929, p. 235-236.

29Reste alors quelques affaires de haines familiales qui, par leur nouveauté apparente et leur rareté, se trouvent placées sur le devant de la scène par les journalistes spécialisés. Souvent, elles sont le prétexte à commentaires. Si elles sont rares, elles saturent néanmoins pour quelques jours ou quelques semaines l’espace médiatique. La société change, les cadres et les valeurs d’antan disparaissent, la course à la vitesse, la recherche des plaisirs et des joies égoïstes guident le monde, écrit-on en substance72. Le père tueur de ses propres enfants fait partie de cette dernière catégorie. À travers lui et au-delà, c’est aussi une nouvelle page des sensibilités aux crimes familiaux qui s’écrit. Tout se passe comme si désormais, on était passé du parricide, crime le plus odieux et le plus haïssable, au crime contre les enfants, promu comme le crime majeur des sociétés contemporaines. Si de malheureuses silhouettes apparaissent plus comme des ombres que comme des anges, des hommes pour des raisons différentes, ont pris en aversion leur progéniture. L’affaire la plus célèbre, la plus « horrible » et la plus « émouvante » est jugée en 1928 par la cour d’assises de Toulouse. Le père assassin plaide l’affolement, mais presque personne n’ajoute foi à ses propos. N’a-t-il pas de « sang-froid », dans son automobile, déshabillé « méthodiquement » l’enfant qu’il venait d’aller chercher, et qu’il avait eu avec la servante de sa mère, avant de le noyer dans le canal du Midi. Un psychiatre prévient d’emblée : « Malheureusement nous n’avons trouvé aucun incident d’ordre pathologique susceptible d’atténuer la responsabilité de l’accusé. » Rien ne vient « diminuer aux yeux des jurés l’horreur du plus lâche, du plus inhumain des crimes d’un cerveau qui, jusqu’ici, nous paraît solidement organisé ». Ce « Don Juan diabolique », jeune marié, méprisait la domestique qu’il avait engrossée et haïssait l’enfant de dix-sept mois73.

  • 74 Expression empruntée à Alfred Adler, Le sens de la vie. Étude de psychologie individuelle, Paris, P (...)
  • 75 Idem, p. 32-33.

30Les haines familiales, telles qu’elles sont présentées dans les tribunaux semblent plutôt ressortir de l’exceptionnel, toutefois elles ne le sont que parce qu’elles ont dépassé un certain seuil. Les brouilles permanentes, les animosités perpétuelles, les frustrations et les jalousies, les bousculades et certaines violences corporelles peuvent se déployer pendant des décennies sans conduire nécessairement devant une juridiction répressive. Toutes les personnalités haineuses ne font pas couler le sang, mais à chaque fois, se produit comme des « défauts du sentiment social74 ». La haine l’emporte sur le reste, la perception de soi-même et de sa famille, sans parler de l’esprit de coopération de l’humanité vers lequel chacun devrait tendre. Manifestement, l’individu a abdiqué ses « responsabilités sociales ». Et si chacun porte sur soi et sur les problèmes de l’existence une « opinion » ou une « représentation », sans doute peut-on arguer du fait que « l’opinion erronée d’un être humain sur lui-même et les problèmes de la vie se heurte tôt ou tard à l’opposition inexorable de la réalité, qui exige des solutions dans le sens du sentiment social ». Mais de la sorte, « ce qui se passe à l’occasion de ce heurt peut être comparé à un effet de choc75 ». Pour y répondre, les personnalités haineuses ne reconsidèrent pas leurs conceptions mais choisissent plutôt la fuite dans l’action. Malgré la récurrence de la haine, les observateurs des tribunaux ont l’impression que la justice répressive contribue à modifier ce qui n’est pas encore appelé « l’économie psychique » des individus, comme si les personnalités haineuses se montraient plus perméables au mouvement de désapprobation de la société toute entière. Le déplacement des seuils de tolérance de diverses collectivités ne dissuade sans doute pas beaucoup les auteurs d’agissements haineux mais les oblige certainement à être plus diserts et à présenter un récit justificatif de leur crime.

Proches et voisins

  • 76 Archives départementales de la Vienne, 2U, 1584, 1887.

31Troisième cercle des haines entre soi, après le couple et la famille, celui de la proximité que les dossiers de procédure permettent de restituer en partie. Dès que l’on côtoie une ou plusieurs personnes parce qu’on habite le même village ou le même quartier, que l’on travaille ensemble, de façon épisodique ou permanente, que l’on fréquente les mêmes milieux et les mêmes personnes, la confrontation avec l’autre peut glisser vers la haine. Plus des personnes sont proches et plus la haine peut s’enrichir, connaître des épisodes différents, être sans cesse enflammée. Le contact régulier, les paroles échangées, les rires, les rumeurs, les ragots et potins de toutes sortes, les gestes sournois et des écrits peuvent rendre invivables une existence. Dans la plupart des communautés réduites, où chacun connaît les faits et gestes des autres, il convient de maintenir une certaine distance. Bien souvent la transparence – il est difficile d’ignorer quelque chose – s’associe avec la réputation ou le respect. Mais l’anonymat est pratiquement impossible. D’une telle, on dit « elle se livrait à l’inconduite, elle s’amusait trop avec les hommes », de telle autre « travailleuse et honnête, on n’a rien entendu dire sur elle », ou de tel autre « il mangeait trop, ses affaires périclitèrent jusqu’à la faillite », et de tel autre encore « un honnête ouvrier aux usines d’Imphy », un dernier « il appartient à une famille honorable ». La connaissance des faits et gestes est une forme de régulation sociale. Celui ou celle dont la conduite est stigmatisée peut devenir un souffre-douleur, objet constant de railleries. Le groupe peut aussi ne pas se contenter d’ostraciser l’un des membres de la communauté mais décider, sans forcément en avoir une intention délibérée, de le persécuter et de le haïr. À son tour, il ou elle peut aussi vouer une haine terrible à ses tourmenteurs. Un accusé déclare ainsi « tout le monde me détestait » ; « j’ai voulu me venger »76.

La haine en partage

  • 77 Archives départementales des Yvelines, 2U, 1847, 3e session, 10 au 16 août.

