Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espagnes romaines

 | 
Patrick Le Roux

Quatrième partie. Empreintes romaines

Chapitre XXV. Rome et le droit latin*

À la mémoire d’André Chastagnol.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis une trentaine d’années, les recherches sur le droit latin ont été renouvelées à la suite du livre provocant de C. Saumagne. Les travaux de M. Humbert, les réflexions de F. Millar, les études pionnières de A. Chastagnol, fondées sur l’épigraphie, illustrent particulièrement les développements récents des analyses autour d’une question qui est l’objet d’interprétations divergentes et d’incertitudes1. La découverte, puis la publication en 1986, de la lex Irnitana2 ont contribué fortement à relancer l’intérêt pour des problèmes qui mettent en jeu les relations entre le ius Latii et les communautés locales, colonie, municipe et cité pérégrine3. Le droit, les formes romaines du contrôle des territoires, les statuts des personnes et l’organisation sociale entrent tour à tour en ligne de compte dans un dossier qui dissuade plus que d’autres de tenter une synthèse4. Personnel et abstrait pour les uns, attaché à une cité et territorial pour les autres, le droit latin est, en outre, un ...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540