Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la haine

 | 
Frédéric Chauvaud

Deuxième partie. Rejeter

Chapitre III. Femmes exécrées, femmes massacrées

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier les séries U et M des archives départementales qui en regorgent.
  • 2 Luc Boltanski, L’Amour et la Justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Par (...)
  • 3 Séverine, Gil Blas, 12 juillet 1892.
  • 4 Voir Joris-Karl Huysmans, Marthe, Paris, UGE, 1975 [1876], p. 140.

1« Viande avariée », « vieille putain », « wagon déraillé », « pouliche de harem » sont quelques-unes des insultes enregistrées par la gendarmerie et la justice1. Si les expressions varient, de la plus triviale à la plus élaborée, elles disent toutes la même chose. Le mépris et la haine des femmes réduites à leur dimension sexuelle. Même des vieilles femmes en châles noirs chuchotant à voix basse peuvent être l’objet de sarcasmes grossiers ou d’injures obscènes. Soupçonnées d’accorder aisément leurs faveurs, ou de tarifer leurs charmes, d’être atteintes de maladies vénériennes, elles seraient ainsi dépravées et vicieuses. Les gestes lascifs, les propos orduriers et les chansons obscènes l’attesteraient. Elles ne rêveraient que de « roulements d’ignominie » et de « vilenies odieuses » des « filles de bohême ». En comparaison, les paroles injurieuses adressées aux hommes, par d’autres hommes ou par des femmes, visent non leurs caractéristiques sexuelles, mais leur statut social, un trait de caractère ou un défaut physique présumé. Entre hommes et femmes, il n’existe pas, pour reprendre une notion de Luc Boltanski, l’un des promoteurs de la sociologie de la dispute, « de principes d’équivalence2 ». Les mots en situation traduiraient ainsi une « Guerre des Sexes3 » déclenchée et poursuivie par le genre masculin, ou du moins la haine d’un groupe d’hommes, sans doute majoritaire, pour les femmes. Pour quelques romanciers qui tentent de décrypter les relations entre les hommes et les femmes, le vice de ces dernières serait la seule réponse donnée à la brutalité des premiers4. D’autres auteurs construisent et imposent le personnage de la femme fourbe, aux intentions « dissimulées », prête à toutes les trahisons. Alexandre Dumas invente en 1844 avec Milady, même s’il la situe à l’époque de Richelieu et des manigances anglaises, l’héroïne malfaisante et haïssable qui mène une guerre sournoise et occupe d’emblée, dans l’imaginaire collectif, l’une des premières places. N’a-t-elle pas trompé tout le monde, ourdi de sombres complots, projeté des crimes effroyables, commis des assassinats répugnants ? Milady de Winter qui a empoisonné Mme Bonacieux ne peut qu’être haïe et nul lecteur ne peut éprouver de compassion lorsque la lame de l’épée du bourreau s’abat sur son cou. Par la suite, les descriptions de Mata Hari empruntent beaucoup aux caractéristiques de Milady.

  • 5 Édith Thomas, Les femmes de 1848, Paris, PUF, coll. « Centenaire de la Révolution de 1848 », 1948, (...)
  • 6 Voir l’ouvrage collectif dirigé par Christine Bard, Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999, (...)
  • 7 Le Grand Dictionnaire universel ne dit pratiquement rien à l’article misogynie. Quant à celui consa (...)

2Certes il existe aussi d’autres perceptions et représentations, allant de la jeune enfant, à la jeune fille, de l’épouse vertueuse à la mère dévouée et admirable, mais celles qui s’imposent, par la force de leurs images, sont celles des femmes haïssables, minorité agissante, allant des clubistes c’est-à-dire des membres du Club des femmes présidé par Eugénie Niboyet5 aux femmes pacifistes de 1917, jugées pour « défaitisme » comme Hélène Brion, sans oublier, plus tardivement, les suffragettes réunies autour du journal La femme nouvelle décidées à frapper l’opinion publique. L’époque en invente successivement plusieurs visages : la mauvaise mère, la femme trop libre de mœurs, la femme émancipée, concurrençant les hommes sur leur terrain, l’avorteuse, « l’amazone », l’espionne, la pétroleuse et enfin la féministe, voire la suffragiste6. Chacune des figures haïssables demanderait un portrait complet, aussi seuls quelques aspects seront ici présentés, mais toutes sont, à des degrés divers, des formes de la misogynie7. Ces figures, en effet, ne constituent pas une simple juxtaposition. Ce qui les relie c’est bien, en fonction des périodes, une même aversion pour les femmes. Certaines figures suscitent une désapprobation morale largement partagée, à l’instar de la mauvaise mère ; d’autres, en revanche, nécessitent une argumentation et viennent de cercles éclairés qui peuvent prendre la plume pour développer leurs thèses. La misogynie vient en partie de la peur de perdre sa position et d’être remis en cause. Elle se construit et se renforce par de multiples biais : la famille, le groupe des pairs, la presse et le répertoire théâtral. Mais surtout la misogynie est présente partout. Elle justifie les différences sexuelles biologiques et leur donne une traduction sociale, elle présente enfin comme naturelle la domination masculine. Il importe de repérer différents niveaux et de montrer la gradation de la haine pour les femmes, de la plus acceptable à l’encontre des mauvaises mères à celle qui est presque unanimement désapprouvée et qui s’exerce contre des femmes isolées, prostituées, servantes de ferme, bonnes urbaines. Il convient également, pour saisir les évolutions qui sont propres à une époque, de s’attacher aux femmes qui travaillent et à celles qui militent pour leur émancipation professionnelle. Le lien qui uni ces différentes figures est celui de la haine commune, ce fameux « réservoir de haine ». Mais si la misogynie est le plus souvent canalisée, l’époque lui permet de ne plus être contenu et de viser, au gré des circonstances, et avec une intensité variable, des cibles féminines différentes.

Les abominables mères

  • 8 Myriam Tsikounas (dir.), Éternelles coupables, Paris, Autrement, 2008, p. 64-89.
  • 9 Baronne Staffe, Usages du monde. Règle du savoir-vivre dans la société moderne, Paris, Tallandier, (...)
  • 10 Voir Robert Tombs, « Les communeuses », Sociétés & représentations, juin 1998, no 6, p. 47-65. Voir (...)
  • 11 Cité par Jacques Rougerie, Procès des communards, Paris, Gallimard, coll. « Archives », 1978, p. 11 (...)

3Un tremblement de tête, des mains ridées et grassouillettes, des petits yeux bleus malicieux, une lèvre inférieure, qui a quelque chose de gourmand et de suppliant, désignent, pour les adeptes de la physiognomonie, la mauvaise mère8. Celle qui a abandonné ses enfants, celle qui n’a pas su les élever, celle qui les a occis dès la naissance ou pire celle qui a négocié les charmes d’une de ses filles pour en retirer un profit non négligeable, sont, pour les hommes et les femmes du passé, des avatars particulièrement repoussants. Les procès-verbaux des hospices, les comptes-rendus de tribunaux, mais aussi la caricature ou le roman, livrent à la curiosité publique de minces portraits de la mauvaise mère, stigmatisée jusqu’à devenir haïssable. Elles suscitent en effet, un mouvement d’effroi, de rejet et d’indignation. Dans les discours dominants et dans les représentations communes, la mère est un personnage presque sacré que l’on retrouve dans tous les milieux sociaux et les sensibilités politiques. Il n’est plus besoin de rappeler les textes de Michelet, de Léon Bloy, de Jules Simon ni même les motions votées lors du congrès de Genève par les délégués de l’Internationale ouvrière. Accéder à l’état de mère de famille, se conformer à son rôle et remplir ses obligations constituent une sorte d’idéal indépassable devant primer sur tout le reste. Elle doit avoir une voix qui correspond à sa physionomie, des préoccupations qui coïncident avec celle de la société toute entière. Femme du monde élégant ou fille du peuple, la mère, personnage admirable, est dévouée corps et âme aux siens, leur confectionnant des vêtements et leur apprenant les petites actions qui leur permettront d’avoir « des cœurs ouverts et aimants9 ». La Commune de Paris devient l’occasion à plusieurs reprises, de la part de vainqueurs, journalistes, militaires ou romanciers de faire le procès des pétroleuses10, des communardes et des mauvaises mères, présentées aussi comme de « mauvaises épouses ». Ainsi, le 4 et 5 septembre 1871, le 4e conseil de guerre juge en « grande pompe », cinq femmes dont « la femme Bocquin, profitant de l’absence de son mari, qui avait voulu payer sa dette au pays en allant combattre l’étranger, commettait l’adultère, au grand jour, avec un cynisme révoltant, et, mère dénaturée, abandonnait son enfant pour suivre un bandit11 ». Contre elles, la retenue n’est pas de mise. Avec la complicité du plus grand nombre, et le silence des autres, un véritable raz-de-marée de haine déferle sans rencontrer la moindre digue. Mais, en dehors de périodes particulières, une rage incandescente subsiste qui n’épuise pas l’énergie destructive disponible.

Images sociales et littéraires

  • 12 Ann-Louise Shapiro, Breaking the codes. Female Criminality in Fin-de-Siècle Paris, Stanford, Stanfo (...)
  • 13 Toutefois une loi de 1912 autorise, de manière très encadrée, la recherche en paternité.
  • 14 Isabelle Le Boulanger, L’Abandon d’enfants. L’exemple des Côtes-du-Nord au XIXe siècle, Rennes, PUR (...)
  • 15 Géo London, Les grands procès de l’année 1928, Paris, Éditions de France, 1929, p. 238-239.

4La mauvaise mère est donc celle qui ne se conforme pas au modèle dominant. Le trouble des sens met en péril l’âme, le couple, la famille, la société. Celles qui semblent se précipiter vers leur chute morale en voulant « s’émanciper » provoquent malaise, confusion et réprobation. Elles brisent les codes12 et remettent en cause la domination masculine puisqu’elles ne se conforment pas aux règles tacites et aux exigences de la vie sociale. D’autres femmes sont presque unanimement blâmées : ce sont les filles-mères qui abandonnent leurs enfants. La condamnation de ces dernières par la société et ses élites – les notables, le clergé, les autorités – et par les communautés villageoises ou de quartier est d’autant plus forte que « la faute » repose uniquement sur la mère et jamais sur le géniteur13. De nombreuses voix s’élèvent pour dire que ce sont des parents dénaturés mais que la misère peut excuser en partie. Dans les Côtes-d’Armor, au XIXe siècle, sur 1 286 mères enregistrées, 98 % étaient célibataires et 15 % d’entre elles avaient déjà un autre enfant. Elles ont majoritairement entre 20 et 30 ans ; toutefois, dans certaines communes, comme à Loudéac, quelques femmes qui abandonnent leur enfant sont nettement plus âgées. Les perceptions de ces mères misérables sont restituées par un questionnaire dont le titre seul résume le contenu : les « mères indignes14 ». En revanche, lorsque des enfants sont abandonnés, alors qu’ils sont issus de milieux aisés qui ne sont pas à l’abri du scandale mais protégés, les réactions sont extrêmement vives. En 1928, par exemple, l’indifférence maternelle devient particulièrement haïssable. Un inspecteur de l’assistance publique en témoigne : « Je fus frappé de la beauté, de la splendeur de cet enfant, de ses vêtements coquets. C’est inhabituel. Jamais je n’ai vu abandonner un enfant si beau, aussi joli, aussi exempt de tares. » De la sorte, la mère ne peut être qu’un personnage méprisable et haïssable d’autant que, confie-t-il encore : « Je dois dire que je n’avais vu une femme apportant à l’Assistance publique, faire preuve d’autant d’indifférence15. » Ces appréciations qui semblent trempées dans de l ‘ encre vipérine font apparaître un portrait particulièrement détestable d’une personnalité égotiste, dont l’instinct maternel, tellement loué dans la société de l’entre-deux-guerres, ne s’est jamais développé. La presse de l’entre-deux-guerres poursuit en effet l’œuvre de moralisation qui consiste à présenter la femme indifférente à ses enfants comme un « monstre » ou une paria.

  • 16 Athénaïs Michelet, Mémoires d’une enfant, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 20 (...)
  • 17 Madeleine Plault, Journal d’une petite fille heureuse. 1930-1939, Paris, Éditions du Panthéon, 2003 (...)