32Dans les relations de voisinage, une seule personne a la possibilité de « causer beaucoup de mécontentement » et d’affecter de la sorte toute une collectivité. Socialement partagée, la passion funeste devient contagieuse. Un rien peut, parfois, sur un fond de haine permanente, susciter le passage à l’acte individuel. C’est ainsi qu’en 1847, un cultivateur battait des haricots dans son grenier. La poussière soulevée est emportée et vient se déposer sur le linge en train de sécher de son voisin, vigneron à Sannois, occupé « à tailler sa soupe sur le bord d’une table ». De part et d’autre plaintes, reproches, paroles peu amènes sont échangés et se font entendre. La poussière continue à voltiger. Le vigneron menace son voisin de venir lui donner un coup de couteau. L’autre répond que ce n’est pas la peine qu’il se dérange car il arrive. Le vigneron, armé d’« un couteau long et effilé » lui en porte un coup et sa victime décède deux semaines après. Le prétexte futile et dérisoire en apparence révèle à la fois des tensions de longues durées, des problèmes complexes de mitoyenneté mais aussi des caractères vindicatifs77. Ce meurtre s’inscrit bien dans une logique de personnes qui se connaissent depuis longtemps, qui ont partagé des expériences communes. Le drame n’est pas seulement individuel, désormais tout un village est pris dans les rets de la justice et est condamné à être divisé durablement.

  • 78 Idem.
  • 79 Archives départementales des Yvelines-Seine-et-Oise, 1850, 3e session, du 22 au 30 août.
  • 80 Sur le groupe des jeunes adultes, voir la thèse de Robert Muchembled, Une histoire de la violence. (...)

33Le voisin irascible et haineux peut aussi se rencontrer dans les lieux de sociabilité, au cabaret, à l’auberge, dans l’estaminet ou au bar. Sans aucun doute « la puissance des liqueurs vinicoles78 » joue-t-elle un rôle essentiel. L’absorption de boissons fortes désinhibe et laisse plus facilement les sentiments s’exprimer et se traduire en acte, comme le souligne tristement le témoin d’un drame : « Il y a des destinées que la passion envenime et qu’un instant plonge dans une fatalité extrême. » Dans les affaires de ce type, les victimes sont rarement de parfaits inconnus. Le goût du défiet la volonté de faire respecter les normes du groupe n’ont rien d’exceptionnels et se retrouvent aussi bien au milieu du XIXe siècle, qu’à la Belle Époque ou que dans la France « malade de la guerre », après le conflit de 1914-1918. La haine n’est pas productrice de hiérarchie mais différencie des groupes ou des individus au point d’entraîner mort d’homme. Dans ces espaces, chacun se voit assigner une place. Si l’un se sent défier, il doit réagir s’il ne veut pas perdre la face. En fonction des situations, la haine, déjà présente, aggrave la réaction. Des personnalités se sentent humiliées et emportées non pas par la colère mais bien par une « bouffée de haine ». C’est ainsi qu’en 1850, dans le canton d’Etampes, le lendemain d’une fête de hameau, vers 10 heures du soir, plusieurs jeunes gens étaient attablés dans la salle de billard. L’un offre à un de ses camarades un verre de vin, mais « le plus grand nombre refusa de lui faire place parce qu’il n’avait pas voulu prendre part à la fête ». Le journalier s’assoit à l’écart, ressasse et profite du fait que le cabaretier soit revenu et se met en colère car « on avait répandu sur le drap du billard des miettes de gâteau ». Il désigne immédiatement « le Gâtinais », c’est-à-dire celui qui avait été le plus hostile envers lui. Une rixe s’ensuit et « le Gâtinais » reçoit trois coups de couteau, dont « le coup de la mort ». Il décède le lendemain matin. Replacé dans le contexte des différends, l’épisode n’est pas unique, il est le dernier maillon d’une chaîne qui en comporte un grand nombre79. Ici, rivalités, ressentiments, provocations, haine président aux relations de proximité à l’intérieur du groupe des jeunes adultes dans une commune rurale80. Dans les faubourgs, les banlieues ou le cœur des villes de semblables conduites peuvent être repérées. D’une certaine manière, il s’agit d’une haine d’interconnaissance qui résulte d’une construction sociale. L’implication psychique du groupe permet de mieux comprendre le déroulement de rixes similaires dont le sens échappe le plus souvent aux observateurs extérieurs qui n’ont pas partagé l’expérience d’un moment haineux.

  • 81 Maxime Petit, Les Grands incendies, Paris, Hachette, 1882, p. 209.
  • 82 Du moins les incendies poursuivis comme crimes, et non les incendies criminels constatés ou attribu (...)
  • 83 Archives départementales des Yvelines, 6Q 491, an II-1830.
  • 84 Voir aussi une perspective plus politique Jean-Claude Caron, Les feux de la discorde : conflits et (...)
  • 85 Le Matin, 5 octobre 1920.

34Si un sentiment s’inscrit dans la durée, il possède, lors du passage à l’acte haineux, sa « fulgurance du moment », un passé proche, une actualité et souvent une interprétation postérieure. L’incendie criminel qui est parfois l’ultime recours d’une personnalité haineuse l’illustre en partie. Si d’aucuns affirment que le feu ensauvagé est un moyen d’éveiller l’idée du sublime, à l’instar d’une « mer de feu dont la vue horrible et majestueuse agit si violemment sur l’imagination81 », il est aussi le geste de voisins contre un autre, honni depuis longtemps. La haine qui s’inscrit dans une relation d’action possède une histoire dont il est possible de restituer les principales étapes. À partir de 1855, la statistique indique que, à l’échelle nationale, les crimes d’incendie commencent à refluer82. Le désir de vengeance et la haine sont à l’origine d’un certain nombre d’entre eux. Le plus souvent, ce sont les meules laissées en plein air, les granges gorgées de fourrage et attenantes aux habitations qui sont l’objet de la malignité. Parfois, lorsque le cadre et les circonstances s’y prêtent, les produits de la forêt sont introduits dans les villages pour embraser toute une maisonnée. Ainsi à Angervilliers, dans l’arrondissement de Rambouillet, un chaudronnier quinquagénaire vit en mauvaise intelligence avec sa femme et sa fille depuis de nombreuses années. En 1856, son épouse fuit le domicile conjugal et se réfugie avec sa fille « chez la veuve Michelet ». Le mari va chercher des « fagots de bruyères du carrefour » qu’il entrepose à proximité. La nuit, il jette des genêts à l’intérieur du cellier, place deux bottes contre l’armoire du même cellier et « met le feu ». Un autre veut se venger de tout un village et cinq foyers se déclarent, empêchant toute intervention efficace83. Le geste s’apparente à une vengeance sociale84. À partir des années 1880, les incendies criminels sont nettement en recul et n’ont plus guère les honneurs de la chronique, ils trouvent place en revanche dans la presse à grand tirage qui se demande régulièrement, en 1910 comme en 1920, quelle haine a pu s’emparer d’un esprit pour commettre pareil forfait85.

