Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la haine

 | 
Frédéric Chauvaud

Deuxième partie. Rejeter

Introduction

Texte intégral

  • 1 Herbert Lespinasse, Les bohémiens du Pays Basque, Pau, impr. et lithographie de E. Vignancour, 1863 (...)

1Rejeter l’autre, c’est d’abord construire des figures haïssables. Ni effigie, R ni portrait, une figure est une construction imaginée d’une réalité sociale. La figure n’est jamais isolée. Il faut qu’elle représente, au-delà de l’individu, un groupe singulier, une catégorie ou une communauté précise. Un avocat général prenant la parole lors de l’audience solennelle de rentrée de la cour d’appel de Pau, en 1863, a une phrase aux allures de formule, il évoque « l’identité du type qui leur est propre1 ». Chaque société s’est inventé des figures détestables qui se définissent par des traits communs – allure, origine supposée, conduite unanimement réprouvée, traits répulsifs, vêtements, coiffure – et par l’usage d’un vocabulaire discriminant donnant à chacune d’elles des caractéristiques propres : « hideux aspect », « débris », « farouche », « sournois », « horrible », « impunité », « nature avide », « désinvolture hypocrite et caressante », « félin », « cupidité », « bégayant et hébété », « maudite », « allures équivoques », « aspect inquiet et mystérieux », « l’air hagard », « famille indigne », « infâme »… Nombre d’auteurs ont, des années 1830 aux années 1930, tenté de prendre de la hauteur, de généraliser et de proposer toutes sortes de théories sociales, sexuelles ou raciales visant à séparer et à exclure. L’indigence de la démonstration s’accompagnant souvent d’une virulence parfois extraordinaire, masquant ainsi la vacuité des arguments.

  • 2 Beck T. Aaron, Prisonniers de la haine : les racines de la violence, Paris, Masson, 2002, p. 14.
  • 3 La notion de « cible » a été l’objet de travaux de spécialistes du crime.
  • 4 Voir par exemple Emmanuel Régis, Précis de Psychiatrie, Paris, O. Doin, coll. « Testut », 1909, p.  (...)
  • 5 Voir en particulier le livre pionnier de Georges L. Mosse, L’image de l’homme : l’invention de la v (...)
  • 6 Voir sur les jeunesses villageoises Jean-Claude Farcy, La jeunesse rurale dans la France du XIXe si (...)
  • 7 H. Labourasse, Ancien us… du département de la Meuse, Bar-le-Duc, impr. Contant-Laguerre, 1903, p.  (...)
  • 8 Voir en particulier Alain Corbin, Le village des cannibales, Paris, Aubier, 1990, 204 p.
  • 9 L’Écho de Paris, 15 juin 1921, cité par Édouard Lynch, « Faits divers et violences rurales au lende (...)

