Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire de la haine

 | 
Frédéric Chauvaud

Première partie. Décrypter

Introduction

Texte intégral

  • 1 Mireille Havet, Journal. 1918-1919, Paris, Éditions Claire Paulhan, 2003, p. 76.

1Les « personnes haineuses » ne passent pas nécessairement à l’acte. La haine ne se manifeste donc pas forcément par des éclats ou des mouvements destructeurs que l’on pourrait enregistrer et comptabiliser. Souvent décrite comme souterraine, « louvoyante », voir comme une « cascade enfouie » ou comme un « feu sourd », le chercheur doit accepter de n’en saisir qu’une infime partie. La haine, parfois « brûlante » parfois « glaciale » ne peut guère, à l’échelle individuelle, s’exprimer sur la place publique. Il faut alors la retenir, quitte à la vomir : « Tristesse ! Tristesse, je ne puis rien supporter, j’ai en moi la haine de l’homme, l’instinct unique de la défense, de la fuite et de l’injure. Tout en eux me semble grossier et ridicule, j’ai la haine de leur chair, de leur sexe, de leur désir. » Ainsi Mireille Havet, couche-t-elle sur le papier, dans son journal, un cahier rouge, à la date du 24 janvier 1919, ses sentiments tumultueux. Celle qui fut appelée « la petite poyètesse » par Apollinaire, poursuit : « J’ai la haine de l’homme ! Ah ! le crier bien haut ! le hurler dans la rue, le hurler jusqu’à ce que les fragiles et nerveuses cordes de mon cou se rompent, et que j’en meure, puisque je suis, de par mon instinct même, préposé à l’ironie, au blasphème, à ce que l’on croit le vice, et que je scandalise la morale établie de nos sociétés1. » La haine, ici, focalisée sur un objet, apparaît presque nécessaire, comme une forme de survie. Toutefois, elle se laisse rarement attraper de la sorte. Le plus souvent, il n’en reste pas de trace, à peine un indice, voire un souffle. Il faudrait pouvoir entrer dans l’intimité des individus, des couples, des familles ou des groupes plus larges pour la percevoir, en saisir l’intensité et deviner contre qui elle est dirigée. Aussi, il importe d’abord de s’attacher aux haines léguées par la génération qui a fait la Révolution, puis à la manière dont les savants, psychologues et philosophes, et les hommes de lettres l’ont pensée et l’ont présentée.

2Ces travaux tentent de donner forme aux haines individuelles comme aux haines collectives. Ils ne proposent pas de restituer des évolutions sauf à dire que jadis, au début du XIXe siècle, les haines sont dispersées. Les haines publiques notamment s’avéraient particulièrement protéiformes. À partir schématiquement des années 1880 elles se sont en quelque sorte rassemblées, devenant des haines de masse dirigées contre quelques cibles seulement. De la sorte, c’est toute une société qui se met en ordre de marche. Or les modalités de construction de la haine glissent d’une certaine manière d’images et de représentations littéraires dont les plus importantes datent des années 1840 à de rares analyses politiques et à de nouvelles clés de lecture proposées par la psychologie et la psychanalyse entre 1910 et 1930. Pour les uns et pour les autres, il n’est pas véritablement question d’historiciser la haine ni non plus de la naturaliser. Il s’agit d’abord et avant tout de montrer qu’elle n’est pas une simple formule, mais qu’elle existe et qu’il convient d’en comprendre les logiques. Tous les efforts sont déployés pour prouver son existence et faire la démonstration de sa nocivité. La mise en forme de cette émotion ou de cette « passion funeste » devient donc une nécessité. Il faut, pour ces auteurs, éclairer leurs contemporains et les alerter : la haine qui détruit des familles, des groupes plus ou moins vastes, menace l’existence même de la société.

Notes

1 Mireille Havet, Journal. 1918-1919, Paris, Éditions Claire Paulhan, 2003, p. 76.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access