Version classiqueVersion mobile

En finir avec la guerre froide

 | 
Nicolas Badalassi

Chapitre III. La France, actrice et spectatrice du processus d’Helsinki

Texte intégral

1Cet article de Raymond Aron, publié dans Le Figaro alors que les trente-cinq chefs d’État et de gouvernement d’Europe et d’Amérique du Nord s’apprêtent à clôturer en grande pompe la CSCE à Helsinki, illustre combien la conférence qui se termine est loin de faire l’unanimité parmi les observateurs éclairés des relations internationales contemporains de l’événement. La presse occidentale, à l’exception des journaux d’obédience communiste, se montre particulièrement dure à l’égard des dirigeants de l’Ouest présents dans la capitale finlandaise au cœur de l’été 1975, les accusant d’abandonner les peuples d’Europe centrale et orientale aux mains du mastodonte soviétique. Ces critiques s’inscrivent dans le débat sur les droits de l’homme qui se développe aux États-Unis puis en Europe occidentale dans les années 1970 et, de fait, confèrent un relief supplémentaire à la conférence et à ses enjeux. Aron est lui-même influencé par le débat américain. En outre, les critiques virulentes qui frappent la CSCE et ses participants sont démultipliées par un contexte international de plus en plus tendu. Il faut dire qu’entre la fin des PMP d’Helsinki, en juin 1973, et la signature de l’Acte final, en juillet-août 1975, un certain nombre de facteurs ont contribué à modifier les paramètres de la détente.

2Si les nouveaux accords soviéto-américains, la guerre du Kippour et le choc pétrolier qui s’ensuit, de même que le durcissement de l’URSS vis-à-vis de ses dissidents constituent les principales causes de ce changement, le renouvellement concomitant des principaux décideurs occidentaux, la Révolution des œillets au Portugal, les derniers soubresauts du régime franquiste en Espagne et l’invasion turque dans la partie septentrionale de Chypre ont également un impact à la fois sur les politiques étrangères des deux Grands et de la plupart des pays d’Europe et sur les opinions publiques.

3La première question est de savoir quel est l’effet de ces bouleversements sur les négociations de la CSCE et sur les positions qu’y défend la France : la conférence se veut-elle imperméable aux influences extérieures ou subit-elle les conséquences de la succession d’événements majeurs qui caractérise le milieu de la décennie 1970 ? Il s’agit également de déterminer quelle est la place de la France dans la CSCE : y est-elle influente ? Quelles sont ses relations avec les délégations des autres pays ? Comment élabore-t-elle ses propositions et son point de vue ? La troisième série de questions qu’il convient de poser concerne les critiques auxquelles la France et ses alliés occidentaux doivent faire face : quelle est leur ampleur ? D’où proviennent-elles ? Sur quoi se fondent-elles ?

4Pour répondre à cela, il est nécessaire de comprendre l’organisation structurelle, politique, diplomatique et administrative de la CSCE. Celle-ci représente d’abord une incroyable machine humaine qui, pendant près de deux ans, mobilise à Genève des centaines de personnes venues des quatre coins du continent européen et de l’Amérique du Nord. Aux diplomates, qui forment le gros des troupes, il faut ajouter secrétaires, interprètes, journalistes, chauffeurs, personnels de sécurité et d’entretien et parfois même espions ! Une atmosphère propre à cette longue réunion se crée peu à peu, mêlant cosmopolitisme, solidarités géographiques et rapprochements inattendus. Si les première et troisième phases, qui réunissent les ministres des Affaires étrangères puis les chefs d’État et de gouvernement, sont résolument politiques et obéissent aux canons relationnels du système Est-Ouest, la deuxième phase constitue un moment de diplomatie au sens le plus noble du terme, provoquant la réminiscence d’un certain « esprit de Genève », sans pour autant se borner à cela : les rapports officieux qui se nouent autour de la conférence produisent souvent des effets plus importants que les séances de travail officielles.

5Ce chapitre vise donc à analyser la diplomatie de la France à l’égard du processus d’Helsinki sous trois angles d’approche qui conjuguent les aspects nationaux et internationaux de la politique française. Ainsi, nous nous arrêterons sur les grands enjeux internationaux susceptibles d’influer sur la conduite française des négociations avant de voir comment Paris réussit à imposer son schéma d’organisation de la conférence. Nous tenterons de montrer que la France est un acteur politique et diplomatique majeur de la CSCE, comparable à une immense pièce de théâtre dont l’intrigue aurait pour enjeu la sécurité européenne. Il restera à voir ensuite pourquoi nombre d’intellectuels, à l’instar d’Aron, font de cette pièce une comédie alors que d’autres, comme Eugène Ionesco, la perçoivent comme un drame.

La France et les deux Grands : un impact décisif sur la CSCE

Le condominium, plus que jamais

  • 2 Kennedy P., The Rise and Fall of the Great Powers: Economic Change and Military Conflict from 1500 (...)
  • 3 Schulzinger R.D., « Détente in the Nixon-Ford years, 1969-1976 », in Leffler M.P., Westad O.A., The (...)
  • 4 Niedhart G., « U.S. Détente and West German Ostpolitik. Parallels and Frictions », in Schulz M., Sc (...)

6Les évolutions de la politique de détente des États participants transparaissent directement sur leur comportement à l’égard de la CSCE en 1973-1975. Cette constatation est particulièrement visible chez les Américains, dont l’engagement dans les négociations de Genève varie en intensité selon l’époque. Ce qui préoccupe le plus la Maison-Blanche en 1973, outre l’affaire du Watergate, est une désagréable impression que leur puissance s’affaiblit. Les États-Unis sont alors confrontés à un problème qu’ils n’ont pas connu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale : le danger d’« Imperial overstretch2 », qu’on peut traduire par « hyper-extension impériale ». La guerre du Vietnam ayant fortement porté atteinte à leur crédibilité, ils doivent trouver de nouveaux moyens de contrer leur perte d’influence dans plusieurs régions du monde. Tandis que l’URSS cherche la parité militaire avec l’Amérique, Nixon est persuadé que la confrontation doit laisser place à la négociation afin de contenir une course aux armements ruineuse que les finances du pays peuvent difficilement supporter après le marasme vietnamien. Il est conscient également que l’Europe occidentale, le Japon et, surtout, la Chine apparaissent désormais comme des puissances avec lesquelles il faut compter : la bipolarité qui prévaut depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale semble faire place à un monde multipolaire3. Washington se met donc sur la défensive, estimant que le paradigme de la guerre froide n’est plus valide4. Ce changement d’orientation, symbolisé entre autres par les SALT et le sommet Nixon-Brejnev de mai 1972, se traduit par une incontestable propension à vouloir discuter bilatéralement avec Moscou le plus fréquemment possible.

  • 5 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 102.
  • 6 Cité par Mélandri P., Une incertaine alliance, op. cit., p. 83.

7Les critiques européennes, et surtout françaises, à l’encontre du rapprochement soviéto-américain ne se font guère attendre. Dans un premier temps, l’accord passé entre les deux Grands, le 22 juin 1973, sur la « prévention de la guerre nucléaire » concentre toutes les attaques, bien que n’impliquant aucune obligation pour les signataires5. L’article 4 spécifie qu’en cas de risque de guerre atomique, « les États-Unis et l’Union soviétique entameront immédiatement des consultations urgentes entre eux et déploieront tous leurs efforts pour conjurer ce risque6 ».

  • 7 Si l’URSS et les États-Unis en viennent à interdire l’usage des armes nucléaires, la sécurité de l’ (...)
  • 8 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 102-103.
  • 9 Tg. no 3155/62, de Leclercq, 26 juin 1973. AN, 5 AG 2 1021. États-Unis. 1969-1974.

8Pour Pompidou et Jobert, c’est un nouveau Yalta, publiquement dénoncé par le second dans son discours à Helsinki en juillet 1973. On considère à Paris que la déclaration du 22 juin pose un défi direct au rôle nucléaire de la France7, à l’autonomie de l’Europe occidentale et à la crédibilité du Conseil de Sécurité des Nations unies, dans la mesure où l’appareil consultatif soviéto-américain pourrait prendre le pas sur l’ONU. Le traité affaiblit en outre l’engagement américain à défendre l’Europe contre une attaque nucléaire limitée en cas de rupture de la détente8. Le Quai d’Orsay est par ailleurs persuadé qu’en échange de son feu vert aux négociations MBFR, l’URSS a obtenu l’engagement des États-Unis de tout faire pour empêcher leurs alliés atlantiques de multiplier les obstacles à une conclusion rapide de la CSCE9.

  • 10 Tg. no 3233/39, de Vimont, 2 juillet 1973. AMAE, CSCE, vol. 26.
  • 11 Note du 25 juin 1973. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3722.

9Américains et Soviétiques tentent à tour de rôle, fin juin 1973, de calmer les Français. Brejnev est ainsi à Rambouillet du 25 au 27 juin et déploie un maximum d’efforts pour donner à ses entretiens avec Pompidou un éclat particulier en soulignant le caractère spécifique des relations franco-soviétiques. Brejnev va même plus loin en faisant comme si la France avait accepté la notion de coexistence pacifique et voulait elle aussi établir un nouveau système européen de sécurité10. Mais les responsables français ne se font plus d’illusions : le rôle pionnier de la France dans le rapprochement Est-Ouest « appartiendra bientôt à l’Histoire11 » ; Brejnev a trop besoin de l’Amérique pour moderniser son économie.

  • 12 Jobert M., Mémoires d’avenir, op. cit., p. 271.
  • 13 Cité par Weed M.K., L’Image publique d’un homme secret. Michel Jobert et la diplomatie française, P (...)
  • 14 Ibid., p. 111.
  • 15 À la suite de la violation par Israël du cessez-le-feu entré en vigueur le 22 octobre 1973, l’alert (...)

10Quant à Nixon, qui reçoit Jobert à San Clemente en Californie les 29 et 30 juin, il certifie qu’il ne faut voir aucune mauvaise intention derrière le traité du 22 juin12. Le ministre français campe sur ses positions, affirmant que l’URSS est « toujours prête à une éventuelle finlandisation de l’Europe de l’Ouest13 ». De retour à Paris, il conseille au président de « dénoncer publiquement la fragilité des cadres institutionnels existants14 » au sein de l’Alliance atlantique. Cette dénonciation provoque un véritable ébranlement des relations euro-américaines, qui se voit renforcé par d’autres événements confirmant l’impression d’une gestion purement bilatérale des affaires mondiales. Tel est le cas de la guerre du Kippour en octobre 1973 qui fait l’objet d’une concertation – mais aussi d’une quasi-confrontation15 – exclusive des deux Superpuissances, au détriment notamment des trois autres membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies. La colère de Pompidou et Jobert ne cesse de croître, comme le montre le discours du ministre des Affaires étrangères devant l’UEO en novembre 1973 :

  • 16 Discours de Michel Jobert devant l’assemblée de l’UEO, 21 novembre 1973. Actes officiels de l’UEO, (...)

« Cette Europe, pour laquelle nous nous dépensons tant, a ressenti au cours des dernières semaines, comme jamais auparavant, un sentiment de gêne profonde. Spectateurs, oui, nous n’avons été que cela, malgré notre bonne volonté et tous nos avertissements. […]
Les relations internationales sont dominées par un équilibre convenu par traité entre deux grandes puissances, et qui est un résultat complexe de rivalités et d’accords objectifs, en fonction – inévitablement – des intérêts et des préoccupations des deux parties. Les Américains et les Soviétiques jouent un rôle essentiel dans la négociation MBFR et sont seuls, en tête-à-tête, pour parler des armements nucléaires stratégiques. […]
La “sanctuarisation” des territoires des deux Grands ne reporte-t-elle pas sur d’autres zones du globe l’exercice d’une rivalité toujours latente ? L’impossibilité d’utiliser les armements nucléaires stratégiques ne revalorise-t-elle pas l’usage d’armements conventionnels toujours plus perfectionnés et destructeurs, voire d’armes nucléaires tactiques, dans ce que j’ai appelé ailleurs les “terrains de parcours” ? Ne peut-on craindre que la négociation ne cherche à s’étendre, tôt ou tard, aux deux forces nucléaires européennes qui, parce qu’elles relèvent de décisions autonomes, risquent de troubler les règles du jeu convenu16 ? »

  • 17 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 101.

11Malgré les garanties américaines selon lesquelles le rapprochement avec l’URSS est effectué au nom de la paix dans le monde, l’accord du 22 juin accélère, notamment en France, la quête d’une identité politique européenne distincte et fait de la CSCE la seule opportunité pour les Européens de participer à la restructuration du système international17. La déclaration communautaire sur l’identité européenne, proclamée lors du sommet de Copenhague en décembre 1973, prend ici tout son sens : il s’agit de prouver à l’Amérique que l’Europe est prête à assumer davantage sa part de responsabilités dans les relations internationales, au nom de valeurs communes à l’ensemble des États membres de la Communauté.

  • 18 Note SDEO, 23 janvier 1974. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2927.
  • 19 Note de l’ambassade de France à Moscou, 24 janvier 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3721.

12De fait, les derniers mois de la présidence de Pompidou sont marqués par une véritable dégradation des relations de la France avec les deux Grands, Moscou étant par ailleurs irrité par l’idée franco-allemande – vite avortée mais qui n’est pas sans rappeler le projet de CED – de développer une collaboration ouest-européenne dans le domaine de la défense18. Ainsi, tant qu’il s’est agi de donner l’impulsion initiale au processus de rapprochement Est-Ouest, la France et l’URSS semblaient pouvoir rapprocher leurs conceptions. Dès lors que cette phase de démarrage est dépassée par le développement des surenchères des Occidentaux vis-à-vis de Moscou et surtout par la vaste entreprise soviéto-américaine, les deux conceptions démontrent inévitablement leur incompatibilité19.

  • 20 Note SDEO, 5 juillet 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3726.
  • 21 Roussel E., op. cit., p. 163-164.

13Reste que la mort de Pompidou le 2 avril 1974 suscite à Moscou de vives inquiétudes car même si l’attitude du président français vis-à-vis de l’URSS s’était raffermie dans les derniers temps, il représentait aux yeux des décideurs du Kremlin un digne continuateur de la politique de détente initiée par le général de Gaulle. Les premières déclarations du nouveau président Valéry Giscard d’Estaing quant à la nécessité de poursuivre la coopération franco-soviétique rassurent immédiatement Brejnev et son entourage, en dépit des incertitudes concernant la mise en application de cette intention20. « Antithèse vivante » de Georges Pompidou de par son milieu social d’origine et sa formation21, Giscard accède en effet à la présidence à un moment délicat : la détente s’essouffle, l’Europe du sud est en émoi de Chypre au Portugal et, surtout, c’en est fini de la belle prospérité économique des années 1960.

14En matière de CSCE, ce sont les conseillers techniques de l’Élysée qui jouent le rôle de relais entre Pompidou et Giscard tout comme entre le président de la République et la délégation française à Genève. Deux hommes occupent successivement cette fonction : Jean-Bernard Raimond de 1970 à 1973 puis Gabriel Robin à partir de 1973. Gaulliste fervent, le second devient rapidement un chantre de la CSCE, qui est pour lui le prolongement naturel de l’entente franco-soviétique ; en ce sens, la France doit en mener les négociations afin d’aboutir à quelque chose qui puisse consacrer la détente. Il n’est pas de ceux qui s’acharnent à faire accepter aux Soviétiques des mesures concrètes sur l’amélioration des conditions de vie à l’Est dans la mesure où cela ne servirait selon lui qu’à braquer l’URSS contre l’Occident :

  • 22 Entretien avec Gabriel Robin, 17 novembre 2008, Paris.

« Il ne fallait pas faire une guerre de propagande, ne pas montrer à l’opinion publique de quoi on était capable, ce n’était pas l’essentiel. Selon moi, l’important était d’aboutir en obtenant peu. Ce peu se développerait avec le temps. C’était l’acide qui finirait par ronger22. »

15L’influence de Robin sur Giscard ne fait aucun doute, comme en témoignent les prises de position du président lors du sommet de Rambouillet avec Brejnev en décembre 1974, sur lesquelles nous reviendrons. Mais cette influence a ses limites : contrairement à son conseiller, Valéry Giscard d’Estaing ne perçoit pas les États-Unis et la RFA comme des menaces potentielles qui pourraient, pour les uns, porter tort à l’indépendance française, pour l’autre, négocier une réunification qui établirait un déséquilibre en Europe au détriment de la France. Cette conception divergente constitue une problématique majeure de la politique occidentale française des années 1970 et pose la question des relations franco-américaines en tant que facteur de pression sur les positions des deux pays vis-à-vis de la CSCE.

La France, Kissinger et la CSCE : les vicissitudes des relations franco-américaines

  • 23 Entretien Ford/Kissinger, 15 août 1974, Washington. Box 5, NSA, Memoranda of conversations, GFL.
  • 24 Entretien Ford/Kissinger, 22 juillet 1975, Washington. Box 14, NSA, Memoranda of conversations, GFL
  • 25 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 77.
  • 26 Basosi D., « Helsinki and Rambouillet. US attitudes towards trade and security during the early CSC (...)
  • 27 Thomas D., op. cit., p. 69.

16Henry Kissinger développe trois tendances, au cours du processus d’Helsinki, qui ont chacune un impact sur l’avancée des discussions et sur le rapport de Washington à ses alliés européens. La première consiste à ignorer la CSCE en se concentrant sur d’autres sujets, la crise au Proche-Orient en particulier. Quand Gerald Ford succède à Nixon en août 1974, Kissinger lui explique que le but de l’URSS à la conférence est d’obtenir un substitut de traité de paix ; or, précise-t-il, « elle l’a déjà plus ou moins23 », le Secrétaire d’État faisant référence aux traités de l’Ostpolitik. En d’autres termes, pour Kissinger, la CSCE ne sert pas à grand-chose et ne consacre rien du tout : la division de l’Allemagne est déjà une réalité et, contrairement aux espoirs de Moscou, la CSCE ne reconnaîtra pas l’annexion des pays baltes effectuée par l’URSS en 194024. Kissinger estime de plus que ce ne sont pas les corbeilles d’Helsinki qui pourront amener le système soviétique à évoluer dans un sens plus démocratique25. Cependant, la Maison Blanche ne peut empêcher les Neuf de développer leur coopération politique lors de la conférence : une brouille euro-américaine en période de difficultés économiques favoriserait l’URSS26. La délégation des États-Unis à Genève suit par conséquent les décisions collectives de ses alliés sans prendre d’initiatives, y compris dans les domaines où ils ont des intérêts, comme le rapprochement des familles27.

  • 28 Manin A., art. cit., p. 34.
  • 29 Snyder S.B., « The United States, Western Europe, and the Conference on Security and Cooperation in (...)
  • 30 Note CSCE no 187, 21 octobre 1974. AMAE, Europe 1971-1976, Roumanie, vol. 3537.

17La deuxième tendance vise à s’impliquer davantage dans la négociation pour y mettre rapidement un terme : il importe, aux yeux de la diplomatie américaine, de se concentrer en priorité sur la détente militaire, à savoir les SALT II et les MBFR, plutôt que sur la détente politique. La préférence américaine pour les MBFR se répercute directement sur la CSCE à l’été 1974 : les États-Unis accroissent la pression sur leurs alliés atlantiques pour obtenir l’établissement d’une liste de résultats minimums qu’ils pourraient accepter à Genève. Cette liste serait communiquée sans tarder aux Soviétiques et permettrait de réunir la troisième phase dans la foulée. Une pareille demande, fondée sur l’idée de Kissinger que les Neuf sont trop exigeants sur la troisième corbeille et que cela pourrait nuire à la détente soviéto-américaine, provoque la colère des diplomaties européennes qui voient dans cette tentative la preuve que Washington ne porte guère d’intérêt à la conférence, préférant les négociations directes avec Moscou. Pour la France, qui préside le Conseil de la CEE, n’aborder que les points essentiels revient à dispenser les Soviétiques d’affronter un débat sur les questions qui demeurent en suspens28. Devant l’opposition des Neuf et des autres membres de l’Otan, qui considèrent que Kissinger n’a rien compris à la signification de la CSCE29, les Américains renoncent à leur projet et se rallient au principe d’une première lecture de toutes les propositions avant que ne soient préparés les compromis nécessaires. L’une des conséquences néfastes de l’attitude du géant d’outre-Atlantique est d’inciter l’URSS à camper sur ses positions30. À l’été et à l’automne 1974, les débats à Genève sont dans l’impasse complète, jusqu’à ce que Kissinger se décide à adopter une troisième attitude.

  • 31 Coley Morgan M., art. cit., p. 32.
  • 32 Peretz P., Le combat pour les Juifs soviétiques. Washington-Moscou-Jérusalem, 1953-1989, Paris, Arm (...)
  • 33 Depuis 1952 et la création par l’État hébreu d’un bureau secret nommé Nativ, celui-ci se bat pour q (...)

18En 1974 et 1975, les États-Unis doivent faire face à de nombreux bouleversements qui conduisent le Secrétaire d’État à penser que son pays peut tirer quelque chose de la CSCE31 : Nixon démissionne le 8 août, son vice-président Gerald Ford le remplace, le Sud-Vietnam s’effondre au printemps 1975, la guerre civile en Angola fait rage, l’expulsion de Soljenitsyne d’URSS, en février 1974, suscite un émoi considérable en Occident, les élections de 1976 approchent à grands pas et le Congrès envisage de « moraliser la politique étrangère des États-Unis32 ». La publication par les parlementaires démocrates, en mars 1974, d’un rapport appelant Washington à s’engager dans le combat en faveur des droits de l’homme marque la volonté du peuple américain, traumatisé par la guerre du Vietnam, d’améliorer l’image du pays à l’étranger, en réclamant notamment que le gouvernement cesse de porter assistance à des dictatures. L’amendement Jackson-Vanick sur l’émigration des Juifs soviétiques adopté le 20 décembre 197433 constitue en outre une réponse à la décision du Kremlin d’imposer une « taxe de sortie » aux émigrants ; il exclut l’octroi du statut de la nation la plus favorisée – dont l’URSS bénéficie depuis le sommet soviéto-américain de 1972 et qui facilite les échanges commerciaux sur la base de la réciprocité – à tout pays restreignant l’émigration.

  • 34 Snyder S.B., « The United States, Western Europe, and the CSCE », art. cit., p. 272-273.
  • 35 Hanhimäki J.M., « “They can write in Swahili” », art. cit., p. 53.
  • 36 Entretien Ford/Kissinger, 7 juillet 1975, Washington. Box 13, NSA, Memoranda of conversations, GFL.
  • 37 Hanhimäki J.M., « “They can write in Swahili” », art. cit., p. 53-54.
  • 38 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 124.

19Dans ce cadre, Kissinger décide d’accroître la contribution de l’Amérique au processus d’Helsinki et s’efforce de coordonner les positions occidentales à propos des première et troisième corbeilles en devenant l’un des plus fervents défenseurs des conceptions élaborées par les Neuf. En février 1975, il enjoint le Kremlin d’accepter une formule sur le changement pacifique des frontières. L’Ouest parvenant à dépasser ses divergences, le Secrétaire d’État réussit à obtenir, lors de conversations secrètes avec Gromyko34, l’accord des Soviétiques sur la majorité des sujets de la troisième corbeille et, de fait, donne un sérieux coup d’accélérateur à la négociation35. La diplomatie américaine prend alors le pas sur la CPE pour mettre un terme à la CSCE. Dans les semaines qui suivent, Washington donne pour instruction à sa délégation à Genève de tout faire pour en finir avec la conférence36. Pour beaucoup d’observateurs de l’époque, les concessions de l’URSS sont en partie dues à la détérioration de la santé de Brejnev et à l’importance qu’on accorde à Moscou à l’acceptation, par les Occidentaux, d’une ultime phase au sommet37. Le vieux décideur soviétique a fait de la CSCE une affaire personnelle et souhaite en présenter le succès final comme tel. Il faut donc en finir avant que ne disparaisse le chef du Kremlin. Le sommet d’Helsinki doit symboliser la reconnaissance de facto des résultats politiques obtenus par les Soviétiques au cours des décennies précédentes. Par ailleurs, la faible implication initiale des États-Unis laisse croire aux Russes que leurs concessions dans la troisième corbeille n’auront que peu d’effet ; la suite leur prouvera que non38.

  • 39 Tg. 2419/22, de Kosciusko-Morizet, 17 mars 1975. AMAE, Europe 1971-1976, CEE, vol. 3820.
  • 40 Note du directeur d’Europe, 18 mars 1975. AMAE, CSCE, vol. 20 ; note pour le président de la Républ (...)
  • 41 Entretien Ford/Kissinger, 6 mai 1975, Washington. Box 11, NSA, Memoranda of conversations, GFL.
  • 42 Mémorandum d’Henry Kissinger, 8 mai 1975, dossier « France (3) », Box 3, NSA. Presidential Country (...)

20Malgré l’importance relative qu’il accorde alors à la CSCE, Kissinger tient à préserver ses arrières et propose aux pays de l’Otan de tenir un sommet à Bruxelles dans la semaine qui précède la réunion d’Helsinki afin de rappeler publiquement la nécessaire solidarité des Occidentaux en tant que condition de la détente, de la coopération avec l’Est et de la paix dans la sécurité39. Si la plupart des alliés, dont les Allemands et les Britanniques, voient cette idée d’un bon œil, la France oppose un refus clair et net au Secrétaire d’État américain : ce serait d’une part faire apparaître la CSCE comme une confrontation de bloc à bloc et d’autre part admettre que son achèvement solennel pose des problèmes à la solidarité atlantique. Paris préfère affirmer en public le rôle joué par les Neuf40, au grand dam de Kissinger qui suggère à Ford de menacer Giscard de ne pas le rencontrer à Helsinki si la France ne participe pas au sommet de l’Otan41. Le président américain finit par convaincre son homologue français de se rendre à Bruxelles en insistant sur l’amitié qu’il a pour lui – qui tranche il est vrai avec la fin de l’ère Pompidou-Nixon – et sur la nécessité de maintenir un contact permanent entre alliés. Ford explique à Giscard que l’opinion américaine verrait d’un mauvais œil l’absence française au sommet car cela démontrerait l’incapacité de la Maison Blanche à préserver l’intégrité de l’Alliance atlantique au moment où la détente semble battre de l’aile42. Conscient des difficultés intérieures de son interlocuteur et parce qu’il éprouve une réelle sympathie envers lui, le président français fait donc entorse à la sacro-sainte lutte contre le bloc-à-bloc.

21Quoi qu’il en soit, les Français sont particulièrement attentifs aux évolutions de la diplomatie américaine à l’égard de la CSCE ; le nombre considérable de télégrammes échangés entre Paris, la délégation à Genève, la représentation française à l’Otan et l’ambassade de France à Washington en témoigne. Avant l’arrivée de Giscard, la critique de l’attitude américaine est quasi permanente : lorsque Washington fait montre de peu d’égards quant aux négociations de Genève, la France lui reproche sa propension à privilégier les discussions bilatérales avec Moscou au détriment de la conversation générale sur la sécurité européenne ; à l’inverse, quand les États-Unis décident de s’investir davantage dans la CSCE, les Français les accusent de vouloir prendre le pas sur les autres participants.

  • 43 Snyder S.B., « The United States, Western Europe, and the CSCE », art. cit., p. 269.

22Cette insatisfaction constante traduit la difficulté de la France à se définir par rapport au grand allié d’Amérique au cours d’une période d’incertitude marquée par la fin du gaullisme triomphant et de la prospérité des Trente Glorieuses : on ne cesse de clamer d’une part la nécessité absolue de la présence militaire des États-Unis en Europe ainsi que de leur appui économique et financier tandis que, d’autre part, on pointe du doigt leur responsabilité dans le déclenchement de la crise énergétique et monétaire et leur tendance à essayer de réaffirmer leur prédominance dans toutes les régions du monde. Or, au fond, Français et Américains partagent un but commun fondamental qui est celui de protéger leurs intérêts nationaux sans sacrifier les objectifs de l’Otan43.

23Quand la CSCE débute à l’été 1973, les rapports entre Paris et Washington ne sont pas bons et ce pour trois raisons : la fin du système monétaire de Bretton Woods et le flottement du dollar, sur lequel les monnaies européennes sont obligées de s’aligner et qui provoquent un effet dévastateur sur l’économie occidentale, le condominium soviéto-américain dont l’accord du 22 juin est la manifestation la plus visible et, enfin, le projet de nouvelle charte atlantique lancé par Henry Kissinger.

  • 44 Kissinger explique cela à l’ambassadeur de France, Jacques Kosciusko-Morizet, le 29 mars 1973. Trac (...)

24Après avoir réussi, en 1972, à transformer les relations de l’Amérique avec ses deux adversaires de la guerre froide que sont l’URSS et la Chine, Kissinger se montre inquiet quant à l’avenir de l’Alliance atlantique, craignant que les problèmes monétaires et l’affirmation de l’identité européenne dans le cadre de la CPE creusent, de manière irréversible, un fossé entre l’Europe et les États-Unis : une fois Nixon réélu en novembre 1972, le Conseiller du président estime nécessaire de consolider l’alliance avant que les questions économiques et énergétiques ne la réduisent à néant44.

  • 45 Ibid.
  • 46 Hanhimäki J.M., « “They can write in Swahili” », art. cit., p. 44.

25Il appelle ainsi, en avril 1973, les dirigeants européens à faire de 1973 l’« année de l’Europe » et à se joindre aux États-Unis pour élaborer une nouvelle Charte de l’Atlantique qui poserait les bases d’un renouvellement des relations euro-américaines45. Il s’agit de réconcilier par ce biais la « personnalité régionale » de la CEE avec les responsabilités internationales des États-Unis notamment sur le système monétaire et commercial46. Il étaye son propos en évoquant le besoin constant qu’a l’Europe de l’aide américaine tout en soulignant que les faiblesses de la construction de l’Europe politique privent l’Amérique de l’espoir de voir les Européens assurer eux-mêmes la charge de leur défense et rendent plus sensibles les inconvénients que lui vaut le succès de la CEE. Il envisage par conséquent de demander aux Neuf, sous la menace voilée de réduire la participation des États-Unis à la défense de l’Europe, le plus de concessions possible dans les domaines tarifaire, non-tarifaire, agricole et autres. La méthode de Kissinger consiste à conduire chacune des négociations – monétaire, commerciale, militaire et politique – sans perdre de vue les intérêts communs aux Alliés.

  • 47 Note de la direction d’Amérique, mai 1973. AMAE, Amérique 1971-1975, États-Unis, vol. 747.
  • 48 Jobert M., Mémoires d’avenir, op. cit., p. 259-260.
  • 49 En matière militaire, la France souhaite inciter l’Europe à « envisager quelque forme d’autonomie a (...)