  • 86 Raymond Saleilles, L’individualisation de la peine, Paris, 1898.
  • 87 Gazette des tribunaux, 23 décembre 1886.
  • 88 Idem.

35Vers 1900, la justice répressive connaît un changement important qui sera réaffirmé à la fin des années 1920. Il importe désormais de prêter attention à la personnalité d’un criminel, de suivre avec précision sa trajectoire, de comprendre ce qui dans son histoire et dans des circonstances précises a conduit au drame et au procès d’assises86. De la sorte, la peine sera modulée en fonction d’un caractère et d’un passé individuel. Dans le même temps, les haineux posent alors des problèmes éthiques et presque insurmontables. Leurs conduites contribuent à la dissolution du droit puisqu’ils agissent en dehors de l’institution judiciaire. Ils n’ont pas recours à la justice officielle pour obtenir réparation. Ils ont une exigence qui dépasse toute compensation. Bien souvent, ils considèrent que leur situation est unique. Les torts qui leur ont été infligés ne sauraient être réparés par une décision de justice. Ils adoptent la posture du vengeur qui refuse de se considérer comme une victime. Les personnalités haineuses ne veulent pas d’une sanction qui serait proportionnelle aux « atteintes » subies, ils désirent davantage : que l’honneur, la dignité, la position sociale, voire la vie de celui qu’ils haïssent soient réduits à néant. Ils deviennent inaccessibles à la raison et aux exigences de la justice publique. La cour d’assises de l’Oise, en 188687, connaît une singulière affaire qui illustre comment une personnalité haineuse entend bien détruire la source de son mal. L’accusé, ancien notaire, agréé au tribunal de commerce de Gournay, est le maire de la commune de Pisselen. Tentant de verbaliser un ivrogne dans un cabaret, il l’aurait fait sortir dehors, puis lui aurait tiré dessus quatre coups de revolver. Le blessé connaîtra une longue agonie et décédera un mois plus tard. Les débats toutefois changent l’éclairage et montrent une autre situation. La victime n’était pas un inconnu pour le maire et « la mésintelligence existait depuis longtemps entre eux ». Il avait été son fermier. Les différends entre les deux hommes étaient devenus tellement forts, que le jeune homme avait « cessé d’occuper les terres » et depuis lors, « en toutes circonstances il méprisait l’autorité du maire, ce qui irritait vivement ce dernier ». C’est donc l’histoire d’une haine qui est « réanimée » à chaque fois dans l’espace public et devant des témoins. Chacun pouvant tenir le compte des différends et des points marqués par l’un ou par l’autre. L’auteur du crime, notable « bien au-dessus des gens que nous avons l’habitude de voir à votre place », comme le soulignera le président, est presque absous dans ces paroles, comme il le sera par les douze jurés, tirés au sort sur une liste comportant également des notables88. La dimension des sentiments malveillants inscrite dans la durée est pratiquement gommée, la vengeance froide est également écartée pour ne plus retenir que le crime de l’instant. Il reste que pour nombre de témoins, c’est bien le « ferment de haine » qui a armé le bras du maire. D’aucuns songent qu’à une autre échelle le processus pourrait être semblable.

  • 89 Géo London, Les grands procès de l’année 1931, Paris, E. Dentu, 1932, p. 245-248.
  • 90 Louis Picard, La théorie de la vengeance à travers les âges et ses survivances aux temps modernes, (...)

36Ailleurs encore, la haine fonctionne aussi par cycle et semble sans fin. Elle s’apparente à la vendetta. Un affront ne peut rester sans réponse, mais ici, la scène se passe dans un immeuble de la Rosenwald, dans le quartier de Vaugirard, à Paris. Le propriétaire ou plus précisément le « locataire principal », natif du Périgord, vivait « en mauvais terme avec un de ses sous-locataires ». Fils d’un avocat, chef de service dans un grand magasin de nouveautés, il était plutôt considéré comme un brave « homme ». À deux reprises, ils « s’étaient affrontés devant le juge de paix du 15e arrondissement » et le locataire principal avait, les deux fois, perdu son procès. Mais la décision judiciaire ne suffit pas à l’apaiser. Au contraire, la décision de justice alimente le ressentiment et souvent, se promenant avec un volumineux dossier, il répète qu’il a été injustement condamné. De cette situation, « il en concevait un dépit qui se mua bientôt en haine », puis, en juin 1931, en drame. Les enfants du chef de service jettent des papiers dans la cour, des mots et des injures sont échangés, puis le locataire principal tire un coup de revolver presque à bout portant sur son « sous-locataire » qui décède peu après à l’hôpital et la cour condamnera à huit ans de prison le meurtrier89. La réception de ce type de procès s’avère difficile à saisir, néanmoins à travers quelques articles, une opinion commune prend forme et il est vraisemblable de supposer que le lectorat la partage. La contemporanéité, c’est-à-dire le sentiment de vivre ensemble à un moment déterminé ne peut, en 1930, s’accommoder de ces conduites : dans les relations interpersonnelles, en particulier dans certains milieux favorisés par l’éducation, il n’est plus possible d’être aveuglé par le but que l’on s’est fixé, de dominer autrui et de se faire justice soi-même. Il est temps de changer d’époque et de vivre pleinement dans la sienne90.

Les haines clandestines : rumeurs ordinaires et billets anonymes

  • 91 Archives départementales des Yvelines, U 1848, 4e session, du 3 au 10 décembre.
  • 92 Dans les émeutes frumentaires de la première moitié du XIXe siècle ou dans les grèves de la Belle É (...)
  • 93 Archives départementales des Yvelines, 1838, 1re session, du 19 au 28 février.
  • 94 Archives départementales des Yvelines, 1854, 2e session, du 20 au 23 mai.
  • 95 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1893, Paris, E. Dentu, 1894, p. 386.

