Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espagnes romaines

 | 
Patrick Le Roux

Cinquième partie. Mémoires de pierre et de bronze

Chapitre XXXII. Aux frontières de l’épigraphie juridique : l’inscription d’Asadur, Orense (AE, 1973, 317 = 1974, 394)*

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Asadur, sur le territoire municipal de Maceda, à une vingtaine de kilomètres au sud-est d’Orense, appartenait, à l’époque impériale romaine, au conventus de Bracara Augusta1. L’église paroissiale Santa Mariña a livré, outre l’inscription, un relief, vraisemblablement préroman, provenant de l’ancien monastère d’Asadur2. Le texte est gravé dans un bloc de granit local encastré dans l’autel majeur. Il a été christianisé, à une époque difficile à déterminer, comme le signale le mot AELTARE accompagné d’une croix à sa gauche et situé sur le dessus du monument3. Il a été retaillé lors du réemploi, ce qui ne permet pas de définir exactement sa forme originelle. Les dimensions (97/73/46 cm d’épaisseur mesurable) sont celles d’une base ou d’un piédestal, mais l’Asturie-Galice n’en est guère prodigue et on ne peut se référer à un modèle précis4.

C’est le caractère unique du document qui a suscité le scepticisme dont certaines publications se sont fait l’écho5. Ce monument noui generis, marqué ...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540