26À Paris, on perçoit l’« année de l’Europe » comme un signe de la crise de confiance que traversent les États-Unis en raison des séquelles politiques et morales de la guerre du Vietnam, de leurs difficultés financières, de la crise pétrolière naissante et du scandale du Watergate. Ils tendent donc, selon le Quai d’Orsay, « à chercher à l’extérieur – en l’espèce en Europe et au Japon – les responsables de leurs propres angoisses47 ». De fait, la France n’adhère en aucune façon au plan américain, d’autant qu’il présente l’Occident comme un énorme bloc où tous les domaines relèvent d’une concertation unique et globalisée, qu’il confine l’Europe dans un rôle purement régional et qu’il consacre « l’hégémonie américaine sur le monde occidental48 ». Pour toutes ces raisons, la France refuse, en mai 1973, de rejoindre ses huit partenaires de la CE qui souhaitent donner une réponse collective au discours de Kissinger : agir en bloc équivaudrait à faire le jeu des Américains et saborderait les efforts des Neuf pour définir une véritable identité politique et militaire européenne49.

  • 50 Entretien Pompidou/Nixon, 31 mai 1973, Reykjavik. AN, 5 AG 2 1023. États-Unis.
  • 51 Trachtenberg M., « The French Factor in U.S. Foreign Policy during the Nixon-Pompidou Period, 1969- (...)
  • 52 Ibid.

27Rencontrant Nixon à Reykjavik les 31 mai et 1er juin 1973, Pompidou montre sa ferme opposition au projet50, malgré les assurances de Kissinger qui explique à l’ambassadeur de France, Jacques Kosciusko-Morizet, que si l’Europe veut jouer un rôle mondial, l’Amérique la soutiendra et que l’objectif majeur des États-Unis est d’inscrire les négociations économiques que mènent les Occidentaux dans un cadre politique solide51. Le Secrétaire d’État dit par ailleurs la détermination de son pays d’user du renforcement de l’Alliance atlantique afin d’appuyer le programme nucléaire français : Washington se montre prêt à approfondir le partenariat nucléaire franco-américain et prouve sa bonne foi en proposant d’entamer immédiatement des discussions avec Robert Galley, ministre français des Armées depuis le 5 avril 197352. Mais, à Paris, les arguments de Kissinger ne convainquent pas, y compris ceux sur la coopération nucléaire.

  • 53 Möckli D., « Asserting Europe’s Distinct Identity. The EC Nine and Kissinger’s Year of Europe », in(...)

28Débute alors une véritable crise diplomatique entre Paris et Washington, les Français entraînant l’ensemble de leurs partenaires européens dans leur opposition à l’initiative des États-Unis. Ce qui devait être un moyen d’améliorer les relations entre l’Amérique et l’Europe tourne en confrontation transatlantique entre deux conceptions : tandis que les États-Unis voient dans la détente une probable menace pour l’unité occidentale et jugent indispensable de prévenir cela en consolidant le leadership américain et en prolongeant la sécurité atlantique aux domaines politique et économique, les Européens considèrent l’apaisement des relations Est-Ouest comme une opportunité pour se poser en entité distincte sur la scène internationale53.

  • 54 Jobert M., L’autre regard, Paris, Grasset, 1976, p. 288.
  • 55 Ibid., p. 289.
  • 56 Mélandri P., « La France et l’Alliance atlantique sous Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing (...)
  • 57 Mélandri P., Une incertaine alliance, op. cit., p. 88.

29Pour Jobert, la Maison-Blanche ne réclame rien d’autre qu’une relation de vassaux à suzerains entre les États-Unis et l’Europe54. Dans son esprit, il est évident que la proposition américaine va de pair avec l’accord soviéto-américain sur la prévention de la guerre nucléaire : il s’agit de réaffirmer le partage du monde en deux aires d’influences à un moment où l’affaire du Watergate, conjuguée à l’enlisement vietnamien, remet en cause la crédibilité des États-Unis à travers la planète. En d’autres termes, c’est un deuxième Yalta55. Malgré l’invitation de Jobert à San Clemente pour essayer de le convaincre et les multiples tentatives des Américains visant à prouver leur bonne foi, rien n’y fait. Au contraire, le ministre français réussit à rallier, en juillet 1973, ses huit partenaires européens à l’idée de rédiger deux documents séparés : une déclaration atlantique sur les questions de sécurité et une autre, économique et commerciale, sur les relations entre les États-Unis et la Communauté56. Kissinger obtient ainsi l’effet inverse de ce qu’il espérait : les Neuf découvrent ce qui les différencie des États-Unis et utilisent « l’année de l’Europe » pour leur faire admettre que la CE constitue le second centre de décisions à l’Ouest57.

  • 58 Ibid., p. 91.

30Mal préparé à affronter les arcanes communautaires, le Secrétaire d’État fait face à l’habileté d’un Michel Jobert qui lui rappelle « que le seul moyen d’aboutir est de ne pas s’aliéner la France et dès lors de lui accorder un rôle privilégié58 ». Le chef du Quai d’Orsay dégaine de la sorte une arme à double tranchant pour la diplomatie américaine : dans un cas, signer une charte sans les Français lui retirerait toute valeur ; dans l’autre cas, un rôle privilégié de la France au sein de l’Alliance empêcherait Washington de poursuivre son « Grand Dessein ».

  • 59 Bozo F., La politique étrangère de la France depuis 1945, op. cit., p. 63-64.

31L’année 1973 apparaît ainsi comme un tournant majeur de la diplomatie française en ce qu’elle marque le retour à une politique gaullienne ombrageuse, incarnée par Jobert59. Sa défiance à l’encontre de l’« année de l’Europe » conduit Paris à renforcer son engagement dans la CPE comme dans la CSCE, seuls moyens pour l’Europe de faire entendre sa voix.

  • 60 Mélandri P., « La France et l’Alliance atlantique sous Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing (...)
  • 61 Möckli D., « Asserting Europe’s Distinct Identity », art. cit., p. 208.
  • 62 Au printemps 1974, le projet de nouvelle charte atlantique a disparu et l’on ne discute que d’une « (...)

32Mais la guerre du Kippour d’octobre 1973 vient bouleverser la donne et rappeler à l’Europe sa dépendance vis-à-vis de l’Amérique. Dans un premier temps, la crise au Proche-Orient semble renforcer la volonté des Neuf de réaffirmer leur indépendance60 : cela fait quelque temps qu’ils mettent en garde la Maison Blanche contre le danger d’une guerre au Proche-Orient ; ils condamnent désormais l’indifférence américaine à l’égard d’une crise économique provoquée par l’arme pétrolière61. Cependant, le quadruplement des prix du pétrole en décembre confirme le rôle dominant des États-Unis et la vulnérabilité des Européens. Dès la conférence de Washington de février 1974, le vieux continent s’aligne sur son grand partenaire d’outre-Atlantique : à l’exception de la France, tous les États membres de la CE acceptent la proposition de Kissinger visant à réunir une conférence permanente des pays consommateurs de pétrole qui poserait les bases d’une politique énergétique commune. Il faut dire qu’en cas de refus, Washington prévoyait de graves conséquences politiques, à savoir un retrait des troupes américaines d’Europe. L’unité européenne sur les relations transatlantiques qui semblait peu à peu se développer vole en éclat en ce mois de février 1974. Pompidou et Jobert, qui ne cachent alors pas leur scepticisme vis-à-vis de l’avenir de la construction européenne, se retrouvent seuls face au désir américain de créer un cartel des consommateurs. À Paris, on voit cela comme la constitution d’un nouveau bloc occidental, cette fois tourné contre les pays arabes. À la veille de la mort de Georges Pompidou, les rapports franco-américains sont exécrables, rappelant les épisodes les plus tendus de la présidence du général de Gaulle62.

  • 63 Mélandri P., Une incertaine alliance, op. cit., p. 112.

33Avec l’élection de Giscard d’Estaing, la France fait une entorse à sa volonté de voir l’Europe s’impliquer davantage dans l’assurance de sa propre sécurité et accepte finalement une référence au « désir commun » des Alliés « de réduire les charges des dépenses de défense ». La Déclaration d’Ottawa, signée en juin 1974, affirme le « rôle dissuasif propre » des arsenaux français et britannique et proclame le rôle « irremplaçable » de la « présence continue » des troupes américaines en Europe pour la défense des États-Unis63. Ainsi débute une période de décrispation des rapports franco-américains en même temps que prend fin l’un des débats les plus épineux de l’histoire des relations euro-atlantiques, qui ne se termine pas sans laisser quelques traces d’amertume à la Maison Blanche. Alors qu’il vient d’accéder au poste suprême, Gerald Ford demande à Kissinger de lui parler de la France. La réponse se veut particulièrement grinçante :

  • 64 Entretien Ford/Kissinger, 17 décembre 1974, à bord d’Air Force One. Box 6, NSA, Memoranda of conver (...)

« En Indochine, [les Français] souhaitent probablement que nous perdions la face, parce qu’eux-mêmes ont échoué, et qu’ils pourront ramasser les morceaux. La France […] n’a pas gagné une seule guerre depuis 1812. Sa politique a conduit aux unités allemande et italienne. Les Français se prennent toujours pour Richelieu. […] La puissance française n’est pas à la hauteur de ses prétentions. Cependant, ils réussissent à conserver leur prépondérance militaire en Europe64. »

  • 65 Entretien Ford/Kissinger, 28 août 1974, Washington. Box 5, NSA, Memoranda of conversations, GFL.
  • 66 Entretien Ford/Rush, 8 novembre 1974, Washington. Box 6, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

34Aussi s’inquiète-t-on à Washington de l’attitude du nouveau président Giscard d’Estaing à l’égard des États-Unis. « Si lui aussi s’en prend à l’Amérique, dit Kissinger en août 1974, il serait le troisième président français à le faire : cela rendrait le phénomène endémique. Une telle situation serait intolérable et je recommanderais de rompre avec les Français. Nous ne pouvons pas avoir une Europe organisée contre nous65. » Mais cette inquiétude s’estompe rapidement et, dès novembre 1974, la Maison Blanche s’est forgé sa propre opinion de Giscard en se fondant sur les rapports de l’ambassadeur en France, Kenneth Rush. Celui-ci estime que le président français a trois problèmes : il ne sait pas s’y prendre avec les femmes ; il est paresseux ; il n’est entouré que de manipulateurs et d’hommes faibles, ce qui fut, toujours d’après l’ambassadeur, le principal problème de Nixon66. Mais sur le plan international, ajoute Rush, l’avantage de Giscard par rapport à son prédécesseur est qu’il n’éprouve aucune rancœur vis-à-vis des Américains.

  • 67 Entretien Ford/Kissinger, 17 décembre 1974, à bord d’Air Force One. Box 6, NSA, Memoranda of conver (...)
  • 68 Réception en l’honneur du président des États-Unis, 27 juillet 1975, Bonn. Box 14, NSA, Memoranda o (...)
  • 69 Soutou G-H., « L’anneau et les deux triangles : les rapports franco-allemands dans la politique eur (...)

35Kissinger développe très vite un sentiment positif à l’égard du nouvel hôte de l’Élysée, présenté en décembre 1974 comme élégant et agissant en dilettante mais qui « n’a pas l’instinct du tueur » ; il reste cependant « the best man in France67 », sous-entendant par là que la situation aurait été pire avec un autre. De fait, six mois plus tard, Ford se félicite publiquement, à l’occasion d’un toast porté en l’honneur du chancelier Schmidt, de l’amélioration des relations franco-américaines68. Il s’agit en effet d’une réalité incontestable qui prend forme dès la seconde moitié de l’année 1974. À Fort-de-France, du 14 au 16 décembre, les deux présidents s’entendent pour mettre fin aux tensions apparues après la guerre du Kippour en matière de politique énergétique et décident de poursuivre des négociations secrètes, entamées à l’époque de Pompidou, sur la coopération dans le domaine des armes nucléaires. À Paris, on se veut désormais plus optimiste sur l’avenir des rapports entre les États-Unis et la France, jugeant même possible que les premiers acceptent le développement d’un pilier européen au sein de l’Alliance atlantique. Giscard préférant ne pas forcer la RFA à choisir entre Washington et Paris, les années 1974-1976, qui correspondent à la présidence Ford et à un affaiblissement de la fonction présidentielle américaine à la suite du Watergate, voient se former un directoire informel de l’Alliance, réunissant les Américains, les Allemands, les Français et les Britanniques, et collaborant sur l’ensemble des grandes questions qui se posent au monde occidental69.

Photographie 4. – Sommet des Quatre aux Antilles. Valéry Giscard d’Estaing, Gerald Ford, Jean Sauvagnargues et Henry Kissinger. Décembre 1974.

  • 70 En 1975, quelques semaines avant la troisième phase de la CSCE, Kenneth Rush indique à Kissinger qu (...)
  • 71 Toinet M.-F., « Valéry Giscard d’Estaing et les États-Unis », in Cohen S., Smouts M.-C. (dir.), La (...)
  • 72 Dans ses mémoires, Giscard d’Estaing regrette que Gerald Ford n’ait pas remporté les élections de 1 (...)

36Précisons qu’à partir de 1974, l’économie américaine reprend de la vigueur et conduit les dirigeants européens qui se succèdent dans le Bureau ovale à reconnaître explicitement le leadership des États-Unis70. Ce qui peut apparaître comme un changement d’orientation n’en est cependant pas un. Malgré sa réputation « atlantiste », Valéry Giscard d’Estaing ne renonce pas à la politique d’indépendance de la France, au contraire : « il s’agit de se faire mieux entendre des États-Unis en cédant sur les points où l’on ne peut l’emporter71 ». Les relations franco-américaines évoluent toutefois avec l’élection de Jimmy Carter à la Maison Blanche en novembre 1976, Giscard soutenant un chancelier Schmidt inquiet de la politique fluctuante du président démocrate alors que Moscou relance la course aux armements72.

37Les vicissitudes des rapports franco-américains, les changements politiques à la tête des États occidentaux et la collusion qui s’opère entre les deux Grands influent sur quatre problèmes touchant aux aspects purement formels de la CSCE, à savoir le schéma de la conférence, le niveau de la troisième phase, la forme des documents finaux et les suites à donner au processus.

La temporalité de la CSCE

38L’organisation de la CSCE apparaît d’emblée aussi importante que le contenu de l’ordre du jour dans la mesure où sa forme détermine les principaux traits du processus de décision. Le débat qui s’ouvre en 1971 voit s’opposer progressivement deux conceptions du mécanisme et de la structure de la conférence. À l’Ouest, le schéma français en trois étapes l’emporte sur les propositions de la RFA et des États-Unis ; à l’Est, Moscou envisage une seule réunion qui réunirait tous les chefs d’État et de gouvernement concernés et qui se bornerait à entériner des documents énonçant des principes généraux, dont l’inviolabilité des frontières et le non-recours à la force. Un organisme permanent créé par la conférence et destiné à remplacer peu à peu les alliances militaires existantes ainsi que la CEE serait chargé de veiller à l’application de ces principes. Paris voit donc une CSCE longue, approfondie mais sans postérité institutionnelle tandis que Moscou imagine une conférence courte, généraliste mais capable de se projeter sur le long terme. L’URSS cherche ainsi à mettre sur pied un édifice lui permettant de geler indéfiniment le statu quo politique et territorial européen.

39Le succès de la France à imposer son modèle de conférence aux Occidentaux comme aux pays de l’Est constitue l’un des principaux apports de la diplomatie française à la CSCE.

Le schéma français, mécanisme de la CSCE

  • 73 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 51.

40La France élabore dès 1971 son schéma d’organisation et de déroulement de la CSCE. C’est Claude Arnaud, directeur adjoint des affaires politiques du Quai d’Orsay, qui en est à l’origine73 : une fois les PMP terminés, les ministres des Affaires étrangères se réuniront pendant quelques jours en vue d’un débat général sur les principaux thèmes de l’ordre du jour ; s’ensuivra une discussion générale au sein de trois commissions d’experts respectivement chargées des échanges économiques, des relations culturelles et de la sécurité. Les ministres sanctionneront les résultats. Avec ce schéma qui maintient la CSCE sur le temps long, les Occidentaux profitent de la position de demandeurs de l’URSS pour obtenir des concessions lors de chaque passage d’une étape à l’autre.

  • 74 Les États-Unis finissent par adopter le schéma français pendant les PMP d’Helsinki. Pour les Pays-B (...)
  • 75 Réunion des directeurs politiques français et allemand, 29 février 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1 (...)
  • 76 Circulaire no 329, d’Alphand, 14 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3016.
  • 77 Tg. no 4549/51, de Seydoux, 9 juin 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.
  • 78 Document CESC/HC/12, 14 décembre 1972. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, Book 1.
  • 79 Document CESC/HC/43, 6 avril 1973. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, Book 1.

41Entre la fin de l’année 1971 et le début de 1972, l’ensemble des partenaires européens et atlantiques de la France, à l’exception notable des Néerlandais et des Américains, admet la subtilité du schéma français et l’adopte. Les États-Unis et les Pays-Bas veulent des PMP approfondis et une conférence courte permettant de passer rapidement aux MBFR. Pour Washington et La Haye comme pour Moscou, la CSCE devrait durer de juin à septembre 1973, ce que la France, au nom de la lutte contre le condominium et parce qu’elle souhaite une conférence efficace, réfute catégoriquement. Étant donné le peu d’intérêt que l’administration Nixon porte à la CSCE, l’essentiel pour Paris est que la majorité des Occidentaux ait agréé son schéma74 ; il s’agit désormais de convaincre les pays de l’Est d’en faire autant. En visite à Moscou en février 1972, Alphand constate que les Soviétiques n’ont pas d’objection au schéma français mais qu’en contrepartie, ils voudraient une troisième étape au sommet afin de conférer plus de valeur aux engagements – censés confirmer le statu quo – qui seront pris75. Or, en 1971-1972, la France s’oppose à cette idée : cela donnerait un caractère trop spectaculaire à la CSCE et éveillerait de grands espoirs que l’on n’est pas certain de concrétiser76. Le 8 juin 1972, Gromyko confirme à l’ambassadeur Seydoux la décision du Kremlin d’accepter une conférence en trois phases77. Le 14 décembre 1972, en pleines négociations préparatoires, la délégation française présente, à la demande des pays de l’Est, un plan détaillé de son schéma78. Le 6 avril 1973, André soumet officiellement le document qui, au sein des recommandations finales d’Helsinki, fixe le mécanisme de la CSCE79.

  • 80 Note non datée de la direction des Affaires juridiques. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3018.
  • 81 Ibid.

42Un autre problème lié à la structure de la CSCE touche particulièrement la France : tous les États européens étant susceptibles de participer à la conférence, la question de la présence de Monaco et d’Andorre se pose dès l’été 1972. Pour ce qui est de la principauté d’Andorre, le Quai d’Orsay est formel : elle ne présente pas les caractères d’un État ; le président de la République, en sa qualité de co-prince, est seul habilité à défendre les intérêts andorrans dans les relations internationales donc elle ne peut siéger à la conférence80. Monaco constitue en revanche un État souverain et peut assurer la conduite de ses relations extérieures et être représentée dans des conférences internationales. Néanmoins, le traité d’amitié protectrice franco-monégasque du 17 juillet 1918 pose en règle générale que « le Prince de Monaco s’engage à exercer ses droits de souveraineté en parfaite conformité avec les intérêts politiques, militaires, navals et économiques de la France81 ». En échange, le gouvernement français doit prêter ses bons offices à la principauté pour lui faciliter l’accès aux conférences internationales.

  • 82 Note de la direction des Affaires juridiques, 15 décembre 1972. AMAE, CSCE, vol. 22.
  • 83 Tg. no 2508/11, d’André, 30 mai 1973. AMAE, CSCE, vol. 32.
  • 84 Hanhimäki J.M., « They can write in Swahili », art. cit., p. 44.

43De fait, Paris accepte la participation monégasque à la CSCE mais à condition qu’elle ne gêne pas les positions françaises, ce qui ne va pas sans poser problème : la France est obligée de reconnaître que le principe de souveraineté proclamé par la CSCE et destiné à discréditer la doctrine Brejnev tolère officiellement de très fortes limitations82. La situation est d’autant plus délicate que les Soviétiques n’admettent pas la participation pleine et entière de Monaco, qu’ils considèrent comme un protectorat français. Afin de contourner la difficulté, la délégation française à Helsinki, approuvée par l’URSS, tente de faire définir un statut d’observateur pour Monaco, Saint Marin et le Liechtenstein83. Ces deux derniers micro-États ainsi que le Vatican prenant pleinement part à la conférence, le Quai d’Orsay se ravise et estime qu’il est du droit de la principauté de participer à la CSCE au même titre que les autres. Paris passe ainsi outre les sarcasmes de Gromyko sur le fait que le pape et la princesse Grace de Monaco puissent venir à Helsinki pour parler de sécurité en Europe84.

Le débat sur la troisième phase

  • 85 Entretien Pompidou/Brejnev, Zaslavl, 11 janvier 1973. AN, 5 AG 2 113. URSS. 1972-1974. Les Roumains (...)
  • 86 Note de J-B. Raimond, 11 avril 1973. AN, 5 AG 2 1041. Relations Est-Ouest. 1969-1974.
  • 87 Tg. no 2396/2412, de Sauvagnargues, 21 mai 1973. AMAE, CSCE, vol. 32.
  • 88 Tg. no 1584, d’André, 25 avril 1973. AN, 5 AG 2 1041. Relations Est-Ouest. 1969-1974.
  • 89 Tg. no 679, d’André, 15 février 1973. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2926.

44Tout au long des PMP et de la CSCE elle-même, Moscou insiste sur la nécessité d’une troisième étape au sommet. Dans les derniers mois de la présidence de Pompidou, Brejnev multiplie les messages en ce sens vers les États-Unis, la RFA et la France, proposant même au président français de tenir ce sommet à Paris85. Le 11 avril 1973, l’URSS transmet à la Maison Blanche, à l’Élysée et au palais Schaumburg un calendrier de la CSCE élaboré en fonction du programme défini conjointement avec les États-Unis : la première phase, celle des ministres, durerait du 27 juin au 14 juillet ; la deuxième de la mi-juillet à fin septembre ; la troisième, au sommet, aurait lieu en octobre-novembre86. Brandt, qui explique par la suite à Brejnev que la deuxième phase ne pourra pas se réunir avant le mois de septembre car les Occidentaux ne travaillent guère en été87, est le seul des trois dirigeants concernés à envisager favorablement la tenue de la troisième étape au sommet88. La délégation française à Helsinki estime qu’un tel événement poserait des problèmes délicats en ce qui concerne notamment certaines incompatibilités : « jamais Tito n’acceptera de s’asseoir à la même table que Franco89 ».

  • 90 Message de Brejnev remis à Giscard d’Estaing le 11 juin 1974. AN, 5 AG 3 1089. URSS. 1974.

45Durant près de deux ans, les Soviétiques ne cessent de réitérer leur demande en usant de toutes les voies diplomatiques possibles : lettres aux chefs d’État et de gouvernement occidentaux90, rencontres bilatérales, instructions aux ambassadeurs, etc. L’Ouest comprend que Moscou confère une importance primordiale à une ultime étape qui se tiendrait au plus haut niveau et mettrait en scène aux yeux du monde la consécration suprême du statu quo politique et territorial en Europe. Les Neuf estiment qu’il faut en profiter pour soutirer un maximum de concessions aux Soviétiques, notamment à l’été 1974, lorsque les travaux de Genève stagnent et que Kissinger enjoint ses partenaires atlantiques à en finir avec la conférence.

46Plus que soviéto-occidentale, la querelle sur le niveau de la troisième phase est en fait franco-américaine. En 1975, tandis que la presse de l’Ouest se déchaîne contre la signature de l’Acte final d’Helsinki par les chefs d’État d’Europe et d’Amérique du Nord, Paris et Washington s’accusent mutuellement d’avoir accepté trop tôt de tenir une troisième phase au sommet.

  • 91 Entretien Pompidou/Mao, 12 septembre 1973, Pékin. Roussel E., op. cit., p. 584.
  • 92 Discours de Jobert à l’Otan le 10 décembre 1973, Bruxelles. AMAE, CSCE, vol. 29.
  • 93 Entretien Jobert/Gromyko, 16 février 1974, Paris. AN, 5 AG 2 113. URSS. 1972-1974.
  • 94 Note CSCE no 59, 15 mars 1974. AMAE, Europe 1971-1976, Pologne, vol. 3476.
  • 95 Note CSCE no 49, 5 mars 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3689.
  • 96 Entretien Jobert/Scheel, 12 juin 1973, Bonn. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.
  • 97 Note CSCE no 208, 26 novembre 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3726.
  • 98 Note CSCE no 346, 9 octobre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2982 ; note de G. Robin, 4 déce (...)

47Côté français, une chose est certaine : tant que Pompidou est au pouvoir, la France récuse absolument l’idée d’une dernière étape au plus haut niveau. Ainsi, lors de sa visite en Chine en septembre 1973, il dit à Mao que la fin de la CSCE « ne sera pas ce que souhaitent les Soviétiques, c’est-à-dire une manifestation spectaculaire, avec la présence de tous les chefs d’État91 ». S’exprimant devant ses homologues de l’Otan en décembre 1973, Jobert estime que « ce serait faire croire à un événement historique alors que l’événement historique ce sera l’accomplissement des espoirs que [la conférence] apportera92 ». À Gromyko en février 1974, il indique que la France ne veut pas risquer le crédit et la réputation des chefs d’État et de gouvernement dans une conférence dont les résultats ne seraient pas de première importance93. Rencontrant Brejnev à Pitsounda en mars 1974, Pompidou explique que sa position sur le niveau de la troisième phase n’est pas « obstinément négative », mais sera fonction des résultats auxquels la CSCE parviendra à l’issue de la deuxième phase94. Paris juge alors que les concessions des Soviétiques sur l’inviolabilité des frontières et la coopération culturelle sont bien trop maigres pour considérer que la conférence est un succès95. « À l’heure actuelle, dans notre esprit, précise Jobert à Walter Scheel, la troisième phase n’est pas autre chose qu’une rencontre entre ministres des Affaires étrangères96. » La plupart des pays de la CE partagent les réticences françaises97. Seuls les Allemands et les Britanniques se montrent plus ouverts quant à la possibilité d’un sommet final98.

48Comme pour d’autres sujets essentiels de la CSCE, les choses évoluent avec l’arrivée de Valéry Giscard d’Estaing à l’Élysée. La rencontre avec Brejnev à Rambouillet en décembre 1974 est décisive ; elle l’est d’autant plus que la France assure alors la présidence tournante de la Communauté européenne. Le Premier Secrétaire du PCUS profite des bonnes dispositions du nouveau président français à son encontre pour l’encourager à accepter la signature du document final d’Helsinki par les chefs d’État. La réaction de Giscard est immédiate :

  • 99 Entretien Giscard d’Estaing/Brejnev, 5 décembre 1974, Rambouillet. AN, 5 AG 3 1089. URSS. 1974.

« Je connais votre désir d’une signature au sommet, qui montrerait l’importance et la solennité de la volonté européenne de sécurité. Je n’y ferai pas obstacle. Je pense aussi que s’il y a de la bonne volonté de la part des Soviétiques et des Européens, la taille des difficultés à résoudre n’est pas telle qu’elles soient insurmontables. » [Giscard se dit] « prêt à insérer dans le communiqué une formule disant que l’idée peut être retenue de la signature au sommet d’un texte d’accord pour lequel il faut encore faire un dernier effort de mise au point99. »

  • 100 Entretien Giscard d’Estaing/Brejnev, 6 décembre 1974, Rambouillet. AN, 5 AG 3 1089. URSS. 1974. Le (...)
  • 101 Lettre de Brejnev à Giscard d’Estaing, 8 mars 1975. AN, 5 AG 3 1090. URSS. 1975.
  • 102 Lettre de Giscard d’Estaing à Brejnev, 18 mars 1975. AN, 5 AG 3 1090. URSS. 1975.
  • 103 Entretien Chirac/Kossyguine, 20 mars 1975, Moscou. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3727.
  • 104 Giscard d’Estaing V., Le pouvoir et la vie, op. cit., p. 137-138.

49Le lendemain 6 décembre, Giscard d’Estaing se prononce franchement en faveur d’une troisième phase au sommet100. Alors que les autres Occidentaux – à l’exception des Britanniques – accusent la France d’avoir brisé la solidarité alliée, Brejnev, inquiet que la pression atlantique puisse amener Giscard à revenir en arrière, écrit à ce dernier pour s’assurer qu’il maintient sa position101. Le président français confirme immédiatement ses propos102, le premier ministre Jacques Chirac fait de même au moment de sa visite à Moscou en mars 1975103. La question est donc de savoir pourquoi le gouvernement français accepte de tenir une réunion au sommet. Dans ses mémoires, Valéry Giscard d’Estaing élude en quelques lignes la rencontre de Rambouillet104, ne réitérant pas la justification qu’il avance à la télévision le 20 décembre 1974 :

  • 105 Propos de Valéry Giscard d’Estaing lors de l’émission télévisée En direct de l’Élysée, présentée pa (...)

« M. Brejnev tient beaucoup à la réunion de cette conférence et il souhaite beaucoup que cette conférence ait lieu au sommet. Jusqu’à présent, la position d’un certain nombre de pays était de dire : “eh bien, on verra, suivant les résultats, si cela se fait au sommet ou non”. Ce qui est d’ailleurs un peu étrange finalement, comme position, puisqu’on a l’air de dire : si l’accord est mauvais, on le fera signer par les ministres des Affaires étrangères et, s’il est bon, on le fera signer par les chefs d’État ! Il vaut mieux chercher un bon accord105. »

  • 106 Tg. de Spiers, 10 décembre 1974, dossier « United Kingdom. State Department Telegrams. To SECSTATE (...)

50Et le président français ne ménage pas ses efforts pour chercher cet accord. À Rambouillet, la France parvient à obtenir des Soviétiques un texte sur les contacts humains, sujet on-ne-peut-plus brûlant de la troisième corbeille. En ce sens, Paris ne va pas à l’encontre de la position définie par l’Alliance atlantique consistant à arracher des concessions substantielles à l’URSS avant d’accepter un sommet. C’est parce qu’ils sont conscients de cela que les Britanniques soutiennent pleinement le point de vue français106.

  • 107 Note de G. Robin, 4 décembre 1974. AN, 5 AG 3 885. CSCE.

51Cette explication est cependant insuffisante pour comprendre l’accord donné par Giscard. Il faut également voir dans son attitude non seulement un besoin de se concilier les Soviétiques mais aussi l’influence déterminante de Gabriel Robin qui, à la veille de la rencontre avec Brejnev, explique au président de la République que les diplomates français ne voient aucune objection à ce que la troisième phase se passe au niveau des chefs d’État. Il évoque de plus le voyage qu’Helmut Schmidt vient d’effectuer en URSS : selon Robin, le chancelier allemand s’est montré positif sur ce point107. Il s’agit par conséquent d’éviter que la France ne reste en retrait sur cette question.

  • 108 Tg. de Rush, décembre 1974, dossier « USSR (6) », Box 17, National Security Adviser. Presidential C (...)
  • 109 Entretien Ford/Kissinger, 8 octobre 1974, Washington. Box 6, NSA, Memoranda of conversations, GFL.
  • 110 Entretien Ford/Kissinger, 10 décembre 1974, Washington. Box 7, NSA, Memoranda of conversations, GFL
  • 111 Entretien Giscard d’Estaing/Ford/Kissinger, 15 décembre 1974, Fort-de-France. Box 8, NSA, Memoranda (...)