2Pour autant, tout se passe comme si la haine, à moins de se retourner contre soi2, avait besoin de ces « mauvais sujets », c’est-à-dire de ces « mauvaises figures » que l’on aperçoit dans le monde élégant ou dans les bas-fonds. Il lui faut en effet des « cibles3 », c’est-à-dire des figures contre lesquelles l’individu ou le groupe haineux pourra libérer toute son énergie. Ceux qui n’y parviennent pas se condamnent eux-mêmes à l’instar des « remueurs d’idées » ou des « ruminants ». Sans cesse, ces derniers passent en revue les mêmes pensées, les font défiler comme pour la parade dans un flot incessant, ou s’arrêtent longuement sur l’une d’elles, croient que le monde entier leur en veut, mais, ne sachant pas contre qui diriger leur animosité, ils finissent par s’effondrer, tel est du moins l’avis, des années 1880 à la fin des années 1920, de médecins aliénistes et d’experts psychiatres4. Dans une perspective similaire, mais avec un décrochement chronologique, des enquêteurs sociaux qui observent la société française, à la manière des ethnographes, notent également que dans les campagnes les bagarres et les rixes entre jeunes sont nombreuses, au moins jusqu’en 1870. Quelques-unes sont ritualisées et sont une façon de prouver sa virilité5, d’autres glissent de l’affrontement à l’hostilité totale. En effet, il n’est pas rare qu’un groupe juvénile d’un village affronte avec brutalité la jeunesse d’un autre village, lui donnant dans la Bretagne, le Hurepoix, le Quercy, le Queyras ou la Thiérache un surnom collectif afin de mieux le haïr6. Dans le département de la Meuse, comme ailleurs, ce sont des figures collectives qui structurent les imaginaires sociaux et les animosités. Ainsi à Hannovelle, on ne trouve que « Pute velle/Putes gens, Pute nation d’afans7 ». Dans les communes rurales où aucun affrontement n’est possible pour des raisons diverses, il faut haïr plus fortement les représentants de l’État, les gardes forestiers, les gendarmes ou les percepteurs. Lors de mouvements divers des cris se font entendre, des menaces sont proférées à l’encontre des forces du maintien de l’ordre, mais aussi des édiles : « Il faut le tuer, il faut le pendre, il faut le brûler », entend-on ici ou là8. En 1921, le drame de Vandélicourt, village de la région de Compiègne, survenu en 1914 et redécouvert après-guerre, occupe une place importante dans la presse. L’Action française, Le Petit Journal, Le Petit parisien et bien d’autres en rendent compte. Un jeune homme, au physique impressionnant, employé par le maire avait menacé ce dernier. Lorsqu’un incendie éclate, il est suspecté d’en être l’auteur. Figure immédiatement haïssable, il subit un sort cruel. Après l’avoir lynché, rapporte un journaliste de L’Écho de Paris, « on le crucifia sur une herse. Mais Caron était trop grand. Ses bras dépassaient. Pour pouvoir mieux l’enclouer, on lui coupa les avant-bras ! Et quand il ne fit qu’un avec la herse sanglante, on poussa le tout dans le brasier9 ».

3Dans la Beauce, au tout début des années trente, à l’occasion de la chute du cours du blé amorcé l’année précédente, de nombreux maires démissionnent. À Chartres, le préfet qui refuse de faire une déclaration, voit les portes de son bureau forcées par des fermiers, des valets de ferme et des journaliers. Pour autant ce n’est plus un représentant abstrait et lointain du pouvoir central : « Monsieur Jouve était blanc comme un linge. Il hochait la tête et il répondait “oui”. » Ephraïm Grenadou restitue la scène :

  • 10 Jean-Claude Farcy, « Société rurale et violence dans un département réputé calme : l’Eure-et-Loir ((...)

« Il fallait que ceux qui avaient commencé ce mouvement-là parlent au préfet. Ils sont passés par-dessus la tête des bonhommes et des bonnes femmes et ils ont atterri devant le bureau :
— “Monsieur le Préfet, vous êtes prisonnier.”
— “ Oui, oui.”
— “Vous allez téléphoner au ministère de l’Intérieur que vous êtes prisonnier des cultivateurs et que vous êtes un con10.” »

  • 11 Paris-Soir, 7 mars 1933.

4Au-delà des personnalités de ses serviteurs de l’État, c’est bien le représentant des pouvoirs publics qui est visé. Contre lui un mélange de rancœur et de colère puis de haine, même si elle ne prend pas la forme d’un « moutonnement de fumée visqueuse et noire »11.

  • 12 Le Mémorial des Deux-Sèvres, 28 septembre 1922.

5Les figures haïssables varient selon les contextes, les individus et les groupes sociaux et professionnels. Elles sont rarement strictement personnelles à l’instar d’un voisin : « Il ne mourra que de mes mains », confie ainsi un fermier en 1922. Elle n’existe ici que pour une poignée d’habitants, même si une villageoise déclare : « Il était détesté de tout le monde12. » Les figures exécrées sont communes à un grand nombre de personnes. Quelques-unes, sans être identiques, connaissent des évolutions notoires ; d’autres, en revanche, semblent figées dans un présent presque immuable.