37Les rumeurs et la calomnie sont des instruments redoutables mis au service de la haine. Bien souvent, la rumeur nationale ou régionale est une réponse à une peur et correspond au besoin de savoir. Mais le bruit qui court, à une échelle plus réduite, est aussi une façon de faire partager un ressentiment personnel, de désigner un bouc émissaire ou d’attribuer à quelqu’un des intentions malveillantes. Non loin de Mantes, au lavoir, des haines dissimulées deviennent publiques et se concrétisent par des coups et blessures attribués à une femme dont « les emportements de caractère » et les paroles haineuses étaient connus91. Sans doute les heurts physiques entre femmes sont-ils moins nombreux mais aussi moins souvent dénoncés aux autorités92. Un magistrat instructeur parle toutefois d’un « combat entre femmes » et surtout d’une « haine invétérée »93. Plus tardivement, un autre évoque les « médisances » fielleuses et les « haines de lavoir » qui naissent et se consolident par l’entremise de propos rapportés, souvent grossis et inventés dans l’intention évidente de nuire. La « méchanceté » est considérée comme l’équivalent de la passion funeste. Ces quelques paroles captives, figurant dans les interrogatoires ou les procès-verbaux d’audition renseignent sur les cercles haineux, les modes de diffusion et le travail souterrain de la malveillance. C’est ainsi que, dans une commune d’Île-de-France, un cultivateur de 61 ans, connu pour ses haines, fait courir le bruit que le maire de son village a refusé une sépulture décente à son épouse décédée. Au marché, dans les cabarets, dans les lieux publics, dans les conversations, il ne manque pas de raconter la même histoire qu’il a imaginée. La tombe de sa malheureuse femme apparaît dépouillée à l’extrême, sans aucun ornement, comme s’il s’agissait de la punir au-delà de la mort pour des méfaits abominables. Le veuf interpelle le maire à plusieurs reprises : « Monstre, scélérat, crapule, voilà encore que tu exerces tes vengeances en empêchant que je pose une croix sur la tombe de ma femme. » Le différend qualifié d’« outrage par parole » est finalement dévolu au tribunal de police correctionnelle. Pour prendre un avantage sur le premier édile de la commune, le cultivateur nie avoir tenu des propos blessants et paye un journalier pour qu’il vienne témoigner et dire que le maire a inventé tout cela et que jamais il n’a porté de telles accusations94. Dans cette affaire le veuf et le faux témoin sont démasqués mais dans nombre de communes rurales et urbaines, les médisances sont nombreuses. Chacun trouvant une certaine satisfaction dans le fait de dire du mal ou de rapporter un propos entendu. En 1893, un citadin s’insurge : « Tout ça c’est des mensonges inventés par Bricou et sa maîtresse. Ils veulent se venger de moi. Jamais je n’ai envoyé la femme Telange chercher des effets chez moi. C’est une femme qui ne cherche qu’à désorganiser les ménages. Elle en veut à la mienne et voilà pourquoi elle a inventé tout ce qu’elle raconte95 ! » La haine n’est donc pas que pure réactivité et instantanéité. Elle est bien une stratégie visant à nuire, dans des couches populaires mais aussi aisées, quelqu’un présenté comme un adversaire.

  • 96 Le Phare de la Loire, 4 juillet 1869.
  • 97 Géo London, Les grands procès de 1931, Paris, Éditions de France, 1932, p. 199.
  • 98 Jean-Yves Le Naour, Le corbeau. Histoire vraie d’une rumeur, Paris, Hachette, coll. « Littératures  (...)
  • 99 Géo London, Erreurs judiciaires, Paris, SEPE, 1948, p. 101.

38Les personnalités haineuses considèrent souvent qu’elles connaissent le malheur à cause d’un persécuteur qu’il faut dénoncer. Une des formes particulières de la haine informelle réside assurément dans les lettres anonymes ou les billets non signés, glissés, ici ou là, dont les chroniqueurs judiciaires ont connaissance et qu’ils restituent à leurs lecteurs. Ils peuvent en effet jeter des noms en pâture et provoquer une sorte de scandale silencieux. La lettre de délation, la feuille de papier repliée et laissée à un endroit susceptible d’être retrouvé, les mots griffonnés à la hâte sur un mur, une affiche placardée nuitamment sont sans aucun doute des actes d’une grande lâcheté et dotés d’un pouvoir de nuisance extrêmement fort. L’un d’eux, parvenu à la rédaction d’un journal est qualifié d’« infernal écrit, qui semblait tracé avec du fiel et du sang96 ». Il peut provoquer un véritable « désastre » personnel si quiconque accorde un peu de crédit aux faits consignés. Certes les lettres anonymes peuvent répondre à des logiques différentes, éclairées par des contextes variés, mais le plus souvent elles correspondent à des mouvements de jalousie, d’envie, de volonté de faire du mal. Quelques-unes s’avèrent redoutables car elles se présentent comme une lettre de délation pour que la vérité éclate enfin en plein jour, même de nombreuses années plus tard. Une de ces missives est constituée par des lettres découpées dans un journal et qui affirmait que « la femme Lejeune, de Montigny, n’a pas tué, mais elle a fait tuer par ses fils97 ». La dénonciation, terrible, impose une enquête et provoque de grands désagréments aux personnes détestées qui sont obligées de répondre à des questions, de se justifier et surtout de braver le regard des autres qui pensent qu’« il n’y a pas de fumée sans feu ». Le désir de nuire est manifeste. L’affaire de Malestroit, restée méconnue, notamment par rapport à l’affaire Laval restituée par Jean-Yves Le Naour98, mérite quelques précisions. Des lettres anonymes, une quarantaine, correspondant à un « véritable flot pestilentiel », sont distribuées dans la région de Malestroit, dans le Morbihan. Elles circulent à l’intérieur de la noblesse, « ces aristocrates qui frayent peu avec le “vulgaire” » dans leur souci de vivre retranchés du monde, dans leur « glorieux isolement ». Depuis 1925, un mal secret, tel un « chancre », ronge « la quiétude de tous ces gens du monde ». Un chroniqueur judiciaire confie avoir été « douloureusement ému » par cette affaire des lettres qu’il a suivie du banc de la presse « contenant les unes des injures, des calomnies, des insinuations sur les uns et sur les autres, d’autres des menaces parvenaient à des familles “des plus collets montés”, semant, ici la colère, là l’indignation, ailleurs la peur, éveillant les soupçons de certains, versant le poison du doute dans l’esprit des maris, la désolation dans le cœur des épouses99 ». Chacun se tait et si quelques signes sont échangés montrant que l’on est aussi victime d’une haine anonyme, personne ne réagit publiquement. Prévenir la police ou le parquet de Ploërmel revenait à « s’exposer à l’invasion bruyante et indiscrète des envoyés spéciaux » ; aussi « mieux valait continuer à souffrir en silence ». Finalement un marquis alerte la justice, le juge d’instruction associe à son enquête le baron de Beaudrap, le châtelain de Ker-Maria, qui désigne le coupable. L’auteur serait un peintre en bâtiment, qui possède sa boutique et qui était apprécié par tous. Le baron affirme que Rozé s’est confessé à lui et a avoué. Il écrivait, sous la dictée de la femme d’un conseiller général, des lettres « perfides » et « cruelles ». Arrêté, Rozé, confondu par un expert en écriture, meurt presque aussitôt.