52Les Américains, frustrés de n’avoir pas été consultés au préalable et jugeant minimes les concessions des Soviétiques à Rambouillet108, font savoir leur mécontentement à la France. Kissinger, qui dès octobre 1974 se demande qui de Giscard ou Schmidt va le premier faire ce cadeau aux Soviétiques109, se montre particulièrement cinglant à l’égard du président français. Il l’accuse de faire cavalier seul afin de se concilier, sur le plan intérieur, à la fois les communistes et les gaullistes110. Moins de dix jours après Rambouillet, Giscard reçoit Ford à la Martinique et tente de rectifier le tir en affirmant maladroitement qu’il « ne s’était pas engagé en faveur d’une réunion au sommet111 ».

  • 112 Nixon avait admis devant Brejnev que des progrès avaient été réalisés à la CSCE et souscrit à l’idé (...)
  • 113 Note du secrétariat général du Quai d’Orsay, 10 décembre 1974. AN, 5 AG 3 982. États-Unis. 1974.
  • 114 Note CSCE, 7 août 1973. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3019.
  • 115 Entretien Sauvagnargues/Kissinger, 4 juillet 1974, Paris. AN, 5 AG 3 982. États-Unis. 1974.

53Les États-Unis ont beau critiquer le comportement des Français, ils semblent oublier qu’ils se sont aussi prononcés à plusieurs reprises en faveur d’une troisième phase au plus haut niveau, et ce avant même Giscard. En témoigne la conversation, au lendemain de Rambouillet, entre Geoffroy de Courcel et l’ambassadeur Rush au Quai d’Orsay : alors que le représentant de Washington vient signifier le mécontentement de son gouvernement à la suite du ralliement de la France aux positions soviétiques, le secrétaire général lui rappelle que les États-Unis ont fait de même lors de la visite de Nixon à Moscou en juin 1974112 et qu’ils ont réitéré leur accord au moment du voyage de Ford à Vladivostok en novembre 1974. Désemparé, Rush se déclare satisfait de cette réponse, constatant la proximité des positions française et américaine113. La mauvaise foi de la Maison Blanche dans cette affaire ne fait donc aucun doute, d’autant que Nixon dit envisager une ultime étape au sommet dès l’été 1973114 et que Kissinger admet en juillet 1974 que cela est vrai115. Alors pourquoi Kissinger pointe-t-il la France du doigt en décembre 1974 ?

  • 116 Tg. no 5747, de Kosciusko-Morizet, 21 septembre 1973. AMAE, Amérique 1971-1975, États-Unis, vol. 74 (...)

54Pour répondre à cela, il faut tenir compte du moment précis où Washington donne son accord aux Soviétiques. À l’été 1973, Kissinger tente d’établir une entente bilatérale durable avec Moscou sur de nombreux sujets sensibles : il a tout intérêt à accepter l’idée d’un sommet à la CSCE en échange de la bonne volonté russe concernant d’autres thèmes comme le Proche-Orient ou les SALT. Il essaye en outre d’obtenir des Européens de l’Ouest un sommet de l’Otan qui permettrait aux États-Unis de réaffirmer le lien transatlantique. Une réunion Est-Ouest au plus haut niveau à Helsinki constituerait un bon prétexte pour faire valoir un sommet occidental préalable. Le Secrétaire d’État affirme ainsi en septembre 1973 au ministre néerlandais des Affaires étrangères que la CSCE se terminera au niveau le plus élevé « car l’Europe ne peut dire non aux Soviétiques sur ce point116 ».

  • 117 Entretien Ford/Wilson/Kissinger/Callaghan, 7 mai 1975, Washington. Box 11, NSA, Memoranda of conver (...)

55Par la suite, avec le bouleversement de certains paramètres fondamentaux de la politique intérieure et extérieure américaine – amendement Jackson-Vanick, échec de « l’année de l’Europe » –, avec le soudain intérêt de Washington pour la CSCE et avec les multiples reproches des Européens quant à une acceptation trop précoce d’un sommet, Kissinger décide de modérer sa position et de faire de la troisième phase de la conférence un objet de compromis avec Moscou : un sommet est envisageable mais seulement contre plus d’efforts de la part de l’URSS sur la troisième corbeille117. Pour ce qui est des alliés européens, il expose sa stratégie au président Ford :

  • 118 Entretien Ford/Kissinger, 28 août 1974, Washington. Box 5, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

« Votre problème tactique avec le Sommet CSCE est que les Européens disent qu’ils ne veulent pas de sommet, mais si vous vous y opposez aussi, ils se prononceront pour et vous y traîneront. Donc vous devez rester un peu en avant de cette position. Par contre, avec les Soviétiques, ne vous engagez pas, car ils pourraient utiliser cela pour nous mettre les Européens à dos118. »

  • 119 Note CSCE no 208, 26 novembre 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3726.
  • 120 Entretien Ford/Kissinger/Luns, 24 février 1975, Washington. Box 9, NSA, Memoranda of conversations, (...)

56Néanmoins, à cause de l’engagement de Nixon, Ford ne peut guère reculer face à l’insistance des Soviétiques, c’est ce qui explique la phrase du communiqué soviéto-américain de Vladivostok selon laquelle « les importants résultats obtenus dans le travail de la Conférence permettent de l’achever au plus haut niveau119 ». Aussi faut-il voir derrière les sarcasmes de Kissinger après Rambouillet un réel soulagement : en acceptant une ultime étape au sommet, Giscard réussit à faire oublier Nixon et Vladivostok et à concentrer les critiques de l’ensemble du monde occidental. Le Secrétaire d’État américain peut ainsi déclarer en février 1975 que la CSCE se termine par un sommet du seul fait des Européens120. Il ne reste plus désormais qu’à en fixer la date, ce qui soulève le problème du compromis final au sein de chacune des trois corbeilles.

  • 121 Entretien Ford/Kissinger/Giscard d’Estaing, 15 décembre 1975, Fort-de-France. Box 8, NSA, Memoranda (...)

57Depuis 1973, les Soviétiques et leurs satellites pressent les Occidentaux et les Neutres de terminer la CSCE rapidement. Chaque rencontre bilatérale Est-Ouest constitue une occasion de soulever le sujet ; mais étant donné la lenteur des discussions et le peu de concessions du camp oriental, l’Ouest repousse sans cesse les échéances proposées par Moscou. En septembre 1973, le Kremlin envisage la fin des négociations pour le mois de décembre suivant, puis pour le printemps 1974, l’été 1974, Noël 1974, février 1975, etc. La stratégie occidentale consistant à ne rien céder tant que l’URSS ne se montre pas disposée aux concessions est couronnée de succès au printemps 1975, nous y reviendrons. Brejnev échoue pourtant à obtenir la troisième phase aux alentours des 8 et 9 mai 1975 : cela lui aurait permis de renforcer le caractère symbolique de la CSCE en la présentant comme le point final de la Seconde Guerre mondiale, trente ans après la rencontre des troupes américaines et soviétiques sur l’Elbe121.

58Le président français, qu’il s’agisse de Pompidou ou de Giscard d’Estaing, reçoit régulièrement des lettres de Brejnev l’enjoignant de déterminer une date pour la troisième phase. La position française à ce sujet est claire et constante :

  • 122 Note de G. Robin, 14 mars 1975. AN, 5 AG 3 885. CSCE.

« Si nous acceptons de fixer, même à deux ou trois semaines près, la date de la conclusion de la conférence, cela signifie que nous ne pourrons plus obtenir de concessions sérieuses à Genève et que par conséquent nous acceptons de conclure pratiquement sur la base des résultats actuels122. »

  • 123 Note CSCE no 145, 23 juin 1975. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2927.

59La date de la dernière étape de la CSCE doit donc être fixée au dernier moment. Le 23 juin 1975, la France considère terminées les négociations de Genève, y compris sur la troisième corbeille. Elle en appelle donc à la réunion de la dernière phase à Helsinki : tout le monde a fait des concessions ; on ne peut pas aller plus loin123. C’est à ce moment précis que Paris provoque l’ire de ses partenaires de la Communauté en présentant, sans leur accord, une proposition fixant la troisième phase fin juillet alors que quelques points restent, selon eux, encore en suspens.

  • 124 Tg. CSCE (73) 84 P. REV, 3 novembre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, CPE, vol. 3819.

60Un autre débat formel qui oppose les membres des deux blocs tout au long des négociations de Genève a trait à la forme des documents finaux de la CSCE. Du côté soviétique, on souhaite que la conférence adopte un document pour chaque point de l’ordre du jour et que la déclaration sur les principes devant régir les relations entre États soit le seul texte à être signé. Dans cette conception, les quatre documents finaux consisteraient en des déclarations d’intention de caractère très général et n’édicteraient pas d’obligations juridiques. Cela permettrait de réduire l’importance de la troisième corbeille et de valoriser le texte sur les principes auquel l’URSS tient plus que tout : ce dernier produirait ses effets par le fait même d’avoir été approuvé solennellement tandis que les autres documents n’auraient aucune conséquence immédiate ; ils constitueraient des engagements de principe qui n’auraient de valeur que dans la mesure où les États voudraient y donner suite124.

  • 125 Note CSCE no 299, 7 septembre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3722.
  • 126 Tg. NR 99/100, 22 février 1974. AMAE, CSCE, vol. 33.
  • 127 Tg. au départ no 234/41, de Courcel, 16 avril 1975. AMAE, Europe 1971-1976, CEE, vol. 3820.
  • 128 Klein J., « Sécurité et coopération en Europe », Armées d’aujourd’hui, no 203, septembre 1995, p. 5 (...)
  • 129 Entretien avec Jean François-Poncet, 5 octobre 2009, Paris ; entretien avec Henri Froment-Meurice, (...)

61Pour la France et ses partenaires de la CPE, il est exclu de donner une importance particulière à l’un des points de l’ordre du jour. Paris souhaite éviter la création d’un nouveau droit international qui pourrait faire croire à un traité de paix, et perçoit le document final comme une série de recommandations et de déclarations d’intentions, non comme un acte juridique125. En février 1974, la France donne ainsi son accord à un projet néerlandais se présentant expressément comme un acte final. On estime au Quai d’Orsay qu’il s’agit là de la forme – dont le précédent le plus célèbre est l’acte final du Congrès de Vienne en 1815 – qui correspond le mieux aux décisions de Genève. Dès lors, la délégation française défend bec et ongles la formule « acte final » qui, conformément à la définition généralement acceptée de cette expression, constitue un instrument qui énumère les participants à une conférence et les décisions qui y ont été adoptées, et consigne les résultats de ses travaux126. Cela signifie en outre la signature d’un seul document final qui reflète la valeur égale de tous les points de son ordre du jour et assure une certaine force contraignante au document en question, mais de façon modérée127. L’ensemble des Occidentaux, auxquels s’ajoutent les Neutres, adopte peu à peu cette vision des choses : isolés, les Soviétiques et leurs satellites finissent par s’y rallier et signent, le 1er août 1975, un volumineux document sui generis qui s’apparente à une déclaration d’intention politique. Désormais, la CSCE peut contribuer au renforcement de la sécurité en Europe seulement si les États signataires appliquent de bonne foi l’ensemble des dispositions adoptées128. Mais beaucoup de responsables politiques et diplomatiques français ne se font guère d’illusions : il y a peu de chances pour que le bloc de l’Est améliore, à court terme du moins, le sort de ses citoyens129, sauf si on élabore un moyen d’évaluer l’application de l’acte final.

Quelles suites donner à la CSCE ?

  • 130 Circulaire no 349, de Beaumarchais, 4 octobre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Pologne, vol. 3476.
  • 131 Dépêche non signée et non datée précisément, 1972. AMAE, CSCE, vol. 1.

62La question des suites à donner à la CSCE engendre de fait un débat houleux entre les participants, et ce depuis les PMP. Le bloc de l’Est envisage la création d’un organe permanent dont la fonction principale serait de prolonger le processus d’Helsinki et d’y aborder la question du désarmement. Les Polonais vont plus loin en présentant cet organe comme la pièce maîtresse de la CSCE, chargée d’appliquer les décisions de la première conférence et d’en préparer une seconde130. Pour le Quai d’Orsay, un tel système permettrait à Moscou de confirmer son droit à une présence active en Europe occidentale. En régionalisant l’Europe, il empêcherait le développement de la Communauté européenne, tarirait les possibilités d’élargir les relations avec l’Est et réduirait l’Europe à un rôle marginal puisqu’elle ne pourrait s’appuyer que sur la garantie des superpuissances dont l’une seulement, l’URSS, serait directement insérée dans ledit système en raison de la contiguïté géographique131.

  • 132 Note SDEO, 17 février 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2923.
  • 133 Note confidentielle du directeur d’Europe, 3 juillet 1975. AN, 5 AG 3 934. RFA. 1975.

63Paris estime qu’à court terme, la création d’un tel organisme répond au désir des Soviétiques de renvoyer à son examen toute question qui n’aurait pas trouvé une solution dans le cadre de la conférence et d’éluder de la sorte la discussion des points sur lesquels les pays de l’Est se sentent les moins assurés, notamment dans le domaine de la coopération culturelle132. Enfin, parce qu’il aborderait le problème de la réduction des forces et de fait créerait un lien avec les MBFR, cet organisme deviendrait la clé de voûte d’un système soviétique visant à la neutralisation de l’Europe centrale et empêcherait les Neuf de développer une défense commune133. Paris souhaite éviter l’instauration d’un système paneuropéen de sécurité et veut faire en sorte que l’Allemagne demeure ancrée à l’Ouest.

  • 134 Entretien Pompidou/Brandt, 3 juillet 1972, Bonn. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.
  • 135 Note CSCE no 346, 14 novembre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2982.

64Pompidou lui-même prend conscience du danger que peut faire courir un organisme permanent et, dès l’été 1972, indique à Willy Brandt qu’il est opposé à sa création134. Si la plupart des membres de la Communauté sont unanimes, la position allemande est moins tranchée : à l’automne 1973, Bonn propose de créer, pour prolonger la CSCE, un centre de coopération industrielle et économique Est-Ouest ainsi qu’un forum scientifique qui seraient tous deux implantés à Berlin-Ouest. Pour la France, qui juge inutile un tel programme, le glissement de la RFA vers une acceptation d’une suite institutionnelle de la CSCE est à attribuer au désir des dirigeants allemands, engagés dans l’Ostpolitik, de ne pas en risquer les bénéfices en prenant parti contre des projets dont ils savent qu’ils tiennent à cœur à Moscou. En outre, estime-t-on à Paris, installer des organes permanents à Berlin-Ouest irait dans le sens de la théorie soviétique des trois entités allemandes – RDA, RFA, Berlin-Ouest – nées de la dislocation du Reich135.

Photographie 5. – 21e sommet franco-allemand. Michel Jobert (ministre des Affaires étrangères), Willy Brandt, Georges Pompidou, Achille Peretti, x, x. Willy Brandt, chancelier ouest-allemand, au cours d’un dîner au Palais de l’Élysée. Paris, novembre 1973.

  • 136 Tg. no 4366/72, de Sauvagnargues, 27 septembre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2979.
  • 137 Niedhart G., « U.S. Détente and West German Ostpolitik », art. cit., p. 42.

65Egon Bahr est au cœur des suspicions françaises. Preuves en sont les télégrammes de l’ambassade de France à Bonn selon lesquels accepter un organe permanent rendrait possible le plan de Bahr cherchant à établir une « petite Europe » neutralisée et dotée d’un système particulier dont les institutions seraient placées à Berlin136. Bahr estime en outre qu’un rapprochement économique et culturel entre l’Est et l’Ouest doit conduire à la désintégration du bloc soviétique137, ce qui contribue à expliquer le projet allemand d’organisme scientifique. On comprend donc pourquoi Paris repousse à la fois l’organe permanent et les MBFR : pour la France, ces deux thèmes relèvent de la même logique. Elle redoute toujours l’instauration d’une zone spéciale où règnerait un droit international régional.

  • 138 Note CSCE, 21 janvier 1975. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2982.
  • 139 Weinachter M., Valéry Giscard d’Estaing et l’Allemagne, Paris, L’Harmattan, 2004, 4e partie, 2.1.
  • 140 Note de Robin, 31 janvier 1975. Citée par Soutou G.-H., « L’anneau et les deux triangles », art. ci (...)
  • 141 Weinachter M., op. cit., 4e partie, 1.1.

66C’est seulement avec l’arrivée d’Helmut Schmidt à la chancellerie en mai 1974 que les craintes françaises s’apaisent138, le nouveau chancelier se rapprochant considérablement du point de vue de la France en ce qui concerne les suites de la CSCE. Schmidt poursuit l’Ostpolitik de son prédécesseur en vue d’obtenir des accords avec Moscou sur des points précis comme le désarmement mais il la recentre vers une « politique coopérative d’équilibre », s’éloignant des plans globaux de Bahr139. Le successeur de Brandt envisage notamment de profiter de l’attrait économique de la RFA pour obtenir de l’URSS et de la RDA « des améliorations pratiques à la situation de Berlin et pour développer la coopération avec la RDA140 ». En France, le changement de président de la République contribue également à soulager les peurs : développant une entente et une confiance solides avec Schmidt et étant partisan d’une désidéologisation des relations Est-Ouest, Valéry Giscard d’Estaing ne craint guère une « dérive allemande » vers l’Est141.

  • 142 Tg. no 689/98, de Viot, 19 juin 1974. AMAE, CSCE, vol. 30.

67Quoi qu’il en soit, à Genève, la France, qui appelle ses partenaires européens et atlantiques à la plus grande prudence, devient le principal opposant à l’idée d’un organisme permanent vu comme le symbole de la consécration du statu quo politique et territorial en Europe, Jean Sauvagnargues n’hésitant pas à le présenter à ses homologues de l’Otan comme une réminiscence du plan Rapacki de 1957142.

  • 143 Note SDEO, 14 avril 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Roumanie, vol. 3537.

68Un élément essentiel vient cependant gêner les Neuf, Paris en particulier : de 1972 à 1975, la Roumanie prend la tête des pays désireux de créer un organe au sein duquel tous les États européens siégeraient sur un pied d’égalité, en dehors des blocs, et qui veillerait au respect des principes d’Helsinki, en particulier celui de l’indépendance des États143. Comment la France, dont la politique européenne demeure largement fondée sur les idées gaulliennes de souveraineté, d’égalité et d’indépendance des États, peut-elle repousser un pareil projet sans perdre sa crédibilité dans les pays d’Europe de l’Est soumis au joug soviétique ? Cette question prend un caractère central au sein de l’appareil diplomatique français au cours des mois de préparation de la CSCE. On peut y voir un joli coup tactique de la part du Kremlin : bien que développant une politique destinée à démontrer qu’elle dispose d’une relative marge de manœuvre par rapport à l’URSS, la Roumanie est toujours un satellite de Moscou. Encerclée par des pays communistes, loin de l’Allemagne et du rideau de fer, disposant de l’un des régimes les plus durs du pacte de Varsovie, la Roumanie ne constitue pas vraiment un danger aux yeux des Soviétiques. Au contraire, ces derniers profitent des velléités roumaines pour laisser paraître au reste du monde que leur mainmise sur l’Europe orientale n’est pas aussi redoutable qu’on veut bien le croire.

  • 144 Note CSCE no 49, 5 mars 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3689.

69Même s’ils perçoivent parfaitement la stratégie de Moscou144, les Français comprennent que des pays comme la Roumanie, la Yougoslavie, voire l’Autriche ou la Finlande souhaitent disposer, après la CSCE, d’une instance de recours pour les cas où ils se sentiraient menacés. Ils se posent donc la question de savoir si des dispositions restrictives portant sur le mandat d’un tel organisme peuvent apporter aux pays occidentaux des garanties suffisantes pour leur permettre d’en envisager la création.

  • 145 Document CESC/HC/12/Add. 1, 13 mars 1973. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, Book 1.
  • 146 Document CESC/HC/43, 6 avril 1973. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, Book 1.
  • 147 Tg. no 155/60, vers Helsinki, de Siefer-Gaillardin, 17 mars 1973. AMAE, CSCE, vol. 27.

70La France adopte par conséquent une position en deux temps. Suivie par ses partenaires de la Communauté, elle propose dans un premier temps la création d’un comité de coordination qui se réunirait périodiquement, pendant la deuxième étape de la conférence, et dont la tâche consisterait à coordonner l’activité des commissions afin d’imposer un rythme et d’éviter les doubles emplois, de recueillir le résultat de leurs travaux en vue de la phase finale de la CSCE et de transmettre aux gouvernements des recommandations utiles sur le déroulement de la conférence, notamment sur l’organisation de sa troisième étape145. Cette initiative est importante car elle constitue la meilleure réplique au projet russe d’organisme permanent146 : elle établit une stratégie de linkage à la française ; si l’URSS tient à son organisme permanent post-CSCE, elle devra procéder à de rapides concessions sur l’ensemble des corbeilles. De cette façon, on retire aux Soviétiques l’intérêt d’un organe permanent abordant ultérieurement les sujets les plus sensibles à leurs yeux puisque ce serait chose faite à Genève147. La proposition française est approuvée par l’ensemble des participants aux PMP le 22 mai 1973.

  • 148 Entretien Jobert/Gromyko, 16 février 1974, Paris. AN, 5 AG 2 113. URSS. 1972-1974.
  • 149 Intervention du représentant de la France au Comité de coordination, 13 décembre 1973 ; note 52/DP, (...)
  • 150 Document de la délégation française, 10 décembre 1973. AMAE, CSCE, vol. 18.

71Dans un second temps, Michel Jobert émet l’idée, bien accueillie par les Huit, d’une période intermédiaire qui suivrait la conclusion finale de la conférence et durant laquelle les États participants s’attacheraient à mettre leurs engagements en œuvre148. Pendant cette période probatoire, la continuité de l’effort entrepris à Helsinki et à Genève se traduirait par les travaux de diverses organisations déjà existantes telles que l’Unesco ou la Commission économique des Nations unies pour l’Europe, que la conférence chargerait de l’étude ultérieure des points de l’ordre du jour149. Paris distingue de la sorte suites institutionnelles et suites techniques, les secondes s’attachant à vérifier la bonne application des dispositions les plus concrètes de la CSCE dans les deuxième et troisième corbeilles150.

  • 151 Document CPE, rapport du président du sous-comité CSCE, 23 mai 1975. AMAE, CSCE, vol. 18.
  • 152 Intervention du représentant de la France, groupe de travail sur les Suites, 14 mars 1975. AMAE, CS (...)

72C’est finalement dans une proposition émanant du Danemark que la délégation française à Genève se reconnaît le mieux : elle prévoit une période intérimaire de quelques années suivie d’une réunion de représentants officiels en 1977 et ne tend pas à l’institutionnalisation des suites, celle-ci n’étant possible qu’à l’issue de la période probatoire, selon le degré de respect des dispositions de l’Acte final. L’idée danoise permet ainsi aux Neuf de garder un maximum de contrôle sur l’évolution ultérieure du processus multilatéral151. Elle leur permet également de combattre l’idée soviétique selon laquelle la CSCE représente un aboutissement, la consécration définitive du statu quo politique et territorial en Europe. Les pays de la CE, et notamment la France, ne voient en la conférence qu’une étape de la détente entamée en 1962 ; de fait, les modalités des suites « devront à chaque instant s’adapter au contexte politique régnant », d’où l’intérêt de se garder « de planifications trop ambitieuses que l’avenir pourrait démentir152 ». Dans cette optique, les Français estiment que le dialogue bilatéral conserve toutes ses vertus ; ils le jugent plus capable d’améliorer les relations entre États que ne peuvent le faire des résolutions prises à trente-cinq.

  • 153 Chez les Neutres et Non-alignés, seules la Yougoslavie et l’Espagne se prononcent clairement en fav (...)
  • 154 Projet de rapport du sous-comité CSCE, 15 mai 1975. AMAE, CSCE, vol. 20.

73La tendance des Neuf, appuyés par les Neutres153, consistant à lier la question des suites aux résultats de la CSCE produit peu à peu ses effets : à partir de mai 1974, les Soviétiques et leurs alliés se montrent moins intéressés par ce problème. Ils prennent conscience du danger que pourrait créer la filiation entre suites institutionnelles et application des dispositions de la conférence, particulièrement en matière d’échanges culturels et de contacts humains. Le recul de l’URSS rend unanime la décision d’adopter la proposition danoise sur les suites. En accord avec le document ouest-européen, on assigne à la réunion de hauts fonctionnaires prévue en 1977, précédée d’une réunion préparatoire, la tâche d’évaluer la mise en œuvre des décisions de la CSCE et l’état des relations entre les États participants ainsi que de présenter des propositions concernant des mesures propres à permettre d’atteindre les objectifs de la conférence154.

Le formel et l’informel

  • 155 Note CSCE no 184/D, 19 juin 1973. AMAE, CSCE, vol. 11.

74Les PMP d’Helsinki se terminent le 8 juin 1973 après que les trente-quatre participants aient approuvé les Recommandations finales des consultations d’Helsinki, perçues par le Quai d’Orsay comme « le reflet des conceptions françaises155 », et qui contiennent un document d’une quinzaine de pages, appelé le Livre bleu. Celui-ci précise, à l’occasion des différents points de l’ordre du jour de la CSCE, les instructions que devront suivre les commissions et sous-commissions chargées de les étudier.

75Les Recommandations fixent les trois phases de la CSCE : la première rassemble, dans la capitale finlandaise, les ministres des Affaires étrangères des États participants afin qu’ils approuvent le Livre Bleu ; la deuxième phase, durant laquelle la politique fait place aux discussions techniques, est consacrée à la négociation proprement dite et réunit à Genève l’ensemble des délégations de diplomates issues de chaque État participant – Monaco devient alors officiellement le trente-cinquième membre de la conférence ; la phase ultime doit permettre aux chefs d’État ou de gouvernement d’approuver les décisions de Genève. Ces trois étapes du processus requièrent une gigantesque organisation. Dès l’ouverture de la CSCE, le 3 juillet 1973, chacun comprend que la conférence risque d’être plus longue et plus complexe que ce qu’on ne l’imaginait.

Michel Jobert à Helsinki

  • 156 Tg. no 507-509, d’André, 22 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

76Si la ville d’Helsinki ne reçoit pas la deuxième phase de la CSCE, c’est d’abord en raison de sa faible capacité d’accueil. Déjà, durant les PMP, un effort maximal est réalisé par les autorités finlandaises pour héberger toutes les délégations et les transporter quotidiennement entre leurs hôtels et le palais des Congrès de Dipoli, à Otaniemi, à neuf kilomètres à l’ouest d’Helsinki. Trois des plus grandes salles de conférences sont réservées aux commissions et quelques salles pour les groupes de travail. En séance plénière, les délégués siègent autour d’une table hexagonale comptant soixante-douze places assises et sont placés selon l’ordre alphabétique français156.

  • 157 Note du service du Protocole, juillet 1975. AN, 5 AG 3 885. CSCE. 1975.

77Afin de faire honneur aux bonnes dispositions dont la Finlande fait preuve depuis 1969 à l’égard de la conférence paneuropéenne, les dirigeants européens et nord-américains souhaitent lui laisser l’apanage des étapes purement politiques de la CSCE. Aussi les ministres des Affaires étrangères se réunissent-ils, du 3 au 7 juillet 1973, au Finlandia Hall, palais en marbre blanc de Carrare réalisé par le célèbre architecte finlandais Alvar Aalto et inauguré en décembre 1971. La Finlande, qui fait tout son possible pour démontrer à l’Europe entière qu’elle sait recevoir, se heurte d’emblée aux critiques de la France pour qui « l’acoustique de la grande salle laisse encore à désirer157 ».

  • 158 Kissinger H., À la Maison Blanche, op. cit., p. 440.

78La délégation française qui se présente à Helsinki ce 3 juillet 1973 est conduite par celui qu’Henry Kissinger surnomme la « terreur oratoire de la diplomatie alliée158 », Michel Jobert, second et dernier hôte du Quai d’Orsay sous la présidence de Georges Pompidou. Proche collaborateur du président de la République dès 1969, Jobert le suit dans tous ses voyages depuis son élection. Bien qu’il ne reste qu’un an au ministère, il en laisse une trace indélébile du fait de son art de manier le verbe et de sa claire vision des relations internationales mais aussi parce qu’il a la lourde responsabilité de parler au nom d’un chef d’État qui, de plus en plus malade, n’a plus la force de défendre seul sa perception de la politique étrangère. Davantage que son prédécesseur Maurice Schumann, il se fait le chantre de la dénonciation du condominium soviéto-américain et symbolise le durcissement de la diplomatie pompidolienne à l’égard des deux Grands. Son discours fracassant à la CSCE reste d’ailleurs l’un des moments forts de son passage à la tête de la diplomatie française.

Photographie 6. – La délégation française lors de la première phase de la CSCE en juillet 1973. De droite à gauche, au premier rang : Michel Jobert, Claude Arnaud, Alain Pierret, Gérard André ; au deuxième rang : Bernard Peyre (stagiaire de l’Ena), François Plaisant.

  • 159 Cité par Weed M.K., op. cit., p. 114.

79La première phase de la conférence se divise en trois parties : les discours d’ouverture où chaque ministre présente sa perception de la sécurité européenne, des réunions restreintes où ils sont amenés à faire des propositions concrètes, des entretiens bilatéraux où s’exerce le jeu des affinités. Le discours de Jobert, fondé sur la dénonciation des arrangements bipolaires du type MBFR et la défense des petits États, prend la forme d’une histoire racontée à un enfant ; appelant les Européens à rester vigilants vis-à-vis des intentions soviéto-américaines, il est empreint d’un pessimisme non dissimulé qui ne plaît guère aux représentants soviétiques, à commencer par Gromyko lui-même : « au fur et à mesure que je parlais, se remémore Jobert, je voyais le sourire d’Andrei Gromyko se dissiper159 ». Dans son intervention, Jobert insiste sur la libre circulation des hommes, des idées et des marchandises, appuie la notion de liberté et reprend la doctrine gaullienne d’indépendance nationale. Certains passages de son allocution sont particulièrement incisifs :

  • 160 Discours de Michel Jobert lors de la première phase de la CSCE à Helsinki, le 4 juillet 1973. Docum (...)

« La préparation de cette Conférence a été – que nul ne s’en offusque – un énorme bavardage dans lequel chaque pays a versé le meilleur et le pire, enthousiasme et prudence, immobilité et volonté de manœuvre, vues lointaines et impulsivité, perplexité du diplomate et arguties du juriste, et tant d’heures de séance, et tant de papiers que les spécialistes seuls peuvent expliquer – s’ils en avaient encore le goût et le talent – par où passe le fil qui mène à la sécurité et à la coopération. […]
Or, il y a aussi l’apparence de la sécurité, et chacun en verra peut-être les dangers. Ce n’est pas parce qu’en 1973 ou 1974 une conférence se sera tenue à Helsinki que tout sera réglé, et qu’on pourra chanter des louanges à la paix, chasser les inquiétudes des cœurs et la résolution des esprits. Oui, voilà les mots “la résolution des esprits”, résolution à ne jamais consentir l’abandon de soi-même aux fausses sécurités, résolution à ne jamais consentir au désarmement moral qui émousse l’esprit de résistance, qui trompe la vigilance et qui conduit à la servitude. […]
L’Europe ne peut pas être cette zone spéciale, un terrain de parcours où s’équilibreraient des forces extérieures, un lieu dévolu à ces rivalités. Ceux qui peuvent le penser se trompent dans leur analyse, car tôt ou tard elle ne sera plus tolérée, dès lors que les peuples européens auront compris le danger de leur passivité. Plusieurs pays ont jugé bon d’engager, dans une autre capitale, une négociation sur la réduction des armements en Europe. Je souhaite – sans y croire – que ce soit dans leur intérêt, car ce n’est pas ainsi que l’on ira vers une sécurité plus réelle, plus réellement européenne et plus déterminée par l’Europe, puisqu’il est évident qu’elle sera définie et contrôlée de l’extérieur160… »

  • 161 Tg. no 3278/84, de Vimont, 4 juillet 1973. AMAE, CSCE, vol. 26.