5La bonne mère offre un contraste saisissant. L’image sociale construite à partir de représentations et de destins réels, amplifiés, caricaturés et largement diffusés, est l’objet de nombreux discours et tient une place centrale dans les apprentissages familiaux. Les « premières impressions » d’Athénaïs Michelet, restituées en 1866, mettent en scène l’image de la bonne mère tout en soulignant l’ambivalence d’une éducation trop rigide. Elle regrette d’avoir été en partie privée des caresses de l’enfance car sa mère « quoique jeune, nous imposait, nous tenait à distance. À la voir aller et venir, noble, sévère silencieuse, cela faisait songer, rentrer en soi. On devait s’observer, ne pas être pris en défaut16 ». La bonne mère ne correspond pas nécessairement à des stéréotypes. Magdeleine Plaut, relate ainsi qu’en 1930, sa mère qu’elle adule et qui se confond, dans son esprit, avec sainte Germaine, est aussi la deuxième femme du village de Lavauceau, dans la Vienne rurale, à s’être fait couper les cheveux : « Une révolution ! Une mère de famille ! Une femme jusque-là bien considérée par tous ! Et la voilà qui ose montrer ses oreilles et son cou ! Les femmes convenables, elles ont gardé leur chignon. » Puis d’ajouter, avec ironie : « Comment des enfants peuvent-ils reconnaître cette effrontée aux cheveux courts17 ? » Le spectre de la « Garçonne », du moins la perception que l’on pouvait en avoir dans une petite commune rurale, surgit ainsi de manière inattendue. Quant à la mauvaise mère, elle n’a guère suscité l’inflation des écrits de toutes sortes. Quelques mots, un paragraphe, des paroles allusives, de rares dessins de presse lui sont consacrés et pourtant c’est un personnage repoussoir dont on ne parle pas, comme si on avait honte d’évoquer une telle figure. Aussi nombreux sont ceux et celles qui rêvent de la voir disparaître.

  • 18 Archives départementales des Yvelines, U, cour d’assises, dossiers de procédures, 1856, 2e session.
  • 19 Annick Tillier, Des criminelles au village. Femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), Rennes, PU (...)

6Les mauvaises mères les plus nombreuses, affirment les acteurs de la justice puis les journalistes qui contribuent à diffuser ces appréciations, habitent à la campagne. La mauvaise mère est l’objet de vives discussions au lavoir ou à la fontaine. Dans les campagnes, les « langues du monde » visitent l’intérieur des ménages et se chargent d’écorner les réputations et de faire l’inventaire des conduites scandaleuses et condamnables. Au centre des ragots et des médisances : la paresseuse, la gourmande, la femme de mauvaise vie et la mauvaise mère. Celle qui toute jeune abandonne son enfant pour aller danser, prodigue des taloches trop sonores, fait passer la nuit dehors à l’un de ses enfants, place l’un de ses petits en nourrice pour l’éloigner et qu’il ne puisse témoigner d’une vie passée un peu dissolue. Si on se moque de telle ou telle inconduite notoire, la mauvaise mère qui a rendu boiteux son petit garçon qui traite sa fille comme un animal de ferme est l’objet d’un rejet hostile. Même si elles suscitent un mouvement de réprobation, toutes les mauvaises mères ne sont pas mises sur un pied d’égalité. Il existe bien sûr des degrés. La mère infanticide occupe une place à part. Dans les représentations collectives, elle incarne celle qui refuse, pour des raisons différentes, la maternité. En Seine-et-Oise, un juge d’instruction interroge une journalière. Il commence par la sermonner : « Comment se fait-il que malgré la faute que vous aviez faite, la vue de votre enfant n’ait pas ranimé en vous les sentiments de mère, que vous ne lui ayez pas prodigué les premiers soins et que vous l’ayez placé sous des matelas18 ? » Une des seules études d’ensemble disponible porte sur la Bretagne. Annick Tillier a bien montré qu’au XIXe siècle la justice faisait preuve, en la matière, d’une grande célérité, interrogeant peu de témoins, bouclant presque hâtivement l’instruction. Tout se passe comme si « la justice répugnait à pénétrer dans la sphère privée », et lorsque l’affaire est jugée, les jurés bretons font preuve d’indulgence pour les coupables. La jeune fille ou la jeune femme infanticide apparaît ainsi davantage comme une victime que comme une criminelle. Nul doute qu’elle ne mérite pas les sanctions prévues par le législateur. Davantage que pour d’autres crimes, l’infanticide est le geste de femmes le plus souvent exclues du mariage. Sur 581 procès bretons d’infanticide concernant 636 accusés, la peine de mort est prononcée dans moins de 2 % des cas et les acquittements représentent près de 38 % des verdicts19. Les magistrats occasionnels que sont les jurés et les magistrats professionnels qui décident de l’application de la peine ne sont pas les seuls à juger les femmes infanticides.

  • 20 Gazette des tribunaux, 24 août 1895.

7En effet, dans les communautés villageoises et dans les quartiers anciens ou les faubourgs, la fille-mère est celle qui est l’objet du mépris ou de l’hostilité générale. En 1895, un chroniqueur de la Gazette des tribunaux, le périodique judiciaire de référence, écrira que l’on ne sera jamais trop sévère à leur égard, qu’elles méritent un châtiment rigoureux et exemplaire car finalement « au lieu d’entourer de soins et de tendresse ce petit être auquel ils viennent de donner le jour [elles] n’ont qu’une pensée : attendre l’heure de sa naissance pour s’en débarrasser en le tuant20 ». De semblables appréciations ont parfois des allures de raz-de-marée. De manière constante, elles prennent place dans la plupart des journaux, et pas seulement les périodiques spécialisés, avec, malgré tout, deux moments plus intenses : l’un après la guerre de 1870, l’autre après la Grande Guerre lorsque la revanche est à l’ordre du jour, que les politiques natalistes s’affirment et que l’angoisse d’une « dépopulation » gagne du terrain. Dans la presse régionale de l’entre-deux-guerres, de multiples mentions sur les « remords » ont une valeur pédagogique. Mais les journalistes ne tendent pas à minimiser le geste, il est au contraire amplifié afin de mieux illustrer sa gravité.

  • 21 Le périodique consacre d’ailleurs un numéro spécial aux Filles-Mères, confié à Couturier, 11 décemb (...)

8Les journaux satiriques traitent autrement du sujet. L’Assiette au Beurre publie ainsi une vignette montrant une fille-mère chassée de sa commune. Au premier plan, un curé, derrière lui une foule compacte et haineuse21. La fille-mère ternit la renommée du village. Aussi, au-delà de la caricature, chacun s’ingénie à scruter les marques de la grossesse, à surveiller un tour de taille, à guetter des traces suspectes sur du linge. La mauvaise réputation qui rejaillirait sur tous sera encore plus sombre si la grossesse dissimulée se termine par un accouchement secret puis par un infanticide. Mais pour nombre de femmes isolées, un nouveau-né n’est pas tout à fait une personne. Un chansonnier le dit à sa manière. Il compare les enfants de « peineuses » à des chatons dont on se débarrasse en les noyant :

  • 22 Gaston Couté, « Les p’tits chats », La chanson d’un gâs qu’a mal tourné, vol. 3, Saint-Denis, Le ve (...)

« Tu voués : l’étang est à deux pas.
Eh ! bien, si tôt qu’ton p’quiot vinera,
Pauv’fill’, envoueill’ le r’trouver mes p’tits chats22 ! »

  • 23 Jean-Louis Forain, Les Maîtres humoristes, no 10, Paris, Société d’édition et de publication, 1905.

9Au début du XXe siècle, qui constitue un moment charnière, des périodiques comme Le Rire, Gil Blas, Frou-Frou, Don Quichotte, Le Chat noir et quelques autres traitent du thème des mères maquerelles qui prostituent leurs filles pour en retirer des avantages matériels ou pécuniaires importants. Les dessins d’enfants et de jeunes filles prostituées par leur mère ne sont pas isolés. Mais chaque caricature présentée au public peut se lire seule, tout en étant reliée par une chaîne complexe à un ensemble plus vaste qui oriente sa réception. Elles peuvent apparaître inattendues, incongrues tout en appartenant, d’une certaine manière, à une lignée. Si la caricature contribue à renforcer ou à créer des stéréotypes, elle surgit aussi à un moment particulier entre 1880 et la veille de la Grande Guerre. Jean-Louis Forain, regroupe plusieurs de ses dessins dans une série intitulée « L’amour à Paris ». Il montre une gamine, en chemise de nuit, la jambe gauche recouverte d’un bas, l’autre dénudée, les cheveux flottants, assise sur un lit, dépassant à peine les oreillers et murmurant à un interlocuteur que l’on ne voit pas mais que l’on devine : « Vous auriez peut-être mieux aimé ma mère ! » Un autre dessin à pour légende : « C’est pas pour te flatter, mais t’épates maman ! » La scène représente un monsieur ventripotent, chapeau haut de forme et canne posée à même le sol. Il est assis sur un fauteuil, presque couché, les yeux mi-clos. Derrière une table de toilette. À côté de lui, à genoux, une fillette, en chemise de nuit. Une autre vignette encore, parmi d’autres, fait entrer le lecteur dans un intérieur. Une femme au tour de taille assez imposante, avec une crinoline sous sa robe et un tablier, tient nonchalamment un balai. Près d’elle, un homme en habit et pardessus. Elle lui dit : « Ah ! Monsieur le comte, jusqu’à quelle heure avez-vous gâté notre Nini ! La voilà qui rate encore son Conservatoire. » Derrière une gamine encore, en chemise de nuit, la bretelle a glissé et l’on aperçoit l’épaule, elle est en train de se recoiffer23. Une dernière a pour légende : « Venez donc plus souvent voir ma fille… je ne suis pas toujours là. » Toutes ces vignettes mettent en scène, derrière le rire grivois et cynique, des figures haïssables de mères monnayant les charmes de leur enfant. Francisque Poulbot aussi, à la même époque, dans le journal Le Rire traite, dans de nombreuses livraisons, plus particulièrement entre 1902 et 1905, de situations identiques. Un de ses dessins représente une pièce unique dans laquelle vit à Ménilmontant une famille modeste. La mère dit à sa fille : « À ton âge, ta sœur nous rapportait vingt-cinq francs par semaine, et y avait longtemps qu’elle travaillait plus. » Une autre caricature s’intitule « Leurs mères ». Une jeune fille, dans un atelier d’artiste, est entièrement nue et sanglote. Sa mère se met à crier : « Y a pas de mal à ça ! y a pas de mal à ça !… Vieux polisson ! Une enfant qui s’enrhume d’un rien ! » Le rire a ici une valeur documentaire. Il renseigne sur l’atmosphère d’une époque et il devient le seul biais pour montrer, dénoncer et faire partager l’indignation ressentie face à des personnages maternels exécrables qui incarnent ainsi le destin sombre des femmes du peuple dont elles sont les porte-parole repoussants.

La haine dans les prétoires

  • 24 Archives départementales de la Vienne, 2 U 1672, 1867.

10Une fois qu’elles ont commis l’irréparable, à condition, bien sûr, que l’acte soit découvert, ce sont les mères infanticides qui suscitent l’opprobre collectif. Quelques-unes, pour tuer leur nouveau-né, ne se contentent pas de le lancer dans un puits, de l’étrangler ou de l’étouffer. Elles accomplissent des actes d’une cruauté inouïe. Ainsi dans le Poitou, il arrive que des corps martyrisés relèvent d’une « barbarie sans exemple » disent les juges et les journalistes qui assistent aux audiences. Retrouvé dans un « toit à chèvres », un corps minuscule n’est plus qu’une masse sanguinolente, selon le rapport médico-légal recopié en partie par le magistrat instructeur, reporté dans l’acte d’accusation et diffusé dans la presse régionale : « la bouche avait été coupée, la mâchoire inférieure brisée ; la langue avait été tranchée, la gorge avait été fouillée avec des ciseaux24… » Les « désespérées » qui se retournent contre le corps du nourrisson sont à leur tour l’objet d’une haine unanime. Ces criminelles, qui ne sont pas toujours des domestiques de ferme ou des femmes à la journée, ont fait preuve d’un véritable acharnement. La cruauté déployée permet une condamnation morale et pénale sans appel. Elles semblent d’autant plus haïssables lorsqu’elles ont essayé de faire disparaître la moindre trace. Le geste apparaît horrible et repoussant mais ni les aliénistes, ni les journalistes ne parlent de ses logiques, comme si le contexte n’avait aucune importance et qu’il était dans la nature de certaines femmes de commettre des actes épouvantables.

  • 25 André Rauch et Myriam Tsikounas (dir.), L’historien, le juge et l’assassin, Paris, Publications de (...)
  • 26 Gazette des tribunaux, 4 juin 1905.
  • 27 André Gide, Souvenirs de la cour d’assises, Paris, Gallimard, 1924, p. 65.

