Version classiqueVersion mobile

En finir avec la guerre froide

 | 
Nicolas Badalassi

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 25 juillet 1975, le Quai d’Orsay suggère à Valéry Giscard d’Estaing de bien préciser à Leonid Brejnev, lors de l’entretien qu’il aura avec lui à Helsinki, que, pour le gouvernement français, « la CSCE n’a jamais été une fin en soi et qu’elle ne prendra tout son sens qu’à la lumière de la mise en œuvre de ses résolutions. C’est dans cet esprit que [la France] a accepté que le processus multilatéral puisse, d’une certaine façon, se poursuivre1 ». Dans cette optique, on considère à Paris que la détente en Europe doit désormais se prolonger de manière bilatérale. La conférence est ainsi perçue comme la parenthèse multilatérale du processus de rapprochement Est-Ouest entamé dix ans auparavant. On souhaite revenir à la méthode gaullienne fondée sur les contacts de pays à pays, comme pour mieux évaluer si les espoirs que la France a placés dans la CSCE depuis plusieurs années n’ont pas été vains.

Cette position est à rapprocher du refus, exprimé précocement par Georges Pompidou, à ce que...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search