80Gromyko est d’autant plus surpris qu’il s’attendait à ce que le représentant de la France s’attache à faire l’éloge de l’exemplarité des relations franco-soviétiques depuis 1964. Dans son discours, le ministre soviétique se félicite des accords bilatéraux que l’URSS a passés, au cours des années précédentes, avec la France, la RFA, les États-Unis et la Yougoslavie ; il tente de démontrer que son pays multiplie les actions en faveur de la paix en évoquant le TNP, les SALT et l’accord Nixon-Brejnev de mai 1972 sur la limitation des arsenaux nucléaires. Le Quai d’Orsay note surtout que Gromyko « justifie avec une argumentation aussi habile que détaillée la nécessité de reconnaître les réalités territoriales issues de la guerre et de faire de l’inviolabilité des frontières le principe cardinal du système de sécurité européenne à établir161 ». Tout son discours vise à établir que seul le premier point de l’ordre du jour a une véritable importance ; les deuxième et, surtout, troisième points ne sont abordés au contraire que de manière cursive. Aussi les paroles de Jobert constituent-elles l’antithèse de celles de son homologue soviétique.

  • 162 Jobert M., Mémoires d’avenir, op. cit., p. 274.
  • 163 Jobert M., L’autre regard, op. cit., p. 311-312.
  • 164 Le 21 novembre 1973 devant l’UEO puis le 30 novembre suivant devant le Sénat, Jobert en appelle à l (...)
  • 165 Voir Badalassi N., « Sea and Détente in Helsinki », art. cit.
  • 166 Réunion restreinte du 6 juillet 1973, Helsinki, document CSCE/I/CM/PV.5. Archives CSCE, Helsinki 19 (...)
  • 167 C’est d’ailleurs ce qui est décidé lors des PMP.
  • 168 Michel Jobert est né à Meknès, au Maroc, en 1921. Il y passa toute son enfance et son adolescence, (...)
  • 169 Entretien avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

81Le texte prononcé par le ministre français, qui peut apparaître aux yeux de beaucoup comme une provocation à l’égard de Moscou, n’est en réalité pas celui qui était prévu à l’origine. Jugeant trop lisse le discours que lui a préparé Jacques Andréani, Jobert, avec l’aval de Pompidou, décide de le réécrire dans l’avion qui le conduit à Helsinki162. Pour en comprendre le sens, il faut garder à l’esprit le contexte Est-Ouest du printemps et de l’été 1973. Les États-Unis et l’URSS viennent de signer un accord bilatéral sur la prévention de la guerre nucléaire, confirmant ainsi leur prétention à diriger le monde seuls et semblant vider de sa valeur le principe d’une CSE où prévaut l’égalité entre États, petits ou grands, socialistes ou non ; dans le même temps, Moscou durcit sa politique à l’égard des opposants au régime alors que la troisième corbeille d’Helsinki est en train de voir le jour. L’ancien secrétaire général de l’Élysée estime qu’il ne peut laisser passer cela163. Il défend l’idée d’une détente globale qui ne se limiterait pas à l’Europe et dont les deux Grands ne monopoliseraient pas la conduite164. C’est parce qu’il estime que la détente doit être étendue à toutes les régions du monde qu’il soutient fermement, à Helsinki, les demandes émises dès 1971 par l’Algérie et la Tunisie d’être entendues à la CSCE pour soulever la question de la sécurité en Méditerranée, où les tensions se font chaque jour de plus en plus vives165. Il s’offusque cependant que quelques-uns de ses homologues européens réclament que le point de vue d’Israël soit également pris en compte afin de ne pas favoriser les pays arabes166. Pour lui, les États du Maghreb, parce que demandeurs depuis longtemps, doivent bénéficier d’un traitement de faveur167. Jobert, dont l’intérêt prononcé pour les problèmes relatifs à la Méditerranée tient également à son histoire familiale168, voit se former autour de lui un groupe de soutien méditerranéen comprenant ses collègues espagnol, italien, maltais, yougoslave et… polonais. En outre, alors que Malte se lance dans une fronde destinée à faire admettre un lien plus clair entre sécurité en Europe et sécurité en Méditerranée et que Gromyko crie haut et fort que « si les Maltais ne veulent pas signer, on signera sans eux169 », le ministre français s’oppose à son homologue soviétique en rappelant les règles d’or de la CSCE, à savoir la prise de décision par consensus et l’égalité entre tous les participants. Malgré ces blocages sur la question méditerranéenne, la première phase de la CSCE apporte sa pierre à l’édification de la sécurité et de la coopération en Europe.

  • 170 Documents CSCE/I/23, 24, 25 et 26. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, Book 2.

82Par souci de se conformer à ses propos, le ministre français ne vient pas les mains vides. Il soumet d’emblée quatre projets de textes destinés à être négociés durant la deuxième partie de la conférence. Ces textes se situent dans la droite ligne de la vision pompidolienne selon laquelle la coopération culturelle est le meilleur moyen de rapprocher les peuples. Il s’agit d’un projet de déclaration générale sur les échanges et la coopération culturelle et de trois projets de résolution concernant la diffusion des journaux, les échanges artistiques et la coopération scientifique170. Le fait que Jobert les propose en personne à la CSCE prouve qu’il n’est pas aussi pessimiste à l’égard de la conférence que son discours d’ouverture à Helsinki veut bien le laisser croire. Le ministre oscille entre, d’une part, l’idée que l’entente soviéto-américaine, en particulier sur les questions de désarmement, affaiblit la crédibilité de la CSCE et, d’autre part, la conviction qu’une conférence réunissant l’ensemble des États d’Europe sur un pied d’égalité afin qu’ils abordent les problèmes relatifs à leur propre sécurité n’est pas une mauvaise chose. Jobert exprime clairement sa position devant l’Assemblée nationale en novembre 1973 :

  • 171 Déclaration de Michel Jobert devant l’Assemblée nationale le 12 novembre 1973.

« Nous attendons de cette Conférence, ni trop, ni trop peu. Ni trop, parce qu’elle n’assurera pas à elle seule la paix et la détente ; parce que le dialogue est difficile entre des mondes aux systèmes politiques, économiques et sociaux si différents ; parce que le dialogue est difficile lorsque les armements sont encore si nombreux et que certains pays sont beaucoup plus puissants que d’autres. Mais ni trop peu, parce qu’elle a au moins le mérite essentiel de permettre un dialogue ; parce qu’elle doit favoriser ainsi une normalisation des relations entre les nations : en constatant ce qui existe, en faisant cesser les récriminations sur le passé, en définissant quelques principes propres à assurer le respect d’une situation donnée. Parce qu’elle est, en quelque sorte, la détente mise en pratique171. »

  • 172 Weed M.K., op. cit., p. 181.
  • 173 Jobert M., L’autre regard, op. cit., p. 311.
  • 174 Entretien avec Jean Klein, 12 février 2009, Paris.

83L’incertitude qui domine alors les relations internationales conduit la France à redoubler de vigilance, ce qui a un impact direct sur la conférence. Durant la dernière année de la présidence Pompidou, l’Élysée et le Quai d’Orsay se montrent de plus en plus réticents à accepter les compromis : on considère ainsi que rien ne doit être lâché aux Soviétiques sur les première et troisième corbeilles172. L’attitude de Jobert à propos de la CSCE évolue par la suite de manière complètement négative : dans l’ouvrage qu’il publie en 1976, il n’est déjà pas tendre avec cet « esprit d’Helsinki », « exclusivement utilisé pour consacrer les ambitions politiques dominantes173 ». En 1985, lors d’un colloque organisé à Paris à l’occasion du dixième anniversaire de l’Acte final, l’ancien ministre affirme ouvertement son hostilité à l’encontre du processus d’Helsinki, jugeant l’entreprise scandaleuse et n’ayant produit aucun résultat positif174. Un tel réquisitoire s’explique en grande partie par son antigiscardisme et le mépris qu’il a pu développer à l’égard de la politique à l’Est de Giscard d’Estaing, trop conciliante à son goût envers Moscou.

  • 175 Note CSCE, 29 juin 1973. AMAE, CSCE, vol. 11.

84Entre la période où il est aux affaires et le moment où il quitte le Quai d’Orsay, le contraste apparaît saisissant. En juillet 1973, Jobert applique à Helsinki les préceptes de son discours en choisissant scrupuleusement les ministres avec lesquels il prend ses repas. Il s’agit là aussi de respecter l’équidistance gaullienne entre l’Est et l’Ouest en établissant une sorte d’équilibre entre détente, entente et « dégustation ». Côté occidental, Jobert déjeune le 3 juillet avec son homologue américain Rogers puis, par respect d’un paramètre fondamental de la politique étrangère française, avec son collègue ouest-allemand Scheel le 4 juillet. Le lendemain, le représentant de la France privilégie le camp d’en face en recevant Gromyko dans son ambassade. Mais, afin de marquer leur intérêt pour le bassin méditerranéen et leur attachement à une Europe où chaque pays a le droit de décider de son propre destin, les Français offrent un dîner à l’Espagne, l’Italie, la Turquie, Chypre, la Grèce et Malte puis font de même avec les délégations des pays neutres et de la Roumanie175. Ainsi, les actes correspondent aux paroles. La grande soirée du moment reste cependant celle organisée par la RDA qui célèbre de la sorte sa première participation à une conférence internationale d’une telle envergure, comme pour faire un pied-de-nez aux Occidentaux qui avaient fait de sa non-reconnaissance un moyen de se détourner de l’idée d’une réunion paneuropéenne sur la sécurité.

85Une fois les Recommandations finales d’Helsinki approuvées par les ministres des Affaires étrangères, le Comité de coordination prévu par le Livre bleu se réunit à Genève du 29 août au 3 septembre 1973 pour déterminer le nombre de sous-commissions rattachées à chaque partie de l’ordre du jour, élaborer le calendrier des séances des commissions et sous-commissions et fixer les conditions dans lesquelles les pays méditerranéens non participants pourraient apporter leur contribution aux première et deuxième corbeilles.

L’autre « esprit de Genève »

  • 176 Manigand C., Les Français au service de la Société des Nations, Bruxelles, Peter Lang, 2003, p. 76.
  • 177 Ibid., p. 82.

86On parle souvent de « l’esprit de Genève » pour qualifier le climat particulier qui règne sur les rives du lac Léman durant l’entre-deux-guerres du fait de la présence de la Société des Nations. Parce qu’elle rassemble pendant deux ans les diplomates parmi les meilleurs de leur pays, la deuxième phase de la CSCE crée une certaine atmosphère qui n’est pas sans rappeler celle qu’a connue Genève dans les années 1920. La ville devient le théâtre de la plus vaste négociation du XXe siècle, avec ses lieux de travail, de sociabilité et de loisirs. Comme à l’époque de la SDN, la cité de Calvin se pose, de septembre 1973 à juillet 1975, en « carrefour des peuples176 » : l’Est, l’Ouest, les Neutres et les Non-alignés viennent y discuter de sécurité et de coopération. Une certaine culture transnationale s’y fait jour du fait de la prééminence des groupements d’États, à commencer par les Neuf, mais la comparaison s’arrête là : nulle « atmosphère de kermesse177 » et de mondanités pendant la CSCE, pas d’intérêt particulier des opinions publiques et, surtout, la conférence n’est pas une institution et n’a donc aucune vocation à s’inscrire dans la durée, malgré les velléités soviétiques.

  • 178 Rapport du Président du Comité politique de l’Otan, document C-M (73) 69, 6 août 1973. AMAE, CSCE, (...)
  • 179 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 65.

87La deuxième phase de la CSCE, ce sont avant tout des rencontres, officielles et officieuses. Toutes les sous-commissions ne peuvent se tenir le même jour car ni les installations de la conférence, ni les membres des délégations ne sont en nombre suffisant. Le calendrier prévoit donc une alternance rigoureuse des séances afin de maintenir, à la demande des pays de l’Otan, un certain parallélisme entre les travaux de chaque sous-commission : cela doit permettre aux Occidentaux d’obtenir des concessions de l’Est sur les sujets les plus sensibles en les liant aux questions auxquelles Moscou tient par-dessus tout178. Ainsi, pour chaque corbeille, une sous-commission siège le matin, une autre l’après-midi ; les discussions se basent sur les recommandations du Livre bleu déterminées à Helsinki, « dans lequel les buts des uns et les réticences des autres sont consignés dans une terminologie allusive, où chaque expression est codée, parfaitement compréhensible pour les négociateurs, mais pour eux seulement179 ».

  • 180 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 111.

88En tout, ce sont quatre cents diplomates et délégués qui passent par le centre genevois des Nations unies entre le 18 septembre 1973, jour où débute la deuxième phase, et le 18 juillet 1975, la plupart d’entre eux étant spécialisés dans un seul des thèmes traités par la CSCE. Durant cette période, cinq sessions de plusieurs semaines rythment les travaux, au grand dam des Soviétiques qui pensaient à l’origine pouvoir terminer la CSCE avant la fin de l’année 1973. La phase de négociation de la conférence totalise, en fin de compte, 2341 réunions officielles, dont 761 pour la seule troisième corbeille180, sans compter les centaines d’entretiens officieux et de rencontres préparatoires au sein de chaque groupement d’États. En bref, la CSCE constitue avant tout un formidable terrain de contacts humains, politiques et diplomatiques.

  • 181 Note du secrétariat général du Quai d’Orsay. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.
  • 182 Entretien avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

89Au sein de chacune des délégations présentes, d’importants efforts d’organisation sont également réalisés afin de faire face à la gigantesque négociation. Concernant la France, étant donné la diversité des sujets qui se rattachent à la conférence et la nécessité de les envisager sous leur aspect politique, un agent de la direction d’Europe du Quai d’Orsay, sous l’autorité du directeur des Affaires politiques, est chargé de coordonner l’ensemble des travaux au sein d’une cellule CSCE créée à l’occasion des PMP. Cette tâche est confiée à Jacques Andréani, spécialiste des relations Est-Ouest au sein du ministère des Affaires étrangères. Il a ainsi occupé les fonctions de directeur d’Europe orientale de 1966 à 1970 puis est devenu premier conseiller à la délégation française auprès de l’Otan jusqu’en 1972. Entre 1972 et 1974, il centralise les informations relatives à la préparation puis au déroulement de la conférence et assure, en liaison avec les services du Quai d’Orsay et les autres départements ministériels intéressés, l’élaboration des positions françaises sur les différents points de l’ordre du jour. Il est surtout chargé de suivre l’ensemble des discussions de Genève mais il ne siège que dans le comité de coordination ; le reste du temps, il supervise les opérations depuis Paris181. À la fin de chaque semaine, il rédige un télégramme récapitulatif à l’intention des responsables politiques du ministère et de l’Élysée et réclame des instructions particulières. Or, vue la complexité des négociations, seuls Andréani et les membres de la délégation en Suisse parviennent à en comprendre la portée, ce qui leur confère une marge de manœuvre exceptionnelle par rapport à l’administration centrale. Ainsi, se souvient Jacques Andréani : « Je m’envoyais un télégramme depuis Genève le vendredi ; et le lundi, à Paris, je répondais à mes propres instructions car il était impossible au ministère de suivre182 ! »

Photographie 7. – La délégation française lors de la deuxième phase de la CSCE à Genève. De gauche à droite, au premier rang : Jacques Chazelle, Jacques Andréani, Alain Pierret, x ; au deuxième rang : Jean Bressot, X, X, Joëlle Bourgois, Patrick Gautrat (en poste à Varsovie), Bernard Peyre.

90La délégation française, exclusivement masculine à l’exception des secrétaires, se compose d’une dizaine de diplomates et d’experts qui ne siègent pas forcément durant toute la période de la CSCE. Certains restent deux ans, d’autres quelques mois ; ils interviennent sur des sujets ponctuels en fonction de leur spécialité et de leur expérience. François Plaisant, qui a participé aux négociations quadripartites sur Berlin en 1970-1971, Pierre-Henri Renard et Henri Ourmet constituent les figures de proue de la première corbeille tandis que Jacques Chazelle, qui devient en 1975 ambassadeur de France en Finlande, défend avec vigueur les positions de la France sur la troisième ; pour la deuxième corbeille, on fait appel à des spécialistes de la coopération économique à l’instar de Robert Richard. Tous sont assistés par de brillants collaborateurs qui, en général, ne suivent pas les négociations de bout en bout ; c’est le cas par exemple de Paul Poudade pour la première commission et de Michel Rougagnou pour la troisième. Jacques Andréani lui-même quitte ses fonctions de chef de délégation en 1974 pour la direction d’Europe, cédant la place à l’ambassadeur de France en Finlande Gérard André. Seul Alain Pierret au comité de coordination garde son poste de septembre 1973 à juillet 1975.

  • 183 Note CSCE no 295, 5 septembre 1973. AMAE, CSCE, vol. 21.
  • 184 Entretien avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.
  • 185 Andréani J., « La Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe », in Régionalisme et univ (...)
  • 186 Entretien avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

91Logés dans des hôtels genevois ou bien au siège officiel de la délégation – la superbe villa des Ormeaux dans la banlieue de Genève –, qui est en réalité le siège de la mission permanente de la France auprès des Nations unies, ils se réunissent tous les matins dans la villa afin que chacun rende compte de l’avancement des travaux de sa commission ou sous-commission respective. Mais les réunions préparatoires ne se cantonnent pas à cela : les Français enchaînent les réunions CPE et Otan, le plus souvent dans l’après-midi, dans le but d’harmoniser les positions occidentales face à la cohésion du bloc soviétique. De fait, malgré la doctrine officielle française et les instructions du Quai d’Orsay – notamment du secrétaire général Geoffroy de Courcel et du directeur politique François Puaux – qui demandent aux représentants français de n’assister aux réunions de coordination de l’Otan qu’en cas de situation exceptionnelle183, la délégation française n’entend pas courir le risque de se voir écartée du processus de décision occidental en boycottant les rencontres entre alliés, d’autant que la relation constructive qui s’établit à Genève entre les instances CPE et Otan facilite le travail des Neuf. « Le pire, se souvient Jacques Andréani, c’est que si nous avions le malheur de tomber d’accord avec nos alliés, nous nous faisions engueuler par Paris parce qu’on subissait les décisions de l’Otan. Finalement, le Quai d’Orsay s’est rendu à l’évidence et nous a accordé le droit de participer à ces réunions, d’autant plus que nos huit partenaires de la CE étaient favorables à la consultation au sein de l’Alliance atlantique184. » La CSCE est donc en partie une conférence de bloc à bloc, ce que le chef de la mission française n’hésite pas à reconnaître : « c’est bien parce qu’il y avait deux blocs en Europe qu’on avait connu la tension, et qu’on cherchait la détente185 ». Toujours est-il que les Français parviennent mieux à faire avaler leurs conceptions dans les enceintes CPE qu’à l’Otan, où l’influence américaine conduit certains pays, notamment les Pays-Bas, à se méfier des positions de la France et à craindre que cela aboutisse à détacher l’Amérique de l’Europe186.

  • 187 Télégramme circulaire NR 196, de Courcel, 19 mars 1973. AMAE, CSCE, vol. 31.
  • 188 Rapport de stage de Philippe Faure, stagiaire de l’Ena, 1975. Document aimablement transmis par M. (...)

92Les représentants de la France à la conférence devant se conformer aux préceptes de la politique étrangère de leur pays, ils participent à un foisonnement de réunions : d’abord entre Occidentaux et entre partenaires européens, mais aussi avec les États du pacte de Varsovie, avec les neutres, ou encore au sein du groupe de Bonn qui réunit la RFA et les trois pays de l’Ouest bénéficiant de droits et responsabilités sur l’Allemagne. Des rencontres sont également organisées entre nations riveraines de la Méditerranée. La France concilie de la sorte nécessités politiques et affinités géographiques. Cela explique l’immense quantité de télégrammes échangés entre Genève, le Quai d’Orsay et les diverses ambassades concernées, ce qui ne va pas sans provoquer quelques mécontentements au sein de l’administration centrale : dès mars 1973, alors que les PMP d’Helsinki ne sont pas terminés, Geoffroy de Courcel se plaint du trop grand nombre de télégrammes produits – le ministère en reçoit trois cents chaque jour – et demande aux ambassadeurs de limiter les frais en regroupant les informations187. À Genève, la profusion de données à transmettre conduit Andréani à déléguer la rédaction des comptes rendus à certains de ses collaborateurs ou aux stagiaires fraîchement sortis de l’Ena qui font leurs premières armes à la CSCE et qui feront quasiment tous par la suite une brillante carrière diplomatique188.

  • 189 Le Danemark préside la CE au 2e semestre 1973, la RFA au 1er semestre 1974, la France au 2e semestr (...)
  • 190 Note CSCE no 295, 5 septembre 1973. AMAE, CSCE, vol. 21.

93Les réunions CPE, réparties entre le sous-comité CSCE qui s’occupe des première et troisième corbeilles et le groupe ad hoc pour la deuxième corbeille – ces deux entités sont divisées en autant de mini-groupes qu’il y a de sous-commissions –, restent les plus importantes aux yeux des Français, y compris durant les périodes d’interruption des négociations de Genève. L’initiative et la présidence de ces réunions reviennent au pays qui préside la Communauté189. La France veille à ce que le français reste la langue officielle de la CPE et à ce que tous les documents qui en sont issus soient rédigés dans cette même langue. De même, les agents du Quai d’Orsay à la CSCE ont pour instruction de ne prendre la parole qu’en français et de ne jamais s’exprimer en anglais190.

  • 191 Mastny V., Helsinki, Human Rights, and European Security, Massachusetts, Durham, Duke University Pr (...)
  • 192 Note pour le président de la République, 10 décembre 1973. AN, 5 AG 2 1036. Sommets européens. 1969 (...)
  • 193 Vimont J., « Georges Pompidou et l’Union soviétique. 1973-1974 », in Georges Pompidou et l’Europe, (...)

94Les désaccords sont évidemment nombreux au sein des Neuf, souvent déconcertés face à la posture monolithique des pays de l’Est191 : la Belgique, l’Italie et surtout les Pays-Bas adoptent une attitude plutôt dure, parfois polémique, vis-à-vis d’eux tandis que la RFA paraît prête à un certain nombre de concessions en faveur de certaines thèses soviétiques. Plus discret, le Danemark semble se montrer assez proche de la RFA192. La posture adoptée par la Grande-Bretagne est particulièrement intéressante, car elle correspond à une phase exceptionnelle de l’histoire de la politique britannique. Dans le prolongement de la très bonne entente entre le pro-européen Heath et le président Pompidou, le Royaume-Uni exprime des positions voisines de celles de la France, celle-ci essayant de s’attribuer puis de maintenir un rôle de conciliateur, d’abord en proposant à ses huit partenaires européens, sur chaque sujet abordé, la solution qui lui paraît la moins susceptible de provoquer des malentendus, « ensuite en invitant les Soviétiques à prendre le temps de la réflexion au lieu de prononcer d’emblée le rejet de toute proposition nouvelle qui leur paraît dangereuse ou simplement suspecte193 ».

  • 194 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 130.
  • 195 Propos d’un diplomate soviétique à un agent de l’ambassade de France à Moscou. Tg. no 85/91, de Vim (...)

95La règle d’or, officieuse, parmi les Neuf est de pouvoir adopter des positions conjointes avec d’autres pays mais sans jamais remettre en question les positions communes de la CPE. Walter Scheel se sert ainsi de cette flexibilité pour déjouer les inclinaisons d’Egon Bahr à vouloir se montrer très accommodant avec l’URSS. En outre, au début des négociations, la France oscille entre bilatéralisme avec Moscou et leadership des Neuf, mais elle se montre en fin de compte un excellent défenseur de la CPE, parfois au détriment de sa relation avec les Soviétiques194, qui lui reprochent d’être moins indépendante qu’auparavant vis-à-vis des Neuf et d’utiliser la CSCE comme prétexte pour renforcer la coopération politique de la « petite Europe195 ». De même, les délégations des pays de la Communauté déploient parfois d’importants efforts pour soutenir les positions de leurs partenaires, même s’ils les considèrent secondaires.

  • 196 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 126.

96Quoi qu’il en soit, les Neuf transmettent en permanence leurs positions à leurs alliés de l’Otan qui, à l’instar des États-Unis, s’avèrent des partenaires loyaux et fidèles. Les rencontres entre délégations de l’Alliance atlantique consacrées à la CSCE, que ce soit à Genève ou à Bruxelles, sont beaucoup moins nombreuses que les réunions CPE et concernent surtout les questions politico-militaires telles que les MDC et la définition de quelques principes de la première corbeille196.

  • 197 Ibid., p. 131. Quand cela est nécessaire, les Neuf demandent des instructions au Comité politique v (...)
  • 198 Note CSCE no 425, 30 novembre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, CPE, vol. 3819.

97Le succès des Neuf à la CSCE est en partie dû au sens de l’organisation dont ils font preuve. Ils établissent le système des chefs de file où chaque délégation, selon ses intérêts, s’occupe d’un problème spécifique et est en charge des rapports internes, de la coordination et des contacts externes sur son sujet. La France prend la responsabilité de mener les discussions sur les principes de la première corbeille et sur les échanges culturels tandis que les Britanniques se chargent des MDC et de l’information et les Allemands des contacts entre personnes et de la coopération industrielle. Le principal avantage de ce système est qu’il permet de mener à bien toutes les négociations en parallèle en leur accordant à chacune une attention suffisante197. Par ailleurs, lors de la rencontre ministérielle de Copenhague en septembre 1973, en accordant à la Commission européenne d’envoyer siéger ses représentants dans la délégation du pays qui exerce la présidence, les Neuf reconnaissent que certains dossiers de la CSCE incluent des sujets qui relèvent de la compétence de la CE et mettent un terme à une querelle interne ayant marqué les PMP. La Commission, dont les délégués prennent part aux délibérations du groupe ad hoc, participe notamment aux négociations de la deuxième corbeille, jouant un rôle actif par le biais de ses rapports et de ses propositions198. Chaque projet de résolution discuté à neuf est déposé à Genève en tant que contribution nationale par l’un des pays membres.

  • 199 Möckli D., « The EC Nine, the CSCE, and the changing pattern of European security », art. cit., p.  (...)

98Daniel Möckli dégage trois autres facteurs essentiels pour expliquer la capacité des Neuf à conduire les discussions. D’abord, la CSCE faisant figure de nouveauté en matière de politique étrangère, les intérêts de chacun des pays membres de la CE ne se sont pas cristallisés avant que le processus d’Helsinki ne devienne un thème d’application de la CPE. Aussi les Neuf n’ont-ils pas à harmoniser des attitudes préalablement établies mais à développer des positions communes, d’autant qu’à l’exception de la RFA, aucun d’entre eux n’a d’intérêt national en jeu à Genève, ce qui rend la concertation plus facile. Ensuite, le fait de définir la sécurité en débattant sur des normes et des déclarations issues de négociations est non seulement en accord avec l’approche européenne de la politique étrangère mais correspond aussi aux moyens dont disposent les Neuf pour s’engager dans la diplomatie internationale. La Communauté constituant un « soft power », c’est-à-dire ne disposant pas de capacités militaires, elle a davantage de crédibilité à la CSCE qu’au Moyen-Orient. Enfin, étant donné que la conférence opère un triple glissement, du niveau politique au niveau bureaucratique, des bureaucraties nationales aux fonctionnaires sur le terrain et du forum des négociations formelles aux petites sessions privées, elle ne devient compréhensible qu’à un groupe restreint d’experts et de diplomates. Elle est par conséquent immunisée contre les changements de gouvernements et les attitudes des décideurs politiques199. Ce dernier point est néanmoins à nuancer puisque l’arrivée au pouvoir de Giscard d’Estaing après le décès de Pompidou a des conséquences non négligeables sur l’attitude de la France à l’égard de la CSCE.

  • 200 Circulaire no 497, de Puaux, 27 août 1973. AMAE, Europe 1971-1976, CPE, vol. 3819.

99Ce dynamisme de la CPE à Genève s’inscrit dans le cadre de la déclaration communautaire sur l’identité européenne née du sommet de Copenhague en décembre 1973, auquel participent les membres de la délégation française à la CSCE200. Cette déclaration constitue à la fois une réponse au projet américain de faire de 1973 l’« année de l’Europe » et une tentative pour donner plus de poids à la politique étrangère européenne, notamment en ce qui concerne le Moyen-Orient. Il s’agit également de préserver l’esprit du sommet de Paris d’octobre 1972 qui appelait explicitement à la création d’une Union européenne avant la fin de la décennie.

  • 201 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 223-224.

100La déclaration s’appuie sur l’affirmation de valeurs communes – la démocratie représentative, la séparation des pouvoirs, la justice sociale et le respect des droits de l’homme – justifiant le besoin des Neuf de parler d’une seule voix sur la scène internationale ; elle présente également les principes sur lesquels doit reposer la CPE. Les États-Unis viennent en quatrième position dans la liste des régions du monde avec lesquelles l’Europe occidentale entretient des rapports : les Neuf indiquent leur désir de préserver des liens étroits avec les Américains tout en réaffirmant leur détermination « à se poser en entité distincte et originale ». Ce texte démontre ainsi que la volonté des pays de la CE d’agir en entité spécifique participe de l’identité européenne201.

  • 202 Ibid., p. 304-305.

101Mais l’optimisme à l’égard de la CPE s’estompe rapidement, sans que cela ait un impact véritable sur une CSCE qui, alors bien engagée et ayant un caractère très technique, est à l’abri des vicissitudes communautaires. Le retour au 10, Downing Street du travailliste Harold Wilson – qui a déjà occupé ces lieux de 1964 à 1970 – en remplacement d’Edward Heath en mars 1974 constitue un véritable frein à la CPE : Wilson et son ministre des Affaires étrangères James Callaghan ne montrent aucune sympathie pour la construction européenne et considèrent que le Royaume-Uni n’a rien gagné à devenir membre de la Communauté202. Leurs propos à l’encontre de la CEE ont d’autant plus d’écho dans l’opinion publique que la crise économique s’est déclenchée l’année même où la Grande-Bretagne l’a rejointe. Face aux conséquences du choc pétrolier, le nouveau premier ministre britannique réclame la renégociation du traité d’adhésion de son pays à la CE, écarte l’idée de toute unification politique et rejette la politique collective vis-à-vis des États-Unis. Il s’agit désormais pour Londres de reconstituer la relation spéciale avec l’Amérique, que la CPE a contribué à éroder.