  • 100 Idem, p. 112.
  • 101 Idem, p. 114.
  • 102 Jean-Noël Jeanneney, Le Duel, une passion française, 1789-1914, Paris, Éditions du Seuil, 2004, 229 (...)

39Après la réforme Poincaré de 1926 qui réorganise la carte judiciaire et fait de Vannes le chef-lieu, un nouveau juge d’instruction est nommé. Il procède à une contre-expertise. Les experts qu’il a diligentés innocentent le malheureux Rozé et relèvent des expressions comme « mettre au pain », peu usitée, et qui veut dire « réduire à la misère ». Finalement, l’auteur des « missives empoisonnées » s’avère être le baron de Beaudrap lui-même, bien qu’aristocrate il n’était pas breton et haïssait la « fine fleur » de l’aristocratie de Malestroit et de la région de Ploërmel. En 1928, lorsque le procès s’ouvre, un observateur voit surgir « peu à peu des tacots de toutes marques, de tous calibres et pourrait-on dire de toutes les époques, à croire qu’on avait organisé à Vannes un défilé rétrospectif à la manière de celui qui se déroule à Paris, au moment du Salon de l’automobile100 ». Dans la salle des assises, « les messieurs s’interpellaient allégrement : “Bonjour, marquis… Ah, comte, je ne vous savais pas ici”. On baisait les mains des dames. On papotait ». L’un des conseils de la partie civile, Me Gauthier-Rougeville, est un avocat parisien célèbre, mais d’origine bretonne. Il ne peut s’empêcher de provoquer le parterre de nobles réunis, suspectés d’avoir conservé toutes leurs sympathies monarchistes : « Grâce à la justice républicaine, vous pouvez aujourd’hui offrir un cierge à Sainte-Anne, la bonne patronne de notre chère Bretagne101. » Dans cette affaire, se trouvent un dessein et une stratégie de manipulation. La haine instrumentalisée doit permettre d’assouvir une rancœur, d’assurer sa propre promotion dans un espace social singulier. D’une façon plus générale, quand elle reste longtemps confinée dans un même milieu social ou dans un même quartier, la lettre anonyme apparaît bien comme une souillure contre laquelle on ne peut lutter. Le destinataire sait qu’il est l’objet d’une haine sournoise mais ne peut pas réagir. Dans certains milieux, lorsqu’une parole cinglante et haineuse est dite, il est toujours possible d’avoir recours au duel102. Mais avec l’écrit sans nom chacun se sent donc sali, calomnié, humilié et démuni. Les victimes peuvent, à leur tour, éprouver de la haine pour l’auteur de ces missives mais, impuissantes, elles ne savent pas contre qui la diriger.

*

40Les violences conjugales, la haine au sein du couple et la détestation entre voisins font partie des impensés du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Les chroniqueurs et les experts psychiatres qui en parlent ne cherchent pas à restituer une histoire linéaire, avec des inflexions, des retours en arrière, des accélérations. Leur ambition est de proposer une typologie permettant de classer tel type de violences haineuses dans une catégorie. Le temps qui passe est mis à profit non pas pour cerner une évolution mais pour ajouter une nouvelle variété, afin d’enrichir les connaissances. Ils sont des producteurs de récits dans lesquels la diversité des situations l’emporte sur la mise en perspective temporelle.

  • 103 René Mathis, op. cit., p. 14.
  • 104 Jean Ernest-Charles, « La haine », La France judiciaire, 18 octobre 1931, p. 34.
  • 105 Gabriel Tarde, La criminalité comparée, Paris, Félix Alcan, 1890 (2e éd.), p. 184.

41Si la haine relève des structures familiales et des liens sociaux de proximité, la plupart des observateurs font intervenir la personnalité ou le « tempérament » : « quand la haine domine un tempérament il est bien difficile sinon impossible de s’en débarrasser103. » En 1931, dans La France Judiciaire, Jean Ernest-Charles y voit un mystère qui est à l’origine de l’humanité : « On ne nous a pas tout dit sur la haine de Caïn et d’Abel, j’ai même le sentiment qu’on nous a caché systématiquement quelque chose104… » Mais la haine ne relève pas seulement de l’instinct ou de la pulsion, presque chacun lui donne du sens, en fonction des protagonistes et des contextes. Elle devient ainsi une forme de résolution des conflits et un mode de régulation des passions individuelles, familiales et de voisinage, ou plutôt elle est l’énergie destructrice qui conduit à une solution le plus souvent terrible. Gabriel Tarde, de son côté, s’intéresse plus particulièrement à une catégorie, mais de la sorte, il regrette presque certaines conduites et sentiments du passé : « Une haine de famille, après tout, est une dette paternelle. La préoccupation du mal futur à éviter plus que celle du mal passé à venger est un sentiment très utilitaire, mais peu esthétique, où se montre bien le progrès du désir du bien-être. On est plus calculé, voilà tout105. » En effet, s’il existe encore des « bouffées haineuses », pour reprendre l’expression d’un magistrat instructeur. La haine a tendance à s’adoucir. Elle ne disparaît pas, mais elle se manifeste de façon moins violente, comme si elle aussi participait au mouvement de polissage des mœurs et d’autocontrôle des pulsions, au contact des autres et des normes. Pour autant, lorsqu’elle éclate, elle ressemble aux mouvements d’un gant de crin qui frotte, rabote, épure et dévoile un corps dur sans les couches qui le dissimulait. Les personnes qui trop ouvertement affichent leur haine sèment le trouble, car la détermination des haineux bafoue les normes et les lois.