11À partir de 1863, correspondant à la naissance du Petit Journal puis de l’essor de presse populaire au « tirage fantastique », les faits divers ont proliféré, envahissant les pages intérieures, la une et la dernière page du journal, mais les récits d’infanticide restent rares. Autant le beau crime sanglant est l’objet de multiples commentaires, au point, parfois, d’accéder au rang de « Belle affaire »25 ; autant l’infanticide est ignoré par les grands « tribunaliers » et chroniqueurs judiciaires. La presse spécialisée toutefois continue à donner d’horribles détails qui ne peuvent que susciter un sentiment de répulsion et de haine quand les lecteurs de la Gazette des tribunaux découvrent qu’une jeune mère a été arrêtée « avec les jambes coupées du nouveau-né dans les poches de sa jupe26 ». Certaines, malgré le geste épouvantable, sont l’objet de la compassion des juges populaires. En 1912, André Gide est juré, et même « chef » du jury de la cour d’assises de Rouen et ne parvient pas à haïr l’accusée, domestique de ferme âgée de 17 ans, qui a aussi utilisé une paire de ciseaux portés à la « gorge de l’enfant », car « la pauvre fille paraît à peu près stupide27 ». Mais il existe une autre catégorie plus haïssable : celles des mères qui ne tuent pas à la naissance, mais plus tardivement, parfois lorsque leur enfant a atteint l’âge de raison et qu’elles veulent donner à leur existence un autre cours. Leur fille ou leur garçon est considéré comme une entrave. Elles ne peuvent mener la vie qu’elles souhaitent et décident de s’en débarrasser.

  • 28 Gazette des tribunaux, 10 mars 1887.

12Ces affaires ne sont pas les plus nombreuses, mais exemplifiées et amplifiées, elles provoquent une sorte de secousse collective. Avec elles l’indignation est à son comble. C’est ainsi qu’à proximité du palais de justice de la cour d’assises des Hautes-Pyrénées, le public est décrit comme d’abord hostile puis haineux. Les journalistes parviennent à montrer la gradation des sentiments et les lecteurs ont l’impression d’assister à cette transformation émotionnelle. Le crime jugé a « excité une vive émotion de la région pyrénéenne qui s’étend de Tarbes à Pau ; ils forment en effet, un violent contraste avec les mœurs de ce pays qui a su conserver les traditions primitives d’une vie simple et foncièrement honnête ». Au-delà des clichés, rapportés par les chroniqueurs judiciaires pour mieux souligner l’horreur du geste, l’opinion publique s’est mobilisée. Lorsque l’audience s’ouvre à midi, en mars 1887, une foule nombreuse se presse au palais de justice. Le public des grands jours a fait le déplacement au point que la « salle des assises est complètement remplie. On n’y peut trouver aucune place libre. Toutes les notabilités du pays sont présentes dans la salle d’audience ». L’accusée, sortant de la voiture cellulaire, tente de se cacher : « On ne peut voir sa figure, qu’elle s’efforce de dérober aux regards de la foule. Des gendarmes l’entourent, repoussent quelques femmes qui se précipitent vers elle, avec l’intention de la frapper et en proférant des cris de menace et de haine. » Lorsqu’elle prend place sur le banc des accusées, le président lui demande de découvrir son visage. Aussitôt des voix fusent : « À mort la gueuse ! » L’accusée, ancienne domestique, demeurant à Tarbes, avait eu un enfant. Son amant lui avait promis le mariage. L’enfant avait été placé chez ses parents. Elle était venue rechercher sa petite fille, mais ses parents voulaient la garder. Elle raconte que, arrivée à Pau, « j’ai fermé la porte et les contrevents […] j’ai appuyé les deux pouces sur le cou en enfonçant la tête de l’enfant sous l’oreiller ». Dans la salle, le public fait entendre des cris de menace et des murmures haineux28. Souvent, dans ce type d’affaires, malgré les mises en garde et les menaces d’expulsion, le public qui a pu entrer à l’intérieur de la salle d’assises manifeste son hostilité. Quant à celui qui, faute de place, n’a pu être admis, il reste à l’extérieur du palais, sans se disperser. Sa présence ressemble fort à une foule haineuse qui ne se serait pas mise en mouvement.

  • 29 Scipio Sighele, La foule criminelle. Essai de psychologie collective, Paris, F. Alcan, 1901 [1892], (...)
  • 30 Le Matin, 21 avril 1898, Le Petit Journal, 23 août 1898.
  • 31 Françoise Thébaud, « Le mouvement nataliste dans la France de l’entre-deux-guerres : l’Alliance nat (...)

13Dans cette catégorie de criminelles se retrouvent aussi toutes les mères qui martyrisent leurs propres enfants. Un criminologue le souligne avec une sorte d’effarement. L’instinct maternel, écrit-il, n’est pas le seul. En effet, « il y a aussi la haine maternelle, il y a les mères qui martyrisent leur enfant avec une cruauté qui fait frémir29 ». Entre 1891 et 1910, le thème devient dominant, et s’impose plus particulièrement en 1898 avec l’adoption de la loi du 21 avril sur la répression des attentats commis envers les enfants. Les grands journaux traitent de l’enfant martyr et racontent des scènes épouvantables où une malheureuse est frappée à l’aide d’un tisonnier, une autre avec un fer à repasser jusqu’à ce que la mort survienne, une autre encore est attaché au-dessus de la porte30. Après la Première Guerre mondiale, l’enfant ou plus exactement la natalité devient un thème central, envahissant les discours parlementaires et la presse. Crée en 1920, un Conseil supérieur de la natalité l’atteste31. La stigmatisation de la mauvaise mère se trouve renforcée à tous les niveaux, d’autant que la plupart des mouvements féministes ne remettent pas en cause la maternité qui définit la condition des femmes et défendent la loi de 1928 permettant le remboursement d’une grande partie des frais occasionnés par la maternité. Les femmes au foyer pouvant par ailleurs bénéficier d’une assurance spécifique.

  • 32 Géo London, Les grands procès de l’année 1928, op. cit., p. 284.

14La mauvaise mère est aussi la marâtre qui tue les enfants du premier lit de son mari pour des raisons complexes et différentes, mais la justice ne retient pas, en règle générale, la psychologie des meurtrières mais s’arrête à leur acte. Ainsi une belle-mère qui a tué son beau-fils de dix coups de couteau incarne-t-elle le « monstre en jupon ». Elle a fait subir à sa victime un « supplice affreux : elle l’a tué de dix coups de couteau au cou ; lui tranchant la carotide en cinq endroits… cela se passait le jour de la mi-carême ». Cruelle et méchante, elle a entouré son crime « d’ignobles précautions32 ». Les crimes de ce genre semblent particulièrement odieux et les chroniqueurs judiciaires ne se privent pas de le souligner, insistant sur les femmes qui ont franchi une limite et se sont laissé aller à un mouvement de pure violence.

  • 33 Géo London, Les grands procès de l’année 1933, Paris, Éditions de France, 1934, p. 148.
  • 34 Idem, p. 154.

15Au tout début des années 1930, c’est une mère qui fait l’unanimité contre elle. Elle pénètre dans le palais de justice « suant de honte et de peur, cette ogresse, cette mère hors l’humanité » qui a tué sa fillette de huit ans. La foule, nombreuse, massée au fond de la cour d’assises du Rhône connaît un même frémissement : « Les braves gendarmes qui l’accompagnent dans le box des accusés s’écartent d’elle instinctivement, comme saisis par le sentiment d’horreur et de répulsion qui étreint tous ceux qui se trouvent dans cette salle33. » Ancienne servante, fille-mère, elle épouse un riche vigneron, sans lui dire qu’elle est déjà mère. Avec son mari, elle a un deuxième enfant, une petite fille. En 1931, elle devient veuve, songe à se remarier mais sa fille aînée reste pour elle une tache indélébile. Elle va la retirer, au lendemain de sa première communion, de chez les sœurs de la Providence. Elle la ramène avec elle, dans la ferme, soulève « de ses mains robustes » une dalle de cinquante kilos qui obturait une citerne, précipite à l’intérieur la fillette et remet en place le lourd couvercle. Marie-Louise a été jeté vivante et la meurtrière l’a entendu sangloter. Pendant quatorze mois le petit corps reste « mariner » dans la citerne. Avec l’eau, sa mère arrose les légumes de son potager. Tous ces détails « effarants » contribuent à la construction de l’« ogresse », figure ultime et épouvantable de la mauvaise mère. La scène de la découverte du cadavre contribue encore à rehausser l’horreur. À l’annonce de la découverte du corps, elle offre la goutte à ceux qui viennent la prévenir. Pour les tribunaliers qui suivent le procès, il ne s’agit pas, malgré les apparences, de verser dans le sensationnalisme, mais de donner tous les éléments qui en font un monstre haïssable. Condamnée à la peine de mort, il faut à la sortie du Palais de justice, tenir à distance la foule haineuse qui crie « À mort34 ! » Pour contenir cette dernière, il faut parfois faire appel à l’armée. Trois cordons ne sont pas de trop pour faire face au déchaînement de la passion funeste.

  • 35 Henri Joly, Le crime : étude sociale, Paris, Librairie Léopold Cerf, 1888, p. 250-277.
  • 36 Anne-Claude Ambroise-Rendu, Enfants violés. Une histoire des sensibilités. XIXe-XXe siècle, Centre (...)

16Les mères qui contribuent à la souillure de leurs enfants apparaissent plus odieuses encore que les auteures de crimes de sang. Dans un mémoire inédit, Anne-Claude Ambroise-Rendu consacre un chapitre à un sujet à la fois inédit et tabou : celui des femmes pédophiles. Malgré le très faible nombre de dossiers judiciaires concernant des femmes, ces dernières ont, bien souvent, un rôle méconnu, allant de la passivité à la complicité active. Il s’agit, selon Henri Joly, de la « part occulte » des femmes35. Malgré quelques procès et quelques lignes dans la presse, le crime sexuel féminin est bien de l’ordre de l’impensé. Sans doute peut-on affirmer que le déni social est particulièrement fort et lorsqu’il ne parvient pas à faire écran, il cède la place à la haine irrépressible36. La mauvaise mère s’apparente à l’étranger honni que les autorités ne cherchent pas à assimiler dans le creuset français, il s’agit avec ce dernier, comme avec la mauvaise mère, de les stigmatiser et de les rejeter. Les schèmes de perception et d’appréciation à leur encontre sont partagés par la plupart des hommes mais aussi par les femmes qui adoptent largement le point de vue de ces derniers.

Justiciables et rivales

  • 37 Jules Michelet, Le Peuple, Paris, Hachette, 1846, p. 107.
  • 38 Séverine, « Les Affranchies », Gil Blas, 12 juillet 1892.

17Au-delà du cercle conjugal ou familial, le monde du travail est traversé par des rivalités, des jalousies et des haines. Il n’est plus besoin de rappeler que dans la vie privée comme dans le travail, les femmes qui prennent leur essor sont souvent considérées comme une menace. Dans les représentations majoritaires, les femmes n’exercent pas un métier. Leurs activités, restées « invisibles », consistent à prodiguer des soins aux enfants et à assurer l’entretien du foyer domestique. Or, elles ont depuis toujours travaillé, effectuant parfois les travaux les plus pénibles comme porteuses de charges d’eau sans bénéficier de la reconnaissance sociale. À partir des années 1830, l’affirmation de la société industrielle brouille les codes anciens. La généralisation du salariat fait entrer les femmes dans les usines ou bien transforme le travail à domicile. Nombre de paysannes sont enrôlées pour fournir à l’industrie textile la main-d’œuvre dont elle a besoin. Dans les villes, les faubourgs et les banlieues, les ouvrières sont apparues assez vite comme des concurrentes, parfois méprisées souvent redoutées. Michelet se fait le porte-parole des idées dominantes. L’ouvrier, écrit-il, qui est resté quinze heures debout redevient un « homme une heure par jour » lorsqu’il rentre chez lui : « Chose sainte ! lui, il apporte le pain à la maison, et une fois arrivé, il se repose, il n’est plus rien, il se remet, comme un enfant, à la femme. Nourrie par lui, elle le nourrit et le réchauffe37. » Dans les faits, les choses se déroulent rarement ainsi. Les femmes travaillent et sont parfois assimilées à une « armée de réserve ». Des hommes y voient le signe d’une transformation en profondeur de la société, certains s’en réjouissent, mais le plus grand nombre s’en inquiète. Séverine, souvent présentée comme la première femme journaliste, le souligne fortement. Elle se demande à plusieurs reprises « pourquoi cette animosité de garçons jeunes envers une jeune fille ? », elle s’interroge : « D’où vient cette malveillance que rien ne justifie, que rien n’explique, sinon le préjugé des pères, que les fils auraient vraiment tort de reprendre pour compte38 ? »

« La désapprobation brutale39 »

  • 39 Idem.

