Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étrusques

 | 
Dominique Frère
, 
Laurent Hugot

Deuxième partie. Les fouilles archéologiques et l’étude du matériel

Perdrix, guépards et chimères : quelques réflexions sur les animaux synanthropiques et domestiques en Étrurie

Armando Cherici

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les animaux, sous leurs aspects réels ou sous des formes fantastiques, sont présents en Étrurie dès les premières manifestations artistiques de l’âge du Fer. C’est à partir de l’Orientalisant (fin VIIIe -début VIe s. av. J.-C.) qu’ils commencent à devenir un motif récurent dans la production figurée et continuent dès lors à être représentés fréquemment jusqu’après la conquête romaine. La monotonie et l’apparente simplicité des représentations animalières réalisées par des artisans (et non des artistes), n’ont que très peu attiré l’attention des chercheurs. Ceux-ci les relèguent au rôle secondaire de « remplissage » simplement emprunté au répertoire grec (oubliant ainsi l’importance de l’héritage étrusque orientalisant) et ne leur accordent aucune valeur descriptive et évocatrice.

En parcourant le volumineux corpus de J.-R. Jannot (1984), nous pouvons aisément voir que sous les klinai du banquet ou sous le lit funèbre de la prothésis, apparaissent parfois des oiseaux qu’on peut identi...

Auteur

Chercheur indépendant, Arezzo.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540