Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espagnes romaines

 | 
Patrick Le Roux

Cinquième partie. Mémoires de pierre et de bronze

Chapitre XXXIV. Hapax ou question d’épigraphie locale ? Municipalis à Aquae Flauiae (AE, 1973, 305)*

Pour Manuela Delgado et José João Rigaud de Sousa

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Aucune inscription n’est vraiment exempte de problèmes dans la mesure où une bonne interprétation doit combiner lecture, signification ou sens, valeur des mots utilisés, commentaire de texte et reconstitution minutieuse du contexte pour lequel le monument a été choisi ou pensé. On ne peut donc pas s’étonner qu’un document épigraphique de quatorze lettres qu’on peut croire très lisibles de prime abord, réparties sur trois lignes, suscite des discussions récurrentes. Parmi les causes majeures de cette situation, il faut mettre en avant, à n’en pas douter, le caractère sans parallèle avéré de l’autel et de son texte, le support en granit qui passe, parfois à juste titre, pour le plus ingrat et le plus aléatoire des matériaux, le secteur géographique réputé « singulier », finistérien, refuge de populations mal préparées à recevoir les cadres romains. Il suffit que la surface de la pierre ne soit pas impeccable, que le ciseau du graveur ait débordé intempestivement, qu’un accident ou l’u...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540