  • 13 René Girard, Le Bouc émissaire, Paris, Grasset, 1982, 298 p. Voir aussi Frédéric Chauvaud, Jean-Cla (...)
  • 14 Dans la société française, le juif constitue une des figures majeures de la haine, mais surtout à p (...)
  • 15 Anne Steiner, « Le goût de l’émeute », Manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue (...)
  • 16 Dans le seul domaine de la politique teintée de haine, Jean-Clément Martin soulignait que « s’il es (...)
  • 17 Véronique Nahoum-Grappe, Du rêve de vengeance à la haine politique, Paris, Buchet-Chastel, coll. «  (...)
  • 18 Voir l’analyse fine de Marc-Henry Soulet, « L’angle mort de la logique de la découverte chez Howard (...)
  • 19 Voir Stanley Cohen, Folk devils and moral panics : the creation and the mods and rockers, Oxford, B (...)
  • 20 Frédéric Chauvaud, Jean-Claude Gardes, Christian Moncelet et Solange Vernois (dir.), op. cit., 337 (...)

6Entre le profiteur de guerre, le ravisseur d’enfants, le traître, la femme moderne, l’anarchiste, l’ouvrier italien, le confrère, le voisin, le « lovelace » de village qui abandonne ses conquêtes engrossées, le patron qui présure les miséreux, les prêtres, le fourbe, l’escroc13, le jeune, le juif14 ou le récidiviste, le « flic », la « mouche » ou « l’indic15 » et combien d’autres, elles semblent innombrables, mais ne produisent pas toutes les mêmes effets16. Ni individus pittoresques, ni personnages folklorisés, ni héros négatifs, elles ont, sur la toile de l’imaginaire social, une place imprécise. Mais ces figures haïssables ont comme point commun de constituer, pour les individus ou les groupes, un obstacle à la réalisation de leurs projets, d’être « en trop » ou encore d’incarner ce que l’on déteste le plus, au point de vouloir leur disparition ou leur anéantissement. En elles, s’incarne le « désir de vengeance17 ». S’intéresser d’abord aux figures rejetées, ce n’est pas d’abord rechercher un angle mort18, mais c’est s’attacher au plus visible afin de jeter un peu de clarté sur « l’obscurité du monde ». Car construire des figures haïssables et rejeter l’autre, c’est parfois adhérer au consensus social ; d’autres fois, c’est y contribuer en favorisant des « paniques morales19 » qui se cristallisent autour d’un bouc émissaire20.

  • 21 Cornelius Castoriadis, « Les racines psychiques et sociales de la haine », Figures du pensable, Par (...)
  • 22 Jean Clairsange, Sous la haine implacable, Paris, Fayard, coll. « Le Livre populaire », 1927, p. 19 (...)

7Nul doute que l’une des principales sources de la haine de la psyché humaine vient de la tendance à rejeter et à haïr « ce qui n’est pas elle-même21 ». Aussi importe-t-il, dans une perspective d’histoire anthropologique, de retrouver des figures qui sont des « catégories de l’entendement ». La première d’entre elle concerne la moitié d’une société, celle que constituent les femmes, très largement dominées, méprisées et souvent haïes. Malheureusement nulle statistique ne permet de donner un ordre de grandeur ni de préciser quelles sont les catégories masculines les plus hostiles aux femmes. La seconde catégorie est celle de la mobilité. Pour que le ressentiment diffus puisse trouver une sorte d’exutoire, il faut que les hommes et les femmes du passé puissent rejeter des figures collectives, à l’instar des « malheureux errants » ou des bohémiens que l’on a jamais vus mais qui « inspirent la répulsion ». La haine est « une maladie », dit un personnage de roman populaire22. Il ne faut pas la laisser s’emparer de vous, sinon elle vous transformera. Elle donnera au monde extérieur une sorte d’opacité triste et inquiète, formant un brouillard permanent, d’où des silhouettes menaçantes émergent de temps à autre.