18Quelques hommes, sans qu’il soit possible de les quantifier, éprouvent une véritable répulsion pour toutes les femmes, d’autres pour celles qui s’émancipent par leur travail ou leur manière de vivre. Il faudrait analyser et suivre chaque profession et chaque catégorie, analyser les discours et les conduites qui traduisent assurément la peur criante de perdre ses positions, le refus d’une société plus démocratique où les rôles seraient redéfinis et les tâches distribuées autrement à l’intérieur de la société, voire de la famille. Le monde judiciaire constitue un terrain d’analyse particulièrement efficient pour en prendre, en partie, la mesure.

  • 40 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1890, Paris, E. Dentu, 1891, p. 31.
  • 41 Géo London, La justice en rose, Paris, Éditions de France, 1935, p. 133.

19Le mépris et la haine des femmes sont parfois confondus et s’expriment pendant les audiences. Un magistrat s’exclame à propos d’une affaire jugée par la cour d’assises de la Seine : « Nous sommes en présence d’un crime qui sent bien la femme40 ! » Les commentaires, les questions posées et la conception de la société révèlent sans trop de fard les mentalités dominantes d’une époque. Les chroniqueurs judiciaires sont à la fois des observateurs des juridictions et des témoins de leur temps. Ils reflètent au gré de leurs articles une atmosphère collective dans laquelle les hommes se gaussent des femmes qui sont souvent rabaissées. Leurs griefs prêtent à faire sourire suggèrent les journalistes de la presse judiciaire : « Mlle Léocadie Solasse a brisé son manche à balai sur la tête de Mme Lortaille, sa voisine. Vous voyez qu’il est bon que certaines chambres correctionnelles siègent durant les vacances. Où irions-nous grands dieux ! si de tels méfaits tardaient à être châtiés comme il convient41 ? »

  • 42 Timon, « La cour d’assises », Léon Curmer (éd.), Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie mo (...)
  • 43 Géo London, Les grands procès de l’année 1927, Paris, Éditions de France, 1928, p. 249.

20Enregistrant la moquerie, le mépris, le rire et la haine, les prétoires sont assurément des lieux particuliers. Le public de cours d’assises est l’objet depuis les physionomies du milieu du XIXe siècle de remarques nombreuses et acerbes. On raille le public féminin. Les élégantes exprimeraient au moment des procès leur véritable nature. Ces mondaines viendraient pour y vivre des sensations fortes et guetteraient, tels des charognards, la réaction des accusés lorsque la peine capitale est prononcée : « Il faut qu’elle entende et le coup de sonnette du dernier jugement, et la sentence de mort, et le râle de cet homme dont la face se décompose, et dont la vie intérieure se brise et se déchire en lambeaux42. » Et l’auteur de l’article de l’Encyclopédie morale du XIXe siècle de confier à ses lecteurs que s’il était président de cour d’assises, il prendrait des mesures énergiques. Il interdirait aux femmes l’accès aux palais de justice, les renvoyant dans leur cuisine ou à leurs travaux domestiques, surveillant les tapis et le lustre des parquets, bref « la cour d’assises n’est point la place de la plus belle moitié du genre humain ». Les opinions plus tardives des membres de la société judiciaire ne changent guère, du moins concernant les juridictions répressives. Les femmes désœuvrées continuent à se rendre dans les temples de la justice. Ce sont elles qui, majoritairement, composent les foules qui se pressent et se bousculent : « Cette fois, la salle des assises de Melun est une sorte d’immense wagon de métro, dans lequel il serait impossible de faire entrer une personne de plus. Les curieux, et surtout les curieuses sont venus de tous les points du département, de Paris, de Versailles43. »

  • 44 Géo London, Les grands procès de l’année 1930, Paris, Éditions de France, 1931, p. 100-191.
  • 45 Idem, p. 192.
  • 46 Voir par exemple, Marie-José Grihom et Michel Grollier (dir.), Femmes victimes de violences conjuga (...)
  • 47 Voir par exemple, pour la période très contemporaine, Dominique Fougeyrollas-Schwebel (« Représenta (...)
  • 48 Roman anonyme, vers 1890, p. 84.
  • 49 Géo London, Les grands procès de l’année 1930, Paris, Éditions de France, 1931, p. 44-46.

21Les interrogatoires et les débats laissent aussi filtrer toute la gamme des passions funestes, en particulier celles qui se traduisent par des violences conjugales restent souvent inaperçues. Lorsqu’un époux répond à quelqu’un qui lui dit que sa femme vient d’une famille très honorable, il répond « pas du tout, c’est une poule qui avait fait la noce ». Qu’un mari enferme sa femme dans un cagibi, la roue de coups et la laisse inanimée dans une grange ne laissent guère que des traces ténues dans l’opinion publique. La plupart du temps, ce type d’affaires ne dépasse pas le cadre de la plainte, parfois de l’instruction ou encore de l’enceinte du palais de justice. Les chroniqueurs judiciaires s’en désintéressent, sauf si la brutalité a dépassé un certain seuil. Et pourtant les crimes commis contre les femmes peuvent être l’œuvre d’esprits singuliers, à l’instar de celui qui voulait à Paris, défenestrer des jeunes bonnes, mais aussi d’hommes ordinaires qui refusent qu’une épouse ou une compagne les quitte. Désamour, instinct de propriétaire, mais aussi haine éprouvée par le mari à l’égard de celle qui tente d’échapper à sa tutelle. Une fois le divorce rétabli, de nombreux observateurs et chroniqueurs judiciaires soulignent que la loi n’a pas apaisé les conduites et que régulièrement du « sang dans le prétoire » se retrouve dans la rubrique des faits divers et parfois à la une. Ainsi en 1930, un hobereau du limousin Marie-Jean-Alexandre-Alfred Lof de Lafabrie de Cassagne de Peyronnenc tue à Paris, de trois balles de revolver, dans l’enceinte du palais de justice, à l’audience de la 12e chambre de la cour d’appel, son épouse. Déjà condamné six fois pour abandon de famille, il ne supportait pas de devoir verser la totalité des sommes dues, d’un montant de 120 000 francs. Ici nulle passion ni jalousie, mais un sentiment de dépossession, qu’il refuse avec une extrême véhémence. Une autre fois, convoqué pour une conciliation, il s’exclame : « Je ne dois rien à cette femme qui était une fille publique quand je l’ai épousée44. » Mépris et violence verbale sont l’expression visible de sa haine. En cour d’assises, un substitut qui occupait le siège du ministère public témoigne de la terrible agressivité de l’accusé. Le magistrat confie qu’il a été saisi et presque tétanisé par « la violence de ton et d’attitude » de celui qui se trouve désormais dans le box des accusés45. La haine pour les femmes relève bien de la domination masculine, mais seule une minorité passe à l’acte lorsque les carcans du vieux monde sont en train de craquer. Il n’en reste pas moins que hier comme aujourd’hui ce sont les femmes qui sont principalement des victimes des violences conjugales46. Peu importe les ressorts du geste haineux, l’appropriation du corps reste une logique masculine47, comme l’illustre aussi un roman : « les tessons qu’il saisissait à pleines mains pour les jeter à sa femme lui lacéraient les paumes, ensanglantaient ses projectiles qui laissaient des traces rouges sur la robe blanche de Thérèse48. » Dans une affaire jugée également en 1930, un mari, fondé de pouvoir dans une banque parisienne, refuse que sa femme se sépare de lui et se montre parfois violent. Quatre ans après le divorce, il veut toujours que sa femme lui revienne. Il déteste son indépendance et ne supporte pas l’idée qu’elle puisse un jour se mettre en ménage avec quelqu’un d’autre. Sur le plan professionnel, il se laisse aller, et au moment du crime il vit à la limite de la misère, faisant la plonge dans une caserne. Un soir, il achète un marteau et frappe avec son ancienne épouse qu’il attendait devant la maison où elle était sténodactylographe49. La mort de la jeune femme ne peut être inscrite dans la catégorie des crimes passionnels qu’affectionne la presse à grand tirage. Son assassinat comme celui d’autres victimes relève de logiques différentes inscrites en partie dans le déclassement social. C’est parce que le rapport social s’est trouvé ébranlé, voire inversé que l’épouse devient la seule responsable de la déchéance ou du malheur. C’est donc elle qu’il faut brutaliser ou anéantir. À l’inverse, les hommes sont beaucoup moins exposés aux représailles physiques. Dans les couples, la réussite professionnelle, même modeste des femmes, est souvent mal vécue. Employées, vendeuses, dactylographes, demoiselles du téléphone rendent vulnérables les hommes dans l’espace du travail et dans celui de l’intimité. La haine latente peut alors se déverser.

L’avocate : cette « hermaphrodite du progrès social »

  • 50 Voir en particulier, Anne Boigeol, « L’exercice de la justice au prisme du genre : un non-objet ? » (...)
  • 51 Benoît Yvert (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné (...)
  • 52 Le Petit Journal du 23 décembre 1900 consacre une page illustrée à la prestation de serment du 6 dé (...)
  • 53 Maria Vérone, La femme et la loi, Paris, Librairie Larousse, 1920, et Raymond HESS et Lionel Nastor (...)
  • 54 Henry Bénazet, Dix ans chez les avocats, Paris, Éditions Montaigne, 1929, p. 266.

22Le dénigrement puis l’hostilité radicale envers les femmes sont parfois présentés comme des évidences ne souffrant pas la discussion. La haine est alors un singulier ferment. Elle soude des communautés masculines arc-boutées sur des privilèges et des représentations des rôles sexuels. Rarement les femmes auront suscité autant de flèches vipérines que les avocates. Si les magistrates sont mieux connues50, il n’en est pas de même pour celles qui choisissent le barreau. On le sait, Jeanne Chauvin a tenté à plusieurs reprises de faire valoir ses droits, et en particulier le « droit à la robe », mais en vain. Le député René Viviani, ancien secrétaire de la conférence des avocats de Paris, défenseur des grévistes de Carmaux, rédacteur en chef de La Petite République, fit trembler les « vieux Bâtonniers » et quelques jeunes avocats arpentant la salle des Pas perdus51. Il contribua de manière décisive, au changement des mœurs et préjugés, introduisant le débat au Parlement. Le 1er décembre 1900, fut promulguée la loi qui autorisa les femmes licenciées en droit à prêter serment. Toutefois, ce fut Olga Balchowski-Petit qui devint la première avocate inscrite au barreau52, puis Jeanne Chauvin quelques jours après. En 1912, Maria Vérone, avocate en 1908, fondatrice de l’Union des avocates de France, est la première femme à plaider en cour d’assises53. Mais dans l’imaginaire des avocats, les avocates ne pourront jamais être de véritables « rivales » pour les hommes qui considèrent qu’elles auront toujours un triple handicap : elles sont dépourvues d’autorité naturelle ; lors des audiences, elles se montrent trop fragiles face à l’adversité et enfin leurs arguments sont présentés sans rigueur, de façon fantaisiste car ils ne sont pas « coordonnés selon les règles de la plus saine logique54 ». La disqualification, le dénigrement ou le mépris sont des procédés proches qui contribuent à alimenter la défiance et la haine qui apparaît presque à visage découvert.

  • 55 Pierre Loewel, Tableau du Palais, Paris, Gallimard, coll. « Les Documents bleus », 1929, p. 67.
  • 56 Henry Bénazet, Dix ans chez les avocats, Paris, Éditions Montaigne, 1929, p. 262.
  • 57 Idem, p. 263.
  • 58 Géo London, Le Palais des mille et un ennuis, Paris, Raoul Solar, 1949, p. 64-65.