  • 106 Géo London, Les grands procès de l’année 1931, op. cit., p. 246.

42Les haines privées sont riches d’enseignement car elles permettent de comprendre en partie les haines publiques. Ici, dans l’espace intime, l’individu haineux se place au-dessus de la société. Le Code pénal et l’exercice du droit de punir encadré par les législateurs des régimes successifs ne le concernent pas. Si son acharnement apparaît légitime contre toutes les règles, et parfois sans l’once d’un remords ou « l’ombre d’un regret », c’est uniquement à ses propres yeux106. Chez lui, une fois le passage à l’acte réalisé, existe une vraie satisfaction. Il peut éprouver une sorte de volupté froide. La rage contre autrui s’exprime à la fois dans un acte et se traduit aussi par le spectacle de la souffrance, de l’agonie ou du corps meurtri ou mort. Par la suite, il peut également se délecter de ses souvenirs, revivre autant de fois qu’il le souhaite la scène tragique. D’autre fois, au contraire, l’acte violent met un terme à la haine en faisant disparaître le « mauvais objet », et des personnalités haineuses, privées de ce qui les faisait agir, ne supportent pas leur propre image. Ils éprouvent, en examinant leur geste, une sorte de honte sociale, qui ne fait guère de place à leurs victimes, mais est centrée sur eux-mêmes. Dans les deux cas, il ne s’agit pas pour eux, d’un acte gratuit mais d’une action nécessaire, voire pour quelques-uns d’une justification naturelle.

43Dans l’espace public, les haineux font également fides normes et de la morale. L’épouse, le voisin ou un groupe plus large incarnent bien l’ennemi. Contre lui chacun caresse des rêves de vengeance, allant de l’humiliation à la mort. Ce n’est ni l’arrangement, ni la négociation, ni la conciliation qui sont recherchés. L’épouse, le père, l’enfant, le voisin ont perdu leur individualité réelle. Ils ne sont pas comme l’individu haineux, aussi contre eux tout est permis. À une échelle plus collective, il en est de même. La cible change mais en règle générale il s’agit plutôt d’une communauté comme les juifs ou les bohémiens, ou bien d’une classe sociale comme les ouvriers ou les bourgeois. Si on les hait, c’est qu’ils sont différents et qu’il faudrait alors tout faire pour les exterminer.

  • 107 Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée. t. 4 ; Michelle Perrot (dir.), De (...)

44Les rubriques judiciaires des journaux et les études restituées par les psychiatres dessinent une culture où le plus fort, investi du droit marital, du droit paternel ou du droit de propriétaire impose son point de vue et cède à la haine. Le désir de domination apparaît essentiel. Les uns et les autres délivrent aussi des messages. Le premier consiste à dire que la haine semble atemporelle. Elle apparaît comme une énergie liquide contenue dans un réceptacle. En fonction des contextes, des itinéraires individuels ou des trajectoires collectives, elle ne demande qu’à déborder. La seconde, pour ceux qui veulent l’entendre, c’est que la haine est présente partout et qu’elle n’est pas le privilège d’un milieu. On la rencontre, disent les chroniqueurs judiciaires et les experts, aussi bien chez des aristocrates que chez des employés. De la sorte, il n’y a pas de hiérarchie proposée, mais une sourde inquiétude à l’égard des haines privées et surtout conjugales à une époque, ou, particulièrement après 1880, les exigences en matière de vie privée et d’attention à l’autre deviennent plus importantes et concernent toutes les catégories sociales107. Certes les affaires judiciaires retenues se passent rarement parmi les charbonniers ou les chiffonniers. Les milieux les plus aisés ou ceux de la moyenne bourgeoisie ont les honneurs de la presse et des comptes rendus psychiatriques, mais la portée se veut universaliste.

  • 108 Michel Wievorka, « Pour comprendre la violence : L’hypothèse du sujet », op. cit., p. 105-106.

45Au-delà de la singularité de tous les procès, journalistes et médecins proposent, à la manière des ethnologues, une plongée dans la société et tentent d’établir une description spécifique. Les circonstances, les professions, les attentes appartiennent à l’histoire ; la haine tragique à la psychologie humaine. Mais la dimension tragique de l’existence, et son archive, donnent nombre d’informations sur les personnalités haineuses, guère sur leurs victimes, qu’il convient de prendre en compte car nul doute que « la subjectivité n’est pas une sorte de quantité qui diminuerait au fil des étapes dans la trajectoire de tel ou tel acteur, elle est plutôt ce qui se transforme, se pervertit108 ». Les acteurs de la haine, dans la sphère de l’intimité ou de la proximité, ont le choix des modes d’expression et des modalités d’action. La haine a le sens qu’ils leur donnent, elle ne leur est pas proposée ou imposée de l’extérieur. Lorsqu’ils s’affranchissent des interdits pour aller jusqu’au meurtre, sans autre caution que leur propre conscience, ou bien lorsqu’ils canalisent leurs sentiments, ils sont des sujets agissants et autonomes. Mus par la jalousie, la frustration, l’envie, le désespoir… ils peuvent aussi se mettre au service d’une autre haine dans le monde social, une haine hétéronome dirigée contre un ennemi collectif précisément désigné.

Notes

1 Georges Claretie, Drames et comédies judiciaires. Chroniques du Palais, 1910, Paris, Berger-Levrault, 1911, p. 381.

2 Paris-Soir, 3 février 1933.

3 Cour d’assises des Alpes maritimes, Géo London, Les grands procès de l’année 1929, Paris, Éditions de France, 1930, p. 218.

4 Joseph Lévy-Valensi est l’auteur d’un Précis de psychiatrie, Paris, Jean-B. Baillière et fils, 1939, 512 p. ; et d’un autre ouvrage en collaboration avec Henri Claude sur Les états anxieux, Paris, Maloine, 1938, 432 p. Il meurt à Auschwitz en 1943.