  • 203 Ibid., p. 308-309.
  • 204 Ibid., p. 312.

102À Paris et à Bonn, on est désemparé par le changement d’orientation opéré outre-Manche, Brandt n’hésitant pas à qualifier les Britanniques de schizophrènes et Jobert leur refusant toute renégociation du traité d’adhésion203. Pourtant, l’essoufflement de la CPE n’est pas simplement le fait des nouvelles positions adoptées à Londres. Certes, avec l’accession de Valéry Giscard d’Estaing et d’Helmut Schmidt à la tête de la France et de la RFA au printemps 1974, la Grande-Bretagne se voit marginalisée sur la scène européenne par ce qu’on commence à appeler le « couple franco-allemand ». Mais face à la dégradation du contexte économique européen, le président français et le chancelier allemand focalisent leur attention, aux dépens de la CPE, sur la gestion communautaire de la crise. En outre, leur vision avant tout économique des relations internationales ne va pas dans le sens d’un renforcement de la coopération politique204.

  • 205 Möckli D., « Speaking with one voice? The evolution of a European foreign policy », in Deighton A.,(...)
  • 206 Ibid., p. 141.

103Dans le même temps, on continue de penser à la Maison-Blanche qu’une Europe unifiée a plus de chance d’ébranler la solidarité occidentale que de la renforcer, surtout que les tentatives françaises d’établir un dialogue euro-arabe sont très mal vues par Nixon et Kissinger qui craignent que l’immixtion des Européens dans les affaires moyen-orientales sapent leurs efforts de négociations dans la région et aggravent la guerre froide en Méditerranée. Washington décide donc de prendre des mesures pour réaffirmer sa prérogative transatlantique et fait planer la menace d’un retrait unilatéral des troupes américaines d’Europe205. Soucieux de faire en sorte que cette situation ne se produise pas, les Allemands et les Britanniques parviennent à convaincre les Français de lâcher du lest quant au développement du dialogue euro-arabe : avec l’accord Gymnich de juin 1974, les pays de la Communauté s’engagent à améliorer leur concertation commune avec la Maison-Blanche ; en réalité, ils reconnaissent l’impossibilité de mener une politique unique vis-à-vis des États-Unis206. Cela se traduit par un retour de la pratique des consultations individuelles avec Washington et à l’effritement de la CPE, dont les dernières heures de gloire sont vécues à la CSCE.

104Ainsi, malgré les bouleversements qui s’opèrent au sommet des États, les diplomates qui représentent les neuf pays de la Communauté à Genève poursuivent sur leur lancée. Ces hommes se connaissent bien et, en dépit des changements politiques, continuent de défendre des positions qui ont été fixées durant les PMP d’Helsinki : ceux qui gouvernent n’ont ni l’envie ni la capacité de les remettre en cause. Les dirigeants politiques n’interviennent que pour tenter de débloquer la situation sur des sujets essentiels, comme le font Giscard à Rambouillet en décembre 1974 et Chirac à Moscou en mars 1975.

  • 207 Tg. no 234/41, vers Bruxelles, de Courcel, 16 avril 1975. AMAE, Europe 1971-1976, CEE, vol. 3820.

105La signature de l’Acte final d’Helsinki par Aldo Moro, sous la double étiquette de président du Conseil italien et de président en exercice du Conseil des Communautés européennes, symbolise d’une part l’omniprésence et l’incroyable efficacité de la CPE à la conférence et d’autre part la fin de cette courte période d’exceptionnelle entente politique en Europe occidentale. À partir du printemps 1975, la France agit en faveur de l’idée de double signature afin de contrer les velléités de la Commission européenne de participer directement à la phase finale de la CSCE. Pour Paris, cette troisième étape doit demeurer une affaire d’États207.

106Si la CPE joue un rôle crucial dans la réussite de la conférence, elle ne doit pas être considérée en dehors du microcosme diplomatique genevois des années 1973-1975. Au cours de la deuxième phase du processus d’Helsinki, les rencontres officieuses ont un impact sur le résultat des négociations tout aussi important que les centaines de réunions officielles. À la fin de chaque séance, les délégués des trente-cinq pays quittent leur fauteuil pour se retrouver dans le couloir ou dans le hall. Andréani décrit ainsi l’atmosphère de travail qui règne sur les bords du lac Léman durant cette période :

  • 208 Andréani J., « La Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe », art. cit., p. 121.

« La complexité des questions posées à la Conférence, la difficulté de travailler à trente-cinq, entièrement par consensus, avec une présidence tournante et sans rapporteurs, imposaient la nécessité de certaines méthodes de travail pratiques qui consistaient à préparer les réunions officielles régies par les règles de procédure par des contacts officieux plus restreints. Des délégués de pays neutres animèrent des groupes de négociations officieuses auxquels participaient les représentants de quelques pays de chacun des deux grands groupes. C’était indispensable pour faire avancer le travail. C’était aussi courir le risque, qui s’est en effet concrétisé un certain nombre de fois, de voir les solutions ébauchées dans le cadre de ces groupes restreints remises en cause en séance officielle par les pays qui n’y avaient pas participé, qu’il s’agisse de pays occidentaux, de membres du Pacte de Varsovie, ou qu’ils soient neutres ou non-alignés208. »

  • 209 Dépêche 1252, de Vimont, 18 juin 1973. AMAE, CSCE, vol. 26.
  • 210 Note CSCE no 346, 9 octobre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2982.
  • 211 Note CSCE no 49, 5 mars 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3689.

107Dès l’été 1973, se pose la question de la méthode de négociation à adopter en séance officielle. Côté français, on souhaite que l’Ouest réclame d’entrée de jeu un examen minutieux des principales notions impliquées dans les différents points de l’ordre du jour. Cette méthode, explique l’ambassadeur de France en URSS Jacques Vimont, a l’avantage de garantir une étude simultanée de tous les thèmes et de faire porter sur l’Est la responsabilité d’un piétinement des travaux. De plus, tous les participants sont assurés de s’exprimer209. En septembre 1973, alors que la deuxième phase débute à peine et que l’Est insiste pour passer directement au stade de la rédaction, le point de vue français, largement soutenu par les Huit et les neutres, l’emporte haut la main210. Il faut attendre mars 1974 et six mois de discussions qui dégénèrent en une grande lutte dans le vide – les Neuf insistent en faveur de la plus libre circulation tandis que l’Est cherche à s’exprimer un minimum sur ce sujet – pour que les commissions et sous-commissions décident d’abandonner la discussion générale afin de s’engager dans la rédaction des documents finaux, qui s’avère particulièrement lente211.

  • 212 François Plaisant, chargé de négocier les principes de la première corbeille, revient sur les métho (...)

108Cette lenteur est due à la difficulté de dégager des formules convenant à tout le monde et surtout de faire face à la langue de bois des Soviétiques et de leurs alliés212. Toute virgule fait l’objet d’une discussion acharnée afin que chaque phrase ait un sens bien précis et ne subisse pas d’interprétation déviante. Michel Rougagnou, qui participe aux pourparlers sur la troisième corbeille, témoigne de la difficulté de l’exercice :

  • 213 Entretien avec Michel Rougagnou, 20 janvier 2009, Issy-les-Moulineaux.

« On avait un certain nombre de mots. C’était comme un cube ; il fallait arriver à les agencer de telle manière que ce fut vendable. Andréani me demandait si la nuit je ne me réveillais pas avec ces formules qui trottaient dans la tête : “considérant que”, “tenant au fait que”… Les Soviétiques tenaient beaucoup à cela. C’était leur méthode. Cela voulait dire : “Vous n’irez jamais loin.” Il y avait toujours des références, les intérêts du pays, etc. C’est aussi la raison pour laquelle les formulations étaient tièdes : “s’efforce”, “contribue”. On essayait de faire tomber toutes ces cales en donnant plus de voix ailleurs. On n’y est pas toujours arrivé213. »

  • 214 Entretien avec Paul Poudade, 16 décembre 2008, Paris.

109Quand une formulation bloque les débats pendant plusieurs jours, elle est mise entre crochets pour un temps et on y revient plus tard, c’est notamment le cas lors de la définition des principes. Ainsi, la détermination des frontières que les États participants tiennent pour inviolables fait l’objet d’un long débat grammatical aux conséquences géographiques essentielles puisque certaines formulations parviennent à couvrir les frontières russo-chinoise et mexico-américaine, bien éloignées de l’Europe. Pour chaque sujet, les Français établissent un panel de plusieurs formules écrites, plus ou moins acceptables par le camp d’en face, qui leur permet de s’adapter au degré d’ouverture de leurs interlocuteurs214. Les textes préparés par la délégation française sont préalablement soumis au directeur politique du Quai d’Orsay avant présentation, ce qui ne va pas sans créer quelques accrochages avec le chef de la mission à Genève. Dans son rapport, le jeune Philippe Faure, alors stagiaire au sein de la délégation française à la CSCE, décrit la stratégie de négociation adoptée par ses collègues :

  • 215 Rapport de stage de Philippe Faure, stagiaire de l’Ena à la CSCE, 1975, p. 13.

« La technique de la négociation s’apparente à la maïeutique socratique et consiste à amener secrètement l’Autre à défendre nos propres idées. À cet effet toutes les combinaisons sont envisageables : affecter le désintérêt le plus complet et proposer, en guise de bons offices entre les délégations les plus opposées, une formule en réalité très favorable ; se faire soutenir par plusieurs délégations moins intéressées contre une aide éventuelle dans d’autres secteurs de la Conférence ; bâtir avec un pays de l’Est un projet d’accord qu’il sera possible à chacun de faire accepter par ses propres partenaires ; afficher provisoirement une position extrême pour se retrancher sur une formulation “de compromis” tenant compte en réalité des intérêts à défendre215… »

110Le principe fondamental sur lequel repose la CSCE est le consensus, c’est-à-dire la nécessité de l’accord de toutes les délégations pour qu’un texte soit enregistré. Il n’est donc pas rare qu’un État bloque le consensus en s’opposant à ses trente-quatre autres partenaires. La fermeté et l’isolement d’une délégation ne durent cependant jamais longtemps, sous peine d’être accusée de porter la responsabilité du blocage et d’un éventuel échec de la conférence, et de se trouver dans une situation rapidement insoutenable. En outre, l’une des règles d’or de la négociation est de ne jamais revenir en arrière : une fois une formulation agréée, chacun fait en sorte de la maintenir en l’état.

  • 216 Kovalev, né en 1923, membre du Collège du M.I.D, organe consultatif qui rassemble auprès de Gromyko (...)

111Les méandres des tractations ne doivent cependant pas faire oublier que, comme dans toute rencontre internationale, le rôle des individus à la CSCE détient une importance capitale, d’autant que le diplomate possède une grande latitude d’appréciation et d’acceptation. Côté soviétique, étant donné le caractère prioritaire que les décideurs du Kremlin attribuent à la conférence, les hommes en charge de mener la discussion au nom de l’URSS sont extrêmement qualifiés pour l’exercice, à commencer par leur chef, Anatoly Kovalev. Développant une vision moins idéologique des relations internationales et favorable à une vraie détente, il constitue, dès l’origine du projet, un soutien indéfectible à la CSCE216. Il est notamment assisté, pour la troisième corbeille, de Youri Doubinine, lui aussi défenseur de la détente et habile négociateur. Mais ce qui retient davantage l’attention quand on observe la délégation d’URSS, c’est avant tout le nombre de diplomates, comme le souligne Philippe Faure :

  • 217 Rapport de stage de Philippe Faure, stagiaire de l’Ena à la CSCE, 1975, p. 17.

« Il n’est pas rare de voir quatre ou cinq diplomates soviétiques derrière le négociateur en titre, chargés de le conseiller, de prendre des notes, de vérifier les traductions. La marge de manœuvre de ces diplomates est mystérieuse : possèdent-ils un pouvoir autonome […] ou bien sont-ils liés à des instructions extrêmement précises ? Le rappel de la soumission aux instructions n’est-il pas un prétexte pour refuser toute concession217 ? »

  • 218 Tg. 997/1002, de Fernand-Laurent, 18 mars 1975. AMAE, Europe 1971-1976, Statut de l’Allemagne, vol. (...)
  • 219 Tg. no 1441/47, de Fernand-Laurent, 26 septembre 1973. AMAE, CSCE, vol. 26.
  • 220 Entretien avec Michel Rougagnou, 20 janvier 2009, Issy-les-Moulineaux.
  • 221 Entretien avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

112Derrière leur aspect rigide et en dépit de quelques tentatives agressives d’intimidation218, les diplomates soviétiques se montrent plutôt agréables avec leurs homologues occidentaux, parmi lesquels les Français occupent une place de choix. Les contacts informels franco-soviétiques sont en effet monnaie courante à Genève, donnant parfois lieu à des épisodes cocasses. L’un d’entre eux provoque même un mini-scandale au sein du microcosme de la CSCE : durant l’hiver 1974-1975, alors que les négociations sont complètement bloquées en raison de la mésentente Est-Ouest à propos de la troisième corbeille, les Français commettent le péché de négocier en secret une partie de cette corbeille avec les Soviétiques, au détriment de la solidarité induite par la CPE. Depuis les PMP, ils avaient réussi à résister à la tentation, malgré de nombreuses invitations des Russes à discuter discrètement à l’ambassade d’URSS autour d’une bouteille de vodka219, invitations également lancées aux Allemands dans l’espoir de briser la cohésion des Neuf. Cette fois, l’initiative revient directement au président Giscard d’Estaing qui, lors de sa rencontre avec Brejnev à Rambouillet en décembre 1974, se laisse convaincre par le Premier Secrétaire du PCUS de se montrer plus conciliant sur les contacts humains. Malgré les conseils avisés de Jacques Andréani, qui tente de persuader l’Élysée de ne pas faire cavalier seul, Giscard s’empresse de donner des ordres à la délégation française à Genève. Dans les jours qui suivent, Jacques Chazelle et Michel Rougagnou se rendent donc plusieurs soirs d’affilée à l’ambassade d’URSS sur les rives du lac Léman pour discuter secrètement. « Dès le deuxième soir, raconte M. Rougagnou, les chiens n’aboyaient plus en nous voyant arriver, ce qui énervait le service de sécurité soviétique et nous faisait beaucoup rire220. » Comme prévu, lorsque Français et Soviétiques déposent un texte commun à la conférence, les autres Occidentaux n’apprécient guère la manœuvre et condamnent l’attitude de la France. Il importe de noter cependant que Paris donne ensuite son accord aux Américains pour négocier bilatéralement avec les Russes au sujet des MDC et de l’inviolabilité des frontières221. Les entorses à la doctrine consistant à mettre systématiquement le condominium en accusation ne sont ainsi pas inexistantes et se révèlent en outre utiles au processus français de déculpabilisation qui s’ensuit.

  • 222 Circulaire no 521, de Laboulaye, 25 juin 1975. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3689.
  • 223 Télégramme circulaire no 565, de Laboulaye, 9 juillet 1975. AMAE, Europe 1971-1976, CEE, vol. 3820.
  • 224 Tg. no 960/970, de Levasseur, 30 octobre 1973. AMAE, CSCE, vol. 33.

113La France réitère quelques mois plus tard son expérience solitaire en proposant, à Genève, une date pour la fin de la CSCE sans consulter ses partenaires européens. Paris imagine pouvoir clore la deuxième phase en réglant les derniers points en suspens sur la base du plus petit dénominateur commun222. Les Huit, pour qui il est hors de question de fixer une date tant que les ultimes problèmes n’ont pas été réglés et les textes définitivement enregistrés, accusent la France de vouloir rompre la cohésion communautaire, malgré ses justifications quant au besoin d’exercer une pression sur l’Est en déterminant des barrières temporelles à la conférence223. Or, fin octobre 1973, quand l’Est estimait pouvoir terminer la CSCE à l’été 1974, les Français prônaient haut et fort la nécessité de ne pas se laisser enfermer dans un calendrier224. L’arrivée de Giscard d’Estaing à l’Élysée au printemps 1974 n’est pas étrangère à ce changement d’attitude inopiné.

  • 225 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 132.
  • 226 Entretien Pompidou/Brejnev, 13 mars 1974, Pitsounda. AN, 5 AG 2 1019. URSS.
  • 227 Entretien avec Gabriel Robin, 17 novembre 2008, Paris.

114À l’époque de Pompidou, Brandt et Heath, les tentatives soviétiques pour désolidariser les Européens de l’Ouest et faire jouer la concurrence entre eux dans le but d’obtenir des concessions échouent automatiquement : les trois dirigeants restent unis. C’est le cas à l’été 1973 lorsque Brejnev essaye de leur arracher séparément la fin de la CSCE pour le quatrième semestre de 1973 ; il en va de même au début de 1974 quand le Kremlin adresse une lettre aux principaux chefs d’État ou de gouvernement occidentaux afin d’en finir avec les dispositions pratiques de la troisième corbeille et les MDC225. En dépit de leurs échecs épistolaires, les décideurs soviétiques misent à fond sur l’impact des rencontres à haut niveau pour accélérer les négociations. Or, étant donné la complexité des discussions, les chefs d’État ne peuvent intervenir que sur quelques sujets seulement. Avec Pompidou, de plus en plus méfiant à l’égard des intentions de l’URSS, Brejnev se casse les dents à chacune de ses tentatives, notamment à Pitsounda en mars 1974. Deux semaines avant sa mort, le président français demeure implacable sur la CSCE226. Si, en Géorgie, il donne parfois l’impression de faire des concessions, celles-ci ne se traduisent pas dans les faits. À son retour d’URSS, il conseille à ses ministres de profiter de la position de demandeurs des Soviétiques sur la conférence pour obtenir des accords commerciaux favorables à la France227.

  • 228 Message de Brejnev à Giscard d’Estaing, remis par l’ambassadeur Tchervonenko le 11 juin 1974. AN, 5 (...)

115L’élection de Giscard d’Estaing en mai 1974 facilite les affaires de Moscou. Le nouvel hôte de l’Élysée se montre immédiatement plus conciliant avec le bloc de l’Est que son prédécesseur. Dès le 11 juin 1974, Giscard reçoit un message de Brejnev dans lequel celui-ci lui fait part de ses inquiétudes quant à la lenteur des travaux de Genève et supplie la France de pousser à la conclusion rapide de la CSCE au niveau le plus élevé228. Parce qu’il prend peu à peu connaissance des dossiers auxquels il devra faire face durant son mandat, le nouveau président répond, dans un premier temps, de manière évasive aux attentes de Moscou. Six mois plus tard et sous l’influence de Gabriel Robin, il se dit prêt à s’investir personnellement dans l’entreprise et à la faire avancer, quitte à commettre quelques entorses à la CPE.

116L’épisode le plus marquant est, on l’a vu, celui de Rambouillet en décembre 1974. Outre le fait qu’il prévoit des rencontres secrètes franco-soviétiques à Genève, ce sommet est l’occasion pour Giscard de démontrer ses bonnes dispositions envers l’URSS : non seulement la France donne son accord pour une troisième phase de la CSCE au niveau des chefs d’État et de gouvernement, mais, surtout, le président de la République se veut particulièrement conciliant sur l’un des thèmes majeurs de la troisième corbeille, la meilleure circulation de l’information. Nous y reviendrons dans le chapitre consacré à ce sujet, de même que sur le deuxième épisode mémorable du début de mandat de Giscard concernant l’intervention directe de l’exécutif dans la CSCE, à savoir le voyage de Jacques Chirac en URSS en mars 1975. C’est la première fois, depuis 1965, qu’un premier ministre prend directement part aux discussions avec Moscou sur ce sujet, la politique étrangère ne faisant pas partie des attributions traditionnelles de l’hôte de Matignon. Nous verrons que Chirac se sert de la CSCE pour se démarquer du président, avec qui les relations sont de plus en plus tendues dès 1975.

  • 229 Le président des États-Unis reçoit ainsi régulièrement des rapports sur la CSCE rédigés par la CIA. (...)
  • 230 Entretien avec Michel Rougagnou, 20 janvier 2009, Issy-les-Moulineaux.
  • 231 L’atmosphère de la CSCE est correctement rapportée par le roman de Marc Bressant, La dernière confé (...)

117Toujours est-il que ces quelques discussions au sommet contribuent à débloquer certaines situations des plus paralysées. Néanmoins, même quand les négociations restent plusieurs mois dans l’impasse, l’atmosphère genevoise demeure cordiale. Le facteur humain occupe en effet une place considérable et permet d’expliquer qu’en dépit des oppositions politiques, la CSCE voit se nouer nombre d’amitiés improbables, à l’instar de celle entre les représentants des deux Allemagne. Elle est aussi une chance pour les services secrets, qui se joignent de temps à autre à la délégation de leur pays afin de remettre à jour leurs archives photographiques229. La conférence est avant tout une affaire d’hommes, vu le très faible niveau de représentation féminine, à l’exception notable de la délégation yougoslave. Aussi les quelques femmes présentes sont-elles particulièrement remarquées, voire courtisées comme cela est le cas avec une secrétaire finlandaise qui réussit à partager ses faveurs entre un délégué italien et un diplomate luxembourgeois230 ! Côté loisirs, outre les sports d’hiver, la plupart des agents présents se plaignent du peu de possibilités qu’offre Genève231. Alors les déjeuners et dîners informels se multiplient, les Occidentaux s’invitant entre eux, les Soviétiques invitant certains Occidentaux, les Neutres invitant les uns et les autres. Seuls les satellites de l’URSS sont complètement soumis au bon vouloir des représentants du Kremlin.

  • 232 Thomas D., op. cit., p. 68.

118Il s’agit là d’un constat frappant : la CSCE, censée permettre à chaque pays quelle que soit sa taille de s’exprimer indépendamment du groupe d’États auquel il appartient, ne modifie en rien l’ordre de préséance interne au bloc de l’Est. Sauf pour la Roumanie, les diplomates des « pays frères » à Genève sont subordonnés à leurs homologues soviétiques dans chaque groupe de travail, leur soumettant leurs propositions à l’avance. Celles-ci passent devant le Conseil des Ministres à Moscou, entre les mains du KGB – dont un agent siège en permanence à la conférence – et devant le Politburo. Certains représentants de l’Est usent de contacts privés ou officieux pour exprimer leur désaccord avec la position du pacte de Varsovie, ce dont s’aperçoivent leurs collègues de l’Ouest, d’autant plus convaincus qu’une amélioration des droits de l’homme et des contacts humains rendrait la négociation plus souple232.

  • 233 Rey M.-P., « The USSR and the Helsinki process », art. cit., p. 75.

119Chaque satellite joue donc le rôle qui lui a été attribué par Moscou : l’URSS s’occupe de la première corbeille, la plus importante à ses yeux ; la RDA et la Hongrie, fleurons de l’économie socialiste, prennent en charge la deuxième corbeille tandis que la Pologne et la Bulgarie se concentrent sur la troisième ; la Tchécoslovaquie a pour ordre de mener les discussions sur les suites à donner à la conférence. Alors qu’avant le début de la CSCE, ces pays pouvaient prendre des initiatives quant à l’ordre du jour ou à l’organisation de la conférence, le Kremlin met un terme à ces « libertés » une fois la conférence lancée : il s’agit de ne rien laisser paraître qui pourrait affaiblir les positions du bloc de l’Est dans des négociations que Moscou réclame depuis près de vingt ans. C’est une réelle impression de bloc qui se dégage du côté communiste. Le fait que les Occidentaux aient réussi à introduire la troisième corbeille dans l’agenda de la conférence n’est évidemment pas étranger à cela : pour se prémunir des risques de la CSCE, les Soviétiques réaffirment la nécessité de l’unité socialiste et la prééminence de leur modèle de société233. Cela passe également par le renforcement de la lutte contre les dissidents dans l’ensemble des pays du pacte de Varsovie.

  • 234 Note CSCE no 178, 8 octobre 1974. AMAE, Europe 1971-1976, Roumanie, vol. 3537.
  • 235 Dépêche no 10, ambassade de France à Bucarest, 17 décembre 1974. AMAE, Europe 1971-1976, Roumanie, (...)

120Déçus par l’attitude des États satellites, les Français ne cessent cependant de se féliciter de l’indépendance de la Roumanie, dont les positions ne reflètent pas toujours les conceptions de l’URSS comme cela est le cas à propos de la règle du consensus, de l’égalité des participants et des MDC234. C’est néanmoins se bercer d’illusions que de croire à une telle marge de manœuvre : il faut voir dans cette « indépendance » la marque d’une stratégie soviétique visant d’une part à faire penser que l’URSS est tout à fait disposée à laisser ses alliés parler en leur nom propre, d’autre part à manipuler les Occidentaux pour les rendre plus flexibles. Dès que les Roumains vont trop loin, ils sont immédiatement rappelés à l’ordre par le Kremlin235. Cette pseudo-liberté roumaine n’est que le résultat d’un accord tacite avec Moscou : Ceausescu a le droit de s’éloigner quelquefois de la ligne commune en échange d’une rigueur interne irréprochable ; le régime politique de la Roumanie est de fait le plus autoritaire des pays du pacte de Varsovie.

  • 236 Rapport de stage de Philippe Faure, stagiaire de l’Ena à la CSCE, 1975, p. 17.

121À l’inverse du bloc de l’Est, les Neutres offrent une image unie, dynamique, efficace et conciliatrice aux autres participants. À partir de février 1974, ils institutionnalisent leur groupe pour peser davantage dans la négociation ; des sous-groupes régionaux complètent ce jeu d’alliance : un groupe nordique associe la Suède et la Finlande auxquelles se joignent parfois la Norvège et le Danemark ; un groupe alpin rassemble la Suisse, le Liechtenstein et l’Autriche ; un groupe méditerranéen regroupe Malte, Chypre et la Yougoslavie. Chacun des deux blocs cherchant à se les concilier, ces pays utilisent toutes les facilités que leur procure leur rôle d’intermédiaire pour faire entendre leur voix. Ainsi, rapporte Philippe Faure, « ils établissent les programmes de travail de la Conférence, organisent dans leur Mission, avec la participation des pays intéressés, des séances officieuses consacrées à la rédaction de textes de compromis, proposent souvent des “marchandages” supposés tenir compte des intérêts des grands blocs politiques236 ». Le plus fameux de ces marchandages est celui du mois de juillet 1974 par lequel l’Est et l’Ouest parviennent à un compromis sur le lien entre la première et la troisième corbeille, nous y reviendrons.

  • 237 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 127.
  • 238 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 94.

122Le rôle des pays neutres est donc essentiel, surtout pour les Occidentaux. Ces derniers constatent en effet que les Neutres défendent volontiers les positions de l’Ouest sur les droits de l’homme, sur l’interprétation du respect de la souveraineté et de la non-intervention dans les affaires intérieures et sur la troisième corbeille. Les membres de l’Otan ne se privent pas d’utiliser les Neutres pour faire présenter des projets que les Soviétiques accepteraient plus difficilement s’ils venaient d’un État appartenant à l’Alliance atlantique. Mais c’est surtout avec les Neuf de la CE que les Neutres, notamment l’Autriche, la Finlande, la Suisse et la Suède développent le plus d’affinités. Ne représentant pas des blocs militaires et souhaitant limiter l’hégémonie soviétique à l’Est, ces deux groupes de pays défendent des intérêts communs à la CSCE237. Ce soutien aux Neuf constitue un facteur non négligeable du succès de la CPE à Genève. Les Neutres réussissent enfin à gêner à la fois les Américains et les Soviétiques par les efforts qu’ils déploient pour faire en sorte que l’ensemble des États européens, et pas seulement ceux qui appartiennent à des alliances, examinent les problèmes de sécurité en Europe tels que les MDC, la limitation des armements et le désarmement238.

  • 239 Doubinine Y., op. cit., p. 246.

123Dans les premiers temps de la négociation, les délégations de l’Est refusent d’adopter une position de demandeurs et ne semblent pas pressées d’en finir. Les Neutres se joignent aux Neuf pour élaborer une stratégie qui consiste à faire perdre patience aux Soviétiques en liant leur acceptation d’une troisième phase au sommet à des concessions du bloc oriental. Dès le printemps 1974, les représentants des États du pacte de Varsovie commencent à s’arracher les cheveux face à l’immobilisme des discussions. Il faut attendre le premier semestre 1975 pour que des craquements apparaissent à Moscou : le Kremlin estime que la CSCE ne doit pas s’éterniser et entame le ballet des concessions. Le 11 juillet 1975, quand, au beau milieu de la nuit, les délégations des trente-cinq pays participants tombent d’accord sur l’ensemble du contenu de l’Acte final et mettent un terme à la deuxième phase de la conférence, les dirigeants soviétiques ont bien du mal à dissimuler leur joie. Seul présent à ce moment-là, un journaliste de l’agence de presse soviétique Tass est le premier à diffuser la nouvelle : pour cela, il est décoré quelque temps après par Brejnev239 ! L’étape finale à Helsinki peut donc s’ouvrir le 30 juillet 1975.

Giscard à Helsinki

124Après de longs débats sur le niveau et la durée de la troisième phase de la CSCE, le compromis qui se dégage à l’été 1975 prévoit l’organisation, dans la capitale finlandaise, d’une rencontre des trente-cinq chefs d’État ou de gouvernement durant deux jours et demi. Dès l’origine du processus d’Helsinki, les Soviétiques entendent conférer à la rencontre finale un caractère résolument historique : jamais depuis le Congrès de Vienne de 1815 autant de chefs d’État ne se sont réunis pour discuter de l’avenir de l’Europe. Si une large place est laissée à la rencontre multilatérale, chacun souhaite profiter de l’événement pour s’entretenir bilatéralement avec certains de ses homologues. Aussi les semaines qui précèdent le sommet sont-elles l’occasion d’un formidable mouvement diplomatique visant à déterminer qui pourra discuter avec qui. Sans surprise, quelques personnalités sont fortement courtisées, à l’instar de Ford et Brejnev, alors que d’autres rencontrent des difficultés à compléter leur emploi du temps finlandais. Giscard fait partie de la première catégorie : il peut s’offrir le luxe de décliner certaines propositions et de choisir ses interlocuteurs selon ses affinités politiques, diplomatiques ou tout simplement humaines.

  • 240 Note CSCE no 169, 21 juillet 1975. AN, 5 AG 3 885. CSCE.
  • 241 Programme du président de la République lors de la troisième phase de la CSCE. AN, 5 AG 3 885. CSCE

125Le premier secrétaire du PC bulgare, Todor Jivkov, fait ainsi les frais des prédilections giscardiennes puisque son invitation est immédiatement repoussée par le président français qui lui préfère son collègue polonais Edward Gierek240. Les entretiens de Giscard à Helsinki reflètent parfaitement l’orientation gaullienne de sa politique étrangère qui vise à établir un équilibre entre l’Est, l’Ouest, les Neutres et les Non-alignés sans pour autant renier l’appartenance occidentale de la France et son attachement à la construction européenne : le 30 juillet, il est invité par le président du Conseil italien Aldo Moro dans le cadre du déjeuner offert aux chefs des délégations des pays de la CEE alors présidée par l’Italie ; ce même jour, il rencontre Brejnev puis se rend à la résidence du président finlandais Kekkonen où celui-ci offre un dîner en l’honneur des participants ; Gierek est reçu le 31 juillet au matin à l’ambassade de France pour un petit-déjeuner ; vient le tour des Neutres, en la personne de Bruno Kreisky, chancelier autrichien, d’Arias Navarro, premier ministre espagnol, et du maréchal Tito. Il s’agit de montrer que la France établit un lien naturel entre sécurité européenne et sécurité en Méditerranée, comme le prouve également la rencontre entre Giscard et Constantin Caramanlis, premier ministre grec, le 1er août. Le président Ford est quant à lui rencontré à deux reprises : d’abord à l’occasion du déjeuner des « Quatre » – États-Unis, France, RFA, Royaume-Uni – offert par Harold Wilson le 31 juillet, puis de façon bilatérale le lendemain à l’ambassade des États-Unis241. Entre chacune de ces rencontres, les trente-cinq hommes d’État défilent l’un après l’autre à la tribune de la CSCE pour exprimer leur conception de la sécurité en Europe.