23Pour prendre la mesure de l’hostilité, plutôt que de retenir des pamphlets vindicatifs ou des brûlots, il est préférable de s’attacher à des récits plus sobres, comme les ouvrages généraux rédigés par des avocats présentant la situation du barreau du temps présent ou publiant des souvenirs de leur activité professionnelle. L’un d’entre eux prend pour cadre d’observation le palais de justice de Paris, soulignant qu’en 1929 la présence d’une femme revêtue de la robe noire n’est plus un « grand événement ». En effet, écrit-il, « aujourd’hui ce n’est même plus un accident. Ces dames et ces demoiselles arrivent en formations épaisses, par trains spéciaux, et on en voit même qui parfois ont l’air de descendre d’un train de plaisir ». Le thème de l’invasion, de la horde prête à s’abattre ou du flot tumultueux, de la frivolité consubstantielle de celles qu’il ne peut appeler ses consœurs sont révélateurs d’une atmosphère et de sentiments partagés par les ténors du barreau. Il évoque toutefois une autre époque : « Mais au temps dont je parle, c’est-à-dire avant la guerre, cet envahissement pacifique ou, pour emprunter la tactique des partis d’avant-garde, un terme définitif, ce “noyautage” de l’élément mâle par l’élément féminin ne s’était pas encore produit. » Sous des aspects parfois doucereux, jamais frontaux, il s’agit d’un discours de combat. Le propos se présente aussi comme une sorte de réflexion détachée, telle que pourrait la formuler un vieux sage parvenu au sommet de la carrière, qui se moque des honneurs et qui n’a plus rien à attendre de ses contemporains, mais très vite le discours bascule. Astucieusement agencé, il mêle les louanges apparentes et les critiques mordantes, placées sous le sceau du sens commun et de l’observation participante : « Il serait cependant de l’intérêt des avocates que ne fussent pas trop nombreuses les petites émancipées se destinant maintenant au Barreau comme on allait autrefois au Conservatoire, et qui, encombrant une profession déjà encombrée, y développent avec excès le fléau de l’amateurisme poudrerizé55. » À travers ces lignes, c’est une sorte d’aversion tempérée qui transparaît. En effet, cette animosité guère subtile correspond aux mentalités du temps. Dans certaines circonstances, il n’est pas possible de haïr avec excès. Aussi, sans forcément en être conscient, car il épouse les préjugés de son époque, un autre avocat, Henry Bénazet écrit, également en 1929, que certaines avocates se montrent provocantes : « Une blonde minaudière, étudiant un dossier de très près avec un substitut, éveilla en ce magistrat barbu un faune qui, oublieux de l’avocate, serra la femme dans ses bras56. » Et quand elle n’est pas blonde, il s’agit d’une « brune piquante ». Aucune d’elle, ajoute-t-il, n’est parvenue sur le plan professionnel à s’imposer « au premier plan ». En effet commente-t-il « beaucoup demeurent au palais quelques mois, font comme les marionnettes, trois petits tours dans la Galerie Marchande et puis s’en vont. On ne les revoit jamais ». Si, pour les hommes, le barreau est une sorte d’antichambre les menant à la politique, pour les femmes, il constitue aussi une sorte de sas, mais pour une toute autre destination qui les mène au mariage pour se faire une situation dans le monde ou au théâtre pour y faire carrière. La plupart cependant voient dans la profession d’avocate un moyen de s’émanciper de la tutelle maternelle, et finalement, pour leurs confrères, tandis qu’elles jouent sur le registre de la séduction « leurs cheveux ondulés, leurs ravissants cols fantaisie, leurs doubles robes, très courtes, laissant admirer de fines jambes gainées de soie », elles ne songent qu’à une chose, comme les jeunes filles lisant des contes de fées : « dans un nuage odorant et poudrerizé, elles rêvent à la découverte plus commode de galants ou de maris57. » Mais il y a davantage encore. Restituant un « duel oratoire » de 1924 entre deux avocates, un auteur souligne que celle de la partie civile et celle de la défense s’empoignaient verbalement, annonçant une querelle magnifique, digne des grands moments judiciaires. L’ouvrage qui s’adresse à un large public, poursuit en affirmant que le duel oratoire « ne convient pas aux dames ». En effet, ce n’est plus l’éloquence en action, des échanges sonores fracassants, mais des « cris aigus, perçants, de plus en plus éraillés et incompréhensibles ». Les deux « pauvres avocates » n’avaient pas d’organes sonores suffisamment développés et ne pouvaient être « fortes en gueules ». Autrement, dit, conclut l’auteur qui propose une sorte de fable édifiante à ses contemporains : « elles avaient été trahies par leurs moyens physiques, par une impossibilité congénitale58. »

  • 59 Maurice Godelier, Métamorphose de la parenté, Paris, Fayard, 2004, p. 352.
  • 60 René Benjamin, La Cour d’assises, Paris, Arthème Fayard, coll. « Le Livre de demain », 1931, p. 54.
  • 61 Propos rapportés par un autre bâtonnier, Albert Brunois, Nous les avocats, Paris, Plon, 1958, p. 16 (...)

24Ces stéréotypes de genre ne sont pas anodins. Partagés par des hommes et des femmes, colportés par les uns et les unes, ils expriment bien la haine des femmes qui sortent de leur condition, comme si on leur reprochait de perdre une partie de leur « nature » et de mettre en péril les rôles sociaux. Ils illustrent aussi le fait que les rapports sociaux qui construisent une société se recomposent. Les revendications pour l’égalité des sexes se glissent ici et contribuent à la naissance d’un « sujet professionnel » qui n’est plus réservé à l’homme59. En 1931 encore, dans un livre d’humeur, au détour d’un paragraphe, le lecteur apprend ainsi que telle avocate « a été sèche, raisonneuse, haineuse, attaquant le sexe fort pour sauver le sexe faible, à la manière de presque toutes ces féministes qui confondent la colère et le raisonnement60 ». La caricature, le dessin de presse et aussi la photographie satirique illustrent bien la misogynie ambiante qui n’a besoin que d’un public conquis pour alimenter la haine des femmes présentées comme jouant tantôt de la séduction, tantôt d’attitudes maternelles, tantôt encore de conduites dominatrices, entrant parfois dans des colères inexplicables, tempêtant, mais parfois aussi indifférentes, prêtes à se transformer en « femmes hommasses » et autoritaires, épouses d’hommes frêles qu’elles peuvent dominer et imposant leur autorité auprès de leurs confrères et dans l’enceinte des palais de justice. Le bâtonnier Émile de Saint-Auban avait exprimé, de manière ouverte, toute la haine que « l’avocate, cet hermaphrodite, intellectuel et plastique, du progrès social… » lui inspirait61. D’autres femmes, dans des professions en plein essor, comme celles des médecins, des ingénieurs et dans une moindre mesure des instituteurs et des professeurs, ont été marquées, avant comme après la Première Guerre mondiale, par une « adversité terrible ». Toutes sortes de coups leur ont été portés et même les plus aguerries n’étaient pas à l’abri de critiques malveillantes et de rancœurs générales se transformant en hostilité haineuse. Mais un domaine est encore plus préservé dans lequel le ressentiment agressif se combine avec les préjugés solidement enracinés : dans l’arène publique les femmes ne sont pas des citoyennes.

La hargne masculine

  • 62 Sur la manière dont la statistique judiciaire enregistre la haine, voir les pages « Instrumentalise (...)

25Au-delà de l’espace du travail et de la scène publique, d’autres lieux, rares, apparaissent comme un concentré de haines masculines. Dans le domaine du saccage des corps, il y a bien une ligne de partage social qui distingue les sexes et les conduites criminelles. Les procès d’assises offrent presque toute la gamme des conduites cruelles qui défient la logique et échappent à la raison utilitaire. Les pratiques de la cruauté, et l’indifférence affichée à l’égard des victimes, ont pour point commun de transformer l’autre en objet. La personnalité humaine devient une ombre du décor ou un simple instrument pour assouvir un désir. Rappelons que d’une année sur l’autre, les femmes ne représentent que quinze pour cent des criminels. En revanche, dans les drames passionnels ou dans les premiers crimes en série, bien avant que l’expression et la catégorie existent, elles sont le plus souvent des victimes. La statistique judiciaire62 ne tient pas une comptabilité de celles et ceux qui ont trouvé la mort. Ce qui intéresse les services de la chancellerie, c’est le rythme d’activité des tribunaux. Le ressort, ou la logique, de ceux qui s’emparent de la vie d’autrui est toujours complexe, et ne saurait être ramené à des explications simplistes. Pour autant, le dépit, l’envie, la frustration et la jalousie sont des ferments essentiels de la haine.

  • 63 Armand Pravaile, L’égorgement de la Duchesse de Praslin, Paris, Éditions de France, coll. « Secrets (...)
  • 64 Affreux assassinat commis sur la personne de Madame la duchesse de Choiseul-Praslin…, Paris, Impr. (...)

26Si des crimes particulièrement affreux voient des femmes succomber sous les coups d’hommes, ce sont le plus souvent des maris, des frères, des amants. Le fait divers le plus célèbre, celui qui, dit-on, est à l’origine de la révolution de février 1848 qui emporta la monarchie, est l’assassinat de la duchesse de Praslin63. Son mari lui porta dans la nuit plus d’une dizaine de coups de couteau. Elle essaya d’échapper à sa haine, voulut se dégager, courir, mais en vain. Lorsqu’au matin, on découvrit le corps, le spectacle de la scène de crime était horrible et témoignait d’un drame effroyable : la chambre était ensanglantée, le sol, les tapis, les murs étaient éclaboussés de rouge64. Témoins muets, les traces morbides attestaient de l’intensité des émotions.

27Les maris qui tuent leur épouse sont mus par des mobiles parfois différents, mais le geste traduit bien souvent la haine d’une femme que l’on connaît et avec qui on a partagé, parfois, de nombreuses années. Mais il existe une catégorie particulière d’assassins qui remplace l’ogre cannibale : celle des tueurs de femmes.

La Barbe bleue des servantes

  • 65 La notion de féminicide désigne le meurtre d’une femme parce qu’elle en est une n’apparaît qu’à la (...)
  • 66 Affaire Dumollard, l’assassin des servantes. Assassinats et viols sur des filles domestiques attiré (...)
  • 67 Antoine-François Claude, Mémoires de Monsieur Claude, Paris, Jules Rouff éditeur, 1881-1885, p. 154 (...)
  • 68 Complainte sur Dumollard de Dagneux, département de l’Ain, l’assassin des servantes, condamné par l (...)

28Incarnant la monstruosité contemporaine, des assassins d’un nouveau style donnent à la hargne masculine une forme tangible qui aurait fait pâlir Andersen, Grimm, Perrault ou Eugène Sue. Pour autant, nul journaliste ou expert psychiatrique n’a inventé une catégorie pour les désigner ; les criminologues n’ont pas davantage proposé de définition pour les étudier65. Le premier d’entre eux est assurément Martin Dumollard, exécuté en 1862 et transformé en personnage de papier et en objet d’étude. Dans la région lyonnaise, il a tué nombre de servantes qu’il venait chercher, leur faisant miroiter une place avantageuse et des gages inespérés66. Tantôt il se présente comme un riche propriétaire, tantôt comme un homme au service de maîtres riches et affairés, trop occupés pour « louer » eux-mêmes les services d’une domestique. « Quel était ce Dumollard ? » se demandent les auteurs des « Causes célèbres », un policier qui a suivi de près l’enquête, un magistrat qui a réexaminé le dossier soixante ans plus tard ? Le fils d’un supplicié qui « tenait à déguiser son véritable nom67 ». De la sorte, le fils ne peut que marcher dans les traces laissées par son père. Sa mère, Raymonde la mendiante, ne lui a pas été d’un grand secours. Souvent chassée à coups de pierres des villages, elle est sans doute pour lui une illustration de la haine des hommes pour les misérables. N’a-t-il pas, dès lors songé à se venger de ses semblables ? Une vignette le représente : il n’y a plus aucun doute, Dumollard fils est bien un monstre, un « meurtrier d’origine ». Une sorte d’entité hideuse à mi-chemin de Quasimodo et du loup-garou. Un artiste a montré la main gauche posée à côté du pied gauche, les orteils et les doigts ressemblent à des griffes presque aussi effilées que le poignard tenu dans la main droite. C’est « l’homme le plus criminel du 19e siècle68 ».

  • 69 Pierre Bouchardon, Dumollard, op. cit., p. 175.
  • 70 Idem, p. 127-130.
  • 71 La plus longue, la plus vraie et la plus bête des complaintes sur Dumollard, Lyon, Impr. de Porte e (...)
  • 72 Gazette des tribunaux, 31 janvier 1862.
  • 73 Gazette des tribunaux, 2 février 1862.