5 Henri Claude, « Crimes de haine », Psychiatrie médico-légale, G. Doin et Cie, 1932, p. 136-141.

6 Idem, p. 140.

7 Voir par exemple l’ouvrage de J. H. Bless, Traité de psychiatrie. Phsycho-pathologie morale, Bruges/Paris, Ch. Beyaert et P. Leythielleux, 1938 (2e édition), 232 p. L’ouvrage représente le point de vue de la « psychiatrie catholique » dans lequel on entend « le cœur compatissant du prêtre », ancien directeur de l’Institut psychiatrique Voorburg.

8 Anatole Bérard des Glajeux, Souvenirs d’un président d’assises, vol. 2, Paris, E. Plon-Nourrit, 1893, p. 61. Gazette des tribunaux, 20 janvier 1901.

9 Le Figaro, 1er novembre 1909.

10 Georges Claretie, Drames et comédies judiciaires. Chroniques du palais. Deuxième année, 1910, Paris, Berger-Levrault, 1911, p. 260.

11 Idem, p. 252-272.

12 Idem, p. 9-24.

13 Le Figaro, 19 janvier 1910.

14 Le Figaro, 26 janvier 1910.

15 Le Figaro, 29 décembre 1909.

16 Joëlle Guillais, La Chair de l’autre : le crime passionnel au XIXe siècle, Paris, Olivier Orban, 1986, 346 p.

17 Louis Holtz, Les Crimes passionnels, thèse pour le doctorat, Châteroux/Paris, Impr. A. Mellotée, 1904, p. 12.

18 Henri Coulon, Le Divorce et l’adultère, Paris, Marchal et Billard, 1892, p. 1 ; R. Le Normant, « Exposé des motifs d’un projet de loi sur la suppression des peines de l’adultère », Bulletin de la Société d’études législatives, no 3, 1905, p. 253.

19 Emmanuel Régis, Précis de psychiatrie, Paris, Octave Doin et fils, coll. « Testut », 1909, p. 35 et 91.

20 Emmanuel Régis, ibid. ; Henri Claude, Psychiatrie médico-légale, op. cit., p. 138.

21 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1890, Paris, E. Dentu, 1891, p. 210-212.

22 René Mathis, La haine, Nancy, Société d’impression typographique, 1927, p. 26.

23 Idem, p. 27.

24 Friedrich Engels, « La famille monogamique », L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’État [1884], et préface de 1891, Paris, Coste, 1936, 239 p.

25 René Mathis, op. cit., p. 28.

26 Plus tard, en 1934, un président d’assises déclare : « Si toutes les épouses giflées par leur mari devaient le tuer, il n’y aurait plus un homme sur terre. (Rires.) », Géo London, Les grands procès de l’année 1934, Paris, Éditions de France, 1935, p. 171.

27 Gazette des tribunaux, 3 novembre 1909.

28 William M. Reddy, The invisible code. Honor and Sentiment in Posrevolutionnary France, Berkeley/Los Angeles/Londres, University of Califiornia Press, 1997, 258 p.

29 Michelle Perrot (dir.), Histoire de la vie privée, Paris, Éditions du Seuil, 1995, p. 277.

30 Le Figaro, 27 novembre 1911.

31 Jean Cruppi, La Cour d’assises, Paris, Calmann-Lévy, 1898, p. 42.

32 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1892, Paris, E. Dentu, 1893, p. 264-265.

33 Anatole Bérard des Glajeux, op. cit., vol. 2, p. 60.

34 Géo London, Les grands procès de l’année 1931, Paris, Éditions de France, 1932, p. 12.

35 Jean Morières, Détective, 2 avril 1931.

36 Albert Bataille, Causes mondaines et criminelles de 1890, Paris, E. Dentu, 1891, p. 292.

37 Géo London, « L’affreuse mort de la petite reine », Les grands procès de l’année 1936, Paris, Éditions de France, 1937, p. 181-186.

38 Idem, p. 184.

39 Catulle Mendès, « Le chercheur de tares [1898] », Guy Ducrey (éd.), Romans Fin-de-siècles, 1880-1890, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1999, p. 442.

40 André Gide, Les Nourritures terrestres, Paris, Claude Aveline éditeur, 1927 [1897], p. 174.

41 Par exemple Alfred Capus, La petite fonctionnaire, comédie en trois actes (théâtre des Nouveautés, 25 avril 1901), Théâtre complet, Paris, Arthème Fayard, 1910, p. 155-292.

42 Voir par exemple les propositions de loi qui entre 1935 et 1937 visent à promouvoir « l’esprit familial ». Pour un prolongement de ces débats, se reporter à Cyril Olivier, Le vice ou la vertu. Vichy et les politiques de la sexualité, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2005, 311 p.

43 Mathilde Decouvekaere, Le travail industriel des femmes mariées, thèse de droit, Lille, Rousseau, 1934, 423 p. ; Magdeleine Caunes, Des mesures juridiques propres à faciliter la présence de la mère au foyer ouvrier, thèse de droit, Paris, A. Pedone, 1938, 212 p.

44 Pour un aperçu, voir Henri Legrand du Saulle, Étude médico-légale sur les testaments contestés pour cause de folie, Paris, Adrien Delahaye, 1879, 624 p.

45 Henri Claude et Gilbert Morin, Les haines familiales morbides, Paris, L. Maretheux, Masson et Cie, 1926, 16 p.

46 La Croix, 15 septembre 1926.

47 Henri Claude, Psychiatrie médico-légale, op. cit., p. 138.

48 Sur l’adolescence, voir Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence : 1850-1914, Paris, Belin, 1999, 329 p. ; voir aussi, dans un autre registre, Hava Sussmann, Balzac et les débuts dans la vie : étude sur l’adolescence dans « La Comédie humaine », Paris, A.-G. Nizet, 1978, 96 p.

49 René Mathis, op. cit., p. 29.

50 Gazette des tribunaux, 8 janvier 1887.

51 Gazette des tribunaux, 11 février 1887.

52 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1892, Paris, E. Dentu, 1893, p. 355-364.

53 Raymond de Ryckère, La servante criminelle, étude de criminologie professionnelle, publiée en 1908, Bibliothèque criminologique, 1909, 258 p.

54 Maurice Garçon, Histoire de la Justice sous la IIIe République, Paris, Arthème Fayard, 1957, 3 vol.

55 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1890, Paris, E. Dentu, 1890, p. 283-340.

56 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1886, Paris, E. Dentu, 1887, p. 380.