  • 242 Notes du service du protocole du Quai d’Orsay, 28 et 29 juillet 1975. AN, 5 AG 3 885. CSCE.

126Parmi ces rencontres, le dîner offert par Kekkonen le 30 juillet ne constitue pas le meilleur souvenir du voyage du président français en Finlande. Giscard, heurté dans son orgueil et dans celui de la France, hésite un long moment avant de s’y rendre, estimant que la place qu’on lui a attribuée à table ne correspond pas à son rang. Le critère retenu pour le placement à table est, à partir de la droite de Kekkonen qui préside le repas, l’ordre alphabétique français des pays représentés, quelle que soit la qualité du chef de délégation, afin de ne pas léser Brejnev et Gierek qui ne sont ni chefs d’État ni chefs de gouvernement. S’agissant d’une table en fer à cheval, il est prévu que Kekkonen, assis au milieu de la partie centrale, ait à sa droite successivement les représentants d’Allemagne fédérale, d’Allemagne de l’Est, d’Amérique, etc., Giscard venant le douzième et étant donc placé sur la partie intérieure de la branche gauche du fer à cheval. Cet ordre est de telle sorte que les derniers dans l’ordre alphabétique sont les plus proches du président finlandais à sa gauche, à savoir la Yougoslavie et l’URSS242. En d’autres termes, les Finlandais envisagent que les représentants des deux superpuissances et ceux des deux Allemagne figurent en haut de table tandis que Giscard tournerait pratiquement le dos au maître de maison.

  • 243 Note du service du protocole du Quai d’Orsay, 28 juillet 1975. AN, 5 AG 3 885. CSCE.
  • 244 Intervention de Valéry Giscard d’Estaing lors du colloque qui lui a été consacré en 2004. Berstein (...)
  • 245 Une photographie du dîner offert par Kekkonen montre qu’il y a bel et bien un changement de place. (...)

127À Paris, on n’est pas loin de penser que cela constitue une offense à la politique française de détente. Cet épisode est tout à fait symptomatique de l’état d’esprit des dirigeants français à cette période pour qui l’idée même de devoir contempler et subir une entente soviéto-américaine dans laquelle la RFA cherche à s’immiscer est insupportable. Le service du protocole français se montre de fait particulièrement présomptueux vis-à-vis des Finlandais, estimant que « si le problème s’était posé en France, nous aurions vraisemblablement placé pour un repas d’abord les chefs d’État selon la date de leur accession au pouvoir, puis les chefs de gouvernement et ensuite les ministres des Affaires étrangères243 », ce qui aurait permis à Giscard d’être assis tout près de Ford, Wilson et Schmidt. Brejnev et Gierek auraient été placés juste après les chefs d’État. Le président français se félicite cependant que les dirigeants des deux Allemagne soient installés côte à côte, mettant en évidence l’importance symbolique de la CSCE244. Soucieuse de ne mécontenter personne, la Finlande finit par bouleverser le placement à table en ramenant Giscard et Wilson face à Kekkonen, permettant ainsi aux représentants de la France et de la Grande-Bretagne de se retrouver en présence des deux Grands245.

  • 246 Déjeuner quadripartite à l’ambassade de Grande-Bretagne, 31 juillet 1975, Helsinki. Box 14, NSA, Me (...)
  • 247 Ces propos du président sont rapportés par Geoffroy de Courcel au Secrétaire d’État allemand aux Af (...)

128Le 31 juillet, alors qu’Américains, Britanniques, Français et Allemands déjeunent ensemble, le mauvais placement des chefs de délégation au dîner de la veille est le premier sujet de conversation des Quatre, avec l’état de santé de Brejnev, que chacun trouve préoccupant dans la mesure où le premier secrétaire du PCUS a dû quitter précipitamment le banquet de Kekkonen246. Décidément guère satisfaits, les quatre hommes se plaignent également du placement des délégations en séance plénière au Finlandia Hall… Cette rencontre en marge de la conférence, que Giscard aurait préféré dans « un endroit tranquille, un petit bistrot247 » mais qui se déroule sous une chaleur écrasante dans les jardins de l’ambassade britannique, est aussi l’occasion de soulever les grands problèmes du moment que sont le Moyen-Orient et les questions économiques. C’est au cours de cette réunion que Giscard émet l’idée de réunir annuellement les dirigeants des six pays les plus industrialisés du monde – aux quatre présents se joignent l’Italie et le Japon – afin d’améliorer la coopération économique et financière au plus haut niveau. Le premier G6 a ainsi lieu en novembre 1975 au château de Rambouillet, le Canada s’ajoutant au groupe dès l’année suivante.

129Les autres entretiens du président français à Helsinki n’apportent rien de nouveau. Seul son tête-à-tête avec Gierek a, selon Giscard lui-même, des conséquences majeures et permet à la France de jouer son rôle de conciliateur entre l’Est et l’Ouest et de contribuer à l’effacement des séquelles de la Seconde Guerre mondiale :

  • 248 Giscard d’Estaing V., Le pouvoir et la vie, op. cit., p. 152-153.

« Dans le jardin de l’ambassade d’Helsinki, il me reste une dernière démarche à effectuer auprès d’Edward Gierek. C’est Helmut Schmidt qui m’a demandé de l’entreprendre. Il s’agit du sort des Allemands de Pologne. Helmut Schmidt m’a expliqué leur cas : « Ils sont trois cent mille ou trois cent cinquante mille dans les anciens territoires allemands annexés par la Pologne, qui demandent à partir. Les Polonais leur refusent l’autorisation, mais en même temps ils leur rendent la vie impossible248. »

  • 249 Bonn accepte de verser un milliard trois cent mille Deutsche mark en trois ans et un traité miniatu (...)

130Il est difficile de dire si la médiation de Giscard a un réel impact dans cette affaire ou si le premier secrétaire du parti ouvrier unifié polonais est disposé, dès son arrivée en Finlande, à faire un geste en faveur des Allemands. Quoi qu’il en soit, la conversation qui s’ensuit entre Schmidt et Gierek entraîne une série d’accords relatifs à la minorité allemande en Pologne, prévoyant notamment la création d’un système de pension destiné à cette population249.

  • 250 Entretien avec Christian Bernard, alors jeune membre de la délégation française, 3 mars 2011, Paris

131Mais le moment clé de la troisième phase de la CSCE est évidemment celui des discours officiels devant l’ensemble des participants. Certains témoins de l’événement sont alors frappés de constater que la grande salle de spectacle du Finlandia Hall se vide ou se remplit selon l’intérêt que représente celui qui parle pour ses auditeurs : rares sont les délégations à avoir la courtoisie d’écouter les trente-cinq discours qui se succèdent pendant trois jours. Ainsi, tandis que Gierek réunit péniblement un auditoire clairsemé, Giscard fait salle comble250. À la surprise générale, en particulier de Brejnev et de ceux qui l’accompagnent, l’allocution du président français ne fait pas dans l’optimisme débordant et met en garde contre la portée de la conférence et notamment de l’Acte final. Plusieurs points essentiels de ce discours méritent de plus amples commentaires.

  • 251 Allocution de Valéry Giscard d’Estaing à l’occasion de la CSCE, 31 juillet 1975, Helsinki. AN, 5 AG (...)
  • 252 Entretien avec François Plaisant, 17 décembre 2008, Paris.

132D’abord, Giscard précise clairement que ces textes « n’ont pas la valeur d’un traité et la France considère qu’ils n’impliquent pas la reconnaissance de situations qu’elle n’aurait pas d’autre part reconnues251 ». C’est Jacques Andréani qui est à l’origine de cette phrase selon laquelle la France ne reconnaît pas l’annexion des États baltes par l’URSS252. Celle-ci, opérée en 1940 puis réitérée à la fin de l’année 1944 après le départ des Allemands, est reconnue de facto et de jure, dès le début de la guerre froide, par les pays socialistes et de facto par de nombreux autres États européens, dont la France. Moscou espère qu’avec les accords d’Helsinki, l’annexion de l’Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie sera reconnue de jure par tout le monde. Aussi Giscard a-t-il bien du mal à accepter l’insertion d’une phrase qui risquerait de fâcher les Soviétiques, mais qui va pourtant dans le sens des principes proclamés par la première corbeille. Il faut toute la persuasion d’Andréani pour que le président donne son accord à l’ajout d’un passage, dans son discours, visant à démontrer que l’acceptation de l’Acte final ne signifie en rien celle du statu quo territorial de l’Europe. Cette hésitation apparaît étonnante dans la mesure où, de toute façon, la CSCE ne consacre pas la situation européenne en ce qu’elle permet le changement pacifique des frontières. Le but d’Andréani est justement de mettre en avant, vis-à-vis d’une opinion publique perplexe, l’échec de Moscou à obtenir le gel des frontières.

  • 253 Snyder S.B., « The United States, Western Europe, and the CSCE », art. cit., p. 268-269.
  • 254 Entretien Giscard d’Estaing/Ford/Kissinger, 15 décembre 1974, Fort-de-France. Box 8, NSA, Memoranda (...)
  • 255 Bozo F., La politique étrangère de la France depuis 1945, op. cit., p. 78.
  • 256 Giscard d’Estaing V., Le pouvoir et la vie, op. cit., p. 156-157.

133Dans son discours à Helsinki, le président français poursuit sur la valeur de l’Acte final en indiquant que « ces documents ne vont pas, sur plusieurs points, aussi loin que nous l’aurions souhaité ». Il pense « en particulier à certaines formules concernant la circulation des informations ou à celles qui traitent des diverses formes de la coopération culturelle ». Sur l’information, il est clair que la position de Giscard n’est pas cohérente, dans la mesure où, recevant Brejnev à Rambouillet en décembre 1974, le chef de l’État ne s’est pas montré très regardant sur ce problème : il était prêt à lâcher du lest et à signer un texte comprenant une troisième corbeille allégée afin de préserver le processus de détente253. En outre, lors du sommet franco-américain de la Martinique en ce même mois de décembre 1974, Giscard expliquait à Ford et Kissinger qu’il ne fallait pas être trop dur sur la troisième corbeille au risque de braquer les Soviétiques et de saborder la conférence254. On note parfois un opportunisme non dissimulé chez le président français : il se montre peu enthousiaste, à Helsinki, sur la portée de la CSCE, mais caresse le premier secrétaire du PCUS dans le sens du poil quelques mois plus tôt ; plus tard dans son mandat, il reproche au président américain Jimmy Carter d’aller trop loin sur la défense des droits de l’homme et d’ainsi porter tort à la détente255. Au contraire, dans ses mémoires, rédigés après la chute du mur de Berlin, il dit avoir toujours cru aux principes de la CSCE pour dépasser le conflit Est-Ouest256.

134La déception exprimée par Giscard à Helsinki vis-à-vis de la coopération culturelle apparaît en revanche réelle. Elle s’explique par le fait que, malgré ses concessions à Brejnev, le président ait, dès le moment où il s’est intéressé à la CSCE, privilégié quelques sujets qui lui tenaient à cœur. Parmi eux, on trouve la question de l’ouverture de salles de lecture occidentales en Europe de l’Est. Pour les Français, il s’agit d’un excellent moyen de diffuser la culture française de l’autre côté du rideau de fer. Sauf que, pour des raisons précises que nous détaillerons dans le chapitre consacré à la troisième corbeille, la France est obligée d’abandonner sa proposition au printemps 1975, à la grande déception de l’Élysée. C’est Jacques Chirac, lors d’un voyage à Moscou, qui fait ce geste envers les Soviétiques. Il y a donc de fortes chances pour que le président de la République veuille, dans son discours à Helsinki, en profiter pour envoyer une pique à son premier ministre.

  • 257 Sa rencontre avec Brejnev à Varsovie en mai 1980 alors que les troupes soviétiques ont pénétré en A (...)
  • 258 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 137.

135Quoi qu’il en soit, Giscard d’Estaing fait tout pour ne pas heurter Moscou, songeant probablement au rôle influent du Kremlin à l’égard des communistes français, à un moment où l’union de la gauche est en train de se faire en France257. Mais son attitude s’explique surtout par son attachement à la détente, une détente qu’il souhaite non seulement politique et militaire mais aussi idéologique, comme il le dit ouvertement dans son allocution à Helsinki puis lors de sa visite en URSS en octobre 1975258. Par son discours à Moscou, le président de la République provoque l’ire des responsables les plus dogmatiques du Kremlin, pour qui la détente idéologique signifie la fin du principe même de lutte des classes.

  • 259 Pisar S., Transactions entre l’Est et l’Ouest, le cadre juridique et commercial, Paris, Dunod, 1972
  • 260 Weinachter M., op. cit., 4e partie, 2.2.
  • 261 Entretien avec Jean François-Poncet, 5 octobre 2009, Paris.

136À cela s’ajoute le facteur économique auquel Giscard accorde une importance non négligeable. Son intérêt pour les théories de Samuel Pisar – il rédige la préface de son ouvrage Transactions entre l’Est et l’Ouest, le cadre juridique et commercial publié en 1972259 – le conduit à considérer les échanges économiques en tant qu’outils permettant de créer une interdépendance qui éroderait progressivement le système soviétique et aboutirait au dépassement de la guerre froide ; il voit en Brejnev un homme désireux de développer son pays260. En ce sens, le président estime que seule la détente peut favoriser la mise en place d’une réelle coopération Est-Ouest et la désidéologisation des rapports entre les deux blocs. Cela explique en partie l’attention que Valéry Giscard d’Estaing porte, dès les premiers temps de son mandat, à la CSCE et à sa deuxième corbeille sur les échanges économiques, scientifiques et technologiques, sans pour autant être obnubilé par celles-ci261.

  • 262 Entretien Giscard d’Estaing/Puja, 6 juin 1975, Paris. AN, 5 AG 3 1006. Hongrie. 1975-1980.
  • 263 Allocution de Valéry Giscard d’Estaing au dîner offert par Gierek, 17 juin 1975, Varsovie. AN, 5 AG (...)

137Prudent avec les Soviétiques, le président français l’est moins avec les satellites de l’URSS, disant aux représentants des « pays frères » ce qu’il n’ose dire à Brejnev. Recevant le ministre hongrois des Affaires étrangères en juin 1975, il lui indique que, contrairement aux affirmations de la Hongrie, les États de l’Est n’ont guère fait de concessions à Genève, au contraire des Occidentaux262. En Pologne, Giscard déclare devant Gierek que les résultats de la CSCE ne répondent pas toujours aux espoirs de la France263.

138Dans son discours à Helsinki, le chef de l’État résume finalement assez bien son état d’esprit à l’égard de la détente en reprenant à son compte la comparaison alors faite par la presse internationale entre la CSCE et le Congrès de Vienne :

« La France était représentée à ce Congrès par son Ministre des Affaires étrangères, Talleyrand, et j’ai noté dans la correspondance qu’il adressait à Paris pour suivre les travaux de ce Congrès, une phrase qui pourrait nous servir de référence : “Je serai doux, conciliant mais positif, ne parlant que principes et ne m’en écartant jamais.”
La réunion qui nous rassemble constitue une étape humaine essentielle dans le long mouvement vers la détente. Nous entendons ici, à cette tribune, depuis hier, un langage d’un ton nouveau de la part des dirigeants des pays d’Europe, que ceux-ci soient à l’Est ou à l’Ouest de notre continent, et chacun peut déjà le constater. »

  • 264 Tg. no 689/98, de Viot, 19 juin 1974. AMAE, CSCE, vol. 30.
  • 265 Conférence de presse de Jean Sauvagnargues à l’association des correspondants de l’ONU, 24 septembr (...)
  • 266 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 68.
  • 267 Entretien avec François Plaisant, 17 décembre 2008, Paris.

139Il revient ensuite sur l’accord quadripartite sur Berlin, qui a rendu possible la conférence. Il faut voir ici l’influence de son ministre des Affaires étrangères, lui aussi présent à Helsinki : Jean Sauvagnargues, ancien ambassadeur à Bonn, grand connaisseur de l’Allemagne et représentant de la France lors des négociations des Quatre sur l’ancienne capitale du Reich. Aux yeux du ministre, l’accord quadripartite est l’élément clé des relations Est-Ouest au début des années 1970 ; sa plus grande crainte est que la CSCE puisse lui porter tort en établissant un système de sécurité paneuropéen façon Rapacki qui nuirait aux intérêts de la France et de l’Allemagne et permettrait aux Soviétiques d’intervenir dans les affaires ouest-européennes. Aussi Sauvagnargues nourrit-il, depuis la deuxième moitié des années 1960 et les premières propositions de conférence, des doutes sur l’issue de la CSCE, comme il le déclare à ses homologues de l’Otan réunis à Ottawa en juin 1974264. Pour lui, il ne faut « pas trop attendre de la conférence car il est évident que l’URSS ne changera pas d’un jour à l’autre265 » ; de fait, pourquoi s’obstiner « à faire adopter par l’Union soviétique des engagements qu’elle ne respectera jamais266 » ? Il considère en outre que seul l’accord sur Berlin sert vraiment la détente et fournit un crédit majeur à la politique étrangère de la France puisqu’il lui permet de préserver une place prééminente dans les rapports Est-Ouest. Il ordonne ainsi à François Plaisant, chargé de négocier les principes de la première corbeille, de tout faire pour que la CSCE ne remette pas en cause les droits quadripartites sur Berlin notamment en raison de la présence des deux Allemagne à la conférence et des velléités soviétiques de prolonger cette dernière en établissant un système de sécurité collective267. Rencontrant Brejnev à Oreanda en juillet 1974, le ministre n’y va pas par quatre chemins :

  • 268 Entretien Brejnev/Sauvagnargues, 12 juillet 1974, Oreanda. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3726.

« Comme vous, nous sommes décidés à empêcher, en Allemagne ou ailleurs, quiconque essaierait de remettre en cause le statu quo. C’est l’axe principal de notre action politique268. »

  • 269 Kissinger lui-même dit à Giscard combien il reste impressionné par l’acharnement avec lequel Sauvag (...)
  • 270 Nous reviendrons sur ce point essentiel dans le chapitre sur la première corbeille.

140C’est précisément ce genre de déclarations vagues qui participe de la légende qui fait de la France une fervente partisane du statu quo politique et territorial en Europe. Or, il ne faut pas y voir un dogme ancré dans les mœurs des dirigeants de la Cinquième République. Ces propos de Sauvagnargues relèvent de la politique de conciliation avec l’URSS et témoignent surtout de l’acharnement du ministre à vouloir défendre un traité quadripartite qu’il a durement négocié269. Le statu quo évoqué par le ministre ne concerne que les droits et responsabilités quadripartites : il ne saurait être question de remettre en cause le droit de la France à influer sur la question allemande. Cela ne signifie pas que Paris s’opposera à la réunification, bien au contraire270. Si, lorsque le sujet est abordé avec les Soviétiques, les Français semblent parfois se montrer réticents à l’idée d’une réunification, c’est parce qu’ils savent qu’une partie de leurs relations avec l’URSS repose sur la certitude de Moscou que la France est favorable à la division allemande. D’ailleurs, il n’y a bien qu’avec les représentants des pays de l’Est, hostiles à l’unité allemande, que les Français usent d’une rhétorique floue qui peut laisser présager cela. Dans les conversations entre alliés occidentaux, Paris est au contraire toujours apparu comme un soutien de poids aux efforts allemands visant à rapprocher les deux États.

  • 271 D’après Georges-Henri Soutou, Valéry Giscard d’Estaing affirme à Brejnev le 27 avril 1979 qu’il est (...)
  • 272 Weinachter M., op. cit., 4e partie, 1.1.

141Giscard ne déroge pas à cette règle. Et si l’on a pu affirmer qu’il était un opposant à la réunification, c’est en raison d’un accès restreint aux sources d’archives ou de l’absence d’esprit critique vis-à-vis de ces mêmes sources. Le successeur de Pompidou ne montre en effet aucune espèce de méfiance à l’égard de l’Allemagne et ne se pose jamais en défenseur du statu quo, sauf, encore une fois, avec Moscou271. Il ne craint en aucun cas que Bonn ne cède aux avances soviétiques qui lui font miroiter l’espoir d’une réunification en échange de sa neutralisation. Il existe plusieurs raisons à cela. La première repose sur la parfaite entente mutuelle qui existe entre le président de la République et le chancelier Schmidt. Deuxièmement, du fait de la reconnaissance de la RDA par la plupart des Occidentaux, la réunification semble, en 1974, plus lointaine que jamais. Enfin, l’attitude des Soviétiques, qui lui répètent qu’ils sont bien décidés à empêcher toute réunification, conforte le chef de l’État dans ses convictions : la France n’a rien à craindre de l’Allemagne et l’Europe est pour longtemps figée dans la division272.

  • 273 Entretien Ford/Schmidt, 27 juillet 1975, Bonn. Box 14, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

142Schmidt, qui a saisi le fond de la pensée de son collègue français, explique ainsi au président Ford que, pour Giscard, la pire menace qui puisse peser sur l’Occident n’est ni le communisme et le bloc de l’Est, ni les bouleversements politiques du flanc sud de l’Otan, mais bel et bien l’instabilité économique273. Aussi le chef de l’État français privilégie-t-il, en matière de politique étrangère, la coopération occidentale pour en finir avec la crise économique. Sous l’œil attentif et satisfait de Sauvagnargues, Giscard rappelle néanmoins à la fin de son discours à Helsinki que la France demeure opposée aux arrangements du style MBFR, susceptibles de créer une zone neutre au centre de l’Europe. Il conçoit la CSCE comme une étape et non comme une fin en soi, faisant des relations bilatérales le moyen essentiel de poursuivre le processus d’apaisement des rapports Est-Ouest.

143En bref, malgré quelques nuances, l’allocution du président de la République au cours de la troisième phase de la CSCE se veut résolument gaullienne. Et c’est en digne successeur de de Gaulle et Pompidou, les premiers à avoir dû évaluer les chances d’une conférence sur la sécurité européenne, que Valéry Giscard d’Estaing signe l’Acte final d’Helsinki au nom de la France le 1er août 1975. Il doit aussitôt faire face à un flot de critiques.

La CSCE, « nouveau Munich » ?

144Le point de vue de l’élite intellectuelle française à l’égard du processus d’Helsinki est à appréhender dans le cadre du débat qui se développe partout en Occident sur les avantages et les inconvénients des politiques de détente.

La détente remise en question

  • 274 Mélandri P., Une incertaine alliance, op. cit., p. 143.

145C’est aux États-Unis que s’ouvre le virulent débat sur l’intérêt de poursuivre la politique de détente entamée dans les années 1960. On l’a vu, le Congrès réclame au président d’intégrer la défense des droits de l’homme dans les paramètres fondamentaux de la politique de détente américaine : la question des Juifs soviétiques et l’amendement Jackson-Vanick incarnent cette volonté. Alors que le Vietnam passe entièrement sous domination communiste, que la décolonisation de l’Angola tourne au drame et que la persécution des dissidents du bloc de l’Est reprend de plus belle, la realpolitik de Kissinger, selon laquelle il faut accepter l’URSS telle qu’elle est, devient impopulaire, à gauche comme à droite : aux yeux des républicains, elle constitue une preuve supplémentaire d’appeasement face à l’adversaire russe ; pour les démocrates, elle permet au gouvernement des États-Unis de justifier son soutien aux dictatures alliées dans le tiers-monde274.

  • 275 En juillet 1975, plus d’un an après la « révolution des œillets » qui a mis un terme au régime sala (...)
  • 276 Entretien de Ford avec les Américains originaires d’Europe orientale, 25 juillet 1975, Washington. (...)
  • 277 Note CSCE, 26 août 1975. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3689.

146De fait, à l’été 1975, le sommet d’Helsinki apparaît, au regard de beaucoup d’Américains, comme le symbole suprême de la politique de renoncement des Occidentaux à défendre la liberté et la démocratie dans le monde. La presse américaine, quasi unanime, se montre très sévère à l’égard de la CSCE : le New York Times et le Washington Post dénoncent ce qu’ils considèrent comme une concession à l’URSS, bien mal venue après les défaites d’Indochine et au moment où la situation s’aggrave au Portugal275. Le Wall Street Journal publie même un éditorial intitulé : « Jerry, don’t go ! » Sans surprise, le Congrès partage ces sentiments. En outre, à l’occasion de la semaine des « nations captives », le président Ford reçoit une délégation d’Américains originaires d’Europe orientale, notamment des pays baltes, venus exprimer leur inquiétude quant aux résultats de la conférence276. Au même moment, Alexandre Soljenitsyne, en tournée de conférence aux États-Unis, met en garde l’opinion contre les pièges de la détente et présente l’Acte final comme un traité consacrant la domination de l’URSS sur l’Europe de l’Est277.

  • 278 Presidential remarks, Meeting with Americans of Eastern European Background, 25 juillet 1975. Box 1 (...)

147Face à ces réactions, Ford et Kissinger entreprennent une laborieuse campagne d’explications auprès d’une opinion peu au fait des affaires européennes et des subtilités de la politique de détente. Le président distribue ainsi aux représentants des minorités opprimées à l’Est le texte d’une déclaration censée contrecarrer les critiques concernant son voyage en Finlande ; il justifie la signature de l’Acte final par le fait qu’il ne s’agit ni d’un traité ni d’un texte qui engage les pays signataires, ce qui le conduit à dénigrer implicitement tout le contenu de la CSCE ! Il essaye de rassurer ses interlocuteurs en leur affirmant que la conférence ouvre un dialogue entre tous les pays européens, que la présence des États-Unis dans le processus d’Helsinki permet le maintien de l’Alliance atlantique et que les États de l’Est ont dit leur intention de faciliter le libre mouvement et la liberté des individus. Rappelant que l’Ouest a émis des conditions préalables à la CSCE, Ford ajoute que celle-ci proclame le changement pacifique des frontières et que son pays ne reconnaît pas l’annexion des pays baltes par l’URSS. Pour le gouvernement américain, la charte des Nations unies et la déclaration universelle des droits de l’Homme continuent de primer, tout comme les SALT et les MBFR à côté desquels la CSCE n’est qu’une entreprise modeste et généraliste. Mais, conclut le président, il vaut mieux lire dans les journaux « Jerry don’t go » que « les États-Unis boycottent les espoirs de paix278 ».

  • 279 Entretien Ford/Kissinger, 4 août 1975, Washington. Box 14, NSA, Memoranda of conversations, GFL.
  • 280 Entretien Ford/Gierek, 28 juillet 1975, Varsovie. Box 14, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

148Quant aux critiques de ses détracteurs démocrates, Ford tente de les mettre à mal en proclamant qu’en se rendant à Helsinki il ne reconnaît aucun statu quo alors qu’en 1947-1948, c’est une administration démocrate qui a concrétisé la division allemande279. Toujours dans un souci de justification, il apporte un soutien sans faille au contenu de la troisième corbeille, ce que Gierek, qui le reçoit à Varsovie fin juillet 1975, perçoit comme une critique du système communiste. Le président doit alors affronter les remontrances des décideurs de l’Est qui constatent amèrement que le peuple américain semble remettre en cause la CSCE et la détente. Face à cela, Ford se pose en défenseur de celle-ci, réaffirmant le principe phare de la realpolitik à la Kissinger : la détente ne doit pas avoir pour but de détruire le système adverse. En outre, dit-il à Gierek, ses déclarations à l’encontre du système soviétique ont pour seul but de calmer les opposants à la détente et les défenseurs des droits de l’homme280. La position de la Maison-Blanche apparaît par conséquent fort délicate à maintenir : il faut conjuguer le soutien de l’opinion publique et du Congrès à la nécessité de poursuivre le dialogue stratégique avec l’URSS. Malgré les réprimandes des forces profondes américaines, la realpolitik reste d’actualité dans le Bureau ovale.

  • 281 Un mouvement pour la défense des droits de l’homme voit le jour en URSS le 5 décembre 1965 : il ras (...)
  • 282 Rey M.-P., Le dilemme russe, op. cit., p. 325.

149Le débat américain ne reste pas sans écho en France. D’aucuns, influencés par le point de vue des dissidents, pensent que la détente est un jeu de dupes et que la défense de valeurs essentielles telles que le respect des droits de l’homme, la liberté et la démocratie ne peut être sacrifiée au profit de l’apaisement avec Moscou. La situation des dissidents à l’Est et l’« affaire Soljenitsyne » cristallisent bientôt les oppositions à la CSCE, souvent considérée comme responsable de la consécration du statu quo territorial et politique en Europe, au moment même où une opinion publique embryonnaire fait son apparition en URSS281. Ce phénomène, parallèle au durcissement de la politique culturelle intérieure du régime soviétique, s’accompagne de l’apparition d’une édition libre qui refuse de se soumettre au régime de la censure : le samizdat. La diffusion de ces textes partout en Europe et en Amérique du Nord affiche aux yeux du monde la situation des intellectuels dans le bloc soviétique. On apprend le démantèlement de tout un réseau de dissidents en URSS, responsables de la publication de la Chronique des événements courants qui compile les modes de répression et d’abus de pouvoir ; les arrestations se multiplient, de même que les enfermements en hôpital psychiatrique et les bannissements. Tandis que le Kremlin éloigne de Moscou les camps de prisonniers politiques pour leur éviter tout contact avec les journalistes occidentaux, « la répression se double d’une politique de prévention qui pousse les autorités à une campagne axée sur la rigueur idéologique, principalement tournée vers la jeunesse282 ».

  • 283 Cité par Rey M-P., « The USSR and the Helsinki process », art. cit., p. 74.

150Andropov, le chef du KGB, met de la sorte en application son intention de circonscrire les effets de la CSCE, et en particulier ceux de la troisième corbeille ; selon lui, la détente avec l’Ouest n’est rien d’autre qu’un « cheval de Troie, une diversion idéologique dirigée contre les pays socialistes, visant à ébranler leurs fondations283 ». Les victimes de ces persécutions ont pour nom Bukovsky, Yakir, Grigorenko, Chalidze, Medvedev, mais surtout Sakharov – père de la bombe H soviétique, puis fondateur du Comité des droits de l’homme – et Soljenitsyne, personnalités les plus médiatisées dans le camp occidental du fait de leurs nombreuses prises de parole à l’encontre du régime soviétique et de la détente. Pour eux, la détente telle qu’elle existe ne rend pas service aux défenseurs des droits de l’homme, comme l’explique Andreï Sakharov aux journalistes occidentaux le 21 juin 1973 :

  • 284 Cité par Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 117-118.