29À la « foire aux domestiques », avec celle qui s’est laissée séduire par ses paroles, il prend une voiture publique ou le train jusqu’à Neuville, à moins qu’il ne l’entraîne à pied à travers les faubourgs. Mais en général, ils descendent à la gare de Montuel. Ensuite, à travers les taillis et les bois, s’ensuit une « longue course ». Tantôt, ils se rapprochent de la forêt de Montaverne, tantôt des bois des Allées ou de Montmain. Dumollard, le tueur de bonnes, aurait « à son actif six servantes assassinées et dix tentatives de meurtres ». L’instruction dressa pour la période 1855-1861 une liste minimale de douze victimes, mais « l’œuvre de la justice demeura inachevée69 ». Dans le voisinage, il suscite l’effroi et les « langues » rapportent qu’il « devait avoir un cimetière quelque part ». Pendant sept ans, quittant régulièrement la commune de Dagneux pour Lyon, il « racole » les jeunes femmes, les entraînant dans les bois. Sur elles, il assouvit « sa brutale passion », les tue, les enterre, et ramène chez lui leurs « dépouilles ensanglantées ». C’est le geste brut qui caractérise le monstre. L’acte glace littéralement le sang de ceux qui se sont rendus sur les lieux du crime ou de ceux qui ont pu apercevoir le corps des victimes. Dumollard a adopté le costume des paysans de la Bresse. Sa femme, originaire de la région, est sa complice. C’est elle qui lave le linge ensanglanté. Il lui lance les hardes en disant : « Je viens encore de tuer une fille, tiens, prends son linge et lave-le. » Mais c’est le sort réservé à Marie-Eulalie Bussod qui illustre le crime hors du commun que seul un monstre, animé par un cynisme extraordinaire et une haine inextinguible peut perpétrer. La manière dont la malheureuse a trouvé la mort suscite l’épouvante, car elle correspond à l’une des peurs les plus terribles des hommes et des femmes du XIXe siècle. Le 26 février 1861, elle quitte Lyon en compagnie de Dumollard qui lui a fait miroiter une place de domestique à Genève. Le cadavre est découvert au fond d’une fosse creusée au Bois de la commune. Un procès-verbal, dressé sur place, précise que l’on découvrit le corps d’une femme dépouillée de ses vêtements, portant plusieurs blessures à la tête mais n’ayant provoqué que des contusions, les lobules des oreilles entièrement déchirées et tenant dans sa main droite crispée « quelques fragments de la terre sous laquelle, vivante encore, elle a été ensevelie ». Non seulement elle a été violée, « odieusement outragée », mais elle a bien été enterrée vivante70. L’assassin étant pressé de partir. L’étrange « détermination » reste pour les contemporains en partie énigmatique, mais pour nombre d’entre eux à quoi bon trouver des explications71. Face à un monstre froid, cupide, lubrique et haineux de l’humanité, il faut l’abattre comme un animal atteint de la rage sans se poser de question. La seule réponse à apporter est celle d’une justice prompte et définitive. Tout au plus, s’est demandé la cour comment peut-on ajouter un « supplément d’expiation ». Sur le chemin qui le conduit de sa prison au lieu d’exécution, soit près de 50 kilomètres parcourus la nuit, des curieux veillaient et chaque fois que la voiture cellulaire s’arrêtait, ils s’approchaient pour apercevoir le monstre à la lueur de lanterne. Le mystère Dumollard reste entier pour les contemporains. Avec lui la haine change de registre, d’ordinaire elle devient effroyable. Le sort réservé aux femmes montre jusqu’à quelles extrémités un homme peut aller. Il est un tueur rustre et féroce. Les tentatives faites pour essayer de qualifier son état émotionnel ne vont pas de soi. Il va de la rage impuissante quand une de ces proies, pour des raisons diverses, s’échappe, à la haine brûlante qui consiste à frapper et à faire éclater un crâne en morceaux. Mais une telle qualification ne fait pas l’unanimité72. La femme de Dumollard n’a-t-elle pas vécu dans une abjecte domination d’un monstre au regard vitreux qui grogne de plaisir lorsqu’en prison on lui apporte à manger. Aussi ne vaudrait-il pas mieux parler de haine frustre ou primitive73 ?

Les tueurs de femmes

  • 74 Grande complainte sur l’assassin Philippe, quatre assassinats, vols et tentatives d’assassinat, Par (...)
  • 75 Maxime Du Camp, Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu’en 1870, Monaco, G. Rondeau [1869 (...)
  • 76 Antoine-François Claude, op. cit., p. 621.
  • 77 Idem, p. 620.

30À peu près à la même époque, l’assassin Philippe est un précurseur de Jack l’Éventreur74. Comme lui, il « ne recherchait que les prostituées » et sa plus grande joie était « de jouir de leur agonie ». Homme à la journée ou homme de peine, employé la plupart du temps pour des travaux de force, il bénéficiait d’une excellente réputation. Mais derrière cette façade respectable se cachait un monstre qui avait « l’hystérie du sang ». En effet, « comme le marquis de Sade, il ne mettait aucun frein à ses fougueuses passions. Pour les assouvir, il les poussait jusqu’à provoquer chez ses victimes les spasmes de la mort ». Si Philippe est le criminel le plus connu, dont Maxime Du Camp donna aussi un récit du procès75, il n’est pas le seul de son espèce. Il a des devanciers et il fit des émules, au point que de 1860 à 1866, il exista non seulement un mouvement d’effroi parmi les « filles soumises » mais aussi une véritable « Saint-Barthélemy ». Monsieur Claude qui fut le chef de la Sûreté sous le Second Empire propose une sorte de typologie et distingue trois types de tueurs de filles. Le premier est incarné par « Gugusse dit la cravate » qui tuait des prostituées pour s’emparer de leur argent ; le second est représenté par « Ernest Bouda, dit la belle Ernestine ou la belle Bordelaise » qui avait la particularité de ne « sacrifier les filles » que « guidé par l’aversion qu’elles lui inspiraient » et puis Philippe, dont « la rage homicide » débuta en 1864. Une fille qui échappa de peu à la mort en donna une description remise en forme par les journalistes ou les mémorialistes afin de ne pas choquer la bienséance : tandis qu’il est dans la chambre, qu’il se déshabille et se glisse dans le lit, elle ne le rejoint pas car elle a peur de lui. Elle ne sait pas que c’est un « égorgeur » qui se prépare à « immoler sa victime », mais elle voit bien qu’il a changé d’attitude, ses traits semblent s’être métamorphosés et sa physionomie a « une expression farouche ». En effet, « il ne déguisait plus ses sentiments féroces, sa figure au teint sombre, un peu grêlée, marquée d’une cicatrice ». Mais surtout, elle fut terrorisée en apercevant un tatouage : une fleur avec ces mots : « “Né sous une mauvaise…” et une étoile pour achever la phrase76. » Elle pense qu’il s’agit d’un ancien forçat, trouve un prétexte pour s’absenter quelques instants et ne revient pas. Philippe au bout d’un certain temps, se relève, erre dans la maison, trouve une autre prostituée avec son enfant et les tue tous les deux avec une grande brutalité. À chaque fois, c’était le même mode opératoire. Les gestes disent assez la haine. Il étranglait les victimes avant de leur « couper le cou ». Mais cette fois la malheureuse jeune femme ne s’est pas laissée faire, elle s’est débattue, a ouvert la fenêtre, a essayé d’appeler de l’aide, mais les témoins n’ont pas compris la scène, pensant qu’il s’agissait d’une querelle d’ivrognes. Plus tard, sur la scène du crime, le médecin constate « cinq plaies à la face, plusieurs blessures à la poitrine et aux jambes » mais « c’était au cou que les plaies étaient plus profondes ; les incisions en avaient coupé les artères, et elles avaient occasionné la mort »77. Les cadavres des victimes de la rue Sainte-Marguerite, de la rue de la Ville-l’Évêque ou encore de la rue d’Erfurt font songer à une horrible vengeance, mais l’assassin ne connaissait pas ses victimes. Il les tuait pour ce qu’elles représentaient pour lui. Le tueur bénéficie malgré tout d’un certain prestige. Ce n’est pas un empoisonneur mais un criminel viril. Les lexiques de la chasse et de la guerre s’entremêlent pour mieux en rendre compte. Accusé reconnu coupable, il est néanmoins grandi. Par rapport à ses victimes présentées comme du « gibier », lui se voit doter de caractéristiques et d’adjuvants virils.

  • 78 Idem, p. 941.

31En 1872, à Paris, les journaux évoquent des cadavres repêchés du côté du Pont de Flandre, qui enjambe la Seine, dans le quartier de la Villette. Les corps n’ont pas subi le même traitement. Ceux des femmes sont affreusement maltraités. L’enquête policière permet de déterminer qu’il s’agit de méfaits des assassins de la rue de la Vierge. L’homme était surnommé la Hyène, la femme la Cyclope, car victime de la petite vérole, elle avait perdu un œil très tôt, et l’autre qui lui restait « s’avançait d’une façon étrange, épouvantable, par l’effet des convulsions du jeune âge, jusqu’au centre du front ». L’homme se chargeait des passants, sa compagne des passantes : « la rage contre son sexe, dont la Cyclope n’avait ni le charme ni la beauté, la poussait à défigurer ses victimes, à exercer contre elles des outrages barbares, obscènes, inhumains. Ces outrages ne pouvaient entrer que dans le cerveau d’un monstre comme la Cyclope78 ». Ces existences si obscures semblent pour les journalistes surgir du fond des temps. Ainsi se dessine une expérience ou l’inadmissible se mêle à l’incompréhension : d’où vient la possibilité de tels gestes ? Mais en même temps ce massacre ne suscite pas de campagne publique.

  • 79 Frédéric Chauvaud, « Le triple assassinat de la rue Montaigne : le sacre du fait divers », Le fait (...)
  • 80 Sur l’affaire Vidal, voir Philippe Artières et Dominique Kalifa, Vidal, le tueur de femmes, Paris, (...)
  • 81 En 1891, une campagne publicitaire, affiches et encarts dans les journaux, met l’accent sur les pri (...)
  • 82 Pierre Bouchardon, Vacher l’éventreur, Paris, Albin Michel, 1939, 253 p.
  • 83 Selon la division classique de l’infraction pénale, contre les biens, les personnes et la chose pub (...)
  • 84 Voir notamment Alain Faure et Claire Lévy-Vroelant, Une chambre en ville. Hôtels meublés et garnis (...)