Notes

1 Herbert Lespinasse, Les bohémiens du Pays Basque, Pau, impr. et lithographie de E. Vignancour, 1863, p. 14.

2 Beck T. Aaron, Prisonniers de la haine : les racines de la violence, Paris, Masson, 2002, p. 14.

3 La notion de « cible » a été l’objet de travaux de spécialistes du crime.

4 Voir par exemple Emmanuel Régis, Précis de Psychiatrie, Paris, O. Doin, coll. « Testut », 1909, p. 21-185.

5 Voir en particulier le livre pionnier de Georges L. Mosse, L’image de l’homme : l’invention de la virilité moderne, Paris, éditions Abbeville, 1997.

6 Voir sur les jeunesses villageoises Jean-Claude Farcy, La jeunesse rurale dans la France du XIXe siècle, Paris, Éditions Christian, coll. « Vivre l’histoire », 2004, 220 p.

7 H. Labourasse, Ancien us… du département de la Meuse, Bar-le-Duc, impr. Contant-Laguerre, 1903, p. 22.

8 Voir en particulier Alain Corbin, Le village des cannibales, Paris, Aubier, 1990, 204 p.

9 L’Écho de Paris, 15 juin 1921, cité par Édouard Lynch, « Faits divers et violences rurales au lendemain de la Première Guerre mondiale : les ambivalences de la représentation paysanne », ARF/Frédéric Chauvaud et Jean-Luc Mayaud (dir.), Les violences rurales au quotidien, Paris, La Boutique de l’histoire, 2005, p. 236-242.

10 Jean-Claude Farcy, « Société rurale et violence dans un département réputé calme : l’Eure-et-Loir (XIXe-XXe siècle) », Sociétés & Représentations, p. 77-95. Ephraïm Grenadou et Alain Prévost, Grenadou, paysan français, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Histoire », p. 178.

11 Paris-Soir, 7 mars 1933.

12 Le Mémorial des Deux-Sèvres, 28 septembre 1922.

13 René Girard, Le Bouc émissaire, Paris, Grasset, 1982, 298 p. Voir aussi Frédéric Chauvaud, Jean-Claude Gardes, Christian Moncelet et Solange Vernois (dir.), Boucs émissaires, têtes de turcs et souffre-douleur, Rennes, PUR, coll. « Essais », 2012.

14 Dans la société française, le juif constitue une des figures majeures de la haine, mais surtout à partir des années 1880 où l’antisémitisme prend une dimension politique. Voir le dernier chapitre « De la haine sainte à la haine nécessaire ».

15 Anne Steiner, « Le goût de l’émeute », Manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue à la « Belle Époque », Montreuil, L’Échappée, coll. « Dans le feu de l’action », 2012, 208 p.

16 Dans le seul domaine de la politique teintée de haine, Jean-Clément Martin soulignait que « s’il est facile de prendre ses distances avec ces haines du juif, du capitaliste ou du communiste, il est manifestement moins aisé d’en faire autant avec le contre-révolutionnaire… », Marc Deleplace (éd.), Les discours de la haine. Récits et figures de la passion dans la Cité, Villeneuve-d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2009, p. 346.

17 Véronique Nahoum-Grappe, Du rêve de vengeance à la haine politique, Paris, Buchet-Chastel, coll. « Au fait », 2003, p. 14.

18 Voir l’analyse fine de Marc-Henry Soulet, « L’angle mort de la logique de la découverte chez Howard S. Becker », Daniel Mercure (dir.), L’analyse du social. Les modes d’explication, Québec, Presses de l’université Laval, 2005, p. 75-99.

19 Voir Stanley Cohen, Folk devils and moral panics : the creation and the mods and rockers, Oxford, Basil Blackwell, 1990 [1972], 235 p.

20 Frédéric Chauvaud, Jean-Claude Gardes, Christian Moncelet et Solange Vernois (dir.), op. cit., 337 p.

21 Cornelius Castoriadis, « Les racines psychiques et sociales de la haine », Figures du pensable, Paris, Éditions du Seuil, 1999, p. 222.

22 Jean Clairsange, Sous la haine implacable, Paris, Fayard, coll. « Le Livre populaire », 1927, p. 196.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access