« Un rapprochement sans démocratisation, un rapprochement dans lequel l’Occident accepterait les règles soviétiques du jeu, serait dangereux en ce sens qu’il ne résoudrait aucun des problèmes du monde et ne représenterait qu’une pure et simple capitulation devant le pouvoir réel ou supposé de l’URSS. Cela se marquerait par une tentative de commercer avec l’URSS, de lui acheter son gaz et son pétrole, tout en ignorant les autres aspects. Un tel développement serait à mon sens dangereux, parce qu’il aurait de sérieuses répercussions en URSS. Il contaminerait le monde entier avec les particularités antidémocratiques de la société soviétique. Il donnerait à l’Union soviétique la possibilité de contourner les problèmes qu’elle ne peut résoudre par elle-même et de se contenter d’accumuler une puissance plus grande encore284. »

151Dans cette optique, les premiers à réagir, en Europe de l’Ouest, à la persécution des dissidents et à s’interroger sur les liens entre détente et répression sont les intellectuels, parmi lesquels les Français jouent un rôle considérable.

Le rôle central des intellectuels

  • 285 Imaginée au milieu des années 1960 par Michael Josselson, Constantin Jelenski, McGeorge Bundy – le (...)
  • 286 Grémion P., op. cit., p. 592-593.
  • 287 Ibid., p. 594.
  • 288 Ibid., p. 598.

152À la suite des appels de Sakharov, de nombreux intellectuels réunis sous l’égide de l’Association internationale pour la liberté de la culture285 rédigent un texte-cadre, publié simultanément dans le Times et Le Monde, qui prend position sur la troisième corbeille de la CSCE : ils dénoncent l’attitude soviétique qui consiste à durcir la répression à l’encontre des personnalités scientifiques et littéraires du bloc de l’Est alors que Moscou dit faire des concessions, à la CSCE, sur les contacts humains et la coopération culturelle286. Par ailleurs, l’Association, qui cherche à mobiliser les opinions publiques, organise à Paris, en octobre 1974, « un colloque de soutien aux dissidences soviétique et tchécoslovaque, articulé autour de la rencontre entre les représentants des émigrations de ces deux pays et des intellectuels et des journalistes anglais et français287 ». Y participent des personnalités aussi éminentes que François Fejtö, Jean-Marie Domenach, Pierre Hassner, Georges Liébert, Pierre Daix, Laurent Schwartz ou encore Branko Lazitch. Le résultat majeur de cette rencontre est la création d’un comité de liaison destiné à mobiliser le plus de moyens possibles pour « aider, informer et défendre les personnes persécutées en URSS et en Tchécoslovaquie288 ».

  • 289 Cité par Winock M., Le siècle des intellectuels, Paris, Le Seuil, 1997.
  • 290 Cité par Dulphy A., Manigand C., loc. cit.
  • 291 La Croix, 10 mars 1976. Citée par Dulphy A., Manigand C., loc. cit.
  • 292 De Boisdeffre P., « La leçon de Soljenitsyne », in France Forum, no 136-137, février-mars 1975. Cit (...)
  • 293 Nantet J., « Soljenitsyne et les sociétés idéologiquement parfaites », in France Forum, no 134-135, (...)

153Mais c’est évidemment la bataille autour de l’œuvre de Soljenitsyne qui attire spécialement l’attention et qui donne une dimension toute particulière au débat sur la CSCE. L’auteur d’Une journée d’Ivan Denissovitch et du Pavillon des cancéreux, prix Nobel de littérature en 1970, est expulsé d’URSS en février 1974 « pour activités incompatibles avec le statut de citoyen soviétique et portant préjudice à l’URSS ». La publication de L’Archipel du Goulag, dans lequel Soljenitsyne dénonce le système concentrationnaire soviétique, fait figure de prétexte. Dès la parution de l’édition russe en décembre 1973, le Comité central du PCF s’indigne de la « réclame effrénée » autour de l’auteur en exil par « tout ce que notre pays compte de réactionnaire289 ». Quand, en juin 1974, la traduction française du premier tome est mise en vente, plus de 700 000 exemplaires sont vendus dans les semaines qui suivent : au grand dam de L’Humanité, aucun autre pays occidental ne lui réserve pareil accueil. Tandis que Pierre de Boisdeffre, dans France Forum, parle de Soljenitsyne comme d’un « greffier d’une réalité monstrueuse290 » – « il n’invente rien, il n’arrange rien, il ne vise même pas à émouvoir, il décrit » –, Hélène Carrère d’Encausse se demande ce qu’on saurait du goulag sans lui291. « Les faits, rien que les faits… assez écrasants pour se suffire à eux-mêmes292 » forment une « masse prodigieuse d’informations sur l’“industrie pénitentiaire” en URSS293 ».

  • 294 Grémion P., op. cit., p. 602.

154L’impact de L’Archipel du Goulag sur le monde intellectuel est immense, bien plus que sur le monde politique ; il participe de la remise en question, alors en cours, des idées marxistes-léninistes. Selon Pierre Grémion, « ce livre transcende tous les alignements philosophiques et politiques et déclenche à Paris une crise et une recomposition intellectuelle sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale294 ».

  • 295 Winock M., loc. cit.
  • 296 Cité par Grémion P., op. cit., p. 606.
  • 297 Gauchet M., « L’expérience totalitaire et la pensée politique », Esprit, juillet-août 1976.

155La contradiction entre détente et dissidence est au cœur du débat relatif à l’œuvre de Soljenitsyne, qui pose également le problème de la définition du concept de totalitarisme. La polémique prend forme avec la publication de plusieurs textes clés comme La Cuisinière et le Mangeur d’hommes d’André Glucksman qui, marqué par le message des dissidents, rompt avec le marxisme-léninisme295. Parmi ces textes, figure en bonne place celui d’Alain Besançon dans la revue anti-communiste Contrepoint ; ce dernier s’en prend notamment au journal Le Monde qui commente L’Archipel du Goulag en l’englobant dans un article traitant d’autres ouvrages et ayant pour titre L’URSS en question. Besançon se demande « pourquoi l’URSS, qui, au chapitre des massacres, des déportations (vingt-cinq millions de morts au minimum), de l’abrutissement de masse, bat de très loin la plupart des records de l’Allemagne nazie, continue, elle, d’être en question, alors que l’Allemagne nazie ne l’est pas. La raison est simple : il y a des communistes, il n’y a plus de nazis296 ». Dans Esprit, Marcel Gauchet démontre que le totalitarisme n’est pas l’apanage des régimes de droite et peut s’appliquer à des régimes de gauche lorsqu’ils prétendent établir « une société sans division », « une société délivrée de son antagonisme intérieur ». « L’État socialiste est l’État qui revendique la réalisation de l’unité sociale, et c’est en cela qu’il est spécifiquement totalitaire297. »

  • 298 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 134.

156Le Monde, parce qu’il ne soutient pas la cause des dissidents, voit sa fiabilité remise en cause par une partie de son lectorat, à savoir la gauche intellectuelle. Plus généralement, une partie de la presse de gauche, embarrassée à l’idée de soutenir Soljenitsyne l’anti-communiste, reproduit les mensonges du Kremlin sur la soi-disant critique par l’écrivain russe de l’alliance antinazie entre Staline et les démocraties, sur sa prétendue déférence envers le général Vlassov et sur son estime présumée pour le régime de Pinochet298.

  • 299 Le voyage en Hongrie d’une délégation du PS conduite par Mitterrand n’arrange pas les choses puisqu (...)

157Le contexte de restructuration politique de la France est à prendre en compte pour saisir l’entière teneur du débat : l’union de la gauche entre les socialistes de François Mitterrand et les communistes de Georges Marchais se produit au moment même où Moscou durcit son attitude à l’égard des intellectuels dissidents, contribuant à placer le nouveau parti socialiste dans une position particulièrement gênante pour sa crédibilité299. Or, Le Monde appuie clairement l’union de la gauche. Le désenchantement de nombreux penseurs français jusqu’alors marxistes, communistes, trotskistes ou maoïstes – à l’image de Pierre Daix, cadre du PCF et rédacteur en chef de la revue Les Lettres Françaises – s’accentue davantage au vu des événements du milieu des années 1970 : la prise de Saigon par les communistes et la multiplication des boat people, le génocide cambodgien perpétré par les Khmers rouges, l’attitude des communistes portugais durant la Révolution des œillets. Plus qu’un régime politique, c’est désormais l’idéologie communiste qui est remise en question.

  • 300 Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 324.

158Dans ce contexte de refonte intellectuelle de la gauche, la conclusion de la CSCE vient exacerber les débats, démultipliant les conséquences de l’« affaire Soljenitsyne ». On pointe du doigt à la fois la conférence elle-même et les chefs d’État qui s’apprêtent à en parapher l’Acte final. Pourtant, les présidents de la République de la décennie 1970, qu’il s’agisse de Pompidou ou de Giscard d’Estaing, ne font pas abstraction de la question des dissidents dans leur approche des relations avec le bloc de l’Est. On l’a vu, Pompidou souhaite sincèrement que la CSCE améliore le sort des peuples situés de l’autre côté du rideau de fer ; l’Élysée intervient en outre à plusieurs reprises auprès des autorités soviétiques pour obtenir des rapprochements familiaux ponctuels. Néanmoins, dans un souci de ne pas dégrader ses rapports avec Moscou, Paris s’en tient généralement à une politique de non-ingérence dans les affaires intérieures soviétiques300.

  • 301 Weed M.K., op. cit., p. 181.
  • 302 D’après certains rapports des services de renseignement de l’Ouest, les mesures de répression contr (...)

159Pour ce qui est de l’affaire Soljenitsyne, le gouvernement français doit faire face à un véritable chantage de la part des Soviétiques, chantage qu’il refuse de considérer : lors de la rencontre de Pitsunda en mars 1974, Brejnev tente d’obtenir de Pompidou un texte qui lui permettrait de contrer la campagne médiatique française à propos de l’auteur de L’Archipel du Goulag. Dans ce but, l’URSS en arrive même à doubler le prix du bois d’exportation nécessaire à la fabrication du papier journal en France301 ! Une telle attitude dévoile aux yeux des Occidentaux les difficultés qu’éprouvent les dirigeants soviétiques à trouver un compromis entre l’étouffement des dissidences et l’adoption d’une politique de détente qui les conduit à aborder, à la CSCE, des questions comme celle de la libre circulation des hommes et des idées302.

160Paradoxalement, le tapage médiatique autour de Soljenitsyne, de la dissidence et de la nature du régime soviétique épargne relativement les négociations de la CSCE, comme le rapporte Jacques Andréani :

  • 303 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 67.

« Il est remarquable que cette affaire ait fait peu de bruit dans les salles de réunion de Genève. Le bannissement de Soljenitsyne ne fit l’objet d’aucun commentaire en séance. En présence de la répression, les diplomates occidentaux, tout en défendant sur le plan des principes les valeurs de la liberté, ne se départaient pas de la retenue qui, durant près de vingt années, avait tant profité au régime soviétique. On militait pour des règles nouvelles, mais on appliquait scrupuleusement les anciennes. Dans le bâtiment du Centre international de conférences, où se déroulaient les pourparlers, la librairie s’abstenait pudiquement de mettre en vitrine les œuvres de Soljenitsyne, et l’on conseillait aux collaborateurs du secrétariat international de la conférence de ne pas s’afficher dans la lecture des auteurs russes interdits303. »

161Ne pas braquer les Soviétiques, éviter la guerre des propagandes, poursuivre la politique des petits pas, éviter de conduire la CSCE à l’échec, telles sont les diverses justifications avancées par les uns et les autres pour expliquer l’apparente imperméabilité de la conférence vis-à-vis de ces événements extérieurs.

  • 304 Entretien avec Henri Froment-Meurice, 19 novembre 2008, Paris.

162Pourtant, en France, loin du microcosme genevois, les jugements relatifs à la CSCE dans les années 1974-1975 et même au-delà se réfèrent constamment à la question des dissidents. Il y a d’abord les habitués du monde diplomatique qui, depuis les années 1960, s’opposent au projet de conférence paneuropéenne et continuent à le faire discrètement, à l’image d’Henri Froment-Meurice pour qui la CSCE « met le tampon de l’Occident sur la division de l’Europe et de l’Allemagne » et symbolise l’abandon du combat pour la liberté à l’Est ainsi que celui du containment304. Quant à la troisième corbeille, dit-il, « dire que la CSCE a donné une espèce de bannière derrière laquelle les défenseurs des droits de l’homme et les dissidents marchaient est faux, car tous ces gens existaient déjà ». De plus, ajoute l’éminent diplomate, « nous savions que tout en URSS était contrôlé par les organes du PCUS. Tous ceux qui sortaient d’URSS, les étudiants, les voyageurs, etc. étaient toujours surveillés par le KGB. On ne pouvait pas comparer l’ouverture culturelle occidentale avec le système soviétique ».

163Puis il y a les intellectuels, qui ne se privent pas de souligner la distorsion entre détente et dissidence, dont la CSCE constitue, selon eux, le symbole le plus éclatant. L’Association internationale pour la liberté de la culture joue un rôle primordial dans cette dénonciation. La revue de droite Contrepoint, issue du milieu étudiant de l’Institut d’études politiques de Paris, prend activement part au réquisitoire dirigé contre la politique du Kremlin en s’adjoignant les réseaux de l’association : Raymond Aron et Raoul Girardet en constituent les figures de proue.

  • 305 Aron R., « Conférence européenne pour quoi faire ? », Le Figaro, 25 novembre 1971.
  • 306 Aron R., « La foire aux diplomates », Le Figaro, 30 juillet 1975.
  • 307 Aron R., « Le congrès parle », Le Figaro, 2-3 août 1975.
  • 308 Aron R., « Finlandisation volontaire », Le Figaro, 6 juin 1975.

164Dès novembre 1971, Aron prévenait qu’une conférence européenne ne servirait à rien dans la mesure où l’invasion de la Tchécoslovaquie avait ruiné tout espoir de voir s’établir une réelle détente305. À l’été et à l’automne 1975, il se veut bien plus acerbe à propos de ce qu’il appelle « la foire aux diplomates306 ». En ce qui concerne le statut des frontières, Aron ironise sur le fait que les Occidentaux « déclarent inviolables des frontières qu’ils ne reconnaissent pas », faisant référence à l’annexion des pays baltes par l’URSS. Il n’est guère plus indulgent avec le contenu de la troisième corbeille : pour lui, « il faut beaucoup d’optimisme ou de naïveté pour croire que les promesses, les unes précises et insignifiantes, les autres vagues, modifieront les pratiques de la bureaucratie de Moscou à l’égard des étrangers ou des citoyens soviétiques ». Il pointe du doigt les précautions inutiles des dirigeants de l’Ouest, notamment celles du président Ford, lorsqu’ils refusent de recevoir Soljenitsyne pour ne pas froisser le Kremlin, alors que « Brejnev n’a jamais hésité à recevoir Marchais ou Cunhal [le secrétaire du PC portugais] ». Dans un autre article, Aron appelle les leaders occidentaux à entrer dans le jeu de Brejnev en menant eux aussi la lutte idéologique : « ils peuvent, demain comme hier, réclamer pour tous les peuples le droit aux libertés fondamentales – celles mêmes qui figuraient dans la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies de 1948, signée par l’Union soviétique307 ». Valéry Giscard d’Estaing, signataire de l’Acte final au nom de la France, n’est pas épargné par la plume du philosophe : celui-ci reproche au président de la République de dépasser le niveau de complaisance de ses prédécesseurs à l’égard de l’URSS308.

  • 309 La revue Contrepoint publie un long extrait de ce discours en 1973 sous le titre « L’esprit de Muni (...)

165Mais l’article le plus virulent à l’encontre de la CSCE est signé Eugène Ionesco dans Le Figaro. L’auteur de Rhinocéros et de La cantatrice chauve, fustigeant le fait que les Occidentaux accordent aux Soviétiques ce qu’ils veulent, affirme sans détour que « la conférence internationale d’Helsinki est un nouveau Munich à la puissance 100 ». Il se réfère implicitement au discours que Soljenitsyne aurait dû prononcer à Stockholm s’il avait été autorisé à aller y chercher son prix Nobel en 1970309. L’Académicien use de son art de manier le verbe pour rédiger un texte certes court mais d’une puissance redoutable, présentant les États-Unis comme les principaux responsables de la capitulation, symbolisée par la CSCE, devant l’URSS :

  • 310 Ionesco E., « Un nouveau Munich 1975 ? », Le Figaro, 4 août 1975.

« Les gouvernements des pays de l’Est ont été représentés à la conférence d’Helsinki. Les peuples polonais, allemand de l’Est, tchécoslovaque, hongrois, roumain, bulgare n’ont pas le droit à la parole. A-t-on réclamé au nom de la liberté d’expression, ironiquement affichée sur les traités internationaux, des élections libres dans ces pays, afin que les nations choisissent, s’expriment ? Tant de pays sont abandonnés, comme le furent l’Autriche en 1937, la Tchécoslovaquie en 1938.
Le prix de la lâcheté revient cher. À cette époque, les pays occidentaux avaient également garanti les frontières des pays qui furent occupés par les nazis. À cette époque, hélas, il y avait des nazis et des fascistes dans les pays de l’Est. Aujourd’hui, dans ces pays, il n’y a plus de nazis, mais il n’y a pas non plus de communistes.
Il y a eu des guerres, en Extrême-Orient, que l’Amérique a perdues. C’est pour cela qu’il y a capitulation de la part de celle-ci. Honteuse. Mais il ne s’agit que d’un armistice. Les États-Unis et leurs alliés naturels veulent-ils amadouer les Russes, veulent-ils obtenir un sursis afin de pouvoir souffler ? Mais l’Amérique et ses pays sont minés, démoralisés de l’intérieur310. »

  • 311 Jacquart E., « Préface » de Rhinocéros, Paris, Gallimard, 1999, p. 10.

166Transparaît dans ce texte le combat de longue haleine mené par Ionesco contre toutes les formes de dictatures, qu’elles soient fascistes ou communistes. Né en Roumanie en 1909, l’écrivain est marqué par les désastres européens du XXe siècle, ce qui le conduit à dénoncer dans ses œuvres – Rhinocéros, paru en 1959, en constitue le meilleur exemple – tous les intégrismes de son temps. Depuis le début de la guerre froide, il ne cesse d’exprimer la crainte que la propagande du PCF, soutenu politiquement et financièrement par Moscou et qui promet monts et merveilles, ne débouche sur l’instauration d’une dictature en France311. Il s’inscrit de fait parfaitement dans le courant intellectuel qui tend, dans la décennie 1970, à réfléchir sur la notion de totalitarisme appliquée au régime soviétique comme elle l’est à l’Allemagne nazie.

167Cependant, pousser aussi loin la comparaison de la CSCE avec les accords de Munich, par lesquels la France et la Grande-Bretagne autorisèrent Hitler à s’emparer de la région tchèque des Sudètes, témoigne d’une certaine ignorance du contenu des négociations d’Helsinki et de Genève. Ionesco fait fi des apports de l’Ostpolitik, sans lesquels les Occidentaux n’auraient certainement pas accepté la conférence, de l’ensemble des préalables posés par les Alliés pour éviter de geler la situation politique et territoriale en Europe, de l’acharnement des Européens de l’Ouest pour insérer dans les discussions les thèmes de la libre circulation des hommes et des idées, de la coopération culturelle, du respect des droits de l’homme et du changement pacifique des frontières ; l’écrivain passe également sous silence les efforts considérables effectués par les représentants des démocraties occidentales sur la question de l’institutionnalisation de la CSCE afin d’en subordonner les suites à l’application réelle des dispositions de l’Acte final. Ces oublis sont toutefois excusables, dans la mesure où les négociations sont restées relativement opaques tout au long du processus.

*

  • 312 Caron J.-C., Vernus M., L’Europe au XIXe siècle. Des nations aux nationalismes. 1815-1914, Paris, A (...)
  • 313 Soutou G.-H., L’Europe de 1815 à nos jours, Paris, PUF, collection Nouvelle Clio, 2007, p. 26.

168Pour la plupart des intellectuels français, la CSCE apparaît comme une victoire de Brejnev en ce qu’elle consacre le statu quo politique et territorial de l’Europe. Parce qu’elle fixerait un certain ordre européen, la CSCE serait un autre congrès de Vienne. Certains historiens ont écrit à propos de ce congrès que les intérêts politiques y ont prévalu sur les intérêts des peuples, que les résultats de la rencontre de 1814-1815 sont le fruit de négociations, d’échanges et de rééquilibrages entre dirigeants n’ayant pris en compte que des facteurs politiques et stratégiques312. Les multiples rapprochements entre Vienne et Helsinki sont-ils sensés ? Peut-être sur le plan formel, absolument pas sur le plan du contenu. Certes, d’une part les aspects stratégiques comptent pour beaucoup dans la définition de l’Acte final comme en témoigne la seule première corbeille, d’autre part le congrès de Vienne connaît actuellement un processus de réhabilitation qui souligne sa prise en compte des « forces profondes » européennes313, mais les États occidentaux réussissent à Helsinki mieux qu’à Vienne à faire de l’Homme la clé de voûte des relations intereuropéennes. S’appuyant sur une dynamique ouest-européenne renforcée depuis 1969, la France joue un rôle de premier plan dans cette définition, et cela dans les trois corbeilles de la conférence.

Notes

2 Kennedy P., The Rise and Fall of the Great Powers: Economic Change and Military Conflict from 1500 to 2000, Londres, 1988, p. 360.

3 Schulzinger R.D., « Détente in the Nixon-Ford years, 1969-1976 », in Leffler M.P., Westad O.A., The Cambridge History of the Cold War, vol. II, Conflicts and Crises, 1962-1975, op. cit., p. 373-394.

4 Niedhart G., « U.S. Détente and West German Ostpolitik. Parallels and Frictions », in Schulz M., Schwartz T.A. (dir.), The Strained Alliance. US – European relations from Nixon to Carter, Cambridge University Press, 2009, p. 36-37.

5 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 102.

6 Cité par Mélandri P., Une incertaine alliance, op. cit., p. 83.

7 Si l’URSS et les États-Unis en viennent à interdire l’usage des armes nucléaires, la sécurité de l’Europe ne dépendra plus que du seul arsenal conventionnel.

8 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 102-103.

9 Tg. no 3155/62, de Leclercq, 26 juin 1973. AN, 5 AG 2 1021. États-Unis. 1969-1974.

10 Tg. no 3233/39, de Vimont, 2 juillet 1973. AMAE, CSCE, vol. 26.

11 Note du 25 juin 1973. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3722.

12 Jobert M., Mémoires d’avenir, op. cit., p. 271.

13 Cité par Weed M.K., L’Image publique d’un homme secret. Michel Jobert et la diplomatie française, Paris, Fernand Lanore, 1988, p. 111.

14 Ibid., p. 111.

15 À la suite de la violation par Israël du cessez-le-feu entré en vigueur le 22 octobre 1973, l’alerte nucléaire entre les États-Unis et l’URSS est décrétée le 25 octobre. Elle est levée au bout de quelques heures, après qu’ait été décidé un nouveau cessez-le-feu.

16 Discours de Michel Jobert devant l’assemblée de l’UEO, 21 novembre 1973. Actes officiels de l’UEO, 19e session ordinaire, 2e partie, IV, procès-verbaux, compte-rendu des débats, 11e séance, p. 124-128.

17 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 101.

18 Note SDEO, 23 janvier 1974. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2927.

19 Note de l’ambassade de France à Moscou, 24 janvier 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3721.

20 Note SDEO, 5 juillet 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3726.

21 Roussel E., op. cit., p. 163-164.

22 Entretien avec Gabriel Robin, 17 novembre 2008, Paris.

23 Entretien Ford/Kissinger, 15 août 1974, Washington. Box 5, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

24 Entretien Ford/Kissinger, 22 juillet 1975, Washington. Box 14, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

25 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 77.

26 Basosi D., « Helsinki and Rambouillet. US attitudes towards trade and security during the early CSCE process, 1972-1975 », in Wenger A., Mastny V., Nuenlist C. (dir.) Origins of the European Security System, op. cit., p. 222.

27 Thomas D., op. cit., p. 69.

28 Manin A., art. cit., p. 34.

29 Snyder S.B., « The United States, Western Europe, and the Conference on Security and Cooperation in Europe, 1972-1975 », in Schultz M., Schwartz T.A., Schaefer B. (dir.), The Strained Alliance: Conflicts and Cooperation in Transatlantic Relations from Nixon to Carter, Cambridge, Cambridge University Press, 2009, p. 267.

30 Note CSCE no 187, 21 octobre 1974. AMAE, Europe 1971-1976, Roumanie, vol. 3537.

31 Coley Morgan M., art. cit., p. 32.

32 Peretz P., Le combat pour les Juifs soviétiques. Washington-Moscou-Jérusalem, 1953-1989, Paris, Armand Colin, 2006, p. 276.

33 Depuis 1952 et la création par l’État hébreu d’un bureau secret nommé Nativ, celui-ci se bat pour que l’URSS laisse partir ses citoyens juifs, notamment vers Israël. Il exerce ainsi une véritable pression sur la Maison Blanche pour que les États-Unis négocient directement avec Moscou. C’est grâce à l’intervention active du Congrès américain que la question de l’émigration des Juifs devient, à l’époque de Nixon, un thème central des relations entre les deux Grands. Voir Peretz P., Le combat pour les Juifs soviétiques, op. cit.

34 Snyder S.B., « The United States, Western Europe, and the CSCE », art. cit., p. 272-273.

35 Hanhimäki J.M., « “They can write in Swahili” », art. cit., p. 53.

36 Entretien Ford/Kissinger, 7 juillet 1975, Washington. Box 13, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

37 Hanhimäki J.M., « “They can write in Swahili” », art. cit., p. 53-54.

38 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 124.

39 Tg. 2419/22, de Kosciusko-Morizet, 17 mars 1975. AMAE, Europe 1971-1976, CEE, vol. 3820.

40 Note du directeur d’Europe, 18 mars 1975. AMAE, CSCE, vol. 20 ; note pour le président de la République, de Robin, 8 mars 1975. AN, 5 AG 3 160. Conseil européen de Dublin, 10 et 11 mars 1975.

41 Entretien Ford/Kissinger, 6 mai 1975, Washington. Box 11, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

42 Mémorandum d’Henry Kissinger, 8 mai 1975, dossier « France (3) », Box 3, NSA. Presidential Country Files for Europe and Canada, GFL.

43 Snyder S.B., « The United States, Western Europe, and the CSCE », art. cit., p. 269.

44 Kissinger explique cela à l’ambassadeur de France, Jacques Kosciusko-Morizet, le 29 mars 1973. Trachtenberg M., « The French Factor in U.S. Foreign Policy during the Nixon-Pompidou Period, 1969-1974 », in Bussière E., Dubasque F., Frank R., Vaicbourdt N., Georges Pompidou et les États-Unis. Une « relation spéciale » 1969-1974, Bruxelles, Peter Lang, 2013, p. 183-200.

45 Ibid.

46 Hanhimäki J.M., « “They can write in Swahili” », art. cit., p. 44.

47 Note de la direction d’Amérique, mai 1973. AMAE, Amérique 1971-1975, États-Unis, vol. 747.

48 Jobert M., Mémoires d’avenir, op. cit., p. 259-260.

49 En matière militaire, la France souhaite inciter l’Europe à « envisager quelque forme d’autonomie armée », sans pour autant s’éloigner de l’Alliance atlantique. Mélandri P., Une incertaine alliance, op. cit., p. 90.

50 Entretien Pompidou/Nixon, 31 mai 1973, Reykjavik. AN, 5 AG 2 1023. États-Unis.

51 Trachtenberg M., « The French Factor in U.S. Foreign Policy during the Nixon-Pompidou Period, 1969-1974 », art. cit., p. 183-200.

52 Ibid.

53 Möckli D., « Asserting Europe’s Distinct Identity. The EC Nine and Kissinger’s Year of Europe », in Schultz M., Schwartz T.A., Schaefer B. (dir.), The Strained Alliance, op. cit., p. 196.

54 Jobert M., L’autre regard, Paris, Grasset, 1976, p. 288.

55 Ibid., p. 289.

56 Mélandri P., « La France et l’Alliance atlantique sous Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing », in Vaïsse M., Melandri P., Bozo F. (dir.), La France et l’Otan 1949-1996, Bruxelles, Complexe, 1996, p. 533.

57 Mélandri P., Une incertaine alliance, op. cit., p. 88.

58 Ibid., p. 91.

59 Bozo F., La politique étrangère de la France depuis 1945, op. cit., p. 63-64.

60 Mélandri P., « La France et l’Alliance atlantique sous Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing », art. cit., p. 533.

61 Möckli D., « Asserting Europe’s Distinct Identity », art. cit., p. 208.

62 Au printemps 1974, le projet de nouvelle charte atlantique a disparu et l’on ne discute que d’une « déclaration atlantique » au Conseil permanent de l’Otan à Bruxelles. Le principal souci des États-Unis est d’insérer les idées de Kissinger dans la déclaration, la France souhaitant éviter la globalisation des problèmes qui se posent à l’Occident. Paris reproche ainsi à Washington de vouloir inclure des amendements qui estompent le caractère propre de la défense européenne et tendent à souligner la permanence de l’Alliance sous une forme peu compatible avec l’idée d’une défense européenne autonome dans l’avenir. Note no 77 du service des Pactes et du désarmement, 25 février 1974. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3014.

63 Mélandri P., Une incertaine alliance, op. cit., p. 112.

64 Entretien Ford/Kissinger, 17 décembre 1974, à bord d’Air Force One. Box 6, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

65 Entretien Ford/Kissinger, 28 août 1974, Washington. Box 5, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

66 Entretien Ford/Rush, 8 novembre 1974, Washington. Box 6, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

67 Entretien Ford/Kissinger, 17 décembre 1974, à bord d’Air Force One. Box 6, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

68 Réception en l’honneur du président des États-Unis, 27 juillet 1975, Bonn. Box 14, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

69 Soutou G-H., « L’anneau et les deux triangles : les rapports franco-allemands dans la politique européenne et mondiale de 1974 à 1981 », in Berstein S., Sirinelli J-F. (dir.), Les Années Giscard, op. cit., p. 52-53.

70 En 1975, quelques semaines avant la troisième phase de la CSCE, Kenneth Rush indique à Kissinger que Giscard est tellement désespéré à propos de l’instabilité économique française qu’il est prêt à renvoyer la France dans les bras de l’Amérique. Basosi D., art. cit., p. 222-236.

71 Toinet M.-F., « Valéry Giscard d’Estaing et les États-Unis », in Cohen S., Smouts M.-C. (dir.), La Politique extérieure de Valéry Giscard d’Estaing, op. cit., p. 49.

72 Dans ses mémoires, Giscard d’Estaing regrette que Gerald Ford n’ait pas remporté les élections de 1976, ce qui aurait permis de poursuivre leur « coopération intime ». Giscard d’Estaing V., Le pouvoir et la vie, op. cit., p. 154.

73 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 51.