32D’autres tueurs de femmes se sont illustrés et ont fait leur apparition dans les annales du crime, mais le ressort était parfois différent. L’affaire Pranzini, sans doute la plus célèbre de la fin du XIXe siècle, commence par le massacre de deux femmes et d’une enfant dans un immeuble parisien. Mais le ressort du geste fut d’abord vénal, il s’agissait de s’emparer des bijoux et de l’argent d’une demi-mondaine79. Le mobile crapuleux n’explique pas pour autant la violence inouïe avec laquelle les trois malheureuses furent presque décapitées à l’arme blanche. Le 25 novembre 1901, il en va autrement. À Nice, Henri Vidal accoste une fille galante vers deux heures du matin, et se fait conduire chez elle. Et, tandis que Joséphine Moréno cherche à éclairer sa chambre, il la poignarde. La jeune femme hurle et Vidal s’enfuit. Le 6 décembre, Henri Vidal est à Marseille, il choisit une nouvelle victime et répète les mêmes gestes. Lorsque dans sa chambre, Louise Guinard allume sa lampe : « elle reçoit deux coups de couteau. » À peine quelques jours plus tard, le 10 décembre, à Toulon, Vidal propose vingt francs pour « coucher avec la demoiselle Brusselin », passe la nuit chez elle et lui fixe rendez-vous dans un lieu écarté. Là, il la poignarde dans le dos et s’empare de ses bijoux. Toujours au mois de décembre, le 22, Henri Vidal sur la ligne de Nice à Menton, pénètre dans le compartiment d’un « wagon » dans lequel Gertrude Hirschbrunner, « demoiselle de magasin ».est seule. Près d’Eze, il « se précipite sur elle, l’égorge, jette son corps sur la voie, se précipite derrière lui, le transporte sur le talus, puis revient à pied jusqu’à Nice ». Il s’empare d’une montre, de bijoux et d’une somme d’argent. Enfin, le 28 décembre, il commet un vol dans un hôtel de Saint-Raphaël, et s’enfuit par la fenêtre, en se laissant glisser le long d’une corde. Le lendemain, il est arrêté pour vol et effraction Le Petit Journal, qui dépasse les 500 000 exemplaires au moment de l’affaire Troppmann et atteint le million à la fin du XIXe siècle, tient en haleine son public pendant près d’un mois. La première mention date du 31 décembre 1901. Vidal est présenté comme « L’auteur du crime d’Eze », formule qui sert de titre à l’article. Le mercredi 1er janvier, la rumeur et les journalistes pensent que Vidal est sans doute responsable du crime de Cannes relaté en détail peu de temps auparavant dans les colonnes du. Petit Journal. On lui attribue aussi celui de Marseille, et d’une manière générale tous les crimes sanglants et mystérieux commis le long du littoral. Les lecteurs apprennent aussi que le « monstre » a fait des aveux : il reconnaît la paternité du crime d’Eze et celui de la rue Saint-Siagne contre Joséphine Moréno. Le 4 et le 6 janvier, jour où le journal passe de 4 à 6 pages, les titres sont toujours identiques. Le 7 et le 8 janvier, pas de modification. En revanche le jeudi 9, changement de titre : « L’assassin des femmes » remplace « L’auteur du crime d’Eze ». Mais la formule ne semble pas assez pertinente, la rédaction tâtonne, et finalement le lendemain, le surnom définitif est trouvé : Vidal devient « Le tueur de femmes ». Ici s’entrecroisent discours savant et discours journalistique80. ; public cultivé et public populaire sont fascinés par les mêmes faits. Les journaux, les études médico-légales et même le musée Grévin deviennent d’une certaine manière les conservatoires de l’abjection ou les registres de la monstruosité humaine81 La cruauté et la haine, des autres ou de soi, s’avèrent sans doute salutaires, elles conduisent les lecteurs et les spécialistes au bord du gouffre. Pour autant, les tueurs de femmes ne disparaissent pas à l’orée de la Belle Époque. L’affaire Lesteven, moins connue assurément que l’affaire Jacques Vacher82, l’illustre. Elle se situe aussi dans la mouvance des interrogations d’une époque pour la violence extrême et incompréhensible. En effet, pour décrire le comportement de l’assassin et évoquer, à l’aide d’une formule, son mode opératoire, Albert Bataille parle « d’accès de fureur sadique ». Or la catégorie de crimes sadique est tout juste en gestation. En effet, les vifs émois et les ferveurs amoureuses exubérantes, l’appétence tantôt continue tantôt discontinue pour la sensualité agressive ont permis d’évoquer la dépravation de certains instincts, le délire obscur, les passions trop vives. Mais de semblables observations, souvent confinées et réduites à quelques notes et remarques impressionnistes, sont disjointes du « domaine sexuel » et ne conduisent pas à l’invention de catégories spécifiques. Ils sont dissimulés au sein de la foule des auteurs de violences contre les personnes83. Toujours est-il que lors du procès, le président de la cour d’assises de la Seine remonte au mois de juin 1888 où il effraye une « fille » avec un couteau, lui disant qu’il allait l’éventrer. En 1890, le même scénario se répète ; en 1891, une autre « fille », se jette par une fenêtre peu élevée « d’un bouge de la Lavieuville » où il l’avait entraînée. En 1892, « il roue de coups une fille Lambert » lui disant que « sa passion est de battre les femmes ». La même année, il menace une « fille Galtigny » de son couteau, il assomme la « fille Brouët » à coups de poing et de talon de botte, à laquelle il casse trois dents et qu’il renvoie presque nue après avoir mis ses vêtements en lambeaux. En 1893, ses plaisirs de la cruauté connaissent une escalade : il essaie de précipiter par la fenêtre « une fille Rampoumat » qui refuse de se prêter à « d’infâmes complaisances ». Une semaine plus tard, il « racole » une bonne sans place aux Halles, il l’enferme dans son garni84 de la rue Lepic et, pendant une semaine, il « se livre sur elle aux plus épouvantables violences, la mordant, la bâillonnant avec ses cheveux, lui arrachant les dents et les poils », et la menace de la défenestrer. La liste des victimes n’est toujours pas close. En avril 1893, il attire chez lui une autre bonne, la frappe violemment et ajoute aux coups l’humiliation. En effet, il la force pendant deux heures « à lui rapporter sa chaussure, comme un chien ». Une « dernière scène de sadisme », sorte de sinistre engrenage, se déroule le 10 juin 1893. Elle prend place dans une nouvelle montée de la violence qui dépasse les seuils atteints jusqu’à présent. Elle a été martyrisée pendant plus d’une heure avant de recevoir deux projectiles tirés d’une arme à feu qui ont « contourné le front » sans pénétrer dans le crâne. La malheureuse, défenestrée, a survécu et a témoigné. Le procès est l’occasion d’interrogations sans réponse, dont la principale consiste à se demander si le crime de haine contre les femmes ne prend pas la forme du crime sadique. S’approprier le corps de l’autre, faire souffrir sa victime donne au criminel sadique une satisfaction incomparable. Il faut que sa victime puisse avoir conscience de sa vulnérabilité et de la possibilité où elle se trouve de mourir.

  • 85 Karen Stout, « Intimade feminicide : An ecological analysis », Journal of Sociology and Social Welf (...)

33Après la Grande Guerre le mystère reste entier. Pourquoi des hommes s’emparent-ils de la vie de femmes qu’ils ne connaissent pas ? Que signifie l’expérience du crime haineux ? Quel désastre représente-t-il ? Certes la psychiatrie donne des éléments centrés sur la personnalité individuelle mais rien n’est dit sur la manière de penser en termes historiques l’apparition et la médiatisation de semblables crimes qui à la fin des années vingt désertent les colonnes des journaux comme si un cycle prenait fin. Les auteurs sont des figures démoniaques que chacun s’empresse de renvoyer dans le néant en les oubliant. Et pourtant ces crimes contre les femmes sont bien des « féminicides » – le mot ne sera véritablement employé que dans le dernier tiers du XXe siècle85. Des femmes sont tuées non pas pour ce qu’elles sont mais pour ce qu’elles représentent. Des hommes en disposent à leur guise dans une relation de domination totale. Manifestations extrêmes et avancées, elles incarnent l’absence de rationalité si ce n’est la volonté de détruire l’autre et les moyens déployés pour parvenir à cet objectif. De la sorte, il existe bien pour les contemporains tout un territoire obscur des conduites humaines qu’il importe d’identifier, non pour l’explorer mais pour ne pas s’y aventurer.

*

  • 86 Voir par exemple, Michelle Perrot, Mon histoire des femmes, Paris, Éditions du Seuil, 2006, 251 p.
  • 87 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1885, Paris, E. Dentu, 1886, p. 135 et suivante (...)
  • 88 Expression empruntée à Roger Dorey, « L’amour au travers de la haine », Nouvelle Revue de psychanal (...)

34La haine des femmes peut aller du pamphlet jusqu’au crime en série. Elle est en effet une pensée de mort et une tendance à la destruction qui n’adopte pas nécessairement les solutions les plus extrêmes. Elle prend aussi, surtout à la Belle Époque, et lors des Années folles, la forme d’une lutte antiféministe, acerbe, intransigeante et revancharde comme s’il s’agissait de gommer les conquêtes timides du siècle et de faire oublier les discours contestant la domination masculine86. Ces attitudes dessinent plusieurs strates du monde des hommes. Une majorité d’entre eux est arc-boutée sur des privilèges et des représentations ; d’autres vivent la montée en puissance professionnelle des femmes comme une sourde menace, annonciatrice de bouleversements plus radicaux encore, susceptibles de faire trembler les citadelles masculines, voire de provoquer leur effondrement. La haine renseigne en partie sur les haineux qui semblent vivre dans un monde immobile. Il importe que tout reste à sa place à l’instar du maniaque qui ne supporte pas qu’un objet soit déplacé ou qu’un rituel soit modifié. Les réactions des hommes traversent les appartenances sociales et les sensibilités politiques. Toutefois, des propos particulièrement haineux touchent des militantes comme Louise Michel87 et des femmes s’émancipant par le travail. Il reste que les figures de femmes exécrées sont construites sur une négation. Elles sont perçues comme n’étant pas à la hauteur de leur rôle, à l’instar des mauvaises mères, ou au contraire, comme trop envahissantes, trop dangereuses et dans une certaine mesure trop transgressives – ce sont les rivales ou les concurrentes – ou enfin comme des objets qu’il convient de détruire. Ici nul doute que la haine a une « fonction discriminante ». Il s’agit bien de rejeter au-delà de la société civile ou de l’existence humaine des femmes fort différentes. L’ostracisme peut engendrer le monstrueux. Ces quatre catégories sont en quelque sorte des femmes « en trop » qu’il convient de faire disparaître, par un renforcement des normes et un châtiment exemplaire, par de multiples embûches pour les décourager tout en faisant appel à un modèle imaginaire de femme, soit encore en les dépossédant de leur vie. Mères déviantes, femmes émancipées, femmes revendicatrices et victimes sont dénigrées et presque « excommuniées ». La haine des femmes s’exprime ici en termes d’agressivité pouvant aller jusqu’à la « destructivité sourde88 ». Elle relève enfin, bien sûr, de l’histoire du genre. Elle est indispensable pour comprendre certaines relations entre les hommes et les femmes, saisir les formes du machisme et celles de la virilité exacerbée. Comme en politique, la haine des femmes construit deux groupes, celui des amis et celui des ennemies. Elle peut se porter sur toutes les femmes ou bien choisir une cible plus précise. Dans les deux cas il y a bien une sorte d’altérité radicale. Les femmes haïes sont comme des étrangères, elles apparaissent incompréhensibles, inassimilables et dangereuses. Face à elles, les hommes, dans tous les milieux sociaux, ont bien établi des « mécanismes de défense » qui n’ont rien d’un sentiment irrationnel. Menacés, il s’agit pour eux de se défendre sans cesse. Tantôt les haines s’expriment sans retenue ; tantôt, en revanche, elles se manifestent avec un certain embarras. Et plus la société se transforme, s’ouvre et plus les crispations et la haine s’exacerbent. Les plaisanteries de corps de garde derrière lesquelles se cachent les haines inquiètes et les attitudes hostiles épousent les grandes évolutions économiques et sociales, mais les haines sont aussi renouvelées, reproduites d’une génération à l’autre, par un incessant travail de transmission qui appartient à l’histoire.

  • 89 Pierre Bourdieu, « Sur le pouvoir symbolique », Annales ESC, no 3, mai-juin 1977, p. 405-411.
  • 90 En matière de suffrage, il en est autrement car il s’agit de refuser totalement la citoyenneté aux (...)
  • 91 Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir (1982) », Dits et écrit, t. IV, Paris, Gallimard, 1994, p (...)

35De la même manière que la violence symbolique est à prendre en compte, la haine symbolique serait aussi à préciser89. Les images de dévalorisation et de dénigrement circulent en abondance. Forcément moins brutales et visibles que les haines qui font usage de la force musculaire, elles ont des effets redoutables puisqu’elles semblent presque aller de soi sans être l’objet d’une réprobation unanime. L’égalité dans le couple n’est pas à l’ordre du jour, même si une autre répartition des rôles peut être d’actualité, mais il s’agit alors d’un arrangement conjugal et non d’une disposition sociétale. Les images en circulation de la mauvaise mère confortent les représentations de la bonne mère et du modèle de la famille patriarcale idéale. L’accès des femmes à certaines professions n’a pas seulement des répercussions sur l’emploi et la vie économique mais aussi sur les discours légitimant la place des hommes90. La haine exprimée vient aussi de relations de pouvoir contrariées. Michel Foucault nous avait appris que ces dernières ne sont pas figées et qu’elles sont nécessairement instables, laissant ouverte la gamme des attitudes et des émotions91.

Notes

1 Voir en particulier les séries U et M des archives départementales qui en regorgent.

2 Luc Boltanski, L’Amour et la Justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métaillé, 1990, p. 15-27 et 78-95.

3 Séverine, Gil Blas, 12 juillet 1892.

4 Voir Joris-Karl Huysmans, Marthe, Paris, UGE, 1975 [1876], p. 140.

5 Édith Thomas, Les femmes de 1848, Paris, PUF, coll. « Centenaire de la Révolution de 1848 », 1948, 78 p.

6 Voir l’ouvrage collectif dirigé par Christine Bard, Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard, 1999, 481 p.

7 Le Grand Dictionnaire universel ne dit pratiquement rien à l’article misogynie. Quant à celui consacré aux misogynes, il fait référence aux Athéniens présentés comme les inventeurs du mot, t. 11, 1874, p. 335.

8 Myriam Tsikounas (dir.), Éternelles coupables, Paris, Autrement, 2008, p. 64-89.

9 Baronne Staffe, Usages du monde. Règle du savoir-vivre dans la société moderne, Paris, Tallandier, coll. « Texto », 2007 [1891], p. 317.

10 Voir Robert Tombs, « Les communeuses », Sociétés & représentations, juin 1998, no 6, p. 47-65. Voir aussi Quentin Deluermoz, « Des communardes sur les barricades », Coline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012, p. 106-119.