57 Idem, p. 397.

58 Gazette des tribunaux, 6 janvier 1833.

59 Archives départementales des Yvelines, 2U, Cour d’assises de Seine-et-Oise, 1858, 4e session, du 15 au 20 mai.

60 La Gazette des tribunaux, 20 janvier 1854.

61 Voir sur ce point les conclusions de Sylvie Lapalus, La mort du vieux. Une histoire du parricide au XIXe siècle, Paris, Tallandier, 2004, 633 p.

62 Louis Smyers, Les parricides, notes d’un simple observateur, Nice, Impr. de Barès-Camous, 1888, p. 85.

63 Voir Elisabeth Cullerre, Du parricide en pathologie mentale, au point de vue nosologique, Paris, Librairie Louis Arnette, 1925, p. 8.

64 Gazette des tribunaux, 7 novembre 1909.

65 Georges Claretie, op. cit., p. 390.

66 Henri Claude, Psychiatrie médico-légale, op. cit., p. 137 ; voir aussi Maximilian Miteelman, Le parricide et son étiologie, thèse de médecine, Paris, Picart, 1936, 52 p.

67 Voir Anne-Emmanuelle Demartini, « L’affaire Nozière. La parole sur l’inceste et sa réception sociale dans la France des années 1930 », RHMC, 2009/4, no 54-4, p. 190-214, et du même auteur, avec Agnès Fontvieille, « Le crime du sexe. La justice, l’opinion publique et les surréalistes : regards croisés sur Violette Nozière », Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot et Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice pénale, XIXe-XXe siècle, Rennes, PUR, 2002, p. 243-252.

68 Géo London, Les grands procès de l’année 1934, Paris, Éditions de France, 1935, p. 163.

69 Géo London, Les grands procès de l’année 1928, Paris, Éditions de France, 1929, p. 288.

70 Gazette des tribunaux, 13 février 1901.

71 Géo London, Les grands procès de l’année 1932, Paris, Éditions de France, 1933, p. 48.

72 Gilbert Robin, Les haines familiales, Paris, Gallimard, 1926, p. 248-256.

73 Géo London, Les grands procès de l’année 1928, Paris, Éditions de France, 1929, p. 235-236.

74 Expression empruntée à Alfred Adler, Le sens de la vie. Étude de psychologie individuelle, Paris, Payot & Rivages, 2002 [1933], p. 261.

75 Idem, p. 32-33.

76 Archives départementales de la Vienne, 2U, 1584, 1887.

77 Archives départementales des Yvelines, 2U, 1847, 3e session, 10 au 16 août.

78 Idem.

79 Archives départementales des Yvelines-Seine-et-Oise, 1850, 3e session, du 22 au 30 août.

80 Sur le groupe des jeunes adultes, voir la thèse de Robert Muchembled, Une histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Éditions du Seuil, 2008, 502 p. ; voir aussi Jean-Claude Farcy, La jeunesse rurale dans la France du XIXe siècle, Paris, Éditions Christian, coll. « Vivre l’histoire », 2004, 220 p.

81 Maxime Petit, Les Grands incendies, Paris, Hachette, 1882, p. 209.

82 Du moins les incendies poursuivis comme crimes, et non les incendies criminels constatés ou attribués à la malveillance. Émile Duché, Le Crime d’incendie, thèse de droit, Paris, Giard et Brière, 1913, p. 25-33.

83 Archives départementales des Yvelines, 6Q 491, an II-1830.

84 Voir aussi une perspective plus politique Jean-Claude Caron, Les feux de la discorde : conflits et incendies dans la France du XIXe siècle, Paris, Hachette, 2006, 355 p.

85 Le Matin, 5 octobre 1920.

86 Raymond Saleilles, L’individualisation de la peine, Paris, 1898.

87 Gazette des tribunaux, 23 décembre 1886.

88 Idem.

89 Géo London, Les grands procès de l’année 1931, Paris, E. Dentu, 1932, p. 245-248.

90 Louis Picard, La théorie de la vengeance à travers les âges et ses survivances aux temps modernes, Rennes, Impr. Édoneur, 1934, 29 p.

91 Archives départementales des Yvelines, U 1848, 4e session, du 3 au 10 décembre.

92 Dans les émeutes frumentaires de la première moitié du XIXe siècle ou dans les grèves de la Belle Époque, leur présence est signalée, leurs noms sont donnés, mais les femmes sont, par rapport aux hommes, beaucoup plus rarement traduites en justice. Voir en particulier Alain Corbin, Jacqueline Lalouette et Michelle Riot-Sarcey (dir.), Femmes dans la cité, 1815-1871, Grâne, Créaphis, 1997, 574 p ; voir aussi François Jarrige, « L’émeute en jupons des découpeuses de Châles (Paris, 1931) : femmes victimes ou femmes déviantes ? », Frédéric Chauvaud et Gilles Malandain (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (XIXe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2009, p. 121-132.

93 Archives départementales des Yvelines, 1838, 1re session, du 19 au 28 février.

94 Archives départementales des Yvelines, 1854, 2e session, du 20 au 23 mai.

95 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1893, Paris, E. Dentu, 1894, p. 386.

96 Le Phare de la Loire, 4 juillet 1869.

97 Géo London, Les grands procès de 1931, Paris, Éditions de France, 1932, p. 199.

98 Jean-Yves Le Naour, Le corbeau. Histoire vraie d’une rumeur, Paris, Hachette, coll. « Littératures », 2006, 210 p.

99 Géo London, Erreurs judiciaires, Paris, SEPE, 1948, p. 101.

100 Idem, p. 112.

101 Idem, p. 114.

102 Jean-Noël Jeanneney, Le Duel, une passion française, 1789-1914, Paris, Éditions du Seuil, 2004, 229 p. et François Guillet, La mort en face. Histoire du duel de la Révolution à nos jours, Paris, Aubier, coll. « Historique », 429 p.

103 René Mathis, op. cit., p. 14.

104 Jean Ernest-Charles, « La haine », La France judiciaire, 18 octobre 1931, p. 34.

105 Gabriel Tarde, La criminalité comparée, Paris, Félix Alcan, 1890 (2e éd.), p. 184.

106 Géo London, Les grands procès de l’année 1931, op. cit., p. 246.

107 Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée. t. 4 ; Michelle Perrot (dir.), De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Éditions du Seuil, 1987, 639 p.

108 Michel Wievorka, « Pour comprendre la violence : L’hypothèse du sujet », op. cit., p. 105-106.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access