74 Les États-Unis finissent par adopter le schéma français pendant les PMP d’Helsinki. Pour les Pays-Bas, il importe de connaître le fond des intentions soviétiques sur la troisième corbeille avant de se lancer dans la discussion sur le projet de la France. Isolés, les Néerlandais acceptent l’idée française à la fin des PMP. Tg. no 799/808, de Rose, 17 avril 1973. AMAE, CSCE, vol. 31.

75 Réunion des directeurs politiques français et allemand, 29 février 1972, Paris. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3017.

76 Circulaire no 329, d’Alphand, 14 septembre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3016.

77 Tg. no 4549/51, de Seydoux, 9 juin 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.

78 Document CESC/HC/12, 14 décembre 1972. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, Book 1.

79 Document CESC/HC/43, 6 avril 1973. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, Book 1.

80 Note non datée de la direction des Affaires juridiques. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3018.

81 Ibid.

82 Note de la direction des Affaires juridiques, 15 décembre 1972. AMAE, CSCE, vol. 22.

83 Tg. no 2508/11, d’André, 30 mai 1973. AMAE, CSCE, vol. 32.

84 Hanhimäki J.M., « They can write in Swahili », art. cit., p. 44.

85 Entretien Pompidou/Brejnev, Zaslavl, 11 janvier 1973. AN, 5 AG 2 113. URSS. 1972-1974. Les Roumains font également part aux Français de leur désir de voir la troisième phase de la CSCE se tenir à Paris ou à Versailles ; note SDEO, 2 février 1973. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2926.

86 Note de J-B. Raimond, 11 avril 1973. AN, 5 AG 2 1041. Relations Est-Ouest. 1969-1974.

87 Tg. no 2396/2412, de Sauvagnargues, 21 mai 1973. AMAE, CSCE, vol. 32.

88 Tg. no 1584, d’André, 25 avril 1973. AN, 5 AG 2 1041. Relations Est-Ouest. 1969-1974.

89 Tg. no 679, d’André, 15 février 1973. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2926.

90 Message de Brejnev remis à Giscard d’Estaing le 11 juin 1974. AN, 5 AG 3 1089. URSS. 1974.

91 Entretien Pompidou/Mao, 12 septembre 1973, Pékin. Roussel E., op. cit., p. 584.

92 Discours de Jobert à l’Otan le 10 décembre 1973, Bruxelles. AMAE, CSCE, vol. 29.

93 Entretien Jobert/Gromyko, 16 février 1974, Paris. AN, 5 AG 2 113. URSS. 1972-1974.

94 Note CSCE no 59, 15 mars 1974. AMAE, Europe 1971-1976, Pologne, vol. 3476.

95 Note CSCE no 49, 5 mars 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3689.

96 Entretien Jobert/Scheel, 12 juin 1973, Bonn. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

97 Note CSCE no 208, 26 novembre 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3726.

98 Note CSCE no 346, 9 octobre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2982 ; note de G. Robin, 4 décembre 1974. AN, 5 AG 3 885. CSCE ; fiche de G. Robin, 18 juillet 1974. AN, 5 AG 3 995. Grande-Bretagne. 1974-1976.

99 Entretien Giscard d’Estaing/Brejnev, 5 décembre 1974, Rambouillet. AN, 5 AG 3 1089. URSS. 1974.

100 Entretien Giscard d’Estaing/Brejnev, 6 décembre 1974, Rambouillet. AN, 5 AG 3 1089. URSS. 1974. Le communiqué indique ainsi que la France et l’URSS « constatent que sont créées de bonnes prémisses pour la conclusion à bref délai de la conférence et pour la tenue de sa troisième phase et la signature des documents finals au niveau le plus élevé ».

101 Lettre de Brejnev à Giscard d’Estaing, 8 mars 1975. AN, 5 AG 3 1090. URSS. 1975.

102 Lettre de Giscard d’Estaing à Brejnev, 18 mars 1975. AN, 5 AG 3 1090. URSS. 1975.

103 Entretien Chirac/Kossyguine, 20 mars 1975, Moscou. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3727.

104 Giscard d’Estaing V., Le pouvoir et la vie, op. cit., p. 137-138.

105 Propos de Valéry Giscard d’Estaing lors de l’émission télévisée En direct de l’Élysée, présentée par Pierre Sabbagh, le 20 décembre 1974.

106 Tg. de Spiers, 10 décembre 1974, dossier « United Kingdom. State Department Telegrams. To SECSTATE EXDIS (1) », Box 16, NSA. Presidential Country Files for Europe and Canada, GFL.

107 Note de G. Robin, 4 décembre 1974. AN, 5 AG 3 885. CSCE.

108 Tg. de Rush, décembre 1974, dossier « USSR (6) », Box 17, National Security Adviser. Presidential Country Files for Europe and Canada, GFL.

109 Entretien Ford/Kissinger, 8 octobre 1974, Washington. Box 6, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

110 Entretien Ford/Kissinger, 10 décembre 1974, Washington. Box 7, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

111 Entretien Giscard d’Estaing/Ford/Kissinger, 15 décembre 1974, Fort-de-France. Box 8, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

112 Nixon avait admis devant Brejnev que des progrès avaient été réalisés à la CSCE et souscrit à l’idée que la conférence pouvait se terminer au niveau le plus élevé, suscitant la colère des Européens. Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 125.

113 Note du secrétariat général du Quai d’Orsay, 10 décembre 1974. AN, 5 AG 3 982. États-Unis. 1974.

114 Note CSCE, 7 août 1973. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 3019.

115 Entretien Sauvagnargues/Kissinger, 4 juillet 1974, Paris. AN, 5 AG 3 982. États-Unis. 1974.

116 Tg. no 5747, de Kosciusko-Morizet, 21 septembre 1973. AMAE, Amérique 1971-1975, États-Unis, vol. 748.

117 Entretien Ford/Wilson/Kissinger/Callaghan, 7 mai 1975, Washington. Box 11, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

118 Entretien Ford/Kissinger, 28 août 1974, Washington. Box 5, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

119 Note CSCE no 208, 26 novembre 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3726.

120 Entretien Ford/Kissinger/Luns, 24 février 1975, Washington. Box 9, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

121 Entretien Ford/Kissinger/Giscard d’Estaing, 15 décembre 1975, Fort-de-France. Box 8, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

122 Note de G. Robin, 14 mars 1975. AN, 5 AG 3 885. CSCE.

123 Note CSCE no 145, 23 juin 1975. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2927.

124 Tg. CSCE (73) 84 P. REV, 3 novembre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, CPE, vol. 3819.

125 Note CSCE no 299, 7 septembre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3722.

126 Tg. NR 99/100, 22 février 1974. AMAE, CSCE, vol. 33.

127 Tg. au départ no 234/41, de Courcel, 16 avril 1975. AMAE, Europe 1971-1976, CEE, vol. 3820.

128 Klein J., « Sécurité et coopération en Europe », Armées d’aujourd’hui, no 203, septembre 1995, p. 50.

129 Entretien avec Jean François-Poncet, 5 octobre 2009, Paris ; entretien avec Henri Froment-Meurice, 19 novembre 2008, Paris.

130 Circulaire no 349, de Beaumarchais, 4 octobre 1971. AMAE, Europe 1971-1976, Pologne, vol. 3476.

131 Dépêche non signée et non datée précisément, 1972. AMAE, CSCE, vol. 1.

132 Note SDEO, 17 février 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2923.

133 Note confidentielle du directeur d’Europe, 3 juillet 1975. AN, 5 AG 3 934. RFA. 1975.

134 Entretien Pompidou/Brandt, 3 juillet 1972, Bonn. AN, 5 AG 2 106. RFA. 1972-1973.

135 Note CSCE no 346, 14 novembre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2982.

136 Tg. no 4366/72, de Sauvagnargues, 27 septembre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2979.

137 Niedhart G., « U.S. Détente and West German Ostpolitik », art. cit., p. 42.

138 Note CSCE, 21 janvier 1975. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2982.

139 Weinachter M., Valéry Giscard d’Estaing et l’Allemagne, Paris, L’Harmattan, 2004, 4e partie, 2.1.

140 Note de Robin, 31 janvier 1975. Citée par Soutou G.-H., « L’anneau et les deux triangles », art. cit., p. 54.

141 Weinachter M., op. cit., 4e partie, 1.1.

142 Tg. no 689/98, de Viot, 19 juin 1974. AMAE, CSCE, vol. 30.

143 Note SDEO, 14 avril 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Roumanie, vol. 3537.

144 Note CSCE no 49, 5 mars 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3689.

145 Document CESC/HC/12/Add. 1, 13 mars 1973. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, Book 1.

146 Document CESC/HC/43, 6 avril 1973. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, Book 1.

147 Tg. no 155/60, vers Helsinki, de Siefer-Gaillardin, 17 mars 1973. AMAE, CSCE, vol. 27.

148 Entretien Jobert/Gromyko, 16 février 1974, Paris. AN, 5 AG 2 113. URSS. 1972-1974.

149 Intervention du représentant de la France au Comité de coordination, 13 décembre 1973 ; note 52/DP, 18 janvier 1974. AMAE, CSCE, vol. 19.

150 Document de la délégation française, 10 décembre 1973. AMAE, CSCE, vol. 18.

151 Document CPE, rapport du président du sous-comité CSCE, 23 mai 1975. AMAE, CSCE, vol. 18.

152 Intervention du représentant de la France, groupe de travail sur les Suites, 14 mars 1975. AMAE, CSCE, vol. 20.

153 Chez les Neutres et Non-alignés, seules la Yougoslavie et l’Espagne se prononcent clairement en faveur d’un organisme permanent. Les Espagnols exercent une pression sur les Français pour les faire changer d’avis, tentant de la sorte de compenser leur déception d’être tenus à l’écart de la CEE et de l’Alliance atlantique. Entretien de Courcel/Gehlhoff, 21 juillet 1975, Bonn. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2999.

154 Projet de rapport du sous-comité CSCE, 15 mai 1975. AMAE, CSCE, vol. 20.

155 Note CSCE no 184/D, 19 juin 1973. AMAE, CSCE, vol. 11.

156 Tg. no 507-509, d’André, 22 novembre 1972. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2925.

157 Note du service du Protocole, juillet 1975. AN, 5 AG 3 885. CSCE. 1975.

158 Kissinger H., À la Maison Blanche, op. cit., p. 440.

159 Cité par Weed M.K., op. cit., p. 114.

160 Discours de Michel Jobert lors de la première phase de la CSCE à Helsinki, le 4 juillet 1973. Document CSCE/I/PV. 3. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, Book 2.

161 Tg. no 3278/84, de Vimont, 4 juillet 1973. AMAE, CSCE, vol. 26.

162 Jobert M., Mémoires d’avenir, op. cit., p. 274.

163 Jobert M., L’autre regard, op. cit., p. 311-312.

164 Le 21 novembre 1973 devant l’UEO puis le 30 novembre suivant devant le Sénat, Jobert en appelle à la recherche d’une véritable détente qui, depuis l’Europe, doit s’étendre au reste du monde, particulièrement au bassin méditerranéen. Ses deux discours figurent dans La politique étrangère de la France, 1973, Paris, La Documentation française, 1974, p. 209 et 219.

165 Voir Badalassi N., « Sea and Détente in Helsinki », art. cit.

166 Réunion restreinte du 6 juillet 1973, Helsinki, document CSCE/I/CM/PV.5. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, Book 2.

167 C’est d’ailleurs ce qui est décidé lors des PMP.

168 Michel Jobert est né à Meknès, au Maroc, en 1921. Il y passa toute son enfance et son adolescence, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale.

169 Entretien avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

170 Documents CSCE/I/23, 24, 25 et 26. Archives CSCE, Helsinki 1972-1975, Book 2.

171 Déclaration de Michel Jobert devant l’Assemblée nationale le 12 novembre 1973.

172 Weed M.K., op. cit., p. 181.

173 Jobert M., L’autre regard, op. cit., p. 311.

174 Entretien avec Jean Klein, 12 février 2009, Paris.

175 Note CSCE, 29 juin 1973. AMAE, CSCE, vol. 11.

176 Manigand C., Les Français au service de la Société des Nations, Bruxelles, Peter Lang, 2003, p. 76.

177 Ibid., p. 82.

178 Rapport du Président du Comité politique de l’Otan, document C-M (73) 69, 6 août 1973. AMAE, CSCE, vol. 29.

179 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 65.

180 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 111.

181 Note du secrétariat général du Quai d’Orsay. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2924.

182 Entretien avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

183 Note CSCE no 295, 5 septembre 1973. AMAE, CSCE, vol. 21.

184 Entretien avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

185 Andréani J., « La Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe », in Régionalisme et universalisme dans le droit international contemporain, Paris, Pedone, 1977, p. 120. Voir aussi Le Piège, op. cit., p. 57.

186 Entretien avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

187 Télégramme circulaire NR 196, de Courcel, 19 mars 1973. AMAE, CSCE, vol. 31.

188 Rapport de stage de Philippe Faure, stagiaire de l’Ena, 1975. Document aimablement transmis par M. François Plaisant. Fils de Maurice Faure – cosignataire du traité de Rome de 1957 en tant que secrétaire d’État chargé des Affaires étrangères – Philippe Faure deviendra par la suite ambassadeur de France au Mexique de 2000 à 2004 puis au Maroc de 2004 à 2006. Nommé secrétaire général du Quai d’Orsay en 2006, il occupera ce poste jusqu’à l’arrivée de Nicolas Sarkozy à l’Élysée, qui le désignera ambassadeur de France au Japon en novembre 2007. Parmi les diplomates français ayant débuté leur carrière à la CSCE, on citera également le nom de Maurice Portiche, devenu ensuite consul général à Boston, ambassadeur de France au Burkina Faso puis au Laos.

189 Le Danemark préside la CE au 2e semestre 1973, la RFA au 1er semestre 1974, la France au 2e semestre 1974, l’Irlande au 1er semestre 1975, l’Italie au 2e semestre 1975.

190 Note CSCE no 295, 5 septembre 1973. AMAE, CSCE, vol. 21.

191 Mastny V., Helsinki, Human Rights, and European Security, Massachusetts, Durham, Duke University Press, 1986, chapitre 9.

192 Note pour le président de la République, 10 décembre 1973. AN, 5 AG 2 1036. Sommets européens. 1969-1973.

193 Vimont J., « Georges Pompidou et l’Union soviétique. 1973-1974 », in Georges Pompidou et l’Europe, op. cit., p. 194.

194 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 130.

195 Propos d’un diplomate soviétique à un agent de l’ambassade de France à Moscou. Tg. no 85/91, de Vimont, 8 janvier 1974. AMAE, Europe 1971-1976, Organismes…, vol. 2927.

196 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 126.

197 Ibid., p. 131. Quand cela est nécessaire, les Neuf demandent des instructions au Comité politique voire aux ministres.

198 Note CSCE no 425, 30 novembre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, CPE, vol. 3819.

199 Möckli D., « The EC Nine, the CSCE, and the changing pattern of European security », art. cit., p. 153.

200 Circulaire no 497, de Puaux, 27 août 1973. AMAE, Europe 1971-1976, CPE, vol. 3819.

201 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 223-224.

202 Ibid., p. 304-305.

203 Ibid., p. 308-309.

204 Ibid., p. 312.

205 Möckli D., « Speaking with one voice? The evolution of a European foreign policy », in Deighton A., Bossuat G., L’Union européenne, acteur de la sécurité mondiale, op. cit., p. 140-141.

206 Ibid., p. 141.

207 Tg. no 234/41, vers Bruxelles, de Courcel, 16 avril 1975. AMAE, Europe 1971-1976, CEE, vol. 3820.

208 Andréani J., « La Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe », art. cit., p. 121.

209 Dépêche 1252, de Vimont, 18 juin 1973. AMAE, CSCE, vol. 26.

210 Note CSCE no 346, 9 octobre 1973. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2982.

211 Note CSCE no 49, 5 mars 1974. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3689.

212 François Plaisant, chargé de négocier les principes de la première corbeille, revient sur les méthodes adoptées par les Occidentaux pour lutter contre cette pratique : « Quand les Soviétiques utilisaient trop la langue de bois, je sortais mon Lucrèce de poésie latine. Tous les représentants des Neuf sortaient une récréation, des mots croisés, etc. pour montrer aux délégués de l’Est qu’on ne les écoutait plus. » Un glossaire sur la terminologie de la CSCE qui parodie les formulations soviétiques circule même parmi les Occidentaux. Ce document, aimablement fourni par Monsieur Plaisant, prend la forme d’un projet de texte officiel CSCE. Daté du 32 décembre 1973, il est présenté comme une proposition émanant de la délégation de la République Désunie de Ruritanie Supérieure.

213 Entretien avec Michel Rougagnou, 20 janvier 2009, Issy-les-Moulineaux.

214 Entretien avec Paul Poudade, 16 décembre 2008, Paris.

215 Rapport de stage de Philippe Faure, stagiaire de l’Ena à la CSCE, 1975, p. 13.

216 Kovalev, né en 1923, membre du Collège du M.I.D, organe consultatif qui rassemble auprès de Gromyko les principaux chefs de service du ministère soviétique des Affaires étrangères, connaît bien l’Occident et notamment la France puisqu’il est membre de la « Petite Commission » franco-soviétique depuis 1967. Rey M.-P., « The USSR and the Helsinki process », art. cit., p. 71.

217 Rapport de stage de Philippe Faure, stagiaire de l’Ena à la CSCE, 1975, p. 17.

218 Tg. 997/1002, de Fernand-Laurent, 18 mars 1975. AMAE, Europe 1971-1976, Statut de l’Allemagne, vol. 3119.

219 Tg. no 1441/47, de Fernand-Laurent, 26 septembre 1973. AMAE, CSCE, vol. 26.

220 Entretien avec Michel Rougagnou, 20 janvier 2009, Issy-les-Moulineaux.

221 Entretien avec Jacques Andréani, 20 janvier 2009, Paris.

222 Circulaire no 521, de Laboulaye, 25 juin 1975. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3689.

223 Télégramme circulaire no 565, de Laboulaye, 9 juillet 1975. AMAE, Europe 1971-1976, CEE, vol. 3820.

224 Tg. no 960/970, de Levasseur, 30 octobre 1973. AMAE, CSCE, vol. 33.

225 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 132.

226 Entretien Pompidou/Brejnev, 13 mars 1974, Pitsounda. AN, 5 AG 2 1019. URSS.

227 Entretien avec Gabriel Robin, 17 novembre 2008, Paris.

228 Message de Brejnev à Giscard d’Estaing, remis par l’ambassadeur Tchervonenko le 11 juin 1974. AN, 5 AG 3 1089. URSS. 1974.

229 Le président des États-Unis reçoit ainsi régulièrement des rapports sur la CSCE rédigés par la CIA. Entretien Ford/Kissinger, 7 juillet 1975, Washington. Box 13, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

230 Entretien avec Michel Rougagnou, 20 janvier 2009, Issy-les-Moulineaux.

231 L’atmosphère de la CSCE est correctement rapportée par le roman de Marc Bressant, La dernière conférence, Paris, de Fallois, 2008. Grand prix du roman de l’Académie française 2008.

232 Thomas D., op. cit., p. 68.

233 Rey M.-P., « The USSR and the Helsinki process », art. cit., p. 75.

234 Note CSCE no 178, 8 octobre 1974. AMAE, Europe 1971-1976, Roumanie, vol. 3537.

235 Dépêche no 10, ambassade de France à Bucarest, 17 décembre 1974. AMAE, Europe 1971-1976, Roumanie, vol. 3537.

236 Rapport de stage de Philippe Faure, stagiaire de l’Ena à la CSCE, 1975, p. 17.

237 Möckli D., European Foreign Policy during the Cold War, op. cit., p. 127.

238 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 94.

239 Doubinine Y., op. cit., p. 246.

240 Note CSCE no 169, 21 juillet 1975. AN, 5 AG 3 885. CSCE.

241 Programme du président de la République lors de la troisième phase de la CSCE. AN, 5 AG 3 885. CSCE.

242 Notes du service du protocole du Quai d’Orsay, 28 et 29 juillet 1975. AN, 5 AG 3 885. CSCE.

243 Note du service du protocole du Quai d’Orsay, 28 juillet 1975. AN, 5 AG 3 885. CSCE.

244 Intervention de Valéry Giscard d’Estaing lors du colloque qui lui a été consacré en 2004. Berstein S., Sirinelli J.-F. (dir.), Les Années Giscard, op. cit., p. 102.

245 Une photographie du dîner offert par Kekkonen montre qu’il y a bel et bien un changement de place. AN, 5 AG 3 4393.

246 Déjeuner quadripartite à l’ambassade de Grande-Bretagne, 31 juillet 1975, Helsinki. Box 14, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

247 Ces propos du président sont rapportés par Geoffroy de Courcel au Secrétaire d’État allemand aux Affaires étrangères Gehloff, le 21 juillet 1975, à Bonn. AMAE, Europe 1971-1976, RFA, vol. 2999.

248 Giscard d’Estaing V., Le pouvoir et la vie, op. cit., p. 152-153.

249 Bonn accepte de verser un milliard trois cent mille Deutsche mark en trois ans et un traité miniature prévoit un prêt d’un milliard de Deutsche mark assorti d’un taux d’intérêt annuel de 2,5 %. Garton Ash T., op. cit., p. 275.

250 Entretien avec Christian Bernard, alors jeune membre de la délégation française, 3 mars 2011, Paris.

251 Allocution de Valéry Giscard d’Estaing à l’occasion de la CSCE, 31 juillet 1975, Helsinki. AN, 5 AG 3 885. CSCE.

252 Entretien avec François Plaisant, 17 décembre 2008, Paris.

253 Snyder S.B., « The United States, Western Europe, and the CSCE », art. cit., p. 268-269.

254 Entretien Giscard d’Estaing/Ford/Kissinger, 15 décembre 1974, Fort-de-France. Box 8, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

255 Bozo F., La politique étrangère de la France depuis 1945, op. cit., p. 78.

256 Giscard d’Estaing V., Le pouvoir et la vie, op. cit., p. 156-157.

257 Sa rencontre avec Brejnev à Varsovie en mai 1980 alors que les troupes soviétiques ont pénétré en Afghanistan quelques mois plus tôt confirmera cette tendance.

258 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 137.

259 Pisar S., Transactions entre l’Est et l’Ouest, le cadre juridique et commercial, Paris, Dunod, 1972.

260 Weinachter M., op. cit., 4e partie, 2.2.

261 Entretien avec Jean François-Poncet, 5 octobre 2009, Paris.

262 Entretien Giscard d’Estaing/Puja, 6 juin 1975, Paris. AN, 5 AG 3 1006. Hongrie. 1975-1980.

263 Allocution de Valéry Giscard d’Estaing au dîner offert par Gierek, 17 juin 1975, Varsovie. AN, 5 AG 3 1053. Pologne. 1975-1976.

264 Tg. no 689/98, de Viot, 19 juin 1974. AMAE, CSCE, vol. 30.

265 Conférence de presse de Jean Sauvagnargues à l’association des correspondants de l’ONU, 24 septembre 1974. La politique étrangère de la France, 1974, Paris, La Documentation française, 1975, p. 93.

266 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 68.

267 Entretien avec François Plaisant, 17 décembre 2008, Paris.

268 Entretien Brejnev/Sauvagnargues, 12 juillet 1974, Oreanda. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3726.

269 Kissinger lui-même dit à Giscard combien il reste impressionné par l’acharnement avec lequel Sauvagnargues s’est battu pour obtenir l’accord quadripartite. Entretien Ford/Giscard/Kissinger/Sauvagnargues, 16 décembre 1974, Fort-de-France. Box 8, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

270 Nous reviendrons sur ce point essentiel dans le chapitre sur la première corbeille.

271 D’après Georges-Henri Soutou, Valéry Giscard d’Estaing affirme à Brejnev le 27 avril 1979 qu’il est opposé à la réunification de l’Allemagne. Soutou G.-H., « Valéry Giscard d’Estaing and his vision of the end of the Cold War », in Bozo F., Rey M-P., Ludlow N.P., Rother B. (dir.), Visions of the End of the Cold War, 1945-1990, Oxford, Berghahn Books, 2012, p. 208-223.

272 Weinachter M., op. cit., 4e partie, 1.1.

273 Entretien Ford/Schmidt, 27 juillet 1975, Bonn. Box 14, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

274 Mélandri P., Une incertaine alliance, op. cit., p. 143.

275 En juillet 1975, plus d’un an après la « révolution des œillets » qui a mis un terme au régime salazariste, le Portugal est en état de guerre civile larvée. Malgré leur faible score aux élections d’avril 1975, les communistes tentent de préserver le pouvoir en interdisant le parti démocrate-chrétien et en chassant les socialistes du syndicat unique. À la suite de la démission des ministres issus de ces deux partis, les communistes tentent de dissoudre l’assemblée constituante. Les événements en sont là lorsque la troisième phase de la CSCE s’apprête à se réunir.

276 Entretien de Ford avec les Américains originaires d’Europe orientale, 25 juillet 1975, Washington. Box 14, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

277 Note CSCE, 26 août 1975. AMAE, Europe 1971-1976, URSS, vol. 3689.

278 Presidential remarks, Meeting with Americans of Eastern European Background, 25 juillet 1975. Box 14 NSA, Memoranda of conversations, GFL.

279 Entretien Ford/Kissinger, 4 août 1975, Washington. Box 14, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

280 Entretien Ford/Gierek, 28 juillet 1975, Varsovie. Box 14, NSA, Memoranda of conversations, GFL.

281 Un mouvement pour la défense des droits de l’homme voit le jour en URSS le 5 décembre 1965 : il rassemble, sur la place Pouchkine, des intellectuels réclamant le respect de la loi constitutionnelle. Ils se réfèrent, dans leurs lettres ouvertes et leurs pétitions, à la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Dulphy A., Manigand C., « L’opinion publique française et la problématique des droits de l’homme face au processus d’Helsinki », art. cit., p. 141-166.

282 Rey M.-P., Le dilemme russe, op. cit., p. 325.

283 Cité par Rey M-P., « The USSR and the Helsinki process », art. cit., p. 74.

284 Cité par Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 117-118.

285 Imaginée au milieu des années 1960 par Michael Josselson, Constantin Jelenski, McGeorge Bundy – le président de la Fondation Ford – et Raymond Aron pour prendre la suite du Congrès du même nom, elle regroupe tout un ensemble d’intellectuels provenant de différentes nations et s’attache à développer l’entraide intellectuelle européenne. Voir Grémion P., Intelligence de l’anticommunisme : le congrès pour la liberté de la culture à Paris. 1950-1975, Paris, Fayard, 1995, p. 460-467.

286 Grémion P., op. cit., p. 592-593.

287 Ibid., p. 594.

288 Ibid., p. 598.

289 Cité par Winock M., Le siècle des intellectuels, Paris, Le Seuil, 1997.

290 Cité par Dulphy A., Manigand C., loc. cit.

291 La Croix, 10 mars 1976. Citée par Dulphy A., Manigand C., loc. cit.

292 De Boisdeffre P., « La leçon de Soljenitsyne », in France Forum, no 136-137, février-mars 1975. Cité par Dulphy A., Manigand C., loc. cit.

293 Nantet J., « Soljenitsyne et les sociétés idéologiquement parfaites », in France Forum, no 134-135, octobre-novembre 1974, p. 40-45. Cité par Dulphy A., Manigand C., loc. cit.

294 Grémion P., op. cit., p. 602.

295 Winock M., loc. cit.

296 Cité par Grémion P., op. cit., p. 606.

297 Gauchet M., « L’expérience totalitaire et la pensée politique », Esprit, juillet-août 1976.

298 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 134.

299 Le voyage en Hongrie d’une délégation du PS conduite par Mitterrand n’arrange pas les choses puisque le communiqué final de la rencontre cautionne le « rôle dirigeant » du Parti communiste hongrois. Pour le front antitotalitaire parisien, cet épisode constitue une preuve de « l’infériorisation idéologique des socialistes français par rapport au PCF ». Grémion P., op. cit., p. 612.

300 Rey M.-P., La tentation du rapprochement, op. cit., p. 324.

301 Weed M.K., op. cit., p. 181.

302 D’après certains rapports des services de renseignement de l’Ouest, les mesures de répression contre Sakharov, Soljenitsyne et d’autres font partie d’un marché passé par Brejnev avec les irréductibles défenseurs de l’idéologie soviétique au sein de la hiérarchie du PCUS : à la suite du Plenum du Comité central de 1973, Brejnev se serait vu donner le feu vert pour sa politique à l’égard de l’Ouest à condition que dès que des personnalités dissidentes se manifesteraient, une campagne de répression serait déclenchée, qui marquerait, aussi bien pour les intellectuels soviétiques que pour les Occidentaux, dans la perspective de la CSCE, les limites à ne pas dépasser. Document Otan, C-M (73) 100, 26 octobre 1973. AMAE, CSCE, vol. 29.

303 Andréani J., Le Piège, op. cit., p. 67.

304 Entretien avec Henri Froment-Meurice, 19 novembre 2008, Paris.

305 Aron R., « Conférence européenne pour quoi faire ? », Le Figaro, 25 novembre 1971.

306 Aron R., « La foire aux diplomates », Le Figaro, 30 juillet 1975.

307 Aron R., « Le congrès parle », Le Figaro, 2-3 août 1975.

308 Aron R., « Finlandisation volontaire », Le Figaro, 6 juin 1975.

309 La revue Contrepoint publie un long extrait de ce discours en 1973 sous le titre « L’esprit de Munich domine le siècle ». Grémion P., op. cit., p. 605.

310 Ionesco E., « Un nouveau Munich 1975 ? », Le Figaro, 4 août 1975.

311 Jacquart E., « Préface » de Rhinocéros, Paris, Gallimard, 1999, p. 10.

312 Caron J.-C., Vernus M., L’Europe au XIXe siècle. Des nations aux nationalismes. 1815-1914, Paris, Armand Colin, 2008, p. 27.

313 Soutou G.-H., L’Europe de 1815 à nos jours, Paris, PUF, collection Nouvelle Clio, 2007, p. 26.

Table des illustrations

Légende Photographie 4. – Sommet des Quatre aux Antilles. Valéry Giscard d’Estaing, Gerald Ford, Jean Sauvagnargues et Henry Kissinger. Décembre 1974.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49376/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Photographie 5. – 21e sommet franco-allemand. Michel Jobert (ministre des Affaires étrangères), Willy Brandt, Georges Pompidou, Achille Peretti, x, x. Willy Brandt, chancelier ouest-allemand, au cours d’un dîner au Palais de l’Élysée. Paris, novembre 1973.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49376/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Photographie 6. – La délégation française lors de la première phase de la CSCE en juillet 1973. De droite à gauche, au premier rang : Michel Jobert, Claude Arnaud, Alain Pierret, Gérard André ; au deuxième rang : Bernard Peyre (stagiaire de l’Ena), François Plaisant.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49376/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Photographie 7. – La délégation française lors de la deuxième phase de la CSCE à Genève. De gauche à droite, au premier rang : Jacques Chazelle, Jacques Andréani, Alain Pierret, x ; au deuxième rang : Jean Bressot, X, X, Joëlle Bourgois, Patrick Gautrat (en poste à Varsovie), Bernard Peyre.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/49376/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 225k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search