11 Cité par Jacques Rougerie, Procès des communards, Paris, Gallimard, coll. « Archives », 1978, p. 117.

12 Ann-Louise Shapiro, Breaking the codes. Female Criminality in Fin-de-Siècle Paris, Stanford, Stanford University Press, 1996, 265 p.

13 Toutefois une loi de 1912 autorise, de manière très encadrée, la recherche en paternité.

14 Isabelle Le Boulanger, L’Abandon d’enfants. L’exemple des Côtes-du-Nord au XIXe siècle, Rennes, PUR, 2011, 368 p. Voir aussi Ivan Jablonka, Ni père, ni mère. Histoire des enfants de l’Assistance publique (1874-1939), Paris, Éditions du Seuil, 2010, 368 p. et Catherine Rollet, « Les enfants abandonnés : d’une histoire institutionnelle aux trajectoires individuelles », Annales de démographie historique, t. 114, no 2, 2007, p. 7-12.

15 Géo London, Les grands procès de l’année 1928, Paris, Éditions de France, 1929, p. 238-239.

16 Athénaïs Michelet, Mémoires d’une enfant, Paris, Mercure de France, coll. « Le Temps retrouvé », 2004 [1866], p. 37.

17 Madeleine Plault, Journal d’une petite fille heureuse. 1930-1939, Paris, Éditions du Panthéon, 2003, p. 42.

18 Archives départementales des Yvelines, U, cour d’assises, dossiers de procédures, 1856, 2e session.

19 Annick Tillier, Des criminelles au village. Femmes infanticides en Bretagne (1825-1865), Rennes, PUR, 2001, 447 p.

20 Gazette des tribunaux, 24 août 1895.

21 Le périodique consacre d’ailleurs un numéro spécial aux Filles-Mères, confié à Couturier, 11 décembre 1902.

22 Gaston Couté, « Les p’tits chats », La chanson d’un gâs qu’a mal tourné, vol. 3, Saint-Denis, Le vent du ch’min, 1977, p. 20.

23 Jean-Louis Forain, Les Maîtres humoristes, no 10, Paris, Société d’édition et de publication, 1905.

24 Archives départementales de la Vienne, 2 U 1672, 1867.

25 André Rauch et Myriam Tsikounas (dir.), L’historien, le juge et l’assassin, Paris, Publications de la Sorbonne, Paris, 2012, 285 p.

26 Gazette des tribunaux, 4 juin 1905.

27 André Gide, Souvenirs de la cour d’assises, Paris, Gallimard, 1924, p. 65.

28 Gazette des tribunaux, 10 mars 1887.

29 Scipio Sighele, La foule criminelle. Essai de psychologie collective, Paris, F. Alcan, 1901 [1892], p. 98.

30 Le Matin, 21 avril 1898, Le Petit Journal, 23 août 1898.

31 Françoise Thébaud, « Le mouvement nataliste dans la France de l’entre-deux-guerres : l’Alliance nationale pour l’accroissement de la population française », Revue d’histoire moderne et contemporaine, juillet-septembre 1985, p. 267-301.

32 Géo London, Les grands procès de l’année 1928, op. cit., p. 284.

33 Géo London, Les grands procès de l’année 1933, Paris, Éditions de France, 1934, p. 148.

34 Idem, p. 154.

35 Henri Joly, Le crime : étude sociale, Paris, Librairie Léopold Cerf, 1888, p. 250-277.

36 Anne-Claude Ambroise-Rendu, Enfants violés. Une histoire des sensibilités. XIXe-XXe siècle, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, 2010, 700 p.

37 Jules Michelet, Le Peuple, Paris, Hachette, 1846, p. 107.

38 Séverine, « Les Affranchies », Gil Blas, 12 juillet 1892.

39 Idem.

40 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1890, Paris, E. Dentu, 1891, p. 31.

41 Géo London, La justice en rose, Paris, Éditions de France, 1935, p. 133.

42 Timon, « La cour d’assises », Léon Curmer (éd.), Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du XIXe siècle, Paris, Omnibus, 2003, p. 117-188.

43 Géo London, Les grands procès de l’année 1927, Paris, Éditions de France, 1928, p. 249.

44 Géo London, Les grands procès de l’année 1930, Paris, Éditions de France, 1931, p. 100-191.

45 Idem, p. 192.

46 Voir par exemple, Marie-José Grihom et Michel Grollier (dir.), Femmes victimes de violences conjugales. Une approche clinique, Rennes, PUR, coll. « Clinique psychanalytique et psychopathologie », 2012, 173 p.

47 Voir par exemple, pour la période très contemporaine, Dominique Fougeyrollas-Schwebel (« Représentations de la violence. Mesurer les violences envers les femmes ») et Annie Léchenet et Maïtena Chalmette (« Éléments pour conceptualiser les violences conjugales faites aux femmes », Frédéric Chauvaud et alii [dir.], La dynamique de la violence. Approches pluridisciplinaires, Rennes, PUR, 2010, coll. « Essais », p. 37-43 et p. 45-55).

48 Roman anonyme, vers 1890, p. 84.

49 Géo London, Les grands procès de l’année 1930, Paris, Éditions de France, 1931, p. 44-46.

50 Voir en particulier, Anne Boigeol, « L’exercice de la justice au prisme du genre : un non-objet ? », Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard, Pauline Schmitt-Pantel et Myriam Tsikounas (dir.), Figures de femmes criminelles, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 2010, p. 330-342 et « Les femmes et les cours. La difficile mise en œuvre de l’égalité des sexes dans l’accès à la magistrature », Genèses, no 22, 1996, p. 107-129. Voir aussi Anne-Laure Catinat, « La féminisation du barreau de Paris, de 1900 à 1939 », Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot et Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice pénale, PUR, coll. « Histoire », 2002, p. 353-362.

51 Benoît Yvert (dir.), Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France (1815-2007), Paris, Perrin, 2007, 917 p. ; René Viviani, Henri Robert et Albert Meuré, Cinquante ans de féminisme, Paris, Éditions de la ligue française pour le droit des femmes, 1921, 152 p.

52 Le Petit Journal du 23 décembre 1900 consacre une page illustrée à la prestation de serment du 6 décembre.

53 Maria Vérone, La femme et la loi, Paris, Librairie Larousse, 1920, et Raymond HESS et Lionel Nastorg, Leur manière : plaidoirie à la façon de… Maria Vérone, Paris, Grasset, 1925, 212 p.

54 Henry Bénazet, Dix ans chez les avocats, Paris, Éditions Montaigne, 1929, p. 266.

55 Pierre Loewel, Tableau du Palais, Paris, Gallimard, coll. « Les Documents bleus », 1929, p. 67.

56 Henry Bénazet, Dix ans chez les avocats, Paris, Éditions Montaigne, 1929, p. 262.

57 Idem, p. 263.

58 Géo London, Le Palais des mille et un ennuis, Paris, Raoul Solar, 1949, p. 64-65.

59 Maurice Godelier, Métamorphose de la parenté, Paris, Fayard, 2004, p. 352.

60 René Benjamin, La Cour d’assises, Paris, Arthème Fayard, coll. « Le Livre de demain », 1931, p. 54.

61 Propos rapportés par un autre bâtonnier, Albert Brunois, Nous les avocats, Paris, Plon, 1958, p. 164. La fibre antiféministe se poursuit au-delà de la Seconde Guerre mondiale. Stephen Hecquet, avocat, se demande : Faut-il réduire les femmes en esclavage ?, Paris, La Table ronde, 1955, affirmant que « la justice exige l’unité de sexe ».

62 Sur la manière dont la statistique judiciaire enregistre la haine, voir les pages « Instrumentaliser » dans le présent ouvrage.

63 Armand Pravaile, L’égorgement de la Duchesse de Praslin, Paris, Éditions de France, coll. « Secrets d’Autrefois », 1934, 241 p. et Anne Martin-Fugier, Une nymphomane vertueuse. L’assassinat de la duchesse de Praslin, Paris, Fayard, 2009, 176 p.

64 Affreux assassinat commis sur la personne de Madame la duchesse de Choiseul-Praslin…, Paris, Impr. Chassaignon, 1847, p. II-VIII.

65 La notion de féminicide désigne le meurtre d’une femme parce qu’elle en est une n’apparaît qu’à la fin du XXe siècle et fait son entrée dans le Code pénal de plusieurs pays au début du XXIe siècle.

66 Affaire Dumollard, l’assassin des servantes. Assassinats et viols sur des filles domestiques attirées dans les bois, Lyon, Impr. Porte et Boisson et tous les libraires, 1862, 84 p.

67 Antoine-François Claude, Mémoires de Monsieur Claude, Paris, Jules Rouff éditeur, 1881-1885, p. 1546. On le sait, le chef de la Sûreté n’était pas le véritable auteur de ses mémoires mais leur inspirateur ; Pierre Bouchardon, Dumollard, le tueur de bonnes, Paris, Albin Michel, 1936, 254 p.

68 Complainte sur Dumollard de Dagneux, département de l’Ain, l’assassin des servantes, condamné par les assises à la peine de mort, Clermont, impr. de p. Veysset, 1862, p. 1.

69 Pierre Bouchardon, Dumollard, op. cit., p. 175.

70 Idem, p. 127-130.

71 La plus longue, la plus vraie et la plus bête des complaintes sur Dumollard, Lyon, Impr. de Porte et Boisson, 1862 et Th. R…, Nouvelle complainte sur la vie de Dumollard, ses crimes, sa condamnation, son supplice, Paris, Impr. de G.-A. Pinard, 1862.

72 Gazette des tribunaux, 31 janvier 1862.

73 Gazette des tribunaux, 2 février 1862.

74 Grande complainte sur l’assassin Philippe, quatre assassinats, vols et tentatives d’assassinat, Paris, p. Tralin, 1866, p. II.

75 Maxime Du Camp, Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie jusqu’en 1870, Monaco, G. Rondeau [1869-1875], 1993, p. 292.

76 Antoine-François Claude, op. cit., p. 621.

77 Idem, p. 620.

78 Idem, p. 941.

79 Frédéric Chauvaud, « Le triple assassinat de la rue Montaigne : le sacre du fait divers », Le fait divers en province, ABPO, t. 116, no 1, 2009, p. 13-28.

80 Sur l’affaire Vidal, voir Philippe Artières et Dominique Kalifa, Vidal, le tueur de femmes, Paris, Perrin, 2001, 271 p

81 En 1891, une campagne publicitaire, affiches et encarts dans les journaux, met l’accent sur les principales attractions du Musée : « La rue du Caire ; Les Javanais ; Buffalo Bill ; Assassinat de Gouffé ; Orchestre hongrois »

82 Pierre Bouchardon, Vacher l’éventreur, Paris, Albin Michel, 1939, 253 p.

83 Selon la division classique de l’infraction pénale, contre les biens, les personnes et la chose publique. Voir en particulier, Pierre Lascoumes, Pierrette Poncela et Pierre Lenoël, Les grandes phases d’incrimination. Les mouvements de la législation pénale, GAPP-CNRS-PARIS X/Ministère de la Justice, 1992, 218 p.

84 Voir notamment Alain Faure et Claire Lévy-Vroelant, Une chambre en ville. Hôtels meublés et garnis à Paris, 1860-1990, Paris, Créaphis, 2007, 640 p.

85 Karen Stout, « Intimade feminicide : An ecological analysis », Journal of Sociology and Social Welfare, vol. 19, no 3, 1992, p. 29-50.

86 Voir par exemple, Michelle Perrot, Mon histoire des femmes, Paris, Éditions du Seuil, 2006, 251 p.

87 Albert Bataille, Causes criminelles et mondaines de 1885, Paris, E. Dentu, 1886, p. 135 et suivantes.

88 Expression empruntée à Roger Dorey, « L’amour au travers de la haine », Nouvelle Revue de psychanalyse, 1986, no 33, p. 83.

89 Pierre Bourdieu, « Sur le pouvoir symbolique », Annales ESC, no 3, mai-juin 1977, p. 405-411.

90 En matière de suffrage, il en est autrement car il s’agit de refuser totalement la citoyenneté aux femmes. De nombreux hommes, à l’instar de la majorité des sénateurs, veulent diriger la conduite d’épouses, d’employées ou de membres de professions libérales et les maintenir dans un certain état, voir le chapitre premier du présent ouvrage.

91 Michel Foucault, « Le sujet et le pouvoir (1982) », Dits et écrit, t. IV, Paris, Gallimard, 1994, p. 222-243.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access